Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 21:01

 

Refuser le Linky est peut-être "facile" mais entrer dans cette démarche, c'est se retrouver au coeur de la désinformation, de l'intimidation avec des menaces de sanctions et avoir le sentiment d'être le pot de terre contre le pot de fer, surtout quand Enedis fait référence à la "loi", aux "directives européennes"... parce que là, forcément, ça vous en bouche un coin, car quoi dire "face à la loi".

 

Heureusement, des personnes font un travail de fond pour dépouiller tout ce langage fumigène, et nous apportent des réponses, point après point.

 

Sachez par exemple, que lorsque vous avez lancé une procédure par huissier avec "sommation de ne pas faire" (c'est à dire de ne pas faire poser le linky), vous recevez un courrier de la part d'Enedis (voir premier visuel plus bas), qui vous dit en gros, que ça ne sert à rien de vous être opposé et qu'on ne peut pas aller contre l'Europe ou contre "la croissance verte".

 

Ah bin si c'est vert alors, tout est permis, et ce serait idiot voire irresponsable de s'opposer à la croissance verte, n'est-ce pas... ?

 

Mais le vert n'est peut-être pas si vert que ça.... à se demander si Enedis ne souffre pas de daltonisme *...

 

 

MT

 

 

* Anomalie de la vision, souvent d'origine génétique, dont il existe plusieurs formes, la plus courante étant la confusion entre le vert et le rouge.

 

 

 

 

Refuser le Linky : le point juridique et les arguments

Communes : voici comment refuser les compteurs communicants

 

1) Refuser Gazpar

2) Refuser Linky

3) Refuser d'autres compteurs (eau)

 

1) Refuser Gazpar

Une particularité du compteur Gazpar est que, contrairement au compteur d'électricité Linky, il n'expédie pas ses informations par fils mais directement par ondes. De fait, GrDF a absolument besoin de l'accord de la commune pour installer, sur un ou des bâtiments hauts (église ou autre), un ou des "répartiteurs" : des antennes à même de recevoir les informations des compteurs Gazpar.

Il suffit donc à une commune de refuser d'accorder cette autorisation pour que GrDF se retrouve coincé : ce ne sont pas les compteurs à proprement parler qui sont interdits, mais à quoi bon les installer si leurs informations ne peuvent être recueillies ?

Méfiance tout de même : comme on peut le lire dans le Canard enchaîné, les juristes de GrDF étudient la situation. Il se pourrait aussi que GrDF démarche des particuliers pour que ces derniers, moyennant un "dédommagement", acceptent que des répartiteurs soit installés sur leurs habitations.

Il est donc conseillé aux communes, après avoir refusé l'installation du ou des répartiteurs, de viser aussi Gazpar (ainsi que les compteurs d'eau) dans la délibération municipale qui doit être prise pour interdire les compteurs Linky (cf ci-dessous).

 

Pour les particuliers, l’association Robin des Toits propose une lettre-type de refus de Gazpar

 

 

2) Refuser Linky

Modèle de délibérations municipales
(d'après la démarche de Saint-Macaire)

Contrairement à Gazpar, le compteur Linky envoie ses informations dans un premier temps par les fils électriques déjà existants, sans avoir besoin a priori de demander à la commune l'autorisation d'installer un ou des répartiteurs (*).

Mais la commune a une autre façon d'agir car elle est généralement propriétaire des compteurs d'électricité (**) alors que, souvent, ce n'est pas le cas pour les compteurs de gaz et d'eau (situations à vérifier au cas par cas).

Enedis (ex-ErDF) ou plutôt son sous-traitant arrive donc dans les communes en disant "Nous venons changer les compteurs d'électricité !"... sans jamais que l'aval du propriétaire (la commune ou une structure émanation de communes) ne soit demandé !

Cette façon de passer en force a marché au début car les maires ignoraient généralement qu'ils étaient propriétaires des compteurs, ce qu’Enedis se garde bien entendu de leur dire ! Mais l'information circule de plus en plus et les élus savent désormais qu'ils peuvent agir.

Nous invitons donc les élus à protéger les libertés publiques et la santé de leurs administrés, à commencer par celle des enfants, en prenant trois délibérations interdisant le remplacement sur la commune des compteurs d'électricité, mais aussi les compteurs de gaz et d'eau, par des compteurs communicants. Cf infos ici.

Attention : bien préciser "par des compteurs communicants" car il faut qu'un compteur ordinaire défaillant puissent être remplacé... par un autre compteur ordinaire (sa durée de vie est de 60 ans, mais une défaillance est toujours possible bien que rarissime).

 

(*) Important : les Linky envoient leurs informations par fils (en CPL) vers le transformateur de quartier. Elles sont ensuite rediffusées par GPRS (téléphonie mobile). Enedis a donc prévu d'équiper avec des antennes les transformateurs de quartier alors que ceux-ci appartiennent aussi aux collectivités. Les communes peuvent (doivent !) donc s'opposer aussi à l'installation de ces matériels...

(**) Attention, les compteurs d'électricité appartiennent aux communes même si la compétence de distribution de l’électricité a été transférée à une organisation regroupant des communes (Communauté de communes, Syndicat départemental d'énergie, etc). Dans tous les cas, la commune peut (et doit !) prendre une délibération contre le déploiement des compteurs communicants, et demander à la structure intercommunale de respecter la volonté démocratiquement exprimée. Les Communautés de communes et les Syndicats départementaux d'énergie sont les émanations des communes, ils existent pour les assister et pas pour leur imposer des décisions arbitraires.

Il faut donc bien noter que Enedis (et a fortiori EDF ou un autre producteur d'énergie) n'est jamais propriétaire des compteurs d'électricité. Une collectivité, le Grand Nancy, a bien essayé de faire cadeau des compteurs à ErDF, mais cette démarche (plus que suspecte...) a été annulée en justice.

 

3) Refuser les compteurs d'eau

Lire aussi : Alerte aux compteurs communicants d'eau

Il apparait que certains opérateurs ont pris de l'avance sur ErDF et GrDF et qu'un certain nombre de compteurs communicants sont déjà opérationnels depuis plusieurs années, en particulier dans certaines grandes villes. Les communes non encore "dotées" doivent prendre des délibérations pour interdire l'installation de tels compteurs.

Important : tout comme pour les compteurs Gazpar, les compteurs d'eau envoient directement leurs informations par ondes radio, les opérateurs ont donc besoin d'installer des antennes et répartiteurs... et ont besoin de l'accord de la commune pour cela : il est donc facile au Conseil municipal de stopper le processus, il suffit de refuser de donner cette autorisation !

Si les compteurs sont déjà là, il faut probablement consulter un juriste pour voir de quelle façon revenir aux bons vieux compteurs ordinaires.

Attention à ne pas se laisser abuser par les prétextes avancés par les opérateurs : il est très bien de vouloir rechercher les fuites d'eau, mais cela ne doit pas se faire en infligeant au passage à la population des compteurs communicants mettant en danger la santé publique.

http://refus.linky.gazpar.free.fr/communes-comment-refuser-compteurs.htm

 

 

 

 

Le point juridique :

 

Refuser le Linky : le point juridique et les arguments
Refuser le Linky : le point juridique et les arguments

 

 

Réponse au document de propagande de ErDF

http://refus.linky.gazpar.free.fr/reponse-au-8pages-de-ErDF.pdf

 

 

 

Refuser le Linky : le point juridique et les arguments
Refuser le Linky : le point juridique et les arguments

Partager cet article

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article

commentaires

Mr Lacune 05/08/2017 14:43

La Libre Concurrence des appareils de comptage n'existe pas.
Linky - pas le choix, voilà le résultat. Plusieurs compagnies devraient pouvoir nous proposer plus de souplesse, comme c'est le cas pour la fourniture d'énergie, de téléphonie, et la plupart des biens de consommation. Seuls ces compteurs électriques y échappent à cette libre concurrence qui serait effectivement plus DEMOCRATIQUE.
De plus aucun agrément n'accompagne ce compteur, aucune assurance non plus car, émetteur d'ondes électro-magnétique (OEM), aucune police d'assurance ne couvre les risques liés à celles-ci.
A lire les 20 pages des nouvelles conditions générales de vente d'Enedis, l'entreprise privée se dédouane de toutes responsabilités en cas d'incendies, de pannes, de maladies.
Il est ANTICONSTITUTIONNEL de forcer la pose de technologie utilisant ces ondes EM dans nos logements si aucune assurance n'en couvre les risques.
Refuser ce nouveaux contrat est bien légitime, l'ancien tenait en 4 pages où il était clairement stipulé la norme NF-EN-50160 garantissant une caractéristique de l'électricité fournie à 50 Htz, ni plus ni moins. Ce qui est d'ailleurs la fréquence la mieux tolérée pas la plupart des composants électroniques, demandez à un prof. d'électricité.

Que dit le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) ? "les OEM sont potentiellement cancérigènes."

- Donc, fait exceptionnel, nous avons un compteur émetteur d'OEM sans assurance, et le particulier qui le refuse doit l'accepter. L'assurance est obligatoire pour les véhicules, les habitations, parce qu'on doit pouvoir, en cas de problème pouvoir démêler les responsabilités pour une éventuelle prise en charge. Mais pour ce compteur aucune obligation d'assurance, à croire que l'assurance, ce n'est que pour les sans-dents.

- Autre rare exception, les compteurs électriques ne sont pas soumis à la libre concurrence.

Alors que les accidents industriels ont déversés dans la nature nombre de substances cancérigènes, qui ne cesse de proliférer dans nos sociétés industrielles, sous forme de bitume, plastique, encre alimentaire, pétrole, engrais et insecticides, médicaments et contraceptifs, radioactivité, est-t'il tolérable qu'on RALLONGE cette liste qui est déjà trop longue, la raccourcir serait un acte écologiste, mais pas la rallonger…

Les ondes pulsées via le CPL envoyées par le Linky toutes les 10 minutes (et non qu'1 fois la nuit, mensonges des promoteurs), utilise NOS circuits électriques pour les transformer en RESEAU INFORMATIQUE, violation de la propriété, en antenne radiative empoisonnant la santé (car 98% des circuits ne sont pas blindés). Ce n'est pas Enedis qui paye l'installation électrique, c'est l'habitant,
donc ces compteurs, par une technologie utilisant le CPL, prennent possession de nos circuits, de nos muti-prises, tans pis pour les incendies, les pannes, les maladies.

- Il faudrait donc revoir le droit du propriétaire pour ce nouveau compteur.

Trop de failles, de lacunes encombrent ce dossier qui ne reste qu'à l'avantage d'Enedis.
STOP au MONOPOLE des compteurs électriques.

lejour-et-lanuit.over-blog.com 05/08/2017 19:00

Oui, merci

Présentation

  • : Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • : Un lieu où pourraient se cotoyer le jour et la nuit, les univers différents de la pensée logique, rationnelle, structurée à partir des informations émanant de toute part, et de la pensée vagabonde, celle qui erre la nuit, mais aussi le jour, dans l'envers des choses, à la recherche de l'impalpable, de la beauté et de la magie. Michèle Théron
  • Contact

  • lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. 
Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...

Auteur - Photographe

Michèle Théron, praticienne de santé naturopathe, femme en chemin, je vous partage sur ce blog des articles, de la poésie, des photos créés par moi, et les citations, articles, vidéos qui nourrissent mon chemin et m'inspirent.

Recherche