Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 octobre 2020 1 05 /10 /octobre /2020 20:34
Reine des elfes

 

Eloigne-toi du monde

Fais un pas de côté

Dans les mondes parallèles

Et viens à ma rencontre

Je te parlerais des forces de la nature

De la magie qui soigne et guide

De ton pouvoir créateur

Qui se propage dans les airs

A la vitesse d'un vol d'oiseau

Approche l'Enchanteresse et l'Eternelle

Qui éveille à l'amour

Et laisse sa trace indélébile.

 

 

MT

 

 

 

 

 

 

Repost0
4 octobre 2020 7 04 /10 /octobre /2020 20:26
La lune veille

 

La lune veille

Elle descend ses rayons

Dans tes profondeurs inconnues

Et par un fil d'opale

Elle les remonte à la lumière du soleil

Et toi, tu joues entre ombre et lumière

Jusqu'à tenir en équilibre ...

 

MT

 

 

 

Repost0
3 octobre 2020 6 03 /10 /octobre /2020 20:18
Isis

Je suis la mère du soleil

Et la mère de tous les enfantements

Je suis l'œil de la lumière

Qui voit le chaos avant les naissances

Qui protège les morts pour les confier à la vie

Et les rassembler dans l’unité

Sirius est la demeure de mes mystères

Et lorsque tu es perdu-e

En moi viens faire ta demeure

Mes bras s'ouvrent largement

Dans l'amour de la mère divine.

 

 

MT

 

 

Repost0
2 octobre 2020 5 02 /10 /octobre /2020 20:14
Délivrance - Dialogues avec l'ange

 

« Je vous annonce qu’il y aura Délivrance, lorsque l’Unique Lumière aura percé les ténèbres les plus profondes. Nous tous y travaillons. Avec joie et gratitude. Gratitude ! De rêveurs, vous deviendrez éveilleurs. Vous devez arriver à ce point que quiconque vous regarde s’éveille. »

 

 

Dialogues avec l'ange

 

 

Repost0
13 août 2020 4 13 /08 /août /2020 22:24

 

 

Les orages essaient de mettre un terme à la canicule, mais les nuits sont aussi pesantes que les jours...

 

Quand la pluie a commencé à tomber, je me suis mise sur mon balcon au milieu de la nuit, les bras tendus sous la pluie tiède et fraîche en même temps, accueillant ces micro rivières qui ruisselaient sur ma peau, goûtant de voir les arbres plus bas se balancer dans une ample respiration, imaginant les oiseaux enfin rafraîchis, et ces éclairs, ce vent, cette pluie, ces forces que l'on oublie, cette nature dans sa vivante intelligence, semblaient venir sauver le monde et le nettoyer des scories engendrées par les humains...

 

 

 

Une petite lumière a jailli dans la nuit

 

 

Une petite lumière a jailli dans la nuit
Une étincelle annonciatrice
Dispersant le vent bavard et joyeux
Puis la première note est tombée
Tel un claquement de doigt
Qui bat la mesure
C'est la première goutte fécondant la terre
Elle vient rompre la fournaise
Qui se fend comme un fruit
Lâchant les boues trop lourdes en attente
Une autre goutte vient
Puis cent, puis mille
Et cette fraîcheur qui coule sous la peau !
Et ce vent qui murmure ses refrains !
Le ciel chante ses bénédictions
Je crois qu'elles vont durer toute la nuit
Et remettre en mouvement la vie arrêtée
Te souviens-tu comme l'eau est bénie?

 


MT

 

 

Repost0
8 août 2020 6 08 /08 /août /2020 10:17
La floraison est le mystère

 

La floraison est le mystère
Que ton coeur désire.
Je plante des graines en toi
Le vent les fera éclore plus loin
Au-delà du visible
Au-delà de ton regard.
Tu dois juste t'agrandir
Te déposer dans l'infini.

 


MT©

 

 

 

Repost0
14 mai 2020 4 14 /05 /mai /2020 19:54
La beauté est une chose vivante - Aïvanov

 

 

La beauté est une chose vivante dont la source reste cachée au plus profond de l'être, mais qui jaillit et se déverse jusqu'à la surface du corps, inondant la peau, le regard, le sourire et même la voix. Mais seules les pensées lumineuses et les sentiments d'amour désintéressé peuvent créer la beauté. A ce moment là rien ne peut empêcher le rayonnement à travers vous du parfum des fleurs qui s'ouvrent et des fruits qui mûrissent dans le jardin de votre âme.

 


OM Aïvanov - Le message de la fleur

 

 

 

 

Repost0
19 avril 2018 4 19 /04 /avril /2018 16:00
A mon cou

 

 

A mon cou

Des sanglots qui se balançaient

Comme de vielles breloques rouillées…

 

J’ai plongé la main

Dans le ciel renversé

Rempli d’étoiles incandescentes

 

J’en ai pris une

Gardée comme un bijou à ma gorge

Qui murmure les mots inaudibles de demain.

 

 

MT ©

 

 

Repost0
17 avril 2018 2 17 /04 /avril /2018 18:23
Il y a cet amour

 

Il y a cet amour,

Tendu vers dehors

Cet élan fuchsia

Qui s’enroule à la vie

 

Il y a ce cœur

Tendu vers l’impossible

Cette palpitation

Qui s’épuise à la mort

 

Il y a ce sourire

Tendu comme une offrande

Ce pays d’ailleurs

Que je ne peux rejoindre

 

Il y a cette beauté

Tendue vers le ciel

Cette divine présence

Qui parle en silence

 

Il y a tout cela

Dans le jour finissant

Aux portes du soir

Qui bleuit en douceur.

 

 

MT ©

 

 

 

 

Repost0
17 avril 2018 2 17 /04 /avril /2018 16:48
Antanae

Antanae

 

 

 

Je flotte inconsciente dans ce néant rempli de tout, comme un cosmonaute errant séparé de son vaisseau. La terreur pulse à mes tempes en sentant mon corps s’éloigner, s’égarer dans l’espace irrespirable, coupé du cordon qui, l’instant d’avant, faisait de lui encore un vivant. Je n’ose même pas songer à ce qu’il pourrait y avoir à l’autre bout de ce cordon, s’il n’était pas sectionné, s’il ne tanguait pas dans le vide comme une liane molle : un bol d’oxygène ou le visage d’une mère, un cœur qui bat ou des bras refermés qui me garderaient palpitante et reliée. Je flotte, sans lien avec aucune chose sinon ma coupure qui mange tout mon être, coupure qui hache ma nuque, mes flans, mes cuisses et mes mains et disperse mon être réduit en gouttelettes fines qui roulent silencieusement dans les cieux.

 

La terreur qui bat mes tempes marque la cadence, comme un pas qui me saoule et m’enivre. Je compte chaque enjambée lancée dans le vide, je les compte pour ne pas sentir cette déchirure, pour ne pas sentir l’endroit où tout a craqué, tissu de soie qui s’effiloche dans un crissement qui fait grincer les dents. Un, deux. Un, deux, trois. Un, deux, trois, quatre. Peut-être que les chiffres vont remplir ma tête, peut-être qu’ils vont aussi remplir ma poitrine pour remplacer cette suffocation qui gonfle mes côtes, enfle comme un ballon de baudruche prêt à éclater. Mais justement. Il n’éclate pas. Il gonfle et gonfle encore, rempli d’une substance visqueuse et lourde. Sous mon crâne, rien que du sable qui griffe mon âme, coule dans ma gorge et remplit ma bouche qui ne peut plus crier.

 

Je sens mon corps qui flotte, avec cette absence qui avance et se densifie, fait de moi un fantôme muet, immobile qui n’atteint plus rien et que plus rien n’atteint. Je suis si loin qu’aucun bruit ne résonne, c’est le silence qui me porte, aussi vaste d’une mer endormie, c’est lui qui m’enferme, c’est lui qui emprisonne mon souffle et gèle ma vie. Si profond qu’il devient assourdissant, qu’il cogne mes tympans, brûle ma gorge et noue mes veines en mille nœuds coulissants où ma sève s’étrangle. A force d’hurler sur moi son discours de glace, mes yeux, paupières arrachées net par la peur, s’ouvrent et je vois.

 

Je vois mon corps qui file dans le vide, fusée emportée par l’apesanteur, je le vois dévoré par la vitesse qui l’aspire, l’avale, l’engloutit. C’est dans un désert anthracite que je me perds, sans lune, sans étoiles, sans satellites. Rien qui n’arrête le regard, rien qui vient percuter mon corps pour l’empêcher de continuer à tomber. Vers où je tombe ainsi, dans ce vide si noir, si creux, si dépouillé de tout ? Combien de temps peut durer une noyade quand on ne meurt pas tout à fait et quand tout est hors d’atteinte ? Avalée par l’eau, je pourrais espérer toucher un fond, être rejetée sur un rivage. Ici, il n’y a qu’un espace sidéral, un infini sans limite, une damnation éternelle. Pas la peine de crier. Pas la peine de tendre les doigts. Pas la peine de penser. La fuite est trop rapide et je suis trop inconsistante pour qu’une main m’attrape, pour que quelque chose me retienne.

 

Et puis le vide se densifie petit à petit. Au bout du vide, mes tempes cognent toujours. Elles cognent en même temps que mes pas que j’avais oubliés et qui frappent le sol, de ce rythme mécanique et monotone, lourd comme le balancier d’une comtoise. Alors je m’accroche au métronome de mes jambes qui scande les minutes qui passent, interminables et grises. J’y reste collée pour ne pas perdre ce fil d’Ariane qui s’est enroulé autour de moi et cherche à me repêcher.

 

Comme un goutte à goutte imperceptible, tombent sur ma peau et remplissent à nouveau ma tête, les particules de soleil, le chant des oiseaux, les nuages qui passent, le cri d’un enfant, un chien qui jappe, l’air qui caresse mon cou, pareils à une douce transfusion. Peu à peu, je reviens lentement à la vie, chaque goutte pénètre et ranime mes yeux, mes poumons, mon ventre, puis mon cœur qui revient à lui en pleurant. J’entends et je sens alors le glissement de mes pas sur le sol, je sens le poids de mes membres peser lourdement sur la terre et je sais à quel point le poids de la chair est lourd à porter.

 

 

 

MT © 15.03.2006

 

 

 

 

 

 

Repost0
25 mars 2018 7 25 /03 /mars /2018 20:10
Tes entrailles

 

Peut-être qu'en entrant dans tes entrailles

Tu trouveras la force de te recréer

De mettre au monde ce nouveau visage

Qui n'a plus d'histoire ni de nom

 

Peut-être marcheras tu alors

Avec au ventre cette densité

Née de toutes ces morts assumées

De toutes ces défaites pleurées

Qui te laissaient au coeur un goût de venin

 

Peut-être sentiras tu alors

La Vie qui germe en silence

Et t'emmène sur un chemin sans destination

Où tu rêves à chaque pas

D'être dépouillée de tous tes fardeaux.

 

 

MT ©

 

 

 

Repost0
19 mars 2018 1 19 /03 /mars /2018 20:44
A ton arbre de vie

 

A ton arbre de vie
Fais monter ta sève d’or
Nourris tes branches jusqu’au ciel
Laisse descendre les bénédictions
Et attends les fruits
Qui viendront à leur heure.

 

 

MT ©

 

 

 

 

 

Repost0
16 mars 2018 5 16 /03 /mars /2018 12:37
La lumière donne forme

 

La lumière donne forme à la beauté, elle éclaire le manifesté, la vie qui se déploie, elle invite le regard à s'arrêter.


Et dans l'instant qui passe, fugace, je suis une, avec la lumière, avec la fleur, avec la beauté qui m'appelle, avant de retourner à mes ombres.

 

MT

 

 

Repost0
13 mars 2018 2 13 /03 /mars /2018 12:26
Tout s'enroule autour de la vie

Tout s’enroule autour de la vie,
Le vent autour des forêts
Les branches autour de leur tronc
Les ailes des oiseaux autour des fleurs
Les pétales doux autour des pistils
Les vagues autour des coquillages
Les bras autour de l’amour
Quand il prend la forme d’un cœur aimant

Il semble si facile alors de le contenir
Dans sa fugace manifestation.

 


MT ©

 

 

 

 

Repost0
8 mars 2018 4 08 /03 /mars /2018 20:55
Femme et fleur

 

 

Femme et fleur

Tout en toi respire le ciel et la terre

Ton esprit, ton cœur et ton sexe

Partout le ciel s’y est jeté sans retenue

Laissant la trace de ses galaxies

Qui sèment leurs poussières tourbillonnantes

Partout la terre t’embrasse sans retenue

Cherchant tes parfums exquis

Dans chaque pli de ton corps

Qui s’enroule et danse, s’ouvre et se ferme

Jusqu’à retrouver la palpitation de l’amour.

 

 

 

MT ©

 

 

Repost0

Présentation

  • : Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • : Un lieu où pourraient se cotoyer le jour et la nuit, les univers différents de la pensée logique, rationnelle, structurée à partir des informations émanant de toute part, et de la pensée vagabonde, celle qui erre la nuit, mais aussi le jour, dans l'envers des choses, à la recherche de l'impalpable, de la beauté et de la magie. Michèle Théron
  • Contact

  • lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. 
Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...

Auteur - Photographe

Michèle Théron, praticienne de santé naturopathe, femme en chemin, je vous partage sur ce blog des articles, de la poésie, des photos créés par moi, et les citations, articles, vidéos qui nourrissent mon chemin et m'inspirent.

Recherche