Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 22:55

Voulez-vous une leçon de vie?

 

Ou une leçon de naturopathie?

 

Ou bien encore une leçon de guérison?

 

Ou de spiritualité incarnée?

 

Alors écoutez Irène Grosjean nous parler de son parcours, de sa compréhension des lois de la vie et de sa longue expérience de la santé, puisqu'elle peut nous offrir 55 ans d'expérience en tant que naturopathe, au service de la vie et de l’abondance.

 

Le corps répond à quatre lois de base primordiales : respirer, se nourrir, dormir et éliminer. Sur ces bases simples, mais fondamentales, s'est construite toute la science naturopathique héritée d'Hippocrate et de son observation des humeurs et de leurs effets sur notre santé.

 

Hippocrate avait mis l’alimentation au premier plan : « Que ton aliment soit ton premier remède » et avait aussi inclus le principe de précaution, notion aujourd’hui fort discutée mais très peu respectée par nos élites...

 

Primum non nocere, ou « d'abord, ne pas nuire », est l’une des lois de santé dont on retrouve une trace écrite dans le traité des Épidémies d'Hippocrate, daté de 410 av. J.-C. environ, qui définit ainsi le but de la médecine : «Avoir, dans les maladies, deux choses en vue : être utile ou du moins ne pas nuire».

 

Les médecins entrant dans leur profession devaient (doivent toujours ??) prêter serment sur le Serment d’Hippocrate.

 

Hélas, que ce soit par la prolifération des maladies, de plus en plus graves et de plus en plus précoces, que ce soit par la surabondance de médicaments, de compléments alimentaires et autres promesses chimiques, le constat est cruel : notre société et les gardiens « officiels » de la santé ont dérivé bien loin des principes de ce serment et des lois de la nature qui y étaient consignées.

 

A nous donc de prêter serment aujourd’hui, pour nous-mêmes et avec nous-mêmes, pour le respect fondamental des lois de la vie, afin de recouvrer la santé et de créer cette abondance et ce « paradis » sur terre qu’évoque Irène Grosjean dans ce beau témoignage.

 

MT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
24 novembre 2013 7 24 /11 /novembre /2013 00:44


larmes-fisher_tearsofendingbeginning-1.jpg

Rose-Lynn Fisher artiste américaine spécialiste du cliché macro et micro, a profité de son passage par la case "déprime" pour récolter ses larmes et les prendre en photo. Une idée peu commune qui lui est venue en se demandant si ses larmes de peine étaient différentes de ses larmes de bonheur. C'est ainsi qu'est né The Topography of Tears, un projet qui a nécessité la collecte de plus d’une centaine de larmes, photographiées à travers un microscope une fois séchées. Le rendu est surprenant.





Dans un flot continu, il y avait ces larmes qui montaient du cœur, s’arrêtaient dans la gorge, attendaient, hésitaient, prenaient toute la place sous les paupières et finalement, jaillissaient, coulaient le long des joues.

 

Paradoxe des larmes qui sont des tremblements de terre si violents mais de si douces caresses de l’intérieur. Petits ruisseaux tièdes qui dévalent les pentes du chagrin, impossibles à arrêter.

 

C’est la mort qui s’échappe. C’est la vie qui est en marche, dans un puissant mouvement libérateur.

 

Douce sensation, si tendre sur la peau, alors que le cœur saigne. Eternelle surprise de les voir transparentes. On les attend rouges sang comme la peine qui les porte, on les croit incendiaires comme la lave échappée du volcan intérieur. Sève inventée des dieux, pour ne pas oublier que nous avons un cœur et que nous sommes vivants.

 

Chaque larme est à transformer en mot. Chaque mot est à enfiler patiemment sur le fil de l’espoir comme une perle précieuse pour trouver le sens du malheur. S’en faire un collier, pour joindre la première et la dernière perle, le premier et le dernier mot.

 

Alors le cercle sera clos. D’invisibles liens, comme une étoile nouée au centre, se tisseront entre chaque perle, tels un attrape-rêves.

 

 

 

MT© 2006


 

A quoi ressemblent les larmes....
Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans NUIT
commenter cet article
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 16:09




Voici une interview de Satprem où il revient sur l'expérience passée dans les camps de concentration.

Une "démolition si totale"... alors "détruire ça veut dire qu'on meurt pour de bon ou que l'on naît à autre chose"...

C'est tout l'enseignement des épreuves de la vie...

MT


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 12:01

La santé optimale dépend d'une bonne oxygénation de nos cellules. Un processus complexe lié à notre équilibre physiologique interne autant qu'aux conditions de notre environnement.

Voici une émission radio et un article, pour se faire une idée sur le sujet. Sachant que l'achat d'un bol d'air Jacquier est assez onéreux, mais qu'il existe des thérapeutes chez qui l'on peut faire des séances ou des boutiques en France qui proposent aussi des séances ou des forfaits.

MT

 

 

http://www.holiste.com/index.php?subid=17225&option=com_acymailing&no_html=1&ctrl=url&urlid=291&mailid=344

 

 

 

 

Interview du Pr Joyeux sur les intérêts du Bol d'air Jacquier :

 

Les bienfaits de l’oxygénation cellulaire sur lesquels reposent le bol d’air Jacquier® est un concept unique de santé globale. Le Professeur Joyeux* nous explique son action et les raisons qui l’ont amené à le prescrire à ses malades.

 

 

1/ LE BOL D’AIR JACQUIER®1 : DE QUOI S’AGIT-IL ?

 

Il s’agit d’un appareil délivrant par voies respiratoires des extraits naturels de pins sous forme peroxydée. Une fois inhalés, ces extraits captent et relâchent plus facilement l’oxygène que l’hémoglobine elle-même. Ensuite ils assurent pendant plusieurs heures, après une session respiratoire, une amélioration de l’oxygénation tissulaire, sans danger de stress oxydatif.

 

 

2/ GÉNÉRALEMENT, POUR QUOI L’UTILISE-T-ON ?

Pour toutes les formes d’hypoxie, c’est-à-dire de manque d’oxygénation cellulaire. C’est là un vaste sujet2, vu que la pollution, le stress, les obstacles de tous ordres au niveau des systèmes respiratoires et circulatoires, les zones de cicatrisation, les zones inflammatoires – et même l’âge ! – sont reliés à une hypoxie cellulaire.  Concernant les obèses, le Professeur De Cristofaro3 obtient une perte de poids reliée à une perte de la masse grasse mais aussi une augmentation de la masse maigre chez un groupe d’utilisateurs du Bol d’air, alors que cette masse maigre tend à diminuer chez un groupe témoin. Cela ne peut que s’améliorer avec l’activité physique.

Le Bol d’air Jacquier® a été testé face aux graves conséquences de la production des radicaux libres, aussi bien reliées  à l’hyperoxie, comme dans le cas de l’hyperbarie,  qu’à l’alternance hypoxie / ré-oxygénation, comme dans les cas d’apnées du sommeil par exemple. Béatrice Mercier, Biologiste, a démontré chez l’animal, in vivo et ex vivo, une amélioration de la capacité antiradicalaire d’organismes et d’extraits sanguins, sous l’impact des terpènes peroxydés, dose-dépendante4

 

 

3/ POURQUOI LE BOL D’AIR N’EST-IL PAS PLUS UTILISÉ ET PRESCRIT ?

Au début, il était utilisé à la fois en prévention et en accompagnement d’un traitement curatif sur des pathologies aussi diverses que la coqueluche, les maladies circulatoires, respiratoires et même hépato- digestives.

Cette diversité d’action semble étonnante, mais, si on considère que la méthode a pour but la normalisation de l’oxygénation cellulaire, il est logique qu’elle puisse être appliquée dans un grand nombre de situations.

Les études de Béatrice Mercier ont démontré que chez l’animal, l’appareil génère non seulement une amélioration de la capacité antiradicalaire, mais aussi une diminution du taux des hémoglobines glyquées 5

 L’usage de l’appareil serait donc très important dans le cadre de la prévention du vieillissement. Des études cliniques doivent valider ces propriétés. Mais cela n’empêche pas de nombreux patients de l’utiliser en complément de leurs traitements, pour diminuer certains effets négatifs des chimiothérapies, par exemple.

 

 

4/ POURQUOI PAS CHEZ LES SPORTIFS ? NE RISQUE-T-ON PAS LE DOPAGE ?

De nombreux sportifs l’utilisent, des “ultras” , ceux qui font 100 km de course et plus, des cyclistes, rameur, pongistes… avant et après leur entraînement, pour améliorer leur récupération, diminuer leur souffrance musculaire, améliorer leur détente et leur sommeil, ou encore pallier les effets négatifs de l’irritation asthmatiforme due à l’air froid, lors des entraînements, en automne et en hiver.

En fait, d’après René Jacquier, l’appareil permet de reproduire un phénomène naturel de peroxydation existant dans les forêts de résineux, dans certaines conditions climatiques. Il n’y a pas de dopage. Aucun sportif utilisateur du Bol d’air Jacquier® ne relève un changement dans son taux d’hémoglobine et les gaz inhalés ne font partie des substances référencées comme dopantes.

 

 

5/ DES ÉTUDES EN COURS ?

Un complément d’étude est en cours pour valider, ex vivo, les effets positifs de l’appareil sur la glycation des protéines, ce qui permettrait une intégration de l’appareil pour la prévention du diabète, des maladies liées à cette pathologie et dans le cadre de la prévention du vieillissement.

Une étude débute pour évaluer avec exactitude les améliorations du bien-être constatées par les sportifs. Ceci d’autant plus que, d’après les conclusions de l’équipe de Mühlbauer6, l’un des produits inhalés -l’αpinène- est hydroxylé en verbénol, lequel agit contre l’ostéoporose, en empêchant l’activité de résorption des ostéoclastes. Or les problèmes osseux sont fréquents chez les sportifs et, là aussi, de grandes perspectives s’ouvrent pour les utilisateurs du Bol d’air Jacquier®.

En conclusion, pour mieux supporter les chimiothérapies, je le prescris de plus en plus à mes patients – qui en redemandent – car ils en perçoivent les bienfaits.

 

*Henri Joyeux, né en 1945, est professeur des universités, praticien hospitalier de cancérologie et de chirurgie digestive à l’université Montpellier 1. Il est également écrivain, conférencier et auteur de  452 publications scientifiques nationales et internationales. Depuis 1997, le Professeur Henri Joyeux assure à l’Institut du cancer de Montpellier  une importante consultation de patients venant de tous pays, qui lui donnent une vision très large  de l’humain malade et bien portant. Son intérêt se porte particulièrement vers les causes des maladies et leur prévention,  primaire ou secondaire, dans les cancers afin d’éviter les récidives

 

Sources

[1] L’inventeur du Bol d’air® , René Jacquier, a confié l’exclusivité de la fabrication et de la commercialisation de son appareil  au laboratoire Holiste, d’Artaix (F-71110 – www.holiste.com ou 03 85 25 29 27).

[2] Mercier B., Prost J., Prost M. The Essential Oil of Turpentine and its Major Volatile Part (Alpha and Beta-pinenes): a review. IJOMEH 2009;22(4):331 – 342.

[3] De Cristofaro et al., –  Evaluation by indirect calorimetry of the respiratory integration with αand β- pinene peroxides. FASEB Journal. Abstract 13-1-445.10 part I Experimental Biology april 2003.

[4] Mercier B, Prost J, Prost M – Antioxidant Activity of Bol d’air Jacquier® Breathing Sessions in Wistar Rats – First Studies.Int J Occup Med Environ Health. 2008 Jan 1;21(1):31-46.

[5] Mercier B., Prost J., Prost M.A well-oxygenated cells environment may help to fight against protein glycation. IJOMEH 2011;24(1):102-107.

[6] Mühlbauer RC, Lozano A, Palacio S, Reinli A, Felix R. Common herbs, essential oils, and monoterpenes potently modulate bone metabolism.Bone. 2003 Apr;32(4):372-80.

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 00:10

 

 

 

 

 

 

cerf++jpeg Illustration Frida Kahlo - le cerf blessé

 

 

Au départ, il faut être poursuivi par la peur de la naissance et de la mort comme un cerf qui s'échappe d'un piège.

 

À mi-chemin, il ne faut rien avoir à regretter, même si l’on meurt à l’instant, comme le paysan qui a travaillé la terre avec soin.

 

À la fin, il faut être heureux comme celui qui a terminé une immense tâche [...].

 

Ce qu’il faut surtout savoir, c’est qu’il n’y a pas de temps à perdre, comme si une flèche avait atteint un point vital de notre corps.

 

 

 

Gampopa, Sonam Rinchen (1079-1153), cité par Dilgo Khyentsé Rinpotché, cité par Matthieu Ricard (ça va? vous suivez?)  

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 22:58



Voici un merveilleux mantra de libération, chanté par Hein Braat, dont la voix ne peut que nous aider à entrer dans nos profondeurs.

La première fois que je l'ai entendu.... j'ai voulu absolument me procurer le CD qu'il a fallu faire venir de je ne sais plus quel pays -merci internet- mais le prix de revient fut à la hauteur de mon désir .


Vous pourrez vous le procurer ici : http://www.yogini.nl

La traduction peut prêter à sourire, mais chaque culture a ses références végétales.... Là le concombre, ici la pomme... A chacun son jardin et sa façon d'amener ses fruits à maturation...


MT


 

 

 

 

 

 

OM TRAYAMBAKAM YAJAMAHE

SOEGANDHIM POESTHIVARDHANAM

OERVAROEKAMIVA BANDHANAN

MRITYOR MOEKSHIYA MAMRITAT

 

 

Om - Nous rendons grâce au seigneur des 3 mondes,

Qui les soutient et les emplit à la fois comme un parfum.

Puisse-t-il nous délivrer du lien de la mort

De la même manière qu'un concombre mûr se détache de sa tige.

Mais qu'il ne nous éloigne pas de l'immortalité.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Paroles créatrices
commenter cet article
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 10:45

La_nichee_de_Blanche_wilkins_1_900x720.jpgIllustration Sophie Wilkins








J’ai entendu, il n’y a pas longtemps, un plâtrier siffler, mais – comment dire… ? – Il avait mille rossignols dans sa poitrine, il était dans une pièce vide, il enlevait un vieux papier peint, il était seul depuis des heures à cette tâche et il sifflait. Et cette image m’a réjoui et j’ai eu comme l’intuition que cette humeur-là rinçait la vie, la lavait, comme si cette gaieté de l’artisan réveillait jusqu’à la dernière et la plus lointaine étoile dans le ciel. Ça, vous voyez, ce sont des riens, des moins que rien, des micro-évènements, des choses minuscules, mais ce sont ces évènements qui fracturent la vie, qui la rouvrent, qui l’aident à respirer à nouveau. Lorsque de tels évènements adviennent, croyez-moi, vous le savez. Vous le savez parce qu’une sorte de gaieté vous vient. C’est sans valeur marchande, la gaieté, sans raison, sans explication ! Mais c’est comme si, tout d’un coup, la vie elle-même passait à votre fenêtre avec une couronne de lumière un peu de travers sur la tête.

 

 

 

Christian Bobin



Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 22:57





DSC06962_Psign.jpg




Dans ton cœur

Se tiennent enroulées tendrement

Toutes tes amours

Du plus lointain d’hier

Au plus loin de demain

Cachées dans les plis de ta chair

Voyageant dans le flux de tes veines

Elles dansent comme des chevaux sauvages

Elles avancent comme les eaux des fleuves

Généreuses, écumantes, odorantes et sonores

Pour se jeter à la mer

Eperdument, voluptueusement

Et t’inviter à mourir, éternellement,

A chaque extase, à chaque recommencement

Pour retourner à la source.

 

 

MT©

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans NUIT
commenter cet article
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 23:08



Un questionnement important sur le positionnement à avoir quand on accompagne quelqu'un, ami, patient, parent : être dans la présence, avec la distance nécessaire, pour lui permettre d'exercer son libre arbitre à chaque instant et lui laisser toute la liberté. Cette liberté qui a justement manqué dans nos histoires, notre éducation, nos formatages relationnels, pour se rapprocher suffisemment de nos ressentis et de nos choix profonds.
Notre nature est la présence.

 

MT 


arte-Schloe.jpg


Peut-être qu’il est temps de cesser d’essayer de "réparer" celui qui est en face de vous, de cesser d’essayer de lui donner des réponses ou de résoudre ses problèmes. Vous n’êtes pas très bon à cela, ami. Votre nature n’est pas la manipulation, mais la présence ; pas la division, mais l’entièreté.

 

Peut-être qu’il est temps de cesser de prétendre être l’autorité omnisciente, l’enseignant infaillible, l’expert guéri. Même avec la meilleure des intentions, vous pouvez sans le savoir interférer avec ses processus naturels de guérison. Vous pouvez le tenir sous votre dépendance en le distrayant d’une confiance profonde dans sa propre expérience de première main.

 

Rappelez-vous, il se peut qu’il ait besoin de se sentir plus mal avant de se sentir mieux. Il se peut qu’il ait besoin de sentir plus profondément sa douleur avant de s’ouvrir à la véritable source de guérison. Il se peut qu’il ait besoin de mourir à qui il croyait être avant de pouvoir vivre vraiment. C’est vrai pour lui, c’est vrai pour vous.

 

C’est certainement une chose à considérer.

 

Alors, détendez-vous. Respirez. Sortez du drame. Reconnaissez votre désir de le changer, de le “réparer”, ou même de le pacifier. A présent, écoutez simplement sans jugement, et essayez de comprendre où il se trouve maintenant. Mettez-vous à sa place. Voyez clairement qui et ce qui est en face de vous.

 

Peut-être que la plus grande aide que vous pouvez offrir maintenant est votre clarté et votre attention sans jugement – votre compassion naturelle. Portez cette transmission ; soyez cette présence ; offrez cette ouverture. Restez grand ouvert aux solutions qui ne sont pas encore nées. Faites confiance à l’étrange processus. Soyez la silencieuse intention – et les bons mots, les bonnes actions, les bonnes interventions, les bonnes décisions viendront sans effort.

 

Sanctifiez son moment en ne fuyant pas. Reflétez sa propre capacité d’être présent. Faites confiance à l’antique mystère de la guérison.

 

Peut-être que le véritable remède peut fleurir quand "vous" vous écartez du chemin. Oui, les médicaments et les bons conseils peuvent engourdir ou même supprimer des symptômes, mais une invitation à une guérison spirituelle plus profonde pourrait être tapie juste sous la surface.

 

 

Jeff Foster


 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 23:58


« Je me moque bien d´être la première à dénoncer telle affaire. Ce qui me fait tenir, ce sont les nombreux témoignages de gens qui viennent à moi à la fin des conférences et qui me remercient pour le service que j´ai pu leur rendre grâce à l´information. Je ne donne aucun conseil médical. Beaucoup voudraient que je leur dise ce qu´ils doivent faire sur la vaccination. Je leur réponds qu´ils peuvent se faire leur propre idée sur la question en s´informant, plutôt que de s´en remettre à l´avis d´un tiers. Je constate que la population a perdu son autonomie de réflexion, elle est anesthésiée par la désinformation, la pollution, les antidépresseurs, les métaux lourds contenus dans les vaccins, la malbouffe et les additifs… Je milite pour un réveil généralisé. » Sylvie Simon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 






 
 
Avec un témoignage de Claire Séverac (auteur avec Sylvie S. de l'ouvrage "La coupe est pleine") :
  
un film de Jean-Yves Bilien sur Sylvie Simon : "le droit d'être soigné selon ses convictions" :
  
 
 
 
 
 
Et n'oubliez pas ses livres si nombreux sur les vaccins, l'autisme, l'aspartam, etc. et aussi des livres plus ésotériques sur les tarots :
  
 
 

Voici plusieurs hommages qui sont rendus à Sylvie Simon et bien d'autres qui arriveront encore...

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 23:46



121_409811692400018_465259619_n.jpg



Je revendique l’état d’Indien en tout homme, afin qu’il apprenne à aimer et à respecter la nature, à respecter et à aimer les Puissances qui l’entourent et l’habitent, à respecter et à aimer le monde de l’Esprit et les paroles sacrées du cœur, paroles inspirées par les étoiles et le ciel, par la terre, la mer et les pierres, les arbres, les animaux, la lune, le soleil, le vent, les rêves, la nuit, la lumière...

 

Mario Mercier, L'Esprit en liberté





Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 12:29



Avatar Neytiri 3


L’âme meurt de ne croire que le croyable.

 

 

Henri Gougaud




Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 19:51

DSC06931_.jpg


 

Aujourd'hui se célébrait le départ de Sylvie Simon, décédée le 8 novembre, à la Basilique Sainte-Clotilde à Paris.

 

Il y avait du monde, mais je m'attendais -espérais- à voir une foule plus grande pour rendre hommage à cette Dame qui a tant influencé notre vision, nos connaissances, qui a donné corps et crédit à tant de professions, d'écoles de santé, qui prônent cette santé  alternative et respectueuse de l'être humain...

 

Je m'y suis rendue à la fois pour rendre hommage à sa personne et comme un acte civique et politique, jugeant que dans l'état actuel de notre société, il était important, voire capital, de "manifester" son soutien à des valeurs qui doivent être défendues et que Sylvie Simon a défendues toute sa vie.

 

Il y a un lien invisible, entre le destin d'une personne, la trace qu'elle laisse derrière elle, et les milliers de gens qui ont été ensemencés par elle.

 

Des graines ont été semées dans les sillons qu'elle a tracés sans relâche. Chacune fleurira à son heure.

 

Et pour aller plus loin, il est toujours très important de savoir ce que l'on a reçu, quel est l'héritage qui est le nôtre et à partir duquel nous allons continuer plus en avant. C'est ce qui permet d'éprouver de la gratitude pour tout ce qui nous est offert, pour ce qui nous a rendu plus riche. J'espère que nous serons de plus en plus nombreux à comprendre comment des personnes telles que Sylvie Simon ont eu un véritable "destin", une voie tracée pour innover dans un domaine de l'information qui n'était pas spécialement enclin à s'intéresser à des sujets tabous. 

 

 

Son dernier voyage aura donc été dans l'intimité, l'intimité des gens, nombreux, qui l'avait cotoyée, aimée ou avaient travaillé avec elle.    

 

C'était une belle cérémonie, sous le soleil d'automne avec pourtant cette énergie de printemps et de légéreté qui flottait aujourd'hui, et parlait de renouveau....

 

Un choeur et un orgue jouaient à l'arrière de l'église, c'était très émouvant.

 

Parmi les textes d'hommage, je retiens la lecture de la première lettre de St Jean, qui va si bien à Sylvie Simon et qui pourrait à lui seul résumer un message postume :

 

(...) "Mes enfants, nous devons aimer : non pas avec des paroles et des discours, mais par des actes et en vérité. En agissant ainsi, nous reconnaîtrons que nous appartenons à la vérité, et devant Dieu nous aurons le cœur en paix. " (...)

 

En acte et en vérité, c'est bien ce qu'aura été le parcours de Sylvie Simon et c'est une magnifique invitation pour aimer... en actes et en vérité...

 

MT

 



http://lejour-et-lanuit.over-blog.com/article-sylvie-simon-121022729.html 




Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 22:57

 

 

DSC05470--2-sign.jpg



Voici une citation qui me parle, à moi qui parfois tiens un appareil photo dans les mains, même si « écrire avec la lumière » n’est pas ma spécialité…

Je me sens souvent plus à l’aise avec les mots qu’avec l’écriture photographique, même si celle-ci est fascinante.

Mais que ce soit avec une plume ou un objectif, la mise en lumière de toute chose est le premier pas vers la conscience, la vision et la spiritualité. Cette spiritualité au sens large, qui ne se vit pas que dans les églises, (voire même plutôt en dehors des églises et des dogmes), dans la vraie vie, aussi simplement que peut le faire notre regard conscient et présent sur ce qui vient à notre rencontre.

Dès que notre vision transcende le prosaïque nous avançons vers le sacré et le spirituel.

Tout est ordinaire, que ce soit une fleur qui pousse, un enfant qui sourit ou pleure, un nuage qui s’effiloche, la pluie qui tombe.

Seuls notre regard et la lumière qui l’accompagne nous rendent ces choses extraordinaires et les poussent hors du commun.

A chacun son outil pour mettre de la lumière sur les instants de la création…

 

MT




D’abord le mot photographie signifie étymologiquement “écrire avec la lumière”. Or c’est elle qui révèle ce que, sans elle, nous ne pourrions pas voir. Dans le sens religieux et surtout chrétien, ce mot a une importance capitale car Dieu est lumière.
Tout est compréhensible lorsque celle-ci nous éclaire et nous, photographes, nous devons en prendre conscience mieux que quiconque. Nous avons une mission considérable, celle d’écrire avec cette lumière, à la fois physique et spirituelle.

 

Jean Dieuzaide, photographe

 

 

 

En écho à l'article de Zoher ;-) :  http://zoher.tahora.over-blog.com/2013/11/le-mot-photographie-signifie.html

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 23:30


DSC05718_sign.jpg


Ce n’est pas la rigueur qui te conduira où tu veux aller, ce n’est pas l’ascèse, ni la souffrance, ni ce que tu crois avoir compris. C’est l’épice. Le parfum de la force aimante.

 

Le sentir seul peut approcher l'épice. Sers-toi de tes yeux, de tes oreilles, de ton goût, de ton odorat, de tes mains. Respire, respire, et laisse-la entrer.

 

Henri Gougaud, Les sept plumes de l’aigle




 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • : Un lieu où pourraient se cotoyer le jour et la nuit, les univers différents de la pensée logique, rationnelle, structurée à partir des informations émanant de toute part, et de la pensée vagabonde, celle qui erre la nuit, mais aussi le jour, dans l'envers des choses, à la recherche de l'impalpable, de la beauté et de la magie. Michèle Théron
  • Contact

  • lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. 
Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...

Auteur - Photographe

Michèle Théron, praticienne de santé naturopathe, femme en chemin, je vous partage sur ce blog des articles, de la poésie, des photos créés par moi, et les citations, articles, vidéos qui nourrissent mon chemin et m'inspirent.

Recherche