Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mars 2018 6 10 /03 /mars /2018 00:21
Le rire est le langage des anges - Henri Gougaud
 
 
Le rire est le langage des anges, il est ce qui sauve la vie quand les mots ne peuvent plus rien. Il est peut-être bien la chanson préférée de Dieu.
 
 
Henri Gougaud
 
 
 
 
 
Repost0
8 mars 2018 4 08 /03 /mars /2018 21:55
La puissance de la femme - Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

 

La puissance de la femme est dans le magnétisme qu’elle possède sous forme de particules subtiles qui s’échappent d’elle. Si certains hommes voient dans la femme une sorcière, une magicienne ou une fée, c’est à cause de ce magnétisme que lui a donné la nature. Grâce à leurs émanations, les femmes sont capables de former des corps de nature éthérique. Le germe d’une réalisation sublime, comme le Royaume de Dieu sur la Terre, toutes les femmes ensemble peuvent, grâce à leurs émanations, commencer à le construire. Si de plus en plus de femmes dans le monde deviennent conscientes de leurs possibilités et si, soutenues par les hommes, elles se mettent au travail, grâce à leurs émanations subtiles, elles contribueront à la formation d’un nouveau corps collectif : le Royaume de Dieu et sa Justice.

 

 

 

Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

 

 

 

 

 

Repost0
8 mars 2018 4 08 /03 /mars /2018 12:21
L'offense des femmes grosses - Tess Holliday

 

Les gens se sentent offensés par l'idée que les femmes grosses et qui portent des grandes tailles méritent de faire partie de ce monde, méritent d'être heureuses. On nous dit que nous ne pouvons pas nous sentir sexy, que nous ne pourrons pas rencontrer des gens qui nous aiment et qu'on ne peut pas porter certaines choses à moins d'avoir une certaine apparence. La société a tellement peur et c'est comme si ça offensait les gens que quelqu'un de ma corpulence vive sa vie et porte des vêtements qu'elle ne devrait pas porter.

 


Tess Holliday, mannequin

 

 

 

 

 

 

 

Repost0
7 mars 2018 3 07 /03 /mars /2018 22:39

 

 

 

Le chemin de l'Amour n'est pas d'être plus aimant mais plus vrai. C'est la Vérité qui révèle l'Amour.

 

Tilicho

 

 

 

 

Repost0
7 mars 2018 3 07 /03 /mars /2018 10:57
La pierre Aziliz - Stéphane Boistard

 

 

J’ai rencontré Aziliz lors de mon stage en Bretagne. J’ai eu la chance d’avoir partagé un merveilleux moment de partage avec un groupe sur ces terres bretonnes du Finistère.

Au moment de partir, Aziliz m’accompagnait au train de Morlaix, avec Delphine, sa mère. Elle me dit : « tu vois, je sais ce que c’est que de nomadiser. Etre nomade. »

Je ne lui ai pas demandé comment elle connaissait cela. En fait, je n’en ai pas eu le temps. Car elle continua : « j’ai un cadeau pour toi ».

Elle tendit la main fermée, doigts recroquevillés sur un cadeau que je ne pouvais pas distinguer. Je tendis ma main sous la sienne et elle y lacha une pierre. Une pierre qui est devenue précieuse.

Une pierre n’est pas précieuse. Elle le devient. Cette pierre me suit. Je ne connais pas son nom. Elle est brune, couleur de terre. C’est pour moi une pierre bretonne, magique. Quand je la pose dans un endroit où je dors, elle fait de cet endroit un espace connu. Familier. Et progressivement, cette pierre m’apprend que je suis chez moi partout. Que le seul lieu que je puisse habiter, c’est ce corps. C’est ce cœur. C’est cet espace d’où émergent les pensées.

Et finalement, voyageant pour partager sur la nature, je pensais rencontrer majoritairement des personnes sédentaires. Je m’étais trompé. Je rencontre principalement des personnes nomades. Au cœur nomade.

Dans un monde en transition, en changement, je rencontre ce changement dans chaque regard, dans chaque battement de cœur. Et je sens en moi monter la gratitude et la joie. Je ne peux que constater que malgré les différences, les apparences, nous sommes tous nomades. Nomades sur cette terre. Pour un temps donné. Nomades habitant pour un temps ce corps, ce cœur et ces pensées.

Je fais le souhait que nous puissions, à notre rythme, découvrir cette pierre précieuse. Ce petit aspect magique qui nous enseigne que, finalement, nous n’avons pas à avoir peur. Que nous pouvons partager, savourer, aimer. Nous pouvons revenir à ce petit bout de terre qu’est notre corps. A ce petit tambour qu’est notre cœur. Et dans l’espace où nait la pensée, poser un regard doux et bienveillant. « N’aie pas peur, semble dire la pierre. Ecoute ton corps. Ecoute ton cœur. Le monde chante en toi. Ecoute. Il chante pour toi. Il chante à travers toi. Pour que tes actes, tes paroles et tes pensées soient le reflet de ce magnifique chant. C’est ton chant de vie. Ton chant du monde. N’aie pas peur, tu peux laisser rayonner. Ce qui rayonne, dans le champs de ton corps, de ton cœur et de tes pensées, c’est la lumière du monde.

 

Stéphan Boistard

 

 

 

 

 

Repost0
6 mars 2018 2 06 /03 /mars /2018 22:02

 

Illustration Joel Lorand

 

 

Il n'y a pas de monstre à l'intérieur de toi.

Tombe amoureux de l'obscurité.
Avec la pisse et la merde de la vie.

Les ombres, les parties cachées.
Les morceaux qu'on cache par honte.

Tombe amoureux de l'innocence.
Nos peurs d'enfance du noir.
D'être exposé. De nous montrer,
Être vu, entrer dans la lumière.

Les doutes, les douleurs secrètes,
Nos étranges fantasmes, nos sentiments

dont nous ne savons pas quoi faire.
Les terreurs de la nuit.
La rage qui bouillonne juste sous la surface.
La peur que nous ne soyons pas adorables.

Les sentiments et les pensées que nous cachons
Pour maintenir l'image de "moi"
Être bon, être gentil, être spirituel.
Être "celui qui peut tout tenir ensemble"

Tombe amoureux de cette humanité secrète.
Sache que l'obscurité n'est pas l'obscurité,
Seulement des fragments effrayés
Qui ont envie d'entrer dans la lumière,
Des êtres qui veulent l'amour, et l'attention,
Et le souffle, et l'inclusion

Dans une image plus large du Soi.

Ne cherche pas la lumière, mon ami.
Sois juste la lumière. Sois ce que tu es.
La lumière de la vie.
Et aies le courage de briller pleinement
Sur les lieux douloureux, les tendres places.

Eclaire. Irradie.
Mets en sécurité les petits monstres
Pour qu'ils sortent de la clandestinité.
Qu'ils sachent qu'ils sont beaux.
Et dignes.
Et pas des monstres du tout.

 

 

- Jeff Foster

 

 

 

Repost0
6 mars 2018 2 06 /03 /mars /2018 01:11
Marie Uguay

 

 

Une comète de 26 ans passée sur terre pour exprimer sa poésie...

 

Belle richesse des mots, intelligence de l'expression, fraîcheur de la jeunesse, maturité de la pensée...

 

"Je n'ai qu'une pensée, je n'ai qu'une sensation, c'est la peur de la mort et elle annule en moi toute parole, c'est un silence qui est immense, c'est juste le raisonnement qui tranquillement me ramène au monde ..."

 

 

 

 

 

 

 

Repost0
5 mars 2018 1 05 /03 /mars /2018 20:51

 

 

 

Nous devons ressentir et nous aurons mal, si l'on est vrai et qu'on a un cœur vivant. Ce sera douloureux de voir ce qui se présente (comme la souffrance dans le monde), mais derrière tout cela, il y a un Savoir plus grand et il n'est pas spéculatif, il n'est pas imaginé. Il a du pouvoir, un pouvoir qui peut transcender les effets de n'importe quel rêve et de n'importe quel cauchemar. C'est le pouvoir du Réel. Je ne peux pas expliquer cela ; je peux seulement vous inviter à y pénétrer. Vous ne pouvez pas garder les yeux fixés sur les choses de ce monde, sinon vous serez profondément distraits. Le réflexe du sage, quand les choses deviennent brûlantes et douloureuses, c'est de tourner son attention vers l'intérieur, vers le Cœur. Ce n'est pas pour s'enfuir. Ce n'est pas pour s'échapper, mais pour être au seul endroit qui EST. Si vous ne regardez qu'au travers des yeux et des sens physiques, vos jugements ne seront pas vrais. Si vous ne regardez qu'à partir de votre conditionnement culturel, votre évaluation ne sera pas vraie. Donc, à l'heure actuelle, je vois toujours que nos douleurs, nos luttes, nos défis sont de puissants outils et des opportunités pour trouver ce qui est Réel. Ne croyez pas que vous êtes nés à la mauvaise époque. Vous êtes nés à la bonne époque pour ce que vous avez besoin de transcender. Vous êtes nés dans le bon corps pour ce que la Conscience a choisi : être dans cette forme, faire l'expérience de ces choses afin de s'éveiller. Et nous ne sommes pas abandonnés. C'est nous qui "abandonnons" notre propre Cœur, notre propre Soi. Nous ne l'avons pas fait délibérément. Cela fait partie du plan, ou disons, du jeu ou du rêve. Et c'est pourquoi dans certaines cultures, on appelle cela le Rêve de Dieu, le Jeu de Dieu.

 

 

~ Sri Mooji

 

 

 

Repost0
2 mars 2018 5 02 /03 /mars /2018 23:10

 

Illustration Colette Calascione

 

 

À mes yeux de poète, la femme est une source perpétuelle d'émerveillement. Telle une oasis, chaque jour elle m'invite à venir me poser près d'elle, à stopper ma course folle pour simplement respirer son odeur, écouter la musique silencieuse de son cœur battant. Sans faire un geste elle me désarme et me ramène dans cet instant délicieux... tissé de vagues.

 

À mes yeux de poète, la femme-oasis est une bénédiction semée sur la route de l'homme-voyageur. Elle représente la source de vie offerte à celui qui s'avance vers elle avec suffisamment de présence, d'amour. Car il faut avoir le cœur ouvert pour boire de son eau, et avoir les mains nues pour vraiment sentir le grain de sa peau...

 

Avec mes yeux de poète je vois tant d'oasis désertées, tant d'oasis protégées par de si hautes palissades... Avec mes yeux de poète je vois tous ces voyageurs assoiffés et pressés qui ne savent plus comment s'y arrêter ou qui n'arrivent plus à voir au-delà des palissades.

 

~

 

Avec mes mots d'homme ordinaire j'aimerais vous dire que la femme a plus que jamais besoin d'être adorée, cajolée, pénétrée avec amour et dévotion. Et que cela - depuis toujours - ne peut se faire en 10 minutes, en courant, en ayant une idée derrière la tête. Vous aurez beau frapper à sa porte en utilisant la ruse ou entrer de force en elle, cela ne fera que vous séparer encore plus de la femme-oasis.

 

Au contraire, je vous invite à prendre le temps, à la regarder avec amour, à la toucher avec toute votre présence. Je vous invite à aller au-delà de ses barricades, à pénétrer lentement et profondément en elle, à y rester ensemble, hors du temps. C'est là où elle attend - depuis si longtemps - ce poète-voyageur qui pour elle, se sera fait pleinement homme.

 

 

~Jean-Philippe Ruette
audeladesecrans.com

 

 

 

Repost0
2 mars 2018 5 02 /03 /mars /2018 22:13
La vie recommence sans cesse - Patrick Chemin

 

 

1)

Voilà, dès à présent, nos folies sont disjointes. Je vois au loin, à l’avant des nuages, l’accomplissement d’une prophétie ancienne, qui concernait la séparation et la crainte de celle-ci.

2)

Le chemin qu’il me reste est fait de rigueur et d’amitié. Mais surtout de vérité dans le lien. Les âmes tordues s’accrochent aux arbres. Ce qu’il restait du roi végétal meurt de sècheresse. A l’arrière de l’appartenance.

3)

Le sexe est un oiseau. Uccello. Certaines femmes vous font penser que le ciel est clos. Certains hommes ne comprennent pas la puissance de l’âme qui sourd de deux corps entremêlés. Sourds, oui, nous le sommes et muets devant l'amour et sa beauté.

4)

Le désir est-il minéral ou végétal ? La pierre pressent le diamant dans la transparence des corps. L’arbre vit, chaque jour, mille vies dans l’autonomie de la lumière. Mon amour est minéral et fragile pourtant. Mon amour est végétal et il vit à l’intérieur d’une croix. La passion.

5)

La vie recommence sans cesse. C’est nous qui sommes distraits par l’immobilité et la contrainte. Tu ne vas pas mourir dans deux heures ou alors vis ces deux heures mille fois.

 

 

© Patrick Chemin
Le 24 février 2018

 

 

 

Repost0
1 mars 2018 4 01 /03 /mars /2018 13:31

 

 

A quoi voulons-nous croire?

Comment pouvons-nous remettre de la magie dans nos vies?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost0
28 février 2018 3 28 /02 /février /2018 19:00

 

Illustration James R. Eads

 

 

L’amour était cette conversation entre un cœur qui attend et une blessure qui consent. Dans le verger, la parole circulait. Nul amoindrissement. A chaque fois que de nouveaux mots jaillissaient d’une bouche, l’espace s’en trouvait bonifié.

C’était dans le temps lointain de la genèse. Les deux rôles étaient définis et le corps, un secret précieux. Deux partitions, une pour chacun des amoureux. Où sont ces jours ? Je regrette le jardin perdu. La cécité du désir des hommes fait qu’ils sont, auprès des sources, de coupables mendiants.

 

© Patrick Chemin
Le 20 février 2018

 

 

Repost0
25 février 2018 7 25 /02 /février /2018 23:14
La souffrance est intelligente - Jeff Foster

 

En avez-vous assez de votre constante guerre psychologique avec la vie ? Etes-vous las de faire semblant d’être quelque chose que vous n’êtes pas ? Epuisé par votre lutte pour échapper au moment présent ?
Fatigué de courir après des états modifiés et des expériences toujours meilleures ?
Usé à force d’essayer d’être "spirituel", "parfait", "illuminé", "heureux", "bon" ou "juste" tout le temps ?
Epuisé par vos efforts pour faire vos preuves dans le monde ?
Fatigué d’être une "personne", en somme ?

Déprimé ? Confus ? Désillusionné ? Au désespoir ? Le cœur brisé ? Suicidaire ? Désespérément désireux d’être libre du fardeau de “moi et l’histoire de ma vie” ? Fatigué de toutes les questions ?

Fantastique !

Votre lutte n’est pas un ennemi, une faute ou une punition cosmique – c’est un guidage profondément intelligent, un réveil créatif, un panneau cosmique mal compris qui tente de vous indiquer la profonde vérité non-duelle de qui vous êtes vraiment au-delà de votre mythe de vous-même – déjà libre, radicalement vivant, et au-delà de toute lutte.

Vous êtes maintenant prêt à découvrir quelque chose qui va au-delà de la recherche, des efforts et de la réussite dans le monde, quelque chose qui va au-delà de votre identification à un "moi" séparé.

Vous êtes venu au bon endroit, ami.
Votre imperfection est bienvenue ici.
Vos doutes sont profondément chéris. Même votre douleur est aimable.
A présent, découvrons ensemble, derrière tout le désordre et la déception de cette existence humaine douce-amère, votre atemporelle perfection, votre droit de naissance cosmique, votre Maison : ce moment sacré, qui ne se reproduira jamais.

Tout ce que vous croyez être un problème chez vous va absolument bien du point de vue de l’univers. Tout ce qui se produit dans votre vie – y compris la souffrance et la recherche sans fin – est votre invitation singulière à vous réveiller du rêve de demain, et à embrasser profondément ce qui est ici aujourd’hui.

Il n’y a pas d’erreurs quand même les erreurs sont chéries.

 

 

JEFF

 

 

 

 

Repost0
25 février 2018 7 25 /02 /février /2018 19:50
Les âmes aimantes - François Cheng

 

Les âmes perdues seront étoiles filantes.
Les âmes aimantes, elles, seront étoiles aimantes et aimantées; elles formeront constellations.

 

François Cheng

 

 

Repost0
21 février 2018 3 21 /02 /février /2018 20:32

 

 

Une observation capitale d'Isabelle Padovani, à propos de nos parts qui jugent, dans le contexte d'un chemin d'évolution. 

 

Nous utilisons nos "outils de libération" en valeur absolue, alors que nous sommes, en tant qu'humain, une valeur relative.

 

J'aime aussi entendre dans son discours, une confirmation que "dans les milieux spirituels, c'est là où il y a la plus grande violence". Les aspirations y sont en effet très hautes, et plus l'écart est grand entre la conscience et les moyens pour parvenir à ces aspirations, plus cela va générer de la violence, à l'encontre de soi-même... mais aussi, ce qu'elle ne dit pas, à l'encontre des autres. Car souvent ce que l'on n'arrive pas à exiger de soi-même, on va l'exiger d'autrui, on va projeter ce niveau d'exigence à l'extérieur. En pointant ainsi les limites des autres, on devient "celui qui sait", celui qui montre, dit, pointe les failles d'autrui, ce qui nous donnent l'illusion d'un pouvoir sur ce qu'en fait, on ne maîtrise pas. La violence est en effet double, parce que l'on reste dans le déni de là où l'on en est, et parce qu'on préfère se sécuriser en jugeant les limites d'autrui.
 

Une petite phrase-mantra, pour vérifier que l'on ne s'inflige pas une nouvelle torture, avec les outils sensés nous libérer :

 

"Est-ce que mon chemin a le goût de la destination? (...) est-ce que mon chemin a un goût de de paix, de détente, et d'amour? ". I. P.

 

 

MT

 

 

 

 

 

 

Repost0

Présentation

  • : Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • : Un lieu où pourraient se cotoyer le jour et la nuit, les univers différents de la pensée logique, rationnelle, structurée à partir des informations émanant de toute part, et de la pensée vagabonde, celle qui erre la nuit, mais aussi le jour, dans l'envers des choses, à la recherche de l'impalpable, de la beauté et de la magie. Michèle Théron
  • Contact

  • lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. 
Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...

Auteur - Photographe

Michèle Théron, praticienne de santé naturopathe, femme en chemin, je vous partage sur ce blog des articles, de la poésie, des photos créés par moi, et les citations, articles, vidéos qui nourrissent mon chemin et m'inspirent.

Recherche