Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 11:58

 

 

 

Comprends que tu as en toi-même

Des troupeaux de bœufs.
Comprends que tu as aussi des troupeaux de brebis

Et des troupeaux de chèvres.
Comprends qu’il y a même en toi les oiseaux du ciel.
Ne t’étonne pas si nous disons que tout cela est en toi :
Comprends que tu es un autre monde en petit,
Et qu’en toi il y a le soleil, il y a la lune, et il y a les étoiles.
Vois que tu as tout ce qu’a le monde.

Origène

 

 

 

5063-2C_Mer_Ka_Ba.jpg

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 14:05

 

 

 

Cet article est écrit par Michel Bernard, journaliste à la revue Silence, un mensuel alternatif et écologiste basé à Lyon.

 

 

Ce texte a un grand mérite : remettre l’indignation à la « une », là où l’information est policée, lissée, dénaturée, au point de reléguer la catastrophe du Japon à un rang d’actualité banalisée et au point d’oser privilégier les arguments économiques avant les intérêts humains.

 

C’est exactement ce dont nous avons besoin en ce moment, de la saine indignation, des arguments concis et simples, une remise à zéro de notre mental brouillé par les manipulations en tous genres, les atermoiements, les doutes, la perte de sens et de bon sens, l’anesthésie, et surtout, surtout, nous avons besoin de cette étincelle de révolte légitime et juste pour commencer à remettre de l’ordre dans nos vies.

 

 

 

 

Je suis en colère parce que l'accident de Tchernobyl n'a pas servi de leçon. Et que l'on continue à entendre et lire les mêmes mensonges sur le nucléaire dans les médias.

 

Je suis en colère quand j’entends à la radio, un haut responsable du nucléaire français nous dire qu’on ne peut remettre en cause le nucléaire : "personne n’a envie de revenir à la bougie". Que je sache, dans les pays européens qui n’ont pas de centrales nucléaires (Autriche, Danemark, Grèce, Irlande, Islande, Italie, Luxembourg, Norvège, Portugal…), y-en-t-il où l’on s’éclaire à la bougie ? Il n’y a que 441 réacteurs nucléaires dans le monde (dont 58 en France, 55 au Japon)… dans seulement 31 pays, tous les autres pays s’en passent.

 

Je suis en colère quand en 1979, après l’accident nucléaire de Three-Mile Island, on nous a dit que c’était parce que les Américains étaient moins forts que nous ; quand en 1986, après l’accident de Tchernobyl, on nous a dit que les Russes étaient moins forts que nous… et que je lis aujourd’hui que les Japonais sont moins forts que nous… De qui se moque-t-on ?

 

Je suis en colère quand on me dit que l’on peut continuer à exploiter encore des vieux réacteurs comme Fessenheim en Alsace (qui a trente ans) parce que "plus il est vieux, mieux on connaît un réacteur". Ce n’est pas parce que vous connaissez bien les défauts de votre vieille voiture qu’elle tombe moins souvent en panne et moins gravement. (Le réacteur Fukushima-Daiichi 1, qui vient d’exploser avait 40 ans et a été autorisé à continuer de fonctionner pour dix ans en février 2011 !).

 

Je suis en colère quand on nous dit que l’on ne peut se passer du nucléaire en France, parce que cette énergie fournit près de 80 % de notre électricité. C’est oublier que l’électricité n’est pas la principale source d’énergie (c’est le pétrole) et que le nucléaire ne représente que 17 % de notre énergie. Si l’on voulait s’arrêter, on pourrait s’appuyer sur une solidarité au niveau de l’Europe : là, le nucléaire ne représente que 35 % de l’électricité et seulement 9 % de l’énergie ! Il suffirait donc d’économiser 9 % pour s’en passer !

 

Je suis en colère parce qu’au nom de la défense de la croissance économique, les programmes énergétiques français ou européens, négligent toujours plus ou moins le potentiel des économies d’énergies, préférant la surconsommation, éventuellement alimentée par le recours aux énergies renouvelables. Or l’énergie la plus propre reste celle que l’on ne consomme pas. En adoptant les meilleures techniques disponibles et en évitant les comportements énergivores, nous pourrions diviser par 4 notre consommation en une vingtaine d’années.

 

Je suis en colère parce que les discours économiques nous polluent : on nous dit qu’arrêter un réacteur nucléaire, ce serait de l’argent gaspillé… mais les 1000 milliards d’euros déjà dépensés en 25 ans pour la gestion de la catastrophe de Tchernobyl (et c’est loin d’être terminé), ce n’est pas un gaspillage encore plus grand ? Mille milliards d’euros, c’est sensiblement le coût qu’il a fallu dépenser pour construire l’ensemble des 441 réacteurs actuellement en fonctionnement.

 

Je suis en colère parce que je sais que l’on peut arrêter relativement rapidement le programme nucléaire français, qu’il existe de multiples scénarios de sortie sur le sujet (de 2 à 30 ans selon les efforts qu’on veut bien consentir).

 

Je suis en colère quand j’entends mon gendre, 25 ans, ingénieur dans le photovoltaïque, me dire qu’il cherche un nouveau travail car la profession est sinistrée suite aux récentes décisions du gouvernement.

 

Je suis en colère quand mon fils, 20 ans, me dit : "à quoi ça sert de faire des études si dans cinq ans on a tous un cancer" (et il ne pense pas qu’au nucléaire, mais aussi à la pollution atmosphérique, aux pesticides…).

 

Alors j’agis, je me suis investi depuis une trentaine d’années dans les médias écologistes pour faire circuler une information moins déloyale et j’incite les journalistes et les lecteurs à prendre le temps d’eux aussi chercher où est la vérité. Comment peut-on encore minorer l’importance de la pollution radioactive au Japon alors que les images sur internet nous montrent les réacteurs en flammes ?

 

Alors j’agis et je m’engage dans l’une des 875 associations qui animent le réseau Sortir du nucléaire pour demander à nos élus de faire pression pour un changement de politique dans le domaine de l’énergie.

 

Alors j’agis au niveau local en rejoignant les nombreux groupes locaux qui travaillent à des plans de descente énergétique qui nous permettront de diminuer la menace nucléaire, mais aussi notre dépendance à un pétrole qui va être de plus en plus rare. Alors j’agis car aujourd’hui si le lobby nucléaire arrive à manipuler élus et médias, c’est parce que nous ne nous indignons pas assez !

 

 

Michel Bernard

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Paroles créatrices
commenter cet article
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 13:06

assis70.JPG

 

 

Tu t’es assis devant moi,

Calmement

Tu as posé les mains sur tes genoux,

Silencieux,

Et tu m’as regardée.

 

Ton regard était lourd et perçant

Ton menton fier

Ton corps d’une présence implacable

Ton nom d’âme flottait tel un étendard

Et tes yeux regardaient si loin

Loin en moi et loin au-delà de moi…

 

Tu me regardais

De ces yeux habités d’espaces oubliés

De ces yeux voyageurs d’autres mondes

De ses yeux emplis de souvenirs vastes et profus,

Et je t’ai regardé.

 

Dans tes yeux

J’ai vu notre Mère assassinée

Dévorée par des chacals affamés

Dont je me suis faite complice

J’ai vu les loups hurlant la mort

Sous une lune blême

J’ai vu les arbres de tes plaines anciennes

Penchés lourdement sur des asphaltes charbonneux

Pleurant leurs larmes de chlorophylle.

 

Dans tes yeux,

J’ai vu ta liberté et tes horizons

Saccagés par mon pouvoir et mes prétentions

J’ai vu tes rêves bleus et hauts

Jamais invités dans les miens

J’ai vu tes feux sacrés

Transformés en brasiers assassins et mordants

J’ai vu tes rivières claires

Chargées et épuisées de courir

Dans les veines de la terre,

J’ai vu tes loups aux yeux dorés

Tirés comme des lapins par mes fusils,

J’ai même entendu leurs râles

Déchirant mon sommeil.

 

Dans tes yeux,

J’ai vu toutes mes folies,

J’ai vu comment un seul atome

Pouvait épouser Thanatos

Et en une heure seulement

Faire de toi et de moi

Des fantômes impuissants

Prêts à se désagréger jusqu’à l’oubli

Sous les rais invisibles et mortels

D’une lumière froide.

 

Dans tes yeux

J’ai vu toutes mes lâchetés,

Toutes mes bassesses,

Tous mes aveuglements,

Toutes mes mutineries

Contre la seule et éternelle loi

Celle de l’amour.

 

Dans tes yeux,

J’ai vu ma défaite humiliante…

 

Et toi tu me regardes

Impassible, sauvage et libre

De ce regard terrible qui ne dit rien

Mais m’oblige à tout voir.

 

 

MT 28.3.11 ©

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans NUIT
commenter cet article
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 11:32

 

 

 

 

Je ne crois pas qu'un Destin impitoyable

Frappe les gens quoi qu'ils fassent;
Mais je crois que le destin frappe impitoyablement

Ceux qui ne font rien.

J. Swift

 

 

 

 

 

 

chiro monts main

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 23:05

 

assis70

 

 

 

Tu t’es assis devant moi,

Calmement

Tu as posé les mains sur tes genoux,

Silencieux,

Et tu m’as regardée.

 

Ton regard était lourd et perçant

Ton menton fier

Ton corps d’une présence implacable

Ton nom d’âme flottait tel un étendard

Et tes yeux regardaient si loin

Loin en moi et loin au-delà de moi…

 

Tu me regardais

De ces yeux habités d’espaces oubliés

De ces yeux voyageurs d’autres mondes

De ses yeux emplis de souvenirs vastes et profus,

Et je t’ai regardé.

 

Dans tes yeux

J’ai vu notre Mère assassinée

Dévorée par des chacals affamés

Dont je me suis faite complice

J’ai vu les loups hurlant la mort

Sous une lune blême

J’ai vu les arbres de tes plaines anciennes

Penchés lourdement sur des asphaltes charbonneux

Pleurant leurs larmes de chlorophylle.

 

Dans tes yeux,

J’ai vu ta liberté et tes horizons

Saccagés par mon pouvoir et mes prétentions

J’ai vu tes rêves bleus et hauts

Jamais invités dans les miens

J’ai vu tes feux sacrés

Transformés en brasiers assassins et mordants

J’ai vu tes rivières claires

Chargées et épuisées de courir

Dans les veines de la terre,

J’ai vu tes loups aux yeux dorés

Tirés comme des lapins par mes fusils,

J’ai même entendu leurs râles

Déchirant mon sommeil.

 

Dans tes yeux,

J’ai vu toutes mes folies,

J’ai vu comment un seul atome

Pouvait épouser Thanatos

Et en une heure seulement

Faire de toi et de moi

Des fantômes impuissants

Prêts à se désagréger jusqu’à l’oubli

Sous les rais invisibles et mortels

D’une lumière froide.

 

Dans tes yeux

J’ai vu toutes mes lâchetés,

Toutes mes bassesses,

Tous mes aveuglements,

Toutes mes mutineries

Contre la seule et éternelle loi

Celle de l’amour.

 

Dans tes yeux,

J’ai vu ma défaite humiliante…

 

Et toi tu me regardes

Impassible, sauvage et libre

De ce regard terrible qui ne dit rien

Mais m’oblige à tout voir.

 

 

MT 28.3.11 ©

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans chamanisme
commenter cet article
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 20:48

 

 

 

 

Une lettre du docteur Masaru Emoto...

 

 

 

Même s'il n'est donné dans ce message qu'une seule date de cérémonie, je pense qu'au vu de l'urgence et de l'extrême situation dans laquelle la planète se trouve avec cette catastrophe nucléaire, nous pouvons, chacun d'entre nous, seul ou à plusieurs, pratiquer cette prière, cette demande, aussi souvent que nous le pouvons....

 

 

Cette prière associe deux méthodes concrètes. Elle est basée sur la pratique ancestrale de Ho'oponopono qui permet de se guérir et de pacifier toutes les situations conflictuelles que l'on rencontre, et elle prend ici tout son sens en effet lorsque l'on connaît les travaux de Masaru Emoto, qui ont démontré à quel point l'eau est sensible à l'information et à son environnement. Lorsque vous écrivez "colère" sur de l'eau, la forme cristalline de la molécule se transforme, se déforme, se déstructure. Lorsque vous écrivez "amour", la forme cristalline est d'une structure harmonieuse, d'une beauté qui parle d'elle-même.

 

 

La visualisation est créatrice, la parole aussi, alors utilisons notre pouvoir créateur, associé au pardon qui guérit, allumons une bougie, dont la flamme est le soutien de notre intention, branchons-nous sur notre coeur, et mettons notre pouvoir en action.  

   

 

  

 

(traduction sommaire faite sur Reverso, voir original en anglais à la fin)

 

 

À Toutes les personnes du monde entier,

 

Envoyez s'il vous plaît vos prières d'amour et la gratitude à l'eau des centrales nucléaires de Fukushima!

Par les tremblements de terre massifs d'Ampleur 9, les tsunamis surréalistes, plus de 10,000 personnes sont toujours manquantes. Cela fait 16 jours déjà que le désastre est arrivé. Le pire est que cette eau des réacteurs de la Centrale a commencé à fuir et il contamine l'océan, la molécule aérienne et l'eau de secteurs environnants.

 

 

La sagesse humaine n'a pas pu faire beaucoup pour résoudre le problème, mais nous essayons seulement de refroidir en bas la colère des matières radioactives dans les réacteurs en leur déchargeant de l'eau.

 

 

Il n’y vraiment rien d'autre à faire ?

 

Je pense que si. Pendant plus de vingt année de recherche de mesure et de photographies de cristal d'eau, j'ai témoigné que cette eau peut devenir positive quand elle reçoit la vibration pure de prière humaine, peu importe à quelle distance c’est.

 

La formule d'énergie d'Albert Einstein, E=MC2 signifie vraiment que l'Énergie = le nombre de personnes et le carré de conscience des gens.

 

Maintenant il est temps pour comprendre la vraie signification. Rejoignez tous la cérémonie de prière comme les concitoyens de la planète Terre. Je voudrais demander à tous les gens, pas juste au Japon, mais dans le monde entier s'il vous plaît, de nous aider à trouver une sortie à la crise de cette planète!!

La procédure de prière est la suivante.

 

 

Jour et heure :

 

Le 31 mars 2011 (jeudi)

12:00 - midi- dans chaque fuseau horaire 

 

 

Dites s'il vous plaît l'expression suivante :

 

 

"L'eau de Centrale nucléaire Fukushima,

Nous sommes désolés de vous faire souffrir.

Pardonnez-nous s'il vous plaît. Nous vous remercions et nous vous aimons. "

 

 

Dites-le s'il vous plaît à haute voix ou dans votre esprit. Répétez-le trois fois en même temps que vous réunissez vos mains dans une position de prière. Offrez s'il vous plaît votre prière sincère.

 

Merci beaucoup de mon coeur.

 

Avec amour et gratitude,

Masaru Emoto

Messager d'Eau

http://emotopeaceproject.blogspot.com/

 

Voici par ailleurs les résultats de ces prières sur la qualité de l'eau mesurée par le Dr Emoto après le 31 mars : 

 

 

  http://la.caravane.des.sources.over-blog.com/article-resultat-de-la-priere-pour-le-japon-le-31-mars-2011-72325603.html

 

 

2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A letter from Dr Masaru Emoto...

To All People Around the World,

Please send your prayers of love and gratitude to water at the nuclear plants in Fukushima, Japan!
By the massive earthquakes of Magnitude 9 and surreal massive tsunamis, more than 10,000 people are still missing…even now… It has been 16 days already since the disaster happened. What makes it worse is that water at the reactors of Fukushima Nuclear Plants started to leak, and it’s contaminating the ocean, air and water molecule of surrounding areas.

Human wisdom has not been able to do much to solve the problem, but we are only trying to cool down the anger of radioactive materials in the reactors by discharging water to them.
Is there really nothing else to do?
I think there is. During over twenty year research of hado measuring and water crystal photographic technology, I have been witnessing that water can turn positive when it receives pure vibration of human prayer no matter how far away it is.
Energy formula of Albert Einstein, E=MC2 really means that Energy = number of people and the square of people’s consciousness.

Now is the time to understand the true meaning. Let us all join the prayer ceremony as fellow citizens of the planet earth. I would like to ask all people, not just in Japan, but all around the world to please help us to find a way out the crisis of this planet!!
The prayer procedure is as follows.

Day and Time:
March 31st, 2011 (Thursday)
12:00 noon in each time zone

Please say the following phrase:
“The water of Fukushima Nuclear Plant,
we are sorry to make you suffer.
Please forgive us. We thank you, and we love you.”

Please say it aloud or in your mind. Repeat it three times as you put your hands together in a prayer position. Please offer your sincere prayer.

Thank you very much from my heart.

With love and gratitude,
Masaru Emoto
Messenger of Water

http://emotopeaceproject.blogspot.com/

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 18:04

 

 

 

 

Il faut que chacun soit pour soi-même

A la fois l’instructeur

Et l’objet de l’enseignement.

Et ceci n’est possible

Que quand existe un sentiment d’observation,

La faculté de voir en nous-mêmes

Les choses telles qu’elles sont.

 

 

Krishnamurti, Au seuil du silence

 

 

 

 

 

oeil_index.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 11:24

 

 

La Peste était en route vers Damas et croisa à toute vitesse la caravane d’un chef dans le désert.

- "Où allez vous si vite ?" s’enquit le chef.

- "A Damas, j’ai l’intention d’y prendre mille vies."

 

Au retour de Damas, la Peste croisa de nouveau la caravane.

Le chef dit :

- "C’est cinquante mille vies que vous avez prises, non mille."

- "Non, dit la Peste. J’en ai pris mille. C’est la Peur qui a pris le reste."



Anthony de Mello ( Histoires – Albin Michel )

 

 

 

mort-cheval-carlos-drummond-andrade-L-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 11:06
 
Les traitements -les mauvais traitements- que nous infligeons à nos aliments sont nombreux et dans certains cas, comme celui de l'irradiation à des fins "sanitaires", ils sont toxiques et totalement anti-biotiques, ... c'est à dire qu'ils tuent la vie.
 
Nos aliments sont irradiés !
Par Odile Chabrillac
Sur http://www.thedifferentmagazine.com/ :



L'irradiation des aliments ? Elle consiste "tout simplement" à les exposer à de hautes doses de radiations ionisantes, soir par rayon gamma (issu de substances radioactives, le Cobalt 60 ou le Césium 13), soit par électrons projetés à une vitesse proche de celle de la lumière. On parle aussi d'"ionisation". Si le terme est plus soft, il veut dire exactement la même chose...

Ce traitement est en fait utilisé pour supprimer les bactéries et les insectes présents sur les aliments. Il va également retarder le mûrissement des fruits et empêcher les légumes de germer. Vous m'avez compris, tout cela permet donc d'allonger la durée de conservation de nombreux produits.

Oui, mais...
L'irradiation ne se contente pas d'exterminer des germes indésirables, elle détruit aussi une partie des vitamines et nutriments présents dans les aliments, sans parler des enzymes, antioxydants, et acides gras qui sont aussi touchés. On sait que l'ionisation détruit ainsi 80% de la vitamine A des oeufs et 48 % du Bétacarotène du jus d'orange ! Encore plus inquiétant, ce procédé entraîne l'apparition de composants nommés cyclobutanones dans la nourriture (sans parler des radicaux libres, benzène et toluène...), qui sont des promoteurs de cancers et de dommages génétiques chez le rat de laboratoire.

Pour quel bénéfice ?
Par ce procédé, les multinationales de l'agro-alimentaires allongent artificiellement la durée de vie des aliments en ne tenant aucun compte des principes de base du vivant. Cela leur permet surtout de délocaliser les productions tout en contribuant à aggraver le réchauffement climatique. En revanche, pour le consommateur, les bénéfices sont nuls, le principe étant plutôt de nous tromper sur la fraîcheur des produits...

Quels aliments sont concernés ?
En Europe, l'ionisation est autorisée pour les herbes aromatiques séchées, les épices et les condiments végétaux. Et c'est tout. Mais la France, terre du nucléaire par excellence, autorise l'ionisation d'autres aliments (tout comme la Belgique, l'Italie, la Hollande et le Royaume-Uni) : les légumes et fruits secs, les oignons, la farine de riz, la volaille, le fromage frais, les crevettes, les cuisses de grenouilles congelées, la gomme arabique... On suppose ainsi par exemple que la plupart des plats cuisinés à base de poulet sont irradiés.

Actuellement, 7 centrales d'irradiation sont référencées en France. Selon un rapport de l'Union Européenne, déjà 4,9% des aliments commercialisés dans l'Union sont irradiés et non autorisés et/ou non étiquetés. Pourtant, cet étiquetage est obligatoire (décret européen du 8 mai 1970, et du 20 septembre 2000 pour les importations) : il devrait être inscrit "traité par ionisation" ou "traité par rayonnement ionisant", ce qui est très peu respecté.

Pas d'inquiétude pour l'agriculture biologique
Que ce soit en France ou dans l'Union Européenne, le cahier des charges de l'agriculture biologique interdit le recours à l'irradiation, et le nouveau Règlement 834/2007 le confirme. Il en est de même au Québec.
Une nouvelle raison pour se tourner vers ses aliments autrement plus sains pour la Terre comme pour nous.

Sources : www.irradiation-aliments.org
www.mdrgf.org
Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 15:18

 

 

 

 

Il ne faut pas regarder en haut pour ne pas y penser,

il ne faut pas regarder en bas à se déprimer,

ni regarder derrière en regrettant le passé;

face à la douleur nous devons la fixer et continuer à avancer,

à marcher en l'acceptant.

Cherchez le positif qui nous semble toujours se cacher derrière le négatif,

trouvez la petite fleur au milieu des ruines

et, une fois que vous l'avez trouvée, partagez-la.

 

 

 

Lettre d'une japonaise de Fukushima vivant à Toulouse

https://www.facebook.com/notes/rapha%C3%ABl-goncalves/lette-dune-japonaise-de-fukushima-vivant-%C3%A0-toulouse/10150113833373878

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 13:44

 

 

 

 

La passion est l'élixir suprême

Et renouvelle toutes choses.

Que la passion divine triomphe en vous

Et vous fasse renaître en vous-même.

 

Rumi

 

 

 

feu1.jpg

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 13:41

 

 

Si vous trouvez que l'éducation coûte cher,

Essayez l'ignorance.

 

 

Abraham Lincoln

 

 

 

journee-mondiale-contre-le-travail-des-enfants_453.jpg

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 11:59
 
 
 
Un article de Bastamag.net

Nanotechnologies : tous cobayes de la nano-bouffe ?
Par Agnès Rousseaux (14 janvier 2010)

 
 
Après les OGM, les nanotechnologies s’invitent dans notre assiette : les nano-aliments, traités avec des nano-pesticides et contenus dans des nano-emballages, se multiplient. A la clé : de faramineux profits financiers pour les industriels et des risques environnementaux et sanitaires aujourd’hui impossibles à évaluer. Le tout dans une totale - et incroyable - absence de règles et de contrôles.


Des aliments intelligents qui s’adaptent aux goûts du consommateur, des vêtements qui repoussent l’eau, des matériaux qui s’auto-réparent, de la « poussière intelligente » qui enregistre discrètement les conversations... Bienvenue dans le nano-monde ! Un univers où la science bricole des particules invisibles au microscope et empile des atomes à l’échelle du nanomètre, c’est-à-dire un milliardième de mètre [1]. Les nanotechnologies seront à la base d’une troisième révolution industrielle au cours du 21e siècle, nous promet-on.

Une révolution qui passe aussi par nos assiettes. Car ces nanoparticules sont déjà présentes dans les aliments industriels, les pesticides agricoles, les emballages alimentaires, les récipients de stockage... sans contrôle ni étiquetage. Des particules qui, du fait de leur minuscule taille, traversent les barrières biologiques et peuvent circuler dans tout l’organisme : la peau, les tissus, le cerveau... Alors, prêts pour une nourriture « atomiquement modifiée », aux effets encore inconnus ?

Au moins 106 nano-aliments déjà commercialisés

Difficile de recenser les nano-aliments existants. Les fabricants ont bien compris que les incertitudes qui entourent aujourd’hui les nano-particules peuvent effrayer les consommateurs. Ils ne communiquent pas clairement sur leur utilisation. Selon l’ONG les Amis de la Terre, c’est toute la chaîne alimentaire qui est aujourd’hui « contaminée ». Son rapport intitulé « Du Laboratoire à nos assiettes : les nanotechnologies dans l’alimentation et l’agriculture » dresse la liste de 106 produits alimentaires, du jus de fruit « fortifié » aux compléments alimentaires vitaminés en passant par un « nano-thé ».

L’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset) dénombre tous secteurs confondus 2 000 nanoparticules manufacturées déjà commercialisées, et plus de 600 produits de consommation concernés. Si ces chiffres sont difficilement vérifiables du fait de l’absence de traçabilité, des estimations situent le marché des nano-aliments à plus de 5 milliards de dollars en 2005, avec des prévisions de 20 milliards de dollars pour 2010. Le groupe de consultants Helmut Kaiser prévoit que le recours aux nanotechnologies concernera, d’ici 2015, 40% des aliments industriels.

« Une technologie de confort pour les pays riches »

Du silicate d’aluminium pour empêcher l’agglutination des aliments en poudre, du ketchup épaissi avec du dioxyde de silicium, des vinaigrettes blanchies au dioxyde de titane... Les nano-aliments nous apporteraient, selon leurs partisans, des avancées culinaires majeures : du chocolat ou des glaces sans lipides et sans sucre, qui conservent le même goût que l’original, une huile (Shemen Industries) qui inhibe l’entrée du cholestérol dans le sang, un substitut alimentaire (Nanotrim de Nanonutra) qui brûle les graisses. Ou la possibilité de modifier le goût d’un aliment selon nos désirs. Des industriels comme Nestlé cherchent à concevoir les « nano-aliments du futur ».

Le géant agroalimentaire Kraft Foods (Etats-Unis) fait partie de ces pionniers. En 2000, il a financé un consortium de 15 universités et laboratoires de recherche, Nanotek, pour concevoir de la nourriture « intelligente » et personnalisée, tels des aliments qui contiennent des centaines de nano-capsules, remplies de saveurs, de nutriments, de couleurs différentes. Un four à micro-ondes pourrait déclencher, selon la fréquence des ondes, telle ou telle capsule, selon les désirs du consommateur. Une nourriture interactive en quelque sorte, qui peut même se transformer elle-même si une personne est allergique à un composant, ou libérer une dose de supplément nutritif si elle détecte des carences. Kraft Foods, le concepteur de ce projet, est propriétaire des marques de chocolat Milka, Côte d’Or, Toblerone, Suchard, et de café Carte Noir, Grand’Mère, Jacques Vabre ou Maxell. Imaginez demain votre café de couleur rose et au goût banane qui vous délivre votre dose quotidienne de vitamines C... Ou du chocolat qui libère des arômes de carotte tout en soignant votre gueule de bois. Formidable, non ?

Des nanos au goût d’OGM

Pourquoi ce déploiement de technologies ? « Sur le plan alimentaire, on ne comprend pas à quoi ça sert, explique Rose Frayssinet, de l’ONG Les amis de la Terre. « C’est comme les usages dans le textile : à quoi servent des chaussettes « sans odeur » avec du nano-argent ? Les nano-particules vont partir dans l’eau au bout de quatre lavages, et vont aller bouffer les microbes jusque dans les stations d’épuration. Au vu de ce que ça coûte, quelle est l’utilité sociale de tout ça ? Ce sont des technologies pour le confort des plus riches ».

Certains voient les nano-aliments comme une « aubaine » pour les paysans du Sud. Leur credo ? Des nanos qui augmenteraient la productivité agricole et permettraient de lutter contre la faim. Une promesse qui rappelle celles des lobbys biotechnologiques et leurs OGM. La comparaison ne s’arrête pas là : risques sanitaires et environnementaux, privatisation du vivant ou de combinaisons d’atomes par des brevets industriels, mise sur le marché de produits dont l’innocuité n’est pas prouvée... Des nanocides (pesticides utilisant les nano-technologies) intelligents qui nécessiteraient un dosage moins important que les pesticides actuels, et ne causeraient aucun mal aux insectes ? Le fait que ce soit des firmes comme Monsanto, Bayer ou Syngenta qui les développent ne peut qu’inviter à rester très prudent sur le sujet...

Vers un nouveau scandale sanitaire ?

« Dans le cas des OGM, nous avons obligé Monsanto à rendre publiques des études partielles de toxicité dissimulées au public. Des études semblables n’existent pas sur la nocivité des nanoparticules, souligne la Fondation Sciences citoyennes. Et les lanceurs d’alerte sont actuellement dissuadés par tous les moyens (poursuites en justice...) de briser la propagande officielle ». Pour Rose Frayssinet, nous sommes face à un risque encore plus grand que les OGM. « Les OGM, c’est un secteur, alors que les nanotechnologies concernent tous les secteurs. Les risques sont d’autant plus difficiles à analyser. On ne peut pas avoir une vision globale des implications ».

Difficile en effet de contrôler le comportement de nano-particules. Elles ne répondent pas aux lois de la physique classique, mais à celles de la mécanique quantique. Construire des particules, atome par atome, manipuler la matière au niveau des molécules, c’est entrer dans un monde d’incertitude radicale. Les propriétés des particules, comme leur toxicité ou leur persistance biologique, varient selon leur taille. De fait, les connaissances actuelles sur les effets toxiques des nano-particules manufacturées sont très limitées.

« Les données disponibles indiquent que certaines nanoparticules insolubles peuvent franchir les différentes barrières de protection, se distribuer dans le corps et s’accumuler dans plusieurs organes, essentiellement à partir d’une exposition respiratoire ou digestive », prévient une étude de l’Afsset, en 2006. Les nano-particules se diffusent dans les alvéoles pulmonaires, le sang, la barrière hémato-encéphalique qui protège le cerveau, ou le placenta. Fin 2008, un nouveau rapport de l’Agence juge que la nano-toxicologie fournit « des résultats encore peu nombreux, disparates et parfois contradictoires » et qu’il « n’est cependant pas possible d’exclure à cette date l’existence d’effets néfastes pour l’homme et l’environnement ». Quant à l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa), après avoir rappelé que des études extérieures montrent de possibles altérations de l’ADN par les nano-particules [2], elle confesse « l’impossibilité d’évaluer l’exposition du consommateur et les risques sanitaires liés à l’ingestion de nanoparticules. » Très rassurant...

Nano-particules : l’amiante du 21ème siècle ?

Une étude britannique démontre l’existence d’un effet indirect des nanoparticules qui endommageraient « à distance » l’ADN [3]. Marie-Claude Jaurand, directeur de recherche à l’INSERM, pointe du doigt les nano-tubes de carbone, matériau ultra-résistant utilisé dans l’industrie, pour leurs effets « similaires à ceux de l’amiante », concernant la production de lésions de l’ADN et la formation d’aberrations chromosomiques. Face à ces risques, que font les instances compétentes ? Pas grand chose. Les instruments règlementaires sont inadaptés. Ministères et agences sanitaires sont complètement dépassés (les documents les plus récents publiés sur le site du ministère de la Santé datent de 2007). L’évaluation des risques doit être totalement repensée.

Les systèmes d’autorisation de mise sur le marché reposent sur la composition chimique des produits. Pour les nanoparticules, cela ne suffit pas, car les effets dépendent aussi de l’organisation spatiale des éléments atomiques et de leur taille. Un élément non toxique peut le devenir à l’échelon nanométrique. « Le dioxyde de titane et les dioxydes d’argent n’ont pas les mêmes propriétés au niveau nanométrique et au niveau macroscopique, explique Rose Frayssinet. Ils n’ont pas les mêmes propriétés selon qu’ils mesurent 20 nano ou 60 nano. Pour étudier les risques, il faudrait donc mener des études pour toutes les échelles ». Mais cela coûte cher. Et les outils manquent. « D’après les textes européens, dès qu’on modifie un aliment, une étude d’innocuité est obligatoire. Mais personne ne sait le faire. Il y a encore un an, il n’y avait aucun filtre vraiment sûr pour récupérer les nano-particules. Sans compter que les délais d’études étant très longs, les résultats arriveront après la mise sur le marché. On demande aux fabricants de travailler dans des salles blanches, avec des scaphandres. Et juste derrière, on met les produits sur le marché. C’est aberrant ! ».

Concernant la production et la mise sur le marché, les industriels se réfèrent à la directive européenne REACH. Celle-ci est pourtant insuffisante. Seules les substances chimiques produites en quantité supérieure à une tonne par an y sont soumises. Vu la taille des nano-particules, cette quantité de production n’est pas toujours atteinte. Et pour le moment, aucune obligation d’étiquetage n’existe, même si le Parlement européen commence à se saisir de cette question.

L’État finance sans s’inquiéter des conséquences

« No data no market » (pas de données, pas de marché). Telle est la position défendue par de nombreuses associations écologistes, qui espèrent être rejointes par les syndicats de salariés. Elles demandent un moratoire sur les nano-produits. Et des procédures d’évaluation des risques adaptées. Les ONG souhaitent aussi débattre de l’utilité sociale des nanotechnologies, en particulier dans le secteur alimentaire.

Le gouvernement français a lancé en 2009 le plan Nano-Innov, qui vise à placer la France parmi les pays les plus en pointe sur les nanosciences, en encourageant la recherche fondamentale à travailler « avec les entreprises pour mettre au point des technologies, déposer des brevets, créer des produits ». 70 millions d’euros ont été consacrés l’an dernier à ce projet. En parallèle, aucun fonds n’est dédié aux études toxicologiques et aux impacts sanitaires et environnementaux.

Valérie Pécresse, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, a souligné à l’occasion du lancement de ce plan l’excellence de la recherche nationale sur les nanotechnologies (5ème rang mondial [4]) mais se désole que seulement 290 brevets aient été déposés en 2005, ce qui représente moins de 2% des brevets mondiaux. Car le secteur peut rapporter gros. La National Science Foundation (NSF) américaine évalue le marché des nanotechnologies à mille milliards de dollars en 2015. Selon la Fondation Sciences citoyennes, les investissements en recherche et développement ont été quasiment multipliés par dix entre 1997 et 2003 (3,5 milliards d’euros), avec une prévision de croissance de 40 % par an. « Les chercheurs nous disent souvent : il suffit qu’on parle de ’nanotechnologies’ dans nos projets pour avoir de l’argent pour mener des recherches », commente Rose Frayssinet.

Les multinationales de la pharmacie et de l’agrochimie sont sur les rangs pour fabriquer davantage de nano-aliments. A l’opposé de systèmes alimentaires organisés localement et écologiquement soutenables, se prépare une nouvelle révolution alimentaire, basée sur l’accaparement par quelques firmes privées des éléments constitutifs de la matière et de notre alimentation. Après la malbouffe, nous voici transformés en cobayes de la nano-bouffe, avec le silence complice de l’État.

Agnès Rousseaux

Notes
[1] Taille de l’atome : 1 dixième de nanomètre, ADN : 10 nanomètres, protéines : 20 nanomètres.

[2] « Certaines nanoparticules peuvent traverser et/ou altérer les membranes plasmiques, nucléaires et mitochondriales, induire une peroxydation lipidique et la génération d’espèces réactives de l’oxygène elle-même à l’origine d’un stress oxydatif pouvant altérer des protéines et l’ADN ( Hong 200657 ; Xia 200658 ; Beck-Speier 200559 ; Lewinski et al. 200860 ; Stone 200761 ; Hussain et al., 200562) ». Source : Nanotechnologies et nanoparticules dans l’alimentation humaine et animale - AFSSA

[3] « Nanoparticles can cause DNA damage across a cellular barrier » Gevdeep Bhabra et al., Nature Nanotechnology (en ligne le 5 novembre 2009)

[4] avec 3 526 publications en 2006, soit 5,6% des publications mondiales

http://www.bastamag.net/spip.php?article838

Lire aussi : « Avec les nanotechnologies, nous entrons dans une société de contrainte, totalitaire »

http://www.bastamag.net/spip.php?article872
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 23:28

 

Concernant la santé liée aux conséquences de la radioactivité, ne vous attendez pas à être correctement informés…

En 1959 l’Organisation Mondiale de la Santé et l’Agence Internationale de l’Energie Atomique ont signé un accord.

 

Voici quelques éléments qui permettent de comprendre les liens entre ces deux organismes, dont les intérêts de l’un empêchent la parole libre de l’autre.

 

 

 

 

Wikipedia : l’Agence Internationale de l’Energie Atomique

 

  • D'un côté, l'OMS possède une réelle expertise sur Tchernobyl, mais elle est liée à un accord avec l'AIEA en ce qui concerne les conséquences de la radioactivité sur la santé. Les dommages génétiques engendrés par Tchernobyl ne peuvent par exemple pas être cités par l'OMS. Autre exemple : en 1995, les actes d'un colloque organisé par l'OMS, réunissant plus de 700 médecins étudiant les effets de la catastrophe de Tchernobyl, ont tout simplement été censurés. Les explications de l'attitude de l'OMS sont les suivantes :
    • Depuis un accord signé en 1959, l'AIEA surveille toutes les recherches sur les risques médicaux entraînés par l'utilisation commerciale de l'énergie nucléaire, en lieu et place des organisations de médecins indépendants.
    • L'accord entre l'OMS et l'AIEA de 1959 implique que tous les projets de recherche – dont les résultats pourraient limiter la croissance de l'industrie nucléaire – ne pourront être menés par l'OMS que si elle « collabore » avec l'AIEA.
    • L'accord entre l'OMS et l'AIEA de 1959 implique dans son article 3 que L'OMS et l'AIEA reconnaissent qu'elles peuvent être appelées à prendre certaines mesures restrictives pour sauvegarder le caractère confidentiel de certains documents].
    • Pour André Larivière, membre du Réseau sortir du nucléaire France, l'AIEA est la seule institution qui dépende directement du conseil de sécurité. Elle a donc préséance sur l'OMS.

 

 

 

Réseau solidaire des énergies : Accord OMS-AIEA

 

I - Accord OMS-AIEA entré en vigueur le 28 mai 1959 par la résolution WHA 12-40! 

 

Un Accord très singulier est entré en vigueur le 28 mai 1959 par la résolution WHA 12-40. Par cette résolution tenue secrète par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS ou WHO ), cette institution onusienne acceptait des contraintes contre-nature de la part d'une autre agence onusienne, l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (AIEA ou IAEA). En effet le serment d'Hippocrate impose à tout médecin de tout faire pour sauvegarder la santé et la vie des êtres humains. L'industrie nucléaire militaire a forcément un but mortel par son utilisation. L'atome pour la Paix ou l'énergie nucléaire civile est source de dommages pour les êtres humains et l'environnement sous deux formes différentes: les rejets permanents dans l'environnement et les incidents et/ou accidents nucléaires qui sont des catastrophes. Or les médecins de l'OMS ont décrété par cet accord que les autorités et les populations civiles sont trop stupides pour apprécier le progrès et les bienfaits de l'énergie nucléaire. 

 

En termes "OMSiens", ceci se traduit par : «Enfin, si l'on considère la position des dirigeants et des autorités, il y a peu d'espoir qu'une forme quelconque d'action ou d'éducation sur le plan de la santé mentale amène une modification générale de leurs attitudes, car ces hommes sont nécessairement absorbés par l'effort qu'ils doivent faire pour s'adapter à un monde en voie de transformation constante(…). Cette conception contribue à entourer tout ce qui touche aux questions atomiques d'une atmosphère d'anxiété et de crainte, d'où une tendance au secret de la part des autorités responsables, pour des considérations à la fois rationnelles et psychologiques.
    Il est clair qu'il faudra protéger le public contre des anxiétés et des craintes excessives. En outre, toutes les entreprises travaillant dans ce domaine devront se prémunir contre les répercussions de ces anxiétés et de ces craintes qui pourraient entraver leurs activités sur le plan local, national ou international. Il y a là des problèmes d'une portée beaucoup plus vaste que ceux dont ont à s'occuper les services de relations publiques et de presse des autres entreprises et institutions.» 

 

http://resosol.org/InfoNuc/IN_DI.OMS_AIEA.html

 

 

 

 

 

MANIFESTE POUR L’INDÉPENDANCE DE l’OMS

 

http://www.independentwho.info/manifeste_FR.php

 


La controverse sur la gestion, par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), de la “pandémie” de grippe A(H1N1) jette une lumière crue sur l’action de cette agence de l’ONU. L’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, sur la proposition du docteur Wolfgang Wodarg, ancien président de la sous-commission de la santé, a décidé de préparer un rapport qui abordera la question d’une éventuelle connivence entre les fabricants de vaccins et certains experts conseillers de l’OMS.

Nous aimerions que ce souci de transparence s’étende à d’autres domaines, et en particulier à ses rapports avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), dont l’un des objectifs est la promotion du nucléaire civil . En effet, rares sont ceux qui savent que l’OMS et l’AIEA ont signé un accord, le 28 mai 1959 (WHA 12-40), par lequel ces deux agences de l’ONU ne peuvent prendre de position publique qui puisse nuire à l’une ou l’autre.

Cet accord peut expliquer la désinformation entretenue par l’OMS à l’égard du nucléaire, notamment sur les conséquences sanitaires de Tchernobyl. Le communiqué du 5 septembre 2005, cosigné par l’OMS et l’AIEA, est un exemple de cette désinformation quand il donne pour bilan “définitif” de la catastrophe une cinquantaine de morts et environ 4000 décès potentiels des suites d’une radioexposition consécutive à l’accident. Pas un mot sur les centaines de milliers de liquidateurs venus de toute l’URSS pour décontaminer le site. Or sur les 173 000 liquidateurs russes, enregistrés comme victimes malades du fait de leur passage à Tchernobyl, 10% étaient décédés en 2001 et 30% avaient été reconnus comme invalides (déclaration du Directeur de la Santé de Russie à la Conférence de Kiev sur Tchernobyl en 2001). Rien, non plus, sur la situation sanitaire des enfants au Bélarus : en 2000, selon le vice-ministre de la Santé, seuls 20 % d’entre eux étaient considérés en “bonne santé”, alors qu’ils l’étaient à 80 % en 1985.

Le dernier communiqué commun de l’OMS et de l’AIEA, daté du 24 avril 2009, implique que les territoires affectés par l’accident ne sont plus dangereux pour les populations, qu’il faut seulement “rassurer par des conseils pratiques” et convaincre “d’un retour à la vie normale”… C’est dans ce contexte que l’institut indépendant Belrad, à Minsk (Bélarus), qui mesure depuis 1990 la radioactivité incorporée chez les enfants et les traite par des cures de pectine pour réduire leur taux de césium 137, s’est vu refuser les subsides qu’il demandait à l’Union européenne au motif suivant : “La thématique de votre projet n’est plus d’actualité.”

Or, un ouvrage scientifique, Chernobyl : Consequences of the Catastrophe for People and the Environment, d’Alexei Yablokov, Vassily Nesterenko et Alexei Nesterenko, vient d’être publié, dans sa version anglaise, par l’Académie des sciences de New York. Il présente une synthèse de 5000 études de terrain dans les pays contaminés, qui s’inscrit en faux contre le bilan de l’OMS-AIEA.

 

http://www.nyas.org/Publications/Annals/Detail.aspx?cid=f3f3bd16-51ba-4d7b-a086-753f44b3bfc1

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 23:14

 

 

Législation plantes médicinales ou compléments alimentaires : le point

 

 

 

Dans la cacophonie qui s'élève autour d'une pétition concernant l'interdiction prochaine des plantes en Europe (et qui envahit les boites mail et les pages des réseaux avec son lien vers "defensemedecinenaturelle.eu"), voici réunis ici quelques pistes qui vont globalement toutes dans le même sens. Entre ceux qui ont eu de l'intuition et ceux qui ont trouvé l'info juste, il ressort que cette pétition a des intentions non avouées, et surfe sur la vague de la peur, de la réactivité et de la confusion, pour servir des intérêts dont nous ne sommes pas informés....

 

Cette pétition a déjà circulé en octobre de l'année dernière et avait déjà soulevé un débat contradictoire, au point qu'on n'y comprenne plus rien...

Elle resurgit avec force et à la vitesse du net...

Vigilance.... ce n'est pas parce qu'on parle de plantes que l'on est du bon côté du manche...

 

C’est l'occasion, plus que jamais :

- d'être à l'écoute de son intuition, de ses émotions ;

- de comprendre ce qui se joue dans tout ce qui vient à nous, pour ne pas rester otage d'enjeux qui ne permettent pas notre liberté totale ;

- d'avoir une pensée autonome et d'être responsable de toutes nos actions....

 

 

Cela ne retire bien entendu rien au débat concernant la liberté des plantes et la liberté de soigner qui, on le sait, sont toutes deux bien malmenées en ce moment. Les pressions faites sur la santé naturelle sont réelles... et cela n'empêche pas de rester engagés par ailleurs...

 

Je n’ai pas signé cette pétition, parce que cette page internet n’a aucune référence, aucune « mention légale », on ne sait pas de qui elle émane et c’est ce qui a retenu mon geste.  

Ensuite, j’ai fait des recherches, j’ai échangé, voici en quelques points… une mise au point !

 

 

1°) Après bien des recoupements, je tombe sur ce lien, en anglais en effet, mais qui demande des souscriptions…

 

http://www.anh-europe.org/campaigns/protect-traditional-medicinal-cultures

 

 

Et je trouve étonnant qu’une initiative européenne ne soit pas relayée par une organisation française par exemple…

Sur un autre lien, on trouve les modalités de confidentialité et des informations, mais sans aucun nom de personne ou de responsable. Les grands combats sont pourtant menés par des personnes qui en deviennent les porte-drapeaux… là, rien…

 

« Confidentialité de vos données

Notez bien que vos coordonnées resteront strictement confidentielles et ne seront JAMAIS ni prêtées, ni échangées, ni louées, ni révélées à qui que ce soit, pour quelque motif que ce soit.
Pour toute question à ce sujet ou pour faire retirer votre nom de la liste et supprimer vos coordonnées de notre fichier, écrivez à securite@defensemedecinenaturelle.eu. Votre demande sera traitée immédiatement.

Informations

Si vous souhaitez davantage d'informations sur cette pétition ou sur le Collectif pour la Défense de la Médecine Naturelle, merci de nous écrire à info@defensemedecinenaturelle.eu

Pour nous écrire ou nous envoyer de la documentation par courrier, merci de vous adresser à :
Collectif pour la Défense de la Médecine Naturelle 253A Chaussée de Wavre 1050 BRUXELLES - BELGIQUE

www.defensemedecinenaturelle.eu »

 

 

D’ailleurs la confidentialité affichée (non vente des adresses) ne suppose pas qu’elles ne seront pas utilisées à des fins commerciales ou autres, par l’institution qui a mis en place cette pétition

 

 

 

2°) Certaines personnes ont évoqué la possibilité d’un « hoax » ; ce n’est pas un hoax en effet, car la menace des libertés en santé est réelle, mais "n'importe qui" peut faire une pétition sur un sujet brûlant... et il y a d'ailleurs eu bien d'autres pétitions à ce sujet, il y a plusieurs mois.

 

 

 

3°) Thierry Thévenin de l'Association des simples a été consulté, ces réponses figurent sur le forum :

 http://www.cyberacteurs.org/forum/viewtopic.php?f=3&t=9976

 

 

Thierry Thévenin, a répondu au message lui demandant si c'était la même affaire (que la pétition qui a circulé l’automne dernier:  http://www.syndicat-simples.org/actualites/les-plantes-medicinales-bientot-interdites-dans-lue-propagande-desinformation-enjeux-de-pouvoirs-autour-de-herboristerie-en-europe%3Cbr  )

 

« mais bien sur c'est de la récupération grossière de la part des lobbys de la grande distribution qui veulent l'ultra libéralisme en matière de plantes médicinales, et font la guerre à leurs concurrents de l'industrie pharmaceutique qui veulent au contraire l'ultra conservatisme (pour faire court)

les promus experts, victimes ou héros, défenseurs des libertés (michèle rivasi, kokopelli, éric petiot, stéphane hessel en filigrane "indignez vous..." sont honteusement instrumentalisés

je vais faire aujourd'hui un post sur www.syndicat-simples.org »

 

 

http://www.syndicat-simples.org/actualites/petition-defensemedecinenaturelleeu-propagande-desinformationet-recuperation

 

 

 

4°) La député écolo belge Isabelle Durant répond, suite à un mail, basé sur le modèle de lettre proposé par la pétition, qui lui a été adressée :

 

 

Bonjour,

Merci pour votre courriel et d'avoir pris la peine de nous écrire. En 2004, une nouvelle législation européenne a bien été adoptée afin de mettre en place une procédure spéciale d'enregistrement pour les herbes médicinales traditionnelles, connues et utilisées depuis au moins 30 ans (dont 15 ans au sein de la Communauté européenne).
Cette législation répond à des impératifs de santé publique, vise à supprimer les incohérences de statut des herbes médicinales dans les différents États membres et favorise ainsi la libre circulation de ces produits en Europe. De plus, la procédure d'enregistrement des herbes médicinales est dite « simplifiée » (par rapport à celle des médicaments "classiques" ou "non-traditionnels") puisqu'elle n'exige par exemple aucune donnée récoltée en milieu médical pour prouver leur efficacité.

Pour plus d'information sur ce texte, veuillez suivre ce lien (en anglais seulement):
http://ec.europa.eu/health/human-use/herbal-medicines/index_en.htm (copiez le lien dans votre navigateur si cela ne fonctionne pas directement)

Par ailleurs, la directive de 2004 prévoit effectivement une période de transition (ou de mise en conformité) de 7 ans pour les herbes médicinales traditionnelles déjà présentes sur le marché. Ce délai passé (1er avril 2011), rien n'empêchera un importateur ou producteur de produits médicinaux naturels d'introduire une demande d'enregistrement pour se mettre en ordre. En aucun cas donc, il s'agit ici "d'interdire les plantes médicinales dans l'UE", comme l'affirment certains articles qui circulent abondamment sur internet mais qui font de la désinformation.

Cela étant dit, nous prenons bonne note du cas spécifique des produits chinois et indiens (et plus largement non-européen), et ne manquerons pas au sein du groupe des Verts de vérifier le nombre effectif d'enregistrement de ces plantes au cours de ces dernières années (le sujet sera abordé à notre demande et sous peu en commission Environnement du Parlement européen). Plus largement, nous souhaitions rappeler que les Ecologistes ont toujours été − et restent − des ardents défenseurs d'une médecine plurielle.
En espérant avoir pu éclaircir quelque peu ce dossier complexe, nous vous invitons toutefois à nous recontacter pour toute question ou remarque supplémentaire.
Mes salutations cordiales,

Isabelle Durant

 

 

 

5°) L'avis d'un praticien de Médecine Traditionnelle Chinoise :

 

 

http://www.sionneau.com/forums/viewtopic.php?p=19788#19788

 

 

 

6°) Désinformation sur "Les plantes Médicinales interdites dans la communauté Européenne" ; Source : Francis Giot, président de Nature et Progrès.

 

 

Les plantes médicinales ne seront pas interdites en EU.

L'information qui circule est en réalité de la désinformation dans le combat qui oppose industrie pharmaceutique et industrie de la phytothérapie et des compléments alimentaires. Formulé par cette dernière, le message vise à créer de la pression sur les législateurs, avec appui de l'opinion publique, pour un affaiblissement de la législation sur les plantes médicinales traditionnelles. Ce groupe d'industriels est en effet très mécontent de la législation européenne qui offre la possibilité d'enregistrer officiellement toute plante médicinale utilisée et reconnue depuis au moins 15 années dans l'Union comme plante autorisée à la commercialisation, et ferme donc la porte aux nouveaux produits de la phytothérapie (compléments alimentaires et autres remèdes miracles). L'association ANH, mentionnée dans la vidéo qui accompagne la pétition n'est pas une association de producteurs ni d'herboristes. Il s'agit en réalité s'un bon vieux lobby de défense des industriels des compléments alimentaires (très juteux business qui fleurit en particulier dans les épiceries bio). Nous avons contacté cette organisation par téléphone pour savoir si parmi leurs membres il y avait des associations de producteurs, et ce n'est pas le cas. Le flou maintenu sur leur site, et dans la vidéo devrait mettre la puce à l'oreille de ceux qui reçoivent l'information...

 

 

Il faut aussi signaler que la législation en question permet l'enregistrement facilité de tout plante médicinale. En aucun cas ces plantes devront passer par les mêmes canaux d'autorisation que les médicaments.

 

 

Subsiste par contre un réel problème de la directive 2004/24/CE et qui est passé sous silence par la communication mensongère que l'on subit. Cette directive fait partie d'une politique partiale et réductrice qui favorise l'hégémonie des trois cultures actuellement dominantes au niveau mondial : occidentale (officielle), chinoise et indienne (ayurvédique). Tous les remèdes qui ne sont pas reconnu depuis minimum 30 ans (15 si provenant de l'Union européenne) devront passer par des procédures, certes allégées, mais longues d'agréments. Ce sont donc les défenseurs des médecines naturelles mineures et traditionnelles (créole, tibétain, nigérien, cévenol, etc) qui seront les plus touchés par la directive, à moins de prouver avec diligence un passé d'utilisation conséquent. Le problème c'est que dans ces sociétés à la connaissance encore fortement ancrée dans la tradition orale, il sera plus difficile de récolter des preuves.

 

 

Pour en savoir plus, lire la déconstruction point-par-point faite par Thierry Thévenin (directeur du Syndicat Inter-Massifs pour la Production et l'Economie des Simples Médecines): 

 

 

- sur le site du S.I.M.P.L.E. Le Syndicat S.I.M.P.L.E.S. a été créé en 1982 en Cévennes et regroupe 80 producteurs-cueilleurs de plantes médicinales aromatiques, alimentaires, cosmétiques et tinctoriales, installés en zone de montagne ou dans des zones préservées. Ils suivent un cahier des charges (agréé en 1988 par le Ministère de l’Agriculture) très strict en ce qui concerne la protection de l’environnement, la préservation des ressources floristiques, la qualité de la production et le respect du consommateur. Leur site vient de publier un article dénonçant la pétition qui circule à la vitesse du net en ce moment. L’article est daté du 17 Mars 2011

 

http://www.syndicat-simples.org/actualites/les-plantes-medicinales-bientot-interdites-dans-lue-propagande-desinformation-enjeux-de-pouvoirs-autour-de-herboristerie-en-europe

 

 

- sur le site de Nature et progrès (association de paysans, des consommateurs, des médecins, des agronomes et des nutritionnistes qui existe depuis 1964)

 

http://www.natureetprogres.org/communiques/actu145.pdf.

 

 

Voici, pour compléter (nuancer) l'info, un texte en contrepoint

http://www.plantasante.fr/QUEL%20SORT%20POUR%20LES%20PLANTES%20MEDI...

 

 

 

7°) La pétition pour libérer les plantes, ça suffit !

 

 

Un article sur le blog de « Ecoute les fleurs », une autre « intuitive » qui n’a pas signé !

http://ecoute-les-fleurs.blogspot.com/

 

 

 

8°) Un article de Michèle Rivasi, député européenne Europe Ecologie « Mon plaidoyer pour les plantes médicinales » où elle explique les deux systèmes d’enregistrement concernant les plantes :

 

 

http://www.michele-rivasi.eu/au-parlement/mon-plaidoyer-pour-les-plantes-medicinales/

 

 

 

9°) et pour rappel, bien sûr, la trame de tout cela est le Codex alimentarius, un lien, entre autres, pour comprendre :

 

 

http://www.onnouscachetout.com/themes/alimentation/codex-alimentarius.php

 

 

 

10°) l'interview de Maître isabelle Robard pour les cahiers de la Bio-Energie, où elle fait le point sur la législation, entre compléments alimentaires et plantes médicinales, et médecines non conventionnelles

 

 

http://www.cnosteo.com/osteo/interview_robard2011.html

 

 

 

11°) Quel sort pour les plantes médicinales dans la communauté européenne

 

 

plantasante.fr

 

http://www.plantasante.fr/QUEL%20SORT%20POUR%20LES%20PLANTES%20MEDICINALES%20DANS%20LA%20COMMUNAUTE%20EUROPEENNE.pdf

 

 

 

12°) La page de Heidi Stevenson qui a initié un texte repris par ANH (mais peut-être a-t-elle été « récupérée » comme beaucoup…

 

 

http://www.homeopathyworldcommunity.com/profile/HeidiStevenson

 

 

 

13°) lien vers un texte du site Mieux-Etre, où l'on apprend notamment que NATURE ET PROGRES-Belgique s'est positionné contre cette pétition :

 

 

 http://www.mieux-etre.org/La-medecine-naturelle-en-danger.html

 

 

 

14°) Un autre extrait de l'avis de Francis Giot, président de Nature&Progrès Belgique :

 

" Décryptage : Les plantes médicinales ne seront pas interdites en EU.

L'information qui circule est en réalité de la désinformation dans le combat qui oppose industrie pharmaceutique et industrie de la phytothérapie et des compléments alimentaires. Formulé par cette dernière, le message vise à créer de la pression sur les législateurs, avec appui de l'opinion public, pour un affaiblissement de la législation sur les plantes médicinales traditionnelles. Ce groupe d'industriels est en effet très mécontent de la législation européenne qui offre la possibilité d'enregistrer officiellement toute plante médicinale utilisée et reconnue depuis au moins 15 années dans l'Union comme plante autorisée à la commercialisation, et ferme donc la porte aux nouveaux produits de la phytothérapie (compléments alimentaires et autres remèdes miracles). L'association ANH, mentionnée dans la vidéo qui accompagne la pétition n'est pas une association de producteurs ni d'herboristes. Il s'agit en réalité d'un bon vieux lobby de défense des industriels des compléments alimentaires (très juteux business qui fleurit en particulier dans les épiceries bio). Nous avons contacté cette organisation par téléphone pour savoir si parmi leurs membres il y avait des associations de producteurs, et ce n'est pas le cas. Le flou maintenu sur leur site, et dans la vidéo devrait mettre la puce à l'oreille de ceux qui reçoivent l'information...

Il faut aussi signaler que la législation en question permet l'enregistrement facilité de tout plante médicinale. En aucun cas ces plantes devront passer par les même canaux d'autorisation que les médicaments."

 

 

 

15°) sur le site de Sylvie Simon, la mise au point de Michèle Rivasi et de Eva Joly

 

 

http://www.sylviesimonrevelations.com/article-demandes-de-petitions-sur-le-web-precisions-69848111.html

 

 

 

16°) la médecine naturelle en danger, info ou intox :

 

 

http://www.madamenature.be/themes/jardin/la-medecine-naturelle-en-danger-info-ou-intox

 

 

17°) Les lobbies pharmaceutiques contre la médecine des plantes

 

Alors qu’une enquête de l’institut LH2 révèle que l’affaire du Mediator a entamé la confiance de 66 % des Français envers l’industrie pharmaceutique, un grand nom de la médecine des plantes dénonce la pression des lobbies pour freiner la médecine traditionnelle.

 

 

http://fr.zaman.com.tr/fr/newsDetail_getNewsById.action?newsId=4949

 

 

 

 

Bonne lecture !

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • : Un lieu où pourraient se cotoyer le jour et la nuit, les univers différents de la pensée logique, rationnelle, structurée à partir des informations émanant de toute part, et de la pensée vagabonde, celle qui erre la nuit, mais aussi le jour, dans l'envers des choses, à la recherche de l'impalpable, de la beauté et de la magie. Michèle Théron
  • Contact

  • lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. 
Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...

Auteur - Photographe

Michèle Théron, praticienne de santé naturopathe, femme en chemin, je vous partage sur ce blog des articles, de la poésie, des photos créés par moi, et les citations, articles, vidéos qui nourrissent mon chemin et m'inspirent.

Recherche