Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 août 2016 7 07 /08 /août /2016 21:05

 

 

Marianne Ihlen est morte d'un cancer en juillet.

L'auteur-compositeur lui a fait ses adieux dans une lettre, disant qu'il la rejoindra bientôt.

 

 

 

 

«Nous sommes arrivés au point où nous sommes si vieux, nos corps tombent en lambeaux, et je pense que je te rejoindrai bientôt. Sache que je suis si près derrière toi, que si tu tends la main tu peux atteindre la mienne. 

Et tu sais que j’ai toujours aimé ta beauté et ta sagesse et je n’ai pas besoin d’en dire plus parce que tu sais tout cela.

Je veux seulement te souhaiter un très beau voyage.

Au revoir ma vieille amie.

Mon amour éternel.

Rendez-vous au bout du chemin.» L.C.

 

 

 

 

 

L'amour n'a pas de frontière, il est hors du temps, inscrit dans les corps et hors des corps. Il voyage et accompagne ceux qui se sont aimés vraiment, c'est à dire lorsqu'ils se sont rencontrés vraiment, dans un espace du coeur partagé, dans la reconnaissance profonde de ce qui s'est ouvert pour eux à un moment donné, et quand tous deux peuvent honorer le voyage qu'ils ont fait ensembles...

C'est beau de pouvoir faire cela au-delà du temps terrestre, au-delà des histoires humaines qui s'achèvent. Et c'est précieux d'avoir au moins un amour dans sa vie où cette dimension là peut vibrer, au-delà de toute compréhension et de nos vouloirs, simplement parce que cela Est.

 

MT

 

 

 

 

 

 

 

.

 

So long Marianne - Leonard Cohen

 

 

 

 

.

So long Marianne - Leonard Cohen

 

 

 

 

.

So long Marianne - Leonard Cohen

 

 

 

 

.

So long Marianne - Leonard Cohen
Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 19:18

 

 

Quelle merveilleuse initiative que de redonner de la dignité, ne serait-ce que physique, à ces personnes.

 

Inspirant !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

Michèle Théron

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
4 août 2016 4 04 /08 /août /2016 20:58
Vivre votre existence que selon vos propres normes - Louise Hay

 

A mon avis, l’amour inconditionnel est l’objectif que nous nous sommes fixé en venant ici.

 

Il commence par l’acceptation et l’amour de soi.

 

Vous n’êtes pas venu pour faire plaisir aux autres ni pour vivre selon leurs normes. Vous ne pouvez vivre votre existence que selon vos propres normes et marcher sur votre propre chemin. Vous êtes ici pour vous épanouir et exprimer l’amour au niveau le plus profond qui soit. Vous êtes ici pour apprendre, pour grandir, pour recevoir et émettre compassion et compréhension.

 

Quand vous quitterez cette planète, vous n’emporterez ni votre relation, ni votre voiture, ni votre compte en banque, ni votre emploi. La seule chose qui vous suivra est votre aptitude à aimer !

 

 

Louise Hay, La force est en vous

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 22:14

 

 

 

.

Le souvenir divin - Neale Donald Walsch

 

 

 

Avec la disparition du besoin de pardonner nait la disparition du besoin de rester séparé de tout le monde. En fin de compte, tout ce que nous avons à faire est de se rappeler qui nous sommes vraiment. Lorsque cela se produit, le pardon est rendue obsolète, et la séparation devient impossible à expérimenter, sauf dans notre propre imagination.

On peut en effet souhaiter imaginer que nous sommes séparés en vue de servir notre agenda du moment, mais à cette fin et à ce moment seulement, et non à travers toute une vie. En effet, même l'imagination de la séparation n'est pas nécessaire. Nous avions seulement besoin de faire l'expérience de notre individuation.

Quand nous nous voyons nous-mêmes comme individué, mais pas séparé, nous commençons à comprendre enfin la vraie nature de notre soi réel. Il s'agit là de la percée que nous attendions.

C'est la révélation qui nous a été promise depuis le début des temps. C'est une révélation qui nous avait été faite avant, mais nous ne l'avons pas entendue, ou si nous l'avions entendu, nous ne l'avons pas adoptée, ou si nous l'avons adoptée, nous ne l'avons pas mise à profit dans la pratique de notre vie au jour le jour.

La différence entre l'individuation et de la séparation est le Souvenir Divin. C'est le grand secret. Il est le Saint Graal. Il est la Vérité Ultime.

Et nous devons donc dire que c'est le souvenir qui est essentiel à l'expérience de la famille. En effet, l'ensemble de l'Expérience Sacrée est initiée par le souvenir. Le souvenir - voici la clé qui ouvre la serrure de la porte d'or de la sagesse éternelle.

Vous avez été amené ici dans le but de vous souvenir. C'est pourquoi vous avez placé ce livre devant vous. C'est pourquoi vous avez créé ces mots qui viennent à vous. La question est maintenant de savoir non pas si vous savez ce que vous êtes invité à retenir. La question est, accepteriez-vous l'invitation?

 

 


http://www.humanitysteam.fr/Neale-Donald-Walsch-Le-souvenir-divin_a503.html

 

 

 

.

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 23:04
Le libre équilibre - L'invisible de passage

 

 

Observateur silencieux, j'ai marché jusqu'en enfer dans l'espoir d'y découvrir ne serait-ce qu'une poussière tombée du paradis, ai parcouru pendant des heures les couloirs de l'horreur au risque de réveiller mes peurs, persévérant et assumant pleinement le vertige de mes passions. Jamais je n'ai trouvé meilleur point d'envol ailleurs que dans cette chute libre-là.

Il arrive que je disparaisse soudainement dans l’obscurité de nuits sans fins et que l'on me croit tantôt mort, tantôt envoûté. Suis-je alors sous le joug d'un de ces démons peuplant les lieux de mes péripéties ? D'une lucidité qui dans mes insomnies me ronge, je sais que les monstres de ce monde sont tous "humains", similaires à ceux qui me désignent comme fou à lier lorsque j'évoque une liberté d'Être qui les effraie. En effet, le conditionnement déforme, renferme et rend infirme l'esprit...

L'âme sauvage comme le demeure la Terre sous les griffes et griffures de l'homme, une certaine rage de Vivre saigne de mes écorchures, rage positive dont je me sers pour tracer mon chemin. Seul maître de ma vie et souverain de mon monde intérieur, jamais je n'en serai déchu autrement que si la mort vient à ma rencontre et m'emporte. Entre temps, autant de fois que la vie me le permettra, je partagerai, offrirai de mes mots, de ma force, de ma voix.

 

 

Adrien Boutry

 

 

http://ecrits-de-conscience.blogspot.fr/

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 18:57
Alors parut l'ange - Henri Gougaud

Ilya et Zmilia Kabakov : Comment rencontrer un ange - Photo Didier Plowy - Exposition L'Etrange Cité, Monumenta 2014, Grand Palais

 

C’était un chercheur patient, acharné. Il gravissait jour après jour la vertigineuse montagne où il espérait trouver quoi ? Le ciel ? La vérité ? Un ange qui l’accueillerait au pays de la Connaissance infinie ? Il ne savait pas. Il grimpait. L’à-pic était impitoyable. Il lui fallait tailler chaque jour une marche dans le rocher abrupt, et chacune à peine franchie derrière lui tombait en cendres. Pas le moindre espoir de retour. Dix, vingt ans il escalada.

 

Il atteignit enfin la cime. Ciel sur la tête, brume aux pieds. Personne, là, pour l’accueillir.

 

Sur le rocher venteux, sottement allongée, une simple échelle de bois. Où l’appuyer pour s’élever au-delà de la terre brute ? Plus de paroi, plus rien que l’air. L’homme pria et réfléchit, trouva enfin que faire d’elle. Il prit l’échelle, la dressa, l’appuya contre son dos droit.

 

Alors sur le plus haut barreau, presque invisible dans l’espace, parut l’Ange, le sien, celui qui attendait de pouvoir enfin le rejoindre.

 

Le conte est dit, va le redire de bouche à oreille d’ami.

 

 

Henri Gougaud

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
1 juillet 2016 5 01 /07 /juillet /2016 12:59

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un discours novateur, en dehors de la langue de bois, connecté à l'expérience intime....

 

 

"L'enjeu de la globalisation c'est la justice sociale".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A confronter à tous les enjeux économiques, commerciaux, de la société Danone dans laquelle il travaille....

 

http://www.francetvinfo.fr/economie/video-cash-investigation-elise-lucet-interpelle-le-directeur-de-danone-avec-des-ballons_1113853.html

 

http://www.liberation.fr/futurs/2016/06/29/qui-est-emmanuel-faber-patron-du-cac-40-qui-preche-la-justice-sociale_1462831

 

Son discours est qualifié de "paradoxe". Peut-on imaginer que ce paradoxe part d'une intention authentique, comme un petit grain de sable qui viendrait tout doucement changer les rouages d'une énorme machinerie?

 

Car il ne serait pas inutile de trouver des esprits qui induisent un paradoxe pour changer les institutions...

 

Si celles-ci ne sont composées que d'esprits semblables ayant tous la même langue de bois, aucune transformation ne semble pouvoir être à l'oeuvre... Comme l'histoire du vers dans la pomme... souhaitons que des hommes, des femmes, des discours, par leur ton neuf, puissent induire un paradoxe suffisamment fort et signifiant, pour grignoter l'intérieur de la pomme de l'injustice et de l'ancien monde et faire que quelque chose bascule un jour vers plus d'équité.

 

Et bien sûr, que chaque être puisse marcher sa parole...

 

MT

 

 

Et j'ajoute ce lien, vers un article pas tendre de Politis, sur la politique du Groupe Danone :

 

http://www.politis.fr/articles/2016/06/le-larmoyant-discours-du-patron-de-danone-et-la-realite-35030/

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
29 juin 2016 3 29 /06 /juin /2016 23:36
Caché au cœur des choses - Rabindranath Tagore

 

 

Durant plus d'un jour de paresse j'ai pleuré sur le temps perdu. Pourtant il n'est jamais perdu, mon Seigneur ! Tu as pris dans mes mains chaque petit moment de ma vie.

Caché au cœur des choses, tu nourris jusqu'à la germination la semence, jusqu'à l'épanouissement le bouton, et la fleur mûrissante jusqu'à l'abondance du fruit.

J'étais là, sommeillant sur mon lit de paresse et je m'imaginais que tout ouvrage avait cessé. Je m'éveillai dans le matin et trouvai mon jardin plein de merveilles et de fleurs.

 

Rabindranath Tagore

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 18:30
Christiane Vleugels - peinture à l'huile

Christiane Vleugels - peinture à l'huile

 

Qu'il en soit ainsi de ta voie qui se dessine au gré des rencontres et des confidences. Tu jubiles de savoir où mettre les pieds sur ce territoire que tu découvres depuis que tu es née. Tu cherches à comprendre au creux de toi ce qui se manigance, magnificence bénie. Tu découvres des parterres de fleurs qui font la bonté et la beauté du monde en offrande, alors à quoi bon leur tourner le dos plus longtemps. Toi, tu écoutes le bruissement de leurs ailes-pétales, dans le jaillissement de la vie des jardins que tu t'offres en partage.

 

Au sommet de cette montagne que tu as entrevue un jour de printemps, il y eut pourtant de quoi défaire les noeuds que tu t'étais offerts aussi à vivre, de quoi avancer pour ne pas trépasser au pied de la béatitude qui t'attendait, et dont tu te faisais une joie de rencontrer l'essence, même si parfois tu t'es un peu oubliée, au détour des chemins à aller droit devant parce qu'il le faut bien.

 

Ainsi soient-ils les mots qui font des lacets, serrant fort la gorge qui a besoin de s'exprimer, du fond de soi jusqu'au dehors des parterres de fleurs contemplées. Toi, tu voyais dans cet affront terrible de la vie qui t'offrait la douleur, de quoi compléter ton bagage. Et de bagage pourtant, il ne fallut rien y laisser à ce naufrage difficile qui, parcouru par le courage, vit ta renaissance au-delà de qui tu étais auparavant.

 

Oui du courage il t'en a fallu et tu en as eu. Te voilà sortie de cette auberge où les choses qui se disaient t'échappaient parfois, pour aller rejoindre le sentier de ta liberté. Elle n'a pas de couleur particulière. Elle a l'aspect de toutes les fleurs qui avec courage se sont ouvertes au monde. Elle est purement et simplement ce que tu sens et ce que tu sens est là dans tes pieds que tu acceptes de laisser glisser paresseusement sur cette terre qui t'accueille et te fait ouverte à ses merveilles, après la douleur et les blessures.

 

Après les expériences dures sur lesquelles ton coeur s'est cogné, il a changé de forme, d'aspect, de texture. Il a refait ses cellules, vibrantes d'amour, elles viennent réveiller ton corps. Et ton esprit s'ouvre à cette aventure par le truchement d'une merveille qui dure, une mère qui veille et qui dure, ton amie la terre.

Tu n'en es pas moins dure avec toi-même, voulant parfois changer l'aspect des choses icibas et mettre à ta sauce ce qui pourrait t'apporter réconfort et consolidation dans tes projets, tes contreforts.

Mais pourtant, une petite voix au coeur de toi t'appelle désormais. Elle te souffle des mots jamais entendus auparavant et jamais déformés, quelque chose que tu sais si pur que cela te dépasse et tu aurais presque envie de rester dure, pour ne pas aller au devant de cette étrangeté, pour ne pas avoir à ouvrir ton corps, encore, à quelque chose qui pourrait le blesser, encore.

 

Et pourtant, à bien y regarder, ainsi qu'au coeur de ces fleurs qui se font tes amies et se laissent par toi regarder, déshabiller, n'y a-t-il pas, comme pour elles, en toi, un coeur qui bat et diffuse son parfum, que tu pourrais accepter d'écouter et pourquoi pas de photographier afin de te rappeler en ramenant cette image à ton corps autrefois blessé, qu'il n'y a aujourd'hui aucun mirage à se sentir invincible et forte au-delà de toute mesure, dans la quintessence de ton être qui appelle à cette offrande, à ce don de soi au monde, en un sourire où tout fond, où tout appelle et se confond en l'Amour.

Lorsque tu ne sais plus où mettre les pieds, cherche en ton coeur cette fleur qui s'ouvre à l'amour pour ce qu'elle est, don d'amour au monde, encerclée de douceur et de compassion, protégée de tout, sauf de la quintessence d'elle-même qu'elle laisse rayonner.

 

Il n'est pas d'autre chemin à prendre, qu'en soi sentir cette magnificence, dans la béatitude des lendemains qui chantent tous à ce présent offert, oraison de Soi à Soi, dans un monde ouvert au coeur.

Tu es ce coeur dont tu saisis la fleur et son image s'appelle Amour qui vibre pour tout l'univers. Tu es cette fleur dont le coeur est le visage d'Amour qui vibre pour tout l'univers.

La fleur est au coeur de toi et tu la respires enfin.

 

Sa*ra 23 mai 2016 Portrait d'âme

Copyright © SA*RA 2016

 

 

 

 
 
Sa*Ra, D'âme portraitiste, écrit des Portraits d'âme inspirés à ceux qui en font la demande en lui écrivant ici :
 
nomadine.link@gmail.com
 
ou via sa page facebook.
 
Ses textes sont visibles sur sa page facebook "Le Peuple de l'Homme" :
 
Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 11:24
Depuis quelques jours - Guillaume Siaudeau

 

 

 

Depuis quelques jours
un moineau
vient se poser
plusieurs fois par jour
sur la fenêtre de la cuisine
Nous nous observons puis
l’un de nous deux se barre
vaquer à ses occupations
et pour le moment
nul ne peut dire
lequel a le plus
besoin de l’autre.

 

Guillaume Siaudeau

 

 

 

Source :

https://schabrieres.wordpress.com/2016/05/22/guillaume-siaudeau-depuis-quelques-jours-un-moineau-2014/

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 13:56
Gustav Klimt : Les larmes de Freyja

Gustav Klimt : Les larmes de Freyja

Les larmes de Freyja est une peinture de l'artiste Gustav Klimt, dédié à une divinité de la mythologie norroise (Norvège). Elle est considérée comme la déesse de l'amour, de la séduction, de la fertilité, de la guerre et des prophéties.
Son jour sacré est le vendredi, et il nous en reste la trace dans l'anglais Friday et en allemand Freitag. La caractéristique principale de la déesse est celle de la couleur de ses larmes : elle pleure en effet en or

 

 

 

- Mon Ange pourquoi m’a-t-il trahi à ce point ? Qu’est-ce qu’un traître ?

 

- Après le temps des fidèles vient toujours le temps des traîtres.

Qu’est-ce qu’un traître ?

Un enfant perdu qui pour exister

doit se séparer de toi.

Se différencier est nécessaire,

autant pour lui que pour toi.

Il est traître pour survivre

mais aussi pour te faire grandir.

Pauvre petit enfant perdu !

A n’importe quel prix,

il faut bien qu’il existe.

Et tu t’acharnes contre lui.

Apprends le vrai silence.

Apprends la vraie immobilité.

Pardonne au traître.

 

 

Le testament de l’Ange, Bernard Montaud

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 11:35
Illustration : Fra Angelico

Illustration : Fra Angelico

 

 

 

 

Lorsque tu es en face de l’Ange, sache-le. Ils sont derrière les écluses des nouveaux courants de la vie. Et ils attendent… Ils attendent qu’on leur demande le geste de les ouvrir. Mais personne ne demande.

 

(…)

 

Les Anges sont comme une femme enceinte des miracles de la vie. Elle ne peut pas accoucher si personne ne demande ces miracles. Les Anges souffrent, c’est leur plus grande souffrance, de ne pas pouvoir TOUT donner. Les pauvres, ils attendent la demande de « l’impossible ».

Tu es le porte-parole de la création.

Tu ignores ta royauté humaine.

Pourquoi ne demandes-tu pas TOUT ?

A cause de l’humilité du ver de terre,

De ta modestie fatale.

Demande !

Il n’y a qu’à demander.

En face de l’Ange, tu as le sentiment de pouvoir marcher sur les eaux. Et bien ! désolée, c’est vrai, c’est possible.

Et si tu demandes : « Que tous les autres marchent sur les eaux »,

TU T’APPROCHES ALORS DE LA VRAIE MESURE DU « DONNER » DE L’ANGE.

En face de l’Ange, tu n’es pas fleur : TU ES PRINTEMPS.

C’est la seule mesure que l’Ange attend de toi.

Et c’est dans ta demande impossible qu’il te reconnaîtra.

 

 

Gitta Mallasz, dans « Le testament de l’Ange », Bernard Montaud

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
26 mars 2016 6 26 /03 /mars /2016 20:33
Peinture : Kevin Peterson

Peinture : Kevin Peterson

 

Habituellement, les gens pensent que marcher sur l' eau ou dans les airs relève du miracle.

 

Mais, personnellement, je crois que marcher sur terre est le véritable miracle.

 

Chaque jour que nous vivons, nous sommes au milieu d'un prodige que nous n' apercevons même pas : le ciel bleu, les nuages blancs, les feuilles vertes, les yeux noirs et curieux d' un enfant, nos propres yeux... tout est miracle.

 

 

- Thich Nhat Hanh

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
19 mars 2016 6 19 /03 /mars /2016 14:52

 

 

Nous avons déjà eu un aperçu des talents de Marie Beauchesne ici, en voici une autre facette, à "humer" pendant trois minutes...

 

 

"Car vivre, voyez-vous, ça ne sens pas bon"...

 

Marie Beauchesne a le don de nous conter l'incarnation, cette vie qui se répand par et sous la chair !  Une façon de sortir de la dualité et d'aller vers l'unité de tout, bonnes et mauvaises odeurs faisant partie de cette totalité que l'on nomme la vie.

 

MT

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
13 mars 2016 7 13 /03 /mars /2016 21:51
Je vois le feu de ses prunelles - Beaudelaire

 

De sa fourrure blonde et brune
Sort un parfum si doux, qu'un soir
J'en fus embaumé, pour l'avoir
Caressée une fois, rien qu'une.

 

C'est l'esprit familier du lieu ;
Il juge, il préside, il inspire
Toutes choses dans son empire ;
Peut-être est-il fée, est-il dieu ?

 

Quand mes yeux, vers ce chat que j'aime
Tirés comme par un aimant
Se retournent docilement
Et que je regarde en moi-même

 

Je vois avec étonnement
Le feu de ses prunelles pâles,
Clairs fanaux, vivantes opales,
Qui me contemplent fixement.

 

Charles Beaudelaire

 

 

 

Artiste Zazac Namoo

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • : Un lieu où pourraient se cotoyer le jour et la nuit, les univers différents de la pensée logique, rationnelle, structurée à partir des informations émanant de toute part, et de la pensée vagabonde, celle qui erre la nuit, mais aussi le jour, dans l'envers des choses, à la recherche de l'impalpable, de la beauté et de la magie. Michèle Théron
  • Contact

  • lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. 
Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...

Auteur - Photographe

Michèle Théron, praticienne de santé naturopathe, femme en chemin, je vous partage sur ce blog des articles, de la poésie, des photos créés par moi, et les citations, articles, vidéos qui nourrissent mon chemin et m'inspirent.

Recherche