Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 octobre 2021 1 11 /10 /octobre /2021 15:58
Reviens à toi - Franck Lopvet



"Reviens à toi, accroche-toi à ton cœur et comporte-toi comme la personne que tu as réellement envie d'être.
 

Lâche la perspective de la vérité. Les vérités sont juxtaposées.
Et oui, ça fait peur mais un concept n'est dangereux pour personne.

Revenir vers toi va faire sortir le mal-être, les émotions et des tas de questionnements. Tu ne pourras plus refuser de ressentir.
Tu ne sauras plus être violent contre toi-même.
Lâche ton hypnose de refuser ton expérience propre pour entrer dans un consensus et faire partie d'un camp.

 

Tu prends douloureusement conscience que ce qui est vrai est faux et ce qui est faux est vrai. Il est nécessaire que tu n'aies plus rien à quoi te raccrocher à l'extérieur pour oser enfin avoir une posture intérieure.
Il ne s'agit pas de mieux discerner le réel mais de prendre conscience qu'on fabrique le réel avec nos angles de vue. C'est cela le véritable pouvoir de la pensée : manifester notre intention dans une forme et de la garder assez intense pour qu'elle devienne dense.

 

Ta vie est l'angle de vue que tu as sur elle.

Ta perspective s'imbrique tellement bien dans celle des autres que tu as fini par croire que la vie est à l'extérieur. Et c'était un rêve très confortable dans l'obéissance de règles.

Respire dans ce qui se présente à toi, sans précipitation, tu ne pourras pas en faire l'économie. Tu ne peux pas être en dehors du monde.

Ce qui te manque ? C'est de renoncer à vouloir vaincre la vie en t'améliorant.
De renoncer à tes paramètres de la vie réussie.
C'est acceptable de ne pas être riche, de ne pas être parfait, de ne pas réussir. La vie ne peut pas avoir de but, tu ne peux pas la rater.

Ne te sens pas bloqué : on ne va nulle part, on est déjà arrivés.
Sens tes tripes.
C'est la vie qui te construit, vivante en toi...
Tu peux te mettre en accord avec ce mouvement intérieur. Tu es la vie."

 

 



- Franck Lopvet

 

 

Repost0
6 octobre 2021 3 06 /10 /octobre /2021 22:12

La suite des aventures d'Alice et de Sylvain.

 

 

Les origines, la conception, la grossesse et la naissance d’un rêve tellement simple et partagé qu’il ne peut que devenir réalité ! Le chemin pour imaginer, trouver et acquérir ces 200ha est pavé de synchronicités et de belles leçons d’intégrité, racontées dans cette vidéo.

 

 

 

 

Repost0
5 octobre 2021 2 05 /10 /octobre /2021 21:47
Natalie Trayling, offrande à la musique

 

 

Natalie Trayning joue depuis des années dans la rue, sans chercher à être rémunérée, et offre sa  musique, dont elle est la compositrice et l'interprète.

 

Une vision et une écoute qui m'ont saisie en plein coeur.

 

 

 

 

La page facebook pour suivre les actualités de Natalie Trayling

 

 

 

 

Natalie Trayling, offrande à la musique
Natalie Trayling, offrande à la musique
Natalie Trayling, offrande à la musique
Natalie Trayling, offrande à la musique
Natalie Trayling, offrande à la musique
Natalie Trayling, offrande à la musique
Natalie Trayling, offrande à la musique
Natalie Trayling, offrande à la musique
Natalie Trayling, offrande à la musique
Repost0
4 octobre 2021 1 04 /10 /octobre /2021 09:29

 

 

Je ressens évidemment beaucoup de compassion pour Jeff Foster, car je connais chaque mot qu’il écrit, chaque sensation, chaque challenge, entre acceptation et espoir, détestation, stupéfaction, désespoir, douleurs intenses, impuissance, vie qui bascule, envie d'en finir.

J’observe avec intérêt aussi le soutien qui est apporté à sa parole sous le post qu'il a fait sur FB avec tous les voeux de rétablisssement. J’observe aussi le poids que prend son témoignage, puisqu’il représente une figure de référence. C’est tant mieux pour peut-être sensibiliser à un autre regard sur Lyme et la maladie en général.

Mais des milliers de gens vivent cela avec cette maladie. La seule différence, c’est qu’ils n’ont pas le statut d’éveillé. Et là c’est une seconde tragédie, car pour ces gens-là, peu de soutien, beaucoup de jugements, peu de compassion, peu de crédibilité, beaucoup d’interprétation de leur chemin, comme s’ils étaient de « pauvres choses » qui n’avaient pas compris grand-chose à la vie, à leurs émotions, à la spiritualité -puisque malades-, et à qui on se doit de faire la leçon.

J’aime aussi l’invitation proposée par Jeff, de ne pas toujours chercher un sens. C’est là. C’est arrivé. Comment vivre avec. Nous sommes dans le grand mystère de la vie et ne connaissons pas les arcanes de nos âmes et ce qui se joue dans certaines de nos expériences. Remettre le mystère dans la problématique pourrait aussi alléger le poids que l’on porte et que l’on fait porter à ceux qui souffrent. Il est déjà bien suffisant de se débattre avec les bouleversements qu’entraine une maladie invalidante, invisible, mais qui saccage et révolutionne complètement votre vie. Est-il utile de se sentir en plus coupable, comme si nous avions failli à quelque chose, comme si nous avions raté une cible, ou démérité un bonheur ?

 

Nous avons déjà bien assez à faire avec notre monde intérieur qui doit s’ajuster à cette réalité qui a fait irruption.

 

***

 

 

Je vous invite vraiment à lire ses deux témoignages, non seulement parce qu'ils évoquent ce que traversent bon nombre de malades de Lyme, mais aussi pour les réflexions qui émergent de cette souffrance qui fracasse la vie et comment être, selon ses enseignements, dans l'acceptation et l'ici et maintenant... alors que justement il en est incapable au point de vouloir parfois mourir et retourner à la source.

 

Ces deux textes me touchent au coeur, car bien sûr ils parlent tellement de ma traversée, de cette irruption violente de Lyme dans ma vie, mon corps et mon cerveau; de ces enjeux de vie et de mort, comme des tornades qui s'abattent sur moi sans prévenir et me clouent au sol; de cette solitude dans laquelle la souffrance extrême et la dégradation physique vous propulse, car à cet endroit, peu de personnes peuvent vous rejoindre; de cette incompréhension qui s'installe et qui divise, entre ceux qui traversent et les autres; de cet anéantissement, de cette impuissance pour lesquels il n'y avait aucune préparation; de ces deuils successifs à faire, car tant de choses sont détruites, s'en sont allées, sont mortes et perdues à jamais derrière soi. C'est comme une bombe qui explose et fait tout voler en éclat. Mais personne pour accueillir le stress post-traumatique, aucun accompagnement pour mesurer ce qui a été détruit et nous aider vers une possible reconstruction. On reste comme un noyé sur la berge, prêt à être emporté par la prochaine vague.

Cela met à rude épreuve, et même Jeff Foster, éveillé et enseignant de l'acceptation, est mis au défi de ses propres enseignements, c'est dire si la tâche est rude...

 

 

MT

 

 

"Je sais que je ne suis pas un seul mais un parmi tant d'autres. Je n'ai pas choisi cette voie. Il m'a choisi et que puis-je dire. Je fais les pas, ou ils se laissent faire. Ou Dieu me respire. Je ne sais pas. Jour après jour, c'est tout ce que je peux gérer. Moment par moment. Parfois même pas ça. Parfois debout au cœur de la terreur, regardant la mort en face. Vivre et mourir plus près que jamais. Parfois pleurant comme un petit bébé, parfois riant comme un bouddha, et peut-être que le bébé est le bouddha. Je ne sais vraiment pas."

 

"J'ai failli mettre fin à mes jours à plusieurs reprises au cours des 9 derniers mois.

Je dois dire la vérité.

Je dois énoncer les faits.

Il a failli quitter le corps et retourner à la source.

Je peux l'admettre maintenant.

Oui, je peux l'admettre publiquement maintenant.

Il n'y a pas de honte à crier à ton Dieu quand tu es sur la f ** king cross.

Il n'y a pas de honte à aspirer au paradis lorsque vous êtes dans un enfer vivant que vous n'avez pas créé ou choisi.

Quand la vie brise tout ce que vous saviez."

 

 

Maladie de Lyme - Jeff Foster

« J'ÉCRIS DES LIVRES SUR L'ACCEPTATION... MAIS JE NE PEUX PAS ACCEPTER CELA ». Une confession. 1er mai 2021

 

Chers amis, Une fois de plus, je vous écris pour vous remercier pour vos messages profondément compatissants et vos courriels d'amour et de soutien. Même si je ne peux pas répondre personnellement à vous tous en ce moment, car mon énergie est si limitée, sachez que je lis chaque message et que j'apprécie profondément votre extraordinaire gentillesse. Et encore une fois, à ceux d'entre vous qui ont envoyé des dons, je vous remercie du fond du cœur. Je n'ai jamais vraiment su combien d'entre vous se souciaient si profondément de moi et de mon bien-être à un niveau aussi personnel. J'envoie tellement d'amour à chacun d'entre vous. Merci de m'avoir permis d'entrer dans ta vie. Et mes sincères excuses pour les fautes d'orthographe ou autres erreurs dans ce bulletin. Mon attention, ma concentration et mes compétences en édition ne sont plus aussi pointues qu'avant ! ;)

 

Je suis dans un endroit étrange en ce moment, mes amis. Ça me frappe fort : je suis handicapé physiquement et cognitivement. Au moins pour l'instant. Au moins pour un moment. Peut-être pour le reste de ma vie. Personne ne peut le dire. Personne.

Je vis dans l'inconnu. Nous le sommes tous, à vrai dire. Par rapport à où j'étais l'année dernière, et chaque année avant ça, c'est un choc chaque jour de me retrouver comme ça. Cela a été totalement dévastateur - DÉVASTANT - de perdre certaines fonctions et capacités physiques et cognitives apparemment du jour au lendemain, sans aucune promesse qu'elles ne reviendront jamais, ou du moins qu'elles reviendraient complètement à ce qu'elles étaient auparavant. Je suis dans un endroit étrange, mes amis, quelque part entre un vague espoir et une dévastation totale, presque insupportable. (Encore une fois, je ne veux pas que tout tourne autour de « moi ». Tant de gens dans le monde souffrent en ce moment, bien plus profondément que moi. Mais je pense qu'en partageant mon propre combat, en m'ouvrant sur le mien défi de santé actuel, il peut y avoir une certaine transmission de la vérité dans le collectif. Je suis sûr que beaucoup d'entre vous peuvent s'identifier, à leur manière…)

 

Est-ce que je me tourne vers là où je suis, et que je fais face au fait de mon handicap, à mes limites présentes en tant que corps-esprit ? Faire face à la dévastation et à la décimation partielle de l'ancienne vie, des vieux plans, de l'ancienne santé, de l'ancienne fonction cognitive, de l'ancien moyen de subsistance, pleurer pleinement ce que j'ai perdu et pleurer ce que j'ai encore à perdre ?

 

Puis-je même savoir ce que j'ai « encore à perdre » ? Pouvons-nous jamais savoir? Qu'est-ce que je pleure, exactement ? Puis-je pleurer un avenir inconnu perdu? Puis-je sombrer dans mes larmes, laisser entrer pleinement la perte, la ruine et le désir, laisser tout cela m'ouvrir et abandonner tout espoir de demain ? L'espoir est-il réel ou basé sur un fantasme ? Est-ce que je continue à lutter, à me battre, à espérer, à attendre la guérison, un remède, la « réponse », une potion magique de guérison ? Est-ce que j'accepte où je suis aujourd'hui, ou est-ce que je garde l'espoir d'une amélioration, voire d'une rémission, demain, alors que le taux de rémission de cette condition est statistiquement si bas, et que personne sur Terre ne peut me promettre cela ?

 

Serai-je l'un des chanceux ?

 

Puis-je en quelque sorte contrôler les destins, manifester un résultat souhaité ? Dois-je ignorer tous les « faits » objectifs de cette condition et simplement croire ? Ou est-ce que tout est finalement entre les mains des dieux, quoi que je fasse ? Ces questions sont aussi vieilles que l'esprit lui-même, aussi vieilles que la pensée. Acceptation de « la façon dont c'est », ou espoir de « comment cela pourrait-il être » ? Bien sûr, en réalité, ces deux énergies peuvent coexister. Et nous pouvons tenir ce paradoxe primordial - d'accepter où nous sommes ici en ce moment, l'inconfort et la douleur et les limitations et le chagrin et tout, tout en imaginant un avenir meilleur et plus brillant, et en faisant tout notre possible pour travailler dans ce sens.

 

L'acceptation profonde et le changement profond ne se contredisent pas, ce sont des reflets l'un de l'autre, des amants, de très vieux amis. Notre divinité et notre humanité sont Une. Imparfait et parfait, brisé et entier. Se reposer dans la douleur, se pencher sur la douleur, s'incliner devant la douleur, sans renoncer à la guérison. Du moins pas complètement. Du moins pas maintenant. Au moins pas aujourd'hui. Tenir ces énergies jumelles comme nos deux enfants bien-aimés. Pas des enfants qui s'opposent à l'existence de l'autre, mais des enfants qui sont également aimés et bienvenus dans nos bras grands ouverts. Cela dit, ce n'est pas facile. Certains jours, je veux juste que l'inconfort cesse. C'est énervant d'admettre cela publiquement, étant un «enseignant spirituel» et tout (quoi que cela signifie), mais oui, certains jours, je veux juste que tout se termine, la souffrance, l'inconfort, le brouillard cérébral. Est-ce que cela fait de moi un lâche, à désirer un soulagement au milieu de l'inconfort et de la perte ? Je ne pense pas. Cela me rend humain. J'ai écrit des livres sur le repos profond, l'acceptation, l'amour du moment présent, embrassant pleinement les dévastations de la vie. J'ai écrit de la poésie et peut-être des milliers de publications sur Facebook au fil des ans pour vous rappeler que vous n'avez jamais été brisé, pour vous aider à vous souvenir de la joie de « tomber amoureux de l'endroit où vous êtes ».

 

J'ai enseigné d'innombrables retraites et ateliers à travers le monde, invitant les gens à s'interroger en profondeur sur leur expérience actuelle, à apporter une conscience aimante aux poches de résistance, à entrer en contact avec des sentiments profondément ancrés, à faire le deuil, à abandonner les « devraient » ' de la vie, d'exposer et de faire fondre la honte cachée, de s'abandonner à ce qui est. Et j'admets humblement que je ne parviens pas à accepter ma condition en ce moment. Je me sens brisé. Je ne suis pas amoureux d'où je suis. Je ne peux pas « me reposer » avec cette nouvelle réalité bouleversante. Mais... Peut-être qu'il y a de la grâce dans cet échec. Peut-être y a-t-il un amour-propre plus profond qui nous permet d'être totalement imparfaits, un gâchis brûlant sur la croix de la vie, et le vrai "succès" est vraiment ce genre d'amour-propre.

 

L'amour qui ne vous laisse jamais échouer, peu importe à quel point vous sombrez, car le plus bas est le plus haut dans cet amour, et les plus faibles sont les plus forts. L'amour qui vous aime, même dans la fosse et les ténèbres et les royaumes indescriptibles de l'enfer. L'amour qui vous tient pendant que vous prenez votre dernier souffle, car il vous tient pendant que vous haletez pour votre premier. Quand je suis essoufflé, transpiré, essoufflé, étourdi, dissocié, obligé de m'asseoir après avoir marché seulement cinq minutes jusqu'à l'épicerie. Lorsque le « brouillard cérébral » est si grave (comme je l'ai partagé dans mon dernier e-mail, j'ai un syndrome médical complexe et multi-système appelé POTS, une forme de dysfonctionnement autonome où pas assez de sang et donc d'oxygène atteint le cerveau…) que je peut à peine enchaîner une phrase, ou se souvenir du nom de mon ami, ou trouver le chemin du retour de cette épicerie, ou finir une seule série de pensées dans ma tête, ou se souvenir de ce que je fais, ou pourquoi, ou où, ou comment , ou….

 

Quand toute notion du temps disparaît, et que le monde extérieur disparaît, et que je suis perdu dans ce qui ressemble à un mauvais trip de drogue toute la journée, semblable à la démence et « hors du temps » (mais pas de manière spirituelle libératrice, plus comme dans une terrifiante manière dissociée).

 

Quand j'ai une conversation belle, passionnée et honnête avec un ami cher au téléphone… et que je m'effondre énergiquement pendant des heures - ou des jours - par la suite parce que j'ai dépensé trop d'énergie à parler et à écouter.

 

Quand tout ça se passe... c'est vraiment très dur. (Mon Dieu, au moins je peux encore écrire. Même s'il me faut quelques jours pour écrire un morceau qui n'aurait pris que quelques heures auparavant...)

 

En tant que Conscience, je suis illimité. Nous sommes tous. Mais en tant que corps physique et mental, je suis plus limité que jamais maintenant, et c'est complètement bouleversant. Ce n'est pas comme ça que je m'attendais à ce que ma vie soit, à 40 ans. Après quatre décennies de bonne santé fondamentalement, et après certaines des années les plus heureuses de ma vie au cours des dernières années, et avec tant de choses merveilleuses que j'attendais avec impatience, tant de choses à faire, de livres à écrire, de retraites à mener, des projets créatifs à explorer, des amis avec qui partager des moments précieux, faire s'effondrer mon corps physique comme ça, sans médecin, thérapeute ou guérisseur jusqu'à présent capable de me donner un pronostic ou de remédier à l'un des symptômes - vivre comme ça chacun la journée est totalement dévastatrice. Je suis encore sous le choc, à vrai dire.

 

Je n'ai jamais vu cela venir. « Comment pouvais-je savoir ? Comment saurons-nous jamais ? ». (Ma réplique préférée de l'une de mes comédies musicales préférées de Sondheim, "Into The Woods".) Ugh, j'étais si naïf, bénissez mon cœur. Je pensais que ce genre de maladies arrivait à d'autres personnes. Je pensais que j'étais immunisé, parce que j'avais fait tellement de travail sur moi-même, ou parce que j'avais guéri tellement de mes blessures d'enfance, ou parce que je me sentais tellement détendu et vivant la plupart du temps, ou parce que je ressentais si peu de stress dans ma vie, ou parce que, eh bien, j'étais « vraiment vraiment spirituel » ou quelque chose comme ça. L'arrogance. L'orgueil. L'audace. Le privilège. L'innocence aussi. Tout. Juste… tout ça.

 

Certains jours, j'ai l'impression que je ne peux tout simplement pas accepter ce qui m'arrive. Tout cela ressemble à un mauvais rêve, comme si je vivais la mauvaise vie, comme si quelque chose avait mal tourné, comme si cela ne devrait pas arriver. Bien sûr, au fond de moi, je sais, il n'y a pas de "mauvaise" vie, et il n'y a que la VIE, et c'est comme ça, et il n'y a pas de "devrait", et je ne suis pas à blâmer, et aucun de nous sont à blâmer, jamais. Cette maladie n'était pas de mon choix. Et je n'ai rien fait pour "mériter" cela, et ce n'est pas une punition, et il n'y a pas de péché. Je le sais, au plus profond de mes os.

 

Parfois, nous tombons simplement malades et cela survient de nulle part et cela n'a aucun sens et c'est comme ça, que cela vous plaise ou non, acceptez-le ou non, faites-lui confiance ou non. Nos vies sont brisées. Nos enfants meurent. Nos proches nous quittent. Nos carrières se terminent brutalement. Nous perdons notre argent, notre statut, nos moyens de subsistance, nos capacités physiques. Des voitures et des avions s'écrasent. Les tsunamis détruisent des villages entiers, des villes. Des météores, des comètes, des astéroïdes s'écrasent sur Terre, anéantissant des espèces entières, peut-être toutes les espèces en une seule journée. Nos merveilleux plans et philosophies tombent en poussière. Les grands chefs tombent de leurs trônes. Le sol s'ouvre et engloutit des voitures, des routes entières, des immeubles.

 

Le triomphe et la tragédie sont si proches, le voile entre la vie et la mort est si mince. Parfois, la réalité du chaos du monde relatif et notre manque ultime de capacité à le contrôler nous frappent au visage. La crise nous réveille de notre rêve de « les choses vont si bien ». La douleur indésirable nous pousse à la limite de nos capacités. Et nous sommes complètement abasourdis, abasourdis, incapables de trouver une quelconque raison à ce changement soudain, à cette tragédie et à cette perte. « Pourquoi moi ?! », crions-nous. Et notre cri s'estompe dans le vaste silence et peut-être y a-t-il une réponse dans l'écho et peut-être est-il possible de tout retenir. Oui, tout ça. L'espoir et le désespoir. Le connu et l'inconnu. La douleur et le désir. La douleur et le souhait de la fin. Le problème et la prière pour le renouveau. Peut-être est-il possible de garder toute la vie dans nos cœurs tendres. Au moins pour un instant. Au moins pour la durée du prochain… précieux… souffle.

 

Et donc, je continue. Je continue de pleurer l'ancienne vie, les anciennes capacités, les choses que j'aimais faire et que je ne peux tout simplement plus faire. (Encore ? Pour l'instant ? Pour toujours ? Pour des semaines, des mois, des années ? Je ne sais pas, et qui peut le dire avec certitude.) Pour l'instant, j'ai des moments où je peux être avec "ce qui est", et des moments où je veux que tout s'en aille. Moments de "Namaste". Moments de "F ** k This Sh * t". Des moments où je suis un bouddha. Des moments où je suis un mini-Hitler pour moi-même. Des moments auxquels je ne m'attendais pas, de toute façon. Moments d'une vie vécue, moment par moment. Je voulais partager cela avec vous tous. Ne pas demander de la pitié, mais être cru, honnête et authentique à propos de ce que je vis, au fur et à mesure que je le traverse. Je sens que tu ne mérites rien de moins de moi maintenant que la vérité crue. Je ne veux pas cacher ce que je vis. Et je veux briser davantage l'image de l'enseignant spirituel parfaitement calme et profondément acceptant (je n'en ai jamais rencontré, d'ailleurs). Celui qui ne souffre jamais. Celui qui n'est pas touché par les choses du monde et prend tout dans sa foulée. Celui qui a transcendé le monde relatif. Non, j'ai demandé à être profondément touché par ce monde, mais je n'aurais jamais imaginé qu'il me toucherait si profondément, de cette manière particulière.

 

J'ai traversé beaucoup de souffrances et démêlé de nombreux traumatismes dans ma vie, j'ai été prêt à traverser de nombreux états de sentiments profondément difficiles, j'ai eu tant de pannes et de percées extatiques, de crises de guérison et de réveils joyeux, j'ai pu contenir tant de vie, mais cela… c'est autre chose. Je voulais partager toutes ces réflexions dans l'espoir que certains d'entre vous pourront s'identifier, que certains de mes mots vous apporteront du réconfort, de la guérison, de la chaleur ou du courage. Cela vous rappellera que vous n'êtes pas seul dans votre douleur, votre confusion et votre chagrin d'amour, et que beaucoup de vos frères et sœurs sont en train de vivre un bouleversement de leur propre chef en ce moment même.

 

L'éclatement viendra à nous tous à la fin; aucun d'entre nous n'est épargné, peu importe à quel point nous nous imaginons être « éveillés » ou « guéris ». Je prie les forces grandes et mystérieuses que nous traversions tous ces moments, humiliés, plus forts. Et, si je suis honnête… j'espère sincèrement que je pourrai moi-même relever ce défi particulier. Parfois, je me demande si j'ai le courage ou la force de continuer à traverser cet inconfort corporel, ces nouvelles limitations physiques bouleversantes et le brouillard cognitif désorientant que cette condition apporte - la confusion, les problèmes de planification, de concentration, d'attention, la perte de mémoire à court terme .

 

Je remets en question ma propre capacité à faire face à ce genre de dévastation à ce stade de ma vie. Je sais que je ne suis pas aussi courageux que certains d'entre vous. Je ne sais pas ce qui m'attend sur le chemin de ma vie. Comment saurons-nous jamais. Est-ce que tout cela fait de moi une « fraude » ? Un enseignant spirituel raté ? Peut-être. Peut être pas. Je suppose que cela n'a aucune importance. Peut-être que cela me rend plus humain, plus enraciné dans le sang et la boue et la chair et la douleur de l'existence mortelle et mondaine, et c'est bien plus précieux et réel que tout autre prix… même si j'échoue à ce test ( et il n'y a pas d'échec en amour, et pas de test, de toute façon.)

 

Oui, ce n'est pas un test et donc je - nous - ne pouvons pas échouer. Je vous porte tous dans mon cœur, vous qui vous trouvez dans ce même endroit étrange que moi. Maintenant, dis-le avec moi : « Namasté. Putain cette merde !"

 

Jeff xxx

Maladie de Lyme - Jeff Foster

Chers amis,

 

Je voulais partager avec vous quelque chose que j'ai écrit la semaine dernière. Il s'intitule "Me rappelleras-tu mes propres enseignements ?". C'était vraiment énervé, risqué, vulnérable de publier cela en public. Mais je sentais que je devais être 100% réel, brut et authentique avec vous tous maintenant. Je pense que vous méritez ma transparence absolue en ce moment. Rien d'autre ne fera l'affaire. Je dois rester intègre. Vous pouvez lire l'article ci-dessous....

 

Mais d'abord... encore une fois (et je ne saurais le dire assez...) Je vous remercie du fond du cœur pour les milliers de lettres, de messages sur les réseaux sociaux et de messages d'amour et de soutien. vous m'avez envoyé. Et merci à TOUS d'entre vous qui m'avez envoyé des suggestions de traitement utiles, vos protocoles de Lyme et vos propres histoires de problèmes de santé, de luttes et de victoires. Tout cela me remonte le moral à travers cet énorme défi. Et même si je ne peux pas répondre personnellement à chacun d'entre vous, vous êtes tous dans mon cœur et je suis plein de gratitude.

 

Je me sentais tellement seul quand j'ai reçu le diagnostic de Lyme pour la première fois. Jusqu'à ce que littéralement des milliers d'entre vous, guerriers, commencent à me contacter, partageant vos courageux voyages personnels avec Lyme (et POTS, et CFS/ME, et tant d'autres conditions chroniques, incomprises, sous-recherchées et pitoyablement sous-financées). C'est une maladie terrifiante, Lyme, surtout quand vous savez que la bactérie ondulée est maintenant dans votre système nerveux et votre cerveau. Et surtout quand les amis et même la famille ont du mal à croire que vous n'inventez pas ou n'exagérez pas vos symptômes parce qu'ils semblent si extrêmes que je dois l'admettre. Quand ils vous traitent de fou, dites que vous devez tout inventer, dites que tout est dans votre tête ou que tout est simplement psychologique ou causé par un traumatisme, ou "allez, ce n'est pas si grave que ça", et qu'est-ce qu'ils savent. Capableisme. Le privilège de la santé.

 

Mais je me sens moins seul maintenant. Je sais que je ne suis pas un seul mais un parmi tant d'autres. Je n'ai pas choisi cette voie. Il m'a choisi et que puis-je dire. Je fais les pas, ou ils se laissent faire. Ou Dieu me respire. Je ne sais pas. Jour après jour, c'est tout ce que je peux gérer. Moment par moment. Parfois même pas ça. Parfois debout au cœur de la terreur, regardant la mort en face. Vivre et mourir plus près que jamais. Parfois pleurant comme un petit bébé, parfois riant comme un bouddha, et peut-être que le bébé est le bouddha. Je ne sais vraiment pas.

 

Ce que je sais… c'est que votre soutien affectueux m'aide à me maintenir à flot. J'ai essayé à ma façon de soutenir l'humanité au fil des ans, et cette réflexion est si belle maintenant. Et donc, cette semaine, le cerveau brumeux et épuisé, je vais commencer à me brancher sur les intraveineuses, et nous verrons. Nous verrons. Je vous aime mes amis, même si nous ne nous sommes jamais rencontrés… nous nous sommes rencontrés, n'est-ce pas ? Il y a peut-être longtemps....

 

Avec amour,

Jeff xxx

 

 

 

**Trigger Warning** Cet article très personnel aborde les idées suicidaires liées aux maladies chroniques, et certaines personnes pourraient trouver cela dérangeant. Si vous ou quelqu'un que vous connaissez êtes suicidaire, veuillez contacter votre médecin, vous rendre à votre hôpital local ou appeler la hotline de prévention du suicide dans votre pays dès que possible.

 

 

ME RAPPELLEREZ-VOUS MES PROPRES ENSEIGNEMENTS ?

 

J'ai la maladie de Lyme.

Apparemment, je l'ai depuis des années.

 

C'est entré dans mon cerveau maintenant.

Cela provoque - entre autres choses - un brouillard cérébral extrême, une perte de mémoire, une incapacité à penser clairement, ou même parfois à atteindre un sens de base de la rationalité.

Au pire, c'est comme être perdu dans une épaisse fumée noire et un brouillard, incapable de parler, incapable d'accéder au temps linéaire de quelque manière que ce soit, incapable de contacter le monde extérieur, incapable de se rappeler où je suis, ou comment je suis arrivé ici, ou à quelle heure du jour c'est, ou si quelque chose est réel du tout.

Un état de confusion totale, de détachement, une sorte de limbes et d'enfer semblable à la démence.

Comme la noyade.

Comme ce qui est arrivé à mon père il y a quelques années seulement.

 

C'est foutrement effrayant. Et j'ai connu de nombreux états terrifiants dans ma vie.

Mais cela prend le gâteau, comme on dit.

 

Je l'admets, j'ai été au bord du suicide à plusieurs reprises au cours des 9 derniers mois à cause de ces horribles symptômes.

Cette maladie m'a poussé au bord de la falaise.

Physiquement, psychologiquement.

M'a emmené à la limite de mes capacités.

M'a montré mes limites, brisé mon orgueil.

M'a pris par surprise.

M'a mis à genoux.

J'ai ouvert mon cœur à une compassion totale pour toute personne sur la planète aux prises avec une maladie chronique.

Quiconque a été incrédule, allumé au gaz, a dit que tout était dans sa tête.

Toute personne qui souffre du tout.

 

Je pensais que j'étais fort.

J'ai vécu tellement de choses dans ma vie et j'ai toujours trouvé la force de continuer.

(Peut-être que je suis fort).

 

J'ai failli mettre fin à mes jours à plusieurs reprises au cours des 9 derniers mois.

Je dois dire la vérité.

Je dois énoncer les faits.

Il a failli quitter le corps et retourner à la source.

Je peux l'admettre maintenant.

Oui, je peux l'admettre publiquement maintenant.

 

Il n'y a pas de honte à crier à ton Dieu quand tu es sur la f ** king cross.

Il n'y a pas de honte à aspirer au paradis lorsque vous êtes dans un enfer vivant que vous n'avez pas créé ou choisi.

Quand la vie brise tout ce que vous saviez.

 

Putain, je suis toujours là.

 

Je ne joue pas à la victime.

Je n'ai pas honte de ce voyage que je fais.

C'est le voyage humain, chaque seconde.

J'en parlerai ouvertement.

Je vais tout crier sur les toits.

Je n'ai pas honte d'être malade.

 

Et je ne sais pas si j'y arriverai.

Je ne suis pas gêné de ne pas savoir.

Je ne suis pas Dieu, je ne vois pas tout.

Je suis un débutant.

Un nouveau-né.

Je ne peux faire qu'un pas à la fois.

Je ne peux vivre la vie qu'instant par instant.

Je ne sais pas comment ce film se termine.

J'espère que ça finira bien.

 

Je ne veux pas mourir.

J'aime tellement la vie.

Tellement de.

Mais au milieu de l'enfer de ces symptômes, la mort se sent comme une amie chère.

Une sortie. Intime, chaleureux, invitant, si proche que je peux le toucher, le goûter, le sentir.

Comme un bain chaud par un matin glacial de décembre.

Comme se débarrasser des vêtements qui ne vont plus.

 

Comme être rappelé à la maison par ma divine mère.

 

Mais je veux vivre !

Je m'accroche à l'espoir que les traitements fonctionneront.

Je suis inspirée par toutes vos histoires de guérison et de rémission.

Je tiens la promesse que le soulagement est en route.

Antibiotiques. Thérapie à l'ozone. Venin d'abeille. Médecine des plantes. Médical Médical. Bio résonance magnétique quelque chose. Chambres hyperbares. Rééducation neuronale. Paléo. Céto. Brut. Kambo. Jeûne aquatique. Ondes scalaires. Lavements au café. Hyperthermie.

F ** k it, je vais tout essayer.

 

Alors que j'essaie d'embrasser où je suis autant que je peux.

Comme j'essaie d'être présent avec le corps d'aujourd'hui autant que je peux.

Comme j'essaie d'être ici maintenant.

Autant que je peux.

 

Pourtant, parfois, je veux juste mourir.

Le "F**k it" devient plus fort que le "Namaste".

Oui, Jeff Foster - « enseignant spirituel », auteur de livres sur la Présence, animateur d'ateliers sur la guérison de la honte, sur l'acceptation de la joie et de la douleur de la vie, sur le démantèlement d'histoires, l'exposition des blessures profondes, l'enquête sur les croyances qui conduisent à la souffrance et au chagrin - il veut juste mourir parfois.

 

Au milieu de la démence de Lyme, toute ma sagesse va à la merde.

Lymey merde.

 

Non attends.

Je ne veux pas mourir. Je veux vivre.

J'ai tout pour vivre.

Tout.

J'ai des amis qui m'aiment, des projets à réaliser, des travaux à faire dans le monde, autant d'aventures que j'ai envie de vivre.

Mais cette maladie me donne juste envie de partir parfois.

Putain. C'est peut-être aussi spirituel.

Vouloir partir. Trop envie de soulagement.

 

Et pour dire la putain de vérité à ce sujet !

La vérité brute, désagréable, incommode, libératrice.

Oui, c'est peut-être aussi spirituel.

 

C'est peut-être spirituel, d'être un désordre brisé sur l'autel de la vie, d'embrasser Thanatos et les ténèbres sauvages et indomptables et la merde Lymey de tout cela.

 

Certaines personnes m'ont dit que cette "maladie" n'est pas réelle et est dans ma tête. (Oh, je vois leur douleur, leur projection, leur propre peur. Je leur pardonne maintenant. Un monde chaotique et « injuste » est la plus grande terreur pour l'esprit en quête de réponses.)

 

Certaines personnes m'ont dit que ce n'était que l'émergence de mon traumatisme d'enfance, la rupture de ma blessure d'abandon, toutes les émotions refoulées que je n'avais jamais traitées. (Comment peuvent-ils le savoir avec certitude, je leur demande ? Comment pouvons-nous jamais parler pour un autre ? Les tiques infectées reniflent-elles seulement les corps avec une émotion refoulée ? Les virus ne sélectionnent-ils que ceux qui ont un chagrin refoulé et des problèmes d'estime de soi ?)

 

Et ils disent, ah, tu dois avoir peur de l'obscurité que tu trouveras si tu oses regarder, et je leur dis, wow, tu ne me connais pas du tout mon ami, tu ne me connais pas du tout .

 

Certaines personnes m'ont dit que j'inventais mes symptômes, que j'exagérais mon combat, que je cherchais de l'attention. N'exagèrent-ils pas les leurs, bénissez-les, à ce moment-là, en cherchant l'attention, en inventant des choses ?

 

J'ai vu des réactions conscientes et inconscientes à cette maladie.

J'ai été victime d'incrédulité, d'éclairage au gaz, d'abus purs et simples et du contournement spirituel le plus insensé.

Mais surtout, j'ai reçu un tel amour et compassion, compréhension et validation. Tant de cadeaux inattendus. Autant de mots d'inspiration, d'amis qui m'ont soutenu, de soutiens inattendus qui ont surgi, de liens qui se sont renforcés, de relations qui se sont guéries.

(Oui, la guérison est possible, même quand on est malade !).

 

Mais je ne mentirai pas.

C'est sûr que c'est traumatisant.

Être dans un corps et un cerveau battus par des bactéries gênantes.

C'est terrifiant par moments.

Rien de tel que j'aie jamais connu.

 

Parfois je pleure pour ce que j'ai perdu.

Parfois, je rage jusqu'au ciel, aspirant à la vie - et aux capacités - que j'avais.

Pourquoi moi? Pourquoi maintenant? Pourquoi ça?

J'ai été une bonne personne, je pense, j'espère. Pourquoi cette terrible souffrance ?

Pourquoi cette maladie, de toutes les maladies ?

Et pourquoi maintenant, dans la fleur de l'âge ?

Quand j'étais si heureux et en bonne santé ?

Pourquoi cette maladie, et pourquoi maintenant, et... qu'est-ce que c'est que ce bordel ?!?

 

Cela n'a aucun sens.

Ce n'est peut-être pas prévu.

 

Je sais, je ne suis pas le seul à souffrir, à poser ces questions, à faire rage jusqu'aux cieux, assis dans les décombres d'une vieille vie.

Des millions de personnes souffrent autant que moi sur cette planète. Beaucoup plus que moi.

Ils sont tous mes parents.

Ils peuvent tous s'asseoir avec moi à cette table.

 

Non, je ne « me vautre » pas dans ma douleur.

Je ne joue pas à la "victime".

Je ne demande pas « de l'attention » lorsque je demande de l'aide.

Je ne suis pas « suridentifié » avec le corps-esprit quand je pleure dessus.

Je suis humain et être humain est divin et je le sais plus clairement que je ne connais mon propre souffle et je mourrai pour cette vérité.

 

Oui, je mourrai pour ces vérités :

Il n'y a pas de honte à être brisé, et la brisure n'est pas honteuse.

Et il n'y a pas de honte dans notre honte.

Et notre vulnérabilité est aussi puissante que notre pouvoir.

Et notre féminité est égale à notre masculinité et peut-être plus grande que cela car nous sortons tous de la douceur.

Et la souffrance n'est pas une punition.

La tristesse n'est pas une crise de colère.

La colère n'est pas antispirituelle.

La peur n'est rien de moins qu'un enfant bien-aimé de l'univers.

Et nous ne sommes pas faibles lorsque nous demandons de l'aide.

Et nous faisons toujours de notre mieux.

 

Je suis un être humain, qui a eu une main difficile, pour des raisons inconnues, et c'est tout.

 

Certaines personnes disent que cette « épreuve » me rendra plus fort.

Certains disent que je monte.

Certains disent que je vais percer dans une nouvelle dimension.

Certains disent que si je peux m'abandonner complètement au processus, tout guérira.

 

Putain. Je ne sais pas.

C'est la maladie de Lyme.

C'est un mystère en soi.

D'une petite piqûre de tique infectée, la dévastation totale d'une vie.

Le corps essayant de survivre, faisant tout ce qu'il peut pour que je continue maintenant.

Le cœur a du mal à pomper le sang jusqu'au cerveau.

Les systèmes immunitaire et nerveux sous assaut constant.

L'épuisement, le brouillard cérébral, les tremblements, la perte de mémoire, l'essoufflement.

 

Et me voici, témoin de tout, essayant de tout traiter, au milieu de tout, ressentant tout, essayant de donner un sens à quelque chose qui n'a pas de sens, essayant de m'ancrer aux lueurs de la lumière dans la nuit et le brouillard.

Essayer de rester en vie, essayer de tenir bon, essayer de trouver de la beauté dans la douleur.

 

Le désir de vivre, le désir de mourir.

La volonté de survivre et l'épuisement qui veut dormir pour toujours et être libéré de la souffrance.

 

Me voici, au milieu de la vie.

 

Ai-je des enseignements spirituels intelligents aujourd'hui ?

Une poésie évocatrice pour apporter de l'espoir au monde ?

Des mots canalisés et éclairés sur la félicité et la joie et la pure Conscience qui ne souffre jamais ?

Quelque chose d'élégant ou de positif du tout ?

 

Pas aujourd'hui.

Non, pas aujourd'hui.

 

Aujourd'hui, je souffre.

Aujourd'hui, je demande grâce.

 

Aujourd'hui, j'envisage la fin.

 

F ** k it.

Laissez-moi être brut et authentique avec le monde entier maintenant.

Il n'y a rien à perdre, il n'y en a jamais eu.

 

Si vous luttez, ami, si vous souffrez, si vous vous sentez brisé aujourd'hui et aspirez à un soulagement.

Vous n'êtes pas un échec, pas sans valeur.

Ne pas jouer la victime.

Pas « non évolué » ou « non éclairé » (vous êtes la lumière, et c'est tout).

Pas trop identifié à votre souffrance.

 

Vous ne l'avez pas manifesté.

La loi de l'attraction ne vous punirait jamais.

Vous n'avez pas péché.

 

Tu es aussi belle que jamais.

Peut-être encore plus dans votre transparence, votre authenticité, avec votre cœur douloureux et désordonné en plein écran, et votre désir m'est cher, mon ami, et je souhaite passer plus de temps avec vous.

 

Et donc. Et donc.

Je suis ici.

Nous voilà.

 

Veux-tu t'asseoir avec moi un moment et me tenir la main ?

Voulez-vous me rappeler de continuer à respirer, de tenir bon, de vous rappeler qu'il existe un traitement, que la guérison est possible, et que de nombreuses personnes entrent en rémission, et que je n'ai qu'à vivre un instant de cela de toute façon ?

 

Me rappelleras-tu mes propres enseignements ?

 

Garderas-tu espoir quand j'oublierai l'espoir ?

 

Voulez-vous me conduire à un rendez-vous chez le médecin? Me faire à manger quand je suis trop faible pour sortir du lit ? Avoir de la patience quand je n'arrive pas à prononcer les mots justes ? Être un avocat pour moi? Combattez pour moi, comme je me suis battu pour vous ? Briser les portes pour moi, quand je suis tellement confus que je ne peux pas parler pour moi-même, ou même savoir quelle porte ouvrir ?

 

Allez-vous mettre vos propres opinions de côté, déposer le terrible fardeau du dogme et écouter ?

 

Comprenez-vous mon expérience sans projeter la vôtre ?

 

M'aimeras-tu comme je t'ai aimé, mon ami ?

 

Me rencontrerez-vous ici, dans la dévastation du vieux monde ?

 

 

- Jeff Foster

 

Repost0
19 septembre 2021 7 19 /09 /septembre /2021 13:01

 

Lorsque nous observons à travers le temps l’émergence, l’apogée et la chute d’une dictature, nous sommes souvent amenés à nous poser ce type de questionnements :

- mais pourquoi le peuple ne s’est-il pas levé immédiatement ?

- mais pourquoi les personnalités (politiques, publics, scientifiques, chroniqueurs, reporters de presse etc) ne se sont pas exprimées dès le départ ou durant la dictature ?

- mais pourquoi et comment certains ont ensuite activement et consciemment collaboré à une dictature ?

 

- Concernant le peuple, nous l’avons précédemment vu à travers plusieurs traitements de fond. Il s’agit ici d’un peuple aveugle. Un peuple aveugle ne se lève pas aussi aisément face à une dictature car il est dans sa nature psychique et dans sa grande majorité d’être, une fois adulte, toujours comme un enfant sous hypnose parentale (état = parents et un parent ne peut pas être malveillant envers moi).

 

Cet état hypnotique a ensuite toujours été entretenu et maintenu par une dictature en rabaissant le peuple aveugle à des besoins oraux minimaux (manger, boire, se divertir, voyager etc). Il y a donc ici plus d’intérêts pour un peuple aveugle à maintenir ses besoins oraux que de renverser une dictature.

 

- Concernant les personnalités, il est très utile de se rappeler que dès qu’un humain commençait à gravir les échelons de la popularité dans une dictature, donc qu’il générait de l’influence sur le peuple de part ses opinions, il était systématiquement surveillé ainsi que ses proches. Si son influence devenait trop importante il était important de le compromettre dans un scandale (souvent sexuel ou pedo-sexuel) afin de le tenir par la menace sur le long terme (les menaces pouvaient aussi peser sur sa famille). Les personnalités quant à elles trop récalcitrantes étaient tout simplement emprisonnées, voir exécutées (sous couvert de suicide, accidents malencontreux ou maladie fulgurante) ou, à nouveau sous la menace, elles pouvaient aussi être forcées de déposer de faux témoignages voir de retourner leur veste afin de sauver leur vie.

 

- Certaines personnes ont activement et consciemment collaboré à une dictature tout simplement car elles étaient aussi dès le départ (ou progressivement) menacées de mort (voir pire) pour elles-mêmes ou les leurs, et qu’elles avaient beaucoup à y perdre si elles refusaient de collaborer. Il est évident que certains participèrent aussi activement et consciemment à une dictature à cause de problématiques psychiques (infériorité, castration infantile etc). Une dictature est pour ce type de personnalités débiles une aubaine pour enfin se venger de ce qu’ils ont subi enfant.

 

Soyons donc humbles lorsque nous observons une dictature avant de s’offusquer que rien ne se passe pour la renverser. Pour revenir au réel, se dire que beaucoup de personnalités sont sous la menace, une menace terrifiante qui en ferait fléchir plus d’un. Que beaucoup sont menacés, surveillés voir exécutés dans un silence glaçant. Que beaucoup profitent d’une dictature pour se venger des maltraitances qu’ils ont subit enfant et qu’ils n’ont aucun intérêt que ce système pervers, dont ils sont les plus zélés participants, s’écroule. Le temps peut alors paraître immensément long pour le petit peuple, celui qui voit.

 

Ce petit peuple souvent garde espoir en voyant ou soutenant certaines personnalités n’ayant absolument plus rien à perdre, qui elles joueront leur vie et se jetteront dans la fosse aux lions afin de tenter de renverser un système pervers.

 

Bienheureusement une dictature finit toujours à la longue par s’écrouler, victime de son narcissisme mégalomaniaque hors sol, donc invivable. Alors, une fois la menace passée, chacun pourra mesurer quel aura été durant cet interlude le prix de son courage et comprendre pourquoi certains ne purent rien dire, n’y rien faire, ou un peu dire et un peu faire, voir beaucoup dire et beaucoup faire, voir aussi beaucoup dire et peu faire, beaucoup faire et peu dire…

 

Dans un humain tout dépend au final de ce qu’il a peur de perdre quand la menace s’en vient sur lui. C'est sur cela qu'il faudra s’interroger, car c'est peut-être bien ici que couvent les racines de toutes les dictatures en devenir.

 

 

Stéphane Pêtre

 

 

Repost0
28 août 2021 6 28 /08 /août /2021 16:55
Lisa Murphy ~ Waiting for Sunshine

Lisa Murphy ~ Waiting for Sunshine

 
 
Nous avons choisi, semble-t-il, depuis Adam, de manger le fruit de l’arbre de la Connaissance, mais, sur cette voie, il n’est pas de demi-mesures ni de repentirs, car si nous restons prostrés, le nez dans la poussière, sous l’effet d’une fausse humilité, les titans ou les djinns qui sont parmi nous, sauront fort bien s’emparer du Pouvoir dont nous n’avons pas voulu, et d’ailleurs c’est ce qu’ils font, et ils écraseront le dieu qui est en nous.
 
 
Il s’agit de savoir si, oui ou non, nous voulons laisser cette terre entre les mains de l’Ombre pour nous évader, une fois de plus, dans nos divers paradis, ou si nous voulons prendre le Pouvoir – et d’abord le trouver – pour refaire cette terre à une image plus divine et, selon la parole des Rishis, « que la terre et le ciel soient égaux et un seul
 
 
Mère
 
 
AGENDA
tome 2, IRE Paris 1974, p.394
(Extrait du passage de «Sri Aurobindo et la Transformation du Monde» .Ce manuscrit, jamais publié, est la première ébauche de «L’Aventure de la Conscience»)
 
 
Repost0
25 août 2021 3 25 /08 /août /2021 20:43

 

 

Conférence de Louis Fouché - Le 11 Août 2021 à 19h00 -

 

 

""Aux Ateliers de la Côte, co-animé par la journaliste Isabelle Alexandrine Bourgeois et l'ingénieur et arboriculteur Matthias Faeh.

 

 

Quelle soirée! Inoubliable, vraie, intense, bouleversante! Personne n'en est ressorti sans un supplément d'âme que seul l'extraordinaire Louis Fouché sait insuffler à son entourage, ses lecteurs et auditeurs. Tout n'était que bienveillance et simplicité dans la salle des Ateliers de la Côtes. Homme de paroles, au propre comme au figuré, Louis Fouché est l'un des êtres les plus inspirants révélé autour de la crise actuelle.

 

Voici une conférence offerte par le médecin humaniste Louis Fouché sur "la joie au temps du Corona", le thème au coeur de la vie de la journaliste nomade Isabelle Alexandrine Bourgeois. Cet anesthésiste et réanimateur français, ambassadeur de l’affirmation de l'éthique en soi, de la protection du vivant par la non-violence et par la solidarité, ce réanimateur des réseaux humains par le bon sens et la sagesse, cet amoureux du collectif intelligent, pourrait lui aussi recevoir, et sans rougir, un Prix Nobel pour la Paix.

 

Le Dr. Louis Fouché est, à sa manière, la plus belle incarnation de cet "homme nouveau" qui naît aujourd'hui sur notre planète. Il est aussi encadré par Matthias Faeh, agriculteur, arboriculteur et ingénieur qui s'engage depuis des années par un retour de la conscience dans le monde agricole et au-delà. ""

 

 

 

 

 

Repost0
24 août 2021 2 24 /08 /août /2021 18:36
Le courage au féminin - Valérie Bugault

 

 

Je vous invite à écouter la plupart des interventions de Valérie Bugault, et son immense connaissance des systèmes financiers et du droit. Tout ce qu'elle explique nous permet de comprendre dans quelle situation nous sommes, et comment une poignée d'individus a littéralement pillé la planète... et ses habitants.

Voici une figure de référence qui offre sa lumière, sa douceur, son féminin à notre époque qui en a bien besoin.

Gratitude pour ces talents incarnés.

 

 

 

 

 

 

 

CRÉATION d’une COMMUNAUTÉ

 

L’objectif est de créer une équipe faite de compétences, de connaissances et de bonne volonté qui s’agrègent et se complètent afin de donner naissance à une plateforme collaborative de réflexion et de travail autour de Valérie Bugault pour la réappropriation du Droit par le peuple.

Pour le moment, cette plateforme se matérialise par l’intermédiaire de ce site, qui permet de vous faire connaitre à travers la page CONTACT, afin de participer à cette démarche.

Si vous voulez participer, sur le fond, au travail de rénovation du droit, vous devez être diplômés ou praticiens du droit (voir la page REVOLUDROIT) mais pas que. Selon les thèmes, des reflexions devront être menées avec des :

  • Scientifiques
  • Sociologue
  • Économistes
  • Historiens
  • Médecins

Si vous voulez participer à l’organisation ou à l’administration du site, il suffit simplement d’en avoir envie. Toutes les compétences et bonnes volontés sont appréciées tant il y a à faire :

  • Web
  • Vidéo
  • Motion design
  • Spécialiste réseau sociaux
  • Administratif
  • Comptabilité

Manifestez-vous par la page CONTACT en précisant quelle compétence, astuce, idée ou autres … vous souhaitez apporter.

Une liste précise des aides qui sont prioritairement nécessaires sera très prochainement publiée.

 

 

Le courage au féminin - Valérie Bugault
Le courage au féminin - Valérie Bugault
Le courage au féminin - Valérie Bugault
Repost0
7 août 2021 6 07 /08 /août /2021 17:34
Laurent Mucchielli - Analyse et censure

Le sociologue Laurent Mucchielli est interviewé à propos des effets secondaires des injections, dont il avait parlé sur son blog dans Médiapart. (1)

Son article a par ailleurs été retiré par Médiapart, et le post qui en parle est lui-même criant de "manipulation" dans le style d'écriture.

Déjà l'introduction avec "propagateur de fake news" : les termes déclarent coupable le sociologue, alors que l'on sait que le sujet est complexe et que toute analyse implique de nombreuses données, leur interprétation et une réflexion intelligente et non partisane. Ici, ce sociologue est d'un coup réduit à un vulgaire lanceur d'alerte qui divulguerait des fake news, au lieu de prendre en compte, justement, sa compétence et son statut, même s'il faut bien l'admettre qu'un statut ne fait pas tout.

- scandaleusement manipulateur

- manipule des données statistiques de façon flagrante

- entre autres fausses informations

- met en avant son statut

- il "salit" l'image....

- etc...

Médiapart préfère donner une vitrine à "un abonné" et valide sa parole , mais censure un article d'un sociologue qui s'appuie sur son travail depuis des années... Logique...

 

https://blogs.mediapart.fr/yamustafa/blog/050821/propagateur-de-fake-news-laurent-mucchielli-desavoue-par-mediapart-et-le-cnrs

 

 

Mais Mucchielli contre-attaque et crée l'association Enseignement, Recherche et Libertés, où la parole et la réflexion pourront se côtoyer sans censure

 

 

 

 

Je reposte ici l'interview qui avait été publié par France Soir suite à cet article dans Mediapart :

 

 

Le sociologue lance une alerte à tous : nous avons à faire face à une mortalité inédite et nous devons faire un moratoire sur cette vaccination.

Nouveau debriefing avec le sociologue et directeur de recherche au CNRS Laurent Mucchielli, pour un article important qu’il vient juste de publier sur son blog au sujet de la vaccination Covid. « Une mortalité inédite » titre-t-il.


(1) Avec ses co-auteurs, Hélène BANOUN (pharmacien biologiste, PhD, ancienne chargée de recherches à l’INSERM), Emmanuelle DARLES (maîtresse de conférences en informatique à Aix-Marseille Université), Vincent PAVAN (maître de conférences en mathématique à Aix-Marseille Université) et Amine UMLIL (pharmacien des hôpitaux, praticien hospitalier, unité de pharmacovigilance du Centre hospitalier de Cholet), ils mettent l’analyse de la vaccination à l’épreuve des faits.

 
 

Nous avions eu l’occasion de l’interroger sur le rôle des journalistes dans la crise, il revient aujourd’hui pour nous parler de ce sujet bien plus important, puisque les annonces du 12 juillet dernier du président de la Répiblique au sujet de la vaccination obligatoire des soignants et du passe vaccinal ont entraîné une division des Français en deux groupes. Sociologiquement, médicalement et juridiquement cela a des conséquences dramatiques

Repost0
26 juillet 2021 1 26 /07 /juillet /2021 22:41
Empreintes

 

 

Nous sommes génétiquement chacun unique.

 

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi une certaine science cherchait à modifier notre génome?

 

Je suis unique.

Tu es unique.

Nous sommes uniques.

 

 

 

 

 

Repost0
24 juillet 2021 6 24 /07 /juillet /2021 22:01
Jeanie Tomanekpainting

Jeanie Tomanekpainting

 

 

"Ils cherchent à nous enterrer

Ils ne savent pas que nous sommes des graines."

 

 

 

 

Repost0
21 juillet 2021 3 21 /07 /juillet /2021 16:26

 

 
 
Et nous, jusqu'à quand cautionnons-nous tous ceux qui participent à tout ça?
Je sais... ce n'est pas facile, surtout en ville où pour manger il faut aller dans des magasins... mais... il y a tellement d'implications derrière tout cela.
Je vous en parle à partir d'une petite anecdote.
 
 
 
La Vie Claire, pas claire du tout vient de perdre une cliente. Ils s'en fichent bien sûr très certainement, mais ça fait 1 an 1/2 que les petits jeunes qui font office de vendeurs traquent systématiquement les masques à 1/2 cm sous le nez.
C'est quasiment le seul magasin dans tout le 15ème arrondissement où j'ai eu cette expérience systématique.
Il y a d'abord eu un petit jeune alors que j'étais dans le fin fond du magasin, évidemment seule, et qui avant même de me dire bonjour, me demande de relever mon masque. Ce sont les règles, on n'a pas le choix me dit-il. Je réponds que si, nous avons le choix. Puis une vendeuse vient à ma rencontre, personne à moins de 5 mètres à la ronde autour de moi, pour me dire de positionner correctement le masque.
Quand j'ai dit à la vendeuse qu'ils étaient le pire magasin du quartier, elle m'a dit pourquoi vous venez ici alors, il y a d'autres magasins faites vos courses ailleurs...
J'ai laissé mes courses et suis partie.
Définitivement.
 
Nous étions au maximum 3 clients dans cet immense magasin. Pas 5, ni 10, mais 3.
Il faut arrêter le délire à un moment... Au début du confinement et de l'épidémie, on y rentrait tous sans masque, sans plexiglas à la caisse,  ...
 
Et j'ai fait un message sur le site. Extrait...
 
"Vous vous appelez "la vie claire" je vous croyais avec une autre éthique que de participer si activement à ce grand désastre. Je suppose que vous ferez aussi partie des premiers à demander le pass, ou le vax? Mais peut-être que vous vous tirez aussi une balle dans le pied? Si ceux qui ont créé ces magasins pour une vie "plus claire", se soumettent et adhèrent si activement aux mesures actuelles, nous ne sommes pas prêts de nous en sortir. H-C. Geffroy doit se retourner dans sa tombe."
 
Certes, je ne suis pas sûre que les investisseurs de la vie claire se souviennent encore de qui est H.-C. Geffroy...

Oui, bien sûr, j'entends déjà les voix qui s'élèvent. Mais c'est la loi, la règle, "c'est pour protéger les autres". A l'heure actuelle, aucune preuve scientifique de cela. Plusieurs scientifiques n'arrêtent pas de le répéter.
 
Oui, mais alors pourquoi d'autres disent le contraire ?  Certains ont des conflits d'intérêts, d'autres, tout scientifiques qu'ils sont n'en sont pas moins des humains, et ce à quoi nous sommes le plus soumis en ce moment, ce sont nos peurs, nos biais cognitifs et nos croyances limitantes. C'est pas les diplômes qui nous protègent de ça. Seulement la conscience.
 
De plus, peut-on encore perdre du temps à argumenter sur les mesures "sanitaires", lorsque l'on voit ce qui se profile au niveau de notre "république" ?
 
Pendant que nous perdons notre temps à cela, la machine prête à nous broyer avance de tout son poids à une vitesse vertigineuse, et les lois pleuvent comme des hallebardes de partout, le cerveau ne sait plus où donner du neurone, d'ailleurs le mien est au bord du burn-out à force d'éplucher le net pour trier tout ce qui se dit et s'écrit et en retirer un minimum de discernement. 
 
Chaque jour nous allons être malmenés et amenés à faire des choix en cohérence avec soi.
 
Je ne suis pas sûre que la tiédeur va être de mise, et je ne suis pas sûre non plus que cela va être confortable. Que ce soit les individus comme les structures, magasins, restaurants, hôpitaux (1), il va bien falloir choisir, résister, si nous ne voulons pas être engloutis dans ce qui se profile, une société sans choix, sans pensée dissidente, sans rêve, déshumanisée grâce au numérique qui pourra exploiter nos données administratives et génétiques (oui, oui, génétiques, ah tiens, c'est bizarre, on parle beaucoup génétique en ce moment...), pour notre bien cela va de soi, et c'est le sénat qui le dit (2), pas des complotistes irresponsables comme moi qui propagent des fake news) (3) .
 
Car si vous lisez toutes les bonnes idées lancées par le sénat à propos du numérique qui permettrait de nous sauver d'un tas de dangers (y compris la chute de débris spatiaux, si, si), vous comprendrez que nous allons chacun devenir le maillon de cette merveilleuse chaine numérique, comme ces petits soldats-vendeurs à la Vie Claire ou ailleurs, qui appliquent avec zèle les mesures et qui non contents de les appliquer en rajoutent avec leurs commentaires de culpabilisation et de honte, comme les bons citoyens en Chine qui jugent leurs compatriotes qui n'ont pas un crédit social élevé et ne les fréquentent pas car, forcément, ce ne sont pas de bonnes personnes. (voir le documentaire de Arte, 7 milliards, tous surveillés, où l'on nous montre tout ça, y compris l'inventeur du crédit social qui explique que Macron devrait le lui acheter pour se débarrasser des gilets jaunes...).  
 
Bref, revenons à nos moutons, au petit troupeau d'humains que nous sommes, guidés par le numérique, la politique sanitaire, et des injections qui vont nous rendre dépendants à vie de la médecine étatique, des masques, des mesures, des contrôles et j'en passe.
 
Le cheval de Troie est entré dans nos villes. Harnaché d'or, comme dans la légende, il a séduit ceux qui s'arrêtent à ce qu'on leur montre, éblouis par les promesses. Ils ne peuvent deviner ce que cachent les cadeaux empoisonnés.
 
Mais nous avons encore la possibilité de Voir, de mettre de la conscience sur tout ce qui s'avance vers nous, d'en mesurer toutes les implications et les conséquences.
 
Nous sommes dans une lessiveuse gigantesque, où un grand nettoyage a commencé.
 
Notre voyage commence par le regard conscient.
 
 
MT
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

(1) Accès restreint de l'hôpital aux non vaccinés, là on touche quand même le fond...

 

 
 

 

 

 

(2) Je vous invite vraiment à parcourir cet article du sénat, assez édifiant, on l'on peut lire ... (accrochez vous, je vous rappelle le titre : Crises sanitaires et outils numériques : répondre avec efficacité pour retrouver nos libertés )

 

- Le Safety Check de Facebook, par exemple, est utilisé dans l'ensemble de ces cas. Toutes ces situations peuvent nécessiter d'identifier rapidement des personnes, d'évaluer leur état de santé ou les risques qu'ils encourent, et de les localiser précisément pour leur porter assistance

- Par exemple, dans le cas d'une épidémie qui se répand rapidement ou dont la mortalité est très élevée, des équipes médiales pourraient ainsi se rendre immédiatement au domicile des personnes vulnérables (où dans tout lieu où elles se trouvent), pour les vacciner, les soigner ou encore les mettre en sécurité.

- en exploitant des données génétiques, il pourrait être possible d'identifier immédiatement les personnes réceptives à un variant très rare d'un virus, ou à un vaccin ou traitement particulier, et de mobiliser ainsi les ressources médicales de façon beaucoup plus efficiente.

- en exploitant les données des objets connectés, qui pourraient elles aussi être accessibles depuis l'espace numérique de santé, il pourrait être possible d'intervenir en amont de l'apparition ou de la dégradation des symptômes : données d'ECG, de balances connectées, de thermomètres connectés, de caméras thermiques détectant les symptômes fiévreux, etc. ;

- Mais la contrainte change de nature dès lors qu'elle s'exerce par un contrôle, le cas échéant assorti de sanctions. Et c'est précisément là que le numérique pourrait être le plus « efficace ».

Précisons qu'il existe des formes de contrôle ou de contrainte plus implicites, mais non moins efficaces : un portique d'entrée dans le métro qui se mettrait à sonner très fort au passage d'une personne contagieuse ou censée être confinée serait dans la plupart des cas suffisamment dissuasif pour qu'il ne soit même pas nécessaire de transmettre cette information aux autorités chargées de contrôler le respect des règles. Début 2021, la presse a rapporté le cas d'un boîtier connecté, porté autour du cou, qui sonnerait (avec un son de 85 décibels) en cas de non-respect des règles de distanciation par les salariés d'une entreprise37(*). L'initiative a été dénoncée comme anxiogène et inacceptable. Techniquement, toutefois, nul besoin d'un boitier autour du cou : un smartphone peut faire la même chose avec son Bluetooth, et un son de 100 décibels.

- etc. etc. ... le tout faisant d'ailleurs référence au "crédit social" chinois et expliquant que certains citoyens prenaient en charge eux-mêmes la police sanitaire de leur immeuble.

 

 

 

 

(3) aujourd'hui, Fbouc me prévient que mes publications apparaîtront trèèèès loin dans le fil d'actualité pour avoir publié de fausses informations.

J'avais publié la vidéo d'une avocate, qui énumérait tout un tas de mesures en les comparant au droit existant et en les dénonçant comme illégales.

Les articles concernant cette vidéo affirment que ses arguments seraient dénuées de fondements juridiques... en même temps, lorsque l'on voit la complexité du droit et les différents points de vue qui peuvent l'appliquer, comment des fakechecker peuvent-ils affirmer que c'est de la fausse affirmation?

Virginie de Araujo-Recchia est avocate au barreau de Paris. Elle vient de rendre public un rapport intitulé « Dictature 2020 » accusant le pouvoir de « terrorisme d’État, atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation et crime contre l’humanité ». Ce document entend constituer la base d’une poursuite pénale contre les membres du gouvernement." https://www.kernews.com/.../12/RAPPORT-DICTATURE-2020.pdf
Donc on comprend peut-être mieux pourquoi on taxe la publication de fakenews sur FB et dans les médias...

 

Toujours est-il que Fbouc m'a envoyé un avertissement, qui n'est pas le premier, et qui menace, au mieux, de vous rendre "transparente" sur le réseau social....

Au cas où vous penseriez que l'IA au service du contrôle mental n'est qu'un dou-leur, ou une science-fiction, nous l'expérimentons déjà chaque jour.
 
Veuillez penser correctement s'il vous plait, nous avons l'AFP factuel pour vous rééduquer... avant les camps peut-être 🤔 je suppose qu'on doit s'estimer heureux 🥳🥳🥳
 

 

Repost0
18 juillet 2021 7 18 /07 /juillet /2021 00:21

On est des millions à avoir voté Macron, pas parce qu'on l'aimait, mais parce qu'il promettait de fabriquer, avec nous, une société un peu humaine. En tout cas plus humaine que le fascisme qui nous menaçait. 

 

Et voilà qu'en quelques petites années au pouvoir, il se croit "Dieu le papa" et nous infantilise, nous divise, frappe les faibles, frappe les forts. Jour après jour, il creuse le lit d'un fascisme débutant au prétexte de nous protéger les uns les autres et les uns des autres. La nuit, pendant qu'on dort, le gouvernement fait passer des lois qui nous retire l'oxygène de nos pensées, de nos libertés.

Voilà maintenant qu'il est interdit de filmer les policiers qui agissent en bêtes, en meute. 

 

La violence a maintenant une solide coéquipière : l'impunité, le droit d'enfreindre le droit. 

 

Messieurs du gouvernement, qui voudriez empêcher la vérité de circuler, ce ne sont pas les messagers des mauvaises nouvelles qui font les mauvaises nouvelles, c'est vous, dans l'exercice du pouvoir. 

 

Débrouillez-vous pour qu'il n'y ait plus d'horreurs à filmer. Les journalistes seraient heureux de filmer l'humanité. Nos yeux sont faits pour voir. On n'est pas vos enfants. Le monde n'est pas à vous, vous le servez. On veut savoir ce que vous lui faites. Nous avons besoin de vérité autant que de manger. 

 

La vérité du monde, c'est dur, mais le mensonge ou le déni sont toujours pires

 

On veut être conscient pour être humain, pour rester reliés les uns aux autres. Alexandre Benalla, s'il n'y avait pas eu de caméras pour filmer sa sauvagerie sous un casque de policier, il serait peut-être toujours là à déchaîner périodiquement sa violence sur les gens. 

 

L'homme qui meurt étouffé sous le genou du policier s'il n'y avait pas eu d'image, ce serait juste un méchant homme qui meurt dans le caniveau. 

 

Avec les images, on a vu des policiers torturer tranquillement un innocent et torturer l'humanité entière à travers cet homme seul. Car oui, nous sommes reliés. 

 

Les policiers qui tabassent les exilés, les gens désespérés, les journalistes, agissent sous les ordres d'un ministre de l'Intérieur qui n'a plus aucune maîtrise de son intérieur, entièrement consumé par la folie du pouvoir. Et au-dessus de lui, dans le noir, Macron, le si jeune Macron, si séducteur il y a deux ans, lui confie ses instincts les plus bas et se dit "ce n'est pas moi, c'est lui".

 

Mais quelle merde le pouvoir, quel gâchis ! Ça pourrait être si beau de faire un monde.

 

 

 

 

 

Repost0
17 juillet 2021 6 17 /07 /juillet /2021 00:53

 

 

PROTOCOLE DE LIBÉRATION EN LIEN AVEC LE COVID, LE VACCIN ET AU-DELÀ...

Lire le texte à voix haute.

S’étendre quelques minutes afin de laisser le Verbe travailler.

Le processus peut être répété à plusieurs reprises et à chaque fois que vous en ressentirez le besoin.

 

« « Je transmute et évacue de tous mes champs énergétiques, toute information portée par le Covid 19, par tous ses ascendants, descendants, variants futurs, la protéine Spike, et tous les constituants physiques toxiques, artificiels ou subtils intégrés dans toutes les sortes de vaccins reçus et leurs effets sur tous les plans. Dans mon corps physique, mes corps subtils, mon ADN, je libère, coupe, dissous, déprogramme et désactive par défaut toute résonnance sur tous les plans, subtils et physiques, liée à un envoutement intentionnel de quelque forme et nature que ce soit, en lien avec toutes les charges occultes que portent ou porteront le Covid19, la protéine Spike et les constituants des vaccins, avec toute particule physique ou subtile connue ou inconnue de ma part, propagée ou encodée artificiellement par l’homme, par une machine, des rituels occultes et leur effets à distance, sans limite dans le temps, dans la forme ou la non forme, dans tous les éléments, eau, air, terre, feu, dans tous les éthers, avec tout lien qui les relie à toute force, énergie, égrégore dirigés de toute nature, connus ou inconnus de ma part, avec tout champ de psyché toxique programmé, relié, connu ou inconnu de ma part, tout lien avec toute entité humaine ou non humaine, machine ou intelligence artificielle ou non, auxquelles ils sont reliés, implants subtils de toute forme, de toute nature, de toute mémoire et charge informationnelle subtiles contraires à mon intégrité physique, psychique, énergétique, dont ils sont informés, qui les accompagnent, les composent, ou les composeront dans la forme ou la non-forme. Je déprogramme, je coupe et me libère de tout égrégore, de toute programmation toxique engrammée, de toute information mensongère ambiante, subliminale ou pas, de tout envoutement médiatique orienté, diffusé par toute forme de médias ou technologies connues ou inconnues de ma part. Je coupe, dégage, renvoie, me libère et désactive en moi toute résonance avec toute âme et parcelle d’âme, tout champ d’énergie, de psyché externe en souffrance venant s’agglutiner, cerner, infiltrer mes corps subtils et mes champs de psyché personnels. Que la totalité de ces champs toxiques retournent à leurs propriétaires respectifs et réintègrent leur propre corps biologique et subtil. J’ordonne à tous mes champs d’intelligence, d’énergie, de psyché personnels, à mon corps, à toutes mes cellules, à toutes mes particules et atomes, à tous mes microzymas de neutraliser et désactiver toutes les séquences d’activation, génération, transmission, contamination, inflammation, propagation, informations et effets de ce virus, de la protéine Spike et des vaccins dans mon corps physique, dans tous mes corps subtils, dans tous les temps, présent et futur à venir et ce, sur toutes les lignes de temps et dimensions où j’existe en parallèle, incluant celle-ci. Maintenant, tous mes champs de psyché, émettent, informent, libèrent, tout mon environnement physique et subtil par l’information que je porte et j’accueille pleinement l’influence et le soutien de tous les règnes qui m’aident à retrouver la pleine santé. Je fais Un avec la Source Pure Originelle et j’installe ma propre conscience dans toutes les cellules de mon corps et le libère de toute information qui n’appartient pas à la Source Pure Originelle. Je retrouve tout mon alignement, toute mon intégrité énergétique, subtile, psychique, physique et informationnelle et toute ma reliance à la Source Pure Originelle. Je scelle, et j’informe jusqu’au plus profond de mes atomes et de ma matière subatomique toutes ces informations, ma volonté, mon rayonnement retrouvé, et ce, dans toutes les dimensions, univers, dans tous les temps, passé, présent, futur à venir, ici et maintenant, et cela EST. » »

 Frédéric Peretz : frederic@eveilspirituel.net

https://www.lecielentoi.fr

 

PROTOCOLE DE LIBÉRATION EN LIEN AVEC LE COVID, LE VACCIN ET AU-DELÀ...

 

Lire le texte à voix haute.

 

S’étendre quelques minutes afin de laisser le Verbe travailler. Le processus peut être répété à plusieurs reprises et à chaque fois que vous en ressentirez le besoin.

 

Je transmute et évacue de tous mes champs énergétiques, toute information portée par le Covid 19, par tous ses ascendants, descendants, variants futurs, la protéine Spike, et tous les constituants physiques toxiques, artificiels ou subtils intégrés dans toutes les sortes de vaccins reçus et leurs effets sur tous les plans.

 

Dans mon corps physique, mes corps subtils, mon ADN, je libère, coupe, dissous, déprogramme et désactive par défaut toute résonnance sur tous les plans, subtils et physiques, liée à un envoutement intentionnel de quelque forme et nature que ce soit, en lien avec toutes les charges occultes que portent ou porteront le Covid19, la protéine Spike et les constituants des vaccins, avec toute particule physique ou subtile connue ou inconnue de ma part, propagée ou encodée artificiellement par l’homme, par une machine, des rituels occultes et leur effets à distance, sans limite dans le temps, dans la forme ou la non forme, dans tous les éléments, eau, air, terre, feu, dans tous les éthers, avec tout lien qui les relie à toute force, énergie, égrégore dirigés de toute nature, connus ou inconnus de ma part, avec tout champ de psyché toxique programmé, relié, connu ou inconnu de ma part, tout lien avec toute entité humaine ou non humaine, machine ou intelligence artificielle ou non, auxquelles ils sont reliés, implants subtils de toute forme, de toute nature, de toute mémoire et charge informationnelle subtiles contraires à mon intégrité physique, psychique, énergétique, dont ils sont informés, qui les accompagnent, les composent, ou les composeront dans la forme ou la non-forme.

 

Je déprogramme, je coupe et me libère de tout égrégore, de toute programmation toxique engrammée, de toute information mensongère ambiante, subliminale ou pas, de tout envoutement médiatique orienté, diffusé par toute forme de médias ou technologies connues ou inconnues de ma part.

Je coupe, dégage, renvoie, me libère et désactive en moi toute résonance avec toute âme et parcelle d’âme, tout champ d’énergie, de psyché externe en souffrance venant s’agglutiner, cerner, infiltrer mes corps subtils et mes champs de psyché personnels. Que la totalité de ces champs toxiques retournent à leurs propriétaires respectifs et réintègrent leur propre corps biologique et subtil.

 

J’ordonne à tous mes champs d’intelligence, d’énergie, de psyché personnels, à mon corps, à toutes mes cellules, à toutes mes particules et atomes, à tous mes microzymas de neutraliser et désactiver toutes les séquences d’activation, génération, transmission, contamination, inflammation, propagation, informations et effets de ce virus, de la protéine Spike et des vaccins dans mon corps physique, dans tous mes corps subtils, dans tous les temps, présent et futur à venir et ce, sur toutes les lignes de temps et dimensions où j’existe en parallèle, incluant celle-ci. Maintenant, tous mes champs de psyché, émettent, informent, libèrent, tout mon environnement physique et subtil par l’information que je porte et j’accueille pleinement l’influence et le soutien de tous les règnes qui m’aident à retrouver la pleine santé.

 

Je fais Un avec la Source Pure Originelle et j’installe ma propre conscience dans toutes les cellules de mon corps et le libère de toute information qui n’appartient pas à la Source Pure Originelle. Je retrouve tout mon alignement, toute mon intégrité énergétique, subtile, psychique, physique et informationnelle et toute ma reliance à la Source Pure Originelle. Je scelle, et j’informe jusqu’au plus profond de mes atomes et de ma matière subatomique toutes ces informations, ma volonté, mon rayonnement retrouvé, et ce, dans toutes les dimensions, univers, dans tous les temps, passé, présent, futur à venir, ici et maintenant, et cela EST.

 

 

Frédéric Peretz : frederic@eveilspirituel.net https://www.lecielentoi.fr

 

 

 

A chacun de lire en conscience ce protocole et de sentir s'il résonne avec ses propres mots et aspirations.

Repost0
13 juillet 2021 2 13 /07 /juillet /2021 23:44
Sortir du jeu et quitter la scène perverse - Ema Krusi
 
 
"Si vous ne connaissez pas votre cerveau, ils s’en occuperont pour vous.
3 points à comprendre absolument, quitter la scène de la manipulation perverse, payer le prix de ses choix.
Accéder aux bons outils pour se poser les bonnes questions permet d’agir au lieu de réagir. Si vous ne faites pas partie de la solution, vous faites partie du problème. "
 
 
L'intelligence d'Ema et sa puissance déterminée... parole claire et alignée 🙏
 
 
 
Repost0

Présentation

  • : Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • : Un lieu où pourraient se cotoyer le jour et la nuit, les univers différents de la pensée logique, rationnelle, structurée à partir des informations émanant de toute part, et de la pensée vagabonde, celle qui erre la nuit, mais aussi le jour, dans l'envers des choses, à la recherche de l'impalpable, de la beauté et de la magie. Michèle Théron
  • Contact

  • lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. 
Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...

Auteur - Photographe

Michèle Théron, praticienne de santé naturopathe, femme en chemin, je vous partage sur ce blog des articles, de la poésie, des photos créés par moi, et les citations, articles, vidéos qui nourrissent mon chemin et m'inspirent.

Recherche