Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 13:43

 

 

 

Voici un court reportage fait par la web télé « Dijon-santé » sur un cas de contamination par un tic.

 

 

 

La personne qui témoigne, détectée dans la phase aigüe (le temps qui entoure le moment de la piqure, avec fièvre, érythème pour les symptômes principaux), a donc été soignée aux antibiotiques et s’est trouvée guérie.

 

 

 

Ce monsieur fait partie des quelques chanceux qui, premièrement ont été détectés très tôt, et deuxièmement ont eu une guérison grâce aux antibiotiques, ce qui n’est pas systématique malgré ce qui est dit sur ce sujet.

 

 

 

C’est en effet dans cette phase aigüe de la maladie qu’on a le plus de chance de s’en sortir. Tout simplement parce la bactérie n’a pas encore eu le temps de s’enkyster dans l’organisme, et de parasiter la plupart des tissus et organes, allant du foie, cœur, muscles en passant par les articulations ou le cerveau.

 

 

 

Comme cet homme l’explique, après qu’il ait fait ses propres recherches sur cette infection, la maladie occasionne des troubles multiples : baisse immunitaire, problèmes oculaires, troubles cardiaques, fatigue chronique, problèmes hépatiques, nerveux, digestifs, cérébraux.

 

 

 

La particularité de cette bactérie, rappelons-le, est de changer de forme, passant d’une forme de bâtonnet en spirale, à une forme beaucoup plus petite et presque indécelable de type kystique. Enfin, cette bactérie s’organise en colonies, enfermées dans des biofilms, difficilement perméables aux antibiotiques et aux agents de notre système immunitaire.

 

 

 

Un vrai casse-tête donc pour arriver à déloger cette bactérie, qui relargue des neurotoxines qui empoisonnent l’organisme.

 

 

 

MT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 00:23

 

 

 

 

P1220683+++ (2)sign

 

 

 

 

 

Va sans peur, je bénis la mer,

Je bénis tes chemins,

Je bénis les villages, les arbres, les oiseaux,

Tous les êtres qui viendront à ta rencontre

Je les bénis,

Je bénis tes yeux, ton souffle, ta force,

Je bénis chaque battement de ton cœur,

Je bénis le mystère qui te porte.

Va maintenant,

Va sans peur.

 

 

 

Henri Gougaud

 

 

 

 


Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 23:48

 

 

Voici deux personnes, Christophe et Frédéric Pain, que j’ai pu écouter au Congrès Quantique de Reims et qui dans leur approche proposent quelque chose de novateur.

 

 

 

Tout d’abord ils parlent de santé globale, ce qui est encore rare, même si cela fait son chemin.

 

 

 

Ensuite, ils sont dans l’esprit de la physique quantique et de l’idée que tout est inter relié. Nous ne pouvons continuer à penser entre notre petit moi et notre petit moi… notre environnement est déterminant dans nos processus de survie. La physique quantique travaille sur l’invisible. Si nous restons dans le visible, nous allons rester scotchés à l’étiquette « personne malade » sans vraiment voir et comprendre ce qui se passe autour et d’où vient l’origine du stress qui a créé l’état de maladie, état simplement adaptatif pour survivre.

 

 

 

Autre idée intéressante : la maladie n’est pas psychique et n’est pas liée à l’histoire de la personne, sa petite enfance, etc. Si l’hypothèse est juste, cela lèverait bien des barrages et épargnerait bien du temps à chercher et fouiller dans un passé compliqué, sans pouvoir vraiment en sortir.  

 

 

 

Et enfin, ils osent parler de guérison.

 

En effet, depuis longtemps, toute la médecine et toutes les stratégies thérapeutiques tournent autour de la guérison… mais sans vraiment étudier les processus concrets qui y mènent.

 

 

 

Le lien et le liant à tout cela est l’homéopathie, dans des dilutions hautes (korsakoviennes) choisies pour leur résonnance avec l’état vibratoire de stress qui lie les membres impliqués dans la maladie qui s’est déclarée.

 

 

 

Et ce qui n’est pas négligeable dans leur approche, c’est l’idée que nous ne pouvons pas vraiment guérir seuls, dans le sens où guérir est un processus interactif, familial (transgénérationnel), environnemental.

 

 

 

Cela irait assez bien avec tout ce qui émerge en ce moment au niveau des pathologies lourdes et chroniques qui souvent ne trouvent pas de réponses adaptées, que ce soit par les méthodes de la médecine classique ou alternative.

 

 

 

Et si guérir, c’était guérir tous ensembles, chacun étant amené à bouger à l’intérieur de lui, pour sortir des croyances limitantes et des projections, en acceptant que chacun par son mouvement pose un morceau du grand puzzle qu’est la guérison ?

 

 

 

MT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 22:49

 

 

 

DSC07255_--2-sign2.jpg

 

 

 

 

Si tu préfères l'amour à la vérité,

Tu seras en amour,

Et l'amour te donnera en plus des vérités.

 

 

Henri Gougaud

 

 

 

 


Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 19:52

 

 

Il n’est pas trop tard pour revenir sur ce que 2014 inaugure.

 

Arouna nous explique ici, à travers son expérience, sa connaissance et son intuition, confirmée par l’astrologie, le sens de ce qui se termina en 2013 – année très lourde de nettoyage et de deuils, symboliques ou réels-, et de ce que 2014 introduit dans nos vies pour un cycle de 10 années.

 

Nous sommes invités à mourir, à laisser partir l’inutile pour faire de la place à l’amour et à nous engager dans la relation qui sera « le test de réalité de toute notre spiritualité ».

 

MT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 22:24

 

 

Voici un hommage à un homme en chemin trop tôt disparu.

 

Doha Khan animait des séminaires ; passionné d’alpinisme il avait participé à des expéditions en Inde, au Népal, en Équateur et au Pérou, et en avait prévu d’autres pour cette année afin d’accompagner des personnes au cœur du changement.

 

En 1985, il avait mené une étude en Himalaya sur les comportements humains en situations difficiles avant d’accompagner quelques années plus tard, toujours en Himalaya, deux voyages initiatiques au Garwhal sur le thème Des Sources du Gange aux ressources de l’humain. L’expérience en haute montagne est un miroir puissant et un accélérateur d’apprentissage exceptionnel. Elle offre l’opportunité de toucher ce qu’il y a de plus fort dans l’art d’être humain. (Source Himalayan Frontiers : http://www.himalayanfrontiers.fr/himalayan-frontiers-equipe.php)

 

Il est l’auteur de l’ouvrage « Danse avec l’ombre », récit initiatique paru aux éditions Marcel Broquet.

 

Quoi de plus approprié que ce texte écrit autour de « l’art de mourir », où Doha affirmait : « Il nous est demandé, à chacun, de mourir pour renaître, quel que soit la nature du chemin emprunté ».

 

Chaque disparition nous parle de l’unique qui s’est manifesté sur cette terre, du feu incarné par chacun et de façon unique et non reproductible. Notre spécificité, toute fragile et illusoire qu’elle soit, est l’expression d’un moment unique sur cette terre au cœur de l’humanité.

 

De quoi nous inviter à aimer tout ce que nous rencontrons, la force d’un regard, la beauté d’un geste, le chant des mots, la qualité de la présence, et à honorer la Vie dans toutes les extraordinaires manifestations qu’elle nous offre.

 

 

MT

 

 

 

 

1796994 646656135393538 907878589 o 

 

 

 

L’art de mourir

 

Notre vie ne sera en fin de compte que la somme des choix que vous aurez faits. Car notre vie n’est qu’une longue suite de choix; nous passons notre temps à choisir, à décider de faire ou de ne pas faire, à hésiter, à reculer, à nous jeter à l’eau, à remettre à demain, à essayer d’oublier, à foncer dans le tas, à prendre sur nous, etc. Et au bout du compte, c’est bien la somme de ces choix, de ces directions que nous avons prises aux différents carrefours de notre vie qui font que nous aurons eu telle ou telle histoire.

 

Car nous sommes, et vous êtes, sans doute beaucoup plus libres que vous ne le croyez. Vous pensez peut-être qu’on ne choisit pas, que tout est écrit, que la société ou les événements choisissent pour vous. Sûrement pas. Un gardien de square, un président de la République, un clochard sous un pont, un PDG de multinationale, un bon vendeur, un mauvais vendeur, un journaliste, une mère de famille ont tous un point commun : depuis leur naissance, ils ont eu 24 heures dans chacune de leurs journées. Mais ils ne les ont sans doute pas utilisées de la même façon.

 

Nous sommes tous confrontés à de nombreux et successifs passages de la vie à la mort. Par contre, nous n’avons jamais appris à les vivre sereinement, jusqu’au jour où la vie nous lance le défi de regarder autrement ce qui nous arrive. Et là est tout le cadeau !

 

Qu’il s’agisse de la fin d’une relation, d’un projet, d’une occupation professionnelle, d’une position sociale, d’un lieu de vie, d’une passion, d’une maladie ou le départ d’un proche, la démarche est la même : détachement, présence et deuil.

 

Et si mourir ne consistait en rien d’autre que de mourir aux illusions, de mourir à nos illusions ! Nous ne sommes rien, juste des êtres humains, des hommes et des femmes, présents à d’autres, dans le nettoyage de nos blessures, trop souvent embarqués dans la toute puissance que nous concédons encore à l'ego.

 

Qu’on le veuille ou non, nous sommes tous embarqués, vous et moi, sur le chemin de l’évolution, sur le chemin de notre évolution. La naissance est le signe que le voyage est en route. Mais la naissance n’est pas un signe que nous sommes vivants.

 

Ce constat est le point de départ de tout chemin. Il nous est demandé, à chacun, de mourir pour renaître, quelque soit la nature du chemin emprunté. 

 

Et tant que cette renaissance n’a pas eu lieu, nous appartenons à la famille des personnes qui se démènent, inconscientes, dans la jungle !

 

Sortir de ce rêve illusoire fait du même coup disparaître la mort. Et l’on sait que dans un parcours, rien ne compte hors de ce qui s’accomplit intérieurement !

 

Ce face à face avec notre propre mort nous détache du personnage qui a besoin d’être reconnu, admiré, apprécié. En d’autres termes la mort de l'ego.  

 

Le sage sait que la mort lui enseigne qu’il est de passage dans la vie des autres.  Apprenons à sentir pour faire face à notre propre départ qui viendra un jour ! 

 

Apprenons à mourir avant de mourir et découvrons l’importance de ce qui ne meurt jamais ! Apprenons à lâcher prise totalement, pour vivre dans le présent et renaître à chaque instant. 

 

Pourquoi, alors, encore aller chercher des recettes à l'extérieur ? A force de vouloir briller au soleil dans ce que nous croyons être, nous contribuons à la superficialité et à la fermeture de ce qui est essentiel, notre coeur. La mort fait partie de la vie. Pourquoi, alors, séparer les deux ? 

 

Nous ne faisons que passer ! Pourquoi ne pas décider, aujourd’hui, de redevenir libre pour le temps qu’il nous reste ?

 

Et si la mission principale de tout individu ne consistait en rien d’autre que de rencontrer ! Rencontrer l’autre, c’est accepter de se construire mais aussi accepter de construire l’autre !

 

Je me souviens avoir été sensible à un propos tenu par Albert Jacquard, lors d’une émission diffusée en 2005 à Radio Canada « Et si finalement, l’essentiel d’une vie ne consiste pas à raisonner en terme de temps de vie passé mais en nombre de rencontres successives … ».

 

 

Doha Khan

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 19:45

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 23:19

 

 

 

 

Pour cette journée des Amoureux, je vous propose ce beau texte de Jacques Brel qui parle de lumière.

 

La révélation de l’amour n’est-elle pas de la lumière ?

   

Lumière et amour ne sont-ils pas identiques ?

   

Amour et lumière se partagent, au fil de la vie et des rencontres.

   

Mais le plus grand chemin à faire dans la rencontre, est le chemin que l’on empreinte vers soi-même, pour se rencontrer avec amour et le révéler dans la lumière.

 

 

 

 

 

 

MT

 

 

 

32297 260506400745806 320730166 n

 

 

 

 

 La lumière jaillira

 Claire et blanche un matin

 Brusquement devant moi

 Quelque part en chemin

 

 La lumière jaillira

 Et la reconnaîtrai

 Pour l´avoir tant de fois

 Chaque jour espérée

 

 La lumière jaillira

 Et de la voir si belle

 Je connaîtrai pourquoi

 J´avais tant besoin d´elle

 

 La lumière jaillira

 Et nous nous marierons

 Pour n´être qu´un combat

 N´être qu´une chanson

 

 La lumière jaillira

 Et je l´inviterai

 A venir sous mon toit

 Pour y tout transformer

 

 La lumière jaillira

 Et déjà modifié

 Lui avouerai du doigt

 Les meubles du passé

 

 La lumière jaillira

 Et j´aurai un palais

 Tout ne change-t-il pas

 Au soleil de juillet?

 

 La lumière jaillira

 Et toute ma maison

 Assise au feu de bois

 Apprendra ses chansons

 

 La lumière jaillira

 Parsemant mes silences

 De sourires de joie

 Qui meurent et recommencent

 

 La lumière jaillira

 Qu´éternel voyageur

 Mon cœur en vain chercha

 Mais qui était en mon cœur

 

 La lumière jaillira

 Reculant l´horizon

 La lumière jaillira

 Et portera ton nom.

 

 

Jacques Brel

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=0ZGXfgB9hj8

 

 

 

 


Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 20:54

La St Valentin, c’est demain !

En prévision pourquoi ne pas faire le tour, avec humour et légèreté, de quelques petits exercices à pratiquer pour être un bon Valentin ou une bonne Valentine ?

Sans perdre de vue que, bien sûr, ce n’est pas QUE à la St Valentin qu’il faut gonfler son cœur, mais un peu tous les jours pour devenir un vrai pratiquant de l’amour !

 

Tout d’abord que pensez-vous d’une bonne lessive pour nettoyer tout ce qui embarrasse le cœur ?

 

 

coeur lessive

 

 

Ensuite d’un peu de gymnastique pour redonner du tonus à ce muscle si indispensable ?

 

 

strong-heart1

 

Prévoyez d’ôter vos protections, et soyez perméables à l’amour…

 

543320 291748034267493 160298671 n

 

Si vous avez un Valentin, une Valentine chez vous dès le matin, n’oubliez-pas les petites intentions des premiers instants, l’amour s’exprime dans les détails de la vie, sans attendre un événement particulier...

 

 

23423 327225482892 280279697892 3733946 3060550 n

 

 

Ce qui implique de vérifier son matériel pour éviter les mauvaises surprises !

 

http://www.wimp.com/toasterdesign/

 

 

 

Et d’avoir des appareils adaptés et pensés avec l’ingéniosité que seul l’amour peut nous procurer…

 

 

719cc6a5-copie-1

 

 

Ensuite toute la journée sera une occasion de faire provision d’amour : il y a mille et une façons de glaner les souvenirs de bons moments ou la perspective de nouveaux pour amplifier notre vibration d’amour…

 

 

65482 498420990192381 489296887 n

 

 

Un dîner, une rencontre, ça se prépare ; on peut y aller à l’aventure aussi, mais tout dépend de l’objectif que l’on s’est fixé… mettre en route le GPS intérieur pour ne pas perdre sa route, cela peut être une bonne initiative….

 

 

552807 339449852794336 918289701 n

 

Sinon être distrait ou pas centré peut être fatal, regardez ce qu’il en couterait à votre Cupidon chéri, censé vous titiller de sa flèche d’amour !

 

383730 127814477331763 100003096349128 154601 1830845085 n

 

 

Vérifier votre connexion : le cœur, c’est mieux de l’ouvrir simultanément, si l’un est fermé, et l’autre ouvert, la connexion risque d’être difficile…

 

 

je montre le mien

 

 

Néanmoins, simultanéité ne veut pas forcément dire fusion, au risque de laisser quelques parties de nous dans l’histoire…


 

valentin qu un

 

Il y en a comme ça, qui ont commencé à perdre la tête… ce fut sûrement le début d’autres pertes…

 

 

cherche ma tete

 

 

 

 

Si vous avez fait de la St Valentin un objectif « d’être en amour », comme disent les Québécois, sans trop céder au marketing ambiant, vous perdrez donc très peu de temps à faire les magasins…


 

valentin

 

 

Mais quoi qu’il en soit, il n’y a qu’une chose à faire, c’est être au plus près de son cœur d’enfant, et de le suivre…

 

383177 10151195101982700 40920399 n

 

 

MT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com
commenter cet article
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 20:22

 

 

DSC07190_sign2.jpg

 

 

 

 

Lorsque tu marches

Tu es entre les mondes

Séparés par des voiles mouvants

Qui ondulent entre ombre et lumière.

 

 

Tes pieds caressent une crête,

Où ta vie cherche la Vie

Laissant derrière toi

Une trace telle un lacet dénoué.

 

 

C’est ta danse

Ouverte sur l’inconnu

Où trébucher et tomber

Te relèvent à l’infini

Jusqu’à frôler la beauté du mouvement.

 

 

Lorsque tu marches entre les mondes

Ton cœur bat comme un tambour

Pour écarter les voiles

Vers ton immanente clarté.

 

 

 

MT©

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans NUIT
commenter cet article
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 23:15

 

 

Voici ce que Peter Vereecke nous propose de sa nouvelle vision à « 180° ».

Après avoir « collé » à la vision classique de la société et de l’univers, sa quête, ses recherches et ses explorations lui permettent aujourd’hui de dire que nous sommes dans une sorte de mensonge, certains diront « illusion », et qu’il est temps de regarder derrière les apparences afin de retrouver notre vraie nature, notre puissance et ne plus être assujettis à une vision matérialiste et réductrice.

Un discours qui se veut pacifiste, en quête d’unité, sans nier la dualité dans laquelle nous sommes. Une invitation à sortir de la compétition, de la bataille, de l’illusion pour retrouver que tout est interconnecté et que même si nous sommes « au cinéma », en train de regarder « La Grande Illusion », nous devons prendre part à l’aventure pour sortir de cette matrice limitante…

Et la meilleure façon, enfin, une des façons, est de guérir nos blessures afin de ne plus être prisonniers de nos ombres, de nos dépendances, de nos attachements, de nos illusions.

Voir, choisir et re-créer grâce à notre pouvoir de co-création.

 

MT

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 18:31

P2710035P_2.jpg

Photo Michèle Théron

 

 

A l'époque où notre monde n'était pas hérissé de tours, on disait que les arbres étaient les piliers du ciel.

 

On contait aussi qu'aux premiers temps, Dieu vivait à portée de voix humaine. Il suffisait de lever le bras pour le toucher. Après le repas, les hommes s'essuyaient les mains sur le ciel, et il arrivait aux pileuses de mil, si elles levaient trop haut leur pilon au-dessus de leur chevelure, de chatouiller les pieds de Dieu.

 

Or, un jour, une femme plus grande, plus vigoureuse et plus enthousiaste que les autres faillit ainsi éborgner le Créateur. Du coup, vexé, Dieu s'éloigna de la Terre avec son ciel, et les hommes ne purent plus l'atteindre. Alors ils plantèrent un arbre au centre de leur village. Le premier de tous. Et cet arbre se déploya jusqu'à la nouvelle demeure du Créateur. C'est depuis ce jour que l'arbre est nommé, en Afrique, le messager immobile. Il comble l'espace entre l'homme et son Dieu. A travers l'arbre la sève céleste descend du ciel vers la terre, et la sève terrestre monte de la terre vers le ciel.

 

Mais rien n'est simple. On dit aussi que le dieu des nuages cherche de temps en temps à nous le dérober ; il tend ses grandes mains de vent pour essayer de nous l'arracher. Mais l'arbre résiste. Il s'accroche à la terre. Il ne veut pas quitter les hommes. Pourquoi ? Parce qu'il est fidèle. La famille de l'arbre, c'est la pauvre et basse humanité. Il n'en changerait pas pour tous les cieux de l'univers.

 

Et nous, sommes-nous fidèles à l'arbre ?

 

 

 

Henri Gougaud

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 18:47

 

 

 

     







 

Quelle est la différence entre un homme presque mort, obèse, impotent, sédentaire, le regard éteint, pouvant à peine marcher, et le même homme quelques mois plus tard faisant moins de la moitié de son poids original, le regard et les idées clairs, faisant du jogging sur les routes ?

 

Des litres et des litres de jus de fruits et de légumes, bus quotidiennement pendant deux mois tout d’abord, pour entamer une désintoxication profonde et permettre à l’organisme de retrouver ses systèmes de régénération.

 

Ce documentaire, très touchant, montre le parcours de deux hommes, un Australien et un Américain, bien décidés à prendre leur santé en main après avoir été acculés par la maladie, les médicaments, la fatigue et le surpoids.

 

Joe, l’Australien fait ce documentaire par la démonstration inverse de celle que tenta Morgan Spurlock le québécois quand il réalisa « Super size me » http://youtu.be/kdINcDXcPso en 2004. En se nourrissant exclusivement chez Mac Donald pendant 1 mois, il démontrait, par les résultats catastrophiques sur sa santé (11 kilos supplémentaires, cholestérol augmenté, fatigue, libido en berne, etc.) les impacts de la nourriture industrielle et dénonçait au passage la puissance des lobbies qui ne sont pas prêts à lâcher « le morceau » commercial. Il mettra plus d’un an avant de retrouver son poids et sa forme initiale.

 

Ici, le retour à la santé est rapide et spectaculaire. La méthode est simple même si radicale : des jus exclusivement. Les protagonistes parlent de « jeûne », terme normalement utilisé pour la privation de toute nourriture à l’exclusion de l’eau, il serait approprié de parler de diète, mais peu importe, le résultat prime sur le débat sémantique !

 

Une preuve, s’il en fallait, que notre nourriture industrielle est devenue anti-physiologique et que nous ingurgitons trop de macro-nutriments et pas assez de micro-nutriments. Ceux-ci sont contenus dans les fruits et les légumes, surtout quand ils ne sont pas cuits, car alors leurs nutriments se perdent ou se transforment au point de ne plus être assimilables.

 

Le parcours et le courage de Phil sont inspirants. On voit comment, au travers d’un corps devenu encombrant, ne répondant plus et ne générant plus d’estime de soi-même, c’est son âme qu’il avait perdue. Petit à petit, le contact avec soi-même revient, et du même coup avec les autres aussi, dans le regard desquels il est à nouveau possible de se regarder et de se montrer. Que c'est beau de voir des yeux qui brillent à nouveau, un visage lumineux, un sourire et ce petit "supplément d'âme" qui refait surface !  

 

Deux beaux parcours qui montrent que rien n’est une fatalité, que les médicaments « c’est pas automatique », et que l’on peut revenir de loin, même quand on croyait que tout était perdu.

 

L’espoir est au fond du verre… de jus de légumes.

 

MT

 

 

 

 voir aussi "jeûner une nouvelle thérapie"

 

 http://lejour-et-lanuit.over-blog.com/article-jeuner-une-nouvelle-therapie-arte-105070449.html

 


 

 

 

 


Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 01:20

 

 

P2710030 sign

 

 

J'ose rêver à ce domaine

Où nature aurait son royaume

Où pissenlits seraient plantés

Avant d'être mangés par les racines.

 

Je rêve à ces cieux colorés

Etalés comme de longs papiers déchirés

Collage lumineux fait de main de maître

Qui persiste derrière la silhouette noire des arbres.

 

Je rêve de cette terre odorante

Humus où vit et meurt chaque instant

Quand la rosée abreuve d'amour les herbes en fouillis

Et que les arbres la bénissent du haut de leur majesté.

 

Je rêve de ce silence grouillant de mille bruits

Où résonnent les chants des âmes endormies

En même temps que chuchote l'appel des vies prochaines

Perpétuant sans cesse la promesse d'engendrement.

 

Je rêve de ces nuits noires et calmes

Où l'effroi se mêle à l'adoration

Quand les abîmes de la terre rejoignent celles du ciel

Et que le cœur solitaire s'accroche à la lune ronde.

 

Je rêve d'un champ d'étoiles claires

Se renversant pour ensemencer les aubes incertaines

Lorsque la brume masque encore le jour

Et que l'esprit doute des offrandes futures.

 

Je rêve d'une chair faite amour

Faisant alliance avec le souffle

Expirant la mort sombre et douloureuse

Pour s'inspirer des transmutations lumineuses.

 

Je rêve aussi de présent s'étirant lentement

Pour que mon pas ralenti et perdu

Puisse un jour s'inscrire dans le temps qui court

Tel un fleuve en crue aux rives inaccessibles.

 

Mais les cieux, la terre, le silence, les nuits et les étoiles

Ont fait naufrage dans la mort cruelle

Celle qui tue sans sommation et sans naissance ni rêves à venir

Dépourvue des consolations divines.

 

Je rêve alors d'une barque

Sachant voguer et glisser entre les mystères

Connaissant le chemin des mondes

Pour relier ma terre à la terre.

 

 

 

MT

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans NUIT
commenter cet article
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 21:16

 

 

Voici un texte, qui bien que datant de 1910, est très actuel dans sa philosophie.

 

C'est une belle invitation à l'unité : "Si tu peux être fort sans cesser d'être tendre", à l'amour  : "te sentant haï sans haïr à ton tour", à la conscience : "si tu sais méditer, observer et connaître", à  l'incarnation : "rêver mais sans laisser ton rêve être ton maître", à la destruction de l'ego : "si tu peux rencontrer  triomphe après défaite et recevoir ces deux menteurs d'un même front", et à cheminer vers l'Etre profond : "ce qui vaut mieux que les rois et la gloire, tu seras un Homme".

 

MT

 

 

 





Si tu peux voir détruit l'ouvrage de ta vie

Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,

Ou, perdre d'un seul coup le gain de cent parties

Sans un geste et sans un soupir ;

 

Si tu peux être amant sans être fou d'amour,

Si tu peux être fort sans cesser d'être tendre

Et, te sentant haï sans haïr à ton tour,

Pourtant lutter et te défendre ;

 

Si tu peux supporter d'entendre tes paroles

Travesties par des gueux pour exciter des sots,

Et d'entendre mentir sur toi leur bouche folle,

Sans mentir toi-même d'un seul mot ;

 

Si tu peux rester digne en étant populaire,

Si tu peux rester peuple en conseillant les rois

Et si tu peux aimer tous tes amis en frère

Sans qu'aucun d'eux soit tout pour toi ;

 

Si tu sais méditer, observer et connaître

Sans jamais devenir sceptique ou destructeur ;

Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,

Penser sans n'être qu'un penseur ;

 

Si tu peux être dur sans jamais être en rage,

Si tu peux être brave et jamais imprudent,

Si tu sais être bon, si tu sais être sage

Sans être moral ni pédant ;

 

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite

Et recevoir ces deux menteurs d'un même front,

Si tu peux conserver ton courage et ta tête

Quand tous les autres les perdront,

 

Alors, les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire

Seront à tout jamais tes esclaves soumis

Et, ce qui vaut mieux que les Rois et la Gloire,

 

Tu seras un Homme, mon fils!


 

Rudyard Kipling 

 

 

 

 

 






Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • : Un lieu où pourraient se cotoyer le jour et la nuit, les univers différents de la pensée logique, rationnelle, structurée à partir des informations émanant de toute part, et de la pensée vagabonde, celle qui erre la nuit, mais aussi le jour, dans l'envers des choses, à la recherche de l'impalpable, de la beauté et de la magie. Michèle Théron
  • Contact

  • lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. 
Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...

Auteur - Photographe

Michèle Théron, praticienne de santé naturopathe, femme en chemin, je vous partage sur ce blog des articles, de la poésie, des photos créés par moi, et les citations, articles, vidéos qui nourrissent mon chemin et m'inspirent.

Recherche