Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 01:32
Healing

 

 

Dans les jardins d'Abadiania, de larges bancs en bois accueillent les visiteurs tous les soirs pour assister en silence au coucher de soleil.

 

 

 

 

Au Brésil, à Abadiania, La Casa Inacio invite à la guérison et au mystère.

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 14:49
Lyme, plus qu'une maladie, un calvaire - interview de Pierre Hecker

 

 

Pierre Hecker, vice-Président de France Lyme et membre du Conseil d’administration de la Fédération Française des Maladies Vectorielles à Tiques (FFMVT) a été interviewé par l’Institut de la Protection Sociale Européenne sur la maladie de Lyme.

 

Dossier de 7 pages, de la page 23 à la page 29

http://www.euroipse.org/wp-content/uploads/2017/02/Folio-73.pdf

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 01:06

 

 

Ce film est l'illustration de ce qui se passe aux US avec les vaccinations sur des milliers de nourrisson, qui dès l'injection, changent complètement et deviennent autistes du jour au lendemain. Il est question d'1 enfant sur 250 touché aux USA. La même problématique se passe dans tous les pays du monde.  Si l'enfant ne devient pas autiste, il a des pbs ORL et dermatologiques  pendant toute son enfance, parce que son organisme essaie de se débarrasser de la trituration toxique implantée alors que son système immunitaire n'est pas construit.
 

Les vaccins, véritables bombes toxiques avec adjuvants aux métaux lourds  (hydroxydes d'aluminium et mercure) + formaldéhyde + nanomatériaux  peuvent s'enkyster dans les organes ou les muscles et déclencher des myofasciites à macrophages, des maladies neurodégénératives lors de stress, de deuils ou d'évènements dans l'organisme ou la vie de l'être humain qui font exploser et flamber des pathologies. La vaccination n'a que 60 ans de recul pour décider qu'il est nécessaire de se vacciner : toutes les études épidémiologiques n'ont pas été faites et évitées ...  Il semblerait d'autre part que les ondes électromagnétiques, nous en avons tous fait l'expérience... sont en résonance avec les métaux lourds et que notre métabolisme s'en trouve amélioré lors d'un nettoyage vaccinal ou lors des déposes d'amalgames dentaires (à condition de les faire faire dans les conditions ad hoc). Les ondes électromagnétiques ne serait-elles pas révélatrices d'une technologie qui fait flamber tout ce qui est contraire aux lois universelles (métaux lourds, 84 000 produits chimiques, Pesticides et tous les biocides, OGM, nanomatériaux )?
 
Ce film est l'illustration d'un scandale sanitaire monstrueux qui implique des milliers de familles qui se retrouvent du jour au lendemain avec un enfant handicapé, transformé en loque, en enfant qui se tape la tête contre les murs, qui mord, qui pleure, qui hurle, pousse des cris de bête.... devant leurs parents atterrés, impuissants et cassés. Il n'y aucune réparation financière parce que les labos, aidés par leurs avocats, disent que rien n'est prouvé (si, si !)
L'autisme explose et cette pathologie est la conséquence d'une monstrueuse machination entre les gouvernements et les finances des laboratoires qui ne veulent rien changer dans la fabrication et continuent à l'insu de la majeure partie de la population à déjouer et défier leur confiance, en jouant sur la sécurité et la peur des virus et maladies, alors que les vaccins présentent maintenant des risques sanitaires majeurs avérés.

 

 

 

 

 
 
« Il est regrettable que la maire de Paris et des membres du Parlement européen aient cédé à la pression d’un petit nombre de fanatiques et cela sans avoir vu le film ou avoir cherché à le voir. Il est encore plus regrettable que des organismes de presse comme Le Monde ou Times usent la polémique créée de toutes pièces par les industries pharmaceutiques depuis plus de 20 ans pour empêcher une vraie étude sur les vaccins. La raison de cette polémique est liée au réalisateur du film, Dr Andrew Wakefield, qui est la cible d’une campagne de calomnie coordonnée depuis qu’il a remis en cause la sûreté du vaccin ROR en 1998. Il s’est ainsi opposé aux laboratoires Glaxo-Kline-Smith et Merck, dont les revenus se chiffrent en milliards de dollars, et qui contrôlent la majorité du marché du vaccin ROR aux Etats-Unis et au Royaume-Uni », explique Philippe Diaz, président de Cinema Libre Studio, le distributeur de Vaxxed.
 
 
 
 

 

 
 
 

 

 

 

Voir le film, sous titré

http://bit.ly/2lh87L1

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 23:28
Maladie de Lyme - Interview du Pr Perronne

 

 

"Comment avez-vous pu ne pas vous suicider après avoir eu des douleurs atroces"...

 

Voilà, c'est mieux quand c'est quelqu'un d'autre qui le dit ou qui en parle...

 

Les malades sont pris par une sorte de pudeur et de toutes façons cette ambiance de déni et de non accueil de la souffrance, fait que cette envie de mourir est tenue secrète à l'intérieur de soi, à la fois comme une épée de Damoclès, et comme un désespoir dont on ne sait pas si on va pouvoir sortir.

 

Le terme "descente aux enfers" souvent employé n'est pas qu'une image, et la violence est autant dans la douleur subie que dans l'incompréhension et le manque d'empathie que l'on expérimente en traversant cette maladie.

 

J'ai vu ou entendu des personnes autour de moi qui vivaient des "petits bobos" avec une théâtralité qui donnait à leur souffrance une certaine envergure, genre je viens de me brûler la main avec de la vapeur  d'eau chaude, et je souffle dessus pendant toute la soirée, le bras bien en évidence, en l'air, comme un enfant de cinq ans, avec une mine déconfite.

 

La plupart des gens qui ne supporte même pas quelques heures de douleurs, sont incapables pourtant de comprendre des personnes qui vivent la douleur quotidiennement, pendant des années, au point parfois de vouloir en finir.

 

La souffrance de Lyme vous tient dans une sorte de sidération, vous confisque même cette possibilité de "jouer" de cela, tellement cela vient nous chercher profondément dans la chair, dans un anéantissement total, et vous met dans l'authenticité  d'un vécu indescriptible, même si cette maladie se vit avec des intensités différentes en fonction des atteintes, neurologiques entre autres.

 

Et quand les médecins veulent envoyer les malades en psychiatrie, oui, on frôle la folie, mais c'est la folie de souffrir autant, d'être pris pour un affabulateur ou un hypochondriaque, d'être renvoyés dans une zone où votre réalité n'existerait pas et d'avoir zéro empathie en face.

 

La folie n'est pas toujours du côté que l'on croit.

 

Comment ai-je fait pour tenir? Je n'en sais rien. L'Etre que nous sommes a des ressources insoupçonnées et inimaginables lorsque l'on voit que l'on peut survivre avec aucun soutient, aucune vraie compréhension, et la plupart des malades ne doivent pas leur survie aux blouses blanches, ceux-là même qui leur prescrivent du prozac, mais à leur force de vie qui heureusement pour la plupart, les empêche de se suicider.

 

 

 

Merci au Pr Perronne d'avoir cette parole posée et de valider la traversée ubuesque des malades qui comme il le dit sont "abandonnés", et cela malgré des articles ou émissions de plus en plus fréquents dans les médias, mais qui ne changent pas forcément grand chose sur le terrain.

Je ferais d'ailleurs très probablement un article pour montrer ce que les gens partagent dans les groupes d'entraide de leurs visites médicales avec leurs médecins, neurologues, spécialistes, et qui n'a rien à voir avec : "ah ça y est, on en parle, le problème est résolu", et "ça se soigne très bien"...  

 

MT

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 21:01

 

Refuser le Linky est peut-être "facile" mais entrer dans cette démarche, c'est se retrouver au coeur de la désinformation, de l'intimidation avec des menaces de sanctions et avoir le sentiment d'être le pot de terre contre le pot de fer, surtout quand Enedis fait référence à la "loi", aux "directives européennes"... parce que là, forcément, ça vous en bouche un coin, car quoi dire "face à la loi".

 

Heureusement, des personnes font un travail de fond pour dépouiller tout ce langage fumigène, et nous apportent des réponses, point après point.

 

Sachez par exemple, que lorsque vous avez lancé une procédure par huissier avec "sommation de ne pas faire" (c'est à dire de ne pas faire poser le linky), vous recevez un courrier de la part d'Enedis (voir premier visuel plus bas), qui vous dit en gros, que ça ne sert à rien de vous être opposé et qu'on ne peut pas aller contre l'Europe ou contre "la croissance verte".

 

Ah bin si c'est vert alors, tout est permis, et ce serait idiot voire irresponsable de s'opposer à la croissance verte, n'est-ce pas... ?

 

Mais le vert n'est peut-être pas si vert que ça.... à se demander si Enedis ne souffre pas de daltonisme *...

 

 

MT

 

 

* Anomalie de la vision, souvent d'origine génétique, dont il existe plusieurs formes, la plus courante étant la confusion entre le vert et le rouge.

 

 

 

 

Refuser le Linky : le point juridique et les arguments

Communes : voici comment refuser les compteurs communicants

 

1) Refuser Gazpar

2) Refuser Linky

3) Refuser d'autres compteurs (eau)

 

1) Refuser Gazpar

Une particularité du compteur Gazpar est que, contrairement au compteur d'électricité Linky, il n'expédie pas ses informations par fils mais directement par ondes. De fait, GrDF a absolument besoin de l'accord de la commune pour installer, sur un ou des bâtiments hauts (église ou autre), un ou des "répartiteurs" : des antennes à même de recevoir les informations des compteurs Gazpar.

Il suffit donc à une commune de refuser d'accorder cette autorisation pour que GrDF se retrouve coincé : ce ne sont pas les compteurs à proprement parler qui sont interdits, mais à quoi bon les installer si leurs informations ne peuvent être recueillies ?

Méfiance tout de même : comme on peut le lire dans le Canard enchaîné, les juristes de GrDF étudient la situation. Il se pourrait aussi que GrDF démarche des particuliers pour que ces derniers, moyennant un "dédommagement", acceptent que des répartiteurs soit installés sur leurs habitations.

Il est donc conseillé aux communes, après avoir refusé l'installation du ou des répartiteurs, de viser aussi Gazpar (ainsi que les compteurs d'eau) dans la délibération municipale qui doit être prise pour interdire les compteurs Linky (cf ci-dessous).

 

Pour les particuliers, l’association Robin des Toits propose une lettre-type de refus de Gazpar

 

 

2) Refuser Linky

Modèle de délibérations municipales
(d'après la démarche de Saint-Macaire)

Contrairement à Gazpar, le compteur Linky envoie ses informations dans un premier temps par les fils électriques déjà existants, sans avoir besoin a priori de demander à la commune l'autorisation d'installer un ou des répartiteurs (*).

Mais la commune a une autre façon d'agir car elle est généralement propriétaire des compteurs d'électricité (**) alors que, souvent, ce n'est pas le cas pour les compteurs de gaz et d'eau (situations à vérifier au cas par cas).

Enedis (ex-ErDF) ou plutôt son sous-traitant arrive donc dans les communes en disant "Nous venons changer les compteurs d'électricité !"... sans jamais que l'aval du propriétaire (la commune ou une structure émanation de communes) ne soit demandé !

Cette façon de passer en force a marché au début car les maires ignoraient généralement qu'ils étaient propriétaires des compteurs, ce qu’Enedis se garde bien entendu de leur dire ! Mais l'information circule de plus en plus et les élus savent désormais qu'ils peuvent agir.

Nous invitons donc les élus à protéger les libertés publiques et la santé de leurs administrés, à commencer par celle des enfants, en prenant trois délibérations interdisant le remplacement sur la commune des compteurs d'électricité, mais aussi les compteurs de gaz et d'eau, par des compteurs communicants. Cf infos ici.

Attention : bien préciser "par des compteurs communicants" car il faut qu'un compteur ordinaire défaillant puissent être remplacé... par un autre compteur ordinaire (sa durée de vie est de 60 ans, mais une défaillance est toujours possible bien que rarissime).

 

(*) Important : les Linky envoient leurs informations par fils (en CPL) vers le transformateur de quartier. Elles sont ensuite rediffusées par GPRS (téléphonie mobile). Enedis a donc prévu d'équiper avec des antennes les transformateurs de quartier alors que ceux-ci appartiennent aussi aux collectivités. Les communes peuvent (doivent !) donc s'opposer aussi à l'installation de ces matériels...

(**) Attention, les compteurs d'électricité appartiennent aux communes même si la compétence de distribution de l’électricité a été transférée à une organisation regroupant des communes (Communauté de communes, Syndicat départemental d'énergie, etc). Dans tous les cas, la commune peut (et doit !) prendre une délibération contre le déploiement des compteurs communicants, et demander à la structure intercommunale de respecter la volonté démocratiquement exprimée. Les Communautés de communes et les Syndicats départementaux d'énergie sont les émanations des communes, ils existent pour les assister et pas pour leur imposer des décisions arbitraires.

Il faut donc bien noter que Enedis (et a fortiori EDF ou un autre producteur d'énergie) n'est jamais propriétaire des compteurs d'électricité. Une collectivité, le Grand Nancy, a bien essayé de faire cadeau des compteurs à ErDF, mais cette démarche (plus que suspecte...) a été annulée en justice.

 

3) Refuser les compteurs d'eau

Lire aussi : Alerte aux compteurs communicants d'eau

Il apparait que certains opérateurs ont pris de l'avance sur ErDF et GrDF et qu'un certain nombre de compteurs communicants sont déjà opérationnels depuis plusieurs années, en particulier dans certaines grandes villes. Les communes non encore "dotées" doivent prendre des délibérations pour interdire l'installation de tels compteurs.

Important : tout comme pour les compteurs Gazpar, les compteurs d'eau envoient directement leurs informations par ondes radio, les opérateurs ont donc besoin d'installer des antennes et répartiteurs... et ont besoin de l'accord de la commune pour cela : il est donc facile au Conseil municipal de stopper le processus, il suffit de refuser de donner cette autorisation !

Si les compteurs sont déjà là, il faut probablement consulter un juriste pour voir de quelle façon revenir aux bons vieux compteurs ordinaires.

Attention à ne pas se laisser abuser par les prétextes avancés par les opérateurs : il est très bien de vouloir rechercher les fuites d'eau, mais cela ne doit pas se faire en infligeant au passage à la population des compteurs communicants mettant en danger la santé publique.

http://refus.linky.gazpar.free.fr/communes-comment-refuser-compteurs.htm

 

 

 

 

Le point juridique :

 

Refuser le Linky : le point juridique et les arguments
Refuser le Linky : le point juridique et les arguments

 

 

Réponse au document de propagande de ErDF

http://refus.linky.gazpar.free.fr/reponse-au-8pages-de-ErDF.pdf

 

 

 

Refuser le Linky : le point juridique et les arguments
Refuser le Linky : le point juridique et les arguments
Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 21:29

 

"Vaxxed révèle comment le risque associant le vaccin ROR à l’incidence d’autisme a été dissimulé par le CDC (Centers for Disease Control and Prevention), l’organisme scientifique le plus écouté de la planète.  S’appuyant sur des preuves incontestables, fournies par les confessions du principal expert de l’étude, ce film dénonce l’un des plus grands scandales de l’histoire de la médecine.

Depuis sa projection aux USA, Vaxxed résonne et impulse un mouvement citoyen, révélant  au grand jour une tragédie dont personne n’avait soupçonné l’ampleur…
À l’occasion de la tournée du film plus de 6000 témoignages ont été recueillis,  dont 1000 ont été filmés : autisme, paralysie, narcolepsie, épilepsie... Tous les vaccins sont en cause et chaque jour de nouvelles voix s’en font l’écho.
"

 

 

 

Mais ce mouvement dérange et une censure s'organise partout dans le monde pour freiner les révélations et le débat que cela pourrait engendrer. Après les USA, l'Australie, l'Italie, l'Angleterre, c'est Bruxelles qui est visé.

 

Le film devait être projeté au Parlement, soutenu par la députée Michèle Rivasi, mais à cause des pressions, la salle prévue a été "menacée de troubles de sécurité" et l'équipe se voit obligée de trouver un autre lieu. 

 

 

"Mme Fiona O'Leary, fer de lance de la machine de censure pharmacomédiatique a lancé une attaque pour faire annuler notre journée "vaccins, leur sureté en question". Après avoir fait plier la salle de Londres et du parlement européen, nous sommes donc la prochaine cible...

Derrière elle se profile un système particulièrement bien organisé via des appels et mails d'intimidation aux dirigeants des salles, des campagnes dans la presse...Buzzfeed, le NY times, le Daily Mirror.

Après des campagnes de diffamation soutenues par des réseaux d'internautes sur twitter, la salle est ensuite menacée de troubles de sécurité. Toute la campagne est dirigée vers le dr. Wakefield et les 'antivaccins, soit les personnes qui ont un témoignage ou une question à poser concernant les vaccins' tout cela afin d'éviter que ne soient exposées les fraudes et les manipulations révélées dans le film ou les recherches dont viendront témoigner les experts à notre journée.

Depuis le début des projections ce sont 6200 victimes qui sont venues témoigner, dont vous trouverez plus de 500 videos en ligne sur Vaxxed TV, classées par vaccins. Si avez une once d'espoir en la démocratie, merci de nous soutenir...partagez, répondez sur sa page, envoyez à des newsletters, des journalistes et venez nous soutenir à la salle Lumen ce jeudi ..Il me reste 4 jours pour tout réorganiser dans une autre salle. Michèle Rivasi, députée européenne a montré sa détermination de soutenir cet évènement, il aura donc lieu à la salle Lumen et pas au parlement. Merci à tous!" Senta Depuydt

 

 

Ces méthodes sont hélas de plus en plus fréquentes. En ce qui concerne la maladie de Lyme, souvent évoquée ici dans des articles, les malades se rendent bien compte que quelque chose ne tourne pas rond dans l'avancement du dossier. Pour s'en persuader un peu plus, une anecdote significative : les "experts" Lyme du CHU de Liège avaient forcé la Province de Liège de ne plus soutenir (c'est à dire à annuler) la conférence du Prof. Perronne organisée l'année passée, quelques jours avant la date. Mais une autre salle avait été trouvée en catastrophe et la conférence maintenue.

 

Les lobbies essaient coûte que coûte de garder le contrôle, mais le rideau se déchire de plus en plus. Quand enfin la vérité éclatera sur les vaccins, et surtout que davantage de citoyens pourront "entendre" ou "voir" cette vérité (pour l'instant, beaucoup ne sont pas prêts), alors un pan énorme s'écroulera dans les croyances et dans la conception de la santé. Le jour où les gens ne voudront plus des vaccins, ils auront compris comment cela a empoisonné leur corps, leur psyché et comment cela a des incidences sur leur liberté et leur connexion la plus haute.

 

En attendant, des enfants paient très cher cette politique vaccinale, tout comme des adultes dont la vie a basculé après des vaccinations (beaucoup de personnes atteintes de la maladie de Lyme par exemple voient leur vie bouleversée en quelques mois, et bien sûr énormément d'enfants diagnostiqués "autistes", ce qui est en fait un autisme régressif, suite à un vaccin).

 

Il est à souhaiter que ce film soit vu le plus possible, et surtout que chacun ose regarder les implications et conséquences de la vaccination.

 

Ouvrez les yeux, lisez les livres, collectez des articles, pulvérisez les à priori, osez vous aventurer de l'autre côté de la parole officielle, et surtout : cessez d'avoir peur.


MT

 

 

 

 

 

 

 

La projection à Bruxelles, avec débat, c'est le 9 février.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE NIOUZES
commenter cet article
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 21:11
Isabelle a du se faire tester dans un laboratoire vétérinaire

Isabelle a du se faire tester dans un laboratoire vétérinaire

 

 

Entre le témoignage d'une malade et l'aveu d'une chercheuse à l'Inra, il est temps de constater que quelque chose cloche vraiment dans le dépistage de la maladie de Lyme.

 

Les malades non ou mal diagnostiqués partent ensuite pour des années d'errance médicale et surtout une aggravation de leurs symptômes puisque la bactérie s'enkyste dans les tissus, les organes, le système nerveux, déclenchant ainsi une phase chronique très difficile à soigner et conduisant les malades dans des états extrêmes de souffrances et d'impuissance.

 

Ici encore, dans le témoignage d'Isabelle, revient cette manie de décréter que les malades sont dans des états dépressifs ou psychiatriques.

 

«Combien de gens, faute de tests fiables, se retrouvent ainsi étiquetés déficients neurologiques ou fous, et envoyés en psychiatrie?»

 

Combien de malades paient très cher cet "étiquetage"? Yannick, avec une issue favorable, ou Nicolas, avec une issue fatale, en ont fait l'expérience.

 

En commençant par clarifier la question des tests et du diagnostic, peut-être verra-t-on aussi la notion de "lyme chronique" évoluer, puisque aujourd'hui, un certain nombre de "spécialistes" prétendent que lyme chronique n'existe pas.

 

"Les patients qui se revendiquent comme porteurs d’un Lyme chronique ont usuellement un autre problème qu’ils souhaitent pour différentes raisons expliquer par cette entité qui n’existe pas. Et ce coupable idéal est exploité par des vendeurs de produits illicites qui n’ont jamais rien apporté." Dixit le Dr Kiefer.

 

Il faudra m'expliquer pourquoi malgré tout on parle de forme "neurologique" (neuroborréliose) si en 15 jours d'antibiotiques toute infection se trouve éradiquée. 

 

Nicolas avait su, entre analyse critique et humour grinçant, décrypter les incohérences d'un certain discours négationniste qui de plus se veut méprisant à l'égard des méthodes alternatives.

 

 

 

 

Par ailleurs, reconnaître enfin la non-fiabilité des tests, permettra peut-être de réhabiliter Viviane Schaller lourdement condamnée pour avoir optimisé les tests Elisa afin que les malades puissent avoir accès au second test, le Western Blot.

 

Celui ci est en effet prescrit uniquement si le premier est positif, ce qui est rare au vu justement de sa déficience. Mais un protocole est un protocole, et même si les malades hurlent de douleurs ou sont en fauteuils roulant, si Elisa est négatif, c'est que tout va bien... Circulez ! (en fauteuils roulant, mais circulez...) ;-)

 

Dans une société devenue hyperspécialisée, protocolaire, normative, le bon sens a été perdu et même devant l'évidence il se trouve des êtres humains (qui plus est des médecins dont la fonction première est de soigner et soulager) qui ne remettent pas en cause le dogme et ne prennent plus la responsabilité d'une pensée critique, constructive ou originale.

 

La soumission à l'autorité peut aller jusqu'à des comportements extrêmes. Stanley Milgram, psychosociologue dans les années 60 l'avait mis en évidence dans la tristement célèbre expérience de soumission à l'autorité. Expérience qui a été reproduite à l'identique dans le film "I comme Icare".

 

Je vous laisse voir ou revoir cette expérience, dont le sens reste très actuel dans notre société d'aujourd'hui où, sous prétexte d'une autorité compétente, d'une "blouse blanche" ou autre, nous sommes si facilement enclins à donner notre pouvoir et à se déresponsabiliser de toute action ou pensée autonomes.

 

Jusqu'où sommes nous capables d'aller, avant d'admettre que nous "déraillons".....?

 

 

MT

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 22:44

 

 

"Plusieurs équipes de scientifiques se sont associées afin de demander à tous les Français volontaires de participer aux efforts de recherche. Baptisé Citicks (« ci » pour citoyens, et « ticks », pour tiques, en anglais), le projet a vu le jour en 2006. Il doit s’ouvrir au grand public à l’automne 2017. Un exemple de sciences participatives."

 

 

 

Reste à savoir qui sera sollicité par ce projet, car jusqu'à présent, je ne connais pas de citoyen ou de malade de Lyme, qui ait été sollicité pour témoigner à ce sujet...

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 12:25

 

 

Nicolas était connu dans la "famille des malades de Lyme".

 

Beaucoup ont pu échanger avec lui, sur ses difficultés de santé, ses recherches, ses interrogations, pour trouver des pistes de traitements, des solutions qui soulagent. 

 

C'était un jeune homme éclectique, intéressé par la création artistique, la philosophie, la spiritualité, la méditation, l'alimentation et qui, à tout juste 25 ans, avait déjà des questionnements et des vécus intenses. Sa vie a basculé en 2009, suite à une vaccination qui a entraîné des bouleversements physiologiques qui ont bien sûr été incompris et qui a été le grain de sable venant enrayer une machinerie complexe.

 

Ses difficultés l'ont amené en 2015 à une première tentative de suicide, car comme beaucoup de personnes atteintes de Lyme, les médecins le cataloguaient "psy" et plutôt que de se voir interné en hôpital psychiatrique, il a sauté du 5ème étage...

 

Je vous invite, si vous n'avez pas encore eu l'occasion, à voir l'histoire de Yannick, embarqué dans des procédures psychiatriques alors qu'il était atteint de Lyme, pour imaginer le contexte dans lequel les personnes se débattent et surtout l'impact que cela peut avoir sur le psychisme justement, et toute la souffrance engendrée, de ne pas être compris et catalogué autre chose que ce que l'on traverse.

 

Suite à sa première tentative de suicide, Nicolas s'était remis à faire des vidéos, partageant ainsi ses réflexions, ses états d'âmes, ses critiques d'un système auquel il était confronté.

 

J'ai personnellement pensé qu'avec ces vidéos, "c'était gagné", que la vie avait repris le dessus, qu'il avait trouvé un chemin pour dépasser les contraintes dans lesquelles la maladie et le monde médical l'avaient mis. Hélas, ce n'était pas suffisant.

 

Nicolas était très lucide de là où il se sentait le plus atteint. Il a fait une vidéo intitulée "ma vie est un enfer", où ce qu'il explique n'est pas tant une liste de symptômes physiques et la plainte pour des petits bobos, pourtant très invalidant lorsque l'on traverse cette maladie, mais des critères très précis à savoir :

- perte de mémoire

- perte de la spiritualité

- perte de la capacité à être en lien avec les autres

- perte de la créativité

- perte de l'identité

- se sentir incapable de donner de l'amour

- ne plus être à la hauteur

C'est à dire des critères qui touchent à l'être profond, à l'existence même. Et je reconnais dans cette énumération des choses que j'ai moi-même éprouvé profondément, quand je traversais cette maladie au plus haut des symptômes et donc au plus bas de moi-même. Toute ma connexion aux autres, à mes capacités, à mon pouvoir créateur, et aux plans supérieurs semblait perdue. La souffrance physique avait "mangé" littéralement tout mon être, et la neuroborréliose créait une véritable déconnexion cérébrale, un envahissement du système nerveux, et j'atteste, comme lui, de ce sentiment de devenir tout d'un coup un "autiste", de ressentir une grande coupure et en tout cas de se sentir devenir un légume et donc de perdre son intégrité.

 

Nicolas avait à coeur de ne pas perdre son intégrité, cela revient dans tout ce qu'il a écrit et ne plus pouvoir faire ce qui comptait le plus pour lui, il le vivait comme une torture.

 

"J'ai un amour infini pour les mots et les écritures. Artiste : j'aurais voulu être producteur de musique et écrivain, et c'est désormais mon paradis perdu. (...) L'autre voie que j'aurais aimée emprunter pleinement : la spiritualité. moine bouddhiste, prêtre, grand méditant, j'aurais préféré dix mille fois une vie austère plutôt qu'une vie de directeur commercial".

 

"Je suis quelqu'un qui adore parler qui adore les autres, leur donner des sourires et de l'amour et le fait que je ne puisse plus faire cela a pesé extrêmement lourd au moment crucial du choix". (référence à sa première tentative)

 

Pour lui, le fait d'avoir été mis sous neuroleptiques est ce qui a aggravé son état et l'a profondément coupé de ses émotions, de sa vitalité psychique et de sa connexion spirituelle.

 

"La plupart du temps les gens ne se suicident pas a cause de leur maladie mais à cause des dégâts moral qu’elle entraîne. J’ai déjà tenté énormément de choses pour me guérir mais cette fois la rechute est bien trop gigantesque. Chaque jour est une résistance pour ne pas devenir fou. Il me reste trop peu de forces. Le plus difficile dans tout ça, c'est que la maladie et les médicaments me privent de ma vie mystique et c'est en cela que c'est aussi invivable."

 

Il était aussi conscient que son geste pouvait être incompris ou qu'il pourrait être jugé, et son soucis était de pouvoir rejoindre la lumière de la façon la plus rapide possible : "Peu importe la religion que vous exercez, essayez de prier au mieux pour le salut de mon âme et que tout puisse s'alléger pour que je parte vers le haut. J'ai besoin d'hommes de foi et non d'homme de sciences pour continuer sereinement".

 

Voilà, Nicolas représente un passage sur Terre condensé en 25 années avec tous ses aléas, les questionnements, les errements, les apprentissages auxquels nous sommes soumis, sans forcément trouver la clé tout de suite, dans ce grand labyrinthe d'où nous ne savons pas toujours sortir.

 

Et nous pouvons honorer, pour Nicolas et chacun d'entre nous, les limites, les voiles, les illusions qui, à un moment ou un autre, nous font perdre confiance, abandonner la route, et rentrer à la Maison.

 

 

MT

 

 

 

"Soyez en paix

Rien que l'amour, la paix et la compassion.

Rien d'autre.

Rien.

Je vous aime."

 

Nicolas, le 15.12.16

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chacun pourra rendre un dernier hommage à Nicolas lors de ses obsèques, qui devraient avoir lieu le vendredi 27 janvier à 14h à Villeurbanne, Eglise Ste Thérèse.

 

 

 

 

 

..

 

.

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
21 janvier 2017 6 21 /01 /janvier /2017 22:14

 

 

Doliprane®, Dafalgan®, Efferalgan® sont les spécialités les plus répandues.

Le paracétamol est un antalgique antipyrétique non salicylé.

À forte dose il possède une toxicité hépatique, qui s’accompagne cliniquement de douleurs abdominales, de nausées, de vomissements, d’anorexie et de pâleur.

Ces signes sont d’apparition tardive et un examen clinique trop précoce peut s’avérer faussement rassurant.

Le risque d’atteinte hépatique est important en cas de dose supposée ingérée (DSI) entre 10 et 15 g chez l’adulte.

Le dosage sanguin du paracétamol doit être fait en urgence du fait de sa valeur diagnostique et pronostique.

La surveillance biologique (Paracétamolémie, bilan hépatique et bilan d’hémostase) doit être répétée régulièrement (H0, H4 puis H12.

Sur le plan thérapeutique, Il existe un antidote au paracétamol, le N-acétyl-cystéine : Fluimucil® à débuter dès la suspicion d’intoxication au paracétamol avant même l’apparition des signes cliniques).

Le Fluimucil® sera stoppé à la négativation de la Paracétamolémie.

L’hospitalisation en gastroentérologie peut s’avérer nécessaire en cas d’atteinte hépatique. Une intoxication grave au paracétamol pouvant aboutir à une hépatite fulminante et à la greffe.

 

 

 

Triste révélation lorsque l'on sait à quel point ce petit cachet est familier et qu'il rentre, sans ordonnance, dans beaucoup de foyers.

 

Sa toxicité peut être atteinte en deux semaines, à raison de 10 g/jours (sachant que certains comprimés sont dosés à 1000 mg, on peut imaginer qu'en cas de douleurs fortes, certaines personnes puissent être amenées à consommer ces doses) :

 

"Le paracétamol est un médicament utilisé couramment et disponible dans les pharmacies. les cas de surdose sont courants et ont des conséquences graves. ils peuvent entraîner si le surdosage est au long terme (env 10g/jour pendant 2 semaines), une nécrose hépatique. Et dans le cas d'un surdosage rapide (25-30 g en un jour) une hépatite fulminante, qui nécessite une transplantation immédiate pour éviter le décès du patient." nous dit wikipedia.

 

Il est à noter que le médicament cité dans cet article en tant qu'antidote et qui contient du NAC (N- acétylcystéine), est aussi à éviter car il contient de l’aspartam.

 

Si vous êtes amenés à vouloir consommer du NAC prenez une formule sans aspartam, vendu comme complément alimentaire.

 

MT

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 20:13
 
 
Emission France Inter sur la maladie de Lyme à réécouter : https://www.franceinter.fr/emissions/le-telephone-sonne/le-telephone-sonne-10-janvier-2017
 
 
Comme toujours le Pr Perronne argumente de façon très précise sur Lyme, en s'appuyant sur les publications et les travaux de pointe.
"Des données scientifiques montrent que la sérologie est très loin de la réalité et qu'il y a un sous diagnostic absolument énorme, ce qui explique que un nombre incalculable [de personnes] en Europe et aux Etats-Unis, sont plongées dans l'enfer du déni, sont rejetés par le système médical (...)"
 
Quant au Pr Bricaire qui estime "dangereux" que les gens qui ont "mal au dos" depuis 25 ans, sont fatigués et ont des problèmes de mémoire, croient être atteints de lyme parce qu'ils ont été lire leurs symptômes sur internet... on peut se demander pourquoi ces personnes, qui avant d'avoir été sur internet ont très certainement beaucoup consulté, n'ont pas été pris au sérieux ou en charge de leurs symptômes... puisque selon lui, il y aurait des investigations à faire...
 
Sa contre-attaque est de dire que ce sont "des affirmations gratuites qui entraînent des confusions et des prises en charge de mauvaise qualité" et que les publications évoquées par le Pr Perronne sont "des publications douteuses" et qu'il faudrait plus d'études "sérieuses"....
 
Le Pr Peronne évoque quant à lui ses demandes de financement pour faire de la recherche sur cette maladie, ce à quoi il lui est répondu : "on ne donne pas de l'argent pour une maladie imaginaire"...
 
Vous n'avez pas l'impression que tout le monde tourne en rond là?
 
 
En attendant, le problème c'est que les malades qui se plaignent de Lyme, qui ont vu généralement leur vie basculer du jour au lendemain, NE sont PAS pris au sérieux, et que les investigations NE sont PAS faites par la majeure partie des médecins consultés....
 
Alors où est le problème.... ?
 
Que les malades "croient" avoir Lyme ou qu'ils n'aient pas Lyme, ils souffrent, alors pourquoi le corps médical ne peut pas, aujourd'hui, répondre à cette souffrance et ces symptômes ?
 
 
MT
 
 
 
 
 
 
Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 22:04

 

 

Une nouvelle mise au point par le Pr Perronne, interviewé sur la maladie de Lyme alors qu'il publie un livre intitulé : La vérité sur la maladie de Lyme

 

Laboratoires fermés, médecins mis à pieds, tests inefficaces, malades méprisés et pris pour des fous ou des hypocondriaques, protocoles obsolètes mais qu'on oblige d'appliquer, directives par des instances ayant des conflits d'intérêts, le Pr Perronne énonce la longue liste des aberrations qui entourent la prise en charge sérieuse de cette maladie. 

 

 

 

 

La maladie de Lyme - France Inter
Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
31 décembre 2016 6 31 /12 /décembre /2016 00:04

 

 

Claire Séverac militait pour la santé et dénonçait la plupart des scandales, tout comme Sylvie Simon dont elle était proche, elle -même décédée en 2013.

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE NIOUZES
commenter cet article
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 00:52

 

Le mois de décembre 2016 restera un mois bien triste pour toutes les personnes qui se battent pour la reconnaissance et le traitement de la maladie de Lyme.

Non seulement un des plus anciens et fidèles défenseurs de la maladie, Bernard Christophe, vient de décéder, mais Viviane Schaller, la biologiste très au fait des tests de dépistage, se voit condamnée en appel à de lourdes charges, et un autre médecin, le Dr Cario, vient d'être suspendu de son activité par le conseil de l'ordre pour ne pas avoir soigné des malades de Lyme comme on voudrait qu'il le fasse.

Soigner, aujourd'hui, c'est ce conformer à des directives éditées par des Ordres, des laboratoires, des lobbies. Les médecins seraient-ils en passe de devenir juste des fonctionnaires d'état obligés d'appliquer les protocoles qu'on leur dicte?

 

MT

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE NIOUZES
commenter cet article
18 décembre 2016 7 18 /12 /décembre /2016 00:30

 

Décidément, ça pilonne dur dans les ministères....

Alors que de plus en plus les vaccins sont incriminés dans leurs conséquences sur la santé et les accidents irrémédiables qu'ils produisent (Hépatite B, Gardasil, lien avec l'autisme, etc.), "un rapport d'experts" préconise d'augmenter le nombre de vaccins obligatoires.

De quoi augmenter la polémique, qui avait déjà vu le jour au moment où le Pr Joyeux dénonçait un problème éthique grave par rapport à l'obligation vaccinale. A savoir qu'à ce jour seuls 3 vaccins sont obligatoires, mais le seul produit que l'on trouve pour vacciner comprend six vaccins injectables en une seule fois.

Donc là, il serait question de passer de 3 vaccins obligatoires.... à 11 vaccins...

Une aberration. Je rappelle que le système immunitaire d'un enfant n'est pas capable de faire face à une telle dose d'information car il est immature, et à une telle charge toxinique que son corps devra métaboliser au risque de dépasser ses capacités d'adaptation. D'où les nombreux accidents post-vaccinaux, et les enfants qui se retrouvent dans des états "non retour" où il devient très difficile de les faire revenir à un état de santé normal. 

 

MT

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE NIOUZES
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • : Un lieu où pourraient se cotoyer le jour et la nuit, les univers différents de la pensée logique, rationnelle, structurée à partir des informations émanant de toute part, et de la pensée vagabonde, celle qui erre la nuit, mais aussi le jour, dans l'envers des choses, à la recherche de l'impalpable, de la beauté et de la magie. Michèle Théron
  • Contact

  • lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. 
Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...

Auteur - Photographe

Michèle Théron, praticienne de santé naturopathe, femme en chemin, je vous partage sur ce blog des articles, de la poésie, des photos créés par moi, et les citations, articles, vidéos qui nourrissent mon chemin et m'inspirent.

Recherche