Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 janvier 2016 6 09 /01 /janvier /2016 10:06

 

Le film approche les 300 000 entrées... mais continuez à le promouvoir afin que le plus de personnes possibles comprennent que les solutions sont déjà là, ce qui permet de ne pas perdre espoir et de ne pas baisser les bras ou de ne plus accrocher aux discours fatalistes des politiques dont certains ont intérêt à nous garder dans la peur, et dans l'ignorance de ces solutions.

 

Changeons notre regard et notre espoir, pour permettre au futur d'exister.

 

 

MT

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Gaïa
commenter cet article
3 janvier 2016 7 03 /01 /janvier /2016 13:12

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’empathie nait de notre capacité de nous mettre dans la peau de quelqu’un d’autres. Mais comment faire pour le monde animal ? Pas évident de se glisser dans la peau d’une libellule, d’une grenouille ou d’un hibou. C’est pourtant ce que propose de faire « Dans les yeux des animaux », dernière création du collectif artistique anglais Marshmallow Laser Feast.

 

 

 

https://mrmondialisation.org/decouvrir-la-foret-a-travers-les-yeux-dun-animal/

 

 

 

https://vimeo.com/marshmallowlaserfeast/iteota

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Gaïa
commenter cet article
3 janvier 2016 7 03 /01 /janvier /2016 13:12

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’empathie nait de notre capacité de nous mettre dans la peau de quelqu’un d’autres. Mais comment faire pour le monde animal ? Pas évident de se glisser dans la peau d’une libellule, d’une grenouille ou d’un hibou. C’est pourtant ce que propose de faire « Dans les yeux des animaux », dernière création du collectif artistique anglais Marshmallow Laser Feast.

 

 

 

https://mrmondialisation.org/decouvrir-la-foret-a-travers-les-yeux-dun-animal/

 

 

 

https://vimeo.com/marshmallowlaserfeast/iteota

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Gaïa
commenter cet article
23 décembre 2015 3 23 /12 /décembre /2015 22:58
Hommage à Jean-Marie Pelt

Pour saluer le botaniste et écrivain Jean-Marie Pelt, décédé ce 23 décembre 2015, voici une interview réalisée en janvier 2013 par la rédaction de Plantes et Santé. Un témoignage de la vision poétique qu’avait du monde végétal cet humaniste et grand défenseur de l’écologie.

 

http://www.plantes-et-sante.fr/decouvrir/hommage-a-jean-marie-pelt-passeur-de-savoirs

 

http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2015/12/23/le-biologiste-jean-marie-pelt-est-mort_4837098_3382.html

 

http://www.huffingtonpost.fr/2015/12/23/jean-marie-pelt-mort-biologie-ecologie_n_8868426.html

 

http://www.jeanmariepelt.fr/

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Gaïa
commenter cet article
21 juillet 2015 2 21 /07 /juillet /2015 20:31
Laisser mourir de soif un arbre

 

 

Peut-on laisser mourir de soif un arbre ?

Jusqu’où vont la folie et l’irresponsabilité des Hommes ?

Dans le jardin de mon immeuble, trône un cerisier du Japon.

Un de ces êtres de la nature qui offre tout au long des saisons sa présence, sa beauté, ses rythmes, ses fleurs magnifiques et éphémères.

 

Cet arbre a nourri mon cœur, il m’a aidé à vivre, à traverser des épreuves dures, des blessures profondes, il a enchanté mon regard et m’a permis d’être dans la gratitude de la Vie, simplement parce que chaque matin il était là, devant ma fenêtre, comme un cadeau renouvelé.

 

Alors quand je vois que depuis l’été ce jardin n’est pas arrosé, que cet arbre dépérit, que toutes ses feuilles sont grillées, et que j’apprends que c’est « parce qu’il n’y a plus de programmateur d’arrosage »…. je suis triste et en colère.

 

J’ai proposé d’aller l’arroser, « mais je crois que vous ne comprenez pas » me répond le gardien…

Bin si… jusque là, je pense que mes neurones arrivent à suivre... « programmateur », ça veut dire « arrosage programmé » pour un tuyau qui amène de l’eau… mais le tuyau, y’a bien un robinet au bout ? et le robinet un être humain peut le tourner non ?? on peut aussi remplir des sceaux quelque part et les déverser au pied de l’arbre ?

Je me suis excusée d’être trop bête pour comprendre ce si complexe problème qui visiblement échappe aussi à la copropriété, au syndic, et aux habitants de cet immeuble …

 

Qu’est-ce qui, aujourd’hui, empêche des êtres humains de répondre à la nécessité du présent, quand cela se passe juste en bas de chez eux ?

 

Il y a 7 étages à cet immeuble, avec environ 5 appartements par étage. Ce qui fait un sacré potentiel pour résoudre un problème de ce genre et faire en sorte de donner quelque minutes de son précieux temps pour compenser les défaillances provisoires d’un arrosage …

 

Mais plus personne n’est concerné par rien, car tout est géré « à l’extérieur », à l’image de notre société où nous avons remis notre pouvoir à des institutions, des hommes de pouvoir, des organisations, des syndics, et tant d’autres structures que nous payons au prix fort, pour ne plus se soucier de rien et vaquer, légers, à nos occupations égocentrées.

 

Alors voilà comment une vie collective peut se déresponsabiliser, parce que plus rien ne passe par les individus mais par des sociétés de gestion.

 

Aujourd’hui, il y a trois ouvriers qui sont venus « nettoyer » le jardin. Ils ont arraché tout le lierre qui courrait sur la façade d’une maison voisine, retirant ainsi une verdure où les merles venaient si souvent (ah, c’est beaucoup plus propre hein m’a dit une des personnes, comme si la propreté avait quelque chose à voir avec la Nature…), ils ont coupé à la tronçonneuse des branches par-ci par-là (mes dents grinçaient en pensant à ces nouvelles « méthodes » de taille qui abîment tant les végétaux), et surtout, ils ont « aspiré » longuement, avec un aspirateur hyperbruyant et polluant toutes les feuilles du jardin (comme ça la terre pourra encore moins garder l’humidité dont elle a tant besoin) et bien sûr… ils n’ont pas arrosé.

 

Voilà comment nous sommes arrivés à un monde schizophrène, où les problèmes et les solutions sont sur des voies parallèles qui ne se rejoignent plus.

 

Un soir qu’il pleuvait, j’ai pleuré de bonheur pour mon cerisier, même si cette pluie de courte durée n’était pour lui qu’un simple apéritif.

 

Et je prie chaque jour, pour que la pluie le secourt, pour que la force de la Terre le soutienne et le garde en vie, pour qu’il dure sans souffrance fatale jusqu’à la fin de l’été où enfin il profitera d’un peu de fraîcheur.

Et je prie pour le revoir fleurir le printemps prochain. Car s'il meurt... je ne veux même pas y penser...

 

Quand comprendrons-nous que la nature nous soutient? Que si un arbre meurt, je meurs aussi un peu?  

 

Nous sommes les gardiens de la Terre… et la Terre est parfois juste en bas de chez nous.

Pas la peine de penser à des horizons lointains, à des contrées inaccessibles. C’est là, à côté de chez nous, que chaque jour nous pouvons changer notre regard et avoir envie de prendre soin.

 

Car chaque fois que naît cet élan de prendre soin, nous faisons un pas vers la douceur, un pas vers le cœur, un pas vers des retrouvailles avec nous-mêmes et avec cette Terre qui nous porte si généreusement.

 

MT

 

Laisser mourir de soif un arbre
Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Gaïa
commenter cet article
19 juillet 2015 7 19 /07 /juillet /2015 13:19
Nahimana * ~ Peinture d'Holly Sierra

Nahimana * ~ Peinture d'Holly Sierra

 

Dites-moi qui je suis si je ne suis pas la Terre. Si mon corps n’est pas territoire. Si le territoire n’est pas mon corps. Dites-moi qui je suis si je n’ai pas la Terre. Si mon corps n’est pas l’instrument du territoire. Si le territoire n’a pas d’accords. Dites-moi qui je suis si je suis pas le poème de la Terre. Si mon corps n’a pas de mots. Si le territoire a dû être forcé de se taire.

 

Dites-moi qui je suis si je n’ai pas la voix de la Terre. Si mon corps n’émet plus aucun bruit. Si le territoire ne peut plus chanter. Dites-moi qui je suis si je ne suis pas le chant de la Terre. Si mon corps n’a aucune vibration. Si le territoire n’émet plus aucun son. Autre celui des machines et des barrages et des mines et du pétrole qui coule sur mon corps.

 

«Kashikat, je sais que mon corps est la Terre de mes enfants à venir.» Joséphine Bacon

 

Natasha Kanapé Fontaine

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Gaïa
commenter cet article
18 juillet 2015 6 18 /07 /juillet /2015 12:57

 

 

Blessed we are to dance on this ground

with the rhythm of saints to carry the sound

We hold a prayer for the Earth for the ones yet to come,

May you walk in beauty and remember your song.

Remember why you came here

Remember your life is sacred.

Remember why you came here

Remember all life is sacred.

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Gaïa
commenter cet article
23 mars 2015 1 23 /03 /mars /2015 23:18
Macrocosme et géométrie sacrée

 

 

Traditionnellement, le pentagramme représente symboliquement le microcosme, l'Homme (et ses cinq extrémités : quatre membres plus une tête), tandis que l'hexagramme ou sceau de Salomon représente symboliquement le macrocosme, le Monde.

 

En effet, les deux triangles sont supposés désigner l'un la Matière qui monte vers l'Esprit, l'autre l'Esprit qui descend vers la Matière, donc les deux substances de l'Univers (Esprit et Matière) se complétant grâce à deux forces (l'une qui fait descendre, l'autre qui fait monter).

 

Omraam Mikhaël Aïvanhov, lui aussi, identifie hexagramme et macrocosme, et il développe les correspondances.

 

Les six pointes représentent successivement, en allant du sommet vers la droite, les six couleurs : bleu (en haut), vert, jaune, orange (en bas), rouge, violet ; six signes zodiacaux : Sagittaire (en haut), Scorpion, Lion, Cancer (en bas), Bélier, Poissons : "Le triangle du feu contient les trois couleurs : rouge, jaune et bleu. Rouge correspond au Bélier, jaune doré au Lion et le bleu au Sagittaire… Le triangle de l'eau correspond au Cancer, au Scorpion et aux Poissons. Le vert correspond au Cancer, l'orange au Scorpion et le violet aux Poissons…

 

Le triangle de l'eau est celui de la femme, c'est-à-dire du cœur, du côté féminin, passif, de l'amour. Le triangle du feu est celui de l'homme, du principe actif, de la sagesse.

 

Nous devons donc naître de ces deux principes - amour et sagesse - pour pouvoir vivre et entrer dans le royaume de Dieu.

 

Ces deux principes amour et sagesse produisent la vérité… "

 

 

 

Mikhaël Omraam Aïvanhov, Amour, Sagesse, Vérité, Éditions Izgrev

 

 

Source : Wikipédia

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Gaïa
commenter cet article
6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 13:18

 

Invitation à l'humilité....

 

MT

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Gaïa
commenter cet article
4 janvier 2015 7 04 /01 /janvier /2015 12:42

 

"Nous sommes tous des graines et bien que nous puissions être enterrés un temps, au moment opportun nous germerons et sortirons au grand jour tout notre potentiel".


Nous sommes des graines, nous devons donc prendre soin du sol, de la terre, et être une mère pour elle...


Nous devons retrouver la joie de faire pousser de la nourriture, de manger de la nourriture...


Nous sommes invités à recréer la réalité de nos vies, à semer...


Voici les voeux de Vandana Shiva.


 

MT

 

 

 

 

Sous-titrage français par Le Partage :

https://www.youtube.com/channel/UCjI5ayHwe-O3l42vwrJrMnw

 

 

http://www.navdanya.org/
http://seedfreedom.info/

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Gaïa
commenter cet article
31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 14:37

 

 

 

Entre 1938 et 1939 Sir Nicholas Winton a organisé une vaste opération pour sauver les vies de 669 enfants juifs tchéquoslovaques, en les faisant échapper des camps de la mort Nazis pour les cacher en Angleterre.

 

En 1988, la femme de Winton a retrouvé le carnet sur lequel, en 1939, il avait inscrit la liste complète des noms et des photographies des enfants.

 

Dans cette vidéo on lui fait la surprise de revoir certaines personnes qu’il a sauvées 50 ans auparavant.

 

De voir ces personnes qui ont pu continuer à vivre, à suivre leur chemin, grâce à l’intention et au geste d’un seul homme, je m’interroge.

 

Dans notre monde tourmenté, où la responsabilité, la prise de risque, l’élan du cœur sont parfois absents, où la violence, la guerre, la maltraitance sont encore bien trop fréquentes, y aura-t-il dans le futur des enfants qui devront leur vie à des adultes d’aujourd’hui ? Serons-nous assez nombreux pour mettre nos pensées en action et faire que la vie continue pour le meilleur ?

 

 

MT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Gaïa
commenter cet article
23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 14:37

 

 

un_petit_secret_wilkins_1_900x720.jpg

Illustration Sophie Wilkins

 

 

 

  

 

On ne se connaît pas, on ne s’est jamais vu, je sais que tu es très occupé et que tu as énormément de choses à faire, mais j’aimerais que tu m’accordes quelques instants, j’ai des choses à te raconter.

 

Voilà, on m’a enlevé à ma maman et à mon papa que l’on a tué peu de temps après ma naissance.

Des psychologues m’ont enfermé dans « un puits du désespoir »; un haut et étroit cylindre de métal dans lequel ils m’ont laissé pendant 45 jours, je suis resté pris là, recroquevillé, les bras autour de mon petit corps. Les psychologues voulaient en arriver à certaines conclusions sur l’impuissance et le désespoir qui caractérisent la dépression humaine.

 

Puis on m’a enfermé dans une boîte avec une fausse maman en métal et en tissu (mère de substitution) que je prenais quand même dans mes bras, pour me sentir moins seul. Mais de temps en temps, sans prévenir, ma fausse maman me lançait des piquants électriques (électrochocs). Alors, je m’éloignais en pleurant pour me protéger. Et j’attendais dans mon coin que les pics disparaissent avant de revenir me blottir dans ses bras. Les psychologues voulaient tirer des conclusions sur le comportement d’un enfant en situation de rejet maternel.

 

Bien sûr, je sais que plein de gens sur la Terre vivent de grandes souffrances, par exemple, des enfants sont séparés de leur maman, des femmes sont battues, des grands-parents sont abandonnés, des enfants sont victimes de la guerre! Et ce que je veux te dire n’enlève rien à leur terrible souffrance mais ça me fait du bien de te parler de moi.

On m’a fait aussi courir longtemps dans une roue, pareille à celle des petits hamsters. Tu sais, je devais apprendre à courir à une certaine vitesse et pas moins ou plus vite. Si jamais je ne courais pas à la vitesse voulue, on me renvoyait des piquants électriques.

 

En plus, on m’a fait avaler de force des produits toxiques. On m’a envoyé de fortes doses de rayonnement radioactif, j’ai eu très mal au cœur et j’ai fini par vomir. Alors, j’ai arrêté de courir et on me renvoyait des électrochocs encore plus forts. Malgré la douleur, je fus contraint de recommencer à courir dans mon vomi, tant et aussi longtemps que j’ai pu. Tout ça pour que les chercheurs puissent tirer des conclusions sur les effets des radiations sur la capacité au travail.

 

On m’a aussi coincé une boîte de métal sur la tête, on a frappé dessus à coup de marteau pour me causer des traumatismes crâniens et examiner l’état de mes réflexes. Les chercheurs voulaient ainsi savoir dans quel état seraient les réflexes humains après avoir subi un traumatisme crânien.

Savais-tu que chaque année plus de 10 000 membres de notre famille sont ainsi massacrés inutilement et avec cruauté, et tout cela dans l’indifférence la plus totale.

 

Voilà, je voulais juste te le dire pour que tu saches pour que ces martyres puissent cesser un jour un peu grâce à toi.

 

Tu sais, ça m’a fait du bien de te raconter mon histoire, la misère de tant d’autres petits singes. Je pourrais continuer à te raconter les tortures qui nous sont infligées, la liste est longue. Heureusement que certains d’entre nous ont la chance de vivre en paix dans la Nature, avec leur maman, leur papa et leurs frères et sœurs …il paraît que c’est très beau la Nature, je suis si content pour eux.

De toute façon je garde quand même un bon moral pour l’avenir, parce qu’il paraît que des humains comme toi se battent pour tenter de nous délivrer et qu’ainsi un certain nombre d’entre nous retrouve une maman et une famille, je suis si content de savoir cela. Si seulement tu pouvais venir me chercher mais, je sais bien que cela n’arrivera peut-être jamais. Si tu savais combien de fois j’en ai rêvé.

 

Ces mots sont au creux de tes mains, au creux de ton cœur et il n’y a pas de place meilleure pour ma petite âme, moi petit singe de laboratoire qui rêve encore de pouvoir un jour contempler la Nature.

 

Merci de m’avoir lu jusqu’au bout. Si tu aimes les petits singes comme moi et tous les autres animaux, s’il te plaît, raconte mon histoire à tes proches, raconte-leur combien je suis si seul et perdu…

 

 

Joachim Younès

http://joachimyounes.blogspot.fr/

 

 

 


Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Gaïa
commenter cet article
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 20:00

adrien.jpg

Photo Adrien Boutry © 

 

 

 

Les yeux demeurent clos sous les rayons ardents du soleil, les larmes s'échappent et caressent la peau jusqu'à toucher terre, les mains se tendent encore une fois pour effleurer l'herbe verdoyante, l'amour répand son doux parfum en chaque parcelle de l'esprit et du corps, les mots se mélangent dans un tourbillon où plus rien n'est saisissable, la lumière s'infiltre profondément en toute matière, les couleurs s'intensifient et se confondent, la paix s'installe, et l'être tout entier se reconnecte à son unique et ultime essentielle, la Nature.

 

En voici l'enseignement: dès lors que nous sommes en accord complet avec ce que nous avons choisi de vivre, tout est voie d'apaisement et d'équilibre.

 

Adrien

 

 

 

 

 

 

Je vous invite à visiter ce blog « l’Invisible de passage » : vous serez accompagnés, à travers les mots, à retrouver votre connexion avec la nature, connexion subtile et puissante qui réenchante la vie et permet de recevoir de profonds enseignements.  

 

http://ecrits-de-conscience.blogspot.fr/2012/12/linvisible-de-passage-au-beau-milieu-de.html

 

http://ecrits-de-conscience.blogspot.fr/2012/12/quelques-pensees-partagees-depuislautre.html

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Gaïa
commenter cet article
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 11:38

 

 

 

Sur mes cahiers d’écolier

Sur mon pupitre et les arbres

Sur le sable de neige

J’écris ton nom

(…)

Sur mon chien gourmand et tendre

Sur ses oreilles dressées

Sur sa patte maladroite

J’écris ton nom

(…)

Et par le pouvoir d’un mot

Je recommence ma vie

Je suis né pour te connaître

Pour te nommer

 

Liberté

 

Paul Eluard, Poésies et vérités, 1942

 

 

 

La liberté.

Beaucoup en parlent.

Les dissertations ne manquent pas autour de ce mot qui résonne en chacun.

Il résonne, oui.

Mais il peine à s’incarner.

Beaucoup d’humains de par le monde ne connaissent pas vraiment la liberté.

Physique, pour commencer.

Sachant que la liberté, une fois obtenue physiquement, doit se conquérir à l’intérieur de soi.

 

Mais commençons déjà par la liberté de corps, dont tant d’hommes, de femmes, d’enfants sont privés.

Et souvent notre conception de la liberté s’arrête là, à notre espèce.

 

Quid de cette liberté chérie pour les dauphins dans les delphinariums, pour les animaux dans les zoos, pour les éléphants enchaînés, pour les taureaux dans l’arène, pour les oiseaux en cage, pour les animaux dressés dans les cirques ?

 

Là, notre mental vacille…, pour certains, la joie éprouvée par leur présence ou leur spectacle compense l’affront fait à leur liberté.

 

Mais il existe un niveau encore plus sournois, plus caché à notre conscience, il concerne l’utilisation des animaux dans les laboratoires.

 

Cette maltraitance nous semble loin de nous, et pourtant nous en sommes complices par nos achats, par la confiance que nous accordons aux médicaments « testés et approuvés », par le shampoing, la crème, le parfum, que nous retirons des étagères des supermarchés, et par tout un tas d’autres petits actes, dont nous n’avons mêmes pas conscience (et pas connaissance de surcroit) qu’ils ont quelque chose à voir avec l’expérimentation animale.

 

Pourtant cette maltraitance est terrible.

 

Vous avez peut-être vu des photos, des vidéos, avec des animaux dans de piteux états, sous électrodes, dépecés, intoxiqués par des produits improbables…

 

Intolérable.

 

Ce n’est pas le genre de chose que j’ai envie de montrer pour dénoncer cela.

Je préfère vous montrer la libération de chiens de laboratoire, qui goûtent à la liberté pour la première fois. 

Cela m’a émue aux larmes et peut de la même façon, voire mieux, éveiller notre sensibilité à ce problème grave dans notre société.

 

Nous ne pouvons plus continuer à réclamer des choses, des valeurs, des besoins, des avantages, de l’amour pour nous-mêmes, en laissant le reste de la planète, autres humains, animaux, forêts, etc. dans un état de maltraitance, d’abandon et de négligence.

 

Il devient nécessaire d’ouvrir des pans entier de notre cerveau, où nous n’avons pas laissé entrer la lumière et la cohérence.

 

Un monde nouveau attend de naître dans la liberté d’être.

 

Il attend après nous.

 

 

MT

 

 

 

 

 

Pourquoi aucune espèce animale n'est un modèle biologique de l'homme ? Comment faire de la recherche biomédicale et toxicologique fiable et pertinente pour l'homme ? Des réponses sur le site d'Antidote Europe, une association à but non lucratif créée par des chercheurs issus du CNRS et qui participe activement à l'initiative citoyenne européenne Stop Vivisection pour la sauvegarde de la santé humaine.

http://antidote-europe.org/

Antidote Europe

 25 rue Jacques Callot

 66000 Perpignan

Tél : 33(0)4 68 80 53 32

 

  

  

En entier pour le plaisir, le magnifique poème de Paul Eluard : Liberté

 http://lejour-et-lanuit.over-blog.com/article-liberte-paul-eluard-123708790.html

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Gaïa
commenter cet article
21 mai 2014 3 21 /05 /mai /2014 14:04

 

 

30748_358816170868226_450239042_n.jpg

 

 

Le prix Nobel de la paix, le Sud-Africain Mgr Desmond Tutu, a un jour déclaré :

 

« Quand les missionnaires sont venus en Afrique, ils avaient la Bible et nous, le territoire. Ils ont dit « Prions » et nous avons fermé les yeux.

Lorsque nous les avons rouverts, nous avions la Bible et eux, le territoire ».

 

 

Cité par T8aminik Rankin dans : On nous appelait les Sauvages, co-écrit avec Marie-Josée Tardif aux Editions Le jour

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Gaïa
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • : Un lieu où pourraient se cotoyer le jour et la nuit, les univers différents de la pensée logique, rationnelle, structurée à partir des informations émanant de toute part, et de la pensée vagabonde, celle qui erre la nuit, mais aussi le jour, dans l'envers des choses, à la recherche de l'impalpable, de la beauté et de la magie. Michèle Théron
  • Contact

  • lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. 
Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...

Auteur - Photographe

Michèle Théron, praticienne de santé naturopathe, femme en chemin, je vous partage sur ce blog des articles, de la poésie, des photos créés par moi, et les citations, articles, vidéos qui nourrissent mon chemin et m'inspirent.

Recherche