Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 20:49






La saison qui approche est propice à raviver les pressions pour se faire vacciner.

Une occasion de relire cette interview qui circulait l'année dernière lors de la "pandémie" et qui datait de 2005....

On va finir par penser que les vaccins sont écologiques : ils sont tellement recyclés.... !

 

 

 

 

Grippe aviaire interview Dr Stefan Lanka

 

 

 


En 2005 déjà, l'arnaque de la grippe aviaire avait été, dans l'interview suivante, dénoncée avec vigueur par le médecin allemand, le Docteur Stefan Lanka:



Dr Lanka, sommes-nous en Allemagne menacés par la grippe aviaire?


Seulement indirectement.

L'année prochaine il y aura beaucoup moins de bébés en Allemagne.

Selon les médias, les cigognes seront toutes tuées par la grippe aviaire. Nous devrions maintenant adapter nos esprits à cela.



Dites-vous cela sérieusement?


Aussi sérieusement qu’il existe pour nous un quelconque danger d’un prétendu virus H5N1 de la grippe aviaire. Le danger ou le désastre se trouvent ailleurs.



Où se trouve, à votre avis, le danger ou le désastre?


Nous avons perdu l'habitude d'utiliser notre raison.

C'est le danger réel ou le désastre. Les politiciens et les médias se donnent du mal pour nous tromper en nous faisant tout croire, par exemple, ils nous trompent en faisant croire que des oiseaux migrateurs en Asie ont été atteints d'un virus extrêmement dangereux et mortel.


Ces oiseaux mortellement malades continuent ensuite à voler pendant des semaines jusqu’à leur fin. Ils volent des milliers de kilomètres, et puis en Roumanie, en Turquie, en Grèce et ailleurs, ils infectent des poules, des oies ou toutes autres volailles, avec lesquelles ils n'ont eu aucun contact, qui dans un temps très court sont malades et meurent.

Mais les oiseaux migrateurs ne deviennent pas malades et ne meurent pas. Ils gardent leur vol pendant des semaines jusqu’au bout, sur des milliers de kilomètres. Ceux qui croient qu’ils sont malades croient aussi que les bébés sont apportés par les cigognes. En fait le plus grand nombre des allemands ne croient au danger de la grippe aviaire.



N'y a-t-il pas du tout de grippe aviaire?


Depuis la fin du 19ème siècle l'on a observé des maladies dans l’aviculture de masse: Coloration en bleu de la crête, diminution de la ponte, plumes pendantes, et parfois aussi mort de ces animaux. Ces maladies se sont appelées pestes des aviaires.

Dans l'aviculture de masse actuelle, en particulier quand les poules sont élevées en cages, beaucoup meurent chaque jour en raison de l'élevage d'espèces étrangères. Plus tard, ces conséquences de l’élevage de masse n’ont plus été appelées pestes aviaires, mais grippe aviaire. Depuis les décennies passées, on nous affirme qu'elles sont provoquées par un virus transmissible afin de détourner l’attention des causes réelles.

Alors ces 100 millions de poules qui semblent être mortes de grippe aviaire sont en réalité mortes de stress ou/et d’insuffisance alimentaire et d'empoisonnement?



Non! Si une poule donne moins d'œufs ou a une crête bleue et que cette poule est aussi positive au test H5N1, alors toutes les autres poules sont tuées. C'est ainsi qu’on obtient 100 millions de poules tuées semble-t-il par le H5N1.


Si vous regardez de plus près vous verrez derrière une stratégie déployée sur plusieurs décennie: En Occident, les grandes entreprises s’accommodent des maladies des oiseaux en faisant le nettoyage elles-mêmes, parce que ceux qui meurent "de maladie contagieuse" sont compensés, aux dépens du grand public, au prix le plus élevé du marché, alors qu'en Asie et partout où la volaille est élevée, le marché de la volaille est détruit sciemment avec malveillance sous la conduite de l'organisation FAO de l'ONU.


Toutes les grandes entreprises d'aviculture occidentales se taisent donc, et, grâce à leurs vétérinaires, elles utilisent cela à leur profit, si le prix du marché de la volaille chute, elles déclarent une maladie infectieuse, de sorte qu'elles puissent vendre leurs animaux au prix le plus élevé possible "prenant soin" de tous les animaux concentrés, au prix maximum garanti par le gouvernement.

Pour résumer le dénominateur commun de ceci: C’est une arnaque à la subvention moderne, combiné avec l’alarmisme paralysant, dont un effet secondaire garantit que personne ne demande la preuve.



De quoi ces 61 personnes, démontrées porteuses du H5N1, sont-elles mortes?


Il y a très peu de rapports publics disponibles décrivant ce qu’étaient les symptômes et et comment les malades ont été traitées. Ces cas s’orientent manifestement dans une direction: Des personnes avec les symptômes d'un refroidissement, qui ont ensuite joué de malchance en tombant dans les mains des chasseurs de H5N1, ont été tuées avec d'énormes quantités de chimiothérapie censées contenir le virus fantôme. Isolées dans des tentes en plastique, entourées par des fous costumés en cosmonautes, ils sont morts, dans la peur panique, de multiples défaillances organiques.


Ce virus de grippe aviaire n'existe donc pas du tout?


Chez l'être humain, dans le sang ou d'autres fluides corporels, dans un animal ou dans une plante, jamais n'ont été vues ou démontrées les structures que vous pourriez décrire comme des virus de grippe aviaire ou de grippe ou de n'importe quel quoi sensé causer des maladies. Les causes des maladies que l’on prétend provoquées par des virus, qui peuvent surgir rapidement, successivement ou en même temps, sont connues depuis longtemps.


Plus encore: Pour les virus, comme agents causes des maladies, en biologie beaucoup agrandissent les choses, cela n’a simplement aucune réalité.


Cependant, si j'ignore les résultats de la Médecine Nouvelle du Dr Hamer, selon lesquels les événements choquants stressants sont la cause de beaucoup de maladies, les résultats de la chimie au sujet des effets des intoxications et des déficiences, et si j'ignore les données de la physique au sujet des effets des rayonnements, alors il y a une place pour des élucubrations telles que les virus causes de maladies.



Pourquoi alors prétend-on encore que des virus causant des maladies existent?


L’Ecole de Médecine partisane / praticienne a besoin de paralyser, avec de stupides constructions et la crainte destructive des virus fantômes causes de maladies comme base centrale de son existence:


Premièrement, afin de nuire à de nombreuses personnes avec les vaccinations, pour se construire elle-même une clientèle de malades chroniques et souffrants qui accepteront qu’on leur fasse n'importe quoi.


Deuxièmement, pour ne pas devoir admettre qu'elle échoue totalement dans le traitement des maladies chroniques et qu’elle a tué et tue plus de gens que toutes les guerres aussi loin qu’il est possible de remonter. Chaque praticien de l'Ecole de Médecine en est conscient, mais seulement très peu osent en parler. Par conséquent ce n'est pas un miracle si, parmi les groupes professionnels, c’est celui des praticiens de l'Ecole de Médecine qui a le taux de suicide le plus élevé, surpassant de loin les autres groupes professionnels.

Troisièmement, les praticiens de l'Ecole de Médecine ont besoin de la peur paralysante et de leur stupide élaboration de virus diaboliques, afin de cacher leurs origines historiques (...) pour l’oppression et le meurtre, quand cela luttait pour dominer le monde (...).


L'Ecole de Médecine fut et est le pilier le plus important qui soutient toutes les dictatures et les gouvernements qui ne veulent pas se soumettre à la loi écrite, aux Constitutions, aux droits de l'homme, c’est-à-dire démocratiquement légitimés par un contrat social. Ceci explique bien pourquoi l'Ecole de Médecine peut vraiment faire et fait tout ce qui lui convient et n’est soumise à aucune contrôle quelconque. Si nous ne surmontons pas ceci, nous périrons tous par cette Ecole de Médecine.


N'exagérez-vous pas un peu?


Malheureusement, non! N'importe qui ouvrant ses yeux verra ainsi. Ivan Illich a déjà averti à ce sujet en 1975 dans son analyse "L'expropriation de la santé". Aujourd'hui ce livre existe toujours, sous le titre: "Némésis médicale".

Gœthe a parfaitement décrit la nature de l'Ecole de Médecine dans Faust I, où il a fait dire au Dr Faust:


"Ici étaient la médecine, les patients sont morts et personne n’a demandé qui s’est rétabli, ainsi nous avons ravagé avec les élus infernaux, en ces vallées, ces montagnes, bien pire que la peste, j’ai moi-même donné le poison aux milliers, ils s'étaient desséchés, j’ai fait l’expérience que les meurtriers nullement décontenancés sont louangés."


Gœthe appelle les praticiens de l'Ecole de Médecine qui donnent aux gens des élixirs, c’est-à-dire, des substances toxiques, des meurtriers impertinents, qui, aujourd'hui, sont toujours louangés.


Ici je peux et dois aussi me référer à nos publications, parce que nous avons, en tant que premiers à le faire, posé la question centrale révélatrice à la médecine moderne et l'avons documenté et commenté sur les confessions engendrées.


Vous trouverez toute l'information appropriée [en allemand] à: http://www.klein-klein-aktion.de/ et à http://www.klein-klein-verlag.de/



Pourquoi est-ce précisément vous qui avez découvert cette escroquerie du millénaire?

J'ai étudié la biologie moléculaire.

Au cours de mes études j'ai démontré l'existence du premier virus en mer, dans une algue de mer. Cette preuve a été publiée la première fois dans une revue scientifique en 1990, en conformité avec les standards des sciences naturelles. Le virus dont j'ai démontré l'existence se reproduit dans l'algue, il peut la quitter et se reproduire encore dans d'autres algues de cette façon, sans avoir aucun effet négatif, ce virus n’ayant aucune relation avec une quelconque maladie.


Par exemple, dans un litre d'eau de mer il y a plus de 100 millions de virus de diverses sortes, très différents. Heureusement, les services d'hygiène et les médecins ne s’en sont pas rendus compte, autrement ils aurait exigé depuis longtemps une loi autorisant les bains de mer seulement aux personnes revêtues entièrement d’un préservatif.


Des structures biologiques qui font quelque chose de négatif n'ont jamais été vues. La base de la vie biologique est harmonie et symbiose, elle n’a aucune place pour la guerre et la destruction. La guerre et la destruction dans la vie biologique est prétendue par des cerveaux malades et criminels.


Au cours de mes études, moi et d'autres n'avons pu trouver nulle part une preuve d'existence d’un virus causant la maladie. Plus tard, nous avons parlé de cela publiquement et avons invité les personnes à ne pas nous croire sur parole mais à vérifier elles-mêmes s’il existe ou non des virus causant des maladies.


Il en a découlé l'action "Klein-klein", qui, depuis cinq ans, demande aux services d'hygiène la preuve et qui a finalement obtenu la reconnaissance et la certitude du fait qu'il n'y a aucune preuve de virus cause de maladie et aucune preuve de bénéfice dû aux vaccinations. Afin de nous permettre de faire connaître ces résultats au public sans falsification, nous avons fondé il y a trois ans le "Klein-klein-Verlag" ["Maison d'édition "Petit-petit'].


 

Qu’existe-t-il donc comme virus et que font-ils?


Les structures pouvant être décrites comme des virus existent dans un grand nombre d'espèces de bactéries et dans des formes simples de la vie, semblables aux bactéries. Ce sont des éléments d'ensemble de la vie, d’un type commun aux différentes cellules qui sont restés indépendants. Cela s'appelle une symbiose, une endosymbiose, qui est apparue au cours du développement des différentes sortes de cellules et des structures combinées, une endosymbiosis qui a abouti aux types actuels de cellules, ces types de cellules composant les êtres humains, les animaux et les plantes.


De même que les bactéries, dans toutes nos cellules, qui respirent notre oxygène, les mitochondries, ou les bactéries dans toutes les plantes qui produisent l'oxygène, les chloroplastes, les virus sont des éléments de cellules.


Très important: Les virus sont des organismes très simples, comme, par exemple, les algues de l’espèce Cladophora, une espèce particulière d’algue unicellulaire Chlorella, qui vit dans un grand nombre de bactéries. Comme ils existent là, ces éléments viraux sont appelés "phages". Dans les organismes complexes, en particulier chez l'être humain, ou chez les animaux ou les plantes, de telles structures qui pourraient s’appeler virus n'ont jamais été vues.


Contrairement aux bactéries dans nos cellules, les mitochondries, ou les bactéries de chaque plante, les chloroplastes, qui ne peuvent pas quitter la cellule commune, puisque son métabolisme en dépend, les virus peuvent quitter la cellule, puisqu'ils n'y effectuent aucune tâche de survie essentielle.


Ainsi, les virus sont des composants de cellules, qui ont remis entièrement leur métabolisme à la cellule commune et peuvent aussi la quitter. En dehors de la cellule commune, ils aident d'autres cellules, dans lesquelles ils transfèrent des matériaux de construction et de l'énergie. L'on n'a jamais observé chez eux une quelconque autre fonction.


Ces virus concrets, dont l’existence a été scientifiquement démontrée, exécutent, dans des processus très complexes, des interactions entre différentes cellules, de l’aide, du soutien, jamais de fonction destructive.

En outre, en réalité, dans le cas des maladies, ni dans l'organisme malade, ni dans les fluides corporels, n'a jamais été vue ou isolée une quelconque structure que l’on puisse caractériser comme un virus. L'affirmation selon laquelle il existerait un quelconque virus fabricant une maladie quelconque est une escroquerie évidente, un mensonge mortel avec des conséquences dramatiques.



Ne maintenez-vous pas aussi que le dangereux virus du SIDA est seulement virtuel?


Non seulement je maintiens que l’existence du virus appelé "HIV" du SIDA n'a jamais été scientifiquement démontrée, mais j'affirme que son existence est maintenue seulement en raison d'un prétendu consensus. Le ministre de la Santé Publique en Allemagne, Ulla Schmidt, a écrit, le 5 janvier 2004, au parlementaire Rudolf Kraus:

"Bien sûr, l’existence du virus d'immunodéficience humaine est considérée être scientifiquement démontrée dans le consensus scientifique international".


Aujourd'hui, après que les citoyens aient, pendant de nombreuses années, demandé, maintes et maintes fois, aux services d'hygiène, ici en Allemagne, la preuve scientifique de l'existence des virus prétendus donner la maladie, les services d'hygiène ne soutiennent plus que l’existence de ces virus a été directement prouvée.

Dans un processus continu de pétitions au Parlement Allemand, le Ministère de la Santé Publique a passé le fardeau de la responsabilité sur de tels sujets au Ministère de la Recherche. Le Ministère de la Recherche prend maintenant le point de vue absurde que la liberté constitutionnelle garantit à la science d’interdire de vérifier l'état de ce qu’elle défend (!!!).


Mais c'est absurde. Cela signifierait que l'Etat nous délaisse et nous prive de protection, livrés entre les mains d'une science sans contrôle, qui peut faire et provoquer tout ce qu'elle veut. Êtes-vous vraiment d’avis que l'état nous expose d'une telle manière?


Je n'ai pas d’opinion. En ce qui concerne ces sujets, je puis seulement voir et m’orienter sur les faits. Nous ressentons, dans la peur de la grippe aviaire, que l'Etat, contrairement aux connaissances, met en Allemagne la population aux mains de quelques personnes qui se travestissent en scientifiques. Une chimiothérapie imposée est projetée, et, au Printemps prochain, la population allemande entière doit être vaccinée deux fois de force contre le fantôme de la prétendue grippe aviaire.


Mais ni l’existence d’un virus de grippe aviaire n'a été jamais démontré, ni l'existence d’un quelconque virus qui aurait quelque chose à voir avec quelque cause de maladie que ce soit n’est démontré. De tels virus n'existent pas. Précisément, de la même manière que le ministre l’a admis, au sujet du prétendu virus du SIDA, ils en ont soutenu l’existence en raison d'un consensus scientifique international.


Mais l’existence du virus H5N1 de la grippe aviaire, dangereux pour l’humain, a été tout à fait démontrée récemment avec grande précision, dans un laboratoire anglais!


Si jamais il s’avère qu'un virus venant d'un corps concret ou d'un fluide corporel, par exemple des oiseaux, existe, alors n'importe quel scientifique moyen peut le vérifier, dans n'importe quel laboratoire moyen, en un jour, si ce virus est, par exemple, présent dans un animal mort. Cependant, cela n'est jamais arrivé, et au contraire, des méthodes indirectes de tests, qui n'indiquent absolument rien, sont utilisées.


Par exemple, l'on maintient qu'il y a des anticorps qui se combineraient avec le corps du prétendu virus et seulement avec lui, et puisqu’il s'est produit une combinaison entre le corps et l'anticorps, l'existence du prétendu virus a été démontrée.
En réalité, ces prétendus anticorps sont des albumines solubles dans le sang, qui jouent un rôle central dans la fabrication spécialisée des cellules qui sont pleine croissance et se divisent et dans la cicatrisation des blessures.

Ces albumines sanguines, aussi appelées globulines, dans un tube à essai contenant des concentrations adaptées d’acides et de bases, de minerais et de dissolvants, se combineront arbitrairement avec d'autres albumines. Ainsi, on peut avec n'importe quel échantillon pris sur un animal ou une personne, faire un test arbitrairement positif ou négatif. C’est complet, et ceci doit être nettement déclaré criminel, délibéré.


En outre, s’il est maintenu que, au moyen d'une technique biochimique de multiplication, appelée réaction en chaîne de polymérase (PCR), la prétendue substance du gène du virus peut être multipliée, prouvant ainsi son existence, c'est une escroquerie, puisque, premièrement, il n’existe nulle part de substance du gène d'un virus causant la maladie, à laquelle l'on pourrait comparer les particules multipliées artificiellement à la substance du gène [car ces virus n’ont jamais été isolés!], et, deuxièmement, seules de telles parties multipliées de substances de gène obtenues qui déjà existaient au préalable dans ces fluides sont utilisées pour indirectement démontrer l'existence du prétendu virus.
Et c’est tout à fait simple:

Mille morceaux de preuve indirecte, par exemple des cercles dans le blé ["crop circles"], ne font pas un UFO non plus. L'on n’a même pas besoin de connaître l'anglais pour lire ces publications auxquelles les escrocs en virus se réfèrent, afin de voir, par soi-même, que nulle part n’y apparaissent un virus: Quand l'on demande à ces scientifiques la preuve de l'existence des prétendus virus, par exemple du H5N1, l'on obtient seulement des réponses évasives, jamais de réponse concrète.


A la TV nous avons entendu, maintes et maintes fois, que des investigations ont été effectuées dans un laboratoire anglais. Le nom de ce laboratoire anglais n’a jamais été communiqué au public. C'est le laboratoire de référence de l'UE pour la grippe aviaire, à Weybridge. J'ai plusieurs fois demandé aux scientifiques les preuves de l'existence du virus H5N1. Ils m’ont seulement répondu une fois, pour me dire qu'ils n'ont pas compris ma question, et ensuite plus jamais.
A l'Organisation Mondiale de la Santé et en particulier au coordinateur de la pandémie de la grippe aviaire, à l’allemand Klaus Stöhr, a qui j’ai aussi ai écrit plusieurs fois, lui demandant la preuve de l'existence du virus de la grippe aviaire. Ni l'OMS, ni Klaus Stöhr n'ont réagi.



Mais que signifie ce H5N1, qui fait trembler le monde entier?


Le "H" de H5N1 est pour Hémagglutinine, et le "N" pour Neuramidase.

Les pseudo-virologistes maintiennent que dans le manteau protecteur des virus de la grippe, il y a des albumines du type Hémagglutinine et des albumines du type de l'enzyme Neuramidase.


En biochimie, Hémagglutinine référence les substances les plus diverses, pas seulement les albumines responsables de la coagulation des hématies.
Les pseudo-virologistes ont ensemble convenu que dans le manteau protecteur des virus de la grippe il y a 15 sortes différentes d'albumines ayant les propriétés d'une Hémagglutinine. Le "5" représente le type cinq d'une prétendue albumine, dont l'existence, encore, est aussi seulement démontrée indirectement.


Afin de prouver maintenant l'existence d'un virus de grippe, dans le laboratoire les hématies sont mélangées aux échantillons censés contenir le prétendu virus. Si les hématies se coagulent, alors il est soutenu que l’Hémagglutinine d’un virus de grippe doit en être la cause, sans jamais avoir isolé un virus - ne pas dire qu’il n’a jamais été vu un virus dedans - d'un tel échantillon ou d’une telle mixture.
En fonction de la manière dont se coagule l’ensemble les pseudo-virologistes concluent alors, avec précision, à la manière de la pythonisse des dessins animés d’Astérix et Obélix, que le soi-disant type d’Hémagglutinine a été trouvé. Pour ceci, ces scientifiques ont à leur disposition une multitude de méthodes de tests, qui, par leur interprétation, établissent avec précision que le type d’Hémagglutinine, que le "test scientifique" avait déjà à l'avance présupposé être présent, devient en plus démontré.

C’est exactement le même cas avec l'enzymes Neuramidase, qui est soutenue être un élément protecteur du manteau des virus de la grippe. Neuf types différents sont prétendus exister par les pseudo-virologistes. En réalité la Neuramidase est une enzyme qui, en séparant les parties d'un sucre aminé appelé Acide Neuraminique, régit la tension de surface décisive aux fonctions du métabolisme. De façon analogue à l’Hémagglutinine "viral", il y a une multitude de méthodes de tests corrompus qui "démontrent" le résultat - c’est-à-dire, l'"existence" - de précisément cette sorte de Neuramidase, que le devin virologiste avait déjà, à l'avance, présumé.
Par conséquent, ce n'est également pas miraculeux que ce coq turc, appartenant au fermier Dimitris Kominaris, âgé de 73 ans, de l'île Inousses dans l’Est égéen, qui est, en apparence, mort du H5N1, a disparu sans trace et qu’au laboratoire de référence en question n'est arrivé de Grèce aucun échantillon, et que, cependant, les médias clairvoyants ont signalé qu'un premier échantillon avait confirmé les soupçons.

Pour démontrer l'existence du H5N1, il n'est vraiment besoin d’aucun échantillon, puisque, comme cela est le cas pour toutes les maladies prétendues contagieuses, c'est une question d’action planifiée, pour des raisons politiques, afin d’induire la peur.


Dans les médias, des photos des virus de la grippe aviaire et des virus de grippe sont constamment montrées. Certaines de ces photos montrent des formations autour. Est-ce que ce ne sont pas des virus?


Non! Premièrement, ces formations rondes qui sont censés être des virus de la grippe sont, comme chaque biologiste moléculaire peut le voir, des particules de graisses et d’albumines artificiellement produites. Le profane peut vérifier cela en demandant la publication scientifique d’où ces images sont tirées et décrites, où la composition des formations montrées sont documentées. Une telle publication n'existe pas. [Les protocoles scientifiques décrivant la manière d’obtention de ces photos n’existent pas.]
Deuxièmement, ces images qui sont censées montrer des virus de grippe aviaire montrent, en réalité, comme chaque biologiste peut l’établir sans aucun doute, des éléments tout à fait normaux de cellules, ou montrent même des cellules complètes qui s'avèrent être juste en cours d'exportation ou importation d’éléments de du métabolisme. Le profane peut encore vérifier cela avec grande précision, en demandant ces publications sur lesquelles ces photos sont basées et de qui elles proviennent: Il ne recevra jamais de telles publications. La guilde du métier des alarmistes est peu disposée à exposer sa base commerciale, les escroqueries avec le laboratoire et les expériences sur les animaux.


Quand on demande aux agences d'images ou aux agences de presse telle que les DPA d'où ils tirent ces photos, alors ils vous renvoient à l'autorité américaine des maladies contagieuses, le CDC du Pentagone. De plus, du CDC provient une seule photo du prétendu H5N1.[Pentagone! La virologie est une arme? Elle est classée secret défense?]
Cette photo montre, en même temps, une section longitudinale et une coupe transversale de tubes dans des cellules que l'on fait mourir en éprouvette. En jargon scientifique, ces tubes sont appelés microtuboli et servent dans la séparation de la cellule et au transport et à la communication
On a cependant démontré que le H5N1 tue des embryons de poules et qu’il peut être cultivé dans des œufs. Quelle est l’arnaque dans ce cas?
Ces expériences ont été utilisées depuis déjà plus de 100 ans, pour "prouver" l'existence de plusieurs "virus" tout à fait différents les uns des autres, pour aussi, par exemple, celui du prétendu virus de la variole. Dans ces expériences, des extraits sont injectés à travers la coquille de l'œuf dans l'embryon. Comptant sur la quantité injectée et l’endroit dans l'embryon, l'extrait du supposé "virus infectieux" est injecté, et l'embryon meurt plus ou moins rapidement. Il mourrait de telles injections précises même si les extraits étaient, à l'avance, stérilisés.


Cette tuerie est alors présentée par ces virologistes, premièrement, comme preuve directe de l'existence du virus, deuxièmement comme preuve de la possibilité de multiplier le virus, et troisièmement comme preuve de l'isolement du virus.


A partir des embryons de poules tués de cette façon, dont des millions meurent silencieusement tous les ans dans les manufactures de vaccins, diverses substances à vacciner sont produites.
En plus des embryons de poules, des cellules sont également tuées dans des tubes à essais afin de présenter la mort de ces cellules comme preuve de l'existence, de la multiplication et de l'isolement d'un virus causant la maladie. Nulle part cependant ne figure un virus isolé de cette manière, photographié avec un microscope électronique et ses éléments décrits dans les processus du type appelé électrophorèse.



Mais alors qui tue les animaux dans les expériences sur eux, si ce n'est pas le H5N1?

En ce qui concerne cela aussi il suffit jeter un coup d'œil aux publications dans lesquelles ces expériences sur des animaux sont décrites. Des poules meurent en trois jours, lentement étouffées par l’administration d’un fluide à travers le tube de la trachée.

Chez de petits singes de Java, 30 jours avant la prétendus infection les transmetteurs de température sont placés dans l'abdomen, 5 jours avant la prétendue infection ils sont fixés dans une chambre dépressurisée, et au moment de la prétendue infection, une quantité de liquide correspondant à 6 verres de Schnaps pour des humains est pressé à travers le tube de la trachée de ces jeunes animaux. Des parties du même extrait de mort, qui sont en putréfaction, des cellules sont pulvérisées dans les deux yeux et dans les amygdales des animaux. Dans beaucoup de cas, des attaques de suffocation sont causées chez les animaux par le rinçage des tubes bronchiques, etc... Les dommages et la destruction en résultant sont alors présentés comme résultat du H5N1.
J'ai tôt informé à ce sujet le ministre de la Protection des Consommateurs, Künast, et l’actuel ministre, Trittin, qui se présentent comme protecteurs des animaux, par l'intermédiaire de leurs journalistes personnels. Il n'y a eu aucune réaction.


Mais le virus de la grippe espagnole a été reconstruit génétiquement et il a également été démontré que c’est un virus de grippe aviaire!


Ce que l'on affirme avoir génétiquement reconstitué n'est rien d'autre que le modèle d'une substance génétique d'un virus de la grippe. Un virus de la grippe n'a jamais été isolé et la substance génétique d'un virus de la grippe non plus. La seule chose qui a été faite, c'est de faire proliférer la substance génétique à l'aide de la réaction de chaîne polymérase. Grâce à cette méthode l'on peut aussi faire proliférer à volonté de nouveaux petits morceaux de substance génétique qui étaient auparavant inexistants.
Donc, il est aussi possible avec cette technique de manipuler l'empreinte génétique, c’est-à-dire, de déterminer si un échantillon et celui qui "a été trouvé" sont identiques ou différents. L'empreinte génétique n'assure qu'une certaine probabilité de conformité si beaucoup de substance génétique à comparer est retrouvée et ce, uniquement, si c’est effectué de façon consciencieuse.


Le Dr Jeffery Taubenberger, qui a allégué reconstruire le virus originel de la pandémie de 1918, travaille pour l'US Army, et il a travaillé pendant plus de 10 ans sur la production, dans la base d’échantillons provenant de différents cadavres humains, de petits morceaux de substance de gènes au moyen de la technique biochimique PCR. Dans la multitude de morceaux produits il a choisi ceux qui se rapprochaient le plus de l'idée du modèle de la substance génétique d'un virus de grippe, et il les a publiés.
Cependant, dans aucun de ces cadavres n’a été vu ou isolé un virus, ou n’a été vu un morceau de substance de gène tirée de l’isolement d’un virus. Au moyen de la technique PCR on n’a pu extraire aucun morceau de substance de gène dont l'existence dans le cadavre ne pouvait pas être préalablement démontrée.
Si les virus avaient été présents, alors ceux-ci auraient pu être isolés, et l'on aurait aussi pu extraire la substance de leur gènes; il n'y aurait eu aucune nécessité à ce que quelqu’un produise laborieusement, au moyen de la technique PCR - avec une intention manifeste de tromper - un patchwork du modèle d’une substance génétique ressemblant à l'idée d'un virus de grippe.



Comment un profane peut-il vérifier cela?


Au sujet des petits morceaux de substance de gène, qui au sens de la génétique sont incomplets et ne suffisent même pas à définir un gène, l'on maintient qu'ils formeraient ensemble la substance entière du gène du virus de la grippe.
Pour s’apercevoir de cette fraude, il suffit d'additionner les longueurs des morceaux publiées et de constater que la somme des longueurs, qui sont supposés donner toute la substance génétique du prétendu virus de la grippe, ne correspond pas à la longueur de l’idée du modèle du génome du virus de la grippe.
Plus simplement encore, demander dans quelle publication l'on peut trouver la photo au microscope électronique de ce virus censé être reconstruit. Il n’existe pas de telles publications.



L'on maintient que des expériences ont démontré que ce virus de 1918 reconstruit tuerait très efficacement. Où est la tromperie?


Si j'injecte dans un embryon de poule un mélange de morceaux artificiellement produits de substance de gène et des albumines en visant le centre de son cœur, alors il meurt plus rapidement que si j'injecte le mélange seulement dans la périphérie de l'embryon.
Si j'expose des cellules dans un tube à essais à une quantité de substance artificiellement produites de gène et des albumines, alors elles meurent plus rapidement que les cellules mourant dans un tube à essais dans les conditions standard, quelque chose qui est "normalement" présenté comme preuve de l'existence, comme preuve de l'isolement et comme preuve de la multiplication du prétendu virus.
Basés sur cette substance génétique artificiellement produite, qui est présentée comme virale, des modèles d’albumines sont faits avec des ordinateurs. Procédant à partir de ces modèles d'albumine, l'aspect du virus entier est reconstruit avec des ordinateurs. C'est tout, mais le monde entier croit que l’on peut reconstruire des virus dans les laboratoires. Ainsi, ce n'est nullement miraculeux, non plus, que des rapports de la CIA et du service secret britannique MI6 soutiennent qu'en Corée du Nord le régime communiste produirait maintenant des virus de grippe bien plus mortels que le H5N1.



Quelles conclusions tirez-vous de ceci?


Puisque la tête de la supposée Al-Qaida, Ben Laden, n'a pas été trouvée, - Al-Qaida en arabe signifie seulement La Route ["La Base" selon un ancien de la DST] - et que personne n'avait entendu parler de cette organisation avant l’effondrement des gratte-ciel à New York, puisque, justement, les virus supposés de la variole n'ont pas été trouvés, que n'ont été trouvées aucune arme de destruction massive de Saddam, Hussein - ce qui était la raison de la deuxième guerre d'Irak -, et que quelques virus mortels sont maintenant, une fois de plus, prétendus exister, il devrait devenir évident qui sont en réalité les terroristes et qui en réalité sont les kamikazes: Tous ce qui participent et y contribuent à la peur des virus!
Dans les plans de pandémie une rupture possible de l'approvisionnement et de l'ordre public, en liaison avec la déclaration de la pandémie de grippe aviaire, a été envisagée par l'OMS. Les évaluations de jusqu'à 100 millions de morts devraient être prises au sérieux.

Je vois, sous la menace, tous les habitants des maisons de retraite, qui en s’évadant du chaos et de la rupture des systèmes d'approvisionnement, et de l'ordre public, sans compter les petits enfants sans protection et sans défense, ils seront les premières victimes. Il serait à peine possible de dépeindre ce qui arriverait, si les fabricants de la maladie contagieuse déclaraient l'urgence déjà en l'hiver.


Est-ce que alors la substance Tamiflu, qui est achetée avec l'argent des impôts et maintenant stockée, protège les gens contre la grippe aviaire?


L'on soutient que cette substance ne protège personne contre la grippe. Le Tamiflu est censé fonctionner comme agent bloquant la Neuramidase. Il retient dans l’organisme la fonction de l'acide Neuramidase sur le sucre, qui est co-responsable de la tension superficielle des cellules.
Ses effets secondaires, qui sont indiqués sur la notice glissée dans les paquets de Tamiflu, sont presque identiques aux symptômes d'une grippe grave. Donc, sur une grande échelle, l'on stocke maintenant des médicaments causant précisément les mêmes symptômes que ceux qui apparaissent dans une prétendue grippe réelle - et qui cesseront, avec un docteur, après sept jours, et sans docteur, après une semaine.
Si le Tamiflu est administré à des malades, alors ce sera susceptible de causer des symptômes bien plus sérieux que ceux d'une grippe grave. Si une pandémie est dite exister, alors beaucoup de gens en même temps prendront cette médecine. Dans ce cas nous aurons, en réalité, les symptômes d'une épidémie de Tamiflu. Alors les décès provoquées par le Tamiflu doivent aussi être prévus, et cela sera ensuite présenté comme la preuve de la dangerosité de la grippe aviaire et l’évidence de l’anxiété de l’état pour que les gens soient en bonne santé.
Le modèle bien testé du SIDA se répète. En Espagne il est écrit, sur les notices glissées dans les boîtes de médicaments pour le SIDA, que l'on ne sait pas si les symptômes sont provoqués par le médicament ou par le virus.



Vous ne recommanderez donc aucune vaccination générale ou particulier contre la grippe aviaire?


Je ne recommande aucune folie.

Chaque substance vaccinale contient les produits toxiques qui ont des effets pendant longtemps avec pour résultat des petits ou grands dommages permanents. La loi de protection des vaccins exige, comme condition préalable nécessaire à la justification d’une vaccination obligatoire, le fait qu’il existe quelque chose qui cause une maladie, par exemple un virus.
Puisque aucun des prétendus virus causant la maladie ne peut exister, ni ne devrait exister, cela peut rendre illégale la vaccination contre la grippe, et contre la grippe aviaire.
Chaque vaccination qui s'est produite en Allemagne, après que la loi de la protection contre la vaccination soit en vigueur depuis le 1er janvier 2000, est une infraction pour dommages corporels graves. Naturellement, je ne recommande pas aux gens de se soumettre eux-mêmes, de devenir des victimes d’infractions à la loi et de crimes.



Qui à votre avis se trouve derrière tout ce que nous expérimentons aujourd’hui?


A ce sujet l'on peut seulement spéculer.

Naturellement, l'industrie pharmaceutique est heureuse des grandes affaires avec la peur de la grippe aviaire. Mais, en fait, chaque individu se trouve derrière cette folie. La situation est ce qu’elle est. La situation a pu déboucher sur ceci seulement parce que nous, en tant que citoyens, avons toléré que notre état agisse ainsi contre les personnes, bien que notre état soit officiellement un état de droit démocratique.


Celui qui attend que l'industrie pharmaceutique fasse quelque chose pour le bien des gens, attendra cela en vain. "Celui qui ne s'oppose pas maintenant vit à l'envers."
N'importe qui peut demander au Ministère de la Protection des Consommateurs, au Ministère de la Santé Publique etc., au sujet de cette preuve scientifique qui justifierait la peur de la grippe aviaire.
Ceux attendant que "les autres" fassent quelque chose ne devraient pas s’étonner si les autres ne font rien et si la situation ne reste pas ce qu’elle est mais devienne beaucoup plus mauvaise. Dans le dernier exemple, nous, les citoyens, dressés face à cela, c'est-à-dire ne faisant pas n'importe quoi pendant des années à ce sujet, avons vu la folie complète autour de nous et l'avons tolérée. Nous devons commencer à prendre notre responsabilité sociale, si nous ne voulons pas nous rendre et nous sacrifier nous-mêmes à la totale domination et au chaos d'une pseudo-science non contrôlée.



Doit-on alors à votre avis lutter contre la science?


La domination de la pseudo-science doit être vaincue au moyen d'une science sociale, caractérisée par son obligation d'exactitude et par sa possibilité de faire l'objet de recoupements, et par le contrôle de ses actions. L’actuel langage de la science médicale universitaire révèle une domination interdisant le contrôle démocratique, quand les praticiens de l’Ecole de Médecine et de l'Etat se réfèrent, pour justifier leurs actions, à "l'opinion dominante de la science médicale" à laquelle nous sommes censés nous soumettre même si cette domination maintient que les bébés sont apportés par les cigognes ou que la Terre est un disque plat.
Nous n'avons toutefois aucune raison de nous plaindre.

Il en est, et il n’en est pas, qui tolèrent cette ligne de conduite gouvernementale. Quoi qu'il en soit, personne ne devrait se demander s'il doit continue à tolérer la soumission à cette domination - car nous avons maintenant fait face à ces absurdes allégations de grippe aviaire - si, ensuite, il se réveille, un matin, pour constater, avec horreur, qu'il est mort: Tué par cette domination qu'il a tolérée en tant que citoyen d'un état de droit démocratique.
Dans un état de droit démocratique, la peur de la grippe aviaire serait simplement impossible, comme le SIDA et la vaccination. Nous, les citoyens devons occasionner l’éinstauration de l’état de droit. Alors, non seulement le SIDA mais aussi la pseudo-science et la grippe aviaire n'auront plus aucune chance. Je puis seulement dire: Ne donnons pas une occasion à la grippe aviaire! Ne croyons pas les mensonges qui sont dits! Vérifions les choses du dehors! Utilisons notre raison!




Pour ceux qui veulent faire quelque chose, il y a des suggestions à l'adresse: http://www.agenda-leben.de.

Interview réalisée par Christopher Ray, le 25 Octobre 2005.

 




Source:
http://rolf-martens.com/UNITE%21%20Infos/webstyle1/unite_info_251en.htm









Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 19:49

 

12 Conseils élémentaires de prévention afin de limiter l’exposition de l’utilisateur aux rayonnements du Téléphone Mobile

 

le site Next-Up, spécialisé dans les informations sur les ondes électro-magnétiques (OEM), donne ces 12 conseils, pas toujours faciles à mettre en pratique, mais qui nous rappellent qu'il faut rester extrêmement prudent.

 

1 -

Utiliser un kit piéton (main libre) en éloignant à plus de 20/30 cm le portable de son corps afin de limiter les effets des rayonnements sur sa propre personne [zone sécurité vidéo], limiter le nombre et la durée des communications à 6 minutes maximum qui est le temps nécessaire à l’autorégulation du corps, passé cette durée l’autorégulation n’est plus possible [bases réglementaires normatives - Legifrance].

2 -

Ne pas porter son téléphone mobile près de son corps, même en veille et dans tous les cas ne pas téléphoner à moins d’un mètre d’une personne, afin de diminuer l’impact de la "Téléphonie Passive"..

3 -

Déconseiller fortement, voire ne pas utiliser un téléphone mobile en dessous de 15 ans (phase de croissance, avec une masse de tissus moindre, les rayonnements ont une nocivité accrue, notamment par rapport au cerveau, à l’ouverture de la Barrière Hémato-Encéphalique, à la chaîne d’ovaires, etc…).

4 -

Déconseiller l’utilisation d’un téléphone mobile à une personne âgée et à toute personne en état dit de faiblesse (les rayonnements affaiblissent encore plus l’organisme), ainsi qu’aux femmes enceintes (le liquide amniotique dans lequel se développe l’embryon, puis le foetus est un milieu très absorbant aux rayonnements artificiels Hautes Fréquences micro-ondes des communications mobiles).

5 -

Ne téléphoner que dans des conditions de réceptions optimales, en règle générale ne pas utiliser le portable dans tous les lieux confinés comme véhicules, bus, métro, avions, trains, ascenseurs, sous-sols, tunnels, etc . . . la puissance d’émission et de réception, donc des rayonnements étant décuplés. De plus, sous certaines conditions, les seuils d’immunité de la Compatibilité Électromagnétique (CE) peuvent être dépassés et provoquer des bugs sur l’électronique d’asservissement embarquée.

6 -

Ne pas téléphoner en se déplaçant, trains inclus, la puissance d’émission et de réception en irradiation de l’antenne relais de votre mobile sont décuplées celle-ci étant en recherches constantes de stations. Si le train est équipé d’un système relais de connexion satellitaire, c’est non seulement l’utilisateur, mais tous les passagers qui sont irradiés en champs proches par toutes les antennes relais indoor.

7 -

Ne pas téléphoner dans un véhicule, même à l’arrêt. Dans un espace métallique fermé il se produit le phénomène dit "cage de Faraday" qui en plus optimise au maximum les effets nocifs des rayonnements par réflexions, non seulement sur l’utilisateur, mais aussi sur tous les passagers, notamment les enfants. En conséquence, il est impératif de sortir du véhicule pour téléphoner.

8 -

Ne pas garder son portable allumé la nuit près de son lit car même en mode veille l’antenne relais du portable se connecte à l’antenne relais de la station de base et rayonne par phases [Syndrome M-O].

9 -

Acquérir de préférence : - un portable avec un indice de Débit d’Absorption Spécifique des tissus humains appelé DAS dont la valeur soit la plus basse possible, notamment à celle réglementaire de 1,1 W/Kg des orbites et joues. - un portable avec une antenne relais apparente, car même si le portable est moins ludique, l’antenne relais omnidirectionnelle diffuse de façon optimale, donc à moindre puissance par rapport à une antenne relais intégrée, donc préférer le critère santé au "look" du téléphone mobile..

10 -

Déconseiller l’utilisation d’un mobile à toute personne qui possède des éléments à base de métal magnétique ou amagnétique dans la tête du type amalgames, prothèses, appareils dentaires, plaques, vis, clips, piercings, boucles d’oreilles, lunettes, ce conseil étant étendu aux utilisateurs de béquilles, déambulateurs ou de fauteuils roulants métalliques, ceci afin d’éviter toutes réflexions, amplifications, points chauds, phénomène dit de résonance, réémetteurs passifs, etc .... Pareillement aux personnes ayant reçues une injection contenant un ou des adjuvants de dérivés vaccinaux métalliques.

11 -

Utiliser des protections anti-ondes personnelles dites mécaniques (voiles, complexe films métalliques, coffrets, etc . . .) qui ont un effet reconnu positif, pareillement pour les lieux de vie.

12 -

Passer le plus possible des communications mobiles aux communications filaires sans irradiation, qui en sus sont maintenant la plupart du temps GRATUITES et illimitées avec internet, même à l’international.

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 17:25





Un acte responsable et citoyen

 

 

Les problèmes d’environnement et de pollution font la une de tous les journaux. Cette nouvelle prise de conscience est salutaire, mais encore faut-il ne pas rester passif et croire que « c’est le problème des autres ». Les solutions concernent chacun d’entre nous et nécessitent une remise en cause de nos mauvaises habitudes et des efforts pour adopter quotidiennement une attitude responsable et citoyenne.

 

On estime qu’aujourd’hui chaque Français produit en moyenne 1,6 kg d’ordures par jour, soit environ 352 kg par an, ce qui représente chaque année 24,5 millions de tonnes de déchets… Notre société est devenue hyper productive en déchets, soit, mais ne baissons pas les bras… et relevons plutôt nos manches !

 

 

OU JETER ?

  

Ne pas jeter n’importe où. Une règle qui semble dictée par le bon sens, et pourtant loin d’être appliquée par tous. Vous mettez votre poubelle dans les conteneurs prévus à cet effet, certes. Mais êtes-vous sûrs d’avoir des réflexes écologiques pour des petits gestes insignifiants ?

 

♥  Vous êtes en vacances, enfin détendus. Votre décontraction va-t-elle jusqu’à abandonner (en plus de votre stress), les restes de votre pique-nique à Dame Nature ? Chaque fin d’été, on recense par exemple quelque 750 millions de débris sur et dans la Méditerranée… 

 

♥ La forêt, c’est super ; avec un peu de chance, on ne croise personne. Justement, ni vu ni connu pour laisser là une bouteille en plastique ou une cannette en aluminium. Sauf qu’il faudra dix ans pour que la cannette se dégrade et plusieurs siècles pour la bouteille en plastique. Joli héritage pour nos enfants !

 

♥ Quand vous manger un chewing-gum, le papier se retrouve-t-il dans le caniveau ou reste-t-il dans votre poche (en attendant d’être jeté proprement) ? Ce même chewing-gum, lorsque son goût est épuisé, va-t-il décorer l’asphalte et faire le malheur de nos semelles ? Remarquez que, si vous avez gardé le papier dans votre poche, vous aurez un emballage providentiel ! 

 

♥ Vous fumez ? Que faites-vous de vos mégots ? Par terre ? Pourtant, il est peu probable que vous fassiez de même chez vous…

 

♥ Vous avez peut-être un chien ? Et bien sûr, il vous semble logique, du moins inévitable, de lui laisser faire ses besoins dans la rue… 

La rue est devenue l’endroit où s’exerce les attitudes qu’en aucun cas on ne supporterait dans notre environnement proche. Et pourtant elle devient bien le reflet de notre inconscient, de notre ombre, de la noirceur que nous ne voulons pas voir en nous, mais qu’il nous est si facile de percevoir chez les autres…

Rappel de quelques règles essentielles pour un quotidien de qualité.

 

 

TRIER

  

La poubelle, instituée en 1882 par le préfet du même nom, a vu sa fonction se démultiplier. Aujourd’hui, grâce à la sensibilisation au recyclage, les poubelles en voient de toutes les couleurs. 

 

♥ Du vert pour les bouteilles et toutes sortes de verre ;  

♥ Du bleu pour les journaux, les prospectus, les magazines ; 

♥ Du blanc pour les emballages en plastique.  

 

Les couleurs peuvent varier d’une commune à l’autre, mais trier ses déchets est à l’ordre du jour. Les  pouvoirs publics ont intensifié les campagnes d’information et les collectivités locales et les municipalités installent un nombre croissant de conteneurs et de déchetteries.

 

Les déchets ainsi sélectionnés atterriront dans l’une des  1600 déchetteries de France. Proscrivez les décharges, elles défigurent l’environnement et représentent des menaces pour l’air, les nappes phréatiques, la flore, la faune. 

 

 

DECHETS DANGEREUX

 

Attention, se débarrasser de certains déchets peut être dangereux. Piles, accumulateurs, huiles de vidange usagées, néons, médicaments, peintures, insecticides… contiennent des métaux lourds, produits toxiques ou substances chimiques néfastes à la santé et dangereuses pour l’environnement. Savez-vous qu’une simple pile peut polluer un mètre cube de terre pendant cinquante ans ? !  

 

♥ Si vous pratiquez vous-même votre vidange et changez votre batterie, apportez les produits usagés chez le garagiste, un relais Vert Auto ou dans des conteneurs sur les parkings de supermarchés. Pour connaître les garagistes qui récupèrent ces produits, consultez sur minitel le 3615 Ademe.  

 

♥ Pour ce qui est des piles usagées, les rapporter au magasin où vous les avez achetées ; certains commerces mettent à votre disposition des bacs de récupération. 

 

♥ Pour éviter de contaminer les égouts et au final les stations d’épuration, ne jetez pas de produits toxiques dans votre évier (acétone, white-spirit,…). 

 

♥ Choisissez des nettoyants biodégradables, de préférence des produits verts garantis par des labels NF Environnement.  

 

♥ Les pharmaciens reprennent les médicaments, tubes, flacons, étuis usagés. Ils seront soit recyclés, soit redistribués, s’ils sont toujours actifs, à des associations humanitaires (ce qui n'est pas toujours la panacée). 

 

♥ Pour les matériels volumineux, votre mairie vous indiquera la déchetterie la plus proche et vous fournira les dates d’enlèvement des objets encombrants.

 

 

 

JARDINEZ PROPRE

 

L’idéal, lorsque l’on possède un jardin, c’est qu’une grande partie des déchets ménagers peut être recyclée et trouver une seconde vie bien utile. Seulement être un jardinier du dimanche ne veut pas forcément dire respecter la nature… Engrais en excès ou mal dosés, insectes éradiqués, … parfois pour avoir un « joli » jardin, on en arrive à ne plus respecter la nature et ce qu’elle représente. Quelques trucs pour garder les pieds sur terre ! 

 

♥ Pelures de légumes et de fruits, restes de viandes, de pain, marc de café, sont biodégradables et seront transformés en biogaz, source d’énergie. On peut y ajouter d’autres résidus : feuilles mortes, herbe tondue,… Si on les laisse se décomposer à l’air libre, ils fournissent un compost, terreau fertile utilisé par les céréaliers, viticulteurs, mais aussi les jardiniers.  

 

♥ N’abusez pas d’engrais, désherbants et autres pesticides. Respectez les doses prescrites. Le mieux reste encore de se rendre dans des coopératives bio, où se vendent aussi des produits de jardinage qui ne nuisent pas à l’environnement. Et pourquoi pas acheter un petit manuel de jardinage bio, afin d’introduire de nouvelles habitudes dans la pratique du jardinage.

  

♥ Ne détruisez pas systématiquement les insectes, qui font aussi partie d’un écosystème. Observez l’environnement : coccinelles et mésanges sont grandes consommatrices de pucerons. Une seule larve de coccinelle peut manger 80 à 150 pucerons par jour (80 F la boîte de 60 œufs). Le choix de la plante est également important : il en existe qui « décourage » certains insectes : le céleri repousse la piéride du chou ; les capucines chassent la mouche blanche de la tomate ; lavande, menthe, œillet d’Inde éloignent les fourmis. Il existe des colliers répulsifs anti-fourmis à fixer autour des troncs d’arbre. Utilisez un insecticide naturel à base de roténone ou des cartons jaunes englués qui attirent et capturent les insectes, ce qui évite les pulvérisations intempestives.

 

♥ Arroser modérément pour économiser l’eau. Une plante pas trop arrosée cherchera l’eau en profondeur avec ses racines, deviendra plus résistante et moins gourmande.

 

♥ Tout en respectant ses goûts d’aménagement, savoir que planter un arbre, c’est mieux que d’arracher ou détruire des plantations. Car davantage d’arbres, signifie moins de pollution.

 

♥ Eduquer par le jardinage, son entourage, ses petits enfants. Apprendre dès le plus jeune âge à être sensibilisé à la nature, c’est déjà un pas pour l’écologie. Respecter un insecte, une fleur, un arbre, c’est l’enseignement de valeurs universelles et c’est, nous dit Jean-Marie Pelt (1) « la base de la morale sociale et d’une nouvelle alliance avec la nature ».

 

 

On le voit par tous ces exemples, la société de demain, c’est nous qui la construisons. Certes, il faut aussi s’organiser pour faire pression auprès des pouvoirs publics afin que ceux-ci organisent les structures et les lois nécessaires à l’application d’une attitude écologique, capable de protéger l’environnement et l’Homme, qui, ne l’oublions pas, est dépendant de cet environnement. Mais c’est essentiellement par notre comportement quotidien, qui n’a besoin pour exister que de notre conscience et de notre persévérance, que notre environnement pourra se transformer favorablement.

 

 

Michèle Théron

Praticienne de santé Naturopathe

 

Article paru dans "Objectif Notre Santé"

 

 

 

 

(1) Jean-Marie Pelt est président de l’Institut européen d’écologie de Metz, auteur de plusieurs ouvrages.

 

Adresses utiles :

 

*France Nature Environnement 57, rue Cuvier 75231 Paris Cedex 05

*Nature et Progrès 68, boulevard Gambetta 30700 Uzès

*Les Amis de la Terre, 15, rue Gambey 75011 Paris

*Eco-Emballages 44, av Georges-Pompidou BP 306 92302 Levallois-Perret Cedex

*Union des entreprises pour la protection et la santé des jardins 59, av de Saxe 75007

*Profertyl : catalogue VPC de produits pour jardiner bio ;

*Greenpeace

 







Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 17:11

LES TRUCS DE LA NATURO

 

Simples et bon marché,

des habitudes à adopter et à ne plus oublier…

  

 

Vous avez une baignoire, une grande cuvette, 5 à 10 minutes devant vous et vous voulez passer une nuit paisible ?

 

 

... Vous avez des problèmes d’endormissement,

... Vous cogitez trop,

... Votre journée était harassante

... Et vous souhaitez profiter au maximum de votre nuit ?

 

 

Le pédiluve est pour vous !

Sortez une bassine assez grande pour y mettre vos deux pieds (ou servez-vous de votre baignoire), préparez une serviette et un petit flacon d’huile essentielle de lavande (mais cela peut être aussi de l’orange douce par exemple, si vous préférez cette odeur)

 

 

A faire :

 

 

- Faites couler de l’eau très chaude (limite insupportable, sans être « maso ») ;

- Remplissez votre bassine ou la baignoire de telle sorte que l’eau puisse monter jusqu’à vos chevilles ;

- Restez 5 à 10 minutes, le temps que la chaleur crée une vasodilatation ;

- Respirez profondément, massez votre plexus avec quelques gouttes d’huile essentielle de lavande ;

- En sortant, séchez-vous et massez-vous généreusement la plante des pieds avec l’huile essentielle de lavande ;

Vous devez partir au lit détendu, avec, dessinées par la chaleur, des petites socquettes rouges sur les chevilles !

 

 

Evitez :

 

 

- si vous avez les jambes gonflées

- des problèmes de circulation de retour

- ou terminez par une douche fraîche très rapide et une crème circulatoire type RAP ou un massage des pieds jusqu'aux genoux avec de l'huile essentielle de cyprès.

 

 

Bonne nuit !

Michèle Théron
Praticienne de santé Naturopathe

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 21:14

 

 

Bonjour à tous,

 

 

J’ai le regret de vous faire part du décès de notre confrère André Passebecq, dans sa 91ème année, le 5novembre dernier.

 

Toutes celles et ceux qui l’ont connu garderont en mémoire sa passion pour la naturopathie et l’engagement qu’il témoignait inlassablement dans ses conférences, ses stages d’hygiène vitale naturelle et sa bonne vingtaine de livres, publiés aux éditions Dangles surtout.

 

A 29 ans, il devait être opéré d’un ulcère gastrique sévère (au premier stage cancéreux) et il se guérit après avoir consulté le fameux naturopathe Horace Jarvis, en Grande Bretagne. Devenu l’un des grands pourfendeur des vaccinations et des médicaments, il s’engagea de plus en plus ouvertement dans la dualité médecine conventionnelle versus naturopathie : Il affirme : « la médecine allopathique soufre de l’ignorance (des lois de la nature), de la croyance erronée (dans la toute puissance des médicaments) et du fric » (lié à l’industrie pharmaceutique) !

 

Jadis l’un des bras droits de Pierre-Valentin Marchesseau et intime du biologiste Raymond Lautié, il appartenait à cette génération de nos frères aînés, avec Robert Masson, Boris de Bardo ou André Roux. Créé en 1960, son centre de Gréolières (arrière pays niçois), « Vie et Action », a reçu près de 5000 étudiants et sympathisants qui vinrent s’initier in vivo à une naturopathe conviviale et familiale. Il écrivit aussi beaucoup sur la psychologie, la graphologie, l’étude des ongles, la psychosomatique naturelle et l’accompagnement des pathologies selon les médecines naturelles…

De 1982 à 1993, il enseigna la naturopathie aux médecins, dans le cadre de la Faculté de Bobigny / Paris XIII (DUMENAT de naturothérapie).

 

Toute cette médiatisation lui valut nombre de conflits avec les autorités administratives, l’ordre des médecins et le fisc (comme beaucoup d’autres « locomotives » de notre profession…), et une bonne dose de stress, probablement à l’origine de ses soucis cardiaques d’il y a quelques années.

L’une des devises d’André Passebecq fut le mot de Goethe : “Celui-là est digne de la liberté et de la vie, qui doit les conquérir chaque jour”. Gageons que sa vie fut bien remplie et à l’image de cet idéal.

 

Bonne route à toi, André, merci de ton œuvre, et Haut les Cœurs !

 

Daniel Kieffer

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 11:43

 




La paternité de cette prière, qui orne le cabinet de bien des médecins et chirurgiens-dentistes juifs, n'est pas unanimement attribuée au « sage de Fostat », encore qu'elle soit rédigée dans son style. Fred Rosner (in la Médecine tirée du Mishneh Torah), par exemple, estime qu'elle ne peut être antérieure à 1783.

 

 

 

 

La prière médicale attribuée à Moïse Maïmonide

 

 


« Mon Dieu, remplis mon âme d'amour pour l'Art et pour toutes les créatures. N'admets pas que la soif du gain et la recherche de la gloire m'influencent dans l'exercice de mon Art, car les ennemis de la vérité et de l'amour des hommes pourraient facilement m'abuser et m'éloigner du noble devoir de faire du bien à tes enfants. Soutiens la force de mon cœur pour qu'il soit toujours prêt à servir le pauvre et le riche, l'ami et l'ennemi, le bon et le mauvais.

Fais que je ne voie que l'homme dans celui qui souffre. Fais que mon esprit reste clair auprès du lit du malade et qu'il ne soit distrait par aucune chose étrangère afin qu'il ait présent tout ce que l'expérience et la science lui ont enseigné, car grandes et sublimes sont les recherches scientifiques qui ont pour but de conserver la santé et la vie de toutes les créatures.

Fais que mes malades aient confiance en moi et mon Art pour qu'ils suivent mes conseils et mes prescriptions. Éloigne de leur lit les charlatans, l'armée des parents aux mille conseils, et les gardes qui savent toujours tout: car c'est une engeance dangereuse qui, par vanité, fait échouer les meilleures intentions de l'Art et conduit souvent les créatures à la mort. Si les ignorants me blâment et me raillent, fais que l'amour de mon Art, comme une cuirasse, me rende invulnérable, pour que je puisse persévérer dans le vrai, sans égard au prestige, au renom et à l'âge de mes ennemis. Prête-moi, mon Dieu, l'indulgence et la patience auprès des malades entêtés et grossiers.

Fais que je sois modéré en tout, mais insatiable dans mon amour de la science. Éloigne de moi l'idée que je peux tout. Donne-moi la force, la volonté et l'occasion d'élargir de plus en plus mes connaissances. Je peux aujourd'hui découvrir dans mon savoir des choses que je ne soupçonnais pas hier, car l'Art est grand mais l'esprit de l'homme pénètre toujours plus avant.»

 

 

 

PRIRE_maimonide--2-.jpg

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 16:37

  LES TRUCS DE LA NATURO

 

Simples et bon marché,

des habitudes à adopter et à ne plus oublier…

 

 

Vous avez une baignoire, 5 minutes devant vous et vous voulez vous tonifier pour la journée?

 

Alors commencez votre journée avec un « bain de siège ».

 

 

A faire :

 

·Préparez une grande serviette, éventuellement un gant de crin, de l’huile essentielle d’épinette noire ;

 

·Remplissez votre baignoire d’eau froide à 1/3 (de telle sorte que l’eau arrive dans le pli de l’aine quand nous serez assis) ;

 

·Prenez une grande respiration … et entrez dans la baignoire ; si c’est trop dur, vous pouvez laisser vos jambes en dehors de l’eau, puis les plonger après ; ne bloquez pas votre respiration ;

 

·Comptez jusqu’à 20, restez au maximum 1 minute en fonction de votre terrain (qui aura été défini lors d’une consultation avec un naturopathe) ;

 

·Sortez, séchez-vous, frictionnez-vous les reins, le ventre et les jambes ;

 

·Appliquez quelques gouttes d’huile essentielle d’épinette noire sur la région des lombaires, pour stimuler les surrénales ; une chaleur se dégage rapidement de l’organisme.

 

 

A ne pas faire :

 

L’eau ne doit pas monter trop haut sur les reins

Eviter :

- au moment des règles

- en période de trop grande fatigue, en cas de sous-vitalité

- en cas de trop grande frilosité

 

 

Autres indications :

  

- hémorroïdes

- leucorrhées

- fièvre

- resserre les tissus

- décongestionne le petit bassin

 

 

 

 

 En route pour une journée pleine d’entrain !

 

 

 

 

  

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 16:21

Les trois techniques incontournables pour retrouver l’équilibre

 

 

La naturopathie utilise une dizaine de techniques  pour optimiser ses résultats : plantes (aromathérapie, phytothérapie), alimentation, exercice physique, psychologie, réflexologie, culture respiratoire, hydrothérapie, techniques manuelles, actinologie, magnétologie...

 

Parmi toutes ces techniques, trois ont été nommées «  techniques majeures », c’est à dire incontournables : alimentation, exercice physique, psychologie. Elles figurent dans tout programme d'hygiène vitale et furent adoptées en 1985 par la FENAHMAN (1).

 

 

Pourquoi ces trois techniques?

 

Tentons d'y répondre en faisant une sorte d'inventaire -partiel- des fonctions ou des organes touchés par ces trois techniques afin de montrer qu'elles parviennent à modifier en profondeur toutes les fonctions vitales et cela sur tous les plans de notre organisme : physique, énergétique et mental.

Pourquoi ces trois techniques ? A cette question on pourrait déjà simplement répondre :

 

- l'alimentation pour nourrir son corps

- l'exercice physique pour habiter son corps

- la psychologie pour accepter son corps

 

Ces trois techniques peuvent de plus être superposées avec les trois pôles énergétiques que Rudolf  STEINER a établi (2) :

 

- l'alimentation pour le pôle métabolique

- l'exercice physique pour le pôle rythmique

- la psychologie pour le pôle neuro-sensoriel

 

 

L'alimentation : Nourrir son corps

 

Faisons en premier lieu référence et hommage à Hippocrate : "Que l'aliment soit ton premier remède". En effet, il s'agit là de ne pas considérer l'aliment uniquement dans sa dimension épicurienne, mais dans sa valeur thérapeutique.

 

L'alimentation va jouer un rôle sur 3 niveaux :

 

- énergie physique,

- énergie éthérique

- harmonisation de la personnalité

 

1- L'énergie physique :

 

- c'est la première énergie concrète que notre corps va recevoir pour fonctionner, agir, sentir, penser; il va y puiser les substrats que sont les acides aminés, les acides gras, le glucose, c'est à  dire les briques;

- de la qualité des aliments ou de leur choix dépendra la quantité ou la biodisponibilité de micro-éléments indispensables à la réalisation des fonctions vitales (enzymes, vitamines, oligo-éléments, minéraux, tous catalyseurs essentiels);

- c'est la nourriture qui va déterminer la qualité de nos humeurs (sang, lymphe, liquides interstitiels), c'est à dire la qualité de notre métabolisme et préserver ainsi l'homéostasie (équilibre entre toutes les fonctions);

- la qualité et la quantité d'aliments vont conditionner tous les processus de digestion, de sécrétion, d'assimilation, d'élimination :

- par exemple, une carence en aliment cru peut entraîner un surmenage des enzymes digestives par manque d'enzymes alimentaires

- un manque de fibres ralentira le transit intestinal et ne permettra pas à l'intestin de drainer les toxines biliaires ou les lipides excédentaires

- les excès alimentaires vont provoquer des surcharges, un ralentissement du métabolisme, un encrassement des émonctoires

- les associations alimentaires jouent un rôle au niveau de la capacité digestive, pouvant entraîner une perte d'énergie supplémentaire

 

Ces exemples montrent qu'une mauvaise gestion de l'alimentation aura pour conséquences tout un ensemble de pathologies comme prise de poids, constipation, surmenage digestif, diabète, cholestérol, chute immunitaire, fatigue rénale, problèmes cardio-vasculaires,... et cela jusqu'au stade lésionnel.

En effet, en sollicitant nos organes, nos glandes, notre système nerveux d'une certaine façon, chacun d'entre eux apporte une réponse spécifique, pouvant aller un jour jusqu'à l'anarchie ou la panne.

Ainsi de l'alimentation dépend un équilibre important qui concerne toutes les grandes organisations de notre organisme, tant au niveau de l'énergie, de l'immunité, du métabolisme que du système hormonal.

 

 

2- L'énergie éthérique

 

Le corps reçoit aussi de la nourriture une énergie plus subtile : sa force vibratoire, contenue dans les particules éthériques et qui à la première bouchée sont déjà capables de procurer une sensation de réconfort, avant même que la nourriture soit digérée.

 

Ces énergies vont donc nourrir le corps éthérique de l'être humain qui est porteur de vitalité et responsable de toute une chaîne de fonctions :

- assimilation, élimination, croissance, entretien, forces formatrices (pour l'éther chimique)

- forces de reproduction (pour l'éther vital),

- système nerveux, glandulaire, circulatoire (pour l'éther lumière)

- mémoire (pour l'éther réflecteur)

 

 

3 - Rôle d'harmonisant

 

On peut en effet affirmer que faire un repas harmonieux, conscient, mesuré, c'est déjà en retirer un bénéfice psychique. C'est comme se lever du bon pied,  ou comme être en règle avec soi : la suite de la journée n'en est que meilleure !

 

 

L'EXERCICE PHYSIQUE :

Habiter son corps, par le souffle et par le mouvement

 

1 - Par le souffle

 

- l'exercice physique accroît l'amplitude de la respiration et respirer, c'est faire entrer la vie, l'oxygène, c'est à dire participer à la ventilation de tout l'organisme et l'oxygénation des cellules;

- respirer, c'est permettre une meilleure combustion : comme l'air avive la flamme,  une respiration entraînera une meilleure digestion et un meilleur métabolisme;

- respirer c'est augmenter l'élasticité du diaphragme, assouplir toute la zone du plexus et se mettre en relation avec les centres nerveux sensibles aux émotions;

- on sait aussi que la respiration agit sur de multiples fonctions :

*sur l'appareil cardiaque

qu'elle est la clé de la circulation sanguine (en particulier la circulation de retour)

*qu'elle améliore l'appareil lymphatique

*qu'elle favorise le transit intestinal et la digestion, par le pompage des viscères

le souffle est par ailleurs le chef d'orchestre qui va harmoniser le pôle métabolique (viscéral) et le pôle neuro-sensoriel (mental), c'est à dire le corps et l'esprit, c’est ainsi qu’il servira d'interface entre le bas et le haut; le souffle devient ainsi la frontière sensible entre la santé et la pathologie.

Un souffle bien placé et libre permettra de freiner :

-les maladies de sclérose, de froid, pour le pôle neuro-sensoriel (tendance trop cérébrale)

-les maladies inflammatoires ou d'anarchie cellulaire pour le pôle métabolique (tendance trop "épicurienne")

 

Savoir contrôler sa respiration, l'amplifier ou la freiner suivant les circonstances, permet une transformation physique, énergétique et psychique et d'un meilleur souffle dépendra donc l'amélioration de toutes les fonctions qui y sont liées.

 

 

2 - Par le mouvement

 

Le mouvement est comme le souffle synonyme de vie.

- il va amener du sang, de la chaleur, des minéraux;

- il va renforcer la musculature, développer la souplesse, l'équilibre;

- il va accélérer le recyclage des humeurs, en luttant contre les difficultés de transport des nutriments dans l'organisme, puisque la sédentarité constitue un barrage :

-par exemple l'exercice physique peut multiplier par 10 l'accélération des liquides : la lymphe mettra 3 heures à être recyclée au lieu de 20 heures;

-un effort physique intense va entraîner une combustion des réserves énergétiques et des déchets accumulés dans les tissus, une oxygénation plus intense et donc une meilleure oxydation au niveau cellulaire (les déchets sont dégradés par oxydation), ainsi les toxines incrustées dans les tissus seront dégradées sur place; le mouvement va donc aider les émonctoires dans leur fonction éliminatrice ;

- il va aussi opérer une déconnexion cortico-diencéphalique (le cerveau est « débranché »), un défoulement, un lâcher-prise des tensions et il sera à ce titre un facteur anti-stress;

 

 

3 - Rôle d'harmonisant

 

- le mouvement va permettre d'entrer en contact avec son corps, de le vivre plus intensément, plus en profondeur ou plus librement, de connaître et de dépasser ses limites, de se créer un nouveau schéma corporel;

- il peut parfois aider à se construire une nouvelle silhouette ou de nouveaux volumes;

- il sera dans bien des cas à l'origine de nouveaux contacts humains capables de nous faire évoluer dans la relation à l'autre;

- il peut aussi relier l'être humain à l'esthétique,  à la beauté et dans ce cas il devient un pont jeté entre soi et l'art ou la beauté;

- mais il sera surtout harmonisant par le plaisir, la gratification qu'il procure et par son aspect ludique;

 

 

LA PSYCHOLOGIE :

Accepter son corps physique et émotionnel

 

L'alimentation ne peut pas tout résoudre car il n'y a probablement pas de régime parfait face à un individu unique, pas plus qu'il n'y a une nourriture idéale ou parfaitement pure (surtout à notre époque, où nos assiettes se remplissent d’aliments de plus en plus toxiques).

Aussi la psychologie est-elle une technique essentielle, car on ne peut plus ignorer l'importance des maladies psycho-somatiques.

 

Cette technique intervient pleinement en cure de désintoxication et en cure de revitalisation à la fois comme une dérivation et comme un travail de fond. Elle va permettre un déconditionnement à la douleur, au conflit et un reconditionnement vers une acceptation, une restructuration positive de la vie. Cette technique, bien que s'appliquant au psychisme, va aussi agir sur les plans physique et énergétique et jouer bien sûr un rôle d'harmonisant.

 

 

1 - Le plan physique

 

La psychologie permet de s'attaquer à la cause de tout problème, qui peut bien évidemment avoir des conséquences sur :

- l'alimentation : on peut mal se nourrir pour des raisons purement psychiques (anorexie, boulimie,...)

- l'énergie : ruminer, être angoissé, affronter de graves problèmes engendre des tensions, et signifie une perte d'énergie pour l'organisme

- la santé : parce que vivre en conflit avec soi-même ou les autres sans parvenir à trouver une solution acceptable risque de provoquer un bouleversement si profond que l'organisme peut aller dans le sens de l'auto-destruction (on sait par exemple que la plupart des cancers ont pour origine une cause émotionnelle : conflit, divorce, deuil,...)

 

Ainsi, réorganiser son mental, c'est réorganiser toute une énergie, qui va circuler plus librement grâce aux barrages levés. Cette énergie va dynamiser les cellules, les faire rayonner et fonctionner dans le sens de la construction, de la régénérescence.

 

 

2 - Le plan psychique

 

Un travail sur soi va permettre :

- un lâcher-prise, c'est à dire "se confier", "s'en remettre" à quelqu'un;

de mieux gérer la dualité qui habite le corps;

- d'apprendre à mieux se connaître, savoir où sont ses limites, ses manques, ses désirs et les accepter pour les transcender et réveiller ce qui dort en soi;

- de dénouer les blocages psychiques pour dénouer les blocages physiques gardés en mémoire dans l'organisme;

 

Intégrer la dimension psychique, parce que l'esprit a un pourvoir sur la matière : les jours de grand bonheur en témoignent, car tout le corps rayonne, quelque soit la nourriture absorbée (un repas non "conforme" n'aura pas de fâcheuse conséquences s'il est pris dans une ambiance conviviale et de bonheur).

 

 

3 - Rôle d'harmonisant

 

La psychologie comme outil de transformation aura un rôle d'harmonisant de la personnalité, car une écoute de soi permet d'harmoniser ses comportements, de se sentir cohérent à l'intérieur de soi et qu'être conscient offre toujours de beaux moments et une dimension supérieure à la vie.

 

Ces techniques, alimentation, exercice physique, psychologie, permettent à elles trois de prendre en compte les trois dimensions principales de l'être humain : physique, énergétique et psychique,  jouant chacune à leur manière en totalité ou en partie sur ces plans et régulant tout un flot de fonctions vitales ou d'organes. Ainsi portent-elles bien leur nom de « techniques majeures », car si elles englobent si bien les subtiles dimensions de l’être humain, comment ne pas les concevoir comme essentielles, indispensables à notre équilibre ?

 

Aujourd’hui, cet équilibre est chaque jour menacé, remis en cause, par les conditions de vie difficiles, les tensions sociales, la pollution, une hygiène de vie dénaturée. Notre pauvre corps essaie de « surfer » au milieu de ces intempéries, mais la lutte est rude. Et pour lui garantir un minimum d’équilibre, il faut pouvoir lui offrir une stratégie complète, qui le respecte, l’intègre dans sa globalité et ne le réduise pas à un morceau de viande ou à une juxtaposition d’organes en souffrance.

 

Nous sommes cette globalité corps/énergie/âme et pour nous bien porter, encore faut-il en prendre conscience. Que souhaitons-nous offrir à nous-même ? C’est la question qu’il faut nous poser pour entrevoir les bonnes réponses et se diriger vers de bonnes techniques.

 

Ces trois techniques essentielles, parce que donnant du sens à notre existence, ont chacune une importance capitale, mais l'une sans l'autre peut se révéler impuissante. Ce n'est que la synergie des trois qui est capable de générer une transformation vers un mieux-être, comme une recette alchimique qui saura transformer notre plomb en or.

 

Michèle THÉRON

Praticienne de Santé Naturopathe

Article paru dans "Objectif Notre Santé"

 

 

(1) Fédération Française de Naturopathie, fenahman@free.fr

(2) Pôles énergétiques aux fonctions différentes établis par Rudolf Steiner, « père » de l’anthroposophie :  métabolique (ou viscéral, qui gère les échanges nutritifs), rythmique (ou cardiaque, qui gère le souffle et les échanges gazeux), neuro-sensoriel (ou psychique, qui gère la force nerveuse)

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 13:54

 

Un processus bio-physique au service de l’étude du vivant

 

 

Méthode d’analyse globale, ses champs d’application sont immenses. En évaluant la qualité interne de toute substance vivante, elle intéresse directement notre santé et notre alimentation et nous interroge sur notre rapport au réel.

 

 

A partir d’indications données par Rudolf STEINER, E. PFEIFFER, un chimiste allemand, met au point au début du siècle, cette méthode d’analyse globale qui sera ensuite utilisée dans les domaines médicaux et agro-alimentaires. Au départ empirique, la méthode va devenir une technique de laboratoire statistiquement vérifiée, grâce aux travaux des Docteurs Alla et Oleg SELAWRY. Entre 1950 et 1975, ces médecins recueillirent plus de 600 000 plaques, où furent testées différentes substances.

 

Les cristallisations sensibles ou « thésigraphies » sont obtenues en mélangeant des solutions de sel à des substances organiques. Le chlorure de cuivre est le sel qui s’est révélé le plus efficace pour l’observation de ce processus. Mise en présence de la substance à tester (substance végétale, minérale ou sanguine) et déposée sur une plaque de verre, la solution s’évapore et dessine ensuite ce qu’on appelle des images de cristallisation.

 

Cette méthode s’applique à tout produit animal ou végétal pour connaître sa valeur nutritive, son pouvoir thérapeutique, son degré de contamination, etc.

Elle s’applique aussi à l’homme, à l’animal, par prélèvement de leur sang pour obtenir un bilan de santé (par exemple connaître l’état de tout un cheptel animal à partir d’un seul individu). Elle permet alors d’évaluer le terrain, ses faiblesses, de dépister précocement des cancers, de faire des suivis thérapeutiques réguliers.

 

 

Comment ça marche ?

 

Le test de cristallisation sensible est une opération délicate, faite dans des conditions d’expérimentation précises.

Il se pratique dans une cabine isolée des champs magnétiques ou vibratoires et des courants telluriques, dans laquelle on maintient une température et une hygrométrie constantes. Les plaques de verre sur lesquelles sont déposées les solutions sont laissées toute la nuit (environ 18 à 24 heures). (voir …)

Entre le substrat, l’eau et le sel de cuivre, tout se passe comme si l’information du substrat était extraite par le réseau de molécules d’eau et s’imprimait dans les aiguilles du sel de cuivre qui sert de révélateur.

 

Un premier examen est fait à l’œil nu, sorte de bilan morphologique : rétraction, vitalité des striations, trame, amplitude du rayonnement, localisation du « centre » (excentré) de la cristallisation, signes ou figures visibles, étude des zones. L’examen se poursuit à la loupe éclairante et enfin au microscope. Il se passe une quinzaine de jours entre l’examen et le diagnostic final, ce qui en fait un test biologique peu industriel, car l’interprétation est longue.

 

Le test permet de rendre compte de l’équilibre ou du déséquilibre des systèmes énergétiques d’un organisme vivant c’est à dire de sa vitalité. Toute modification dynamique de l’organisme va transformer l’image. Pour le test appliqué à l’être humain, la pathologie qui va déterminer cette modification énergétique sera soit au niveau :

de l’organe (pathologie organique)

de la fonction de l’organe (pathologie fonctionnelle)

du métal lié à cet organe ou sa fonction (excès ou carence)

 

 

Un test qualitatif

 

A structures chimiques équivalentes des substances testées, les sels de chlorure de cuivre s’organisent ou non à partir d’un centre, selon que la substance est naturelle ou artificielle. Les substances de synthèse n’induisent pas une organisation spécifique des sels (par exemple la vitamine C de synthèse donne un ensemble de petites étoiles non reliées, tandis que l’acerola produit une image arborescente). Par contre, les substances végétales, animales ou humaines organisent les sels de chlorure en une image de cristallisation tripartite. C’est ainsi qu’on a pu déduire que la composition chimique de la substance n’était pas responsable de l’organisation de l’image cristalline. Le chlorure de cuivre se comporte plutôt comme s’il matérialisait le champ énergétique commun aux êtres vivants.

 

Ce processus sert de test qualitatif, permettant d’analyser des substances diverses (sang, sève, teinture mère, poudre séchée,…), non pas basé sur l’analyse quantitative des composants chimiques, mais sur la qualité de l’énergie de vie qui anime toute substance. Entre deux extraits de pomme (de même variété) on ne testera pas la quantité de vitamines, mais on pourra connaître la valeur en quelque sorte « énergétique » des deux échantillons. (Voir figures 1 et 2)

 

 

Une cartographie codée

 

Le volume des informations contenues dans chaque image cristalline est considérable. Il est décodable à partir de référentiels expérimentés et confrontés à la clinique (pour les bilans de santé par exemple) ou à la biochimie (pour les denrées agro-alimentaires par exemple). Notamment des expériences in vitro ont permis d’accélérer l’altération de divers extraits biologiques -en jouant sur divers paramètres : chaleur, congélation, échauffement, acidification, oxydation- et ainsi anticiper et vérifier les processus d’altérations naturelles. Ceux-ci vont tous dans le même sens : le catabolisme.

 

Les modifications de l’image cristalline accompagnent ce processus de catabolisme et suivent alors une involution en correspondance avec la dégradation cellulaire ou métabolique. Cela se traduit par une série de figures en formes de vacuoles, puis ailerons, rosettes et enfin croix (voir figure n°3). Ces figures sont observables par exemple sur le végétal ou le lait. Au fur et à mesure de leur stockage et de leur dégradation, à chaque échantillonnage successif, on voit alors s’installer ces figures, toujours de la vacuole vers la croix.

 

Pour les bilans sanguins, la cristallisation s’organise autour de formes qui renvoient aux grands systèmes de notre organisme : systèmes pulmonaire, cardiaque, gastrique, hépatique, intestinal, génital et rénal (voir figure n°4). Un sujet équilibré se verra pourvu d’une texture cristalline qui rayonne harmonieusement, autour d’un centre unique, toujours excentré. La croissance des cristaux est régulière, sans vacuoles, sans éléments cristallin surajouté ; les stries sont régulières et homogènes. Une lecture qui évoque de façon surprenante l’interprétation iridologique, où l’on observe la trame de l’iris, ses vacuoles, les éléments surajoutés, où il existe une cartographie des organes et où chaque détail est interprété en rapport avec les grands systèmes de l’organisme.

 

 

Echec à la philosophie matérialiste

 

Cette lecture fait appel à des paramètres totalement différents de ceux employés par l’analyse scientifique qui les qualifierait de « subjectifs ». Le monde scientifique d’aujourd’hui a opté pour une philosophie matérialiste, basée sur l’étude de la matière observée dans des conditions où elle n’est plus « vivante ». Il étudie la structure des organismes dans son aspect quantitatif (microbiologie, chimie, biochimie : y a-t-il des vitamines ? oui/non ; y a-t-il des bactéries ? oui/non …) et délaisse l’aspect qualitatif qui est en fait la clef de la connaissance du vivant. Jean-Pierre Garel, biologiste au CNRS, qualifie la biologie moléculaire de « monstre mécaniciste et réductionniste », parce que trop axée sur une recherche linéaire. Il précise : « Trois de ces rameaux vigoureux (génétique moléculaire, virologie moléculaire et immunologie moléculaire) sont aujourd’hui directement défiés par le SIDA. Pour en triompher faut-il changer le SIDA, les patients ou les concepts ? ». Mais les concepts ont la vie dure…

 

Néanmoins, aujourd’hui, les normes officielles sont insuffisantes pour rendre compte de la qualité d’une chose aussi complexe qu’un organisme vivant, que ce soit un aliment consommé ou l’organisme humain. Elles ne sont pas adaptées à un domaine aussi fluctuant que celui des êtres vivants et des processus de vie, toujours en mouvement.

La conséquence de cette vision froide et matérialiste a abouti à des techniques (agricoles entre autres) destructrices pour nous-mêmes et notre environnement. L’agriculture et l’élevage ont pour rôle de nourrir, de maintenir le vivant en bonne santé, de préparer la nature de demain à partir du patrimoine existant en l’amenant vers un niveau d’évolution supérieur en complexité. Au lieu de cela, nous sommes arrivés à une production quantitative démesurée dont nous devons payer le prix par l’abandon de la qualité même du vivant. L’argument,  souvent taxé de passéiste ou obsolète par les détracteurs du « bio », trouve néanmoins ici sa raison d’être à travers l’expérimentation.

 

 

Une hiérarchisation des agricultures

 

Toutes les images de cristallisation des produits de l’agriculture intensive traduisent par leur texture, leur structure et leur évolution dans le temps : un affaiblissement des processus végétatifs, une stagnation ou un abaissement du niveau d’évolution et des capacités de régénération réduites. Elles mettent ainsi en évidence que l’agriculture dominante est une pratique non pas d’ « élevage », mais bien une « exploitation », un esclavage de la terre et de ses richesses. Au même titre que l’Homme s’est permis d’exploiter l’Homme en le réduisant à l’esclavage, sans se soucier de sa valeur, l’agriculture exploite la terre, sans éthique et sans aucune notion des lois qui régissent la nature. Nous entendons par « lois », le système complexe de réactions en chaîne que l’Homme ne peut connaître ni maîtriser dans son ensemble.

 

L’observation des produits issus des trois agricultures (intensive, biologique, biodynamique) permet en effet de hiérarchiser la structure des cristallisations, selon des critères qui nous informent de la qualité de ces modes de production.

Les produits issus de l’agriculture dominante donnent des images de type « racine » dans laquelle prédomine un aspect physique et éphémère.

Les produits de l’agriculture biologique donnent des images de type « feuille », dans laquelle prédomine l’intensité des processus végétatifs.

Avec les produits de l’agriculture biodynamique, les images de type « fleur » montrent les structures les plus évoluées, tout en gardant des textures révélatrices de processus végétatifs intenses.

 

Nous pouvons voir à travers ces trois types d’image, la même dynamique qu’un processus de maturation, de la racine (la partie la plus « grossière ») à la fleur (la partie la plus subtile).

Ces images viennent traduire à leur manière des phénomènes énergétiques subtils et nous interrogent sans cesse. Comment nous nourrissons-nous ? Quelle est la valeur de ce que nous laissons pénétrer dans notre corps ? Quel est le taux vibratoire de nos aliments, de notre organisme ? Comment appréhendons-nous le réel ? Sommes-nous entiers et debout sur nos deux jambes ? Car si nous sommes condamnés à ne manger que ce que nous donne l’agriculture intensive, ne sommes-nous pas amputés de quelque chose de vital pour notre survie ?

 

 

Le féminin oublié

 

La progression des images de cristallisations sensibles, d’une forme de type racine (pour l’agriculture intensive) jusqu’à une forme de type fleur (pour l’agriculture biodynamique), est à mettre en parallèle avec un processus qui s’inscrit dans une polarité. Dans notre monde manifesté, la vie ne peut circuler qu’entre deux pôles opposés : mâle et femelle, (+) et (-), yang et yin, deux polarités qui créent la matière, l’énergie, la vie.

Pour assurer la survie du groupe, le principe masculin, guerrier, agressif, compétitif, s’est mis en place dès l’origine de la civilisation. Puis, de nécessaire, ce principe est devenu un outil de pouvoir. Le patriarcat dominant a imposé ses outils de survie : l’intellect, l’analyse, la science, la technologie. L’intellect sépare, pour pouvoir désigner et connaître. Dans sa forme déviante, il sépare pour asservir, l’espace et les consciences. Il a « oublié », dans sa volonté de domination, de maîtrise, qu’il existait des valeurs féminines. S’il ne les a pas oubliées, il les a subordonnées.

 

Pourtant, nous l’avons dit, la vie ne circule qu’entre deux pôles. Deux pôles réunis dans la symbolique d’un arbre. Ses racines, dures, profondes se nourrissent des minéraux de la terre pour construire le tronc puissant, noir, dressé, manifesté, yang. Puis les ramures s’arrondissent, se fragilisent, jusqu’aux feuilles qui préparent au féminin. Enfin, légères, douces, fragiles, subtiles, embaumantes, offertes au soleil, les fleurs, quintessence du principe féminin. Les fleurs qui nourrissent les abeilles et les papillons, permettent la reproduction et participent à la respiration profonde de la nature. Les fleurs qui, par leur parfum, nous font toucher au plus subtil de la matière.

Comment ne pas voir dans ce processus un tout indissociable ? Or notre société ne vit qu’avec sa polarité masculine. Comment ne pas s’alarmer du fait qu’elle néglige tout ce qui découle de ces phénomènes subtils ?

 

 

Changer notre rapport au réel

 

Les scandales de toutes sortes sont là pour nous montrer vers quels déséquilibres notre société « amputée » nous entraîne. Et un test, comme celui des cristallisations sensibles, par les questions qu’il soulève, est là pour nous le rappeler aussi. Notre vision, notre appréhension du réel doivent changer et nous devons faire confiance à notre intuition. Oui, notre alimentation et notre environnement doivent être préservés, protégés, car c’est de la survie de notre espèce dont il s’agit aussi. Ce que nous faisons à la nature, nous le faisons à nous-mêmes. Ces cristallisations sensibles nous montrent que notre rationalité n’a pas raison de tout, que notre mode de connaissance et notre appréhension du réel sont à revisiter.

 

Un symbole nous enseigne à propos de notre mode de connaissance dans les sciences actuelles. Dans l’évolution de l’humanité, le serpent représente l’accès à la connaissance. Il séduit l’Homme et l’entraîne à manger le fruit de l’ « Arbre de la connaissance ». A partir de ce moment, l’Homme est chassé du « paradis » (état de non connaissance). Il voit ses yeux s’ouvrir, aspect positif de la symbolique du serpent, car par la connaissance, il accède à l’autonomie. Mais l’orientation de nos facultés de connaissance sur des faits exclusivement matérialistes sont les conséquences négatives de l’influence du serpent. Car alors cette connaissance ne tient plus aucun compte des éléments subjectifs de l’expérience. Tout est alors analysé, pensé, selon des critères « objectifs » de mesure et l’Homme lui-même est intégré dans ce système en tant qu’outil.

 

Comme le dit Hans-Werner Schroeder (1) : « Même la médecine, la plus humaine de toutes les sciences, menace de dégénérer en une simple médecine d’appareillage dans laquelle les composantes humaines, intuition, compassion, expérience recueillie grâce à la rencontre avec le patient, n’auront quasiment plus aucun rôle à jouer. Telle est la toute dernière conséquence du mode de connaissance introduit par le serpent dans l’humanité ».

 

Pour faire de ce symbole un symbole positif, il nous faut admettre que nos facultés cognitives ne sont pas à mettre exclusivement au service du réel-objectif. Il faut que cette connaissance retrouve un lien avec des nouvelles forces spirituelles qui permettront à l’Homme de s’élever sans perdre pour autant son autonomie.

 

Ainsi toutes les approches du réel seront complémentaires au lieu de s’exclure, la science cessera d’être divisée entre « science exacte » et « science inexacte », et elle cessera peut-être de morceler l’être humain, qui a hâte de retrouver un peu de son unité.

 

Michèle Théron

Praticienne de Santé Naturopathe

Article paru dans "Objectif Notre Santé"

 

 

 

(1) « Le serpent dans l’évolution de l’humanité » in Revue Weleda n°83

 

Désolée pour l'absence d'illustration normalement en lien avec cet article. Si je retrouve de quoi l'illustrer, je le ferais au fur et à mesure de mes trouvailles.

 

 

    cartographiecristallisations

 

 


Légende : formes typiques de cristallisations sensibles

 

1) forme pulmonaire

2) rosettes intestinales

3) rosettes gastriques

4) polygone cardiaque

5) figure hépatique

6) trigone rénal

7) formes génitales

 

 

 

Pour aller plus loin :

 

La théorie des signatures

Les cristallisations viennent parfois renforcer la théorie des signatures, chère à Paracelse. En effet, ce médecin du 16ème siècle s’intéressait déjà à la loi des semblables. Pour découvrir le lien de similitude entre un médicament donné et un certain état morbide, il observa toute ressemblance possible entre une plante avec une particularité de la maladie. Ainsi la chélidoine, au latex jaune semblable à de la bile fraîche, porte la signature du foie. Or des travaux menés avec les cristallisations sensibles ont permis d’établir une grande analogie entre l’image d’un extrait de chélidoine et l’image obtenue à partir d’un extrait de bile.

 

 

Un processus alchimique

Le processus dynamique de la cristallisation s’articule sur 2 phases. Une phase d’évaporation avec un intense échange énergétique de type YANG, qui est assimilable à la phase « SOLVE » ou « CHAOS » des alchimistes. Une phase de structuration où la plaque se couvre d’un filigrane cristallin organisé, qui est l’équivalent du processus alchimique de « COAGULE », à dominante YIN.

 

 

Bibliographie :

« Nouvelles lumières par la cristallographie », Jean-Pierre Garel in Le Lien - 1990

« Les cristallisation sensibles : une révélation ? » in 3ème Millénaire n°8 et 9 - 1988

« Les cristallisation sensibles, pour choisir avec conscience », Marie-Françoise TESSON in Bulletin AMKI n°2

« Le pouvoir formateur de la femme », Pierre C. Renard

« Valeurs féminines, le pouvoir demain », Mike Burke, Ed Village mondial

 

 

  

les cristallisations sensibles
les cristallisations sensibles
Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 01:27
En 1996, Maj. Britt Theorin, membre suedois du Comité Parlementaire européen des Affaires étrangères, a publié un rapport appelant à un accord international pour interdire l'utilisation du Programme HAARP, basé dans l'Alaska et dirigé par les EU, à cause de son danger potentiel.
Dans ce rapport (lien vers document pdf de 35 pages) vous pourrez entre autres références au programme Haarp, trouver cette phrase significative :
 
"considérant que la recherche militaire porte actuellement sur la manipulation de l'environnement à des fins militaires, et ce en dépit des conventions existantes; c'est le cas, par exemple, du système HAARP basé en Alaska," ...
 
 
Rapport de 35 pages sur l'environnement, la sécurité et la politique étrangère, par la Commision des Affaires Etrangères :
 
 
 
 
 
 
 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 01:09

Ce film représente plus d'un an de démarches entreprises par Initiative Citoyenne, d'actions en justice, de confrontations rigoureuses du discours officiel avec la réalité des faits... 

 
Dans cette vidéo de synthèse, vous pourrez découvrir ou redécouvrir la position de différents médecins sur le sujet, voir ou revoir des extraits de JT, des extraits des conférences de presse mais aussi la réaction de plusieurs citoyens interrogés au cours de différents microtrottoirs.

Fa ras-le bol généralisé, aux mensonges et à la manipulation, cela montre l'impérative nécessité de structures citoyennes de vigilance, viables et fonctionnelles.

 

 

 



 

 

  
Repost 0
Published by Michèle Théron - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 01:06

 

Cet article, qui n'est pas récent, montre que partout dans le monde le même soucis se pose pour les compléments alimentaires, les préparations et les produits agricoles courants...

 

 

Le projet de loi canadien C-51 interdira la vente de 60% des produits de santé naturels - par Mike Adams - Mondialisation.ca, Le 21 mai 2008

 

Au Canada, un projet de loi mis de l'avant par l'industrie pharmaceutique vise à proscrire jusqu'à 60 % des produits de santé naturels actuellement vendus au pays, allant même jusqu'à criminaliser les parents qui donnent des plantes médicinales ou des suppléments à leurs enfants. Le projet de loi, connu sous le nom de Bill C-51 et présenté par le ministre canadien de la santé le 8 avril 2008, propose des changements radicaux à la Loi canadienne sur les aliments et drogues et qui pourraient avoir des conséquences dévastatrices sur l'industrie des produits de santé naturels.

 

Parmi les modifications proposées par le projet de loi on retrouve des modifications radicales aux définitions dont, entre autre, le remplacement dans le texte de loi du mot « drogue » par « produit thérapeutique, » donnant ainsi de plus grands pouvoirs au gouvernement canadien afin qu'il puisse réglementer la vente de toutes les plantes médicinales, les vitamines, les suppléments et autres produits semblables. Par cette simple modification linguistique, tout ce qui est «thérapeutique » devient automatiquement régi par la Loi sur les aliments et drogues. Ça pourrait même inclure l'eau embouteillée, les bleuets, les feuilles de pissenlit et la quasi-totalité des substances dérivées de plantes.

 

La loi modifie également la définition du mot « vendre » afin d'inclure à cette définition toute personne qui donne de tels produits thérapeutiques à quelqu'un d'autre. Ainsi, une mère qui donne des plantes médicinales à son enfant pourrait, en vertu des nouvelles définitions proposées, être arrêtée pour avoir fait la «vente » non permise et non autorisée de « substances thérapeutiques. » Vous pouvez en apprendre davantage au sujet de ces modifications proposées visant à restreindre les libertés sur le site anglais « Stopc51.com » : http://www.stopc51.com

 

De nouveaux pouvoirs d'exécution donnés au gouvernement canadien permettront de saisir votre maison ou votre entreprise

 

Par la même occasion, ce projet de loi C-51 qui rend illégal les plantes médicinales, les vitamines et les suppléments, accordera de nouveaux pouvoirs « d'exécution » alarmants aux délateurs des forces de l'ordre qui prétendent « protéger » le public contre les effets néfastes et non autorisés des « produits thérapeutiques » tels que, par exemple, les feuilles de pissenlit. Tel qu'il est expliqué sur le site anglais http://www.Educate-Yourself.orgwebsite ((http://educate-yourself.org/cn/canadian ...), le projet de loi C-51 permettra aux délateurs des forces de l'ordre du gouvernement canadien:

 

• de perquisitionner votre maison ou votre entreprise sans mandat;

• de saisir vos comptes bancaires;

• d'imposer des amendes allant jusqu'à 5 millions de dollars et une période d'emprisonnement allant jusqu'à 2 ans et ce, simplement pour avoir vendu des plantes médicinales;

• de confisquer votre propriété et de vous facturer les frais d'entreposage encourus pour stocker les produits qu'ils vous auront volés.

Le projet de loi C-51 criminaliserait même les simples herbes séchées qui se retrouvent dans votre cuisine et qui seraient susceptibles d'être utilisées dans un produit ayant des propriétés médicinales. Ce sera désormais considérée une «activité contrôlée, » et toute personne qui se livrera à de telles « activités contrôlées » sera arrêtée, condamnée à une amende voire même emprisonnée. Les autres « activités contrôlées » comprennent l'étiquetage des bouteilles, la récolte des plantes sur une ferme, la cueillette des herbes dans votre cour arrière, ou même des essais sur vous-même de produits à valeur médicinale! (Oui, pratiquement toutes les activités impliquant des plantes médicinales ou des suppléments seront criminalisées ...)

 

Mais il y a bien plus. Le projet de loi C-51 représente la « solution finales » du gouvernement canadien contre l'industrie des produits de santé naturels. C'est un effort désespéré qui vise à détruire cette industrie qui menace les bénéfices et la viabilité de la médecine conventionnelle.

 

La médecine naturelle fonctionne si bien parce qu'elle devient tellement utilisée, que les gouvernements canadien et américain ont décidé d'attaquer cette industrie en votant de nouvelles lois qui ont pour effet de criminaliser toute personne qui vend de tels produits. Ils ne peuvent tout simplement pas tolérer qu'il soit permis aux consommateurs d'avoir un accès simple et facile aux produits naturels. S'ils ne faisaient rien, cela représenterait finalement la destruction de l'exploitation criminelle de l'industrie pharmaceutique, son délabrement et la corruption qui l'entoure de même qu'à ceux qui exploitent de manière criminelle le gouvernement, afin qu'il tente de la protéger.


Article original en anglais, Canada's C-51 Law to Outlaw 60% of Natural Health Products, publié le 30 avril 2008. 

Traduit par Dany Quirion pour Alter Info 


Note du traducteur :

Deux partis politiques sur la scène canadienne s'associent à ce mouvement visant à contrer l'adoption du projet de loi C-51, soit :

- le Parti Vert (français) : http://www.greenparty.ca/fr/releases/12.05.2008
- le Parti Action Canadienne (anglais) :
http://www.canadianactionparty.ca/cgi/page.cgi?aid=1070&_id=128&zine=show


 

Articles de Mike Adams publiés par Mondialisation.ca

 

 

Loi canadienne bill c 51

Parlement du Canada :

http://www2.parl.gc.ca/Sites/LOP/LegislativeSummaries/Bills_ls.asp?lang=F&ls=c51&source=library_prb&Parl=39&Ses=2

 

Le projet de loi canadien C-51 interdira la vente de 60% des produits de santé naturels par Mike Adams

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=9040

 

Le projet de loi C 51 menace l’industrie des produits naturels et la santé canadienne, les Verts canadiens

http://greenparty.ca/fr/releases/12.05.2008

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 01:06

l'avis de l'ADSND sur la situation des compléments alimentaires :

  

  

DEFENSE DES COMPLEMENTS ALIMENTAIRES
A l'attention de M. MAIGNAN

Monsieur,

Dans une mise en garde parue dans la Lettre du MILCT N°11, vous écrivez :

Attention ! Des associations vous désinforment sur les intentions de l'Union Européenne

Vous ne citez pas les associations concernées, ce qui est dommage, car cela rend difficile la vérification par vos lecteurs des informations que vous donnez. Vous auriez pu ainsi citer les principaux défenseurs de cette position au niveau français, l'ADSNB, Association de Défense des consommateurs de Suppléments Nutritionnels et Botaniques et l'UNACS, Union Nationale des Associations Citoyennes de Santé qui regroupe plusieurs dizaines d'associations indépendantes de santé et a appelé à manifester contre la directive. En Angleterre l'ANH, Alliance for Natural Health, www.alliance-natural-health.org ,défend les mêmes positions et regroupe de très nombreux intervenants européens et mondiaux. Une telle mobilisation aurait dû vous amener à un débat plus ouvert et mieux argumenté que celui que vous tenez et qui, en voulant mettre fin à une désinformation, vous amène à présenter des informations erronées.

 
Selon vous :
"Plusieurs associations et personnes s'évertuent depuis des mois à faire dire au texte européen de juin 2002 sur les compléments alimentaires ce qu'il ne dit pas, notamment que des centaines de substances seraient interdites par Bruxelles au profit de l'industrie pharmaceutique."

  

Il aurait fallu écrire "La Directive Européenne 2002/46/CE publiée le 12/07/2002", alors que seule la date est citée. Vous omettez surtout de préciser que cette directive stipule :

 

Article 4
1. En ce qui concerne les vitamines et minéraux, sous réserve du paragraphe 6, seuls ceux énumérés à l'annexe I, sous les formes visées à l'annexe II, peuvent être utilisés dans la fabrication de compléments alimentaires.

La comparaison entre la liste des minéraux autorisés (15) et ceux commercialisés au 12/07/2002 montre qu'il manque les 14 métaux suivants :
Soufre, Silicium pour les métaux importants en quantité et très importants pour la vie, et pour les métaux traces utiles, précédemment appelé oligo-éléments :
Argent, Bore, cobalt, étain, germanium, lithium, indium, nickel, Or, rubidium, vanadium.
Et un métal d'enrobage : titane sous forme de bioxyde de titane.

Ainsi votre information (point 3) selon laquelle la directive ne concernerait pas les oligo-éléments est inexacte puisque par exemple le sélénium est référencé, mais pas les autres oligo-éléments sus mentionnés.

La liste des formes chimiques (annexe II) de ces minéraux autorisées, qui va également s'imposer aux fabricants et distributeurs, est tout aussi restrictive, ce qui conduit selon une estimation de l'Alliance for Natural Health à éliminer 270 produits.

On peut ainsi citer le cas des orotates très appréciés en Europe et qui ont fait l'objet de poursuites en France (affaire suivie par Maître Isabelle Robard). Et bien, ces produits seront interdits à partir du 1er août 2005 par la Directive puisqu'ils ne figurent pas dans l'annexe II.

En ce qui concerne les vitamines, parfois seules celles d'origine chimique, donc pharmaceutique, sont autorisées. C'est ainsi qu'une seule des 8 formes naturelles de vitamine E sera bientôt autorisée alors que toutes les recherches récentes démontrent qu'il est préférable de prendre des compléments comprenant l'ensemble de ces formes.

Ces exemples vous donnent, j'espère, un aperçu significatif de votre incompréhension de la portée de ce texte.

Cette Directive 2002/46/CE constitue un véritable abus de droit et est rédigée de façon à permettre toutes les restrictions possibles lors des applications par la Commission, sans contrôle des producteurs ou des citoyens sur leur rédactions futures. C'est ainsi que les dosages des limites supérieures d'apport pourront être fixés de façon discrétionnaire et probablement à des niveaux très bas par la commission scientifique européenne dite compétente.

 

Il résulte de ces dispositions cumulées que, contrairement à ce que vous exposez dans votre point 5, ce sont bien des milliers de produits qui vont être retirés du marché ou reformulés pour un coût très élevé et être remplacés par des produits de bien moindre qualité.

 

Toutefois les associations conscientes de ces problèmes ne sont pas restées inactives. Un recours en révision a été déposé le 10/10/2003 par l'ANH, et a été jugé entièrement recevable par la juridiction Anglaise le 30/01/2004, qui devait d'abord juger de la valeur des moyens juridiques avancés. Le Juge a déclaré cette directive illégale vis à vis du droit Européen. La requête va donc être transmise à la Cour de Justice Européenne pour jugement sur le fond.

 

Vous écrivez ensuite en les présentant comme des informations erronées colportées par nos associations que :

1)-" Trois directives européennes sont en cours d'élaboration visant à interdire la vente libre de tous les compléments alimentaires ", selon ce qui est avancé par certains.
2)-" Des " directives sur les compléments alimentaires sont évoquées.
4)- Des projets de directives sur les enzymes et les acides gras sont mentionnés :


Or ces informations sont tout à fait exactes et les directives suivantes concernent les suppléments nutritionnels :

- Celle sur les médicaments, qui comporte une définition du médicament modifiée par un amendement de dernière minute, selon une phraséologie toute nouvelle. Cette définition du médicament permettra aux Etats de requalifier de façon discrétionnaire en médicament n'importe quel supplément nutritionnel. Là encore l'ANH et des représentants de l'UNACS sont intervenus efficacement à Strasbourg en décembre 2003 auprès des parlementaires lesquels ont exigé un arbitrage de la Commission Européenne pour lever l'ambiguïté du texte.

 

- Celle sur les plantes qui contrairement à ce que vous indiquez sont bien évidemment un des ingrédients d'une multitude de suppléments nutritionnels.

- Evolutions projetées de la directive 2002/46/CE puisque celle-ci stipule que :

(6) Il existe une grande variété de nutriments et d'autres ingrédients susceptibles d'entrer dans la composition des compléments alimentaires, et notamment, mais pas exclusivement, des vitamines, des minéraux, des acides aminés, des acides gras essentiels, des fibres et divers plantes et extraits végétaux.
(7) Dans un premier temps, la présente directive devrait comporter des dispositions spécifiques en ce qui concerne les vitamines et les minéraux utilisés comme ingrédients entrant dans la composition de compléments alimentaires.

Ainsi nous sommes bien fondés à indiquer le chiffre de trois directives en cours ou à revoir, qui vont avoir un impact important sur les suppléments nutritionnels.

 

Il est regrettable que vous utilisiez la tribune du MILCT pour faire croire à une absence complète de problème sur les directives européennes alors que la situation actuelle est extrêmement préoccupante et nécessite une mobilisation cohérente et permanente de tous les acteurs de santé alternatifs.
Nous vous demandons que vos prochains numéros diffusent à vos lecteurs une information plus objective sur la situation. Nous sommes bien évidemment à votre disposition pour répondre à vos questions.

Bien cordialement.

Le bureau de l'ADSNB

Sujets liés :

Bravo et un immense merci Messieurs les anglais ! Première victoire à Londres contre la directive sur les compléments alimentaires : http://gestionsante.free.fr/victoire_londres.htm

Une nouvelle directive européenne inacceptable sur les suppléments nutritionnels

Directive européenne sur les Produits Pharmaceutiques

Guerre Mondiale pour la Liberté de la Santé : Bilan au 14/06/2003

 

http://gestionsante.free.fr/milct.htm

 

Repost 0
Published by Michèle Théron - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 01:05

 

A l’heure actuelle, circulent sur Internet des informations assez contradictoires quant à la législation future des compléments alimentaires.

 

D’un côté, des infos alarmantes qui annoncent l’interdiction proche des compléments alimentaires, de l’autre, des informations accusant de désinformation et suggérant que l’Union Européenne ne menace pas les compléments alimentaires et serait même un formidable levier pour modifier –dans un sens positif- la législation.

 

Je n’ai pas encore sillonné tout l’univers d’Internet pour me faire une idée de l’ampleur du sujet.

Dans un premier temps, je mets donc ici deux textes,

 

-         l’un en provenance du MILCT (Mouvement international pour le libre choix thérapeutique), accusant de désinformation ceux qui tirent la sonnette d’alarme,

-         l’autre, provenant de l’ADSNB (Association de Défense des Suppléments Nutritionnels et Botaniques) qui argumente en faveur du danger réel concernant les préparations.

 

Querelles de chapelle me direz-vous. Mais il y a rarement de fumée sans feu.

 

Essayons de tendre un peu nos antennes : lorsque l’on regarde la tendance de ce qui se passe à travers le monde, que voit-on ?

Les législations vont-elles vers plus d’ouverture ?

Vers plus de tolérance ?

Vers un encadrement éclairé des pratiques humaines ?

Vers un accès à plus de pratiques ou de remèdes ?

Non… partout où l’on regarde, surtout concernant les grands domaines agro-alimentaires, financiers, pharmaceutiques, etc., les nouvelles procédures visent toutes à réduire les libertés tant individuelles que collectives. Ne soyons donc pas dupes.

 

Derrière la législation concernant les compléments alimentaires, avant notre « sécurité », bien avant notre « santé », il existe en amont des choix économiques et financiers qui font prendre des décisions pas toujours compatibles avec le libre choix des êtres à disposer d’eux-mêmes et de leur santé. Nous avons tous reçus suffisamment de messages, directs, indirects ou subliminaux, pour comprendre que l’intérêt des laboratoires n’est pas celui des citoyens.

 

Et pour illustrer cela, je mets un autre article édité par Mondialisation.ca, site canadien, où il est question des mêmes menaces sur les compléments alimentaires qu’en Europe, à travers la loi canadienne « bill C-51 ».

 

De plus, il ne faut pas oublier une chose : les grandes privations de liberté fonctionnent toujours de la même façon.

On commence par faire admettre à l'opinion la nécessité d’aller vers le « progrès », d'être "protégé", on travaille sur les peurs, (peur des microbes, peur des plantes utilisée "par n'importe qui", peur de la liberté, peur de l'autonomie, peur de choisir.... enfin, ce n'est pas les peurs inexplorées en nous qui manquent...), et petit à petit, par une communication sans relâche, en exacerbant des faits divers et en martelant toujours les mêmes choses à la télé, on lime, on émousse tout sens critique vis-à-vis des lois proposées et surtout, -surtout-, on fait sortir du champs de vision les méthodes ou les outils qui serviraient respectueusement l’humanité..

 

Le résultat est là. Depuis des années nous assistons à la mise à mort de toutes les pratiques ancestrales, thérapeutiques ou agricoles, au profit de pratiques chimiques qui empoisonnent l’homme et sa planète. Les chiffres sont alarmants. Les constats désastreux et tristes à pleurer : nous sommes empoisonnés, tout comme les ours blancs de la banquise dans la graisse desquels on retrouve à peu près tous les polluants que l’Homme a fabriqués…

 

Mais en attendant, tout va bien, le législateur veille et nous pond des lois pour nous protéger des produits naturels…ouf…

 

Repost 0
Published by Michèle Théron - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 01:05

Pour la MILCT, voici leur avis sur la situation des compléments alimentaires :

 

 

DEFENSE DES COMPLEMENTS ALIMENTAIRES

  

Attention ! Des associations vous désinforment sur les intentions de l'Union européenne

Plusieurs associations et personnes s'évertuent depuis des mois à faire dire au texte européen de juin 2002 sur les compléments alimentaires ce qu'il ne dit pas, notamment que des centaines de substances seraient interdites par Bruxelles au profit de l'industrie pharmaceutique. Nous tenons à apporter un démenti total sur les points essentiels. Et, nous publierons dans le numéro 13 de "La Lettre du MILCT" un article juridique complet avec toutes les précisions nécessaires sur le sujet.

Dès à présent, voici les points essentiels de désinformation que nous tenons à soulever et à rectifier :

1) " Trois directives européennes sont en cours d'élaboration visant à interdire la vente libre de tous les compléments alimentaires ", selon ce qui est avancé par certains.

Faux : Divers textes sont en cours à Bruxelles n'ayant aucune incidence avec les compléments alimentaires : texte sur les plantes, texte sur les médicaments, texte sur les aliments enrichis. Et des confusions sont faites entre tous ces textes qui n'ont rien à voir les uns avec les autres et surtout rien à voir avec les compléments alimentaires.

2) " Des " directives sur les compléments alimentaires sont évoquées.

Faux : Une seule directive existe à ce jour, celle relative aux vitamines et minéraux.

3) Une directive sur les compléments alimentaires relative aux vitamines et oligo-éléments est mentionnée.

Faux : la seule et unique directive qui a été votée à Bruxelles concerne exclusivement les vitamines et les minéraux (et non pas les oligo-éléments !).

4) Des projets de directives sur les enzymes et les acides gras sont mentionnés :

Faux : Aucun projet n'est en cours à Bruxelles à ce sujet et ne le sera pas de si tôt.

5) Des centaines de substances sont évoquées comme devant être interdites à cause de Bruxelles.

Faux : Ceci est totalement infondé. La seule et unique directive votée sur les compléments alimentaires concerne exclusivement les vitamines et les minéraux. Ce qui signifie que toutes les autres substances peuvent être vendues selon le principe de la libre circulation des marchandises.

En conclusion : Il est extrêmement regrettable que des associations et personnes censées défendre les médecines non-conventionnelles véhiculent (certainement de bonne foi) de telles contrevérités qui ne peuvent que desservir tout le travail que nous faisons sans tapage au niveau français et européen. Une telle désinformation contribue à nous affaiblir notamment lorsque les commissaires à Bruxelles lisent de telles inepties.

En conséquence de tout cela, vous constaterez que non seulement les compléments alimentaires ne sont actuellement aucunement menacés par l'Union européenne mais qu'en plus l'Europe communautaire est un formidable levier pour contraindre la France à enfin tenir compte des compléments alimentaires ne bénéficiant pas actuellement de textes adaptés et aboutissant à un terrorisme juridictionnel qu'elle fait subir aux fabricants, distributeurs et même aux magasins de diététique. C'est pour cette raison que la France prépare une réforme en faveur des compléments alimentaires.

Nous vous tiendrons informés et reviendrons sur ce sujet dans notre numéro 13 de la "Lettre du MILCT".

Pierre-Yves Maignan
Président du M.I.L.C.T.

 

 

 

Et voir la réponse de l'ADSND par rapport à cette position :

http://lejour-et-lanuit.over-blog.com/pages/legislation-complements-alimentaires-3-4-4121364.html

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • : Un lieu où pourraient se cotoyer le jour et la nuit, les univers différents de la pensée logique, rationnelle, structurée à partir des informations émanant de toute part, et de la pensée vagabonde, celle qui erre la nuit, mais aussi le jour, dans l'envers des choses, à la recherche de l'impalpable, de la beauté et de la magie. Michèle Théron
  • Contact

  • lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. 
Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...

Auteur - Photographe

Michèle Théron, praticienne de santé naturopathe, femme en chemin, je vous partage sur ce blog des articles, de la poésie, des photos créés par moi, et les citations, articles, vidéos qui nourrissent mon chemin et m'inspirent.

Recherche