Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 14:56

 

Ce passage fait référence à une époque sombre du Canada et de la colonisation où les pensionnats pour les Indiens ont été le lieu de maltraitances, de viols et de « lavage de cerveau », pour les sortir de leur état de « petits sauvages » avec leur « sale langue ».

Partout dans le monde, nous avons à rougir des violences faites aux autochtones ou à des minorités.

Mon cœur saigne vraiment de ces atrocités perpétrées depuis si longtemps sur la terre, et je demande pardon, pardon, pardon...

Pourquoi demander pardon lorsque nous n’avons « rien fait » me direz-vous ?

C’est mon cœur qui me le dit.

Et la tête peut vous fournir ces quelques explications :

Au nom de ce que je nomme la co-responsabilité : ne serait-ce que par nos ancêtres qui ont fait cela et qui eux n’ont pas demandé pardon, ne serait-ce que par les valeurs (ou justement l’absence de valeurs) qui ont permis cela et dont nous pouvons avoir encore une trace à l’intérieur de nous-mêmes (à chaque fois que nous émettons un jugement envers un Frère, une Sœur, au nom de sa race, sa couleur, ses pensées, sa religion, etc.), au nom de toutes nos petites bassesses, nos manques de courage, nos aveuglements, nos dénis, nos illusions, notre esprit de compétition, notre ego orgueilleux, notre besoin de domination, toutes ces parties non éclairées de nous qui peuvent encore nous traverser, à des doses aussi petites soient-elles, et permettent à l'ombre de s'immiscer, pardon...

 

Chacun, nous devons traverser nos ombres, oser voir l’inacceptable et prendre la responsabilité de guérir.

 

T8aminik a vaincu son dragon par la force du pardon.

 

 

 

MT

 

Helen_Nelson-Reed_13.jpg

Illustration Helena Nelson Reed

 

 

 

(…) comprenez que tant qu’une blessure n’est pas rouverte, elle ne peut être nettoyée et continue de s’infecter.

 

Nous devons tous avoir le courage de déterrer ce triste épisode de notre passé afin de nous réconcilier véritablement et de passer à une autre étape de notre vie commune.

 

L’humain qui a peur de vivre ses émotions est un être en cage. Peu importe nos blessures, la pire chose que nous puissions faire est de tenter d’oublier, sans crier ou sans pleurer.

 

D’innombrables cris et larmes sont sortis de mon corps pour permettre ma guérison.

 

La cicatrice est toujours présente et peut se réveiller de temps à autre, mais j’ai réussi à accepter l’inacceptable et à pardonner l’impardonnable.

 

 

T8aminik Rankin, On nous appelait les Sauvages, co-écrit avec Marie-Josée Tardif aux Editions Le jour

 

 

 

 


Partager cet article

Repost0

commentaires

S
Une larme coule . . . Merci pour ces lignes qui résonnent très fort à l'intérieur.
Oui, j'entends, ressens et partage votre pardon du cœur *
Lorsque j'ai entendu le témoignage de Dominique Rankin pour la première fois, j'ai été saisie comme on est saisi lorsque l'on effleure les mémoires que l'on porte en nous. Mitakuye Oyasin * Tous
concerné(e)s, lié(e)s, animaux, végétaux, minéraux, humains (...), tous sœurs et frères incarnant le mystérieux tissu Vivant ~
Il n'y a pas un seul jour où je ne pense pas à "tout cela", aux violences auxquelles doivent faire face les peuples "autochtones", à la force et à la spiritualité des peuples Anishnabé, Innu,
Lakota, Guarani-Kaiowa, Awa, Bushmen, Dongria Kondh . . . J'ai la conviction qu'un jour mes pieds se poseront sur le continent américain, il m'appelle.
A ce propos, je vous invite à vous rendre sur ce site : http://www.wapikoni.ca/
Revenant tout juste d'un voyage au Maroc où je me suis sentie entourée d'une telle chaleur humaine, celle qui nous fait tant de bien, je vous envoie ces vibrations qu'on m'a transmises :) Avec tout
mon respect
Répondre
L


Merci Sista du témoignage de votre ressenti, c'est vrai que c'est un sujet bien délicat que toute cette violence faite sur la terre au nom de croyances et illusions... Nous sommes dans une époque
où nous pouvons commencer à guérir cela, petit à petit, en ouvrant à nouveau nos coeursn en pardonnant et en se pardonnant pour tant d'aveuglement.
je ne sais pas si j'aurais la chance de rencontrer le peuple amérindien sur ses terres, cela m'a aussi longtemps appelée...
Merci pour le lien vers ce site que je vais aller voir.


Et merci de tout coeur pour l'envoi de ces vibrations chaleureuses


Très belle journée



Présentation

  • : Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • : Un lieu où pourraient se cotoyer le jour et la nuit, les univers différents de la pensée logique, rationnelle, structurée à partir des informations émanant de toute part, et de la pensée vagabonde, celle qui erre la nuit, mais aussi le jour, dans l'envers des choses, à la recherche de l'impalpable, de la beauté et de la magie. Michèle Théron
  • Contact

  • lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. 
Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...

Auteur - Photographe

Michèle Théron, praticienne de santé naturopathe, femme en chemin, je vous partage sur ce blog des articles, de la poésie, des photos créés par moi, et les citations, articles, vidéos qui nourrissent mon chemin et m'inspirent.

Recherche