Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 octobre 2017 5 06 /10 /octobre /2017 11:09
Le droit de congédier - Ernesto Ortiz

 

Voici une "autorisation" (que l'on devrait normalement être capable de s'octroyer soi-même) et un langage qui devrait retirer toute culpabilité sur nos choix de vie et le fait de devoir mettre des personnes à distance, que ce soit pour sauver notre intégrité ou servir notre évolution.

 

 

Demandez-vous : "Comment est-ce que j'agis? Qu'en est-il des autres personnes impliquées dans la pièces ? Le rôle qu'elles jouent m'aide-t-il dans ma vie, ma croissance et mon évolution spirituelle?"

 

Si la réponse est non, en tant que metteur en scène de la pièce, vous avez le droit de leur dire que vous n'êtes pas satisfait de leur jeu. Vous avez le droit de leur dire qu'elles doivent en changer et si elles refusent ou sont incapables de le faire, vous avez le droit de les congédier. Cette partie peut être difficile compte tenu de l'attachement qu'elles peuvent avoir au rôle qu'elles jouent dans votre vie. En tant que metteur en scène, vous devez faire preuve de fermeté et être clair sur le rôle que chaque individu joue dans votre vie.

 

Ernesto Ortiz, Les mémoires akashiques

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
3 octobre 2017 2 03 /10 /octobre /2017 16:01
Le clitoris - Et tout le monde s'en fout

 

 

Si la définition, l'anatomie, l'utilité du pénis, ont largement été étudiées à travers les âges, on ne peut pas en dire autant du clitoris, qui a été tantôt incontournable (on croyait qu'il participait à la création des bébés, alors comme ça c'est très important... et bien il fallait donc bien le stimuler et en prendre soin) et tantôt complètement oublié, honni, méprisé.

 

L'actualité nous fait souvent bondir quand on lit des cas d'excision pour des femmes d'aujourd'hui, que ce soit par tradition dans leur pays ou en France, même si ce n'est pas autorisé. Ces pratiques sont dénoncées comme barbares, ce qu'elles sont, mais surtout comme si elles appartenaient seulement à une catégorie de peuples ou de civilisations.

 

Mais on a largement oublié, voire même on ne dit jamais qu'il n'y a pas si longtemps, le clitoris était excisé en France et en Europe en réponse à des symptômes comme l'épilepsie, l'hystérie, la catalepsie, l'onanisme. (1)

 

Evidemment, faut-il rappeler que toutes les personnes qui, au fil des siècles, ont eu un avis sur le clitoris étaient des hommes, et que la médecine, qui se croyait scientifique, était emberlificotée dans les projections masculines et dans la vision autorisée ou non-autorisée de ce que doit être une femme, son plaisir et la reproduction.

 

La longue épopée historique de l'étude du clitoris, d'Hippocrate à nos jours, est jalonnée de noms de médecins exclusivement masculins, et bien sûr, il n'existait aucune passerelle pour aller demander l'avis des intéressées...

 

Imaginez la situation parfaitement opposée, où sous prétexte d'une gente féminine à la tête des sciences et du corps médical, le sexe des hommes aurait été décrit, sanctionné, catalogué, médicalisé, castré, uniquement en fonction des frustrations et des représentations inconscientes de ces dames... Il y aurait eu peut-être pas mal de dégâts, mais on se serait vite révolté, car couper le sexe des hommes aurait eu des conséquences sur la fabrication de nos descendants ! D'où peut-être la naissance de la notion du "sexe fort", car indispensable, à la reproduction ?

 

Pas étonnant donc, qu'à force de tant de déni et de mise à l'écart au niveau scientifique, le clitoris finisse par avoir des contours un peu troubles dans l'inconscient, dans la représentation psychique des femmes ou des hommes.

 

Pas étonnant non plus, que bon nombre d'activités étaient mal vues pour les femmes, comme l'équitation, la bicyclette, mon dieu, des fois que ça leur donne du plaisir. Il faut comprendre toutes les conséquences que cela a eu dans l'inconscient collectif sur la façon dont un corps de femme doit se vivre.

 

Bien que déjà parfaitement décrit en 1844 par le Dr Georg Ludwig Kobelt, anatomiste, la réactualisation de son anatomie en 1998, puis sa première échographie en 2008 (voir les travaux d'Odile Buisson), a permis de comprendre que vagin et clitoris sont intimement liés dans les stimulations, et que contrairement à ce que disait Freud, il n'y aurait pas d'un côté "les vaginales" et de l'autre, "les clitoridiennes", mais peut-être seulement des femmes qui sont plus ou moins bien stimulées par leurs partenaires (20 minutes de stimulation sont nécessaires pour que le clitoris soit en érection à son maximum), et qui par leur histoire peuvent plus ou moins facilement s'abandonner au plaisir.

 

« Le clitoris est le seul siège du sens et du spasme génésique chez la femme ». « Il n’existe pas de femme sans besoin, il n’existe pas de femme privée de sens, il n’en existe pas d’impuissante au spasme génésique. Mais, en revanche, il existe un nombre immense d’ignorants, d’égoïstes, de brutaux, qui ne se donnent pas la peine d’étudier l’instrument que Dieu leur a confié » dit Jules Guyot, médecin du Second Empire qui publia "Bréviaire de l'amour expérimental" en 1859.


La question de la représentation sexuelle est une question philosophique, politique et intime car elle interroge sur l'autonomie sexuelle de la femme et sa place dans la société et à côté de l'homme. Bien au-delà de l'anatomie, la sexualité reste un processus psychique dont les contours sont façonnés par l'héritage transgénérationnel et historique.

 

Pour que les choses puissent se concevoir psychiquement, il faut qu'il y ait le langage et la représentation non amputée des choses en question. Si chaque individu est responsable de sa capacité à transformer ses représentations, la société est aussi l'espace où ces représentations doivent changer en réhabilitant les zones que son inconscient a laissé dans l'ombre, par paresse intellectuelle ou scientifique.

 

 

 

MT

 

 

 

 

(1) La littérature médicale permet de recenser une bonne dizaine de médecins français y ayant eu recours. Les techniques employées varient : ligature, cautérisation, coup de bistouri, écraseur, section des nerfs. En France, elles n’ont jamais été banalisées et sont le plus souvent conçues comme la dernière solution après échec de toutes les autres tentatives (surveillance continue, bains froids, appareils de contention nocturnes, etc.)42. À deux reprises, des sociétés savantes en débattent (la Société de chirurgie en 1864 et la Société médico-psychiatrique en 1869). Sans conclure définitivement, les médecins répètent les mises en garde habituelles : la clitoridectomie ne peut être exercée qu’avec l’accord de la patiente ou de ses parents et si tous les autres moyens ont été employés sans succès précédemment. L’histoire médicale des États-Unis est sur ce point très similaire. Sarah Rodriguez y a recensé vingt-quatre publications sur le sujet entre 1867 et 191243. Selon son étude, la clitoridectomie n’est pratiquée qu’en dernier lieu, tandis que la circoncision du prépuce peut être utilisée pour résoudre une insensibilité. En revanche, au Royaume-Uni, le gynécologue Isaac Baker-Brown a mis cette opération en vogue à Londres, avant d’être exclu de la Société obstétricale de Londres en 186744. Cette mutilation cruelle qui compromet grandement l’avenir sexuel des petites filles démontre bien qu’aux yeux des médecins chirurgiens le gland du clitoris est le lieu du plaisir. Nul ne songe à cautériser au nitrate d’argent les parois vaginales. Il est vrai que cela pourrait compromettre le coït.

Sylvie Chaperon "Le trône des plaisirs et des voluptés : anatomie politique du clitoris"

 

 

 

 

 

 

 

Et j'adore le résumé de "Tout le monde s'en fout", qui sait si bien parler avec légèreté de sujets importants ...

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
20 septembre 2017 3 20 /09 /septembre /2017 20:33

 

 

Et voilà ! ... Isabelle Padovani avec tout son sens de l'humour, pour imager l'éveil, sans fuir d'un seul millimètre la réalité ou la matière !  ... 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes Transformation
commenter cet article
12 septembre 2017 2 12 /09 /septembre /2017 19:49
Tu es comme l'arbre

 

 

Tu es comme l’arbre

 

Lorsqu’il a été profondément blessé
Amputé de ses pousses et branches naissantes
Par des mains sans tendresse
Il pleure du plus profond de sa sève

 

Mais tu verras bientôt que tes larmes
Donnent aussi des pépites d’or
Des petits soleils qui éclairent chaque matin.

 

 

 

MT©

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans NUIT Transformation
commenter cet article
10 septembre 2017 7 10 /09 /septembre /2017 19:39
Rose le webzine du féminin sacré - n° septembre

 

 

 

Le n° de septembre vient de paraître, bonne lecture !

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans NIOUZES Transformation
commenter cet article
9 septembre 2017 6 09 /09 /septembre /2017 19:33
Oui à la vérité dans votre coeur - Mooji

 

 

Votre vie est-elle une expression d'un ''oui'' à la vérité dans votre cœur, ou ne faites-vous que planifier votre existence ?

 

Comment pourriez-vous découvrir la splendeur du Soi Suprême si, à chaque pas que vous vous apprêtez à faire, vous cherchez une garantie pour vous sécuriser ?

 

Si les paroles de votre Maître ont touché votre cœur, alors vivez-les comme si elles étaient déjà vraies.

 

~ Mooji ॐ

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes Transformation
commenter cet article
8 septembre 2017 5 08 /09 /septembre /2017 18:53

 

 

"Les enfants d'aujourd'hui, il faut leur apprendre à la fois à être bien avec eux-mêmes de façon à donner le meilleur de ce qu'ils peuvent être, et il faut leur apprendre à faire avec l'autre; et c'est pas l'un ou l'autre, c'est les deux en même temps".

 

Isabelle Peloux, directrice de l'Ecole du Colibri

 

 

 

 

 

Tourné dans neuf établissements scolaires, publics et privés, de la maternelle au collège, le documentaire Une idée folle réalisé par Judith Grumbach et co-produit par Ashoka France et Horizons Productions, interroge le rôle de l’école à travers le témoignage d’enseignants, d’enfants, de parents ainsi que d’experts de l’éducation.

 

A quels défis les citoyens de demain devront-ils faire face et comment les y préparer ? En cultivant l’empathie, la créativité, la coopération, la confiance en soi chez les élèves, en parallèle des savoirs fondamentaux, répondent ces enseignants qui ont à cœur d’essayer de former une future génération de citoyens peut-être plus épanouis et responsables…

 

Diffusion gratuite en exclusivité du jeudi 7 au dimanche 10 septembre à minuit.

 

 

 

 

 

 


 
Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Gaïa NIOUZES Transformation
commenter cet article
2 septembre 2017 6 02 /09 /septembre /2017 23:09

 

 

 

"Qu'est-ce que le pardon aujourd'hui?

Francis Bacon écrivait, se venger c'est se mettre au niveau de l'ennemi, pardonner, c'est le dépasser. Mais comment réussir à dépasser notre désir de vengeance, lorsqu'on est blessé au plus profond de soi ? "

 

 

Un documentaire de Mireille Darc qui part à la rencontre de quatre histoires...

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
18 août 2017 5 18 /08 /août /2017 22:37

 

 

 

"Compassion pour ceux qui sont plus petits et dans la souffrance, et le respect et l'amour pour ce qui te dépasse"

 

 

Aller au-delà du "coeur étriqué"...

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes Transformation
commenter cet article
14 août 2017 1 14 /08 /août /2017 22:36

 

 

A partir de l'acceptation chaleureuse de tout, seulement à partir de cet état on peut faire évoluer les choses....

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation Mes citations inspirantes
commenter cet article
13 août 2017 7 13 /08 /août /2017 19:06

 

 

Toute la poésie, la délicatesse, le talent et l'originalité de Luciole, pour nous inviter à suivre nos rêves, mais surtout à cesser de nous comparer pour offrir et cultiver ce que l'on a d'unique.

Merci jolie Dame de le faire de façon unique.

MT

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes Transformation
commenter cet article
11 août 2017 5 11 /08 /août /2017 17:47

Activer les sous-titres en français

 

 

Pourquoi choisir? Pourquoi se rétrécir? Pourquoi éteindre les clignotants qui s'allument dans le cerveau devant la diversité du monde et ses mystères?

 

Tout le monde n'est pas câblé pareil, et dans cette société qui incite à la spécialité (voir en médecine comment le corps est découpé en spécialités!), la multipotentialité est un peu comme un talon d'Achille, une faiblesse dont le touche-à-tout ne sait pas quoi faire, et surtout comment la transformer en une création qui se partage et serve au plus grand nombre...

 

Quel cadeau que cette jeune femme puisse témoigner de cela et mettre de la lumière là où pendant si longtemps il a pu y avoir des jugements, de la solitude, des doutes, jusqu'à la détresse de se sentir inadapté..

 

MT

 

 

 

 

 

Cette vidéo a été postée sur facebook par Isabelle Padovani, qui y a joint un texte tout aussi éclairant :

 

 

 

 

 

 

LA MULTI-POTENTIALITÉ, C'EST QUOI ?

 

 

Je crois que la phrase que j'ai le plus entendu depuis mon plus jeune âge est "Arrête de t'éparpiller, tu ne vas arriver à rien si tu continues ainsi !".
En y repensant, je peux vraiment comprendre l'inquiétude de mes parents, puis de mes enseignants, qui me voyaient me lancer simultanément corps et âme dans des tas de centres d'intérêts et de pratiques.

À l'école, pendant que mes petits camarades avaient une activité sportive le mercredi après-midi, j'enchainais mes entraînements de tennis, d'escrime et de basket.
Le soir, après l'école, mon intérêt était aussi grand pour l'histoire de la création du monde et l'archéologie que pour la science-fiction ou l'ésotérisme.

Des années plus tard, je revois mon premier guide spirituel me dire qu'il faut vraiment que je choisisse une voie, une seule, parmi tous mes centres d'intérêt : je garde encore le sentiment de désespoir et l'impression d'arrachement intérieur à l'idée de devoir choisir entre astrologie, tarologie, runologie, angélologie, kabbale et tradition druidique.
Je me revois tenter de négocier "Et si j'en gardais seulement trois, ça irait ?" tout en sentant que seulement trois, cela ne m'irait pas, car chaque approche me passionnait tout autant.
Je me souviens également de mon inquiétude en voyant mes camarades de pratique de ces différentes voies progresser toujours plus dans l'approfondissement de leur voie unique, tandis que je me voyais avancer plus lentement qu'eux dans chaque pratique, puisque, pendant qu'ils faisaient six pas dans la même direction, j'en faisais un dans chacune de mes six pratiques.
Et puis cette douleur intime, lorsque l'on me demandait "Tu fais quoi ?", de ne savoir que répondre, là où mes camarades répondaient avec assurance "De l'astrologie !", "De la kabbale !"...

Je me souviens l'inconfort de ne pas savoir où me mènerait ma manière de fonctionner, tout en étant incapable de fonctionner autrement, toutes mes pratiques me passionnant...
Après mes années ésotérisme, il en fut de même avec mes années "développement personnel et thérapie" : là où mes camarades s'engageaient avec la force de la maturité dans une seule voie, je me suis vu m'engager successivement et avec autant de conviction dans des cursus de PNL, Dialogue Intérieur, Constellations Familiales, Maieusthésie, CNV, Focusing, IFS, etc.

Finalement, après toutes ces années, j'ai compris que "ma voie" était justement celle d'en suivre plusieurs et de bâtir des ponts entre elles : c'est de là qu'est née ma vision de la Communification.
Je mesure aujourd'hui combien ce chemin a souvent été solitaire et empli de doutes, car je n'avais pas l'exemple de quelqu'un d'autre fonctionnant comme moi.
Je me dis que si j'avais pu dès mon plus jeune âge entendre cette conférence de douze minutes d'Emilie Wapnick sur le thème de la multi-potentialité, ma vie en aurait été changée : non parce que j'aurais agi différemment, mais parce que je l'aurai vécue avec la tranquillité intérieure de comprendre mon fonctionnement et d'en voir la beauté et le sens.

J'ai beaucoup de gratitude pour ce qu'Emilie Wapnick partage dans cette conférence, car cela m'a offert des tonnes d'empathie pour tout ce que j'ai vécu depuis ma plus tendre enfance. De plus, j'ai vraiment été touchée par l'émotion perceptible dans sa voix pendant toute la conférence, car je la ressens comme étant à la mesure de combien ce sujet lui tient à coeur et combien elle aimerait contribuer pour toutes celles et ceux qui, comme elle, sont des multi-potentialistes.
Enfin, j'apprécie énormément qu'elle conclue la conférence en rappelant l'importance d'être et d'incarner exactement ce que l'on est, que l'on soit un spécialiste ou un multi-potentialiste, et les vertus complémentaires de ces deux modes de fonctionnement : cela rejoint mon aspiration à vivre dans un monde où chaque être a les moyens de voir l'unique et le précieux de son être et de le mettre en œuvre en synergie avec l'unique et le précieux de chacun...

De tout cœur, je fais le vœu que cette vidéo contribue à donner de la clarté et de la détente intérieure à toutes celles et ceux qui se reconnaîtront dans ce mode de fonctionnement et je vous invite à la partager autour de vous si vous connaissez des personnes pour lesquelles elle pourrait être utile.

 

 

 

Isabelle Padovani - www.communification.eu

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 14:42

 

Sortir des concepts, et au coeur de l'expérience pouvoir tisser des liens avec ce qui fait sens.

 

" Ce qui est juste, c'est ce qui est ajusté pour moi en ce moment".

 

Une phrase clé, qui fait la peau à toutes les injonctions du style : oh, mais tout est juste ! Injonction qui par conséquence, n'est que le déni de ce qui est ajusté ou pas ajusté pour l'autre, et donc d'une grande violence. 

 

MT

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes Transformation
commenter cet article
1 août 2017 2 01 /08 /août /2017 22:15

 

 

Apprentissages / intégration, tels une série d'inspire / expire, pour prendre le temps de rencontrer au coeur de soi les parts sollicitées par nos expériences.

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
26 juillet 2017 3 26 /07 /juillet /2017 23:11
Jake Baddeley

Jake Baddeley

 

Je vous ai présenté ici un documentaire sur "Le temps des bûchers", qui est en fait le 2ème volet d'une réflexion sur la spiritualité des femmes, sur le culte de la déesse et la place du féminin dans la société.

 

2-3 ème millénaire av JC - Syrie

2-3 ème millénaire av JC - Syrie

 

 

Voici le 1er volet, "Sur les traces de la déesse", qui retrace les transformations qui ont eu lieu quant à la place de la première religion liée au culte de la déesse, "la Grande Mère", religion qui était en relation avec la nature et les esprits et avec laquelle les premiers habitants de la terre ont entrepris leur long voyage spirituel. Tous les mythes de la création du monde mettaient en scène une déesse et les cercles de pierres représentaient l'oeuf cosmique de la déesse.

 

 

Stonehenge

Stonehenge

 

 

C'était en quelque sorte la religion primordiale, qui a laissé ses premières traces avec les statues de femmes, des vulves stylisées et des rituels très populaires, avant que les Grecs et les Romains n'amènent les premières transformations.

 

 

Sur les traces de la déesse - Donna Read

 

 

C'est déjà à cette époque qu'eut lieu le premier retournement des valeurs féminines vers les valeurs masculines (dont l'inquisition et "le temps des bûchers" marquèrent un temps décisif), et cela ne fait que 6000 ans que l'on ne vénère plus la Déesse, qu'on honorait car la femme représentait le plus grand pouvoir, celui de donner la vie et de nourrir.

 

 

Isis et son fils Horus

Isis et son fils Horus

 

 

Pour autant, les femmes n'étaient pas supérieures aux hommes, ni inférieures. Il existait un statut égalitaire, qui depuis a volé en éclat avec le patriarcat.

 

Ce documentaire est une invitation à revenir à la source, à retrouver la Grande Mère, la Déesse, la Prêtresse, toutes les figures du féminin liées à la création, à la fertilité et le don de la vie. 

 

MT

 

 

 

Sur les traces de la déesse - Donna Read
Sur les traces de la déesse - Donna Read
Sur les traces de la déesse - Donna Read
Sur les traces de la déesse - Donna Read
Sur les traces de la déesse - Donna Read
Sur les traces de la déesse - Donna Read
Sur les traces de la déesse - Donna Read
Sur les traces de la déesse - Donna Read
Sur les traces de la déesse - Donna Read
Sur les traces de la déesse - Donna Read
Sur les traces de la déesse - Donna Read
Sur les traces de la déesse - Donna Read
Sur les traces de la déesse - Donna Read
Sur les traces de la déesse - Donna Read
Sur les traces de la déesse - Donna Read
Sur les traces de la déesse - Donna Read
Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Gaïa Transformation
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • : Un lieu où pourraient se cotoyer le jour et la nuit, les univers différents de la pensée logique, rationnelle, structurée à partir des informations émanant de toute part, et de la pensée vagabonde, celle qui erre la nuit, mais aussi le jour, dans l'envers des choses, à la recherche de l'impalpable, de la beauté et de la magie. Michèle Théron
  • Contact

  • lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. 
Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...

Auteur - Photographe

Michèle Théron, praticienne de santé naturopathe, femme en chemin, je vous partage sur ce blog des articles, de la poésie, des photos créés par moi, et les citations, articles, vidéos qui nourrissent mon chemin et m'inspirent.

Recherche