Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2016 3 18 /05 /mai /2016 20:27
Gustav KLIMT - la maternité

Gustav KLIMT - la maternité

 

 

Je crois que j’ai commencé à t’attraper la main.

Je ne savais pas quoi faire de toi qui hurlais et pleurais à me rendre sourde, tympans éclatés, cœur craqué en morceaux.

 

Qui m’a dit que toi et moi ne faisions qu’une, derrière cet hologramme géant éparpillé en mille fragments ?

 

Qui m’a dit que l’amour et la présence recolleraient les morceaux, densifieraient l’image pour dissoudre le flou et l’incertain ?

 

L’amour s’est souvent perdu sur des chemins de traverse.

Il est long à revenir.

 

La présence, elle, s’est infusée en moi, elle est descendue comme un faisceau descend du ciel, comme un adoubement tendre et ferme. Avec la même puissance que cette douche d’eau glacée tombée sur mes épaules nouées, quand mon corps s’est offert, le souffle à moitié coupé, sous la cascade vivante et sacrée se déversant sur moi comme une armée d’êtres invisibles au galop.

 

Les arbres se balançaient doucement.

 

La lumière jouait dans les feuilles.

 

Peut-être que tout était silencieux autour.

 

Je ne sais plus.

 

J’entendais seulement l’eau cogner ma peau et les rochers.

 

 

L’autorité de la cascade était sans appel : sois là !

 

Sois là avec la même force que moi qui tombe sur la terre et qui me répands dans chaque espace ouvert !

 

Sois vivante comme moi !

 

Sois sans forme comme moi qui suis dense et sans consistance !

 

Sois jaillissante et transparente !

 

 

En rentrant, je me suis couchée de douleur, le corps encore habité de toutes mes lourdeurs, abrasé en surface par une force mordante.

 

 

J’ai commencé à respirer pour deux.

 

 

Et puis j’ai revu tes yeux petite fille, comme des olives mures.

Ces yeux qui depuis le commencement avaient questionné les adultes, cherchant à savoir où affleurait le lien à la vie. Ces yeux étaient devant les miens, me scrutaient au point de noyer mon regard, d’aspirer tout mon corps, comme deux soucoupes noires s’enfonçant dans le temps, mélangeant hier, aujourd’hui et demain.

 

 

J’ai commencé à te tenir la main, alors nos yeux ne sont plus qu’un, qu’un seul regard, qu’un seul couloir étroit s’ouvrant sur des passerelles entre les mondes.

 

 

Jusqu’où irons-nous ? Jusqu’où serons-nous à nouveau mère et fille, sœurs, amantes, garçonnes, anges, accoucheuses, diablesses et déesses ?

 

 

C’est étrange cette faim qui monte et vient me torturer le cœur, comme des petits coups de ciseaux. Je ne sais pas si c’est à cause de l’enveloppe qui se déchire en silence ou de ce qui dedans n’ose pas encore bouger.

 

 

Tu t’accroches au bas de ma jupe et sur le chemin que nos pas empruntent, j’entends un souffle léger, j’entends le vent qui passe dans nos cheveux, j’entends un merle qui chante.

 

Il chante si fort, tu entends ?

 

 

 

 

MT ©

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans NUIT
commenter cet article

commentaires

sista ninie 19/05/2016 16:33

Oh ! C'est drôle, ce n'est pas la première fois que je vous envoie des liens que je découvre et qui sont déjà sur votre blog ;)
Cela me fait sourire que vous mettiez entre guillemets : "les pratiquants de la voie spirituelle". Il m'est arrivé de discuter avec des personnes "branchées spiritualité" qui déploraient l'ego démesuré "des autres". Et ça m'avait interrogée. Je vais souvent rendre visite à des juments qui vivent à deux pas de la maison et c'est toujours merveilleux d'être à leurs côtés, leur ancrage, leur simplicité, leur espièglerie, elles sont adorables !
Chemin de retrouvailles, chemin d'Amour et chemin pas facile . . . !

Michèle 01/02/2017 22:10

oui... les "pratiquants de la voie spirituelle" on en a tous rencontré.... qui ont l'égo plus gros que l'éveil... l'écueil est aisé... là aussi c'est un chemin de discernement, d'apprentissages et de voir tout le chemin qui sépare entre ce que le mental comprend... et ce que l'on peut vibrer dans l'Etre...
Et les animaux sont parfaits pour nous ramener à cet endroit là...
Belle soirée (8 mois après... les mystères des commentaires cachés !!! ) ;-)

sista ninie 19/05/2016 10:37

Wow . . .
Gratitude et respect
https://vimeo.com/91534976 * ~

lejour-et-lanuit.over-blog.com 19/05/2016 12:26

Merci ! :-)
oui, magnifique ce petit film, je l'avais mis il y a un an, et du coup j'ai relu la petite phrase que j'avais extraite : "C'est facile d'aimer les animaux, ils donnent plus que ce qu'on leur donne. C'est un plus grand exploit d'aimer les Hommes et de vivre en communauté avec eux."
c'est exactement ce que je ressens en ce moment (voire ce qui me stimule quand j'observe les "pratiquants de la voie spirituelle"...
http://lejour-et-lanuit.over-blog.com/2015/04/voie-de-l-amour-branko-stankovic.html
bonne journée

Présentation

  • : Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • : Un lieu où pourraient se cotoyer le jour et la nuit, les univers différents de la pensée logique, rationnelle, structurée à partir des informations émanant de toute part, et de la pensée vagabonde, celle qui erre la nuit, mais aussi le jour, dans l'envers des choses, à la recherche de l'impalpable, de la beauté et de la magie. Michèle Théron
  • Contact

  • lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. 
Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...

Auteur - Photographe

Michèle Théron, praticienne de santé naturopathe, femme en chemin, je vous partage sur ce blog des articles, de la poésie, des photos créés par moi, et les citations, articles, vidéos qui nourrissent mon chemin et m'inspirent.

Recherche