Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 13:06

 

 

Marguerite Kardos a un parcours étonnant, elle est linguiste-orientaliste, spécialiste du Proche-Orient et de Sumer, ancien professeur d’université. Elle est également thérapeute, pratique l’énergétique chinoise traditionnelle, la naturopathie, et le qi-gong.

 

Hongroise, elle a traversé les répressions de son pays et s'est beaucoup interrogée sur comme être libre, et comme honorer la vie.

 

Proche de Gitta Mallasz, elle a permis que les "Dialogues avec l'Ange" soient édités en Hongrie et elle anime des stages et des soirées autour des Dialogues avec l'Ange.

 

Un extrait du documentaire "Incarner l'utopie".

 

MT

 

 

 

 

Repost0
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 22:08

 

 

Une vision originale sur les microbes, nos adversaires ontologiques qui nous posent trois questions :

 

- Qui es-tu ?

- Que fais-tu ?

- Où vas-tu ?

 

Extrait de la conférence donnée au Forum International des Thérapies Quantiques en Novembre 2011 par Olivier SOULIER, docteur en Médecine

 

http://www.lessymboles.com/produit/dvd-les-microbes-2/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost0
14 juin 2015 7 14 /06 /juin /2015 20:58

 

 

La fin mai et la nouvelle lune de juin ont apporté des énergies puissantes... certaines et certains ont peut-être senti ce tourbillon et en ressortent l'âme un peu décoiffée....

Voici quelques pistes de réflexion pour la période en cours, qui m'a l'air vraiment dense, bouleversante, et nous laisse déroutés.

 

Mais entre la révélation des blessures et des failles, les blocages, et l'invitation à la flexibilité, la liberté et la naissance, nous avons de quoi méditer pour le nouveau qui vient.  

 

MT

 

 

 

https://translightml.wordpress.com/2015/06/12/kara-schallock-flexibilite-naissance-liberte/

 

http://lechantdesarbres.over-blog.com/2015/06/nouvelle-lune-de-juin.html

 

http://www.danielleclermont.com/DCblog/?p=829#more-829

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost0
14 juin 2015 7 14 /06 /juin /2015 19:43

~~Requiem K626 - Kyrie, de W.A. Mozart, dirigé par Fausto Pedretti (1957 - 2015), chef d'orchestre, professeur au Conservatoire de Parme, basson et compositeur

 

La mort est une étrange messagère.

 

Elle vient nous retirer physiquement les âmes que nous aimons, et en même temps leur donne une présence inouïe, une consistance dense, tangible, qui s’impose à nous de façon percutante et pilonne les pensées.

 

Quelque chose est arraché et, au même instant, quelque chose est ramené, là, dans le présent, qui se tient à côté de nous et veille.

 

Le temps et les distances sont abolis. Tout se condense dans l’espace qui nous entoure, et un flux incessant court, comme un torrent en cru, d’esprit à esprit.

 

Un dialogue se met en place. Tenace.

 

Revient à la mémoire ce qui s’est dit, ce qui s’est échangé. Des mots. Des phrases. Des sourires. Des instants. Des petits riens qui parlent pourtant de tout.

 

Le présent se trouve rempli du passé définitivement propulsé hors du temps.

 

S’impose ce que nous n’avons pas dit et que nous aimerions tant dire encore. Offrir une confirmation, une reconnaissance jamais formulées.

 

Paroles vaines comme un dernier adieu, comme un monologue qui attend une réponse, une étreinte, qui ne viendront jamais.

 

Une énergie est là, fulgurante, qui matérialise un temps encore tout ce que l’autre fut. Comme un papier photo se révélant dans un bain chimique, la dissolution du corps révèle l’essence de ce qui fut, au-delà de toutes apparences.

 

L’âme apparaît, débarrassée du superflu, dans toute sa puissance, dans tout son potentiel de création, dans toute la force qu’elle a incarné dans la matière.

 

Matière si âpre, si lourde à mettre en mouvement, si lente à laisser passer la lumière, si compliquée à aimer et à guérir.

 

Reviennent des images de ce que nous avons cru voir, de ce que nous avons vu, de tout ce que nous n’avons pas vu, absorbés par nos occupations illusoires et nos aveuglements. Facettes en clair-obscur qui s’éclairent sous les rayons rythmés d’un phare qui pénètre notre conscience.

 

Des voiles se soulèvent, certains avec douceur, d’autres avec une clarté mordante.

 

Miroir de lumière et d’ombres qui dessine un nouveau portrait et fait de nous les dépositaires d’une vie disparue.

 

Cette vie s’en va comme une étoile dans le noir, elle brille dans le souvenir, envoie sa lumière en questionnant la nôtre.

 

Ta lumière disparue me demande ce que j’ai fait de la mienne.

Tes talents me demandent ce que j’ai fait des miens.

Ton pouvoir d’incarnation me demande ce que j’ai fait du mien.

Ton amour de la musique m’invite à la remettre au cœur de mes sensations.

Ta simplicité me parle de ta grandeur.

Tes blessures me parlent des miennes.

Ton départ me parle de tous les départs.

Et ta mort me parle de la Vie.

 

MT ©

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost0
14 juin 2015 7 14 /06 /juin /2015 10:43

 

Le psychiatre Christophe Fauré, s' entretient avec Stéphane Allix à l'INREES, autour de la mort et du deuil, qui est "processus de cicatrisation".

 

Dans une société où l'on veut que tout aille vite, où l'on voudrait que les gens guérissent au plus vite, que les morts disparaissent au plus vite, que les endeuillés arrêtent de pleurer au plus vite, il est bon de rappeler cette vérité à la fois physiologique et psychologique qu'est la cicatrisation.

 

Il ne s'agit en aucun cas d'oubli. C'est l'oubli qui est pathologique. Il s'agit essentiellement d'intégrer à l'intérieur de soi les liens et ce qui constituait la relation avec la personne disparue.

 

Et si tout le monde a le pouvoir de cicatriser, tout le monde ne le fait pas au même rythme, suivant son histoire, suivant l'impact du deuil et suivant l'environnement, qui sera facilitant ou non.

Le degré de gravité de l'événement est important, mais là encore, la tentance est à l'uniformisation et beaucoup n'arrivent pas à faire la différence entre une rupture avec un compagnon ou une compagne de 30 ans, une amourette de quelques mois, la perte d'un chat ou la perte d'un parent. Et même si tous ces événements sont différents, l'important est de pouvoir cerner l'investissement affectif qui nourrissait la relation.


Et la véritable empathie est bien là, "mesurer" cet impact, mesurer la complexité des répercussions dans la vie de la personne endeuillée, mesurer les fragilités, mesurer l'isolement qui va ralentir le processus.

 

Donc il est important de prendre en compte ce processus, afin de ne pas rajouter de la souffrance à la souffrance, par des injonctions inutiles, des jugements, ou de l'incompréhension.

Faire le deuil d'un être cher nous amène à respecter notre histoire, nos liens, nos sentiments, à accueillir tout ce qui a constitué une partie de notre vie et remettre de la douceur, là où la séparation avait fait irruption avec violence.

 

MT

 

 

 

 

 

 

 

Repost0
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 17:02

.

Repost0
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 11:35

Visio conférence En directe TRADUITE EN FRANÇAIS avec l'Association Etre Présence http://www.etrepresence.org

 

 

 

 

Byron Katie nous invite à ce travail, "le Work" qui consiste à observer et demonter nos pensées, nos croyances qui nous éloignent de notre coeur.

A la fois simple, évident.... mais tout un processus de transformation.

 

MT

 

 

 

 

Visio conférence En directe TRADUITE EN FRANÇAIS avec l'Association Etre Présence http://www.etrepresence.org

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost0
30 mai 2015 6 30 /05 /mai /2015 22:41

 

 

« A 18 ans je suis parti, pensant trouver la liberté chèrement attendue, mais bien sûr c’était un leurre, dans un monde très fermé, avec un bon stock de blessures, on part, certes du monde très fermé, mais on emmène les blessures avec soi » …

 

Voici le parcours de Gregory Mutombo, dont le chemin sera tout d'abord une "confrontation à la densité", à tout ce que porte la terre, pour descendre au plus profond et transmettre un enseignement qui ne reste pas à la surface des choses.

 

"Quand tu auras senti ce plomb, tu pourras le transformer en or".

 

 

MT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost0
28 avril 2015 2 28 /04 /avril /2015 23:47

 

 

Quand l'enseignement se fait parole délicieuse ....

 

MT

 

 

 

 

 

 

 

Repost0
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 23:06

 

 

 

Le pardon à soi : première étape vers la guérison....

 

 

 

Repost0
15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 17:15

 

 

L'amour n'est qu'à une pensée de distance.

Rappelle-toi de l'utiliser souvent.

Il ne peut jamais s'épuiser.

 

Roger Mc Gowen

 

 

 

Messages de vie du couloir de la mort, aux Editions Jouvence

http://www.editions-jouvence.com/livre/messages-de-vie-du-couloir-de-la-mort

 

 

 

 

 

Lundi 18 mai 2015 au Forum 104

à 19h00 104, rue de Vaugirard - 75006 PARIS M° St Placide, Montparnasse, Duroc,

Conférence animée par l'écrivain Pierre PRADERVAND président du comité international de soutien à Roger Mc Gowen.

Témoignage de Pascal BERNARD, président du comité français de soutien à Roger Mc Gowen.

 

Roger Mc Gowena passé près de 30 ans dans les couloirs de la mort au Texas pour un meurtre qu'il a toujours nié. « L’audace d’aimer », tel est l’itinéraire spirituel de cet autodidacte de la spiritualité qui, dans un esprit universel, sait rassembler, là où tout devrait diviser, devenant un maître de vie pour des centaines de personnes à travers le monde.

 

La soirée s’ouvrira avec le remarquable film de Nicolas PALLAY :

« Roger Mc Gowen condamné à mort #889 »

2 fois primé dans des festivals internationaux.

Prix : 12€ - Tarif réduit réduit adhérents,

18-25 ans ou sans et faibles revenus :10€.

Les bénéfices seront entièrement versés en soutien à la cause de Roger Mc GOWEN

Réservation nécessaire : https://www.weezevent.com/l-audace-d-aimer  

Tél : Guy BAUMARD : 06 07 54 47 66.

 

Repost0
15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 07:34

 

Une video éclairante sur le sujet du mental, parfois si difficile à identifier dans ses mécanismes. Tout le monde parle du mental, dit qu’il faut soit le tuer, soit le laisser aller, soit ne plus l’écouter, soit l’abandonner… Méthodes diverses et variées qui peuvent parfois d’ailleurs renforcer le mental…

 

Comment percevoir ce qui est à l’œuvre ?

 

Dès lors que l’on commence à être perdu et que nous cherchons à nouveau une piste rassurante, le mantra du mental se présente à nous, souvent sous la forme d’une question : « alors qu’est-ce que je fais maintenant » ?

 

J’ai retranscrit ci-après quelques extraits clés des paroles de Mooji, afin de garder clair des phrases sur le déroulement de ce processus.

 

MT

 

Nota : ce n’est pas une transcription intégrale, donc attention si vous partagez, il faut remettre cela dans le contexte et l’écoute de la vidéo dans sa totalité afin de rester fidèle à la pensée de Mooji.

 

 

 

Au fur et à mesure que vous découvrez votre propre amour du Soi authentique, le vrai Soi qui est Amour, ce qui n’est pas vrai, ce qui n’est pas réel est facilement abandonné.

 

C’est simplement que vous vous désintéresser, vous n’avez pas à le trancher net, vous n’y êtes plus identifié, tout simplement.

 

Et la voix est moins proche, elle est plus distante.

 

A la lumière de votre réalité intérieure, la superficialité du mental égoïste ne vous attire plus

 

« Alors qu’est-ce que je fais maintenant ? » Cette question ne viendra jamais du Soi, ce n’est pas quelque chose qui fait, plus nous sommes dans une identité dynamique, c’est vraiment quelque chose qui fait « d’accord, j’ai essayé cela, d’accord, ça n’a pas marché, maintenant, qu’est-ce que je fais »

 

Donc, c’est une sorte de bruit, de mécontentement d’une certaine façon. Mais ce que tu peux faire, c’est être consciente de ce sentiment maintenant.

 

«Que puis-je faire ? ». Qui veut découvrir cela même ?

 

Il y a des gens qui comprennent vraiment cette question et qui ressentent son réel pouvoir.

 

Qui pose cette question, vous voyez. Vous y croyez, donc parce que vous y croyez, vous devez le suivre.

 

Mais certains savent immédiatement que cette question ne vient que du mental.

 

Avez-vous des défenses ? Avez-vous un système immunitaire contre votre mental, qu’aussitôt qu’il se lève nous sommes à son service, ou quoi ? Donc d’une certaine manière il peut seulement se produire, seulement apparaître dans l’espace de votre être.

 

Vous êtes le plus grand.

 

Vous pouvez exister sans le mental, mais le mental ne peut exister sans vous. Qui est le plus important ?

 

Donc ne soyez pas effrayés par sa voix, vous n’avez pas à le suivre. Il y a des gens qui à chaque fois qu’une pensée surgit, ils y réagissent.

 

Vous allez entendre cela, il vous dit :

« oui, tu sais, tu n’es pas prêt, tu n’es pas digne, et OH… » (visage de déception)

« Ta méditation était vraiment si bien ce matin.. ah oui… ». (visage de contentement)

 

Question : « je le vois, je le vois arriver, pourquoi n’est-ce pas suffisant ? »

 

Cela arrive encore en rapport à une identité qui est toujours présente, et l’identité ne peut confirmer « je suis totalement satisfaite » ; quelque chose se mélange, s’y accroche,

 

On dit : « je peux voir cela » lorsqu’on laisse tout, mais je ne suis que le Soi, c’est parfait, tout va bien ; mais comment puis-je rester à cet endroit ?

Alors cette question est posée par Cela qui Est ou par ce qui veut exister ?

 

Laquelle es-tu ?

 

Hein, tu vois si tu dis : je suis celle qui se rapproche du Soi, je suis capable d’entrer dans le Soi et d’être totalement en paix pendant un moment, mais d’une certaine manière le mélange de mes propres tendances ou «vasanas» sont trop fortes que je ne peux pas rester longtemps, je dois ressortir de nouveau, donc es-tu celle qui entre et qui sort, ou bien es-tu Cela qui Est conscient des allées et venues, mais qui n’est pas ce qui va et vient ?

 

Il faut être clair là-dessus

 

Et ensuite tu dis, parfois je ne suis pas ce qui va et vient et parfois je le suis

C’est ressenti comme si « je l’étais »

Donc tu dois plus y réfléchir et l’observer.

 

Mais ce qui entre et sort, n’est pas conscient de lui-même, quelque chose observe la sensation d’entrer et de sortir, donc cela ne peut pas être compris dans la bulle du mouvement d’entrer et sortir.

 

Ainsi, tu confirmes, simplement.

 

Alors ce sentiment de « je » à qui sont ce pieds, à celle qui va et vient ou bien à celle qui ne peut pas aller et venir ?

 

Et si cela ne peut pas aller et venir, alors je dois être Cela, mais ça ne doit pas être juste mental.

 

Tu dois confirmer, vérifier.

 

Je suis le témoin des allers et venues par conséquent je n’ai pas besoin de m’en faire pour ce qui va et vient…

 

 

 

 

 

Repost0
11 avril 2015 6 11 /04 /avril /2015 11:46
Le choix et le chemin de la Joie – Diane Bellego

 

 

La joie pure qui m’habite de plus en plus souvent est la flamme inaltérable dévoilée en mon cœur. Mon bien-être associé à « moi, je » l’ego reste affecté par l’état du monde même si ultimement tous deux fondront au service de la Vie Une.
Lorsque je me tourne vers mon passé et ses épisodes opaques, en vérité mon chemin de réconciliation m’a offert régénération et éveil à une autre dimension. Cohérence simple et profonde qui me pousse à accompagner les êtres au cœur de la Réconciliation de la globalité de soi.

 

Cette Réconciliation a pacifié et ré ouvert mon cœur à son expression naturelle, la joie à travers 2 orientations incontournables et inter-reliées.

 

1 - Nourrir et choisir la joie.
2 - Transformer les blessures de mon cœur.

 

 

1 - Nourrir et choisir la joie.

 

Notre cœur est la place et le gardien de la source de la joie, de la beauté, de la nature éternelle et divine de qui nous sommes.
Accepter, reconnaître ce joyau et sa flamme sacrée en nous comme en chacun, fait renaître la joie et scintiller du plus profond notre divinité. Cela allège la vie et libère l'amour, la sagesse et la foi.
Revenir régulièrement se reposer dans le calme, le silence et la paix toujours disponibles dans notre cœur éveille la puissance amoureuse de création (ventre) unie à notre plus haute intention (3ème œil). Ce choix crée et nous aligne à une réalité d’amour reflétant notre divinité.

Concrètement :

Exprimer et transmettre notre amour sans intention de résultat. Étreindre sans infantiliser.
Cultiver la gratitude pour les choses de la vie, l’air, l’eau, la nourriture, le corps …
Exprimer à l'autre la gratitude d'être qui il est, nous permet d'être qui nous sommes.
Dire Oui à la Vie.
Développer et écouter la résonance de notre cœur et sa sagesse infinie.
Libérer le ressenti intuitif et la créativité. Créer du beau dans le quotidien.
Aligner l’intention, le Cœur, l’action.
Libérer l’énergie vitale et spontanée. Célébrer la vie en mouvement.
Revenir au sourire intérieur qui change la chimie interne.
Respirer dans la conscience de la Flamme sacrée de notre cœur.
S’abandonner au souffle profond, à la Vie Une.
Choisir notre état et y revenir.

 

 

2 - Transformer les blessures de notre cœur.

 

La puissance du cœur permet d’apporter l'énergie divine à toutes nos parties, qui ne peuvent encore accepter l'amour, jusqu’à notre peur, de les rappeler au sanctuaire du cœur en connectant notre globalité. Amener l'amour à l’impardonné et lui pardonner, ouvre le cœur au soutien universel et produit une profonde onde d'amour de ce qui était emprisonné qui retourne à l'amour. C'est notre responsabilité et notre consécration.

Concrètement :


Ancrer l’adulte véritable qui prend soin de l’enfant blessé en nous, lui offre ce qui lui a manqué, s’ouvre à sa magie.
Libérer les émotions du passé de façon psycho corporelle.
Nous réconcilier avec notre verticalité, notre incarnation et notre spiritualité saine, naturelle, amoureuse, libérée des mémoires religieuses conditionnées.
Choisir le pardon, ni excuse, ni complaisance ou naïveté, mais la résolution intérieure par le choix conscient d’aimer à nouveau.
Pratiquer le processus d’alchimie : Reconnaître. Accepter. Aimer. Pardonner. Bénir. Rendre À-Dieu.
Révéler le trésor au cœur de l’ombre et grâce à elle. Le défi n’est pas l’ombre mais notre jugement dessus.
Choisir et ancrer le courage, la détermination, l’engagement nécessaires.
Accepter d’accueillir la joie, l’amour, la reconnaissance, la bénédiction qui résultent de la Réconciliation.

 

 

Pratique au quotidien.


« L'amour est en moi et autour de moi.
Je reconnais que je suis amour.
L'amour existe en tout ce qui est.
J'alchimise mes jugements sur ce qui est.
Je pardonne inconditionnellement ce qui est
."

 

 

Diane Bellego

 

Repost0
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 11:37

 

 

"Nous n'avons pas le choix des événements,

Nous avons le choix de les interpréter."

Repost0
17 mars 2015 2 17 /03 /mars /2015 16:04

 

 

Le chemin initiatique d’Arouna est un chemin qui l’a conduite de l’amour divin à l’amour "de" et "dans" la relation.

 

Dans les hautes sphères divines, il est possible de toucher l’amour absolu.

 

Le défi, qu’elle a rencontré et qu’elle a choisi d’enseigner, c’est de mettre cet Amour absolu à l’épreuve de la relation.

 

C’est toute l’approche de la construction en conscience du corps amoureux et du développement de la compétence relationnelle, pour faire que l’amour né entre deux personnes puisse continuer à s’engendrer.

 

Un extrait de la conférence donnée au Sommet de la sexualité de vie.

 

 

MT

 

 

Pour retrouver la totalité de cette conférence ou les 16 conférences du Sommet de la sexualité de vie :

http://www.sommetdelasexualite.com/au-quotidien/

Repost0

Présentation

  • : Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • : Un lieu où pourraient se cotoyer le jour et la nuit, les univers différents de la pensée logique, rationnelle, structurée à partir des informations émanant de toute part, et de la pensée vagabonde, celle qui erre la nuit, mais aussi le jour, dans l'envers des choses, à la recherche de l'impalpable, de la beauté et de la magie. Michèle Théron
  • Contact

  • lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. 
Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...

Auteur - Photographe

Michèle Théron, praticienne de santé naturopathe, femme en chemin, je vous partage sur ce blog des articles, de la poésie, des photos créés par moi, et les citations, articles, vidéos qui nourrissent mon chemin et m'inspirent.

Recherche