Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mai 2020 1 18 /05 /mai /2020 23:00
Prenons soin des soignants

 

J’ai juxtaposé ces images car leur paradoxe saute aux yeux, enfin j’espère…..

J’espère en effet que le caractère choquant de la situation apparait clairement. Les messages contradictoires créent on le sait la sidération et la dissociation cognitive, et la manipulation génère des distorsions par rapport au réel. Tant que les éléments sont séparés, leur sens peut nous échapper.

 

 

La ville de Paris a placardé un peu partout ce message avec de grandes affiches, dès les premiers jours du confinement.

«  Prenons soin des soignants ! Soutenons-les »
Tout d’abord, étant donné que dès le début du confinement, tout le monde réclamait des masques, du gel, du matériel, on est en droit de se demander quelle était l’urgence à consacrer un budget à la conception, l’impression, le transport, la pose de ces affiches … Personne, très probablement, ne nous dira à combien s’élevait le coût d’une telle opération, au lieu que cet argent soit investi le plus rapidement dans des besoins concrets, dans la vraie vie.  

Mais cela reflète nos sociétés « modernes », l’image avant les actions, les promesses, sans les engagements.

 

 

Alors comme les médias font bien leur travail, et que les politiques savent parfaitement quel vent souffler pour rendre les gens amnésiques, il semblerait que la dernière promesse, la dernière proposition, la dernière idée sortie du chapeau, soient suffisantes pour annuler toute la réalité pourtant largement signifiante de ces dernières années. C’est-à-dire une surdité aux voix qui s’élèvent et une répression systématique des revendications.

Mais la propagande veille…

 

 

Donc d'abord, « Merci » !

 

Et maintenant, « une médaille » !  

Comme à l’école, pour récompenser les enfants sages, qui ont bien obéi et qui ont bien été dans le sens des injonctions normalisantes !

 

Un syndicaliste demande au président s’il pense qu’ils ont besoin d’une médaille. « Vous ne la voulez pas ? ne la prenez pas » (comment refuser un tel honneur ?). Dans l’état actuel de la société qui peut encore imaginer que les travailleurs ont besoin de médailles pour faire face aux difficultés financières et structurelles de leur labeur ?

On se croirait revenus à l’époque des sociétés communistes, où les médailles récompensent le travail, ou en Chine qui, bien préparée par le communisme totalitaire, a aujourd’hui instauré le « crédit social » où les bonnes actions civiles sont récompensées par des points…

 

 

Acheter l’âme des gens n’est pas si compliqué que cela. Même en colère, beaucoup sont encore dans la servitude. Pour exemple un simple détail, des laborantines qui, après le syndicaliste, sont là pour revendiquer le fait que leur travail est aussi disqualifié et oublié. Après quelques promesses et effets de manche du président, elles se répandent en « merci, merci, vraiment merci » …

Mais merci de quoi ? Cet homme est parti en rappelant qu’il venait de s’engager pour des changements au sein de la santé, et qu’il tenait « toujours » ses engagements…  Mais lesquels ?

 

 

Les dernières manifestations des Français, gilets jaunes et blouses bleues confondus, ont été d’une répression et d’une violence sans commune mesure. Elles permettent de se souvenir en effet à quels engagements le gouvernement et ses prédécesseurs  se sont astreint  : détruire et appauvrir les structures hospitalières (mais si ce n’était que cela), pressuriser le personnel soignant, et faire des coupes budgétaires au-delà du supportable.

Après on inverse les problèmes, on dit que la grippe est une catastrophe, alors que l’on n’a plus assez de moyens pour accueillir les malades et qu’on redoute « l’engorgement » des services d’urgence….  

Retournement des problèmes, retournement des valeurs…

 

 

Un merci, des médailles... et des héros.

 

 

Inventer des héros. Détourner la figure du héros qui est un personnage qui avance sur un chemin initiatique à la rencontre de ses ombres, de ses profondeurs, et qui expérimente les épreuves en renonçant justement à tous les honneurs proposés par la vie publique et prosaïque.

 

 

Mais ici le héros permet de croire que nous avons des sauveurs et d’oublier que nous avons des bourreaux…

Il donne l'impression que nous sommes dans une grande aventure où les événements ne relèvent de la responsabilité de personne, mais du hasard, et que, oh miracle, nous avons des héros valeureux pour nous sauver.

 

 

Ainsi nous avons « le personnel soignant », érotisé par les applaudissements à 20 h pendant que nous étions prisonniers, nous avons « Didier Raoult » (qui passe son temps dans les interviews à se défendre de cette attribution de héros que l’on veut absolument lui faire porter), le héros « seul contre tous », sur lequel nous pouvons projeter notre rébellion pourtant bien agonisante…  

 

 

Le héros nous dispense de faire le travail nous-même. Si une ou des personnes incarnent le potentiel de nous sauver et que nous nous identifions à cette image, cela nous coupe de la possibilité d’être en contact avec nos propres ressources à nous sauver. C’est une façon de rester dans l’attente, dans l’espoir que l’extérieur va venir changer notre réalité. Et cela sert parfaitement les dominants (qu’ils soient nos gouvernants, ou nos parents lorsque ceux-ci investissent d’eux-mêmes le rôle de héros tout puissant qui nous maintient dans la dépendance et l’état infantile).

 

 

Le héros permet aussi de diviser et hierarchiser une société. Il y a les héros, et les autres. Il y a ceux qui ont une médaille, et les autres. Les commerçants, les caissières, les éboueurs, les livreurs, les « techniciens de surface », les conducteurs de bus ou de métro, toutes les « petites mains » qui travaillent dans l’ombre et font vivre notre société, la base, la force en action sans laquelle la pyramide ne pourrait pas tenir. Pour eux, pas de médaille. Ou alors un autre jour, lorsque cela servira à redorer un autre désastre.

 

 

Nous sommes enfermés dans la caverne de Platon, entrain de regarder les ombres s’agiter et se projeter sur les parois, nous regardons le film mis en scène par nos geôliers. Messages subliminaux, mais le plus souvent explicites, mises en scène parfois grotesques, narration exagérée, fausse modestie en remerciant et en s’excusant des erreurs commises (pour mieux frapper plus fort derrière), fabrication de récompenses et de héros, nous avons là un scénario écrit sans tenir compte du plus grand nombre et dans lequel il ne nous reste que des rôles de figurants.

 

 

Mais nous pouvons sortir de notre geôle mentale, de ce mauvais rêve, nous pouvons décoder toutes les injonctions paralysantes, les manipulations, les mensonges, les abus de pouvoir, les inversions, les distorsions.

 

Et alors nous pouvons nous retourner vers la lumière du jour, nous lever, sortir de la caverne et marcher.

 

 

Une nouvelle réalité nous attend.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

V
Je reçois vos belles pensées avec un immense sourire, merci beaucoup :)
Prenez soin de vous aussi Michèle.
Il me semble essentiel de relier le prendre soin au présent, comme vous le formulez ici. Instant après instant. Pas après pas.
Je suis profondément touchée par la force de Vie qui nous pousse toujours plus en avant. Ramenant ainsi tout ce qui demande à être vu, tout ce qui a besoin d'émerger et toute cette créativité, ces potentialités en devenir.
Il y a une très belle vidéo concernant "les messages de la nature" avec Lilou Macé, Audrey Fella et Laurent Huguelit. Si le cœur vous en dit, je vous invite à la visionner. A un moment, Laurent Huguelit fait référence à l'ombre et j'aime comme il en parle. Il dit, notamment, que ce ce sont souvent les cœurs purs qui regardent "leur ombre" et il distingue clairement cette dernière des mémoires de destruction (génocides, esclavages etc.) que Terre Mère porte en elle. Aussi Lilou fait une belle ouverture sur la dimension collective du prendre soin...
Je repense au partage éclairé de Natacha Divine "nos ombres et l'ombre" et aux voiles qui se lèvent… Ce qui secoue très fort parfois ! Et je remercie le Souffle qui jamais ne s'essouffle...
Beau week-end.
Virginie
Répondre
L
Oui, c'est important de se soutenir dans ces traversées.... Pas après pas. Parfois il y a des pas où l'on pense que tout va s'arrêter, que l'on va lâcher la corde... et puis comme vous dites, la force de vie nous pousse plus loin, s'invitant par le souffle, même léger... et puis l'on continue !
il me semble avoir vu une vidéo de laurent Huguelit sur son dernier livre, je vais aller voir celle-ci, merci !
Ce n'est vraiment pas facile cette histoire d'ombre... nous sommes assez ignorants finalement, il y a beaucoup de "décrets", c'est ceci, c'est cela... mais en ce qui me concerne, je vois bien que je ne peux comprendre qu'avec la conscience du moment, qui est en devenir, mais qui pour l'instant ne peut ni tout voir, ni tout comprendre...
Belle semaine Virginie
Michèle
V
… Très juste.
"Une nouvelle réalité nous attend".
J'ai fait un AVC le 21/04/2020, très fort sur tous les plans. Beaucoup d' "instructions" internes.
Mon amie Claire m'a fait un soin à distance et j'ai beaucoup aimé ce qu'elle a formulé dans ses retours, à savoir le fait d'être amené à "choisir [notre] réalité". Cela rejoint cette nécessité du prendre soin : prendre soin de notre réalité.
Vous souhaitant une agréable journée.
Virginie
Répondre
L
bonjour Virginie,
Oh lala... quelle épreuve ! Cette période a donc été intense pour vous !
Oui, prenons soin du vivant, de ce qui nous traverse ici et maintenant.
Et prenez soin de vous Virginie, je vous envoie à distance, mes meilleures pensées !
michèle

Présentation

  • : Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • : Un lieu où pourraient se cotoyer le jour et la nuit, les univers différents de la pensée logique, rationnelle, structurée à partir des informations émanant de toute part, et de la pensée vagabonde, celle qui erre la nuit, mais aussi le jour, dans l'envers des choses, à la recherche de l'impalpable, de la beauté et de la magie. Michèle Théron
  • Contact

  • lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. 
Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...

Auteur - Photographe

Michèle Théron, praticienne de santé naturopathe, femme en chemin, je vous partage sur ce blog des articles, de la poésie, des photos créés par moi, et les citations, articles, vidéos qui nourrissent mon chemin et m'inspirent.

Recherche