Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juillet 2015 7 12 /07 /juillet /2015 20:08

 

Le quotidien et la mise en action servent ici l'expérience de l'abondance, de la confiance et de la pensée créatrice.

Un enseignement de chaque instant, avec sa magie, vécu par cette famille partie sur les routes en roulotte. Des leçons de vie et une intégration concrète de toutes les étapes d'un projet.

 

MT

 

 

 

http://www.conversations-avec-dieu.fr/interview-yannick-bernard-roulotte/

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 21:43
Quand commence une rencontre ? - Emmanuel Ransford

 

L'approche quantique est passionnante, car elle permet de comprendre toute la subtilité de nos actions et de nos choix. Tout commence dans l'invisible....

Vous ne direz plus "ça m'est tombé dessus, je n'ai rien compris".....

 

 

MT

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec votre dynamique mentale vous envoyez des informations sur le réseau supral et les personnes que vous "ciblez" vont percevoir ça, vous n'avez même pas à dire un mot, vous allez avoir cette image qui va être projetée dans le subtil, dans l'invisible, personne n'est conscient de rien, mais ça fait son travail, dans la démarche amoureuse de rencontre, vous émettez des messages subliminaux, vous émettez des éléments d'information qui vont être captés par l'autre.

Et si vous émettez des signaux subliminaux positifs, ça travaille pour vous dans l’invisible.

 

 

Emmanuel Ransford, chercheur en physique quantique, lors d’un échange avec Arouna Lipschitz, La Voie de l’Amoureux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
8 juillet 2015 3 08 /07 /juillet /2015 19:34
Repost 1
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
5 juillet 2015 7 05 /07 /juillet /2015 21:29

 

 

 

 

Je devrais plutôt tenter de dire ce que les rencontres, les séparations, les découvertes, les éblouissements comme les désespérances m’ont appris dans le sens de me découvrir, de me construire, d’influencer le déroulement de mon existence.

 

J’ai ainsi appris que la vie n’est faite que de rencontres et de séparations et qu’il nous appartient de les vivre en acceptant de nous responsabiliser face à chacune.

 

J’ai appris encore qu’il y a toujours une part d’imprévisible dans le déroulement des jours et donc qu’il m’appartenait de savoir accueillir les cadeaux inouïs ou les blessures qui peuvent surgir dans l’immensité d’un jour.

 

J’ai appris bien sûr à vivre au présent, à entrer de plain-pied dans l’instant, à ne pas rester enfermé dans mon passé ou me laisser envahir par des projections sur un futur trop chimérique.

 

J’ai appris tardivement à remercier, chaque matin, la Vie d’être présente en moi et autour de moi, à l’honorer chaque fois que cela m’est possible, à la respecter en toute occasion, à la dynamiser avec mes ressources et mes limites.

 

J’ai appris difficilement à m’aimer, non d’un amour narcissique ou égocentrique (même si la tentation était grande) mais d’un amour de bienveillance, de respect et de tolérance.

 

J’ai appris avec beaucoup de tâtonnements à me respecter en osant dire non quand je suis confronté à des demandes qui ne correspondent pas à mes possibles ou à ma sensibilité.

 

J’ai appris avec enthousiasme que la beauté est partout, dans le vol d’un oiseau, comme dans le geste d’un enfant pour tenter de capter le vol d’un papillon ou encore dans le sourire d’un vieillard qui croise mon chemin.

 

J’ai appris patiemment que nul ne sait à l’avance la durée de vie d’un amour et que toute relation amoureuse est une relation à risques. Des risques que j’ai pris.

 

J’ai appris douloureusement que je n’avais pas assez pris de temps pour regarder mes enfants quand ils étaient enfants, que j’aurais dû savoir jouer et rire avec eux, plus souvent et surtout chaque fois qu’ ils me sollicitaient ; que je n’avais pas su toujours les entendre et les accueillir dans leurs attentes profondes et surtout que j’avais trop souvent confondu mon amour pour eux avec quelques unes de mes peurs, tant je voulais le meilleur pour eux, tant je désirais les protéger des risques (que j’imaginais) de la vie.

 

J’ai appris avec beaucoup de surprise que le temps s’accélérait en vieillissant et qu’il était important non pas d’ajouter des années à la vie, mais de la vie aux années.

 

J’ai appris malgré moi que je savais beaucoup de choses avec ma tête et peu de choses avec mon cœur.

 

J’ai appris que je pouvais oser demander, si je prenais le risque de la réponse de l’autre, aussi frustrante ou décevante qu’elle puisse être, que je pouvais recevoir sans me sentir obligé de rendre, que je pouvais donner sans envahir l’autre et refuser sans le blesser.

 

J’ai appris sans même le vouloir, que j’avais des besoins et qu’il ne fallait pas les confondre avec des désirs.

 

J’ai appris avec soulagement que je pouvais désapprendre tout l’inutile dont je me suis encombré pendant des années.

 

J’ai appris joyeusement à planter des arbres. C’est le cadeau le plus vivant que je peux faire jusqu’à ma mort à cette planète merveilleuse qui a accueilli mes ancêtres et surtout mes géniteurs.

 

J’ai appris doucement à recevoir le silence et à méditer quelques minutes chaque jour pour laisser aux vibrations de l’univers la possibilité de me rejoindre et de m’apprivoiser encore un peu.

 

Oui j’ai appris beaucoup et pourtant je cherche encore l’essentiel.

 

Jacques Salomé

 

 

http://www.j-salome.com/03-telechargement/editorial_2008-05-10.htm

 

merci à Sista pour m'avoir fait suivre le lien vers ce texte !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 19:45

 

 

Comment préserver la beauté de qui je suis dans les environnements qui ne nous accueillent pas.... ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 09:04
La sublimation de la force sexuelle - Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

 

Il y a plusieurs façons d'entrer ou de sortir d'une relation : par le haut, (élévation, agrandissement, enseignement), ou à l'horizontal, voire par le bas, en étant gouverné par son inconscient et ses ombres.

 

L'expérience nous invite à l'évolution, mais l'évolution n'a pas lieu dans une dynamique à l'horizontal.

 

Il nous faut pour cela avoir une conscience réflective, se voir entrain d'agir et d'être agi par nos pulsions et nos émotions.

 

Il est nécessaire aussi de savoir qui l'on est et qui est l'autre, celui ou celle dont on s'approche.  Si l'on ne connait pas ses propres valeurs, si l'on n'a pas une éthique personnelle, si on méconnait son plan de conscience, comment va-t-on pouvoir s'avancer vers un être qui pourra nous accompagner au même niveau et comment serons-nous assurés de faire un choix en adéquation avec notre âme ?

 

Cette conscience nous permet de déterminer notre intention au plus juste de Qui nous sommes, et d'aller dans l'expérience avec ce défi, pour aller plus loin et plus haut.


Par défi, je n'entends pas "rapport de force avec soi-même" ou avec l'extérieur, ni mise en danger de notre intégrité, mais un espace où l'on mesure la distance et les pas qu'il nous faut faire pour aller plus loin, au-delà de nos peurs et de nos limitations.

 

La facilité est mère de la répétition de nos schémas les plus obsolètes et nous conforte dans nos croyances, notre égo, sans déloger nos ombres.

 

La satistaction immédiate, sans discernement, nous anesthésie, nous maintient dans nos besoins de base, au lieu de nous faire contacter nos besoins les plus élevés et nous fait tourner en rond dans des relations où les aspirations sont biaisées, puisqu'au lieu de chercher par le haut, on continue à nourrir la même matrice et on se maintient ainsi à l'horizontal (sans jeu de mots !).

 

C'est donc dans le silence intérieur et la solitude que l'on peut contacter cette aspiration, déterminer l'endroit où l'on est arrivé, entrevoir le prochain pas à faire pour s'aggrandir et non se limiter, et ainsi quitter le prosaïque pour aller vers le sacré.
 

 

 

MT

 

 

 

Cette tendance qu’ont de plus en plus les gens à coucher ensemble parce qu’ils ne trouvent pas mieux à faire pour passer le temps et éprouver du plaisir, est très préjudiciable pour leur évolution. Ils se rencontrent à peine, ils ne se connaissent pas, ils ne s’aiment pas et ils font l’amour… par désœuvrement, comme si ce n’était rien de plus important que de jouer aux cartes! Et puis, comme après une partie de cartes, ils se séparent pour recommencer le lendemain avec d’autres. C’est très grave, cela; non pas parce qu’ils désobéissent à des règles inventées par quelques moralistes; c’est pour eux que c’est grave, c’est à eux-mêmes qu’ils font du mal, pas à la morale, ni aux moralistes. L’acte sexuel en soi n’a rien de répréhensible, même s’il n’a pas pour but la procréation, mais il faut connaître toutes les entités et les forces qui sont engagées dans cet acte afin de lui donner une signification et une orientation divines.

 

Tous ceux qui pratiquent l’acte sexuel pour le seul plaisir, non seulement gaspillent leurs énergies, mais ils alimentent aussi avec elles les entités du plan astral inférieur. Parce qu’ils sont enfermés quelque part dans une chambre, l’homme et la femme s’imaginent qu’ils sont seuls. Pas du tout. Il y a dans le monde invisible des entités qui sont là, qui assistent et qui se nourrissent de leurs émanations. Alors, s’ils se laissent uniquement entraîner par leur sensualité, ce sont les larves, les élémentaux qui viennent se nourrir à leurs dépens. Tandis que pour ceux qui se sont préparés avec la conscience d’accomplir un acte sacré, ce sont les esprits de la lumière qui viennent se nourrir et apporter leurs bénédictions. Sachant cela, les disciples d’une Ecole initiatique invitent eux-mêmes les esprits célestes en leur demandant de les éclairer afin d’être capables de sublimer ces gestes qu’ils vont faire.

 

 

Omraam Mikhaël Aïvanhov - De l’homme à Dieu, La sublimation de la force sexuelle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 06:51

 

 

Cher lecteurs, chers gourmands et gourmets... c'est la chandeleur... si si... pas étonnant vu que le monde marche sur la tête et que plus rien n'est à l'endroit...

Et curieuse chandeleur... : point besoin de  poêle, la cannicule suffit à la cuisson et la crêpe... c'est nous !!

 

Ouvrez grand vos papilles !

 

MT

 

 

http://www.anneduquesne.com/2015/07/annales-akashiques-pour-juillet-2015.html

 

Et aussi pour un autre regard :

http://www.lefilretrouve.com/2015/07/01/pleine-lune-du-2-juillet-une-mutation-voulue-ou-subie-assainir-notre-matrice/

 

https://translightml.wordpress.com/2015/07/01/kari-samuels-lamour-en-juillet-sera-exceptionnellement-soutenu-par-une-lune-bleue/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 20:04

 

 

 

"Je veux voir l'innocence en toi à chaque instant, ça veut dire, je ne veux pas croire tes pensées, et je veux, quoi que tu traverses, toujours te voir dans la vérité de ton être".

 

Armelle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 09:28
Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
26 juin 2015 5 26 /06 /juin /2015 20:56

 

Et bien voilà une chose pas si facile qu'il n'y parrait...

Tuer qui? Et où ? ....

Petit exercice de conscience...  

 

MT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 13:58

 

 

 

Les médecins taoïstes positivent plus que nous la maladie. Pour eux, au-delà d'un message du corps en détresse, elle offre la possibilité d'un ressourcement dans le « Vide médian », qui unit le Yin au Yang, le silence à la parole, le féminin au masculin.

Spécialiste de Sumer mondialement reconnue, linguiste maniant une vingtaine de langues anciennes, Marguerite Kardos est naturopathe et pratique l'énergétique chinoise traditionnelle.

 

Elle est aussi, avec Jean-Yves Leloup, Michel Cazenave ou Christian Jambet, l'une des personnalités fortes de l'Institut Transdisciplinaire de Recherches et d'Etudes Comparées (ITREC) et participe depuis le début aux activités de « Terre du Ciel ». Nous lui avons demandé de nous parler des passerelles entre le corps, l'esprit, l'âme, et de nous dire quel sens a cette vision tripartite de la nature, notamment pour les Chinois auprès de qui elle a appris à soigner.

 

 

Nouvelles Clés : Lorsque nous sommes fatigués, déprimés, est-ce parce que nous manquons d'énergie ou parce que nous la bloquons - les praticiens de l'énergétique chinoise comme vous cherchant à la refaire circuler ?

 

Marguerite Kardos : L'énergie a constamment besoin de se relancer, de se renouveler, de se raviver. Elle est UNE, mais ses expressions sont multiples et différenciées : il y a de l'énergie originelle, l'énergie ancestrale, l'énergie alimentaire, respiratoire, l'énergie de défense... Les Chinois l'appellent Qi, ce qu'on pourrait traduire par Souffles(au pluriel). Le Qi est l'un des « trois trésors », qui sont: Jing, Qi, Shen.


Le Jing est le principe vital « silencieux, ineffable, insondable » qui constitue le tréfonds de toute matière, la matrice de toute forme, c'est la trame yin très profonde de toute vie. Sa fluidité est comparée à l'eau. Mais le Jing serait inerte sans l'ardeur du Shen qui est pure lumière et liberté créatrice, qui va pénétrer le Jing pour le dynamiser. L'énergie ne se promène donc pas toute seule, sans support, c'est un système ternaire. Nous sommes en constante métamorphose, les « Trois trésors » produisent Hua, la transformation. L'homme est un « nœud » de jonction, d'échange, un lieu d'interaction des souffles du Ciel et de la Terre. La conception chinoise de l'univers est organique et unitaire, tout se relie et tout se tient par le « Souffle primordial ». Son mouvement est ternaire : souffle yin (la douceur réceptive), souffle yang (le dynamisme actif) et le souffle du vide médian (ce qui se passe « entre » et permet au deux de se dépasser). Cet espace de rencontre devient un lieu de transformation, de métamorphose. Le vide médian est une actualisation du Vide originel du « Ciel antérieur ». François Cheng sait en parler à merveille !

 

Toute vie peut être comprise comme un couplage yin/yang, dont le rapport est assuré par le vide médian. Je ne pourrais pas vivre si je n'étais en permanence ressourcée par ce vide profond qui règne entre deux respirations, dans l'échange entre deux regards, entre deux mots, entre l'origine et le retour, entre le oui et le non. Ce vide médian se forme constamment, il m'informe, me transforme et renouvelle toute relation. A l'origine de mon être, bien avant ma conception et même avant le cosmos, ce vide est une potentialité d'existence - dont l'astrophysique moderne commence à parler quand elle évoque la matière/énergie qui existe en puissance dans le vide primordial, dont elle dit qu'il est « poissonneux »!

Quand on se plaint : « Je manque d'énergie », on pense souvent au yang, à l'énergie que l'on aimerait déployer pour aller travailler, ou faire ses courses, se rendre utile, bref agir.

 

Mais notre économie interne nous garde bien de dilapider toutes nos potentialités vers l'extérieur, comme nous aurions tendance à faire. L'alternance jour/nuit, ou inspir/expir, ou yin/yang, permet l'échange des polarités en moi : ma part visible doit régulièrement se ressourcer dans ma part invisible. Dit autrement, je tiens debout, en position verticale par mon axe Nord-Sud, que la médecine chinoise appelle l'axe reins-cœur (reins et cœur sont garants de l'immortalité dans l'ancien Egypte, on ne les retirait jamais des momies). Cet axe représente mon intériorité profonde, intime, secrète qui est constamment « testée », vérifiée par le plan horizontal Est-Ouest: mon être au monde. L'état hépato-biliaire, pulmonaire et intestinal dévoilent les difficultés relationnelles que nous vivons avec les autres, dans la vie professionnelle, familiale, psychologique, sociale, amoureuse, artistique, religieuse, métaphysique.

 

Les énergies se croisent, s'échangent et se conjuguent en Cinq éléments, en cinq mouvements. A chaque élément appartient une « entité viscérale » avec un rôle spécifique , - l'âme chevillée au corps. Si l'organe est en souffrance, certaines difficultés émotionnelles vont apparaître et bien sûr vice-versa, quand l'état émotionnel est secoué, l'énergie de l'organe en pâtit.

Donc, quand je dis : « Je manque d'énergie » pour assumer tout ce que je devrais faire, cette fatigue me questionne autant sur le sens de ma vie psychique et spirituelle que sur une meilleure répartition de mes heures de travail et de repos, sur mes aspirations profondes ou sur mes dépenses et de mes dépendances, sur une nourriture plus équilibrée en yin ou en yang - et cela comprend aussi ma façon de me nourrir d'images, de sons, de paroles ou de pensées.

L'Occident découvre de plus en plus que l'extérieur commence dans la profondeur à l'intérieur, et le visible par l'invisible. Le Qi s'enracine dans le Jing infiniment obscure...

 

N. C. : Mais aussi, donc, que le shen lumineux l'inspire.

 

M. K. : Oui, heureusement. Le Shen, c'est l'étincelle d'amour qui chante dans nos cellules, qui rayonne à travers nos yeux, qui maintient le monde en cohésion. C'est l'inspiration, la créativité, le don de partage, d'être éveillé par la beauté, par la musique... ou par une rencontre : si en ce moment, tous les deux, nous communiquons, c'est parce qu'il y a du shen qui nous unit. Communiquer avec un comateux, en lui faisant entendre la voix d'un être cher, c'est l'œuvre du shen. Mais comment le shen se manifesterait s'il n'avait pas de base, s'il n'était pas accueilli par une matrice ? La base, cette matrice est le jing, l'insondable mystère féminin comparé à l'eau, sans laquelle aucune graine ne peut pousser, même si brille le soleil d'un shen magnifique. Quand vous rencontrez quelqu'un, la brillance de son regard et sa façon de vous serrer la main révèlent immédiatement comment le shen mobilise son Qi. Les thérapeutes savent que le plus souvent il faut commencer par recharger le jing.

 

N. C. : Si le jing est comme l'eau et le shen comme le soleil, à quoi se compare le Qi, qu'ils mettent en branle et dont nous parlons de plus en plus souvent en Occident ?

 

M. K. : Le Qi est comparé au vent, les souffles circulent entre les différents plans. Je ne suis pas seulement un être biologique appartenant à une famille, à une société, à une culture dont je suis responsable. Je suis également faite d'énergie incréée, non substantielle. De quelle manière j'en suis responsable ? J'ai, comme nous tous, un « mandat céleste », une tâche individuelle à accomplir sur cette terre, et pour cela, il me faut incontestablement de l'énergie. Il se trouve que, souvent, nous ne savons pas entendre, venant du fond de nous, la voix qui nous inspire notre tâche singulière. Or, la maladie peut précisément nous servir à affiner cette écoute, à faire le point. Quand on me demande quelles maladies je soigne, je réponds que non, je ne soigne aucune maladie, je ne soigne que la santé. Or, dans le mot « santé », ma pratique me montre depuis trente ans, qu'il faut y inclure les phases sombres autant que les phases lumineuses. Seules les difficultés peuvent nous faire mûrir, grandir, évoluer, nous rendre plus humble, nous permettre d'entrer plus profondément dans le questionnement essentiel, à percevoir notre propre « scénario » de vie.

 

Chez les Sumériens, le thérapeute devait aider son patient à pouvoir répondre à tout instant à la question que lui poserait son ange gardien au moment de sa mort, au nom de l'Absolu : « Qu'as-tu fait de ma gloire ? » Celui qui ne peut pas répondre ne passe pas le seuil ! Autrement dit : avons-nous transformé les ténèbres rencontrées en nous-même et autour de nous en plus de compassion, en plus d'amour, en tendresse, en écoute, en pardon, en tolérance, en joie ? À Sumer, le mot maladie n'existe pas, on dit : enténèbrement. Tomber malade, c'est perdre la « lumière de gloire ». Et guérir (symbolisé par l'idéogramme du serpent), c'est traverser les épreuves, acquérir une nouvelle force grâce à la maladie. Nous ne sommes pas sur terre pour ne pas tomber malade, mais peut-être pour apprendre à franchir des ponts, des épreuves, et à transformer, chacun à sa manière unique, l'obscurité en lumière.

 

N. C. : La parabole christique des « talents » reprend cette idée...

 

M. K. : Oui, en demandant : qu'as-tu fait de tes talents  ? Les as-tu utilisés pour ta propre gloire, ton narcissisme, ton confort, ton désir de séduction, ta gourmandise d'acquérir toujours plus ? Les as-tu gaspillées ? Ou as-tu su les utiliser pour sonder ce nom secret, cette vibration infiniment profonde qui existe en chaque cœur ? On ne peut pas formuler ce « mandat céleste » qui attend de nous sa réalisation, mais on le sent. C'est justement cela le shen : le feu de l'intuition, de l'inspiration, l'ange qui nous guide. Des tablettes sumériennes nous parlent de « réveiller le secret du cœur ». Telle est la tâche du thérapeute : pas seulement soulager un mal de tête ou une diarrhée, mais relier son patient à son enracinement dans l'invisible, au secret de son être. Dans le cœur éveillé, dans un commencement, un état auroral. Ce n'est pas spectaculaire, on constate une pacification : « Je ne tombe plus dans la victimisation », ou « J'aime mieux mes enfants », ou « J'ai décidé de chercher un nouveau travail », ou « Je réponds à des besoins en moi, auxquels je n'avais jamais accordé d'espace, danser, ou peindre, ou partir en randonnée, avant j'étais trop accaparé par mon travail, ma famille, mes soucis.

 

Soigner, c'est donc beaucoup plus mystérieux et plus fort et plus exigeant que de juste vouloir rétablir une situation confortable. Si l'on reçoit une épreuve, c'est pour évoluer, pour grandir, se transformer, voir plus grand, plus large, plus profond, c'est pour renouveler tout de l'intérieur, avec plus d'amour, plus de patience, plus de force. Aujourd'hui, on cherche peut-être trop une efficacité à courte durée. Alors qu'il peut s'avérer excellent d'entrer en soi grâce à une grippe, à une fracture, ou à un autre trouble. Me sentir petit, me retrouver dans ce « vide médian » entre l'ancienne situation et une situation future, peut m'aider à voir mon devenir à partir de ce secret infini que je porte, innommé et innommable, inaudible, imperceptible, et pourtant extrêmement dense, intense, impérieux en chacun de nous, comme une mise à l'impératif de l'être, une exhortation à se mettre debout !

 

N. C. : Mais la crise ou la maladie peut aussi nous écraser...

 

M. K. : C'est bien pourquoi il faudrait soigner le yin, par prévention. Par exemple les reins sont porteurs de la volonté de vivre, de la confiance en soi, de la possibilité d'avoir une assise ! Beaucoup de nos contemporains « flottent », par manque de terre et d'eau : ils n'ont pas les pieds sur terre. En médecine chinoise, on dit qu'ils ont la racine -les reins- faibles. « S'adosser au yin », c'est d'avoir les reins solides, on peut les fortifier par exemple par le chi-gong ou le taï-chi-chuan. Les reins correspondent à l'intériorisation. Quand l'ours se retire dans sa grotte, à l'arrivée de l'hiver - temps de la tortue noire, c'est pour se renforcer les yin.

 

Nous devrions faire de même. Pour nous renforcer la racine, descendre un peu plus « amoureusement » dans notre intériorité, dans le temple du silence, remercier nos ancêtres, leur pardonner leurs inaccomplissements, nous réconcilier avec eux - et nous ressourcer en pratiquant la respiration méditative... . Mais nous vivons désormais comme si les cycles des saisons ou du jour et de la nuit n'existaient pas. Nous voudrions travailler autant en hiver qu'en été, la nuit que le jour ! Moi aussi, bien sûr ! Trop d'affaires en cours et nous oublions de nous replier dans le silence intérieur, écouter notre voix profonde, et refaire nos réserves en hiver. Nous sommes donc menacés d'épuisement, parce que nous avons perdu la perception subtile des rythmes naturels, sur lesquels sont fondées, par exemple, les prières des grands systèmes religieux, qui dépendent de l'angle du soleil à la surface de la terre.

 

N. C. : Et quand arrive le printemps ?

 

M. K. : C'est le temps du dragon vert, avec l'éveil du yang. L'énergie renaît, bourgeonne, ressort. Les organes maîtres sont alors le foie et la vésicule biliaire, on les appelle « boucliers ». Egalement : « général de l'armée » et « chef de guerre », pour dire qu'on bouillonne facilement, on est prompt à la colère, à l'irritation, au jugement, à l'intolérance par trop de bile chaude. Au printemps le désir de la Quête se réveille, les projets de voyages - particulièrement si les reins ont été reconstitués en hiver ! La créativité surgit alors avec audace et impétuosité, tant pis pour l'entourage ! On refait le monde.

 

La phase montante du shen nous emmène dans l'été, en cette saison le cœur est sous la protection du phénix rouge. Les Anciens confirment qu'il y a un cœur émotionnel et un cœur « empereur ». Seul le « cœur vide a puissance sur toute chose ». Il est générosité, miséricorde, bienveillance, joie, - pas seulement durant l'été !

 

Puis, le yang décline doucement et l'automne arrive, c'est le temps du tigre blanc, une saison pour engranger, faire le bilan, le deuil aussi, à s'occuper des poumons et du gros intestin, à trouver son espace individuel, tout en respectant l'autre, à se libérer des dépendances émotionnelles périmées. Notre tâche, difficile, consiste à transformer la tristesse en compassion et en espérance. Il en faut du shen pour ça !

Au centre de l'entrecroisement des saisons se trouve la Terre. Elle s'occupe, à travers la rate et l'estomac, de la digestion, de la transformation, de la transmutation, de la compréhension, de l'intégration, du renouvellement... Mais si la Terre est trop forte en moi, elle va déborder sur le Feu et l'éteindre, me coupant de la Grâce, du shen ming en chinois, de « la lumière de l'Esprit ».

 

N. C. : Quand donc la Terre est-elle « trop forte » en moi ? Quand je suis vorace, cupide ?

 

M. K. : Pardon, je voulais dire qu'elle peut être fort « encrassée » par trop de pensées et de soucis, trop d'aliments sucrés et par l'alcool. Les compensations consolatrices incitent à la stagnation, ne favorisent pas beaucoup le dialogue transformateur... Comment entendre l'appel du shen, le « secret du cœur », si je suis emmurée dans ma vérité monolithique, ma certitude infaillible ? Le blocage de la Terre empêche les autres éléments à circuler : l'Eau est indispensable pour la confiance, le Bois pour l'élan créateur; le Métal pour l'acte juste, le Feu pour la Vive Flamme.

 

Y a-t-il de pire calamité que de ne jamais se remettre en question ?

Justement, selon la médecine sumérienne, la santé se repère à trois critères : avoir le don de remercier (pour tout ce qui nous arrive), le don de pardonner, et être joyeux.

 

La cause de la maladie est principalement le non-pardon à soi-même ou à quelqu'un d'autre. Le patient devait examiner ce qui l'empêchait de pardonner. Après quoi, on en venait à décrire son trouble, ses symptômes. Il fallait replacer son histoire personnelle dans une méta-histoire, symbolique, mythique, ce qui a opéré une délivrance. Et le thérapeute lui indiquait comment soigner sa santé, en visant les trois critères dont nous venons de parler. Etre responsable, autant que possible, de sa santé, par respect à son entourage peut être un acte de bienveillance. C'est pourquoi, dans toutes les médecines sacrées, qu'elles soient sumérienne, égyptienne, ayurvédique, chinoise, etc, il est conseillé un suivi, particulièrement aux changements de saison, aux équinoxes et aux solstices, et pour chacun le jour de son anniversaire. Pour célébrer et nourrir le Nouveau qui se prépare. Pour transformer l'épreuve en « berceau de la joie ».

La science occidentale petit à petit a saucissonné l'homme, en de nombreuses spécialités : psychologie, biologie, émotions... avec une impuissance à rassembler les fleurs en un bouquet, on y perd le fil. Même dire que nous sommes un triangle « corps-âme-esprit » apparaîtrait trop schématique et réductif pour des Sumériens ou des Chinois.

 

N. C. : La tripartition « corps-âme-esprit » n'est-elle pas au centre de la vision chrétienne, à laquelle vous n'êtes pas insensible ?

 

M. K. : Justement, Jésus a soigné la santé ! Chacun de ses gestes, chacun de ses mots était guérisseur, libérateur, transformateur. Derrière chaque guérison on sent briller des interrelations extrêmement riches. C'est probablement la pensée grecque qui a synthétisé et résumé de cette façon l'expérience des Anciens, sur les neuf corps qui nous constituent. Les neuf enveloppes de Tout-Ankh-Amon témoignent de cette perception à la fois cosmique, transfigurante et ascensionnelle de l'Homme. Le résultat actuel, c'est que, finalement, le pneuma grec, qui faisait penser au chi chinois, s'est retrouvé dans l'Église, mais il a déserté la médecine. On ne peut pas parler, dans nos facs de médecine, de l'Esprit Saint ! Alors que, chez les Chinois, même après cinquante ans de dictature maoïste, allez interroger des jeunes de vingt ans sur les « trois trésors », ils vous répondront impeccablement ! Cela m'a d'ailleurs énormément surprise, la première fois. J'ai demandé : « Mais... comment savez-vous cela ? » Ils m'ont répondu : « Mais enfin, nous l'apprenons à l'école ! » Ils apprennent que nous sommes faits d'invisible et que la matière extérieure est comme une expression figée d'une dynamique profonde, faite d'un entrecroisement de souffles ! Cela correspond bien sûr à ce qu'enseigne l'énergétique chinoise.

Vous et moi, nous sommes liés en quelque sorte, par « Dialogues avec l'ange » qui évoque cette tripartition. Me permettriez-vous d'en rappeler un court passage ?

 

« Tout est corps. Ce qui est insaisissable pour toi, l'âme, pour moi est un mur épais. L'âme est le vin, elle porte l'ivresse. » (18 L)

 

« L : Parle-moi de l'interdépendance du corps, de l'âme, de l'esprit. - Si tu dépends du corps, tu n'es que corps. Si tu dépends de l'âme, tu n'es que corps animé. Si tu dépends de l'esprit, tu n'es qu'un homme. Si tu
dépends de LUI, tu es tout. Ne dépends que de LUI, alors corps, âme, esprit et LUI seront unis ! A sa dépendance, tu peux reconnaître chacun. » (33 L) 

 

« Chaque organe de ton corps est l'image d'une force de l'Univers. C'est d'elle qu'il reçoit sa force. Le battement de cœur de l'Univers est un avec le battement de ton cœur. Chaque organe est sacré. (24 L) »

 

Suite ici : http://www.cles.com/enquetes/article/la-maladie-permet-de-se-ressourcer/page/0/6

 

Propos recueillis par Patrice van Eersel 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 16:06

 

 

Responsabilité,

Récapitulation,

Réparation,

Résilience

Renouvellement

 

"On revient en arrière, on revient aussi loin qu'on peut aller, parce que ce n'est que lorsque l'on est arrivé au commencement d'une route, qu'on peut en prendre une autre à la croisée des chemins".

 

Enseignement capital si l'on veut évaluer où l'on en est dans sa vie.

Il y a ceux qui choisissent de faire ce compte à rebour , de retourner à l'origine des choses, chemin dont peu de personnes percevront l'importance et la dureté, et il y a ceux qui avancent dans une fuite en avant, changeant simplement le décors de la route, mais aucun de ses fondements.

 

C'est important de pouvoir s'en rendre compte, afin de voir nos schémas répétitifs, nos histoires qui se répètent : on change de travail, de ville, de partenaire, on surfe sur la vague des plaisirs et des compensations, mais en fait rien de change, car rien n'est rencontré à l'intérieur de soi et rien n'est venu à la conscience pour éclairer le prochain pas.

 

Et pour ceux qui sont sur ce chemin de responsabilité, de récapitulation, de réparation, la route est souvent rude car ce retournement à l'intérieur n'est pas très "tape à l'oeil" dans une société qui valorise l'égo, la reconnaissance immédiate,  le faire ou les actions d'éclat, en oubliant l'être. 

 

C'est un chemin de dépouillement, où beaucoup de deuils sont à faire, où l'expérience nous allège du superflu, et nous invite à rencontrer et accueillir beaucoup d'ombres.

 

Si ce travail ne peut être fait, alors la fuite en avant à la recherche de la lumière, sans jamais comprendre et accueillir l'ombre, ne sera qu'une dynamique pour perfectionner, enjoliver ce que l'on a déjà, sans rien pouvoir transformer.

 

Comme dit Arouna, ce ne sera que du "rafistolage, des vies et des vies durant".

 

Ainsi, si nous souhaitons un véritable renouvellement dans notre vie, il va de pair avec un véritable engagement à faire retour sur soi.

 

MT

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
23 juin 2015 2 23 /06 /juin /2015 11:24

 

 

Responsabilité,

Récapitulation,

Réparation,

Résilience

Renouvellement

 

"On revient en arrière, on revient aussi loin qu'on peut aller, parce que ce n'est que lorsque l'on est arrivé au commencement d'une route, qu'on peut en prendre une autre à la croisée des chemins".

 

Enseignement capital si l'on veut évaluer où l'on en est dans sa vie.

Il y a ceux qui choisissent de faire ce compte à rebour , de retourner à l'origine des choses, chemin dont peu de personnes percevront l'importance et la dureté, et il y a ceux qui avancent dans une fuite en avant, changeant simplement le décors de la route, mais aucun de ses fondements.

 

C'est important de pouvoir s'en rendre compte, afin de voir nos schémas répétitifs, nos histoires qui se répètent : on change de travail, de ville, de partenaire, on surfe sur la vague des plaisirs et des compensations, mais en fait rien de change, car rien n'est rencontré à l'intérieur de soi et rien n'est venu à la conscience pour éclairer le prochain pas.

 

Et pour ceux qui sont sur ce chemin de responsabilité, de récapitulation, de réparation, la route est souvent rude car ce retournement à l'intérieur n'est pas très "tape à l'oeil" dans une société qui valorise l'égo, la reconnaissance immédiate,  le faire ou les actions d'éclat, en oubliant l'être. 

 

C'est un chemin de dépouillement, où beaucoup de deuils sont à faire, où l'expérience nous allège du superflu, et nous invite à rencontrer et accueillir beaucoup d'ombres.

 

Si ce travail ne peut être fait, alors la fuite en avant à la recherche de la lumière, sans jamais comprendre et accueillir l'ombre, ne sera qu'une dynamique pour perfectionner, enjoliver ce que l'on a déjà, sans rien pouvoir transformer.

 

Comme dit Arouna, ce ne sera que du "rafistolage, des vies et des vies durant".

 

Ainsi, si nous souhaitons un véritable renouvellement dans notre vie, il va de pair avec un véritable engagement à faire retour sur soi.

 

MT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 20:32
Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 17:53

 

 

L'intervieweuse interviewée....

Lilou témoigne simplement de ce qui l'a amenée à transformer sa vie et comment le manque d'argent a été pour elle l'occasion de s'ouvrir à nouveau à la vie.

Un beau parcours de conscience, d'ouverture du cœur et de réussite avec finalement l'abondance au bout...

 

MT

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • : Un lieu où pourraient se cotoyer le jour et la nuit, les univers différents de la pensée logique, rationnelle, structurée à partir des informations émanant de toute part, et de la pensée vagabonde, celle qui erre la nuit, mais aussi le jour, dans l'envers des choses, à la recherche de l'impalpable, de la beauté et de la magie. Michèle Théron
  • Contact

  • lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. 
Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...

Auteur - Photographe

Michèle Théron, praticienne de santé naturopathe, femme en chemin, je vous partage sur ce blog des articles, de la poésie, des photos créés par moi, et les citations, articles, vidéos qui nourrissent mon chemin et m'inspirent.

Recherche