Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 00:41

 

 

Un processus très important, à inclure dans nos pratiques de communication... avec plus ou moins de facilité dans un premier temps ...

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
22 janvier 2017 7 22 /01 /janvier /2017 01:06
Peinture Frédérique Lemarchand

Peinture Frédérique Lemarchand

 

 

.

.

 

 

"Quel dommage de comprendre maintenant à quel point quand on est faible, on livre passage à plus fort que soi."

 

Un témoignage à savourer...

 

 

 

Peinture Frédérique Lemarchand

Peinture Frédérique Lemarchand

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes Transformation
commenter cet article
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 15:07

 

 

"Tu es la sève, et cette sève là circule dans tout l'arbre au complet de la vie et tu as accès à toute la vie au complet, tu es ça, tu es la sève même de la vie."

 

Invitation à ne pas mettre nos forces à résister à la lumière...

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes Transformation
commenter cet article
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 18:34
Départ de Guy Corneau

 

8 h du matin, je tombe sur cette nouvelle. Je suis sidérée...

 

Guy Corneau nous a quitté dans la nuit de jeudi, presque en synchronicité avec l'épiphanie qui se fête aujourd'hui, le 6 janvier. Epiphanie vient du grec phaïno, qui signifie révélation, manifestation, être évident. Elle symbolise le retour de la lumière après les plus longues nuits d'hiver qui se superposent avec notre "nuit intérieure". Quelle manifestation secrète vient sceller le départ de Guy Corneau?

 

Son décès survient 15 jours après le départ de sa soeur Johanne Corneau, la peintre "Corno" internationalement connue.

 

Il s'était d'ailleurs exprimé en hommage à sa soeur, avant de partir pour le Mexique où celle-ci était décédée le 21 décembre.

 

Un sentiment étrange m'a envahie.

 

D'abord de l'incrédulité. Peu d'information ce matin sur la nouvelle, à part un site canadien, pouvait laisser croire à une fausse rumeur... si seulement si...

 

Ensuite, l'impression que cette mort soudaine, après avoir vu Guy Corneau s'exprimer si récemment, le visage si détendu, avait quelque chose d'incongru.

 

Guy Corneau, emmené par la faucheuse?

Lui qui a si longtemps et si durement bataillé contre la maladie et surtout "pour" la vie ?

Lui qui pouvait presque crier victoire, puisque stabilisé, et en tous cas crier "Revivre!" ?

Cet homme au parcours talentueux, qui faisait de ses avancées personnelles un enseignement perpétuel?

Cet homme qui avait fait de la guérison un apprentissage à transmettre?

Ce thérapeute qui avait osé revenir à ses passions et s'était investi dans le théâtre?

 

En écoutant cette "sidération" en moi à l'annonce de cette nouvelle, j'entendais comme une petite voix qui disait "non ! pas lui !".

Pourquoi pas lui? Est-ce que nos modèles devraient être intouchables? Est-ce qu'ils devraient être plus épargnés que d'autres?

Est-ce que après avoir traversé tant d'épreuves, on devrait "avoir le droit de vivre"?

Le départ de Guy Corneau, comme dans un dernier enseignement venait me dire : ne présuppose rien, ne te crois protégé par rien, avance sur ton chemin, mais sans aucune garantie.
D'ailleurs y aurait-il un "chemin", si tout était garanti?

 

En écho, les cinq dernières lignes d'un hommage que Thierry Janssen avait écrit pour le départ de Christiane Singer :

 

Découvrir que nos modèles de vie -ces guides qui nous paraissent avoir acquis une meilleure compréhension de l'esprit des choses et des êtres- sont vulnérables, nous renvoie à notre propre fragilité. L'accepter est peut-être le secret d'une conscience véritablement éveillée. C'est peut-être cela, qu'au travers des derniers fragments de son long voyage, Christiane Singer a essayé de nous dire. Avec humilité, avec humanité.

 

 

Ce départ me rappelle que quoi que l'on fasse sur notre chemin pour grandir, cela ne nous garantit rien, ni la santé, ni la vie, ni le bonheur, ni la réussite, ni quoi que ce soit.

Souvent des aspects de nous font les choses avec une sorte d'attente de réussite à la clé. On mange bio pour ne pas tomber malade... et malgré tout un jour la maladie se déclare... On va chez le psy, on fait des stages, pour être heureux, et des épreuves nous traversent sans qu'on puisse toujours les dompter, voire même on en a plus ou de plus dures que ceux qui semblent ne rien faire. On récite des mantras, on va voir des gurus, on fait du yoga, pour se penser spirituel, pour se croire au-delà de notre petit moi, et finalement on court seulement après des mirages, car la vie avance millimètre par millimètre, dans l'ici et maintenant, on ne sait pas grand chose de ce qui nous attend, nous ne savons pas quand ni comment nous serons rappelés, seuls comptent notre vérité intérieure et les arcanes de notre âme.

 

La fulgurance du départ de Guy Corneau nous montre que le voyage peut se faire d'un instant à l'autre. Quelle invitation à être "toujours prêt" !! Il n'y a pas d'âge, pas d'heure, pas de circonstances particulières pour acquiescer et devoir tout lâcher.  

 

Il existe un grand écart entre la représentation de notre vie, nos attentes, nos certitudes, ce qui devrait arriver ou ne pas arriver, et ce qui arrive et nous dépasse. Et dans notre société, la réussite semble être de rester en vie (pas forcément vivant) le plus longtemps, avec zéro risque, la maladie et la mort étant considérées comme des échecs.

 

Mais qu'est-ce que la réussite? Etre bien portant ou être malade, être en vie ou mort? Ou bien est-ce avoir traversé les tempêtes, les courants, les épreuves, en restant intègre, en allant au plus près de soi, en gardant le coeur ouvert, en élargissant sa conscience, en diffusant sa lumière ?

 

J'ai déjà lu des commentaires qui disaient : il n'a pas été assez loin dans son travail (sur lui même)..... Mais qu'est-ce qu'on en sait de ce qu'il avait à faire, à comprendre et jusqu'où? Qui sommes nous avec notre tout petit Moi, pour pouvoir évaluer la destinée d'un homme? (d'autant plus quand soi-même on n'a probablement pas mis au monde le dixième de ce que cet homme a fait). Parmi les milliers d'expériences possibles, quelle tranche d'expérience vient de se terminer, quel cycle vient de s'accomplir?  Vers quelle résolution chacun avance-t-il sur son chemin unique?

 

Ce qui me parait capital, c'est de pouvoir honorer chaque chemin parcouru, chaque avancée, en sachant que celui qui est passé par la maladie et a frôlé la mort a une longueur d'avance dans l'expérience.

 

Evidemment, ce sera l'occasion d'aller relire ses livres, d'écouter ses vidéos, ses interviews, pour prendre toute la mesure de ce que cet homme a laissé et transmis. Et je ne peux qu'être admirative du déploiement que Guy Corneau a fait de sa vie sur cette terre, de son engagement, devenant ainsi un phare pour beaucoup d'entre nous.

 

Sa notoriété a fait de lui quelqu'un d'universel et l'a fait rentrer dans nos foyers, comme quelqu'un de familier que l'on a l'impression de connaître à force de l'avoir côtoyé par l'écriture, l'écoute et les rencontres publiques. C'est pourquoi j'ai un peu l'impression d'être en deuil par son départ qui me prive de toute sa sagesse vivante.

 

Mais il reste, comme un rai de lumière fine au fond du coeur, l'image de son regard où furent préservées sa beauté d'âme et une douceur qui ne fut pas entamée par la souffrance et les épreuves.

 

MT

 

 

 

 

 

 

 

Message de son amie Marie-Lise Labonté

 

C'est avec une grande consternation que je vous annonce le décès de mon grand ami Guy Corneau.

Je tiens à vous informer qu'il fut grandement accompagné dans son passage par ses amis et sa familleJ'ai eu la grande bénédiction d'être à son chevet et, entourée de ses proches, de l'accompagner. Guy s'est élevé dans la Lumière en paix et dans la joie.

Il est décédé de manière fulminante suite à une cardiomyopathie atteignant le muscle de son coeur.

Je tiens à remercier cet ami de coeur pour son oeuvre dans le monde, pour son authenticité, sa générosité et son amour.

J'ai eu le grand bonheur de partager mon appartement de Paris avec lui durant les quatre derniers mois. J'ai vécu en sa présence des moments intimes où il me partageait toutes ses préoccupations face à la maladie de sa soeur Jo-Anne Corneau, artiste peinte reconnue mondialement.Guy a connu un grand succès théâtral dans les derniers mois. Il avait la sensation d'être au summum de son oeuvre.

Son départ rapide nous bouleverse tous. Il est important de l'accueillir dans son mouvement, sa liberté, son choix de quitter.

Guy nous t'aimons

Avec Amour

Marie Lise Labonté

Départ de Guy Corneau

 

 

J'aime beaucoup réécouter cette vidéo sur les rêves d'abondance, que je trouve profonde et qui invite vraiment à accueillir l'abondance de "ce que je suis déjà".

 

Des entretiens parus dans Psychologies :

 

 

Et des vidéos que j'avais déjà postées ici :

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans NIOUZES Transformation
commenter cet article
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 02:10

 

Des messages pour avoir une vision complétée de la notion d'âmes jumelles.

Une manifestation comme une double émanant de nous, pour nous rappeler qui l'on est, et que nous ne sommes pas séparés.

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 21:40

 

« He transformes his pain of his tourmented life into an extactic beauty »

 

 

Une merveilleuse phrase d'hommage, pour cette fiction où Van Gogh assiste à une exposition de ses oeuvres...

 

Si nous pouvions avoir accès à la valeur de ce que nous avons laissé, transmis, lors de notre passage sur terre, quels seraient les mots clés traduisant l'empreinte de notre essence ?

 

 

MT

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation Mes citations inspirantes
commenter cet article
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 23:08
2017

 

 

Je crois que mes vœux pour 2017 seront beaucoup moins poétiques que les années précédentes ( 2013*, 2014*, 2015*, ). Descente dans la matière oblige…, comme si ce n’était pas l’heure de sublimer les messages par un langage allégorique ou poétique qui risquerait d’être éthéré…

 

2016 a mis beaucoup d’entre nous le nez dans notre glu, nos ombres, nos émotions non digérées et a fait se lever des voiles pour entrapercevoir quelques vérités pas toujours bonnes à voir, mais aussi des vérités qui petit à petit vont nous ramener sur notre chemin, le chemin de notre âme.

 

Dans ma vie personnelle comme dans beaucoup d’histoires que j’ai écoutées et observées dans mon entourage, je vois que de grosses valises cabossées, éventrées, d’où débordaient de vieux oripeaux, ont été déposées. Pour certains un gros tri de leur contenu a été fait. Il peut rester encore pas mal de choses en suspens, mais le délestage a commencé.

 

Dans les relations de couple ou amicales, même épuration, avec beaucoup de ruptures et la fin de relations toxiques.
 

Nous laissons derrière nous les personnes parasites, la maltraitance, qu’elle soit verbale, psychique, relationnelle, le non-respect, la trahison, la malhonnêteté, -jusqu’à la spoliation-, les fausses histoires, les cœurs vides, les faux-semblants, les demi-teintes, la tiédeur, le devoir, les obligations, les attachements excessifs, le non-discernement, le manque d’éthique, le désamour.

 

Pour cela nous rendons aux autres ce qui leur appartient afin de ne plus être leur bouc-émissaire, de ne plus recevoir les projections, les jugements, la colère ou la hargne qui ne nous sont pas destinés. A chacun de rendre (symboliquement !) la souffrance reçue, sans faire payer le prix à autrui, et en dernier ressors accueillir cette souffrance en soi-même pour s’approcher encore plus près de sa blessure originelle.

 

Cela signifie d’avoir fait un travail de cohérence interne, pour reconnaître la place de chacun dans ses relations et ne pas se tromper de personne ni de rôle.

Cela signifie que cela doit être intégré, pas seulement compris.

Cela signifie que l’enseignement de nos expériences est descendu dans notre structure, dans notre matière, dans notre façon d’être à l’écoute de soi et que nous avons suffisamment regardé nos schémas de fonctionnement, nos ombres pour ne pas les projeter à l’extérieur et en faire payer le prix aux autres.

 

Cette fin de cycle nous amène à tourner la page, sans plus se poser de question, sans plus traîner, sans plus tergiverser. Soit les gens nous font du bien, nous respectent, savent nous écouter, avoir de la tolérance, et sont capables de nous rejoindre dans ce que nous partageons avec eux, soit ces conditions ne sont pas réunies et alors nous risquons de subir la double peine : celle de recevoir cette violence injustifiée et de nous faire violence nous-mêmes si nous ne disons rien ou si nous ne changeons rien à la situation. Ce coût psychique est élevé, il plombe notre être et nous empêche d’avancer.

 

C’est en partie pourquoi, par choix ou par obligation, tant de relations sont parties de notre entourage. Elles seront remplacées, au fur et à mesure, par des relations qui nous conviennent.

Avant cela, la solitude peut être au rendez-vous. Ne la fuyons pas. C’est un temps nécessaire. Un temps de reconstruction, de retour sur soi, pour faire des bilans, pour honorer ce que vous avons perdu, pour honorer la force que vous avons eu de traverser les expériences, les épreuves, d'avoir frôlé la mort, pour honorer les personnes laissées derrière nous, elles nous ont montré, à leur façon, une partie du chemin.

 

La vie, ce sont des milliers de routes. Il est parfois difficile de savoir laquelle prendre. A chaque fois que quelqu’un ou quelque chose nous fait changer de direction, nous fait abandonner une voie, notre chemin se simplifie, l’horizon s’éclaircit. Quand nous en prenons conscience, nous pouvons remercier, pas forcément les mauvaises expériences en tant que telles, mais l’intelligence de la vie qui nous aide à aller vers l’essentiel.

 

Honorer ses pertes, c’est se mettre en résonance avec la saison de l’hiver, où les forces de vies semblent englouties, où la mort semble prendre le dessus. En nous aussi, nous pouvons sentir la mort, la mort de toutes ces parties qui appartiennent au passé, ces parts qui ne servent plus à rien, qui nous encombrent, tout ce que nous sommes obligés de laisser derrière nous et qui ne reviendra jamais comme l’enfance, la jeunesse, des étapes de vie, une personne disparue, tout ce que le temps emporte avec lui.

 

Cela demande du temps et de l’espace pour pleurer toutes ces pertes. Si on ne le fait pas, nous portons alors en nous de multiples deuils jamais aboutis, jamais soldés, jamais terminés, qui se reportent d’année en année, de relation en relation et qui contaminent notre vie.

 

En laissant derrière soi l’inutile nous allons donner plus de forces à nos valeurs profondes, peut-être même que de nouvelles valeurs mises en sommeil vont émerger.

 

Si nous disons adieu au mensonge, au parasitage, à l’irrespect, à la trahison, la maltraitance, au malheur, etc. alors nous allons pouvoir valider et accueillir l’authenticité, le partage, le respect, la fidélité à soi-même, la bienveillance, la délicatesse, la lumière, la chaleur, la vérité intérieure, la compréhension et l’accueil mutuel, tout ce qui nous nourrit réellement et nous permet d’être en accord profond avec notre vraie nature.

 

C'est le temps aussi pour glaner tous les cadeaux reçus, quelle que soit leur forme : nous avons été épaulé, soutenu, nous avons reçu un sourire, du temps, de la compréhension, des petits cadeaux imprévus, une invitation, des messages, des pensées, des fleurs, de la présence, tous ces souvenirs constituent notre cagnotte d'abondance qui garde notre coeur ouvert, rempli de gratitude.

 

Dans ce passage qui ressemble au vide, où rien ne semble en action, faisons confiance au processus. La nature reprend toujours son cours après l’hiver et les tempêtes, et chaque printemps voit refleurir la vie et ses possibles. Il nous appartient de ne pas perdre espoir jusqu’au moment du grand retournement, cet instant où tout rebascule de la mort vers le vivant. Dans les passages de pertes, de déconstruction, nous n’avons pas beaucoup de pouvoir, sinon celui d’accepter et de lâcher prise.

 

Notre seule force est de continuer, même dans cette mise à nu de notre vulnérabilité, à croire avec une totale confiance en demain et ses forces de transformation.

 

Je vous souhaite de pouvoir descendre vos racines profondément dans la terre, pour fleurir bientôt au plus haut vers le ciel.

 

Que 2017 vous soit douce et vous transmette la force du 1, celle des commencements et du renouveau.

 

 

MT

 

 

Ne demande pas : "Qu'est-ce qui va se passer ensuite ?" Laisse cela être une surprise. Un arbre ne se demande pas ni ne prévoit où il devrait faire pousser la prochaine feuille ou faire apparaître le prochain fruit. Non, sa vie tout entière n'est qu'un déploiement. Sois l'arbre de vie qui se déploie tout simplement.

~ Mooji

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans NUIT Transformation
commenter cet article
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 01:24

 

 

Fermez les yeux... se laisser traverser.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation Mes citations inspirantes
commenter cet article
27 décembre 2016 2 27 /12 /décembre /2016 23:46
Sandrine Bureau - Incarne la lumière

 

 

 

.

 

 

 

Une belle et lumineuse découverte, à travers ce témoignage de Sandrine.
On peut aussi laisser les mots, et juste se connecter à elle, sentir, vibrer à ce qui se dégage...

C'est cela la magie de la vérité intérieure qui s'exprime dans l'intensité.

 

MT

 

 

Rappelle-toi notre nuit à la lune

Je le savais.

J’ai voulu être avec toi car c’est un début du voile qui se lève.

Le voile se lève sur cette humanité.

La lumière vient, arrive et se faufile partout.

C’est là, c’est moi, c’est nous.

Incarne la lumière. Sois la lumière. Vit la lumière.

Il n’y a qu’elle comprends-tu ?

 

Sandrine

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation Mes citations inspirantes
commenter cet article
24 décembre 2016 6 24 /12 /décembre /2016 22:56
Noël

 

 

Chère lectrice, cher lecteur

 

Je ne sais pas si je dois te souhaiter un "Joyeux Noël".

 

Si je m'en tiens à l'étymologie du mot "noël", qui a grandement à voir avec la naissance, tu admettras que la naissance n’est pas simplement « joyeuse », mais qu’elle peut se faire avec une certaine peine, un certain effort, voire une certaine douleur.

 

Non que tout cela ne soit pas à accueillir avec Joie.

 

Mais le passage qui y mène n’en reste pas moins un passage parfois ardu, où il faudra à la fois ne rien lâcher de ce qui est essentiel, et abandonner bien des attachements illusoires, comme un vieux cordon ombilical ne servant plus à rien, une fois sa première fonction nourricière disparue.

 

Dans ce goulot étroit menant à toi, à ta naissance, à la naissance de toi agrandi, ta respiration se fera plus courte, ton corps sera sous pression, tes sens seront en éveil pour témoigner de chaque centimètre gagné et de chaque centimètre perdu, laissés derrière toi comme de vieilles peaux.

 

Laisse-toi pleurer, laisse-toi souffrir encore un instant dans ces derniers arrachements, laisse remonter des tréfonds de ton corps les traces des vieilles blessures, si profondes qu’elles en étaient devenues invisibles.

 

Laisse-toi mourir, de honte, de chagrin, d’abandon, de rage, de tout ce qui frémit sous ta peau et qui fait de toi une femme vivante et un homme vivant.

 

Laisse dire ceux qui te veulent lisse, anesthésié(e), bien-pensant, sans saveur, juste pour que eux n’aient pas mal et ne soient pas écorchés par tes soubresauts.

 

Laisse-les t’accuser de n’être pas assez, d’être trop, de ne pas être au bon endroit, à la bonne heure, l’important c’est que tu sois à ton heure, à ton bon-heur, les deux pieds sur le chemin qui mène à toi et à toi seul(e).

 

Ne t’accroche pas à ce et à ceux qui te quittent. La lumière ne tolère pas la tiédeur.

 

Laisse-les s’enfuir, laisse s’enfuir ce qui est déjà mort. Ce qui est vivant viendra à toi sans encombre.

 

Et là, oui, tu pourras te réjouir, tu pourras être au cœur d’une naissance joyeuse, assumée, une natividas où tu seras à la fois le parent et l’enfant. Parent bienveillant venant accueillir son enfant divin et enfant merveilleux venant initier un élan joyeux vers la Vie.

 

Et la Joie viendra que l’un et l’autre se seront pris dans les bras.

 

 

MT

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation NUIT
commenter cet article
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 14:42

 

Les derniers conseils d'Arouna.

A part ceux qui sont encore bloqués dans le refoulement ou l'anesthésie totale de leurs émotions, la plupart auront remarqué que ces derniers mois les émotions étaient exacerbées et que ce qui remontait n'était pas vraiment léger, léger...
 

Un grand nettoyage est à l'oeuvre pour aller voir les vieux dossiers oubliés à la cave, et pour nous amener à connecter nos aspirations les plus lumineuses.

 

MT

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation Mes citations inspirantes
commenter cet article
7 décembre 2016 3 07 /12 /décembre /2016 22:08

 

Un témoignage et un article qui reviennent sur les conséquences des blessures de l'enfance, en particulier les blessures d'abandon qui, à l'âge adulte, peuvent nous entraîner dans des relations toxiques.

 

Même si à l'origine il y a une blessure pour les deux partenaires, celui qui exprime sa blessure par la fuite, la maltraitance, la froideur, la non implication relationnelle, la mise en dépendance (en sachant parfaitement créer des situations d'attente : manquer les rendez-vous, ne pas être à l'heure, ne pas vous prévenir des changements, vous mettre en concurrence avec d'autres membres de sa famille ou d'autres personnes auxquelles il va accorder ses bontés, son temps, ses talents, etc.) va être celui qui a le contrôle sur la relation et l'autre partenaire, qui lui, va être en souffrance.

 

Dans l'article il est dit que les deux sont en souffrance. Je mets une nuance et fait une différence entre "être en souffrance" et "sentir la souffrance" ou souffrir. Des traumatismes anciens laissent les personnes en souffrance, ce qui veut dire que la souffrance est inscrite et qu'elle met en mouvement la psyché de façon inconsciente, dans des mécanismes de protection. Mais il est possible de ne pas ressentir la souffrance, particulièrement pour les personnes qui ont annulé leur ressenti émotionnel et deviennent ainsi anesthésiés.

 

Et généralement, dans ces relations toxiques, un des partenaires est émotionnellement "compétent" et l'autre non. Ce qui donne d'un côté une personne très émotionnelle, de l'autre quelqu'un de froid, qui ne ressent rien mais qui se nourrit de l'émotionnel de l'autre (ce qui lui permet de faire l'économie d'aller contacter son propre émotionnel et de souffrir). Evidemment, pour la personne émotionnelle, dans un premier temps, elle ne détecte pas que l'autre est à ce point annulé. Ainsi commence le jeu du chat et de la souris, qui peut devenir un véritable enfer. Pour être maltraité, il faut un maltraitant, pour être abusé, il faut un abuseur, pour être abandonné, il faut un abandonneur, etc. Deux facettes d'une même pièce, mais un côté qui fait plus "bobo" que l'autre.

 

Mais ce qui est important de comprendre, c'est que nul ne mérite de la maltraitance, qu'elle soit verbale, psychologique, physique, et qu'il faut tourner des talons dès qu'une personne vous parle mal, vous manque de respect, fait passer ses frustrations sur vous en jouant les matadors. 


Tourner des talons le plus tôt possible devrait être le conseil indispensable à donner à toute personne qui décrit ce type de situation. Malgré cela, ce n'est pas si facile à faire, pour la simple raison que l'enseignement se fait... par l'expérience...  Néanmoins le plus tôt est le mieux, en partant avec la certitude que cela ne s'appelle pas de l'amour et qu'il faudra se tourner vers sa blessure originelle pour en prendre soin. Mais tant que l'on reste sous emprise, cette blessure s'agrandit et ne peut jamais guérir.

 

Mais au fond de soi, la petite voix intérieure sait que quelque chose cloche.

Il faut donc écouter...

Ding Dong.... ;-)

 

 

MT

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 21:06
Ce sentiment dans ton coeur - Mooji

 

 

Aie ce sentiment dans ton cœur :

Je suis déjà élu(e) pour la liberté.

~ Mooji

 

 

Have this feeling inside your heart:

I am already chosen for freedom.

~ Mooji

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 21:01
Jetez tout ! Mooji

 

 

 

« Jetez tout, oubliez tout ça ! Vous apprenez trop, vous vous souvenez trop, vous essayez trop… Détendez-vous un peu, donnez une chance à la vie de couler à sa propre façon, sans être assistée par votre mental et votre effort. Arrêtez de diriger le courant de la rivière ! »

~ ॐ Mooji

"Throw everything away, forget about it all! You are learning too much, remembering too much, trying to hard … relax a little bit, give life a chance to flow its own way, unassisted by your mind and effort. Stop directing the river’s flow!"

~ ॐ Mooji

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
21 novembre 2016 1 21 /11 /novembre /2016 22:27

 

Il n'a jamais existé un temps où le monde était égal, stable, paisible.
Ce monde ne peut pas survivre seulement par l’effort des êtres humains
Nous faisons des dégâts. Seuls ceux dont la vie s'associe à une plus grande compréhension peut répandre assez de lumière pour sortir de ces sombres méthodes.
La paix véritable doit être trouvée à l'intérieur du cœur de l'homme.

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • : Un lieu où pourraient se cotoyer le jour et la nuit, les univers différents de la pensée logique, rationnelle, structurée à partir des informations émanant de toute part, et de la pensée vagabonde, celle qui erre la nuit, mais aussi le jour, dans l'envers des choses, à la recherche de l'impalpable, de la beauté et de la magie. Michèle Théron
  • Contact

  • lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. 
Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...

Auteur - Photographe

Michèle Théron, praticienne de santé naturopathe, femme en chemin, je vous partage sur ce blog des articles, de la poésie, des photos créés par moi, et les citations, articles, vidéos qui nourrissent mon chemin et m'inspirent.

Recherche