Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 19:37

 

 

 

Dans les rêves commence la responsabilité.

 

 

William Butler Yeats

 

 

 

 

klimt--2-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
7 avril 2011 4 07 /04 /avril /2011 18:36

  

  

  

Tu ne peux éclairer le monde ?

Ça ne t’empêche pas d’allumer ta bougie !

  

  

Proverbe chinois

 

 

 

 

68792_129892983732597_100001356884048_158552_4564851_n.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 18:28

 

 

 

 

 

Fonder sa pensée sur l’absence de fondement.

Voilà qui nous met dans l’obligation de créer.

 

 

Henri Gougaud

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 18:17

 

 

 

 

Même l’espoir

En un avenir meilleur peut être nocif :

En nous projetant dans le futur,

Il nous empêche de vivre l’instant présent.

 

 

Henri Gougaud, Parole d’Atelier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 23:26

   

Une page, pour rassembler les niouzes d'ici ou d'ailleurs,

sur la santé, la société, notre avenir...

 

Rien d'exhaustif, juste des pistes qui ouvrent la voie

vers des connections salutaires, histoire de ne pas s'endormir...

 

Et ne pensez pas : "j'ai pas l'temps d'lire tout ça", parfois,

rien que le titre est suffisant pour comprendre et rester en alerte !

Et s'il y a des "mauvaises niouzes" ce n'est pas pour entretenir la peur, mais la vigilance.



 

 

L’actualité du Japon oblige à poser notre regard et notre conscience sur le problème des ressources énergétiques et les systèmes mis en place pour leur approvisionnement.

 

Contrairement à ce que veulent nous faire croire médias, politiciens et gouvernements, c’est l’heure du débat, et il n’y a aucune « impudeur » ou « insulte » au peuple japonais, comme j’ai pu parfois le lire, à vouloir mettre ce débat à l’ordre du jour.

 

S’il n’est pas mis à l’ordre du jour maintenant, alors… quand le sera-t-il ?!

 

Quand cela sera-t-il judicieux de parler du nucléaire, si ce n’est maintenant que la planète est en passe d’être prise dans les limbes radioactives… ?

 

C’est au contraire à nous, encore debout (enfin presque….) d’être la voix du peuple japonais complètement anéanti par la succession de catastrophes qui frappent sa terre.

 

Voici donc pêle-mêle des liens vers des informations traitant de la catastrophe, autant que des questions du nucléaire en général. Les informations les plus anciennes, ne sont pas forcément les moins intéressantes ou les plus obsolètes…. Elles sont parfois plus riches d’indices sur la réelle portée de cette catastrophe (aujourd’hui complètement passée sous silence), que ce que l’on peut désormais lire –quand il y a quelque chose à lire- sur la question du Japon et du nucléaire…

 

 

- Accident de niveau 6

- Comment classe-t-on un accident nucléaire ?

- Le récit des événements de la journée du dimanche 13 mars

- Accidents nucléaires au Japon : « Ça dépasse le pire cauchemar »

- Danger des combustibles

- Hausse de la radioactivité et évacuation à Fukushima

- Alerte plutonium à Fukushima

- Trois types de plutonium

- Un long, long cauchemar

- La contamination radioactive se répand dans les sols et les aliments au Japon

- Fukushima est-il un nouveau Tchernobyl ?

- Les habitants de Sendai pris au piège

- Nouveau règlement de la Commission Européenne concernant les produits du Japon

- Arrivée de la contamination en France

- La météo au jour le jour, cartographie de la France et alentours

- Rencontre avec une géologue à propos des centrales nucléaires françaises

- 25 ans après, il faut encore tirer les leçons de Tchernobyl, selon Gorbatchev

- L'Autriche a interdit le nucléaire sur le plan constitutionnel

- Nucléaire : pourquoi ce long silence français

- WikiLeaks révèle la corruption sur le nucléaire

- Arrêtons Fessenheim

- Plutonium : un démantèlement sur fonds d’incidents à Cadarache

- Non aux substances radioactives dans les biens de consommation et les matériaux de construction

- Fukushima et au-delà

- Fukushima : le scénario du pire

- Après l’uranium, le thorium…

- Fukushima sera démantelée

- Voir l’intégralité du film « R.A.S. nucléaire, rien à signaler ».

- Fukushima, silences coupables

- Apprentis sorciers

- Exploitation de l’uranium au Niger, pillage du siècle ?

- Birmanie : des entreprises françaises qui financent l’arme nucléaire ?

- Réforme des taxes locales sur l’électricité

- La filière nucléaire du plutonium, de Jean-Pierre MORICHAUD

- La Hague au cœur du débat, de Didier Anger

- Modélisation de la propagation du nuage radioactif de Fukushima

 

 

 

 

Accident niveau 6

 

L'Autorité de sûreté nucléaire estime que l'accident survenu au Japon est de niveau 6
Selon le président de l'agence française, "il est tout à fait clair" que l'accident de la centrale de Fukushima a atteint le niveau 6 de gravité sur l'échelle internationale. Le niveau 7, dernier de cette échelle, a été atteint une seule fois, lors de la catastrophe de Tchernobyl, en 1986. (Reuters)

 

 

 

Comment classe-t-on un accident nucléaire ?

 

Deux brèches de huit mètres de large sont apparues dans l’enceinte de confinement du réacteur n°4 de la centrale atomique de Fukushima Dai-Ichi, touché par un incendie. Une grave explosion s’est par ailleurs produite dans le réacteur 2, endommageant aussi son enceinte de confinement. Conséquence : les mesures de radioactivité ont rapidement relevé des niveaux “considérables”. Des événements qui ont conduit l’autorité de sûreté nucléaire française à classer la catastrophe au niveau 6 sur 7 de l’échelle internationale des événements nucléaires et radiologiques (INES). L’agence de sûreté nucléaire japonaise a de son côté maintenu le classement en niveau 4, qu’elle avait annoncé samedi. Olivier Dreser, en charge de la sûreté à la direction des applications militaires du Centre de l’énergie atomique (CEA), explique le fonctionnement de cette échelle de classement, utilisée depuis 1991, après la catastrophe de Tchernobyl.

 

http://ecologie.blog.lemonde.fr/2011/03/15/comment-classe-t-on-un-accident-nucleaire/#xtor=RSS-3208

 

 

 

Le récit des événements de la journée du dimanche 13 mars

 

Deux jours après le plus grand séisme de son histoire, le Japon vit dans la crainte d'une explosion nucléaire. 

 

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2011/03/13/japon-risque-nuceaire-majeur-deux-jours-apres-le-seisme_1492494_3216.html#ens_id=1491461

 

 

 

Accidents nucléaires au Japon : « Ça dépasse le pire cauchemar »

 

Condamner deux réacteurs, ça n'est jamais arrivé dans l'Histoire, pointe Mycle Schneider, consultant interrogé par Rue89.

 

http://www.rue89.com/planete89/2011/03/14/accidents-nucleaires-au-japon-ca-depasse-le-pire-cauchemar-194827

 

 

 

Danger des combustibles

 

Un article alarmant mais très bien fait dans Time sur les très graves dangers liés au combustible des piscines:

 

http://ecocentric.blogs.time.com/2011/03/15/a-new-threat-in-japan-radioactive-spent-fuel/

 

 

 

Hausse de la radioactivité et évacuation à Fukushima

 

La découverte d'eau extrêmement radioactive dans le réacteur n° 2 de la centrale nucléaire de Fukushima-1 a provoqué une nouvelle évacuation des techniciens s'employant à relancer le processus de refroidissement de la centrale, dimanche 27 mars.

 

http://www.lemonde.fr/japon/article/2011/03/27/hausse-de-la-radioactivite-et-evacuation-a-fukushima_1499234_1492975.html

 

 

 

Alerte plutonium à Fukushima

 

La Tokyo Electric Power Co (TEPCO) est la compagnie d’électricité japonaise qui exploite les sites des centrales nucléaires de Fukushima Dai Ichi où se sont produites les explosions et le site de Fukushima Daini distant d’une douzaine de kilomètres, l’ensemble totalisant dix réacteurs qui alimentent en électricité Tokyo et sa région.

 

http://passerellesud.org/JAPON-ALERTE-PLUTONIUM-FUKUSHIMA-3.html

 

 

 

Trois types de plutonium

 

Les nouvelles japonaises ont annoncé que trois types différents types de plutonium (le plus radioactif des isotopes connus) ont été découverts dans le sol en plusieurs endroits différents à la centrale de Fukushima Daiichi. Malgré cela, le gouvernement japonais et les exploitants de centrales persistent à soutenir l'absence de risque pour la santé humaine...

 

http://www.prisonplanet.com/meltdown-plutonium-found-in-ground-at-fukushima-as-cover-up-continues.html

 

 

 

Un long, long cauchemar

 

Dans la centrale dévastée par le séisme et le tsunami, la lutte engagée pour stopper le développement de la catastrophe nucléaire va de «mauvaise surprise en mauvaise surprise», admet-on chez les spécialistes.

 

http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2011/03/d%C3%A9couverte-de-plutoniom-%C3%A0-fukushima.html

 

 

 

La contamination radioactive se répand dans les sols et les aliments au Japon

 

Des légumes fortement contaminés ont été détectés à plus de 100 kilomètres de la centrale de Fukushima Daiichi.

 

http://www.lepoint.fr/monde/la-contamination-radioactive-se-repand-dans-les-sols-et-les-aliments-au-japon-21-03-2011-1309583_24.php

 

 

 

Fukushima est-il un nouveau Tchernobyl ?

 

Dans un chat sur LeMonde.fr, Pierre Le Hir, journaliste au "Monde", estime que si "l'on n'arrive pas dans les toutes prochaines heures à refroidir les installations, il n'y aura plus guère d'espoir".

 

http://www.lemonde.fr/japon/chat/2011/03/16/fukushima-est-il-un-nouveau-tchernobyl_1494061_1492975.html

 

 

 

Les habitants de Sendai pris au piège

 

Zenichi, sexagénaire dit qu'il n'espère plus rien. "Le gouvernement nous ment autant que les responsables du nucléaire. Je ne crois même plus nos journaux, qui ne disent la vérité que sur la date du jour. Avec cette catastrophe, j'ai compris qu'on ne pouvait plus faire confiance à personne", dit-il.

 

http://www.lemonde.fr/japon/article/2011/03/15/les-habitants-de-sendai-pris-au-piege_1493236_1492975.html#xtor=RSS-3208

 

 

 

Nouveau règlement de la Commission Européenne concernant les produits du Japon

 

Voici le Règlement d'exécution (UE) no 297/2011 de la Commission du 25 mars

Un contrôle de certains produits en provenance du Japon a été mis en place. (…) Chaque lot de produits visés à l’article 1er sera accompagné d’une déclaration attestant que

 

— le produit a été récolté et/ou transformé avant le 11 mars 2011, ou

— le produit est originaire d’une préfecture autre que Fukushima, Gunma, Ibaraki, Tochigi, Miyagi, Yamagata, Niigata, Nagano, Yamanashi, Saitama, Tokyo et Chiba, ou

— si le produit est originaire des préfectures de Fukushima, Gunma, Ibaraki, Tochigi, Miyagi, Yamagata, Niigata, Nagano, Yamanashi, Saitama, Tokyo et Chiba, le produit ne contient pas de niveaux des radionucléides iode-131, césium-134 et -137 supérieurs aux niveaux maximaux prévus par le règlement (Euratom) no 3954/87 du Conseil du 22 décembre 1987, le règlement (Euratom) no 944/89.

Le présent règlement s’applique à partir de la date de son entrée en vigueur jusqu’au 30 juin 2011. Le présent règlement fait l’objet d’un réexamen mensuel sur la base des résultats

d’analyses obtenus. 

A noter :

Ce contrôle ne s’applique que pour certaines préfectures et on ne connait pas la contamination des autres. Ce règlement s’arrête en juin 2011. Sera-t-il renouvelé ? La radioactivité, elle, ne s’arrêtera pas à cette date…

 

http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2011:080:0005:0008:FR:PDF

 

 

Arrivée de la contamination en France

 

La contamination est pour le moment très faible, et la CRIIRAD sera particulièrement attentive aux dépôts de radioactivité sur les sols car ils vont progressivement s’accumuler, en particulier dans les zones où les précipitations seront abondantes et augmenteront les retombées radioactives en lessivant les masses d’air.

 

L’augmentation de la radioactivité de l’air va concerner la France aussi longtemps que d’importantes quantités de produits radioactifs s’échapperont des réacteurs et des piscines de stockage du combustible irradié de la centrale nucléaire de Fukushima.

 

http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/arrivee-de-la-contamination-en-91244?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+agoravox%2FgEOF+%28AgoraVox+-+le+journal+citoyen%29

 

Pour avoir la météo au jour le jour, cartographie de la France et alentours :

 

http://www.cartoradiations.fr/

 

 

 

Rencontre avec une géologue à propos des centrales nucléaires françaises

 

Risques sismiques dans la vallée du Rhône, une des régions les plus nucléarisées au monde.

 

http://www.youtube.com/watch?v=bttk6tIHInI

 

 

 

25 ans après, il faut encore tirer les leçons de Tchernobyl, selon Gorbatchev

 

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5iHxm9sUpqbl_iceXgBe-01yIm9TQ?docId=CNG.7e9d88ec6c5c8a7078d7cce520eaeb37.981

 

 

 

L'Autriche a interdit sur le plan constitutionnel le nucléaire

 

Le 5 décembre 1978, le parlement autrichien vote la loi Atomsperrgesetz, qui interdit la production d'énergie nucléaire en Autriche. Les transports de déchets nucléaires à travers l’Autriche ont été interdits.

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_r%C3%A9acteurs_nucl%C3%A9aires_en_Autriche

 

 

 

Nucléaire : pourquoi ce long silence français

 

Il est aujourd'hui savoureux de ré-écouter l'ancien directeur général d'EDF raconter comment, en 1974, le gouvernement lui a donné quelques heures, un samedi matin, pour déterminer le nombre de centrales que EDF pouvait construire. Il faut entendre le Premier ministre de 1974, Pierre Messmer, expliquer benoîtement pourquoi le débat devant le Parlement est passé à l'as.

(rubrique normalement sur abonnement, temporairement gratuite…)

 

http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=3827

 

 

 

WikiLeaks révèle la corruption sur le nucléaire

 

Au moment où le gouvernement italien semble hésiter sur le retour annoncé vers le nucléaire, L’Espresso publie une série de câbles diplomatiques américains révélant "un scénario où les pots-de-vin ont décidé de l'avenir énergétique du pays".

 

http://altermondyonne.canalblog.com/archives/2011/03/18/20667054.html

 

 

 

Arrêtons Fessenheim

 

En France, le réacteur le plus ancien est celui de Fessenheim. Il a été construit à partir de 1970 en bordure du grand canal d'Alsace, entre Bâle et Strasbourg, dans une zone d'activité sismique. Il a été construit avec les normes anti-sismiques des années 60 qui sont très éloignées des normes actuelles.

 

http://www.stopfessenheim.net/

 

 

Plutonium : un démantèlement sur fonds d’incidents à Cadarache

  

http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=4599

 

 

 

Non aux substances radioactives dans les biens de consommation et les matériaux de construction

 

- En 2002, deux garanties essentielles pour la protection du public contre les dangers des rayonne

Implanté dans les Bouches-du-Rhône, l’Atelier Technologique de Plutonium (ATPu) de Cadarache avait pour fonction initiale la fabrication manuelle dans des boîtes à gants du combustible MOX (Mélange d’Oxydes) à partir de poudres d’oxydes d’uranium et de plutonium. En 2003, la production cesse, un premier incident grave est signalé en octobre 2009. Bien que les visites de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) en 2009 et les deux inspections des 15 mai et 5 août 2009 n’aient pas souligné d’écart notable, le Cea devoile un écart de masse de plutonium de 39 kilos par rapport au stock.

ments ionisants ont été inscrites dans le code de la santé publique.
- L’INTERDICTION D’AJOUTER délibérément des substances radioactives dans les aliments, les biens de consommation et les produits de construction (cf. article R.1333-2) ;
- L’INTERDICTION D’UTILISER des matériaux et des déchets provenant d'une activité nucléaire – et qui sont contaminés ou susceptibles de l’être – pour la fabrication de biens de consommation et de produits de construction (cf. article R.1333-3).
- Le 5 mai 2009, un arrêté interministériel a instauré une procédure de dérogations à ces interdictions, une procédure particulièrement laxiste. Cet arrêté a été publié en dépit d’un avis défavorable de l’Autorité de Sûreté Nucléaire.

 

La CRIIRAD appelle les consommateurs et les associations à se mobiliser et à demander aux autorités le maintien des interdictions et l’abrogation de l’arrêté du 5 mai 2009

 

http://www.criirad.org/actualites/sompetition.html

 

 

 

Fukushima et au-delà

 

Dans sa chronique pour Radio Nova, Guillaume Duval estime que la crise japonaise doit tenir lieu de Pearl Harbour écologique : elle doit servir à catalyser toutes les énergies pour se lancer enfin dans la conversion écologique de nos économies.

 

http://www.alternatives-economiques.fr/fukushima-et-au-dela_fr_art_633_53635.html

 

 

 

Fukushima : le scénario du pire

 

Peut-on continuer à se voiler la face plus longtemps ?

 

http://84.96.22.11/observabilis/FMPro?-db=archives&-layout=base&-op=eq&IDX=GmPo734219SlBq25219612CrNi33855OcTo&-format=request1result.html&-find

 

 

 

Après l’uranium, le thorium…

 

Lorsqu'il n'y aura plus d'uranium, pas cher, plus de pétrole, il y aura encore... du thorium.

D'autant plus qu'on apprend qu'entre 1965 et 1976 la France a expérimenté avec succès des réacteurs à sels fondus de Thorium.

 

http://www.i-services.net/newsbox/151229-97380-1643-62309/et-si-le-nucleaire-nous-assurait-pour-10-000-ans-de-confort-technologique.php?show=new

 

 

 

Fukushima sera démantelée

 

Du Japon, nous parvient cette nouvelle difficilement croyable: Fukushima sera démantelée. Mais si ! A peine trois semaines après le début de la catastrophe, alors qu'on a essayé les hélicos, les camions de pompiers, demain peut-être des bâches (!) anti-fumées radioactives ou des super tankers pour évacuer les milliers de litres d'eau, sans empêcher les compteurs de radioactivité, sur terre, sur mer, dans les airs, dans l'eau, les légumes, le lait, de battre record sur record, le gouvernement japonais a pris la courageuse résolution d'informer le monde soulagé que Fukushima sera démantelée. On aimerait pouvoir en rire, mais le rire se fige, en pensant que jusqu'à ce jour, il s'est trouvé des ingénieurs, des dirigeants, des ministres, pour espérer récupérer la centrale en perdition, reboucher les fissures, des enceintes de confinement, donner un coup de serpillière, faire courant d'air pour chasser les miasmes, et s'éviter les fatigues toujours pénibles du démantèlement. Peut-être d'ailleurs certains l'espèrent-ils encore secrètement. Le plus incroyable, c'est qu'il se trouve dans la chaîne de l'information mondiale des agenciers pour reprendre cette déclaration du Premier ministre et en faire une sérieuse dépêche, des titreurs pour lui trouver un titre neutre, des éditeurs pour l'éditer, comme une vraie information.

Daniel Schneidermann @rrêt sur image

 

http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=10762

 

 

 

Voir l’intégralité du film « R.A.S. nucléaire, rien à signaler ».

 

Ce film enquête donne la parole aux ouvriers du nucléaire. Notre sécurité est entre leurs mains.

 

http://www.arte.tv/fr/Comprendre-le-monde/Catastrophe-nucleaire/3779386.html

 

 

 

Fukushima, silences coupables

 

Sous-informés par les autorités, de plus en plus conscients du risque d'une catastrophe dont ils sont, pour la plupart, dans l'incapacité d'évaluer la gravité, les Japonais sont désormais d'autant plus inquiets que fait aujourd'hui surface, à la lecture de la presse et grâce aux témoignages d'experts nucléaires diffusés sur des chaînes privées de télévision ou sur des blogs, l'arrière-plan nauséabond de ce drame : la puissance de ce que, par pudeur, on nomme le "lobby nucléaire".

 

http://www.sylviesimonrevelations.com/article-fukushima-silences-coupables-70660750.html

 

 

 

Apprentis sorciers

 

Que se passe-t-il quand on multiplie quasiment zéro (la probabilité) par quasiment l'infini (les risques encourus) ? Les mathématiciens, depuis longtemps, déclarent alors la quantification impossible.

 

http://www.alternatives-economiques.fr/index.php?ogn=MODNL_180&prov=&cat=&lg=fr&id_article=53797&id_publication=1083

 

 

 

Exploitation de l’uranium au Niger, pillage du siècle ?

 

Un minerai dont les nigériens n'ont pas encore vu la couleur. Pire AREVA et la France continuent à se comporter comme en terrain conquis en prenant l'initiative d'inviter une autre puissance à venir exploiter l'uranium nigérien.

 

http://nigerdiaspora.info/politique/5841-exploitation-de-luranium-imouraren-ou-le-projet-du-pillage-du-siecle

 

 

 

Birmanie : des entreprises françaises qui financent l’arme nucléaire ?

 

Le film de Paul Moreira soulève la question suivante: l'argent fourni aux militaires birmans par Total (et d'autres entreprises comme Alcatel) sert-il à financer le développement de l'arme nucléaire?

 

http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/archives/2010/11/20101114-080303.html

 

 

 

Réforme des taxes locales sur l’électricité

 

Elle est passée au 1er JANVIER 2011, bien sûr, vous ne vous en êtes probablement pas aperçu, et pourtant, sur votre relevé de facture, trois petites lignes supplémentaires changent le montant de votre facture.

Ceci n’est « pas une augmentation des tarifs d'électricité, mais un changement des modalités de calcul de ces taxes sur l'électricité. »

Certes…. Certes…. Mais comme les taxes s'appliquent sur votre consommation....

Ou comment embrouiller les consommateurs, avec des CSPE, TCFE, TCCFE, TDCFE, des cœfficients, des taxes locales ou finales, communales, départementales, européennes, bref… comment mener par le bout du porte monnaie le citoyen, ponctionné sans relâche…. Et probablement montrer comment

 

Explications de EDF Bleu Ciel (nuageux quand même) en personne :

 

http://bleuciel.edf.com/aide-et-contacts/faq-51515.html

 

 

 

 

LECTURES :

 

La filière nucléaire du plutonium de Jean-Pierre MORICHAUD

 

 

Le plutonium est un déchet créé par la combustion de l’uranium dans les réacteurs. Il n’existe pas naturellement. C’est donc toute la filière nucléaire qui est visée à travers la dénonciation de cet élément car il est 200 000 fois plus nocif que l’uranium ! Un ouvrage apporte en outre des éléments chiffrés et représentatifs de l’activité nucléaire française, la force de frappe nucléaire, les données des rejets autorisés, le réseau de prolifération du nucléaire militaire, ainsi qu’un index et une bibliographie très complets sur le sujet.

 

http://www.yvesmichel.org/admin/espace-ecologie/menace-sur-le-vivant

 

 

La Hague au cœur du débat de Didier Anger

 

Les questions majeures générées par l’industrie nucléaire restent sans réponse depuis 30 ans : déchets radioactifs, retraitement des combustibles irradiés, dangers pour la santé publique et l’environnement, menace terroriste…. Quant au coût officiel du kilowatt/heure nucléaire, son calcul est une imposture ! le citoyen est en droit d’être convié au débat sur la politique énergétique.

 

http://www.yvesmichel.org/admin/tous-les-livres/nucleaire-la-democratie-bafouee

 

 

 

Modélisation de la propagation du nuage radioactif de Fukushima

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans NIOUZES
commenter cet article
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 10:41

 

 

 

 

Voici deux vidéos de Dominique Aubier, qui correspondent à sa vision du futur déroulement de l'année 2011.

 

Nous sommes en avril.... cela peut paraître un peu tard pour "la bonne année" ... -qui d'ailleurs ne semble pas s'annoncer si bonne que cela-, mais c'est en tous cas très instructif d'écouter ses paroles prononcées en janvier, à la lumière de ce qui a déjà pris forme dans notre monde... 

 

La forme étant l'ultime point de la manifestation d'une causalité que nous avons peine à voir et à comprendre... 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 12:35

 

 

Le monde aurait pu

Etre simple comme le ciel et la mer.

 

 

André Malraux

 

 

 

SPM_A0296.jpg

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 10:20

 

 

Voici une autre vidéo de Dominique Aubier, qui donne une lecture de la catastrophe du Japon, au travers de la connaissance kabbaliste.

 

Terre, eau, feu, air : 4 éléments se sont soulevés et ont manifesté leur réprobation au même moment, 4 éléments qui sont fondateurs de la réalité spatiale. Ils donnent aux événements la mesure de leur proportion : une proportion absolue qui constitue un véritable « hurlement planétaire ».

 

Que nous faut-il d'autre, pour déboucher nos oreilles?  

 

 

 

(…) « Un koan dit : « Que l’infini nous remue, et nous serons sa possession ». Faut-il que l’infini mesure, remue le monde à l’endroit du séisme japonais pour que nous prenions note de notre position à l’intérieur de sa puissance ? » (…)

 

 

(…) « Faut-il penser que le peuple japonais, le premier à avoir éprouvé l’expérience atomique et l’erreur nucléaire, n’en ai pas gardé le souvenir ? » (…)

 

 

(…) « Le nucléaire, c’est notre faute, c’est notre dépassement des normes du réel. (...)

 

 

(…) « L’expérience des choses est la forme définitive sous laquelle nous pouvons appréhender le réel, quand une expérience est vécue, tout est dit, et nous devons le savoir. Et dans ce cas là, l’expérience devient à elle seule un motif d’autorité, elle a l’autorité de vous faire connaître l’avenir, au titre du redoublement. » (…)

 

 

(…) « On ne peut pas prier Dieu de corriger ce qu’il a fait, tout est donné d’avance, la vérité est là, dans la nature, dans le réel, dans les choses, nous ne pouvons pas aller la chercher ailleurs, mais si elle est là, il faut savoir la voir. » (…)

 

 

(…) « La seule efficacité réelle qui nous soit offerte, c’est d’avoir conscience, d’avoir assez de savoir concret pour élucider les situations et les voir clairement à la lumière du plus haut discernement. » (…)

 

 

(…) Et si nous n’allons pas vers l’acte de conscience requis, alors, excusez moi, mais le drame sera encore plus terrible, vous n’avez qu’une solution, c’est d’aller au devant de la situation cérébrale, c’est d’essayer de voir clair dans ce qui devrait se produire de manière à ce que le malheur ne soit pas augmenté. Je vous le dit, il n’y a que l’acte de conscience qui compte, tout le reste n’est que frime, comédie et grabouilli… »

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 16:40

 

 

 

Voici une vidéo de Dominique Aubier, kabbaliste, qui parle ici des récents événements qui secouent la planète.

 

Voici enfin des propos qui résonnent en moi, alors que la cacophonie des média nous tire vers le bas et tente de nous anesthésier, à moins que ce ne soit de nous euthanasier…

 

Et je me trouve en résonance, quand je l’entends dire qu’elle a « le bourdon », comme si depuis le mois de février, quelque chose, comme une balle de flipper, venait cogner chaque coin de mon cerveau, me faisant remettre à plus tard l’écriture d’articles autour de cette actualité qui pourtant me tient à cœur et en éveil tous les jours, comme une urgence.

 

Dominique Aubier nous met face au réel : il nous est demandé d’arrêter de « faire », et demandé au contraire de « voir ». De choisir entre la puissance d’événements cruels et violents, ou la puissance de voir.

 

Dans ce moment qui arrive, qui est compris entre le 8 mars et le 28 octobre 2011, soit 231 jours, « vous aurez à faire à la puissance de parler et vous ne pourrez pas la confondre avec celle qui doit s’en aller ».

 

Ce qui doit s’en aller, c’est le savoir sans fondements, c’est le savoir qui n’a pas accès à la connaissance, le « savoir qui bêle », et qui ne dit pas les choses parfaitement.

 

Malgré quelques passages retranscrits ci-après, je vous invite à écouter ses paroles, urgentes à entendre, urgentes à comprendre et à traduire en CONSCIENCE, la seule action nécessaire à poser pour transformer ce qui nous est montré.

 

 

 

 

« Moi j’ai le bourdon, quand on a le bourdon, ça veut dire qu’une idée générale va aux quatre coins de votre pensée en touchant toute la bibliothèque qui s’y trouve, et c’est exactement ce qui m’arrive. Je me suis dit, en regardant tous ces événements du 15 février au 18-20 mars, je me suis dit, il se passe des choses incroyables, il se produit le pire. Le drame du Japon, le soulèvement de Kadhafi contre son propre peuple, ce sont des anomalies énormes, alors comment puis-je les lire ? »

 

 

(…) Dans la kabbale nous savons que l’univers a été créé sur un modèle donné, nous connaissons les clés archétypales de ce modèle, ce modèle réfère et se reproduit dans toutes les unités qui existent dans nos événements et il n’y a pas de récit narratif au monde qui de quelque façon, ne soit pas tributaire de ce codage. (…)

 

 

(…) Le problème est que tout nous arrive dans une sorte d’explosion d’éléments complexes, intriqués entre eux, et si ils vous arrivent sous une forme symbolique, cela ne se voit pas d’emblée, il faut le savoir, mais la connaissance le sait.

Quand je regarde la révolution spasmodique qui parcourt et traverse le nord de l’Afrique et touche de plus en plus de pays arabes, il y a là une impulsion générale et la terre veut que nous le sachions, elle nous le montre de visu. (…)

 

 

 

(…) Derrière cet événement, le monde entier est compromis, la respiration de l’humanité risque d’être nucléarisée. (…)

 

 

 

(…) Il faut que vous ayez le cran de savoir que pour accepter la pensée réelle qui est celle de la puissance de l’hébreu, il faut payer son éco, et il faut payer de sa personne et ce n’est pas simplement un cadeau qu’on vous fait, c’est un effort que vous devez faire pour répondre à la sollicitation magnifique qui, elle, vous est offerte ».

 

www.dominique-aubier.com

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 12:26

  

  

Que serait la lumière

Sans les êtres qui la perçoivent ?

 

 

 

Philippe Montillier

 

 

 

 

DSC05978.jpg

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 11:53
Repost 0
Published by Michèle Théron
commenter cet article
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 11:51

 

Au coeur de nos cellules,
dans le creux de notre main,
dans le ciel élargi,
dans la mer infini,
dans notre corps qui pulse,
au plus loin de notre regard, 
s'allume à chaque seconde
la lumière de la vie 
petite poussière d'étoile
que nous semons
comme autant de graines d'amour.

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron - dans NUIT
commenter cet article
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 23:45

 

 

 

 

 

1232421 jap-explo 

 

 

 

 

Je vous invite à regarder cette photo…

 

Oubliez ce que l’on vous dit… Les notions techniques, les évaluations, les chiffres, les mots qui cherchent à travestir le pire, les phrases en langue de bois qui détournent le réel au profit des profiteurs et de leur course effrénée vers l’insaisissable

Oubliez aussi qu’on ne vous dit pas tout et qu’on vous cache l’essentiel…

Faites-en une trame sur laquelle poser votre conscience.

 

 

Prenez juste le temps de regarder.

 

 

De regardez cette fumée noire qui s’échappe depuis plusieurs jours de l’endroit le plus blessé de la Terre, où deux cœurs nucléaires ont commencé à entrer en fusion, inaugurant ainsi une tragédie dont l’impact devrait occuper chaque seconde de notre esprit au lieu de nous anesthésier. Mais la radioactivité a deux sales vertus : elle est transparente et sans odeur. Juste ce qu’il faut pour nous croire à l’abris lorsque l’on sort de chez soi…

 

 

Alors que l’on cherche déjà à la faire passer pour une « actualité » d’hier, cette catastrophe va durer pendant très longtemps, elle va confisquer l’avenir de tout un peuple et hypothéquer celui de toute la planète. Elle n’est pourtant qu’un signal d’alarme.

 

 

Notre vision trop courte, nos idées confuses par un trop plein d’informations, la difficulté à se poser dans l’ici et maintenant, empêchent la pleine vision de ce qui se déploie pourtant sous nos yeux, d’heures en heures, depuis des jours. L’impensable est arrivé. Cela EST …

 

 

Il faut donc un peu de temps.

Ce temps que l’on nous confisque en nous entraînant d’une information vers une autre, d’un argument vers son contraire, sans jamais avoir le temps de réfléchir vraiment, sans jamais avoir le temps de sentir vraiment. Laissons donc un peu la tête. Et revenons au cœur.

 

Ouvrez le cœur.

 

Et sentez.

 

Ressentez ce désastre accompli par la main de l’Homme.

 

Ressentez vraiment.

 

Aucun discours ne sera plus efficace que ce ressenti profond, que cette blessure faite au cœur…

Elle vient nous chercher en profondeur, dans chacune de nos cellules, dans notre âme, dans notre passé, dans notre futur, pour sentir ce qu’il se passe vraiment.

 

 

D’où sommes-nous partis pour en arriver là ? Pour accepter la mise en place de technologies mortelles, sans aucun respect pour la vie et notre humanité ?

Nous avons failli quelque part.

 

 

A quel moment avons-nous cessé de ressentir ? A quel moment avons-nous cessé d’aimer ?

 

 

A quel moment n’avons-nous pas pris soin de nous et de tous les habitants de la planète ?

 

 

 

Pas forcément besoin de mots en réponse.

Juste le cœur qui doit s’ouvrir….

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 21:10

 

 

Une femme à la parole haute et passionnée, qui redonne à l'Amour toute sa dimension.....

 

 

 

 

 

Interview sur Nouvelles Clés


On connaît sa plume -elle a publié une trentaine d’ouvrages -, on ne connaît pas la femme. Le dernier livre de Jacqueline Kelen,"Divine Blessure", donne le prétexte pour passer de l’autre côté du rideau. Quelle femme se cache derrière cette “guerrière de l’absolu” ?

 

Nouvelles Clés : Quelle petite fille étiez-vous ?

 

 

Jacqueline Kelen : Je me retourne rarement sur le passé. Je n’ai, en particulier, aucune nostalgie ni de mon enfance ni de mon adolescence. Pour moi, l’existence commence à être intéressante à partir de trente ans. Avant, tout n’est qu’imitation et balbutiement. Je n’ai pas non plus l’esprit de famille, les liens du sang m’importent peu. Dès l’enfance, je me sentais une ascendance non terrestre, beaucoup plus précieuse. Mes parents me confortaient en disant : “cette petite ne nous ressemble pas, ce n’est pas nous qui l’avons faite” ! (Rires). J’étais une enfant solitaire et heureuse de l’être. Je lisais énormément. J’annotais et commentais mes Babar ! Il me semblait que j’avais déjà mille ans, que je venais de bien plus loin que du jour de ma naissance. Cette sensation m’étonnait. Je suis également née avec la grâce de la foi, cette confiance totale dans la bonté de Dieu. Par chance, la religion ne me l’a pas fait perdre et, malgré de nombreuses épreuves, je n’ai jamais douté de cet amour total venant de la divinité. J’avais une passion pour l’étude. C’est, du reste, le génie de la tradition hébraïque : les juifs interrogent inlassablement les textes, les commentant, car il en va de la liberté humaine. Il me semble que les catholiques devraient étudier et se cultiver davantage, au lieu de répéter des formules et de se contenter des réponses du catéchisme.

 

 

N. C. : Quelles relations aviez-vous avec vos semblables ?

 

 

J. K. : Grâce aux livres, j’ai très vite rencontré des personnages immenses comme Ulysse et Don Quichotte, des auteurs d’envergure tels Platon, Chrétien de Troyes, Dante ou Giordano Bruno. Je me suis dit : “Ma famille, ce sont les artistes et les philosophes, les grandes amoureuses, les personnages héroïques.” Ce sont eux mes contemporains. Mais cela a créé une coupure irréversible : je me sens souvent éloignée des gens de notre époque. Adolescente, en regardant les humains marcher dans la rue, je me faisais cette réflexion étrange : “Il y a peu d’êtres vivants”... Pour ma part, je vivais avec le Christ, mais aussi avec les chats, les fleurs, les rêves, les poètes. Je me suis très tôt sentie oiseau de passage, exilée en ce monde.

 

 

N. C. : Comment et quand est née votre attirance pour les mythes ?

 

 

J. K. : J’ai suivi une formation de lettres classiques qui m’a permis de rencontrer très tôt les mythes fondateurs de l’Occident. Mais le chemin s’est fait progressivement et l’étude des mythes s’est accompagnée de la lecture incessante et passionnée des mystiques - égyptiens, tibétains, chrétiens, soufis ou juifs,... Tous me nourrissaient et m’éblouissaient. Tous parlaient d’une même saveur de Dieu et convergeaient au sommet. J’étais attirée par cette pointe de la pyramide. Le langage des sages et des mystiques est universel dans sa diversité, contrairement au langage unique de la mondialisation qui réduit et appauvrit. À leur façon, les mythes sont inépuisables, éternellement jeunes, parce qu’ils sont reliés à la Source. Il en va ainsi de toute parole prophétique.

 

 

N. C. : Quels sont les premiers mythes que vous ayez rencontrés personnellement ?

 

 

J. K. : Je ne me destinais pas à l’écriture mais à l’enseignement. La vie en a décidé autrement. Deux sujets se sont imposés à moi, en songe : Salomé et Marie Madeleine. Je fus d’abord fascinée par les récits de David face à Goliath, de Judith et Holopherne ou encore de Salomé avec Jean Baptiste. Ce thème de la décapitation m’intriguait et me troublait, j’ai mis quelque temps avant de comprendre qu’il s’agissait d’un rituel d’initiation, avec passage du seuil, soumission du mental, coupure irréversible... En travaillant sur ce sujet, je me suis retrouvée en plein mythe du Graal ainsi que dans la littérature alchimique : la tête coupée, caput mortuum (ou tête de corbeau), désigne en effet l’Œuvre au noir, première phase de l’œuvre alchimique... Pour me libérer de ces images, pour les éclairer aussi, je me suis mise à écrire, bien que ce projet soit resté inachevé.

 

 

N. C. : Vous avez écrit une trentaine d’ouvrages, dont certains sont traduits jusqu’au Japon ou en Corée. La femme, son mystère et sa vocation reviennent toujours...

 

 

J. K. : Mon second rendez-vous personnel avec les mythes s’est fait à travers le personnage de Marie Madeleine. Élevée dans la religion catholique, on me l’avait présentée comme une prostituée et une pécheresse repentie. Or, les poètes et les peintres la montraient comme une reine... Je ne comprenais pas où avait eu lieu la scission et j’ai cherché du côté des Évangiles apocryphes, très difficiles à trouver à l’époque, car interdits par l’Église de Rome. Dans ces lectures, j’ai rencontré une femme de lumière, éveilleuse, une femme qui avait part à la Connaissance spirituelle.

Dans les Évangiles officiels, Marie de Magdala garde le silence, mais dans les Évangiles secrets, elle transmet une parole prophétique, c’est-à-dire impérissable, toujours verdoyante, une parole qui fait danser les montagnes... Alors jeune éditeur, Marc de Smedt a eu un véritable coup de cœur pour mon manuscrit et l’a publié en 1982. Je lui en garde une immense gratitude. Marie Madeleine a le rôle difficile, sans cesse contesté, d’éveiller le cœur de l’homme et c’est, pour moi, la nature profonde de la femme. Inlassablement, celle-ci doit parler et témoigner dans sa chair de l’amour. De cet amour qui se rit du temps et de la dégradation, qui est connaissance et ouverture à l’infini.

 

 

N. C. : L’amour, celui qui “élargit l’espace de notre tente”, pour paraphraser Isaïe, est votre grand thème...

 

 

J. K. : C’est la question essentielle et la source de toutes choses !... Aujourd’hui, trop de femmes ne cherchent plus l’amour mais un homme dans leur vie. Aimer fait peur, c’est une expérience qui envahit tout l’être, le bouleverse, le déborde et le dépouille. Comme le disait Thérèse d’Avila : “L’amour est dur et inflexible comme l’enfer”... Ainsi, Marie Madeleine croit absolument et aime absolument. Il n’y a pas ici de demi-mesure. Elle aime Jésus jusqu’au bout, même lorsqu’il est bafoué, trahi, agonisant et défiguré sur la croix. Elle est fidèle à cet amour, follement fidèle. Comme elle, j’ai le sens de l’amour total, donné une fois pour toutes. Si l’amour vient du cœur, s’il est mieux qu’un sentiment, un engouement et un désir physique, il dure par-delà le conflit, la séparation, le trépas. Aimer est une grâce et une gravité.

Mais prendre le risque de l’amour, ce “beau risque”, comme le disait Socrate à propos du mythe, agrée aux cœurs libres.

Une femme, tout particulièrement, devrait inviter à cette aventure chevaleresque et à cette passion qu’est l’amour. Quand on considère le code de le Fin’Amor (“parfait amour”) des xiie siècle, quand on lit les poèmes et les romans courtois du XIIe et XIIIe siècles ainsi que les récits mystique des Fidèles d’Amour persans, c’est toujours la Dame - une femme “sage et belle”, autant dire éveillée - qui inspire et oriente chevaliers et troubadours dans leur quête.

La Dame est la manifestation d’un amour infini, céleste, elle en est aussi la médiatrice.

Toute femme devrait être consciente de ce rôle souverain. De nos jours, on a tendance à oublier que l’amour humain est d’abord une union mystique des âmes et des esprits. Ensuite seulement, et comme de surcroît, l’union des corps peut s’accomplir, tels un cantique et une prière. En s’affairant uniquement dans le sexuel, notre époque a tout inversé et tout saccagé ! Selon le Fin’ Amor, né en pays d’Oc, les amants courtois vivent le « long désir », une approche infinie où jouent les affinités du cœur et des rêves : ils ont tout le temps puisque l’amour est éternel ! Dans cet art d’aimer - qui n’est pas révolu - il y a toujours trois présences : l’homme, la femme et le mystère de l’amour. Il y va de notre honneur de nous rendre digne de ce mystère, de nous affiner, de nous élever jusqu’à lui. Pour ma part, je vais au combat sans relâche pour sauver la beauté et le mystère de l’amour. C’est ma tâche de “guerrière spirituelle” qui consiste à répondre de l’Amour en un monde qui le profane et le crucifie...

 

 

N. C. : Vous dénoncez la façon dont le monde abîme l’amour, mais vous allez plus loin : dans votre dernier ouvrage, Divine Blessure, vous faites un éloge de la blessure qui rend vivant.

Le ton de votre livre est totalement à contre-courant de vos contemporains qui essaient, par tous les moyens, de se soustraire à la souffrance...

 

 

J. K. : Beaucoup d’auteurs ou de conférenciers parlent de réconcilier le masculin et le féminin. Les mythes me proposent autre chose, d’ordre vertical : l’union entre ma nature mortelle, humaine ; et ma nature immortelle, divine. Cette tâche qui nous est impartie ouvre une blessure en nous, nous rappelant une blessure ancienne, ontologique. Or, précisément, profondément, cette blessure est ce par quoi le fini peut s’ouvrir à l’infini. Aussi, je trouve beau de se sentir blessé, c’est-à-dire imparfait, en marche, empli de soif. Aujourd’hui, par crainte d’être accusés de dolorisme, nous refusons tout sens à la souffrance et toute valeur à l’épreuve. Nous voulons être indemnes, protégés de tout. Nous oublions que nous sommes mortels, limités. Vivre est un risque permanent et passionnant, une aventure pleine d’imprévus. Tous les héros des mythes naviguent sur des mers déchaînées, traversent des forêts peuplées de brigands et de monstres, découvrent des territoires inconnus, hostiles... La vie nous demande confiance, ardeur et humilité. Il n’y a pas de chemin de maturité sans épreuves. Celles-ci sont autant de portes, autant de rencontres qui nous forgent et nous enseignent. Pour moi, une “belle vie” ne consiste pas en une succession de bonheurs, de plaisirs ou de gratifications. C’est une vie remplie de toutes sortes d’expériences, de souffrances comme d’espérances, c’est une vie intense, entière. Avoir une “bonne vie”, c’est tout embrasser, ne rien rejeter, c’est avoir envie de tout bénir, de tout serrer sur son cœur...

 

 

N. C. : Votre vision de la vie est à la fois passionnée et apaisée. Êtes-vous détachée de toute peur ?

 

 

J. K. : Je m’interroge peu sur la peur, probablement parce que, depuis l’enfance et grâce à une vie solitaire, j’ai développé mes qualités de courage et de vaillance. Cela permet de faire face aux épreuves et je n’en ai pas été dépourvue ! Je n’ai en particulier pas peur de la mort. Je l’ai frôlée de très près à trente-cinq ans. Cette expérience m’a allégée, délivrée. Devenir vivant me paraît bien plus important ! La planète se dégrade, le bateau coule. S’il est nécessaire que certains hurlent pour attirer l’attention sur le drame qui s’annonce, il est pour moi plus important de s’interroger sur “que sauver ?”.

 

 

N. C. : Quels désirs vous animent, vous tiennent debout ?

 

 

J. K. : Je suis un être de désir, portée par le désir lui-même ! Nicolas Flamel parlait du “désir désiré”, qui est entièrement gratuit, sans objet, pure flamme. Notre époque est contradictoire : elle est partagée entre la satisfaction immédiate des désirs que nous propose la société de consommation et la méfiance à leur égard, dans le sillage d’un bouddhisme à l’occidentale. Aucune de ces deux attitudes ne me convient. Je me sens une femme qui brûle et qui est brûlée - par l’amour, par l’étude, par la beauté et la douleur, par les rencontres aussi... Il est important de ne pas passer à côté des grandes rencontres, de ne pas s’y dérober, qu’elles s’avèrent heureuses ou pas. Elles sont peu nombreuses sur le chemin. C’est la raison pour laquelle, en amitié, je fais souvent le premier pas. La rencontre exige attention et disponibilité, elle est une élection. La petite fille que j’étais adorait les surprises et aujourd’hui encore, j’aime l’inattendu, tout ce qui peut surgir et surprendre.

 

 

N. C. : Henri Gougaud, qui fréquente les contes depuis des dizaines d’années, avoue avoir des “contes amis” auxquels il reste toujours fidèle. Avez-vous des “mythes amis” ?

 

 

J. K. : Certains personnages, comme la reine de Saba ou Shéhérazade, me sont chers, mais il est un mythe celtique du Moyen Âge qui contient tout pour moi, c’est celui de Mélusine.

Il y est question de l’amour et de son lien au mystère, au secret, à la dignité, à la solitude. C’est l’un des rares mythes qui évoquent l’histoire conjugale. En effet, le mythe s’intéresse à la quête de soi, non aux formes sociales et temporelles.

Ainsi, une fois le héros réalisé, libre à lui d’être ermite, marié ou en communauté. De même, les notions de maternité et de paternité sont rarement évoquées. La femme-fée Mélusine illumine l’existence de son époux, Raymond de Lusignan. Elle lui a promis de le rendre heureux et prospère, riche et respecté de tous, mais le mariage repose sur un pacte : elle demande une journée pour elle seule, le samedi. Cette condition est judicieuse : l’amour n’est ni la confusion ni la promiscuité, et la vie conjugale doit respecter, et même révérer, le secret et la solitude de chacun des époux. Notre époque se déroule sous le signe de la collectivité, mais l’aventure de conscience, de la quête spirituelle, ne peut se vivre que sous le signe de la singularité.

Un jour, assailli par le doute, le seigneur Raymond de Lusignan rompt l’interdit du samedi et cherche à surprendre le secret de Mélusine. Un peu plus tard, il tiendra des propos insultants à son égard. Mélusine, qui veillait sur cette distance d’étrangeté, d’émerveillement entre eux, va déployer ses ailes et quitter Raymond pour toujours. Leurs adieux, inépuisables, me font toujours monter les larmes aux yeux. Ils ne se combattent pas l’un l’autre ni ne se déprécient, comme on a tendance à le faire lors d’une séparation, mais, au contraire, ils se chantent et se remercient pour tout ce qu’ils se sont apportés l’un à l’autre. Les êtres nobles se séparent sans renier l’amour, ils se quittent mais l’amour ne les quitte pas...

Je me demande : si certains personnages des mythes se haussent à ce niveau de relation, pourquoi nous, au XXIe siècle, n’en sommes-nous pas capables ? La réponse est terrible : nous n’en avons pas envie ! La perfection, le perfectionnement nous effraient. Au début du XVIIe siècle, John Done, le grand poète métaphysicien anglais, s’interrogeait : “Pourquoi ne meurt-on plus d’amour ?” C’est la question que je me pose.

Nous sommes mendiants de l’amour et en même temps, nous sommes si avares de signes de tendresse, de gestes affectueux. L’amour ne paraît plus essentiel aux mortels. C’est peut-être pour cela qu’ils restent mortels !

 


 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 12:14

 

 

 

 

La nature à chaque instant

S'occupe de votre bien-être.

Elle n'a pas d'autre fin.

Ne lui résistez pas.

 

 

Henry David Thoreau

 

 

 

 

29637_1429722149006_1411429068_31125342_6002244_n.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • : Un lieu où pourraient se cotoyer le jour et la nuit, les univers différents de la pensée logique, rationnelle, structurée à partir des informations émanant de toute part, et de la pensée vagabonde, celle qui erre la nuit, mais aussi le jour, dans l'envers des choses, à la recherche de l'impalpable, de la beauté et de la magie. Michèle Théron
  • Contact

  • lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. 
Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...

Auteur - Photographe

Michèle Théron, praticienne de santé naturopathe, femme en chemin, je vous partage sur ce blog des articles, de la poésie, des photos créés par moi, et les citations, articles, vidéos qui nourrissent mon chemin et m'inspirent.

Recherche