Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 15:48

 

 

Vint un temps où le risque

de rester à l’étroit dans un bourgeon

était plus douloureux que le risque d’éclore.

 

Anaïs Nin

 

   
anne-geddes2.jpg

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 13:54

 

Un processus bio-physique au service de l’étude du vivant

 

 

Méthode d’analyse globale, ses champs d’application sont immenses. En évaluant la qualité interne de toute substance vivante, elle intéresse directement notre santé et notre alimentation et nous interroge sur notre rapport au réel.

 

 

A partir d’indications données par Rudolf STEINER, E. PFEIFFER, un chimiste allemand, met au point au début du siècle, cette méthode d’analyse globale qui sera ensuite utilisée dans les domaines médicaux et agro-alimentaires. Au départ empirique, la méthode va devenir une technique de laboratoire statistiquement vérifiée, grâce aux travaux des Docteurs Alla et Oleg SELAWRY. Entre 1950 et 1975, ces médecins recueillirent plus de 600 000 plaques, où furent testées différentes substances.

 

Les cristallisations sensibles ou « thésigraphies » sont obtenues en mélangeant des solutions de sel à des substances organiques. Le chlorure de cuivre est le sel qui s’est révélé le plus efficace pour l’observation de ce processus. Mise en présence de la substance à tester (substance végétale, minérale ou sanguine) et déposée sur une plaque de verre, la solution s’évapore et dessine ensuite ce qu’on appelle des images de cristallisation.

 

Cette méthode s’applique à tout produit animal ou végétal pour connaître sa valeur nutritive, son pouvoir thérapeutique, son degré de contamination, etc.

Elle s’applique aussi à l’homme, à l’animal, par prélèvement de leur sang pour obtenir un bilan de santé (par exemple connaître l’état de tout un cheptel animal à partir d’un seul individu). Elle permet alors d’évaluer le terrain, ses faiblesses, de dépister précocement des cancers, de faire des suivis thérapeutiques réguliers.

 

 

Comment ça marche ?

 

Le test de cristallisation sensible est une opération délicate, faite dans des conditions d’expérimentation précises.

Il se pratique dans une cabine isolée des champs magnétiques ou vibratoires et des courants telluriques, dans laquelle on maintient une température et une hygrométrie constantes. Les plaques de verre sur lesquelles sont déposées les solutions sont laissées toute la nuit (environ 18 à 24 heures). (voir …)

Entre le substrat, l’eau et le sel de cuivre, tout se passe comme si l’information du substrat était extraite par le réseau de molécules d’eau et s’imprimait dans les aiguilles du sel de cuivre qui sert de révélateur.

 

Un premier examen est fait à l’œil nu, sorte de bilan morphologique : rétraction, vitalité des striations, trame, amplitude du rayonnement, localisation du « centre » (excentré) de la cristallisation, signes ou figures visibles, étude des zones. L’examen se poursuit à la loupe éclairante et enfin au microscope. Il se passe une quinzaine de jours entre l’examen et le diagnostic final, ce qui en fait un test biologique peu industriel, car l’interprétation est longue.

 

Le test permet de rendre compte de l’équilibre ou du déséquilibre des systèmes énergétiques d’un organisme vivant c’est à dire de sa vitalité. Toute modification dynamique de l’organisme va transformer l’image. Pour le test appliqué à l’être humain, la pathologie qui va déterminer cette modification énergétique sera soit au niveau :

de l’organe (pathologie organique)

de la fonction de l’organe (pathologie fonctionnelle)

du métal lié à cet organe ou sa fonction (excès ou carence)

 

 

Un test qualitatif

 

A structures chimiques équivalentes des substances testées, les sels de chlorure de cuivre s’organisent ou non à partir d’un centre, selon que la substance est naturelle ou artificielle. Les substances de synthèse n’induisent pas une organisation spécifique des sels (par exemple la vitamine C de synthèse donne un ensemble de petites étoiles non reliées, tandis que l’acerola produit une image arborescente). Par contre, les substances végétales, animales ou humaines organisent les sels de chlorure en une image de cristallisation tripartite. C’est ainsi qu’on a pu déduire que la composition chimique de la substance n’était pas responsable de l’organisation de l’image cristalline. Le chlorure de cuivre se comporte plutôt comme s’il matérialisait le champ énergétique commun aux êtres vivants.

 

Ce processus sert de test qualitatif, permettant d’analyser des substances diverses (sang, sève, teinture mère, poudre séchée,…), non pas basé sur l’analyse quantitative des composants chimiques, mais sur la qualité de l’énergie de vie qui anime toute substance. Entre deux extraits de pomme (de même variété) on ne testera pas la quantité de vitamines, mais on pourra connaître la valeur en quelque sorte « énergétique » des deux échantillons. (Voir figures 1 et 2)

 

 

Une cartographie codée

 

Le volume des informations contenues dans chaque image cristalline est considérable. Il est décodable à partir de référentiels expérimentés et confrontés à la clinique (pour les bilans de santé par exemple) ou à la biochimie (pour les denrées agro-alimentaires par exemple). Notamment des expériences in vitro ont permis d’accélérer l’altération de divers extraits biologiques -en jouant sur divers paramètres : chaleur, congélation, échauffement, acidification, oxydation- et ainsi anticiper et vérifier les processus d’altérations naturelles. Ceux-ci vont tous dans le même sens : le catabolisme.

 

Les modifications de l’image cristalline accompagnent ce processus de catabolisme et suivent alors une involution en correspondance avec la dégradation cellulaire ou métabolique. Cela se traduit par une série de figures en formes de vacuoles, puis ailerons, rosettes et enfin croix (voir figure n°3). Ces figures sont observables par exemple sur le végétal ou le lait. Au fur et à mesure de leur stockage et de leur dégradation, à chaque échantillonnage successif, on voit alors s’installer ces figures, toujours de la vacuole vers la croix.

 

Pour les bilans sanguins, la cristallisation s’organise autour de formes qui renvoient aux grands systèmes de notre organisme : systèmes pulmonaire, cardiaque, gastrique, hépatique, intestinal, génital et rénal (voir figure n°4). Un sujet équilibré se verra pourvu d’une texture cristalline qui rayonne harmonieusement, autour d’un centre unique, toujours excentré. La croissance des cristaux est régulière, sans vacuoles, sans éléments cristallin surajouté ; les stries sont régulières et homogènes. Une lecture qui évoque de façon surprenante l’interprétation iridologique, où l’on observe la trame de l’iris, ses vacuoles, les éléments surajoutés, où il existe une cartographie des organes et où chaque détail est interprété en rapport avec les grands systèmes de l’organisme.

 

 

Echec à la philosophie matérialiste

 

Cette lecture fait appel à des paramètres totalement différents de ceux employés par l’analyse scientifique qui les qualifierait de « subjectifs ». Le monde scientifique d’aujourd’hui a opté pour une philosophie matérialiste, basée sur l’étude de la matière observée dans des conditions où elle n’est plus « vivante ». Il étudie la structure des organismes dans son aspect quantitatif (microbiologie, chimie, biochimie : y a-t-il des vitamines ? oui/non ; y a-t-il des bactéries ? oui/non …) et délaisse l’aspect qualitatif qui est en fait la clef de la connaissance du vivant. Jean-Pierre Garel, biologiste au CNRS, qualifie la biologie moléculaire de « monstre mécaniciste et réductionniste », parce que trop axée sur une recherche linéaire. Il précise : « Trois de ces rameaux vigoureux (génétique moléculaire, virologie moléculaire et immunologie moléculaire) sont aujourd’hui directement défiés par le SIDA. Pour en triompher faut-il changer le SIDA, les patients ou les concepts ? ». Mais les concepts ont la vie dure…

 

Néanmoins, aujourd’hui, les normes officielles sont insuffisantes pour rendre compte de la qualité d’une chose aussi complexe qu’un organisme vivant, que ce soit un aliment consommé ou l’organisme humain. Elles ne sont pas adaptées à un domaine aussi fluctuant que celui des êtres vivants et des processus de vie, toujours en mouvement.

La conséquence de cette vision froide et matérialiste a abouti à des techniques (agricoles entre autres) destructrices pour nous-mêmes et notre environnement. L’agriculture et l’élevage ont pour rôle de nourrir, de maintenir le vivant en bonne santé, de préparer la nature de demain à partir du patrimoine existant en l’amenant vers un niveau d’évolution supérieur en complexité. Au lieu de cela, nous sommes arrivés à une production quantitative démesurée dont nous devons payer le prix par l’abandon de la qualité même du vivant. L’argument,  souvent taxé de passéiste ou obsolète par les détracteurs du « bio », trouve néanmoins ici sa raison d’être à travers l’expérimentation.

 

 

Une hiérarchisation des agricultures

 

Toutes les images de cristallisation des produits de l’agriculture intensive traduisent par leur texture, leur structure et leur évolution dans le temps : un affaiblissement des processus végétatifs, une stagnation ou un abaissement du niveau d’évolution et des capacités de régénération réduites. Elles mettent ainsi en évidence que l’agriculture dominante est une pratique non pas d’ « élevage », mais bien une « exploitation », un esclavage de la terre et de ses richesses. Au même titre que l’Homme s’est permis d’exploiter l’Homme en le réduisant à l’esclavage, sans se soucier de sa valeur, l’agriculture exploite la terre, sans éthique et sans aucune notion des lois qui régissent la nature. Nous entendons par « lois », le système complexe de réactions en chaîne que l’Homme ne peut connaître ni maîtriser dans son ensemble.

 

L’observation des produits issus des trois agricultures (intensive, biologique, biodynamique) permet en effet de hiérarchiser la structure des cristallisations, selon des critères qui nous informent de la qualité de ces modes de production.

Les produits issus de l’agriculture dominante donnent des images de type « racine » dans laquelle prédomine un aspect physique et éphémère.

Les produits de l’agriculture biologique donnent des images de type « feuille », dans laquelle prédomine l’intensité des processus végétatifs.

Avec les produits de l’agriculture biodynamique, les images de type « fleur » montrent les structures les plus évoluées, tout en gardant des textures révélatrices de processus végétatifs intenses.

 

Nous pouvons voir à travers ces trois types d’image, la même dynamique qu’un processus de maturation, de la racine (la partie la plus « grossière ») à la fleur (la partie la plus subtile).

Ces images viennent traduire à leur manière des phénomènes énergétiques subtils et nous interrogent sans cesse. Comment nous nourrissons-nous ? Quelle est la valeur de ce que nous laissons pénétrer dans notre corps ? Quel est le taux vibratoire de nos aliments, de notre organisme ? Comment appréhendons-nous le réel ? Sommes-nous entiers et debout sur nos deux jambes ? Car si nous sommes condamnés à ne manger que ce que nous donne l’agriculture intensive, ne sommes-nous pas amputés de quelque chose de vital pour notre survie ?

 

 

Le féminin oublié

 

La progression des images de cristallisations sensibles, d’une forme de type racine (pour l’agriculture intensive) jusqu’à une forme de type fleur (pour l’agriculture biodynamique), est à mettre en parallèle avec un processus qui s’inscrit dans une polarité. Dans notre monde manifesté, la vie ne peut circuler qu’entre deux pôles opposés : mâle et femelle, (+) et (-), yang et yin, deux polarités qui créent la matière, l’énergie, la vie.

Pour assurer la survie du groupe, le principe masculin, guerrier, agressif, compétitif, s’est mis en place dès l’origine de la civilisation. Puis, de nécessaire, ce principe est devenu un outil de pouvoir. Le patriarcat dominant a imposé ses outils de survie : l’intellect, l’analyse, la science, la technologie. L’intellect sépare, pour pouvoir désigner et connaître. Dans sa forme déviante, il sépare pour asservir, l’espace et les consciences. Il a « oublié », dans sa volonté de domination, de maîtrise, qu’il existait des valeurs féminines. S’il ne les a pas oubliées, il les a subordonnées.

 

Pourtant, nous l’avons dit, la vie ne circule qu’entre deux pôles. Deux pôles réunis dans la symbolique d’un arbre. Ses racines, dures, profondes se nourrissent des minéraux de la terre pour construire le tronc puissant, noir, dressé, manifesté, yang. Puis les ramures s’arrondissent, se fragilisent, jusqu’aux feuilles qui préparent au féminin. Enfin, légères, douces, fragiles, subtiles, embaumantes, offertes au soleil, les fleurs, quintessence du principe féminin. Les fleurs qui nourrissent les abeilles et les papillons, permettent la reproduction et participent à la respiration profonde de la nature. Les fleurs qui, par leur parfum, nous font toucher au plus subtil de la matière.

Comment ne pas voir dans ce processus un tout indissociable ? Or notre société ne vit qu’avec sa polarité masculine. Comment ne pas s’alarmer du fait qu’elle néglige tout ce qui découle de ces phénomènes subtils ?

 

 

Changer notre rapport au réel

 

Les scandales de toutes sortes sont là pour nous montrer vers quels déséquilibres notre société « amputée » nous entraîne. Et un test, comme celui des cristallisations sensibles, par les questions qu’il soulève, est là pour nous le rappeler aussi. Notre vision, notre appréhension du réel doivent changer et nous devons faire confiance à notre intuition. Oui, notre alimentation et notre environnement doivent être préservés, protégés, car c’est de la survie de notre espèce dont il s’agit aussi. Ce que nous faisons à la nature, nous le faisons à nous-mêmes. Ces cristallisations sensibles nous montrent que notre rationalité n’a pas raison de tout, que notre mode de connaissance et notre appréhension du réel sont à revisiter.

 

Un symbole nous enseigne à propos de notre mode de connaissance dans les sciences actuelles. Dans l’évolution de l’humanité, le serpent représente l’accès à la connaissance. Il séduit l’Homme et l’entraîne à manger le fruit de l’ « Arbre de la connaissance ». A partir de ce moment, l’Homme est chassé du « paradis » (état de non connaissance). Il voit ses yeux s’ouvrir, aspect positif de la symbolique du serpent, car par la connaissance, il accède à l’autonomie. Mais l’orientation de nos facultés de connaissance sur des faits exclusivement matérialistes sont les conséquences négatives de l’influence du serpent. Car alors cette connaissance ne tient plus aucun compte des éléments subjectifs de l’expérience. Tout est alors analysé, pensé, selon des critères « objectifs » de mesure et l’Homme lui-même est intégré dans ce système en tant qu’outil.

 

Comme le dit Hans-Werner Schroeder (1) : « Même la médecine, la plus humaine de toutes les sciences, menace de dégénérer en une simple médecine d’appareillage dans laquelle les composantes humaines, intuition, compassion, expérience recueillie grâce à la rencontre avec le patient, n’auront quasiment plus aucun rôle à jouer. Telle est la toute dernière conséquence du mode de connaissance introduit par le serpent dans l’humanité ».

 

Pour faire de ce symbole un symbole positif, il nous faut admettre que nos facultés cognitives ne sont pas à mettre exclusivement au service du réel-objectif. Il faut que cette connaissance retrouve un lien avec des nouvelles forces spirituelles qui permettront à l’Homme de s’élever sans perdre pour autant son autonomie.

 

Ainsi toutes les approches du réel seront complémentaires au lieu de s’exclure, la science cessera d’être divisée entre « science exacte » et « science inexacte », et elle cessera peut-être de morceler l’être humain, qui a hâte de retrouver un peu de son unité.

 

Michèle Théron

Praticienne de Santé Naturopathe

Article paru dans "Objectif Notre Santé"

 

 

 

(1) « Le serpent dans l’évolution de l’humanité » in Revue Weleda n°83

 

Désolée pour l'absence d'illustration normalement en lien avec cet article. Si je retrouve de quoi l'illustrer, je le ferais au fur et à mesure de mes trouvailles.

 

 

    cartographiecristallisations

 

 


Légende : formes typiques de cristallisations sensibles

 

1) forme pulmonaire

2) rosettes intestinales

3) rosettes gastriques

4) polygone cardiaque

5) figure hépatique

6) trigone rénal

7) formes génitales

 

 

 

Pour aller plus loin :

 

La théorie des signatures

Les cristallisations viennent parfois renforcer la théorie des signatures, chère à Paracelse. En effet, ce médecin du 16ème siècle s’intéressait déjà à la loi des semblables. Pour découvrir le lien de similitude entre un médicament donné et un certain état morbide, il observa toute ressemblance possible entre une plante avec une particularité de la maladie. Ainsi la chélidoine, au latex jaune semblable à de la bile fraîche, porte la signature du foie. Or des travaux menés avec les cristallisations sensibles ont permis d’établir une grande analogie entre l’image d’un extrait de chélidoine et l’image obtenue à partir d’un extrait de bile.

 

 

Un processus alchimique

Le processus dynamique de la cristallisation s’articule sur 2 phases. Une phase d’évaporation avec un intense échange énergétique de type YANG, qui est assimilable à la phase « SOLVE » ou « CHAOS » des alchimistes. Une phase de structuration où la plaque se couvre d’un filigrane cristallin organisé, qui est l’équivalent du processus alchimique de « COAGULE », à dominante YIN.

 

 

Bibliographie :

« Nouvelles lumières par la cristallographie », Jean-Pierre Garel in Le Lien - 1990

« Les cristallisation sensibles : une révélation ? » in 3ème Millénaire n°8 et 9 - 1988

« Les cristallisation sensibles, pour choisir avec conscience », Marie-Françoise TESSON in Bulletin AMKI n°2

« Le pouvoir formateur de la femme », Pierre C. Renard

« Valeurs féminines, le pouvoir demain », Mike Burke, Ed Village mondial

 

 

  

les cristallisations sensibles
les cristallisations sensibles
Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 01:27
En 1996, Maj. Britt Theorin, membre suedois du Comité Parlementaire européen des Affaires étrangères, a publié un rapport appelant à un accord international pour interdire l'utilisation du Programme HAARP, basé dans l'Alaska et dirigé par les EU, à cause de son danger potentiel.
Dans ce rapport (lien vers document pdf de 35 pages) vous pourrez entre autres références au programme Haarp, trouver cette phrase significative :
 
"considérant que la recherche militaire porte actuellement sur la manipulation de l'environnement à des fins militaires, et ce en dépit des conventions existantes; c'est le cas, par exemple, du système HAARP basé en Alaska," ...
 
 
Rapport de 35 pages sur l'environnement, la sécurité et la politique étrangère, par la Commision des Affaires Etrangères :
 
 
 
 
 
 
 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 01:09

Ce film représente plus d'un an de démarches entreprises par Initiative Citoyenne, d'actions en justice, de confrontations rigoureuses du discours officiel avec la réalité des faits... 

 
Dans cette vidéo de synthèse, vous pourrez découvrir ou redécouvrir la position de différents médecins sur le sujet, voir ou revoir des extraits de JT, des extraits des conférences de presse mais aussi la réaction de plusieurs citoyens interrogés au cours de différents microtrottoirs.

Fa ras-le bol généralisé, aux mensonges et à la manipulation, cela montre l'impérative nécessité de structures citoyennes de vigilance, viables et fonctionnelles.

 

 

 



 

 

  
Repost 0
Published by Michèle Théron - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 01:09
Repost 0
Published by Michèle Théron
commenter cet article
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 01:08
Repost 0
Published by Michèle Théron
commenter cet article
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 01:08
Repost 0
Published by Michèle Théron
commenter cet article
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 01:07
Repost 0
Published by Michèle Théron
commenter cet article
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 01:06

 

Cet article, qui n'est pas récent, montre que partout dans le monde le même soucis se pose pour les compléments alimentaires, les préparations et les produits agricoles courants...

 

 

Le projet de loi canadien C-51 interdira la vente de 60% des produits de santé naturels - par Mike Adams - Mondialisation.ca, Le 21 mai 2008

 

Au Canada, un projet de loi mis de l'avant par l'industrie pharmaceutique vise à proscrire jusqu'à 60 % des produits de santé naturels actuellement vendus au pays, allant même jusqu'à criminaliser les parents qui donnent des plantes médicinales ou des suppléments à leurs enfants. Le projet de loi, connu sous le nom de Bill C-51 et présenté par le ministre canadien de la santé le 8 avril 2008, propose des changements radicaux à la Loi canadienne sur les aliments et drogues et qui pourraient avoir des conséquences dévastatrices sur l'industrie des produits de santé naturels.

 

Parmi les modifications proposées par le projet de loi on retrouve des modifications radicales aux définitions dont, entre autre, le remplacement dans le texte de loi du mot « drogue » par « produit thérapeutique, » donnant ainsi de plus grands pouvoirs au gouvernement canadien afin qu'il puisse réglementer la vente de toutes les plantes médicinales, les vitamines, les suppléments et autres produits semblables. Par cette simple modification linguistique, tout ce qui est «thérapeutique » devient automatiquement régi par la Loi sur les aliments et drogues. Ça pourrait même inclure l'eau embouteillée, les bleuets, les feuilles de pissenlit et la quasi-totalité des substances dérivées de plantes.

 

La loi modifie également la définition du mot « vendre » afin d'inclure à cette définition toute personne qui donne de tels produits thérapeutiques à quelqu'un d'autre. Ainsi, une mère qui donne des plantes médicinales à son enfant pourrait, en vertu des nouvelles définitions proposées, être arrêtée pour avoir fait la «vente » non permise et non autorisée de « substances thérapeutiques. » Vous pouvez en apprendre davantage au sujet de ces modifications proposées visant à restreindre les libertés sur le site anglais « Stopc51.com » : http://www.stopc51.com

 

De nouveaux pouvoirs d'exécution donnés au gouvernement canadien permettront de saisir votre maison ou votre entreprise

 

Par la même occasion, ce projet de loi C-51 qui rend illégal les plantes médicinales, les vitamines et les suppléments, accordera de nouveaux pouvoirs « d'exécution » alarmants aux délateurs des forces de l'ordre qui prétendent « protéger » le public contre les effets néfastes et non autorisés des « produits thérapeutiques » tels que, par exemple, les feuilles de pissenlit. Tel qu'il est expliqué sur le site anglais http://www.Educate-Yourself.orgwebsite ((http://educate-yourself.org/cn/canadian ...), le projet de loi C-51 permettra aux délateurs des forces de l'ordre du gouvernement canadien:

 

• de perquisitionner votre maison ou votre entreprise sans mandat;

• de saisir vos comptes bancaires;

• d'imposer des amendes allant jusqu'à 5 millions de dollars et une période d'emprisonnement allant jusqu'à 2 ans et ce, simplement pour avoir vendu des plantes médicinales;

• de confisquer votre propriété et de vous facturer les frais d'entreposage encourus pour stocker les produits qu'ils vous auront volés.

Le projet de loi C-51 criminaliserait même les simples herbes séchées qui se retrouvent dans votre cuisine et qui seraient susceptibles d'être utilisées dans un produit ayant des propriétés médicinales. Ce sera désormais considérée une «activité contrôlée, » et toute personne qui se livrera à de telles « activités contrôlées » sera arrêtée, condamnée à une amende voire même emprisonnée. Les autres « activités contrôlées » comprennent l'étiquetage des bouteilles, la récolte des plantes sur une ferme, la cueillette des herbes dans votre cour arrière, ou même des essais sur vous-même de produits à valeur médicinale! (Oui, pratiquement toutes les activités impliquant des plantes médicinales ou des suppléments seront criminalisées ...)

 

Mais il y a bien plus. Le projet de loi C-51 représente la « solution finales » du gouvernement canadien contre l'industrie des produits de santé naturels. C'est un effort désespéré qui vise à détruire cette industrie qui menace les bénéfices et la viabilité de la médecine conventionnelle.

 

La médecine naturelle fonctionne si bien parce qu'elle devient tellement utilisée, que les gouvernements canadien et américain ont décidé d'attaquer cette industrie en votant de nouvelles lois qui ont pour effet de criminaliser toute personne qui vend de tels produits. Ils ne peuvent tout simplement pas tolérer qu'il soit permis aux consommateurs d'avoir un accès simple et facile aux produits naturels. S'ils ne faisaient rien, cela représenterait finalement la destruction de l'exploitation criminelle de l'industrie pharmaceutique, son délabrement et la corruption qui l'entoure de même qu'à ceux qui exploitent de manière criminelle le gouvernement, afin qu'il tente de la protéger.


Article original en anglais, Canada's C-51 Law to Outlaw 60% of Natural Health Products, publié le 30 avril 2008. 

Traduit par Dany Quirion pour Alter Info 


Note du traducteur :

Deux partis politiques sur la scène canadienne s'associent à ce mouvement visant à contrer l'adoption du projet de loi C-51, soit :

- le Parti Vert (français) : http://www.greenparty.ca/fr/releases/12.05.2008
- le Parti Action Canadienne (anglais) :
http://www.canadianactionparty.ca/cgi/page.cgi?aid=1070&_id=128&zine=show


 

Articles de Mike Adams publiés par Mondialisation.ca

 

 

Loi canadienne bill c 51

Parlement du Canada :

http://www2.parl.gc.ca/Sites/LOP/LegislativeSummaries/Bills_ls.asp?lang=F&ls=c51&source=library_prb&Parl=39&Ses=2

 

Le projet de loi canadien C-51 interdira la vente de 60% des produits de santé naturels par Mike Adams

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=9040

 

Le projet de loi C 51 menace l’industrie des produits naturels et la santé canadienne, les Verts canadiens

http://greenparty.ca/fr/releases/12.05.2008

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 01:06

l'avis de l'ADSND sur la situation des compléments alimentaires :

  

  

DEFENSE DES COMPLEMENTS ALIMENTAIRES
A l'attention de M. MAIGNAN

Monsieur,

Dans une mise en garde parue dans la Lettre du MILCT N°11, vous écrivez :

Attention ! Des associations vous désinforment sur les intentions de l'Union Européenne

Vous ne citez pas les associations concernées, ce qui est dommage, car cela rend difficile la vérification par vos lecteurs des informations que vous donnez. Vous auriez pu ainsi citer les principaux défenseurs de cette position au niveau français, l'ADSNB, Association de Défense des consommateurs de Suppléments Nutritionnels et Botaniques et l'UNACS, Union Nationale des Associations Citoyennes de Santé qui regroupe plusieurs dizaines d'associations indépendantes de santé et a appelé à manifester contre la directive. En Angleterre l'ANH, Alliance for Natural Health, www.alliance-natural-health.org ,défend les mêmes positions et regroupe de très nombreux intervenants européens et mondiaux. Une telle mobilisation aurait dû vous amener à un débat plus ouvert et mieux argumenté que celui que vous tenez et qui, en voulant mettre fin à une désinformation, vous amène à présenter des informations erronées.

 
Selon vous :
"Plusieurs associations et personnes s'évertuent depuis des mois à faire dire au texte européen de juin 2002 sur les compléments alimentaires ce qu'il ne dit pas, notamment que des centaines de substances seraient interdites par Bruxelles au profit de l'industrie pharmaceutique."

  

Il aurait fallu écrire "La Directive Européenne 2002/46/CE publiée le 12/07/2002", alors que seule la date est citée. Vous omettez surtout de préciser que cette directive stipule :

 

Article 4
1. En ce qui concerne les vitamines et minéraux, sous réserve du paragraphe 6, seuls ceux énumérés à l'annexe I, sous les formes visées à l'annexe II, peuvent être utilisés dans la fabrication de compléments alimentaires.

La comparaison entre la liste des minéraux autorisés (15) et ceux commercialisés au 12/07/2002 montre qu'il manque les 14 métaux suivants :
Soufre, Silicium pour les métaux importants en quantité et très importants pour la vie, et pour les métaux traces utiles, précédemment appelé oligo-éléments :
Argent, Bore, cobalt, étain, germanium, lithium, indium, nickel, Or, rubidium, vanadium.
Et un métal d'enrobage : titane sous forme de bioxyde de titane.

Ainsi votre information (point 3) selon laquelle la directive ne concernerait pas les oligo-éléments est inexacte puisque par exemple le sélénium est référencé, mais pas les autres oligo-éléments sus mentionnés.

La liste des formes chimiques (annexe II) de ces minéraux autorisées, qui va également s'imposer aux fabricants et distributeurs, est tout aussi restrictive, ce qui conduit selon une estimation de l'Alliance for Natural Health à éliminer 270 produits.

On peut ainsi citer le cas des orotates très appréciés en Europe et qui ont fait l'objet de poursuites en France (affaire suivie par Maître Isabelle Robard). Et bien, ces produits seront interdits à partir du 1er août 2005 par la Directive puisqu'ils ne figurent pas dans l'annexe II.

En ce qui concerne les vitamines, parfois seules celles d'origine chimique, donc pharmaceutique, sont autorisées. C'est ainsi qu'une seule des 8 formes naturelles de vitamine E sera bientôt autorisée alors que toutes les recherches récentes démontrent qu'il est préférable de prendre des compléments comprenant l'ensemble de ces formes.

Ces exemples vous donnent, j'espère, un aperçu significatif de votre incompréhension de la portée de ce texte.

Cette Directive 2002/46/CE constitue un véritable abus de droit et est rédigée de façon à permettre toutes les restrictions possibles lors des applications par la Commission, sans contrôle des producteurs ou des citoyens sur leur rédactions futures. C'est ainsi que les dosages des limites supérieures d'apport pourront être fixés de façon discrétionnaire et probablement à des niveaux très bas par la commission scientifique européenne dite compétente.

 

Il résulte de ces dispositions cumulées que, contrairement à ce que vous exposez dans votre point 5, ce sont bien des milliers de produits qui vont être retirés du marché ou reformulés pour un coût très élevé et être remplacés par des produits de bien moindre qualité.

 

Toutefois les associations conscientes de ces problèmes ne sont pas restées inactives. Un recours en révision a été déposé le 10/10/2003 par l'ANH, et a été jugé entièrement recevable par la juridiction Anglaise le 30/01/2004, qui devait d'abord juger de la valeur des moyens juridiques avancés. Le Juge a déclaré cette directive illégale vis à vis du droit Européen. La requête va donc être transmise à la Cour de Justice Européenne pour jugement sur le fond.

 

Vous écrivez ensuite en les présentant comme des informations erronées colportées par nos associations que :

1)-" Trois directives européennes sont en cours d'élaboration visant à interdire la vente libre de tous les compléments alimentaires ", selon ce qui est avancé par certains.
2)-" Des " directives sur les compléments alimentaires sont évoquées.
4)- Des projets de directives sur les enzymes et les acides gras sont mentionnés :


Or ces informations sont tout à fait exactes et les directives suivantes concernent les suppléments nutritionnels :

- Celle sur les médicaments, qui comporte une définition du médicament modifiée par un amendement de dernière minute, selon une phraséologie toute nouvelle. Cette définition du médicament permettra aux Etats de requalifier de façon discrétionnaire en médicament n'importe quel supplément nutritionnel. Là encore l'ANH et des représentants de l'UNACS sont intervenus efficacement à Strasbourg en décembre 2003 auprès des parlementaires lesquels ont exigé un arbitrage de la Commission Européenne pour lever l'ambiguïté du texte.

 

- Celle sur les plantes qui contrairement à ce que vous indiquez sont bien évidemment un des ingrédients d'une multitude de suppléments nutritionnels.

- Evolutions projetées de la directive 2002/46/CE puisque celle-ci stipule que :

(6) Il existe une grande variété de nutriments et d'autres ingrédients susceptibles d'entrer dans la composition des compléments alimentaires, et notamment, mais pas exclusivement, des vitamines, des minéraux, des acides aminés, des acides gras essentiels, des fibres et divers plantes et extraits végétaux.
(7) Dans un premier temps, la présente directive devrait comporter des dispositions spécifiques en ce qui concerne les vitamines et les minéraux utilisés comme ingrédients entrant dans la composition de compléments alimentaires.

Ainsi nous sommes bien fondés à indiquer le chiffre de trois directives en cours ou à revoir, qui vont avoir un impact important sur les suppléments nutritionnels.

 

Il est regrettable que vous utilisiez la tribune du MILCT pour faire croire à une absence complète de problème sur les directives européennes alors que la situation actuelle est extrêmement préoccupante et nécessite une mobilisation cohérente et permanente de tous les acteurs de santé alternatifs.
Nous vous demandons que vos prochains numéros diffusent à vos lecteurs une information plus objective sur la situation. Nous sommes bien évidemment à votre disposition pour répondre à vos questions.

Bien cordialement.

Le bureau de l'ADSNB

Sujets liés :

Bravo et un immense merci Messieurs les anglais ! Première victoire à Londres contre la directive sur les compléments alimentaires : http://gestionsante.free.fr/victoire_londres.htm

Une nouvelle directive européenne inacceptable sur les suppléments nutritionnels

Directive européenne sur les Produits Pharmaceutiques

Guerre Mondiale pour la Liberté de la Santé : Bilan au 14/06/2003

 

http://gestionsante.free.fr/milct.htm

 

Repost 0
Published by Michèle Théron - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 01:05

 

A l’heure actuelle, circulent sur Internet des informations assez contradictoires quant à la législation future des compléments alimentaires.

 

D’un côté, des infos alarmantes qui annoncent l’interdiction proche des compléments alimentaires, de l’autre, des informations accusant de désinformation et suggérant que l’Union Européenne ne menace pas les compléments alimentaires et serait même un formidable levier pour modifier –dans un sens positif- la législation.

 

Je n’ai pas encore sillonné tout l’univers d’Internet pour me faire une idée de l’ampleur du sujet.

Dans un premier temps, je mets donc ici deux textes,

 

-         l’un en provenance du MILCT (Mouvement international pour le libre choix thérapeutique), accusant de désinformation ceux qui tirent la sonnette d’alarme,

-         l’autre, provenant de l’ADSNB (Association de Défense des Suppléments Nutritionnels et Botaniques) qui argumente en faveur du danger réel concernant les préparations.

 

Querelles de chapelle me direz-vous. Mais il y a rarement de fumée sans feu.

 

Essayons de tendre un peu nos antennes : lorsque l’on regarde la tendance de ce qui se passe à travers le monde, que voit-on ?

Les législations vont-elles vers plus d’ouverture ?

Vers plus de tolérance ?

Vers un encadrement éclairé des pratiques humaines ?

Vers un accès à plus de pratiques ou de remèdes ?

Non… partout où l’on regarde, surtout concernant les grands domaines agro-alimentaires, financiers, pharmaceutiques, etc., les nouvelles procédures visent toutes à réduire les libertés tant individuelles que collectives. Ne soyons donc pas dupes.

 

Derrière la législation concernant les compléments alimentaires, avant notre « sécurité », bien avant notre « santé », il existe en amont des choix économiques et financiers qui font prendre des décisions pas toujours compatibles avec le libre choix des êtres à disposer d’eux-mêmes et de leur santé. Nous avons tous reçus suffisamment de messages, directs, indirects ou subliminaux, pour comprendre que l’intérêt des laboratoires n’est pas celui des citoyens.

 

Et pour illustrer cela, je mets un autre article édité par Mondialisation.ca, site canadien, où il est question des mêmes menaces sur les compléments alimentaires qu’en Europe, à travers la loi canadienne « bill C-51 ».

 

De plus, il ne faut pas oublier une chose : les grandes privations de liberté fonctionnent toujours de la même façon.

On commence par faire admettre à l'opinion la nécessité d’aller vers le « progrès », d'être "protégé", on travaille sur les peurs, (peur des microbes, peur des plantes utilisée "par n'importe qui", peur de la liberté, peur de l'autonomie, peur de choisir.... enfin, ce n'est pas les peurs inexplorées en nous qui manquent...), et petit à petit, par une communication sans relâche, en exacerbant des faits divers et en martelant toujours les mêmes choses à la télé, on lime, on émousse tout sens critique vis-à-vis des lois proposées et surtout, -surtout-, on fait sortir du champs de vision les méthodes ou les outils qui serviraient respectueusement l’humanité..

 

Le résultat est là. Depuis des années nous assistons à la mise à mort de toutes les pratiques ancestrales, thérapeutiques ou agricoles, au profit de pratiques chimiques qui empoisonnent l’homme et sa planète. Les chiffres sont alarmants. Les constats désastreux et tristes à pleurer : nous sommes empoisonnés, tout comme les ours blancs de la banquise dans la graisse desquels on retrouve à peu près tous les polluants que l’Homme a fabriqués…

 

Mais en attendant, tout va bien, le législateur veille et nous pond des lois pour nous protéger des produits naturels…ouf…

 

Repost 0
Published by Michèle Théron - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 01:05

Pour la MILCT, voici leur avis sur la situation des compléments alimentaires :

 

 

DEFENSE DES COMPLEMENTS ALIMENTAIRES

  

Attention ! Des associations vous désinforment sur les intentions de l'Union européenne

Plusieurs associations et personnes s'évertuent depuis des mois à faire dire au texte européen de juin 2002 sur les compléments alimentaires ce qu'il ne dit pas, notamment que des centaines de substances seraient interdites par Bruxelles au profit de l'industrie pharmaceutique. Nous tenons à apporter un démenti total sur les points essentiels. Et, nous publierons dans le numéro 13 de "La Lettre du MILCT" un article juridique complet avec toutes les précisions nécessaires sur le sujet.

Dès à présent, voici les points essentiels de désinformation que nous tenons à soulever et à rectifier :

1) " Trois directives européennes sont en cours d'élaboration visant à interdire la vente libre de tous les compléments alimentaires ", selon ce qui est avancé par certains.

Faux : Divers textes sont en cours à Bruxelles n'ayant aucune incidence avec les compléments alimentaires : texte sur les plantes, texte sur les médicaments, texte sur les aliments enrichis. Et des confusions sont faites entre tous ces textes qui n'ont rien à voir les uns avec les autres et surtout rien à voir avec les compléments alimentaires.

2) " Des " directives sur les compléments alimentaires sont évoquées.

Faux : Une seule directive existe à ce jour, celle relative aux vitamines et minéraux.

3) Une directive sur les compléments alimentaires relative aux vitamines et oligo-éléments est mentionnée.

Faux : la seule et unique directive qui a été votée à Bruxelles concerne exclusivement les vitamines et les minéraux (et non pas les oligo-éléments !).

4) Des projets de directives sur les enzymes et les acides gras sont mentionnés :

Faux : Aucun projet n'est en cours à Bruxelles à ce sujet et ne le sera pas de si tôt.

5) Des centaines de substances sont évoquées comme devant être interdites à cause de Bruxelles.

Faux : Ceci est totalement infondé. La seule et unique directive votée sur les compléments alimentaires concerne exclusivement les vitamines et les minéraux. Ce qui signifie que toutes les autres substances peuvent être vendues selon le principe de la libre circulation des marchandises.

En conclusion : Il est extrêmement regrettable que des associations et personnes censées défendre les médecines non-conventionnelles véhiculent (certainement de bonne foi) de telles contrevérités qui ne peuvent que desservir tout le travail que nous faisons sans tapage au niveau français et européen. Une telle désinformation contribue à nous affaiblir notamment lorsque les commissaires à Bruxelles lisent de telles inepties.

En conséquence de tout cela, vous constaterez que non seulement les compléments alimentaires ne sont actuellement aucunement menacés par l'Union européenne mais qu'en plus l'Europe communautaire est un formidable levier pour contraindre la France à enfin tenir compte des compléments alimentaires ne bénéficiant pas actuellement de textes adaptés et aboutissant à un terrorisme juridictionnel qu'elle fait subir aux fabricants, distributeurs et même aux magasins de diététique. C'est pour cette raison que la France prépare une réforme en faveur des compléments alimentaires.

Nous vous tiendrons informés et reviendrons sur ce sujet dans notre numéro 13 de la "Lettre du MILCT".

Pierre-Yves Maignan
Président du M.I.L.C.T.

 

 

 

Et voir la réponse de l'ADSND par rapport à cette position :

http://lejour-et-lanuit.over-blog.com/pages/legislation-complements-alimentaires-3-4-4121364.html

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 01:03
Repost 0
Published by Michèle Théron - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 23:52

 

 

Toute rose est proie de l’hiver.

 

Rûmi

 

 

  2260502519_0974876077-copie-1.jpg

 

 




 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 23:18

 

 

 

Sois toujours celui qui entretient un signal,

une preuve qu’au monde le froid ne règne pas seul.

 

Henri Gougaud

 

 

 

sagittaire.jpg

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • : Un lieu où pourraient se cotoyer le jour et la nuit, les univers différents de la pensée logique, rationnelle, structurée à partir des informations émanant de toute part, et de la pensée vagabonde, celle qui erre la nuit, mais aussi le jour, dans l'envers des choses, à la recherche de l'impalpable, de la beauté et de la magie. Michèle Théron
  • Contact

  • lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. 
Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...

Auteur - Photographe

Michèle Théron, praticienne de santé naturopathe, femme en chemin, je vous partage sur ce blog des articles, de la poésie, des photos créés par moi, et les citations, articles, vidéos qui nourrissent mon chemin et m'inspirent.

Recherche