Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 22:10

 

Le Dr Leonard Laskow nous partage sa vision de la guérison, une guérison totale à travers l'amour.

Ce qu'il entend par "amour", c'est la conscience de cette vérité que tout est unifié, que tout est connecté.

Il évoque aussi la puissance des croyances et les recherches qu'il a menées sur des organismes unicellulaires, choisis justement parce qu'ils n'ont pas de système de croyances, pour comprendre les interactions qui se jouent avec ces bactéries.

Au niveau de la conscience.... tout est Un, nous dit-il...

 

MT

 

 

 

 

 

 

Repost0
26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 06:43

 

 

 

Voici une courte video sur l’empathie, qui permettra non seulement de remettre les pendules à l’heure concernant la définition de l’empathie, mais permettra aussi de valider beaucoup d’entre nous qui sommes parfois troublés lorsque nous recevons ce que l’autre affirme être de l’empathie, alors que profondément nous ne nous sentons pas accueillis et rejoints dans ce que nous vivons ou partageons.

 

L’empathie est la capacité à mesurer ce que l’autre traverse, et non un bon conseil qui vise à le faire sortir de ce qu’il traverse…

 

Ouf… ça ouvre des portes n’est-ce pas ? et ça relaxe de comprendre pourquoi si souvent on a le sentiment de ne pas être entendu, sans pouvoir invalider le comportement à priori bienveillant d’autrui.

 

La plupart de nos comportements qui visent à être empathiques, ne sont en fait qu’une incapacité à juste accueillir ce qui est là.

 

Nous avons à permettre que quelque chose en nous s’efface suffisamment pour donner toute la place et la mesure de ce que l’autre nous confie, sans manipuler son ressenti, sans tenter de l’emmener déjà dans un espace où il ne peut pas être, puisque qu’il est juste là, ici et maintenant, dans l’instant du partage de sa souffrance.

 

L’empathie, c’est être un avec l’autre (et avec soi !), avec suffisamment de distance pour ne pas s’identifier à ce qui le traverse.

 

 

MT

 

 

 

 

Repost0
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 21:13

 

 

 

Lors de ma première naissance, je n'étais pas là. Mon corps est venu au monde le 26 juillet 1937 à Bordeaux. On me l'a dit. Je suis bien obligé d'y croire puisque je n'en ai aucun souvenir. Ma seconde naissance, elle, est en pleine mémoire. Une nuit, j'ai été arrêté par des hommes armés qui entouraient mon lit. Ils venaient me chercher pour me mettre à mort. Mon histoire est née cette nuit-là.

 

Boris Cyrulnik, extrait de Sauve toi la vie t’appelle

 

 

 

 

 

 

Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 00:03

 

« Pour choisir l’amour vous devez être conscient, vous devez être présent, vous devez être dans l’instant ».

C’est un choix dans nos actions et nos pensées pour ne pas tomber dans le dénigrement.

C’est observer et vérifier à chaque instant : ce que je fais, ça marche ou ça ne marche pas ? Si ça ne marche pas… arrêtons de trébucher sur nos habitudes !  

Michael Roads nous invite ici à quitter « la maternelle » et ses violences, pour être en amour avec nous-mêmes.

 

MT

 

 

 

Repost0
5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 23:38

 

 

Voici un texte qui remet du baume au coeur.

Sur ce chemin vers la "maîtrise", "l'éveil", ou l'amour, quel que soit le nom qu'on lui donne, chacun tombe et se relève.

Enfin... parfois on croit que l'on ne va jamais se relever.

C'est pourquoi les paroles d'encouragement font toujours du bien.... ;-) 

 

MT  

 

 

 

Il est long le chemin de l’éveil!

 

Depuis 2002, année que j’ai amorcé mon parcours vers la maîtrise, je suis tombée à maintes reprises. Et j’ai vu mes partenaires d’évolution spirituelle tomber aussi. Avec courage, on s’est relevé. Parce qu’il faut le dire, cela prend du courage. Et une foi inébranlable que j’admets ne pas avoir toujours nourrie. J’ai connu de nombreuses crises de foi. À chaque peine d’amour, chaque trahison, chaque abandon, j’ai perdu la foi. Je me disais que tout ce beau discours de reprise de pouvoir autour du concept qu’on est tous des dieux descendus sur la Terre pour apprendre à mieux aimer était bien noble, mais que dans les faits, la souffrance prenait souvent le dessus sur notre supposée divinité.

 

Puis, j’ai vécu un premier shift de conscience en 2010. L’impression de sortir de ma coquille et de prendre mon envol. Certes, le temps consacré à déployer mes ailes, les faire sécher et apprendre à voler a connu son lot d’incertitude, mais la joie de me lancer dans le vide a été aussi grisante qu’un saut en bungee. Cette période correspond à ma décision de délaisser mon métier d’animatrice et de journaliste télé pour enseigner en conférences et en ateliers le fruit de mes recherches et expériences sur l’élévation de la conscience. Pendant un an, je me sentais invincible. Tel l’aigle qui plane en maître et seigneur dans le ciel, je n’entrevoyais même pas la possibilité de retomber un jour, surtout pas au point de ramper au sol comme une chenille. Et pourtant, c’est précisément ce qui s’est produit en mars 2011. Une pensée désalignée, une fausse croyance, un scénario inventé de toute pièce par mon ego surprotecteur m’a propulsée de nouveau dans mes vieilles blessures de trahison et d’abandon, et voilà que je ne pouvais plus éviter la chute (Lire C’est quoi l’amour? à ce sujet). Le tapis se dérobait sous mes pieds sans que je ne puisse le retenir, même avec toute la bonne volonté du monde. Je me suis vue tomber au ralenti sans pouvoir appuyer sur pause, ou mieux, sur rewind pour revenir à mon état de grâce des mois précédents.

 

Il m’a fallu revenir à moi et apprendre à m’aimer inconditionnellement pour remonter la pente. J’ai découvert dans cet effondrement de toutes mes structures le cadeau du véritable Amour de Soi. Pas l’amour de mon personnage qui est apprécié de mon entourage quand je fais ce qu’on attend de moi, pas l’amour de mes réalisations professionnelles ou personnelles, pas l’amour dans le regard des autres. L’Amour dans la reconnaissance de tout ce que Je Suis. J’ai commencé à l’automne 2011 à voir la lumière en moi, processus qui est toujours en cours d’ailleurs. Parce qu’on commence par la voir dans les changements qu’elle crée en nous et autour de nous. Pour ma part, cette lumière brillant comme un soleil levant m’a attiré des nouveaux acteurs dans ma pièce de théâtre, simplement parce qu’ils pouvaient enfin me voir. Je les aurais rencontrés avant qu’ils ne m’auraient même pas remarquée tellement j’avais mis cette lumière en veilleuse. On entend souvent que sur un chemin d’éveil, il y a du ménage à faire dans nos relations, parce qu’on s’élève en fréquence et qu’on ne trouve plus de résonnance avec plusieurs personnes qui nous entourent. Je l’interprète autrement. Je n’ai pas eu à écarter qui que ce soit, j’ai seulement été attirée par d’autres relations plus en concordance avec ma nouvelle fréquence vibratoire. Je n’ai pas tout changé non plus. Certains de mes vieux amis et des membres de ma famille se sont élevés en même temps, ce qui a grandement renforcé nos liens.

 

En ce printemps 2014, après avoir trébuché sur différents cailloux placés stratégiquement par mon grand Soi sur la route de mon ascension, je viens de compléter un second shift de conscience. Chaque fois que j’ai perdu pied, j’ai regardé dans le ciel pour savoir qui m’avait poussée. Chaque fois, j’ai vu un masque de mon personnage tomber devant moi. Puis, je me suis relevée. Parce que je sais maintenant que chaque chute nous fait rebondir un peu plus haut. La chenille finit par devenir papillon!

 

Aujourd’hui, j’ai la nette impression d’avoir été propulsée hors du bocal dans lequel je tournais en rond depuis des millénaires. De mon nouveau point de d’observation, il n’y a plus de jugement, plus de comparaison, plus de performance. Il n’y a que la compassion de regarder dans le bocal et de comprendre le chemin parcouru, sans regret ni nostalgie. Je sais que la suite peut entrainer des moments de solitude et de perte de repères. Mais il arrive un temps qu’on n’a plus envie de regarder en arrière, parce que la lumière qu’on a reconnue en soi au début du parcours brille si fort devant qu’elle nous attire comme un aimant. Et dans le mot aimant, il y a le verbe AIMER, la raison pour laquelle on a choisi cette expérience au départ.

 

Il y aura d’autres obstacles sur le sentier, d’autres hésitations, d’autres chutes. L’évolution est sans fin. Et chaque fois, j’aurai encore envie de me relever pour reprendre mon vol de retour vers la Maison, parce qu’on m’y attend… et vous aussi!

 

Bonne envolée tout le monde!

 

France Gauthier

http://www.francegauthier.ca/le-droit-de-tomber-la-joie-de-se-relever/

 

 

 

Repost0
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 23:16

 

 

désir besoin rogné

 

 

 

L’amour, cela s’apprend.

 

Etre amoureux ne suffit pas, pas plus que les hormones ou les battements de cils.

Alors, comment fait-on ?

 

On écoute Arouna dans cette interview de Lilou, et on court acheter le livre « 52 clés pour vivre l’amour ».

 

D’abord parce qu’il y a des clés indispensables pour mettre de l’ordre dans sa tête et ses amours et parce qu’il est superbement illustré par les calligraphies de Luc Templier.

 

Par exemple à la page « Ne pas se tromper d’amour », on réfléchira à la différence entre désir et besoin.

 

Avec une clé :

 

Quitte ton père et ta mère

Si tu ne veux pas passer ta vie

A te tromper d’amour

A te trahir  toi-même.

 

 

MT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost0
1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 21:06

 

Annie Laforest pose à Eric Pearl cette question lors de l’interview :

 

 

Est-ce que la maladie est réellement nécessaire dans la vie des êtres humains ?

 

 

 

Eric Pearl :

 

 

 

Nous choisissons notre manière de tirer des leçons, notre manière d’apprendre ;

 

il y a des gens qui ont besoin d’une maladie pour donner de l’amour, d’autres pour obtenir de l’amour ;

 

il y a des gens qui contractent une maladie afin de tirer des leçons personnelles, d’autres sont peut-être malades dans leur vie terrestre pour faire le don de leçons à leurs proches ;

 

 

 

Nous ne comprenons pas l’esprit de Dieu.

 

 

 

 

 

 


 

 


Repost0
26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 20:12

 

Gregg Braden évoque ici ses recherches scientifiques et un aspect méconnu dont il a reçu l'enseignement auprès des peuples anciens.

 


 

 

 

 

 

Repost0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 10:55

 

 

 

Voici une réponse claire et concise pour savoir faire la différence entre nos actions liées à la survie ou en lien avec notre élan de vie.

 

Reconnaître ce qui est l’essence même de la vie et ce qui est cette essence de vie traduite par le conditionnement de survie.

 

Clarifier aussi préférence et dépendance, les jeux d’identification, faire la différence « entre la beauté de la vie qui agit en moi et comment je peux discerner quand je suis agi par mes conditionnements ».

 

Des repères précis :

 

La survie : tension, peur, exigence, agitation, souffrance…

 

La vie : pas d’urgence, joie, détente, paix avec ce qui est, en lien avec ce qu’Isabelle Padovani appelle « le père et moi ne faisons qu’un », qui passe par une sensation corporelle, une attention de chaque instant face à ce qui nous traverse afin de remettre la distance et le discernement nécessaires vis-à-vis de l’identification à notre enfant Moi.

 

 

 

MT


 

 

 

 

Repost0
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 18:45

 

 

 

Je vous invite à écouter cette conférence, issue du Congrès Science et Conscience à Toulouse en mai 2012.

 

Il vous faudra réserver un peu de temps, elle dure 1h30, mais c’est un cadeau d’avoir son intégralité et de pouvoir écouter les deux merveilleuses personnes qui interviennent : Neal Donald Wash et Barbara Marx Hubbard.

 

Pour avoir assisté à ce congrès, je peux vous dire que la trace de leur enthousiasme et de leur vision est puissante.

 

Neal Donald Walsh, auteur de « Conversations avec Dieu » ;

 

Barbara Marx Hubbard, une « jeune » Dame de 85 ans, dont la vie est retracée dans « la Mère de l’invention » écrit par N.D. Walsh, à partir d’une expansion de conscience faite il y a plus de 40 années et qui bouleversa sa vie et d’où tout a démarré.

 

« Cela s’est passé il y a quarante ans. Cette expérience a créé en moi l’impulsion de découvrir si cette possibilité est bien réelle. Nous savons que, sans vision, nous mourrons. Nous savons aussi qu’avec une vision nous nous épanouissons, nous grandissons, car elle nous attire. J’ai donc entrepris des recherches : que savons-nous qui rendrait possible notre interconnexion en un seul corps pour que nous naissions à notre prochain stade d’évolution? » BMH

 

 

Tous deux nous évoquent ici leur vision de l’humanité, à savoir que nous sommes tous engagés dans le même processus : celui de la naissance de notre espèce dans sa dimension universelle.

 

« Notre histoire est la naissance d’une nouvelle humanité. Nous sommes tous des membres d’un seul corps planétaire vivant, la progéniture d’une vaste intelligence cosmique, prédestinés à explorer les secteurs lointains de notre univers infini. » BMH

 

 

« La question n’est pas de savoir quel rôle vous allez jouer, mais si vous allez jouer un rôle. »


« (...) nous croyons que vous n’est pas venus ici seulement pour nous écouter, mais que votre venue ici est votre décision de faire entendre votre voix partout, chez vous, dans vos maisons, dans vos communautés, partout où il y a des décisions à prendre  (…) tous les endroits où il y a des décisions qui concernent demain. » NDW

 

Ma question est : « Est-ce que vous pensez que nous sommes suffisamment nombreux pour nous connecter en esprit, en amour, en conscience et en action ? » BMH

 

 

Le dieu en vous s’éveille et il veut créer….

 

 

MT

 

 

 

 

 

 

 

Repost0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 17:43

 

 

 

Voici une interview de France Gauthier fort intéressante que j’apprécie pour sa légèreté autant que sa profondeur, pour son humour et la distance acquise face aux expériences intégrées.

 

Tout d’abord parce que le journaliste qui l’interview est charmant dans sa façon de l’interroger -entre incrédulité et curiosité accueillante- sur des sujets un peu borderline pour la télé : l’énergie, la Source, le karma, les flammes jumelles, les guides, la canalisation et tout ça et tout ça…

 

 

Aussi parce que France Gauthier fait partie de ces personnes qui ont la capacité, la volonté et le courage d’exprimer en public les transformations de leur vie, fussent-elles risquées pour son image professionnelle. (voir aussi cette autre interview par Lilou « je suis Dieu et vous aussi » : http://lejour-et-lanuit.over-blog.com/article-je-suis-dieu-et-vous-aussi---france-gauthier-120380885.html)

 

 

Ensuite, parce que tout au long de son discours, -accrochez-vous avec l’accent canadien- elle égraine des petites phrases à retenir comme :

 

« Le corps émotionnel impacte le corps physique et c’est ainsi que l’on tombe malade ; quand tu guéris ton corps émotionnel, tu guéris tes blessures et ton corps physique se guérit aussi ; »

 

« Les hypersensibles se rendent malades plus rapidement, pour se guérir plus vite. »

 

« Nous sommes tous des enfants blessés dans un corps d’adulte. »

 

« Un partenaire amoureux nous est parfois envoyé pour prendre conscience de toutes les blessures qui n’ont pas été guéries. »

 

« Devenir un maître, c’est s’affranchir de la compétition, de la comparaison, du jugement, de la critique, c’est sortir de l’océan des émotions pour ne plus être esclave de ses émotions, c’est quelqu’un qui vit dans la joie. »

 

« La Source, il faut voir ça comme une grosse boule d’énergie d’amour et de conscience au centre de l’univers et nous sommes tous l’expression d’un de ces rayons-là, nous sommes des êtres multidimensionnels et nous vivons simultanément des expériences dans toutes ces dimensions là jusqu’à la Source. »

 

« Et lorsque je me branche sur mes guides, c’est sur la partie de moi qui vit ces expériences que je me branche, c’est moi qui vis ces expériences-là dans d’autres dimensions plus fluides. »

 

« Quand un être se guérit quelque part, au même moment dans l’univers un autre se guérit et lui est envoyé. »

 

 

N’est-ce pas plein d’espoir de l’écouter parler de cette intelligence de l’univers ?

 

 

Ce qui est important de retenir surtout, c’est cette notion de lâcher-prise sans laquelle le nouveau qui nous attend a du mal à descendre, à s’incarner sur notre chemin.

 

 

« J’ai arrêté de me battre » dit France Gauthier.

 

 

Il ne s’agit pas d’être « plus » quelque chose, de faire « plus » autre chose, ou « moins » d’ailleurs, mais bien de lâcher les résistances, de lâcher la pédale du frein (sur laquelle notre pied appuie si fort que nous perdons une masse d’énergie assez significative…), pour que ce qui EST en nous puisse émerger, non pas d’un ailleurs hypothétique, d’un extérieur à conquérir, mais bien de notre Etre, dans l’ici et maintenant, au cœur de notre Nature qui est ce qu’elle est, de toute éternité.

 

 

 

MT

 

 

 

 

 

 

 

Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 22:35

 

 

 

Comment savoir ce que vit une personne à travers la maladie ?

 

Comment savoir ce qui se passe de l'autre côté du miroir?  

 

Lorsque nous sommes bien portants, il est très difficile de se rendre compte de ce que traversent les personnes. Tout comme il est difficile de mesurer l’impact que peuvent avoir une maladie, la perte d’un être cher, une atteinte corporelle, un handicap, etc.

 

Ici, dans cette petite vidéo, plusieurs femmes vont faire une chose étonnante par solidarité avec leur amie atteinte d’un cancer du sein et qui a perdu ses cheveux par la chimiothérapie.

 

On voit dans leur regard, de façon subtile, la crainte qui les traverse l’espace d’un instant.  

 

On écoute cette femme qui dit : aujourd’hui je viens d’apprendre quelque chose, que les cheveux sont une partie de soi.

 

Dans la maladie, il y a beaucoup de pertes, et donc de deuils à faire.

Cela peut être les cheveux, un sein, un organe, la forme du corps, la puissance musculaire, la clarté intellectuelle, qui tous renvoient à l’intégrité de soi, cette façon de se sentir entier, non diminué.

 

Voici une façon inattendue de réfléchir à tous les aspects de cette intégrité corporelle et psychique, à laquelle nous sommes conviés chaque jour, dans notre rapport à nous-mêmes et dans les relations que nous avons avec les autres.

 

MT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 19:13

 

 

bookred_119a_200.jpg

 

 

 

 

 

 

En ce jour de votre vie, je crois que Dieu souhaite que vous sachiez … que la vie commence à la limite de votre zone de confort.

 

Vous ne trouverez pas la gloire au coeur de la prudence,  mais sur ses bords.

 

Vous ne trouverez pas l’amour dans un endroit protégé, mais là où vous serez mis à nu.

 

Vous devez prendre des risques. Vous ne devez pas seulement ramasser les dés, vous devez également les lancer. Alors allez-y, faites le pari. Vous n’avez rien à perdre à part la possibilité  de gagner.

 

La vie n’est pas assez longue pour la passer sur la touche.

 

Et vous n’aurez pas besoin de plus d’une seconde pour savoir exactement pourquoi vous recevez ce message aujourd’hui.

 

Avec tout mon amour, votre ami ..

 

 

 Neale

 


Repost0
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 10:52

 

Voici encore quelques belles clés pour être à l’écoute de notre enfant-moi et l’accueillir sans perdre la capacité de goûter la conscience en nous qui est toujours là.

 

MT

 

 

 

(…) « Avant d’aller dans la relation, si je ne prends pas ce temps de faire retour pour découvrir ce dans quoi est en train d’apparaître mon élan, tous mes élans vont partir d’un manque et vont être déçus. »

 

IP

 

 

 

Repost0
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 16:16

 

 

 

Je termine la lecture du livre « Danse avec l’ombre » de Doha Khan et je trouve au dernier chapitre ce passage, tout à fait approprié à ce jour dédié à la Femme, mais qui concerne hommes et femmes dans l’écoute de leur propre féminin et de leur nature aimante.

Nous ne pouvons parler de « femme » ou « d’homme » sans parler de couple intérieur. A chacun, chacune d’aller à la rencontre de ce couple intérieur pour explorer le couple manifesté à l’extérieur.

 

 

MT

 

 

Cradle-of-Love-by-Dennis-Potokar.jpg

Illustration Dennis Potokar

 

 

 

 

 

 

(…) La femme a déjà la clef à l’intérieur d’elle. Peu de femmes le savent parce qu’elles n’ont pas été initiées. La force féminine trouve sa source dans le chaos. Par nature, la femme est une passeuse. Elle donne naissance dans les deux dimensions : elle accompagne la vie et la mort.

 

 

 

La femme a à se réconcilier avec le féminin pour retrouver son rôle d’initiatrice. Elle pourra alors s’épanouir dans la dimension psychique de son être, libre de la peur pour s’être dévoilée dans son essence. Elle sera en contact avec cette puissance guérissante qui permet à son cœur de rayonner. A ce moment, elle aidera l’homme à s’abandonner dans l’ivresse du féminin. En faisant la paix avec ce féminin, l’homme, quant à lui, pourra désormais s’ouvrir à son instinct.

 

 

 

La femme doit aussi rencontrer sa dimension sauvage et découvrir la puissance de sa nature instinctive pour guérir en reprenant contact avec la Terre Mère. C’est dans cette puissance sauvage que la femme rencontre l’homme sauvage et arrête d’en avoir peur. La femme entraîne l’homme dans l’ascension en s’abandonnant au feu.

 

 

 

Finalement, l’un et l’autre retrouvent l’équilibre entre le masculin et le féminin, à tour de rôle initiateur, pour gagner en altitude.

 

 

 

Doha khan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost0

Présentation

  • : Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • : Un lieu où pourraient se cotoyer le jour et la nuit, les univers différents de la pensée logique, rationnelle, structurée à partir des informations émanant de toute part, et de la pensée vagabonde, celle qui erre la nuit, mais aussi le jour, dans l'envers des choses, à la recherche de l'impalpable, de la beauté et de la magie. Michèle Théron
  • Contact

  • lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. 
Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...

Auteur - Photographe

Michèle Théron, praticienne de santé naturopathe, femme en chemin, je vous partage sur ce blog des articles, de la poésie, des photos créés par moi, et les citations, articles, vidéos qui nourrissent mon chemin et m'inspirent.

Recherche