Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mai 2020 1 25 /05 /mai /2020 16:41
photo Michèle Théron

photo Michèle Théron

 

 

Dans ces temps de grandes révélations, j'entends beaucoup de personnes dire , il ne faut pas parler de cela, car ça nourrit l'ombre, ça nourrit la matrice, ça renforce l'ombre, etc.

 

Je suis la plupart du temps interpellée par ces phrases.

 

D'abord parce que j'ai appris, et aussi expérimenté, qu'il est difficile de transmuter quelque chose sans l'identifier, sans le nommer, afin que dans un processus d'accueil et de reconnaissance, cela perde de sa force et puisse se transformer vers un nouveau plus lumineux.

 

Ensuite parce que je ne comprends pas que lorsqu’on révèle des choses concernant la société et certains abus ou systèmes de manipulation, on dit qu’on « nourrit l’ombre », et lorsque l’on dénonce les abus sexuels ou la pédophilie par exemple, on considère cela comme absolument nécessaire, voir thérapeutique de mettre tout cela en lumière.

 

Pourquoi y aurait-il des choses nécessaires à révéler et d’autres non ?

 

Qu’est-ce qui, éventuellement, peut alourdir nos systèmes de croyances, la société ou le monde ? Probablement pas le fait de voir ces choses, mais de continuer à y être identifiés et d’entrer dans des émotions qui elles-mêmes ne seront pas accueillies et viendront se renforcer encore et encore.

 

Dans l’absolu, il conviendrait donc de voir, de regarder tout ce qui est, de ne rien laisser de côté, mais d’éviter de s’identifier au bourreau ou à la victime, d’éviter les jugements extrêmes, même s’il paraît inévitable d’en avoir, ne serait-ce que par l’évaluation que l’on fait en fonction de nos valeurs.

 

Il en est ainsi pour les émotions. Si vous dites seulement, par exemple, je dis adieu aux traumas de mon enfance, ce n'est plus la peine d'en parler, ce n'est pas cela qui va dissoudre la mémoire, active non seulement dans le cerveau mais aussi dans la mémoire cellulaire au niveau du corps.  Il va falloir d'abord identifier les multiples aspects de ce trauma, les nommer, voir leur mouvement psychique, repérer nos attachements, nos croyances qui en découlent, nos peurs à lâcher quoi pour quoi, faire une sorte de cartographie de ce qui nous habite, pour identifier que cela est en nous, l'accueillir et ensuite seulement décider si c'est à transformer ou à mettre en dehors de notre système parce que reconnu comme complètement inutile ou destructeur.

 

Tous les traumatisés de guerre, qui ne parlent jamais de leurs traumas, mais qui continuent d’être agis par eux pendant des décennies, parfois avec une rare violence à l’encontre d’eux-mêmes ou de leurs proches, sont la preuve vivante qu’il ne suffit pas de se taire pour faire disparaître nos ombres.

 

Une autre interrogation m’est aussi venue.
En ce moment, nous parlons beaucoup de manipulations graves concernant la santé, la politique, l’économie, les pertes de liberté, les risques d’enfermement de l’humanité dans un rôle de bétail qui servirait les intérêts d’une élite avide de pouvoir, de folie, et de profits n’allant pas dans le sens du bien-être du plus grand nombre. Les informations sortent et explosent comme des grains de pop-corn sortis du feu et cela, bien-sûr, peut être effrayant d’être confrontés à autant de nouveautés, autant de malversations et de programmes qui semblent nous échapper et sur lesquels, pensons-nous, nous n’avons aucun pouvoir immédiat.  

 

Alors quoi ? En parler, nommer ces personnes dont on commence à connaitre les profils, révéler les intentions qui étaient jusque là cachées ou méconnues, cela « nourrirait l’ombre », cela donnerait du poids au « négatif » ?

 

Alors cette image m’est venue. Au moment de l’avènement d’Hitler, au cœur de l’horreur la plus sombre de l’histoire, un silence presque total régnait sur la terre, et personne ne dénonçait rien, personne ne parlait des camps, personne n’élevait sa voix pour s’opposer à l’impensable.

Est-ce que ce silence a permis d’éviter l’horreur ?

 

 

Alors comment pouvons-nous trouver le juste milieu, entre voir les ombres et honorer la lumière, comment marcher en équilibriste entre ces deux polarités ?

 

Probablement en n’oubliant pas de se nourrir soi-même de toutes les belles choses, de savoir regarder la Vie sous toutes ses formes, la beauté du monde qui existe malgré tout cela, en honorant chaque instant de beauté et en honorant notre désir profond d’unité, même si nous n’avons pas encore les clés pour créer le futur auquel nous aspirons.

 

Comprendre que plus nous sommes témoins de l’ombre, plus nous devons l’éclairer et y mettre de l’amour. Car en effet, il est possible de se perdre dans l'ombre ou dans la contestation. Verser dans la haine n’apportera rien, et là, en effet, nous ne faisons que renforcer l’ombre puisque nous n’y ajoutons pas notre graine de lumière.

Dans cet élan qui nous pousse vers un monde meilleur, comment pouvons-nous faire si nous ne savons pas à quoi dire adieu, si nous ne faisons pas ce travail de conscience qui consiste à voir tout ce que se passe et que nos filtres avaient jusque-là masqué ?

 

Pour faire un tri, il faut pouvoir développer son discernement, il faut lever nos propres voiles, il faut pouvoir hiérarchiser les informations par rapport à nos valeurs, il faut affiner notre compréhension, notre jugement, voir qu'une information peut en cacher une autre. Cela demande un travail intellectuel et psychique.

 

Ce n’est pas nommer l’ombre qui la renforce, c’est notre regard et notre accueil qui font la différence et notre courage à aller débusquer tous les aspects de la forme qu’elle prend et de les reconnaître. Cela demande beaucoup de réajustements.  Et, oui, voir demande beaucoup de courage. Et voir suggère de finalement s'engager et de poser aussi des actions.

 

Et la Conscience s’expérimente au travers de chacun d’entre nous. Nous avons, tels les colibris, chacun notre note, notre part à jouer. Celui qui médite vaut celui qui dénonce et explique, car ramenée à la totalité, chaque expérience nourrit l’ensemble.

 

La question peut être : comment puis-je nourrir la Vie ?

Parfois, au nom de la Vie il convient de dénoncer l’inacceptable.

 

 

Michèle Théron

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

V
Merci infiniment pour votre sens de la précision, de la justesse. C'est tellement bon à ressentir !
Ce que vous partagez me parle directement.
"un grand écart entre voir ce qui dérange et aspirer à la lumière et l'unité" Oh oui…
Pour ma part, je renoue notamment avec une approche "sans filtres" tout en veillant à respecter mon intégrité.
Aussi j'ai l'impression que nombre d'entre nous n'avons pas vraiment "le choix" : appel au dépouillement...
J'aime le soin avec lequel vous écrivez, transmettez. "Aller vers", "le plus possible", "au plus près de"... La vie en moi se sent honorée de vibrer avec la vie en vous !
Répondre
V
Les deux yeux courageux du Yin-Yang...
J'aime beaucoup le fait que Bertrand du Chambon ait écrit : "nus traversons".
C'est ce qui m'est venu en lisant vos lignes, la vérité nue. Le positionnement à la fois nuancé (discernement) et tranché (engagement). Traverser nu(e), n'est-ce pas là une des façons de "nourrir la Vie" ?
Un grand merci.
Répondre
L
Merci Virginie pour ce commentaire et cette vision synthétique "les deux yeux courageux"... c'est parfois comme un grand écart entre voir ce qui dérange et aspirer à la lumière et l'unité...
oui, bienvenu ce "nus traversons", en effet, nous sommes invités à être le plus "nus" possible, c'est à dire débarrassés de nos voiles et de ce qui fait écran à la vie.
J'ose espérer qu'en allant vers ce dépouillement, en conscience, nous honorons au plus près la vie.
Belle journée
B
Tout cela est très justement dit et pensé, chère Michèle. En effet, l'exemple de la montée du nazisme est très parlant (même si des gens l'ont dénoncé, y compris en Allemagne et en Autriche) et le fait de taire les manoeuvres des serviteurs de l'ombre ne sert à rien. Je donne parfois quelques informations sur l'ère que nus traversons, et vous pouvez, si le coeur vous en dit, regarder de temps en temps ma page FaceBook - je crois que nous sommes en accord sur bien des points. A votre intention et à celles et ceux de nos amis qui auraient besoin d'être rassurés, je précise que je communique assez souvent sur le fait que nous sommes aidés, et que sans cette aide, notre petit coin du Cosmos n'aurait pas survécu et aurait disparu depuis belle lurette... N'oublions pas : l'ombre, c'est de la Lumière en devenir.
Répondre
L
bonjour, merci de votre commentaire, oui, je suis d'accord, l'ombre n'est que de l'énergie qui attend la lumière !

Présentation

  • : Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • : Un lieu où pourraient se cotoyer le jour et la nuit, les univers différents de la pensée logique, rationnelle, structurée à partir des informations émanant de toute part, et de la pensée vagabonde, celle qui erre la nuit, mais aussi le jour, dans l'envers des choses, à la recherche de l'impalpable, de la beauté et de la magie. Michèle Théron
  • Contact

  • lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. 
Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...

Auteur - Photographe

Michèle Théron, praticienne de santé naturopathe, femme en chemin, je vous partage sur ce blog des articles, de la poésie, des photos créés par moi, et les citations, articles, vidéos qui nourrissent mon chemin et m'inspirent.

Recherche