Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mars 2021 3 03 /03 /mars /2021 20:18
Faire craquer les cuirasses

 

C'est tellement plus simple d'éteindre nos cerveaux, d'anesthésier le cœur, de se faire croire que ces injonctions sont "normales", "passagères ", "justifiées ", "citoyennes ", "altruistes ", que sais-je encore, puisque notre cerveau est équipé pour tout justifier, même l'intolérable, même l'inacceptable...

 

Seules les connexions entre nos neurones, et entre nos neurones cérébraux et nos neurones cardiaques, pourront nous permettre de remettre de la sensibilité, de la conscience, et désirer mettre fin à cette psychose collective.

 

L'anesthésie est le moyen le plus sûr pour être un terroriste, une machine à répliquer la maltraitance, un abuseur ou un dictateur, un tyran de la Vie.
 

 

Moi je ne veux pas signer pour ce contrat là, qui programme pour des décennies encore la souffrance de notre monde, en la perpétuant sur nos enfants, en les abandonnant à eux-mêmes dans une souffrance à laquelle ils ne peuvent pas faire face à l'heure actuelle et que les adultes ne valident pas, car c'est le seul moyen qu'ils ont de ne pas toucher leur propre impuissance, leur propre souffrance, leurs propres peurs... Pour se protéger eux, ils sacrifient leurs enfants, qui eux, sensibles, voient toute la douleur et l'incohérence du monde qu'on leur propose.


C'est aux adultes de faire craquer leur cuirasse pour arrêter de se réfugier derrière la bienséance, le "pas faire de vague", le "c'est pour notre bien", " c'est pour ton bien", ...
 

 

Toutes les horreurs sur cette terre ont été commises pour "de bonnes raisons ", un idéal politique, économique ou religieux.... Il manquait l'idéal sanitaire... on vient de nous le créer...
 

Et la peur d'entrer dans nos propres peurs a fait que nous laissons en héritages les mêmes valises nauséabondes depuis des siècles, remplies de vieux trucs jamais triés...

 


Ouvrons les volets, les rideaux, les fenêtres, les cœurs, levons les voiles, respirons...!!!

 

 

 

 

 

*

 

Je vous ai déjà partagé des articles de Stéphane Pêtre, ici, et ici.

Voici un autre texte explicite à explorer impérativement à l'heure où la crise dite "sanitaire" fige la presque totalité de l'humanité dans une insensibilité à la souffrance qui s'agrandit dans le monde, que ce soit une souffrance sanitaire, économique, sociétale, individuelle. Au nom de la nouvelle religion du Covid, tout le monde doit marcher au pas, tout est justifié par cette seule porte d'entrée cognitive, plus rien d'autre n'existe et toute personne souhaitant sortir de cet enfermement collectif est stigmatisé par tout un jargon issu de la novlangue qui permet de nier tout débat et de diviser le monde en "bons" et en "méchants".

Pour s'en sortir, nous n'aurons pas d'autre issue, avant de réfléchir, que de re-sentir, pour être d'abord branchés sur notre humanité et ce qui nous relie tous au-delà de nos différences.

 

*

 

 
Comment savoir que je détruis si je ne ressens pas ?
Par Stéphane Pêtre
 
Nous allons le savoir par le premier état dissociatif qui soit : la névrose.
La névrose est la manifestation chez un humain du refoulement de ses fixations traumatiques ayant eu lieu durant son enfance. La névrose n'est donc pas le trauma. Elle en est son expression diluée.
 
 
Nous l'avons déjà signifié, cette névrose (hystérique ou obsessionnelle selon les codes classiques en psychologie) est intra-psyhique (donc à l'intérieur du sujet) et a besoin d'être secondée par des défenses de secondes lignes (annulation, isolation, retournement) mais donc surtout par une défense de première ligne : le REFOULEMENT.
 
 
Chez un névrosé standard ce REFOULEMENT suspend le temps, il enfouit et conserve et s’emploie à séparer chez le sujet tout contact avec l'affect traumatique. Avec le REFOULEMENT le sujet baigne dans son jus, il est au sein de son conflit, avec des ratés, des réussites, des ratés...
Nous pouvons donc dire qu’un état névrotique est un état dissociatif standard.
D'un point de vue toujours psychanalytique, la structure névrotique est chez un humain un conflit entre le SURMOI (celui qui pose des limites) et le ÇA (les pulsions vitales) à travers le MOI (celui qui fait comme il peut entres les deux).
 
 
Définition du névrosé type : j'existe, mais je ne sais pas qui je suis pour les autres.
100% des humains ont subi des fixations pathologiques dans leurs enfances.
100% des humains sont donc névrosés et certains ont dépassé ces frontières pour basculer dans de pires conflits qui sont autant de grades dissociatifs (perversions narcissiques, schizophrénie et enfin psychose terminale).
 
 
Le refoulement étant une défense, elle déforme donc la réalité (contraire de la fiction) afin de maintenir la structure interne de chaque sujet en sécurité, ceci afin de ne pas entrer logiquement en contact avec les douleurs internes. 100% des humains déforment donc la réalité à leur guise afin de se protéger de leurs traumatismes. C’est pour cela que l’humanité détruit la planète sans réagir ou si peu, car en réalité profonde, elle ne ressent plus car coupée de ses émotions pour se protéger de ses traumas internes.
 
 
Lancé dans la vie, un humain va ainsi être magnétiquement attiré par les croyances venant se mouler idéalement avec son refoulement. Ces croyances sont bien entendues d'ordre très variées : scientifiques, religieuses, philosophiques, spirituelles etc, etc...
Pourquoi une psychanalytique intégrale ayant pour intention de libérer ces fixations peut-elle échapper à ce piège ? Car, bien que pouvant aussi jouer le rôle d'une croyance protectrice - si et seulement si elle n'a pas encore pour fonction de protéger les parents idéalisés - elle permettra au sujet de ne plus chercher à se protéger et donc à lever le voile sur la réalité. Les faits sont réels : un humain névrosé ayant réussit à force de travail à affiner son refoulement, n'a plus besoin de se réfugier dans aucune croyance protectrice.
 
 
S'ouvre à lui un espace de CONFIANCE où les normes ontologiques prennent systématiquement le relais sur les normes névrosées. Soudain il ressent. Il vit et ne détruit plus le vivant car il sait en faire partie. Mais cela est une autre histoire.
 
Stéphane Pêtre
 
 
 
 

*

L'impact sur la jeunesse ne cesse de s'aggraver.

Yann Moix "appelle tous les étudiants à se révolter contre un nouveau confinement, à une désobéissance civique puissante", et ose parler du désastre des mesures sur la jeunesse ...

 

*

 

 

*

De plus en plus de médecins osent dire que ces mesures appliquées à une population entière, quand 99,5 % n'est pas en danger, sont une aberration...

 

*

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • : Un lieu où pourraient se cotoyer le jour et la nuit, les univers différents de la pensée logique, rationnelle, structurée à partir des informations émanant de toute part, et de la pensée vagabonde, celle qui erre la nuit, mais aussi le jour, dans l'envers des choses, à la recherche de l'impalpable, de la beauté et de la magie. Michèle Théron
  • Contact

  • lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. 
Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...

Auteur - Photographe

Michèle Théron, praticienne de santé naturopathe, femme en chemin, je vous partage sur ce blog des articles, de la poésie, des photos créés par moi, et les citations, articles, vidéos qui nourrissent mon chemin et m'inspirent.

Recherche