Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 10:51

 

 

Noël approche.

 

Au-delà de la fête symbolique et de l’agitation commerciale qu’il représente, Noël nous parle aussi de saison, de rythme, de lien, de cadeaux du cœur, d’énergie profonde.

 

Au seuil de l’hiver, j’espère que vous vous êtes préparés doucement à l’hibernation, au passage des énergies sous terre, là où elles vont se transformer, s’alchimiser, se digérer, afin qu’au printemps le substrat de tout cela donne une nouvelle vie, un nouvel élan, un nouveau regard et une nouvelle lumière.

 

Quand l’ours part dans sa grotte, il n’a plus rien à faire, sinon s’en remettre à son horloge intérieure, s’abandonner au rythme de la saison, s’abandonner à « ne plus rien faire » et accepter ce temps de retraite qui le soustrait des activités du monde.

 

Je vous souhaite donc de ne pas trop vous agiter malgré l’effervescence à laquelle le sacro-saint Noël nous pousse, avec son lot d’obligations, de courses, de recherches de cadeaux, de menus et d’extraordinaire.

Et si l’extraordinaire pouvait se vivre dans l’ordinaire, juste par l’attention portée à notre présence ?

 

Présence aux autres, présence à nous-mêmes, afin de dilater notre lumière, qui épouse la lumière du monde qui elle aussi, bien qu’au plus bas dans sa partie visible, va se redéployer à partir de l’Equinoxe du 21 décembre.

 

Noël porte en lui la graine et en essence le fruit de tout le travail accompli dans l’année écoulée. Nous sommes dans la naissance (de l’enfant Jésus), dans le début de la manifestation de ce nouveau qui va émerger. Non seulement à la saison du printemps, mais aussi en 2014, nouvelle année d’un nouveau cycle.

 

Nous avons déjà tant laissé dernière nous ces dernières années, et particulièrement en 2013. Nous nous sommes délestés, épurés, éclairés, préparés pour ce nouveau cycle qui attend mais dont nous ne savons encore rien.

 

Nous avons seulement besoin d’accepter d’y aller lentement, au rythme pesé et déterminé du pas de l’ours regagnant sa grotte, confiant de se réveiller prochainement.

 

Nous sommes juste à l’endroit où le peu de lumière, le froid, la dépression, les pertes, les chagrins, peuvent nous faire douter de la vie et du renouveau.  

 

La confiance est ce qui doit nous tenir entier, debout, joyeux, pour traverser l’épreuve de la défaite, c’est-à-dire ce qui se défait, pour se re-faire autrement dans le futur.

 

La nature est là, à l’œuvre. Chaque élément nous prépare les cadeaux dont nous avons besoin.

 

Demain est une œuvre collective, où toutes les parties de nous, toutes nos connaissances de cœur, tous les Hommes de bonne volonté, les règnes minéral, végétal et animal, la Terre et les étoiles, s’activent en secret à ce renouveau.

 

Que les réveillons, les rêv'eillons qui viennent fassent de nous des veilleurs attentifs, heureux d’être pris dans les cycles de la vie.

 

Je vous souhaite de garder votre confiance allumée comme une bougie dont on veille sur la flamme précieuse.

 

 

Bon Noël

 

 

MT

 

 

Regardez, tout est montré dans ce petit dessin animé ;-)  :

 


 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 22:35

 

 

Après l’annonce de la mort tragique de Kate Barry, la fille de Jane Birkins, Rue89 diffuse en intégralité le film de Yamina Benguigui sur le centre qu’elle avait fondé et qui accueille en post-cure toxicomanes et alcooliques.

 

 

Un hommage touchant à cette femme qui avait mis toute son énergie à créer en France la méthode qui l'avait aidée et lui permettait d'être non dépendante depuis 9 ans au moment de ce projet.

 

C’est l’occasion d’entendre comment la souffrance est la part la plus intime de nous, celle que nous n’arrivons pas à formuler, tellement dissimulée qu’elle en devient invisible pour les proches.

 

La souffrance a des origines profondes, et notre normalité, ou la partie en nous bien-portante, l’adulte, le spectateur, l’ami, le voisin, le parent, sont parfois incapables d’appréhender cette part chez l’autre, aussi parce qu’elle peut être un reflet d’une souffrance en écho ou que l’on ne voit que la facette lumineuse de l’autre.

 

Lumière et ombre cohabitent, toujours. L’un n’exclue pas l’autre. Jane Birkins s’interroge : comment pouvait-elle être le témoin de tant de joie chez sa fille, sans même être au courant de ses paniques ?

 

Notre nature humaine est de nous ouvrir, pour libérer notre souffrance mais aussi d’avoir le courage de regarder la souffrance d’autrui sans juger, ni de ses ombres, ni de ses freins, ni de ses descentes dans ses abysses douloureuses.

 

 

MT

 


 

« D’abord j’avais l’impression que c’était une énorme tare,  j’avais pas forcément envie de dévoiler à quelqu’un à quel point je me sentais minable dans cette vie, à quel point j’étais incapable.


Si j’en parlais j’étais sûre que j’allais m’écrouler.


Qui serait capable d’entendre ce que j’avais à lui dire, qui serait capable de me remettre sur pieds, une fois que tous mes mots auraient dépassé ma bouche, qui serait capable de me ramasser, j’avais le sentiment que j’allais m’écrouler si j’en parlais, donc tu avances les dents fermées avec tout ça en toi. »

 


Kate

 

 

 

 

 

« Ce qui me terrifie c’est que demain je prends mon envol, à ce moment-là j’aurais le choix de vivre ou mourir, et c’est dur parce que ici j’ai appris que j’avais le droit de vivre. »

 

 

Samir

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.dailymotion.com/video/k6TQMuuTeYIKtD52KjI?start=3

 

http://www.rue89.com/2013/12/15/maison-kate-docu-centre-desintox-fille-jane-birkin-248335

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 22:22

539294 449662281720512 1698296148 n

 

 

Tu es fatigué, ami.

 Ton corps a mal du besoin de repos.

 Cède.

 

 

Tu as envie de t’effondrer depuis si longtemps.

 D’abandonner tes défenses.

 D’être transparent et authentique.

 

 

 Ton cynisme t’a protégé.

 Ta peur t’a bien servi.

 Tes rêves d’illumination ont été de beaux rêves.

 

 

Mais il n’est pas besoin de "te" maintenir plus longtemps.

 Rends-toi.

 Ou cesse simplement de prétendre que tu ne sais "comment".

 

 

 Echoue.

 Sombre.

 L’immensité te tiendra.

 

 

 Seules les illusions peuvent disparaître.

 Plus profond le cœur se brise

 Plus il peut contenir d’amour.

 

 

 Ne me dis pas que tu n’es pas digne

 Ne me dis pas que tu n’es pas fait d’étoiles.

 

 

Jeff Foster

 

 

 

 


 


Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 20:35

74734_429094270450961_100000511754206_1680990_302835495_n.jpg




Je suis un jour entré dans un lien où chaque parole de l'un était recueillie sans faute par l'autre. Il en allait de même pour chaque silence. Ce n'était pas cette fusion que connaissent les amants à leurs débuts et qui est un état irréel et destructeur. Il y avait dans l'amplitude de ce lien quelque chose de musical et nous y étions tout à la fois ensemble et séparés, comme les deux ailes diaphanes d'une libellule.

 

Pour avoir connu cette plénitude, je sais que l'amour n'a rien à voir avec la sentimentalité qui traîne dans les chansons et qu'il n'est pas non plus du côté de la sexualité dont le monde fait sa marchandise première - celle qui permet de vendre toutes les autres.

 

L'amour est le miracle d'être un jour entendu jusque dans nos silences, et d'entendre en retour avec la même délicatesse: la vie à l'état pur, aussi fine que l'air qui soutient les ailes des libellules et se réjouit de leur danse.

 

 

~ Christian Bobin



Emprunté au blog Ma quête du soi :

http://zoher.tahora.over-blog.com/2013/12/l-amour-est-le-miracle-d-être-un-jour-entendu.c.bobin.html

 

 

 


Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 22:01

 

Voici cette magnifique chanson de Johnny Clegg 1 offerte en "flash mob" dans un supermarché de Prétoria en hommage à Mandela 2.


Cette chanson me parle toujours profondément de la Terre, de l'amour des Hommes entre eux et de la souffrance dans nos coeurs quand un seul d'entre eux n'est pas libre.

 

Les voix sont superbes, l'émotion totale, et ce moment rappelle qu'ensemble nous pouvons toujours créer des choses magnifiques et vibrantes.


A tout moment nous pouvons créer du lien et rappeler aux gens que nous sommes "un".


Et le poing levé me rappelle, quant à moi, que la liberté ou l'égalité des peuples ou des êtres est toujours en chemin.


L'apartheid a peut-être disparu en Afrique du sud, mais elle n'a pas disparu d'un point de vue économique.  La population noire représente 80 % de la population totale, mais 87 % sont pauvres, alors que les Blancs représentent 9 % de la population et que 87 % d'entre eux possèdent de hauts revenus. 3


Le chemin ouvert par Mandela a permis qu'une situation des plus honteuses - faire de la ségragation un art de vivre et une loi- soit supprimée. Mais la route est encore longue, partout sur la planète.

 

Puisse chacun oeuvrer à sa propre libération, afin de comprendre la valeur et sentir la Joie d'être libéré de ses chaînes.

 


 

MT

 

 

1)http://lejour-et-lanuit.over-blog.com/article-asimbonanga-johnny-clegg-121472779.html

 

2) http://lejour-et-lanuit.over-blog.com/article-invictus-nelson-mandela-121457862.html

 

 

3) statistiques données lors d'une émission (le 12 45) sur M6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans NIOUZES
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 20:14

 

 



Qui n'a pas été traversé de ces plaintes, de ces revendications sur le fait "d'avoir sa place", de "prendre sa place" ou que "quelqu'un prenait notre place"?

 

Voici tout d'abord une clarification entre certains rôles que l'on a ou que l'on a perdu, et la place de "qui nous sommes" et qui, elle, est inaliénable.

 

Ensuite, juste se souvenir que derrière cette souffrance de "ne pas avoir sa place" se cache un choix oublié, celui d'avoir opté pour une stratégie de repli à un moment donné, afin de ne plus être à un endroit qui faisait mal.

 

Une belle invitation à changer « la place » de notre regard sur la question…

 

 

 

MT




 

 


Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 23:53













Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 18:13

199056 10151387489758098 1571556932 n

 

 

 

Personne ne naît en haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau, ou de son passé, ou de sa religion.

Les gens doivent apprendre à haïr, et s’ils peuvent apprendre à haïr, on peut leur enseigner aussi à aimer, car l’amour naît plus naturellement dans le cœur de l’homme que son contraire.

 

 

 

Nelson Mandela

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 00:12

 

 

28227 402019807200 6058008 n

 

 

 

 

    
Voici une vidéo sur Ananda Moyi, un documentaire tourné par Arnaud Desjardins en 1959.  

 

Ma Ananda Moyî était un maître spirituel, dont le nom signifie « pénétrée de Joie ».

 

Je me souviens comment, à la lecture du livre « En compagnie de Ma Ananda Moyî », il y a plus d’une dizaine d’années, j’avais été fascinée par les témoignages d’extases décrites par son disciple Bhaiji.

 

« Il y avait une lumière si brillante qui sortait de ce corps que tout l'espace environnant en était illuminé. Cette lumière semblait se répandre progressivement et envahir tout l'univers. Dans cet état, elle se couvrait d'un voile supplémentaire et se retirait longtemps dans un coin isolé de la maison.

Pendant cette période, son corps rayonnait d'un pouvoir divin tellement intense qu'elle pouvait d'un regard plonger les gens dans un état d'oubli d'eux-mêmes. Certains, en lui touchant le pied, tombaient inconscients. Les endroits sur lesquels elle s'allongeait ou s'asseyait devenaient presque brûlants. »

 

Mâ pouvait rester plusieurs jours sans rien manger ni boire, en extase, et cette lumière éblouissait ceux qui, un instant, y avaient accès.

 

 

Je me demandais comment était-il possible de répandre tant de lumière et aussi comment rester vivante en s’absentant aussi longtemps de son corps ?

 

 

« Son visage était empourpré d'une lumière douce, dégagée par un bonheur intérieur intense. Ses joues avaient un éclat céleste, et son front une sérénité, un calme divin. Il y avait suspension de toutes les activités physiques habituelles, et pourtant chacun des pores de sa peau irradiait une lumière peu ordinaire.

C'était un discours intérieur muet - L'éloquence du silence. Tous les assistants sentaient que Shrî Ma était en train de sombrer dans les profondeurs de la communion divine. Dix à douze heures s'écoulaient ainsi, puis on s'efforçait de la ramener sur le plan physique par des kîrtan ou autres, mais cela ne servait à rien.

Moi-même, je ne réussissais pas à la faire émerger de son état d'auto-absorption. Il n'y avait absolument aucune réponse quand je frottais énergiquement ses mains et ses pieds, ou même quand je les piquais avec des pointes acérées. La conscience réapparaissait chez elle en son temps, et cela ne dépendait d'aucun stimulus extérieur. »

 

 

La beauté et la nature de cette femme ont laissés en moi un profond mystère…


 

Dans ces passages filmés par Arnaud Desjardins, on peut voir dans son sourire cette Joie dont elle est porteuse et sa Présence, dans une simplicité apparente, mais qu’elle offre telle une bénédiction.

 

MT

 

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 20:09

 

 

 

Asimbonanga est l'hymne composé par Johnny Clegg pour la libération de Nelson Mandela, figure emblématique Sud Africain de la lutte anti-apartheid, qui fut prisonnier politique de 1964 à 1990.

Ici dans cette touchante vidéo, on voit Nelson Mandela arriver sur scène, fredonnant et dansant, avec son merveilleux sourire aux lèvres.

Cette scène simple, mais avec en filigrane tout son passé, son parcours, me touche beaucoup. Je ne sais pas vous, mais moi elle m'ouvre le coeur, ce qui se dégage de Mandela est puissant et lumineux dans sa simplicité, sa joie et ... sa jeunesse, sachant qu'ici il avait déjà 81 ans...   

Participer, aimer, sourire, le plus longtemps possible...


N'est-ce pas un beau chemin qui nous est montré?

 

MT

 

 







Asimbonanga

Asimbonang' u Mandela thina

Laph'ekhona

Laph'ehleli khona

 

Oh the sea is cold and the sky is grey

Look across the Island into the Bay

We are all islands till comes the day

We cross the burning water

 

 Chorus....

 

A seagull wings across the sea

Broken silence is what I dream

Who has the words to close the distance

Between you and me

 

Chorus....

 

Steve Biko, Victoria Mxenge

Neil Aggett

Asimbonanga

Asimbonang 'umfowethu thina

Laph'ekhona

Laph'wafela khona

Hey wena

Hey wena nawe

Siyofika nini la' siyakhona

 

 

TRADUCTION :


Nous ne l'avons pas vu

Nous n'avons pas vu Mandela

A l'endroit où il est

A l'endroit où on le retient prisonnier

 

Oh, la mer est froide et le ciel est gris

Regarde de l'autre coté de l'Ile dans la Baie

Nous sommes tous des îles jusqu'à ce qu'arrive le jour

Où nous traversons la mer de flammes

 

Refrain

 

Un goéland s'envole de l'autre coté de la mer

Je rêve que se taise le silence

Qui a les mots pour faire tomber la distance

Entre toi et moi ?

 

Refrain

 

Steve Biko (1), Victoria Mxenge (2), Neil Aggett (3)

Nous ne l'avons pas vu(e)

Nous n'avons pas vu notre frère (Nous n'avons pas vu notre soeur)

A l'endroit où il (elle) est

A l'endroit où il (elle) est mort(e)

 

Hé, toi ! Hé toi !

Hé toi, et toi aussi !

Quand arriverons nous à destination ?

 

Refrain

 

(1) Steve Bantu Biko (1946-1977), philosophe noir, une figure et un martyr de la lutte contre l'apartheid, mort après 2 semaines de détention, sans procès.

 (2) Victoria Mxenge (1942-1985), avocate noire symbole de la lutte contre l'apartheid également arrêtée et assassinée avant le procès en 1985.

 (3) Neil Aggett, médecin et syndicaliste blanc figure de la lutte anti-apartheid lui aussi, torturé et assassiné en prison en 1982.

 

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 23:11

Mandela-toujours-un-battant-malgre-l-approche-de-la-mort-se.jpg


 

Nelson Mandela a rendu son dernier souffle cette nuit.

Mais quel souffle fut le sien durant toute sa vie !

 

Un souffle qui a embrasé la lutte contre l'apartheid, utilisant tous les moyens à sa disposition, la non-violence, le sabotage, la lutte armée et subissant un emprisonnement (et le choisissant plutôt que d’être réduit au silence).

 

Vingt-sept ans d'emprisonnement, qui ont fait de lui l'homme de paix qu'il est et qui a influencé le monde entier par sa personnalité. Son existence même est une leçon, un modèle d’engagement pour chacun.

 

Personnage immense incarnant avec simplicité des valeurs pour lesquelles il a consacré sa vie. 95 années au service d'un destin hors du commun, une volonté profonde de servir la liberté et l'intégrité humaine.

 

Son sourire lumineux ne reste-t-il pas le symbole le plus puissant du don qu'il fit à l'humanité ? Je le garde comme le cadeau précieux que certains êtres exceptionnels nous lèguent.

 

Nelson Mandela récitait et enseignait en prison ce poème de William Ernest Henley « Invictus » (Invaincu) afin d’encourager ses codétenus.

 

Comment ne pas rendre grâce à Nelson Mandela pour son « âme invincible et fière » ?

Sur le chemin étroit, il fut ce capitaine, sans peur, de la réconciliation, cette réconciliation à laquelle nous sommes invités, à l’intérieur comme à l’extérieur de nous.

 

MT

 

 

 

 

Invictus  


Dans les ténèbres qui m’enserrent,

 

Noires comme un puits où l’on se noie,

 

Je rends grâce aux dieux quels qu’ils soient,

 

Pour mon âme invincible et fière,

 

 

 

Dans de cruelles circonstances,

 

Je n’ai ni gémi ni pleuré,

 

Meurtri par cette existence,

 

Je suis debout bien que blessé,

 

 

 

En ce lieu de colère et de pleurs,

 

Se profile l’ombre de la mort,

 

Et je ne sais ce que me réserve le sort,

 

Mais je suis et je resterai sans peur,

 

 

 

Aussi étroit soit le chemin,

 

Nombreux les châtiments infâmes,

 

Je suis le maître de mon destin,

 

Je suis le capitaine de mon âme.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans NIOUZES
commenter cet article
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 18:49

509 459599730776908 1803970478 n

 

 

 

La perfection est faite d'une multitude de détails

Et chaque détail a son importance.

 

 

Leonard de Vinci

 

 

 

 

 

 


 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 23:27

 

972160_10201096194905233_1023800446_n.jpg

 

 

Le malheur se perpétue à cause de ceux qui veulent corriger les autres et le monde.

 

 

Selim Aïssel

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
1 décembre 2013 7 01 /12 /décembre /2013 13:56




Il n'y a que deux façons de vivre sa vie :

L'une en faisant comme si rien n'était un miracle,

L'autre en faisant comme si tout était un miracle.

 

 

Albert Einstein




Mon amour, j'ai attendu,

j'ai attendu jour et nuit

je n'ai pas vu le temps passer,

j'ai perdu la moitié de ma vie à attendre.

Il y avait des tas d'invitations

et je sais que tu en as envoyé

mais j'attendais

qu'un miracle arrive.

 

Léonard Cohen










Waiting For The Miracle

 

 

 Baby, I've been waiting,

 I've been waiting night and day.

 I didn't see the time,

 I waited half my life away.

 There were lots of invitations

 and I know you sent me some,

 but I was waiting

 for the miracle, for the miracle to come.

 

I know you really loved me.

 but, you see, my hands were tied.

 I know it must have hurt you,

 it must have hurt your pride

 to have to stand beneath my window

 with your bugle and your drum,

 and me I'm up there waiting

 for the miracle, for the miracle to come.

 

Ah I don't believe you'd like it,

 You wouldn't like it here.

 There ain't no entertainment

 and the judgements are severe.

 The Maestro says it's Mozart

 but it sounds like bubble gum

 when you're waiting

 for the miracle, for the miracle to come.

 

Waiting for the miracle

 There's nothing left to do.

 I haven't been this happy

 since the end of World War II.

 

Nothing left to do

 when you know that you've been taken.

 Nothing left to do

 when you're begging for a crumb

 Nothing left to do

 when you've got to go on waiting

 waiting for the miracle to come.

 

I dreamed about you, baby.

 It was just the other night.

 Most of you was naked

 Ah but some of you was light.

 The sands of time were falling

 from your fingers and your thumb,

 and you were waiting

 for the miracle, for the miracle to come

 

Ah baby, let's get married,

 we've been alone too long.

 Let's be alone together.

 Let's see if we're that strong.

 Yeah let's do something crazy,

 something absolutely wrong

 while we're waiting

 for the miracle, for the miracle to come.

 

Nothing left to do ...

 

When you've fallen on the highway

 and you're lying in the rain,

 and they ask you how you're doing

 of course you'll say you can't complain --

 If you're squeezed for information,

 that's when you've got to play it dumb:

 You just say you're out there waiting

 for the miracle, for the miracle to come.

 

 

Traduction de Jean Guiloineau :

 

En attendant un Miracle

 

 

 

Mon amour, j'ai attendu,

 j'ai attendu jour et nuit

 je n'ai pas vu le temps passer,

 j'ai perdu la moitié de ma vie à attendre.

 Il y avait des tas d'invitations

 et je sais que tu en as envoyé

 mais j'attendais

 qu'un miracle arrive.

 

Je sais que tu m'aimais vraiment

 mais, tu vois, j'ai les mains liées.

 Je sais que cela a dû te blesser

 cela a dû blesser ta fierté

 de rester devant ma fenêtre

 avec ton clairon et ton tambour

 pendant que j'attendais

 qu'un miracle arrive.

 

Tu n'aurais pas aimé ça, mon amour.

 Tu n'aurais pas aimé être ici.

 Il n'y a pas de distractions

 et les jugements sont sévères.

 Le maestro dit que c'est du Mozart

 mais ça ressemble a de la bouillie

 quand on attend

 qu'un miracle arrive.

 

Quand on attend un miracle

 il ne reste rien à faire.

 Je n'ai pas été plus heureux

 depuis la fin de la guerre.

 Il ne reste rien à faire

 quand on sait qu'on a été pris.

 Il ne reste rien à faire

 quand on mendie pour les miettes.

 Il ne reste rien à faire

 quand on a pris l'habitude d'attendre

 d'attendre qu'un miracle arrive.

 

J'ai rêvé de toi, mon amour,

 c'était l'autre nuit.

 Tu étais presque nue

 mais le reste était lumière.

 Le sable du temps tombait

 entre tes doigts et ton pouce

 et tu attendais

 qu'un miracle arrive.

 

Mon amour, marions-nous,

 nous sommes restés seuls trop longtemps.

 Soyons seuls ensemble,

 voyons si nous sommes assez forts.

 Faisons quelque chose de dingue,

 quelque chose de complètement fou

 en attendant

 qu'un miracle arrive.

 

Il ne reste rien à faire

 quand on sait qu'on a été pris.

 Il ne reste rien à faire

 quand on mendie pour les miettes.

 Il ne reste rien à faire

 quand on a pris l'habitude d'attendre

 d'attendre qu'un miracle arrive.

 

Quand tu es tombé sur l'autoroute,

 que tu es allongé sous la pluie,

 et qu'ils te demandent comment ça va,

 tu dis bien sûr que tu ne peux pas te plaindre -

si on te presse pour avoir des renseignements

 tu as intérêt à faire l'imbécile :

 Tu n'as qu'à dire que tu attends

 qu'un miracle arrive.

 




Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
30 novembre 2013 6 30 /11 /novembre /2013 22:30

 

  

Voici un joli projet qui a pour objectif de faire connaître autour du monde toutes les initiatives, réalités sociales, économiques, environnementales, humaines et culturelles, où l’action prime avant tout.

 

 

 

TEASER tous co prod from janeceline on Vimeo.

 

 

 

 Et regarder pour commencer ce beau reportage sur Benares :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Gaïa
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • : Un lieu où pourraient se cotoyer le jour et la nuit, les univers différents de la pensée logique, rationnelle, structurée à partir des informations émanant de toute part, et de la pensée vagabonde, celle qui erre la nuit, mais aussi le jour, dans l'envers des choses, à la recherche de l'impalpable, de la beauté et de la magie. Michèle Théron
  • Contact

  • lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. 
Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...

Auteur - Photographe

Michèle Théron, praticienne de santé naturopathe, femme en chemin, je vous partage sur ce blog des articles, de la poésie, des photos créés par moi, et les citations, articles, vidéos qui nourrissent mon chemin et m'inspirent.

Recherche