Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 juillet 2017 3 26 /07 /juillet /2017 23:11
Jake Baddeley

Jake Baddeley

 

Je vous ai présenté ici un documentaire sur "Le temps des bûchers", qui est en fait le 2ème volet d'une réflexion sur la spiritualité des femmes, sur le culte de la déesse et la place du féminin dans la société.

 

2-3 ème millénaire av JC - Syrie

2-3 ème millénaire av JC - Syrie

 

 

Voici le 1er volet, "Sur les traces de la déesse", qui retrace les transformations qui ont eu lieu quant à la place de la première religion liée au culte de la déesse, "la Grande Mère", religion qui était en relation avec la nature et les esprits et avec laquelle les premiers habitants de la terre ont entrepris leur long voyage spirituel. Tous les mythes de la création du monde mettaient en scène une déesse et les cercles de pierres représentaient l'oeuf cosmique de la déesse.

 

 

Stonehenge

Stonehenge

 

 

C'était en quelque sorte la religion primordiale, qui a laissé ses premières traces avec les statues de femmes, des vulves stylisées et des rituels très populaires, avant que les Grecs et les Romains n'amènent les premières transformations.

 

 

Sur les traces de la déesse - Donna Read

 

 

C'est déjà à cette époque qu'eut lieu le premier retournement des valeurs féminines vers les valeurs masculines (dont l'inquisition et "le temps des bûchers" marquèrent un temps décisif), et cela ne fait que 6000 ans que l'on ne vénère plus la Déesse, qu'on honorait car la femme représentait le plus grand pouvoir, celui de donner la vie et de nourrir.

 

 

Isis et son fils Horus

Isis et son fils Horus

 

 

Pour autant, les femmes n'étaient pas supérieures aux hommes, ni inférieures. Il existait un statut égalitaire, qui depuis a volé en éclat avec le patriarcat.

 

Ce documentaire est une invitation à revenir à la source, à retrouver la Grande Mère, la Déesse, la Prêtresse, toutes les figures du féminin liées à la création, à la fertilité et le don de la vie. 

 

MT

 

 

 

Sur les traces de la déesse - Donna Read
Sur les traces de la déesse - Donna Read
Sur les traces de la déesse - Donna Read
Sur les traces de la déesse - Donna Read
Sur les traces de la déesse - Donna Read
Sur les traces de la déesse - Donna Read
Sur les traces de la déesse - Donna Read
Sur les traces de la déesse - Donna Read
Sur les traces de la déesse - Donna Read
Sur les traces de la déesse - Donna Read
Sur les traces de la déesse - Donna Read
Sur les traces de la déesse - Donna Read
Sur les traces de la déesse - Donna Read
Sur les traces de la déesse - Donna Read
Sur les traces de la déesse - Donna Read
Sur les traces de la déesse - Donna Read
Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Gaïa Transformation
commenter cet article
26 juillet 2017 3 26 /07 /juillet /2017 23:04

 

 

Après le documentaire posté récemment sur le passé des sorcières et surtout des bûchers qui mettaient en oeuvre leur disparition, voici un court métrage qui dresse un portrait de sorcières modernes, au delà des clichés.

 

"Ce qui est important c'est d'éveiller la liberté des autres, de voir leur beauté pour qu'ils se mettent en marche".

 

MT

 

 

 

Merveilleux texte d'Anne Sylvestre

 

 

(...)

Vous m'avez aimée servante
M'avez voulue ignorante
Forte vous me combattiez
Faible vous me méprisiez
Vous m'avez aimée putain
Et couverte de satin
Vous m'avez faite statue
Et toujours je me suis tue

Quand j'étais vieille et trop laide
Vous me jetiez au rebut
Vous me refusiez votre aide
Quand je ne vous servais plus
Quand j'étais belle et soumise
Vous m'adoriez à genoux
Me voilà comme une église
Toute la honte dessous

 

(...)

J'étais celle qui attend
Mais je peux marcher devant
J'étais la bûche et le feu
L'incendie aussi je peux
J'étais la déesse mère
Mais je n'étais que poussière
J'étais le sol sous vos pas
Et je ne le savais pas

Mais un jour la terre s'ouvre
Et le volcan n'en peut plus
Le sol se rompant
Découvre des richesses inconnues
La mer à son tour divague
De violence inemployée
Me voilà comme une vague
Vous ne serez pas noyé

 

 

 

 

 

S'il vous plaît
Soyez comme le duvet
Soyez comme la plume d'oie
Des oreillers d'autrefois
J'aimerais
Ne pas être portefaix
S'il vous plaît
Faîtes vous léger
Moi je ne peux plus bouger

Je vous ai porté vivant
Je vous ai porté enfant
Dieu comme vous étiez lourd
Pesant votre poids d'amour
Je vous ai porté encore
A l'heure de votre mort
Je vous ai porté des fleurs
Je vous ai morcelé mon coeur

Quand vous jouiez à la guerre
Moi je gardais la maison
J'ai usé de mes prières
Les barreaux de vos prisons
Quand vous mourriez sous les bombes
Je vous cherchais en hurlant
Me voilà comme une tombe
Avec tout le malheur dedans

Ce n'est que moi
C'est elle ou moi
Celle qui parle
Ou qui se tait
Celle qui pleure
Ou qui est gaie
C'est Jeanne d'Arc
Ou bien Margot
Fille de vague
Ou de ruisseau

Et c'est mon coeur
Ou bien le leur
Et c'est la soeur
Ou l'inconnue
Celle qui n'est
Jamais venue
Celle qui est
Venue trop tard
Fille de rêve
Ou de hasard

Et c'est ma mère
Ou la vôtre
Une sorcière
Comme les autres

Il vous faut
Être comme le ruisseau
Comme l'eau claire de l'étang
Qui reflète et qui attend
S'il vous plaît
Regardez-moi je suis vraie
Je vous prie
Ne m'inventez pas
Vous l'avez tant fait déjà

Vous m'avez aimée servante
M'avez voulue ignorante
Forte vous me combattiez
Faible vous me méprisiez
Vous m'avez aimée putain
Et couverte de satin
Vous m'avez faite statue
Et toujours je me suis tue

Quand j'étais vieille et trop laide
Vous me jetiez au rebut
Vous me refusiez votre aide
Quand je ne vous servais plus
Quand j'étais belle et soumise
Vous m'adoriez à genoux
Me voilà comme une église
Toute la honte dessous

Ce n'est que moi
C'est elle ou moi
Celle qui aime
Ou n'aime pas
Celle qui règne
Ou se débat
C'est Joséphine
Ou la Dupont
Fille de nacre
Ou de coton

Et c'est mon coeur
Ou bien le leur
Celle qui attend
Sur le port
Celle des monuments
Aux morts
Celle qui danse
Et qui en meurt
Fille bitume
Ou fille fleur

Et c'est ma mère
Ou la vôtre
Une sorcière
Comme les autres

S'il vous plaît
Soyez comme je vous ai
Vous ai rêvé depuis longtemps
Libre et fort comme le vent
Libre aussi
Regardez je suis ainsi
Apprenez-moi n'ayez pas peur
Pour moi je vous sais par coeur

J'étais celle qui attend
Mais je peux marcher devant
J'étais la bûche et le feu
L'incendie aussi je peux
J'étais la déesse mère
Mais je n'étais que poussière
J'étais le sol sous vos pas
Et je ne le savais pas

Mais un jour la terre s'ouvre
Et le volcan n'en peut plus
Le sol se rompant
Découvre des richesses inconnues
La mer à son tour divague
De violence inemployée
Me voilà comme une vague
Vous ne serez pas noyé

Ce n'est que moi
C'est elle ou moi
Et c'est l'ancêtre
Ou c'est l'enfant
Celle qui cède
Ou se défend
C'est Gabrielle
Ou bien Eva
Fille d'amour
Ou de combat

Et c'est mon coeur
Ou bien le leur
Celle qui est
Dans son printemps
Celle que personne
N'attend
Et c'est la moche
Ou c'est la belle
Fille de brume
Ou de plein ciel

Et c'est ma mère
Ou la vôtre
Une sorcière
Comme les autres

S'il vous plaît
Faites-vous léger
Moi je ne peux plus bouger.

 

 

Anne Sylvestre

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation Gaïa
commenter cet article
25 juillet 2017 2 25 /07 /juillet /2017 21:40
Désirs et réalisations - Schopenhauer

 

 

 

Entre les désirs et leurs réalisations s'écoule toute la vie humaine.

 

Schopenhauer

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
25 juillet 2017 2 25 /07 /juillet /2017 21:27

 

 

Je découvre cette belle dame au moment où elle quitte la terre...

 

 

La douceur est inquiétante. Nous la désirons, mais elle est irrecevable. Quand ils ne sont pas méprisés, les doux sont persécutés ou sanctifiés. Nous les abandonnons parce que la douceur comme puissance nous oppose en réalité à notre propre faiblesse. La littérature nous en a donné les figures mémorables, Billy Budd notamment, la servante d' "un coeur simple", le jeune Mohune et tant d’autres; la plupart finissent à l’asile, en prison ou morts. L’étrangeré de leur douceur fait scandale.

 

Anne Dufourmantelle

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
25 juillet 2017 2 25 /07 /juillet /2017 19:27

 

 

Avec les chaleurs et les balades en forêt, le retour d'une petite bête qui inquiète de plus en plus, les tiques.

 

L'an dernier, près de 29'000 personnes ont consulté suite à une morsure car si elles sont généralement bénignes, elles peuvent aussi causer des maladies très invalidantes, la maladie de Lyme ou l'encéphalite à tiques. Des maladies en nette progression en Suisse mais pas toujours reconnues.

 

Pour les personnes infectées, c'est souvent le parcours du combattant pour se faire indemniser. Enquête.
Extrait de "Mise au point", une émission de la Radio Télévision Suisse, dimanche 23 juillet 2017.​

http://www.rts.ch/play/tv/mise-au-point/video/wild-wild-welsh-djihadistes-en-suisse-lattaque-des-tiques?id=8796355

 

 

 

 

Il est intéressant de voir dans ce reportage, le cas de ce jeune bûcheron, représentatif de la problématique de la maladie de Lyme. Certes, il vous dit "j'ai pu aller skier, mais skier le matin, ça veut dire sieste l'après-midi".

 

Et c'est tout le problème des malades, que leurs proches ou des inconnus vont voir "debout", sans se rendre compte que l'effort qu'ils font à un moment donné, ils devront le payer, parfois très cher, par un coût physique ou psychique (un effort "grille" littéralement le système nerveux) et des douleurs qui dureront plusieurs jours avant de pouvoir récupérer.

 

Ainsi, lorsque l'on voit une personne malade de Lyme qui peut même avoir certaines activités récréatives, on a vite fait de se demander ce qui l'empêche de travailler. Pourtant le handicap est réel.

 

Personnellement, je me rappelle une période quand je faisais des photos de fleurs. Je n'allais pas très loin.... c'était juste sur mon balcon. La concentration que nécessitait les prises de vue, faisait qu'au bout de 10 minutes, je m'écroulais littéralement sur mon lit, le cerveau noyé, des douleurs intolérables partout dans le corps avec la sensation que mon corps était vidé de sa substance.

 

Donc qu'on se le dise, ce n'est pas parce que les malades "n'aiment pas le travail" ou sont "fainéants" qu'ils arrêtent de travailler, c'est parce que cela devient vraiment très compliqué, y compris pour les choses qu'ils adoraient faire avant.

 

Vous savez, comme lire, courir, marcher, se baisser, rester assis en tailleur plus de cinq minutes, monter des escaliers sans arriver en haut comme une baleine échouée sur le bitume parisien, réfléchir sans avoir l'impression d'avoir la cervelle qui brûle, et tant d'autres choses, des milliers de choses et de gestes qui font partie de la vie quotidienne, qui jusque là étaient anodins et deviennent tout à coup des gestes extra-ordinaires.

 

Se laver la tête, prendre une douche, sortir de son lit, s'habiller, chercher des affaires dans l'armoire, se baisser pour ranger quelque chose, tourner la poignée d'une porte, appuyer sur le flacon pompe du savon liquide... bref, vous n'imaginez pas le nombre de gestes que vous faisons au quotidien, sans effort, sans avoir mal, mais qui avec la maladie de Lyme deviennent des gestes insupportables qui transforment le parcours d'une journée en vrai chemin de martyr.

 

Lorsque pendant une minute, une heure, le corps est momentanément épargné, alors s'invite la conscience, vive, d'être plein de gratitude pour avoir pendant si longtemps bénéficié de ce corps sans même en mesurer tous les pouvoirs et pour avoir ce répit où l'on se souvient de tout ce qu'un corps peut faire avec fluidité.


MT

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
25 juillet 2017 2 25 /07 /juillet /2017 19:24

 

 

"A quoi sert une chanson

Si elle est désarmée?",

Me disaient des chiliens,

Bras ouverts, poings serrés.

 

 

Comme une langue ancienne

Qu’on voudrait massacrer,

Je veux être utile

À vivre et à rêver.

 

 

Comme la lune fidèle

A n’importe quel quartier,

Je veux être utile

À ceux qui m’ont aimé,

 

 

À ceux qui m’aimeront

Et à ceux qui m’aimaient.

Je veux être utile

À vivre et á chanter.

 

 

Dans n’importe quel quartier

D’une lune perdue,

Même si les maitres parlent

Et qu’on ne m’entend plus,

 

 

Même si c’est moi qui chante

À n’importe quel coin de rue,

Je veux être utile

À vivre et á rêver.

 

 

À quoi sert une chanson

Si elle est désarmée?

 

Julien Clerc

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
24 juillet 2017 1 24 /07 /juillet /2017 07:43

 

 

On sait les dérives "commerciales" qui peuvent s'opérer autour de l'ayahuasca, avec des marchants de rêves inexpérimentés, qui risquent de nous faire voyager dans des mondes dont certains aurons du mal à revenir.
 

Mais ce film m'avait beaucoup impactée quand je l'ai vu la première fois il y a plus de 10 ans, et c'est un puissant documentaire qui nous invite à réfléchir sur ce qu'est la conscience.

 

Entre l'expérience évoquée et les témoignages de scientifiques ou de Stan Grof, maître du transpersonnel, le film donne une matière riche pour nourrir la réflexion et sortir des présupposés matérialistes.

 

MT

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation chamanisme
commenter cet article
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 19:25
Sophie Wilkins

Sophie Wilkins

 

 

Il est temps de regarder nos animaux comme des Frères... et de demander pardon pour toutes les souffrances infligées.

 

"Alors si l'on considère aujourd'hui le comportement humain, il est plus proche du cannibalisme et de l'esclavagisme que d'autre chose.

 

Il n'y a aucune culpabilisation à avoir par rapport à ça, un être humain ne doit pas se culpabiliser, un être humain digne de ce nom doit se dire un jour : c'est vrai et tout cela est tellement juste qu'à partir de ce jour toute ma vie sera vouée dans la rectitude. Bien sûr ce chemin est difficile, bien sûr cela demande la correction de multiples gestes, de multiples pensées, de multiples actes, mais n'est-ce pas cela que l'évolution que de vouloir emprunter un sentier de plus en plus étroit dans la montagne? Plus vous atteignez les sommets, plus les chemins sont ardus et pentus, plus ils sont étroits et abruptes.

 

 

 

MT

 

 

 

 

 

 

 

 

.

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Gaïa
commenter cet article
22 juillet 2017 6 22 /07 /juillet /2017 13:55
Ce que tu donnes est à toi pour toujours - Eric-Emmanuel Schmitt

 

 

Ton amour pour elle, il est à toi. Même si elle le refuse, elle ne peut rien y changer. Elle n'en profite pas, c'est tout. Ce que tu donnes , Momo, c'est à toi pour toujours ; ce que tu gardes, c'est perdu à jamais !

 

E.E. Schmitt, Monsieur Ibrahim et les fleurs du coran

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
21 juillet 2017 5 21 /07 /juillet /2017 11:54

 

Qu'est-ce qui tout à coup motive les autorités à passer de 3 vaccins obligatoires, à 11 vaccins, alors que déjà bon nombre de conséquences dramatiques sont imputées à la vaccination sur des très jeunes enfants dont le système immunitaire est en cours de maturation.... ???

 

A chacun de s'interroger sur ses croyances, ses peurs, ses soumissions et de s'ouvrir vers une littérature qui ne va pas dans le sens du discours officiel, bien trop consensuel pour être honnête.

 

MT

 

 

 

 

 

 

 

"Les vaccins sont inefficaces,inutiles et dangereux". Démonstration du Dr Schaller

 

 

Avec ici une question éthique cruciale : l'homme est-il autorisé à consommer de l'homme (extraits d'embryons humains) pour se prémunir d'éventuelles maladies?

 

 

 

 

"Chaque vaccin laisse une trace sur le corps énergétique" Dr Elmiger

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 18:19

 

 

Une découverte trop tardive, d'une femme vibrante qui vient de s'envoler...

 

A mes flancs, j'ai un rêve,

Mais ça c'est moi qui le tiens

Je lâche pas, je lâche pas

Ça doit vouloir dire ça, vivre, j'en sais rien

Ça fait peur, mais j'lâche rien... 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 13:36
Les avares - Michel Audiard

 

 

J'ai horreur des avares. Je crois que l'avarice est le pire défaut qui existe, car si on compte ses sous, on compte également ses sentiments. On est mesquin en tout.

 

Michel AUDIARD

 

 

 

 

 

 

 

Petites avarices de la vie quotidienne

(authentiques, de témoignages entre amies…)

 

 

 

 

* Premier resto quelques semaines après le début de la relation. C’est une crêperie, ce n’est pas la Tour d’Argent, faut pas rêver et il n’y a pas mort d’homme au niveau du budget…

Elle : une crêpe œuf gruyère à 5 euros

Lui : deux crêpes, une complète et une en dessert et du cidre.

Au moment de payer, lui : désolée ma chérie, je ne peux pas te la payer.

 

 

 

* Promenade en bord de mer. Température hivernal et cabanon à frites. 2 euros la portion. Chacun paye sa part.

 

 

 

* Dîner à la maison. Les courses ont été faites par Madame. Monsieur achète un pot de tarama à 2-3 euros qui ne sera pas terminé pendant le dîner. Mais embarqué par Monsieur le lendemain matin pour le ramener chez lui.

 

 

 

* Au resto, Madame est patraque et demande si elle pourra juste prendre une cuillère à soupe du plat de pâtes commandé par Monsieur. Monsieur est d’accord. Entre temps, Madame discute avec sa voisine, qui attend sa commande. Quand Madame se retourne vers l’assiette de Monsieur pour goûter à la seule portion qui devait lui servir de repas, l’assiette est vide, il ne reste pas le quart d’une demie-pâte dans l’assiette.

Elle : bin tu ne m’as pas laissé ma part ?

Lui : bin tu parlais…

 

 

 

* Au resto, Madame et Monsieur prennent une entrée, à se partager à deux.

L’assiette arrive et est placée -d'office- devant Monsieur (dommage!). Tiens, vas-y dit Monsieur sans déplacer l’assiette d’un millimètre et en attaquant sans attendre la dégustation de « son » entrée.

 

 

 

* Lors d’un week-end champêtre avec l’organisation d’un jeu où il faut répondre à des tas de questions de culture générale, Madame et Monsieur font feuille commune, même s’ils font habitation séparée, et planchent sur le questionnaire. Madame donne les bonnes réponses pour au moins les ¾ des questions ce qui permettra un super score et de recevoir en lot une tablette électronique. Monsieur se l’accapare en disant : super, j’en rêvais depuis longtemps. A cet instant Madame n’est même plus dans le champ relationnel et il va de soi, de facto, que la tablette appartient à Monsieur.

 

 

* Monsieur est parti en voyage dans un pays lointain dont il a ramené du thé en cadeau à Madame. Madame a déjà beaucoup de thés chez elle dont les boites sont entamées, et elle n’ouvre pas tout de suite celui-ci pour le déguster. Monsieur a l’habitude de prendre du thé quand il vient à la maison avant de partir travailler, et ce n’est pas le choix qui lui manque avec toutes les variétés qui s’empilent sur les étagères.

Quelques semaines plus tard, Madame ouvre la belle boite en bois censée contenir le thé lointain… mais plus une feuille de thé à l’intérieur. Monsieur a sifflé tout son contenu quand il prenait ses petits déjeuners en solitaire à l’aube. Monsieur s’est fait un joli cadeau… !

 

 

 

* Madame et Monsieur sont au restaurant. Monsieur a pris un plat avec des frites. Madame adooorrre prendre une frite par ci par là dans l’assiette de Monsieur. Mais Monsieur fait une telle tronche et son corps est tellement crispé, que la frite reste un peu coincée dans le gosier de Madame.

 

 

 

* Monsieur vient chez Madame au minimum trois fois par semaine et Madame seulement une à deux fois par mois chez Monsieur où elle partage parfois à la caisse le montant des courses. Chez elle, Madame a l’habitude de faire les courses pour assurer les repas, mais au bout de deux ans, elle dit quand même : on ne pourrait pas partager les frais de nourriture ? (sans parler du lave-vaisselle qui tourne plus souvent, sans parler des douches plus nombreuses, sans parler de la recharge systématique du téléphone portable et de l’ordinateur sur les prises)

Regard effaré de Monsieur qui ne comprend pas et qui répond, sérieux : dans ce cas il faudrait que je te fasse payer l’entretien et l’usure de la voiture…. (il va sans dire que Madame partage déjà les frais d'essence)

 

 

 

* Monsieur et Madame sont au restaurant. Madame n’a pas très faim et décide de ne prendre qu’une petite entrée, tout ce qu’il y a de moins cher, une ridicule petite terrine perdue au milieu de l’assiette. Quand Monsieur entend ça, dans un grand élan de générosité, il dit à Madame : je t’offre le resto !

 

 

 

Vous remarquerez à quel point tout commence parfois à des niveaux assez basiques : la nourriture, comme le conditionnement d’un vieux réflexe de survie. Pas une survie où l’on partagerait entre nous le peu que la nature nous offre, mais une survie où l’autre devient un concurrent qui vous empêche d’avoir plus, ou d’avoir tout.

 

Mais lorsqu'on commence à être radin au resto, comme le dit Audiard, on est radin en sentiment et radin au lit. La générosité ne se découpe pas en tranches, c'est un élan du coeur qui s'épanche dans tous les domaines.

 

 

Bon, il n’y a pas que les Messieurs qui sont radins, vous avez bien, vous aussi, vos anecdotes succulentes que vous pourrez partager dans les commentaires !

 

 

MT

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
18 juillet 2017 2 18 /07 /juillet /2017 11:48
Grimper à l’échelle du succès - Krishnamurti

 

 

Voyez-vous, la réalité est un problème très complexe. C’est la société qui est coupable. Les ambitieux et les malins exploitent les autres et parviennent au sommet. Le désir de chacun est de gravir les échelons, de monter aussi haut que possible, et alors que se produit-il ? On se piétine les uns les autres et celui qui est écrasé demande « pourquoi la vie est-elle si injuste ? Vous avez tout et je suis un incapable, je n’ai rien ».

 

Tant que nous continuerons à grimper à l’échelle du succès, il y aura toujours des malheureux et des affamés. C’est notre désir de réussir qui doit être compris, et non la raison pour laquelle certains sont riches et d’autres pauvres, pourquoi les uns ont du talent et les autres non.

 

C’est notre désir de grimper, d’être importants, qui doit changer. Nous aspirons tous au succès, n’est-ce pas ?

 

C’est là qu’il faut chercher la faute, pas dans un karma ou dans quelque autre explication. La réalité est que nous voulons tous “grimper”: peut-être pas jusqu’au sommet, mais aussi haut que possible. Tant qu’existera ce désir d’être « quelqu’un » dans le monde, nous aurons des riches et des pauvres, des exploiteurs et des exploités.

 

 

J. Krishnamurti

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 10:08

 

 

Le couple comme générateur d'énergie lumineuse, voilà une vision qui remet au centre de nos vies la quête spirituelle. Fabrice Palmer nous dit : la quête amoureuse et la quête spirituelle, c'est la même chose. Et le couple est comme un accélérateur de particules.

 

Celles et ceux qui a un moment donné ont fait l'expérience du célibat après une vie de couple, comprendront sûrement cela, car la puissance que l'on pouvait dégager au sein du couple, se trouve ralentie lorsque l'on est seul(e).

 

Et par ailleurs, il n'est pas inutile de prendre un temps de recul pour faire le point de là où l'on en est.
 

Cinq plans vont être sollicités dans le couple, il faudra trouver une harmonisation physique, intellectuelle, émotionnelle, sexuelle et spirituelle.

 

Maîtrisons nous suffisamment ces cinq plans ?

 

Quel est le plan qui nous a fait entrer en relation avec quelqu'un?

 

Avions-nous réellement une attraction profonde?

 

C'est en purifiant nos structures et en remettant le sacré au coeur de chacune de nos actions que nous pourrons exprimer ce qu'est réellement l'amour.

 

 

 

MT

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 02:44

 

 

Merci pour ce langage authentique, cette vulnérabilité qui vient toucher au coeur, cet enseignement partagé dans l'intime, au plus profond de l'expérience.

Instant rare, dans ce monde de clichés et de paroles toutes faites.

Ouverture d'un chemin qui invite à retrouver sa propre authenticité, à descendre en soi pour être et livrer sa vérité.

Merci pour tout cet amour offert en partage  et cette vibration qui laisse sa trace délicate.

 

MT

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • : Un lieu où pourraient se cotoyer le jour et la nuit, les univers différents de la pensée logique, rationnelle, structurée à partir des informations émanant de toute part, et de la pensée vagabonde, celle qui erre la nuit, mais aussi le jour, dans l'envers des choses, à la recherche de l'impalpable, de la beauté et de la magie. Michèle Théron
  • Contact

  • lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. 
Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...

Auteur - Photographe

Michèle Théron, praticienne de santé naturopathe, femme en chemin, je vous partage sur ce blog des articles, de la poésie, des photos créés par moi, et les citations, articles, vidéos qui nourrissent mon chemin et m'inspirent.

Recherche