Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mars 2021 5 05 /03 /mars /2021 13:04

Si certains continuent à douter que la crise "sanitaire" n'en est pas une, je vous invite à considérer toutes les mesures politiques, sociétales, internationales, qui se mettent en place, sans rapport avec un virus, mais qui prennent prétexte du virus et de la peur des gens pour passer en force.


Aucune amélioration des conditions des hôpitaux (au contraire, suppression de lits), interdiction de médicaments pour n'envisager QUE le vaccin comme moyen thérapeutique ou préventif (comme si la santé, depuis des décennies, voire des siècles, se limitait à la vaccination pour soigner les gens), dépossession des médecins de leur droit de prescrire en leur âme et conscience, bientôt ils ne seront plus en charge des actes de vaccinations, qui passeront par des instances officielles afin que personne ne passe entre les mailles du filet (filet non pas sanitaire donc, mais administratif en vue d'avoir accès à l'identification de tous les citoyens), censure extrême dans tous les domaines, chaines youtube supprimées, stigmatisation de tous les discours opposants ou simplement qui s'interrogent, renforcement des répressions, mise en place de systèmes de surveillance avec des budgets faramineux (qui auraient pourtant été bien utiles à la santé)... comme ici, l'achat de 650 drones pour 4 millions d'euros (probablement pour surveiller les déplacements du virus, ça va de soi.....), la mise en place d'un "passeport vert", notez, "vert" ça fait un peu écolo, ça fait le truc rassurant, pas vraiment dangereux, pas qui viendrait nous prendre nos données personnelles ou votre liberté, puisqu'au contraire, il est censé nous la rendre...


Ce qu'il y a d'étrange, quand même, c'est le côté très planifié de tous ces événements, qui sont parfaitement orchestrés (si tout était aussi efficace pour des problèmes bien plus graves qui attendent d'être réglés depuis des décennies, nous serions dans un monde presque parfait...), et qui suivent un agenda qui semble respecté mois après mois...


L'été dernier, des documents circulaient, taxés de loufoques, complotistes, délirants, bref, sans réalité objective pour beaucoup, et pourtant force est de constater qu'étape après étape, c'est ce qui se met en place. Mais peut-être qu'à ce stade, déjà bien avancé, certains seront encore dans le déni de cette logique qui nous est imposée, et qui avait été programmée bien avant l'arrivée d'un virus.

Exemple avec ce document, très peu lisible, mais les premières cases sont assez explicites.

Pour Philippe Guillemant, il est clair aussi que la mise en place de toutes ces mesures n'a rien de sanitaire, mais a pour objectif de normaliser la société, de contrôler les citoyens et d'ouvrir la voie à l'intelligence artificielle et au marché immense des objets connectés, sur le modèle de la Chine, modèle communiste, répressif et de "récompense" à la soumission. Pour cela revoir le documentaire "7 milliards de suspects, tous surveillés", où le créateur chinois du crédit social revendique cette "paix sociale" à exporter pour les autres pays, suggérant au passage que Mr Macron lui achète son modèle afin de régler son problème avec les gilets jaunes....

Donc nous sommes dans tout, sauf une crise sanitaire, mais le "sanitaire" est le moyen le plus sûr de tétaniser tout le monde et d'avoir un cas de force majeure qui oblige à des mesures, qui dans d'autres circonstances passeraient beaucoup moins bien.

Côté positif de la vision de Philippe Guillemant, c'est qu'il pense que tout ceci ne pourra pas aboutir... Reste à savoir le temps que cela prendra et jusqu'où cette nouvelle tyrannie sera imposée, avant que nous fassions exploser tout ce système anti-vie...

Il dépend aussi beaucoup de nous, de savoir si nous voulons répondre au chant des sirènes d'une technologie sans borne, et cautionner toutes les promesses vantées par ces nouveaux artifices censés nous rendre heureux...

C'est là que nous avons un devoir de conscience.

 

MT

 


 

Le principal but de la vaccination n’est pas d’ordre sanitaire

 

Le principal but de la vaccination est de parvenir à une normalisation du port d’identité numérique par chaque citoyen. Il sera en effet permis que le contrôle de ses droits d’accès à différents lieux (restaurants, boutiques, gares etc.) se fasse de manière automatique, ce qui ouvrira un immense marché, celui des objets connectés, tellement savoureux qu’il est capable de transformer des informaticiens en virologues.
Cela permettra également l’introduction d’une monnaie numérique déjà préparée par la suppression progressive de l’argent liquide.

Il y a deux cas à considérer :

– Port d’identité numérique non intimement liée au corps : mobile, bracelet, montre, sac à main…
– Port d’identité numérique intimement liée au corps : bague, puce sous la peau, identification génique…

Dans le second cas il sera impossible, sauf opération chirurgicale, de se débarrasser de son identité.

Dans un premier temps, seul le premier cas est à considérer sérieusement. Ce n’est que lorsque l’usage d’une identité numérique sera normalisé par l’habitude (de vivre autrement) que le second cas s’imposera naturellement pour renforcer la sécurité de l’usage.

Aujourd’hui, ce port d’identité numérique est déjà réalisé via nos mobiles, mais aucun usage n’en est fait, sauf marginal comme dans le cas de l’application TousAntiCovid. Tout le monde a le droit d’entrer dans n’importe quelle boutique et de voyager sans être obligé d’avoir un portable. D’autre part, le traçage des déplacements permis par un mobile est très grossier, sa précision étant comprise entre 1 et 10 mètres. On peut considérer que pour l’instant, avoir un portable est inoffensif.

Tout cela pourrait changer avec le contrôle vaccinal automatisé et la généralisation des objets connectés via la 5G et même dès la 4G. En particulier le traçage ne serait plus réalisé par GPS, mais par analyse et triangulation de signaux via les objets alentours et sera à terme 100 à 1000 fois plus précis, à mesure que la technologie évoluera.

 

 

 

Le port non lié au corps d’identité numérique, dans un environnement peuplé d’objets connectés (maisons, voitures, routes, villes…) permettrait les recueils de données suivants par une I.A. :

– Vérification d’autorisation d’accès pour les vaccinés
– Contrôle de vitesse et stationnement (voiture connectée)
– Identification de toutes sortes d’infractions à la conduite
– Identification des personnes avec qui l’on déjeune
– Mémorisation de tous les déplacements
– Calcul de temps de travail ou temps de présence…
– Détection de déplacement inhabituel…
– Etc

Il convient de préciser qu’aucune loi ne pourrait empêcher l’implémentation des algorithmes correspondants, mais seulement en interdire l’usage.Toutefois, il serait extrêmement difficile de détecter qu’un tel usage n’est pas effectué. Seule son exploitation pourrait être rendue visible, mais cela laisse une grande place à une exploitation inavouée, par exemple par une société d’assurance où le calcul des droits est déjà réalisé de façon informatique.

Considérons maintenant le deuxième cas, et allongeons la liste précédente :

– Maison intelligente (interactions, commandes, dialogues…)
– Analyse d’activités privées (dormir, lire, faire l’amour…)
– Surveillance de l’activité des enfants
– Analyse des interactions familiales
– Analyse de situation (repos, activité, chute…)
– Analyse de comportement (geste brusque, activité sportive…)
– Détection et mémorisation des habitudes
– Etc

J’en oublie certainement, sachant qu’il est difficile d’imaginer d’avance tout ce que la quatrième révolution industrielle pourrait nous inventer. Je ne parle ici que d’un transhumanisme très doux, presque acceptable, sans faire référence à quoi que ce soit d’intrusif comme une puce dans le cerveau, des nanorobots dans nos veines ou une vision artificielle et connectée. Mais il va de soi que l’acceptation de ces technologies intrusives est conditionnée à l’acceptation de l’usage d’identité numérique.

La question de savoir si nous allons effectivement rentrer dans ce nouveau monde, ou pas, va donc dépendre du niveau d’acceptation du vaccin. Il est en effet peu probable que l’on oblige chaque citoyen à porter une identité numérique lors de ses déplacements si 50% de la population n’est pas vaccinée, car on ne va pas limiter à ce point la liberté de circulation. Par contre, si seulement 5% de la population n’est pas vaccinée, il est fort probable qu’on entrera dans ce nouveau monde.
La réalité sera évidemment bien plus complexe que cette simplification binaire, qui n’a d’autre but que d’éveiller aux véritables enjeux.

Donc, je le répète, nous ne sommes pas confrontés à un problème sanitaire avec le virus. Ce problème-là est peanuts à coté du choix de société qui se trouve devant nous, qu’une politique de gouvernance mondiale semble avoir déjà fait à notre place.

Mais je le répète une fois de plus, mon avis est qu’on n’entrera pas dans ce nouveau monde.

Philippe Guillemant, le 24 novembre 2020

 

https://www.nexus.fr/actualite/billet-dhumeur/finalite-vaccination-guillemant/

 

 

 

Cet article vient du magazine NEXUS, merci de les soutenir pour leur indépendance

 

👉 Cher lecteur, notre indépendance dépend de vous, NEXUS n’a ni subvention, ni publicité ! Le magazine ne vit que grâce à vous. En vous abonnant ici au format papier ou numérique, vous soutiendrez une presse totalement libre et vous découvrirez des sujets inédits traités nulle part ailleurs ! Achetez nos numéros à l’unité en cliquant ici

 

 

Repost0
3 mars 2021 3 03 /03 /mars /2021 22:46
Christian Schloe

Christian Schloe

*

 

Je vous ai déjà partagé des articles de Stéphane Pêtre, ici, et ici.

Voici un autre texte explicite à explorer impérativement à l'heure où la crise dite "sanitaire" fige la presque totalité de l'humanité dans une insensibilité à la souffrance qui s'agrandit dans le monde, que ce soit une souffrance sanitaire, économique, sociétale, individuelle. Au nom de la nouvelle religion du Covid, tout le monde doit marcher au pas, tout est justifié par cette seule porte d'entrée cognitive, plus rien d'autre n'existe et toute personne souhaitant sortir de cet enfermement collectif est stigmatisé par tout un jargon issu de la novlangue qui permet de nier tout débat et de diviser le monde en "bons" et en "méchants".

Pour s'en sortir, nous n'aurons pas d'autre issue, avant de réfléchir, que de re-sentir, pour être d'abord branchés sur notre humanité et ce qui nous relie tous au-delà de nos différences.

 

*

 
 
Comment savoir que je détruis si je ne ressens pas ?
Par Stéphane Pêtre
 
Nous allons le savoir par le premier état dissociatif qui soit : la névrose.
La névrose est la manifestation chez un humain du refoulement de ses fixations traumatiques ayant eu lieu durant son enfance. La névrose n'est donc pas le trauma. Elle en est son expression diluée.
 
 
Nous l'avons déjà signifié, cette névrose (hystérique ou obsessionnelle selon les codes classiques en psychologie) est intra-psyhique (donc à l'intérieur du sujet) et a besoin d'être secondée par des défenses de secondes lignes (annulation, isolation, retournement) mais donc surtout par une défense de première ligne : le REFOULEMENT.
 
 
Chez un névrosé standard ce REFOULEMENT suspend le temps, il enfouit et conserve et s’emploie à séparer chez le sujet tout contact avec l'affect traumatique. Avec le REFOULEMENT le sujet baigne dans son jus, il est au sein de son conflit, avec des ratés, des réussites, des ratés...
Nous pouvons donc dire qu’un état névrotique est un état dissociatif standard.
D'un point de vue toujours psychanalytique, la structure névrotique est chez un humain un conflit entre le SURMOI (celui qui pose des limites) et le ÇA (les pulsions vitales) à travers le MOI (celui qui fait comme il peut entres les deux).
 
 
Définition du névrosé type : j'existe, mais je ne sais pas qui je suis pour les autres.
100% des humains ont subi des fixations pathologiques dans leurs enfances.
100% des humains sont donc névrosés et certains ont dépassé ces frontières pour basculer dans de pires conflits qui sont autant de grades dissociatifs (perversions narcissiques, schizophrénie et enfin psychose terminale).
 
 
Le refoulement étant une défense, elle déforme donc la réalité (contraire de la fiction) afin de maintenir la structure interne de chaque sujet en sécurité, ceci afin de ne pas entrer logiquement en contact avec les douleurs internes. 100% des humains déforment donc la réalité à leur guise afin de se protéger de leurs traumatismes. C’est pour cela que l’humanité détruit la planète sans réagir ou si peu, car en réalité profonde, elle ne ressent plus car coupée de ses émotions pour se protéger de ses traumas internes.
 
 
Lancé dans la vie, un humain va ainsi être magnétiquement attiré par les croyances venant se mouler idéalement avec son refoulement. Ces croyances sont bien entendues d'ordre très variées : scientifiques, religieuses, philosophiques, spirituelles etc, etc...
Pourquoi une psychanalytique intégrale ayant pour intention de libérer ces fixations peut-elle échapper à ce piège ? Car, bien que pouvant aussi jouer le rôle d'une croyance protectrice - si et seulement si elle n'a pas encore pour fonction de protéger les parents idéalisés - elle permettra au sujet de ne plus chercher à se protéger et donc à lever le voile sur la réalité. Les faits sont réels : un humain névrosé ayant réussit à force de travail à affiner son refoulement, n'a plus besoin de se réfugier dans aucune croyance protectrice.
 
 
S'ouvre à lui un espace de CONFIANCE où les normes ontologiques prennent systématiquement le relais sur les normes névrosées. Soudain il ressent. Il vit et ne détruit plus le vivant car il sait en faire partie. Mais cela est une autre histoire.
 
Stéphane Pêtre
 
 
 
Repost0
3 mars 2021 3 03 /03 /mars /2021 20:18
Faire craquer les cuirasses

 

C'est tellement plus simple d'éteindre nos cerveaux, d'anesthésier le cœur, de se faire croire que ces injonctions sont "normales", "passagères ", "justifiées ", "citoyennes ", "altruistes ", que sais-je encore, puisque notre cerveau est équipé pour tout justifier, même l'intolérable, même l'inacceptable...

 

Seules les connexions entre nos neurones, et entre nos neurones cérébraux et nos neurones cardiaques, pourront nous permettre de remettre de la sensibilité, de la conscience, et désirer mettre fin à cette psychose collective.

 

L'anesthésie est le moyen le plus sûr pour être un terroriste, une machine à répliquer la maltraitance, un abuseur ou un dictateur, un tyran de la Vie.
 

 

Moi je ne veux pas signer pour ce contrat là, qui programme pour des décennies encore la souffrance de notre monde, en la perpétuant sur nos enfants, en les abandonnant à eux-mêmes dans une souffrance à laquelle ils ne peuvent pas faire face à l'heure actuelle et que les adultes ne valident pas, car c'est le seul moyen qu'ils ont de ne pas toucher leur propre impuissance, leur propre souffrance, leurs propres peurs... Pour se protéger eux, ils sacrifient leurs enfants, qui eux, sensibles, voient toute la douleur et l'incohérence du monde qu'on leur propose.


C'est aux adultes de faire craquer leur cuirasse pour arrêter de se réfugier derrière la bienséance, le "pas faire de vague", le "c'est pour notre bien", " c'est pour ton bien", ...
 

 

Toutes les horreurs sur cette terre ont été commises pour "de bonnes raisons ", un idéal politique, économique ou religieux.... Il manquait l'idéal sanitaire... on vient de nous le créer...
 

Et la peur d'entrer dans nos propres peurs a fait que nous laissons en héritages les mêmes valises nauséabondes depuis des siècles, remplies de vieux trucs jamais triés...

 


Ouvrons les volets, les rideaux, les fenêtres, les cœurs, levons les voiles, respirons...!!!

 

 

 

 

 

*

 

Je vous ai déjà partagé des articles de Stéphane Pêtre, ici, et ici.

Voici un autre texte explicite à explorer impérativement à l'heure où la crise dite "sanitaire" fige la presque totalité de l'humanité dans une insensibilité à la souffrance qui s'agrandit dans le monde, que ce soit une souffrance sanitaire, économique, sociétale, individuelle. Au nom de la nouvelle religion du Covid, tout le monde doit marcher au pas, tout est justifié par cette seule porte d'entrée cognitive, plus rien d'autre n'existe et toute personne souhaitant sortir de cet enfermement collectif est stigmatisé par tout un jargon issu de la novlangue qui permet de nier tout débat et de diviser le monde en "bons" et en "méchants".

Pour s'en sortir, nous n'aurons pas d'autre issue, avant de réfléchir, que de re-sentir, pour être d'abord branchés sur notre humanité et ce qui nous relie tous au-delà de nos différences.

 

*

 

 
Comment savoir que je détruis si je ne ressens pas ?
Par Stéphane Pêtre
 
Nous allons le savoir par le premier état dissociatif qui soit : la névrose.
La névrose est la manifestation chez un humain du refoulement de ses fixations traumatiques ayant eu lieu durant son enfance. La névrose n'est donc pas le trauma. Elle en est son expression diluée.
 
 
Nous l'avons déjà signifié, cette névrose (hystérique ou obsessionnelle selon les codes classiques en psychologie) est intra-psyhique (donc à l'intérieur du sujet) et a besoin d'être secondée par des défenses de secondes lignes (annulation, isolation, retournement) mais donc surtout par une défense de première ligne : le REFOULEMENT.
 
 
Chez un névrosé standard ce REFOULEMENT suspend le temps, il enfouit et conserve et s’emploie à séparer chez le sujet tout contact avec l'affect traumatique. Avec le REFOULEMENT le sujet baigne dans son jus, il est au sein de son conflit, avec des ratés, des réussites, des ratés...
Nous pouvons donc dire qu’un état névrotique est un état dissociatif standard.
D'un point de vue toujours psychanalytique, la structure névrotique est chez un humain un conflit entre le SURMOI (celui qui pose des limites) et le ÇA (les pulsions vitales) à travers le MOI (celui qui fait comme il peut entres les deux).
 
 
Définition du névrosé type : j'existe, mais je ne sais pas qui je suis pour les autres.
100% des humains ont subi des fixations pathologiques dans leurs enfances.
100% des humains sont donc névrosés et certains ont dépassé ces frontières pour basculer dans de pires conflits qui sont autant de grades dissociatifs (perversions narcissiques, schizophrénie et enfin psychose terminale).
 
 
Le refoulement étant une défense, elle déforme donc la réalité (contraire de la fiction) afin de maintenir la structure interne de chaque sujet en sécurité, ceci afin de ne pas entrer logiquement en contact avec les douleurs internes. 100% des humains déforment donc la réalité à leur guise afin de se protéger de leurs traumatismes. C’est pour cela que l’humanité détruit la planète sans réagir ou si peu, car en réalité profonde, elle ne ressent plus car coupée de ses émotions pour se protéger de ses traumas internes.
 
 
Lancé dans la vie, un humain va ainsi être magnétiquement attiré par les croyances venant se mouler idéalement avec son refoulement. Ces croyances sont bien entendues d'ordre très variées : scientifiques, religieuses, philosophiques, spirituelles etc, etc...
Pourquoi une psychanalytique intégrale ayant pour intention de libérer ces fixations peut-elle échapper à ce piège ? Car, bien que pouvant aussi jouer le rôle d'une croyance protectrice - si et seulement si elle n'a pas encore pour fonction de protéger les parents idéalisés - elle permettra au sujet de ne plus chercher à se protéger et donc à lever le voile sur la réalité. Les faits sont réels : un humain névrosé ayant réussit à force de travail à affiner son refoulement, n'a plus besoin de se réfugier dans aucune croyance protectrice.
 
 
S'ouvre à lui un espace de CONFIANCE où les normes ontologiques prennent systématiquement le relais sur les normes névrosées. Soudain il ressent. Il vit et ne détruit plus le vivant car il sait en faire partie. Mais cela est une autre histoire.
 
Stéphane Pêtre
 
 
 
 

*

L'impact sur la jeunesse ne cesse de s'aggraver.

Yann Moix "appelle tous les étudiants à se révolter contre un nouveau confinement, à une désobéissance civique puissante", et ose parler du désastre des mesures sur la jeunesse ...

 

*

 

 

*

De plus en plus de médecins osent dire que ces mesures appliquées à une population entière, quand 99,5 % n'est pas en danger, sont une aberration...

 

*

Repost0
24 janvier 2021 7 24 /01 /janvier /2021 22:44

La situation dans laquelle nous sommes plongés depuis presque un an est une situation où toute action et toute fuite sont devenues quasi impossibles et dont la résultante est une inhibition tant au niveau psychique (sidération qui empêche de penser normalement) que physiologique (avec les symptômes qui se manifestent au niveau biologique).

 

La censure qui éteint toute contestation ou débat avec des points de vue différents (voir plus bas la vidéo du Dr Louis Fouché qui énumère les nombreuses censures qui détruisent des publications), le matraquage médiatique autour des "cas", des "tests", des morts, la culpabilisation des citoyens,   sont devenus non seulement intolérables, mais empêchent de construire des vraies solutions par rapport à cette situation.

 

Néanmoins, bon nombre de personnes tentent de s'organiser.

 

Comme le collectif Réinfo Covid : https://reinfocovid.fr/

 

Comme le comité Santé et liberté, pour un nouveau comité scientifique indépendant, sans conflit d'intérêt, au-delà d'une science et d'une médecine technocratiques :

https://www.lelibrepenseur.org/conference-de-presse-sante-libre-des-collectifs-de-medecins-independants-pour-la-covid19/

 

https://resistancerepublicaine.com/2021/01/16/perronne-avec-la-coordination-sante-libre-on-va-creer-un-comite-scientifique-independant/

https://youtu.be/MKlfPySXvJA

 

Comme Médecins engagés : https://manifestes-libertes.org/medecins-engages

 

Comme la commission d'enquête ACU : https://www.nexus.fr/actualite/news/medecins-allemands-commission-denquete-covid-19/

 

Comme le réseau Solidarita, en création, pour pouvoir se rapprocher, se fédérer, par pays, régions, etc... dont JJ Crèvecoeur a parlé dans ses vidéos ; vous pouvez répondre au questionnaire pour le préparer ici : https://fr.surveymonkey.com/r/solidarita01

 

Et d'autres initiatives où les citoyens tentent de retrouver leurs droits.

 

 

Beaucoup de personnes courageuses gardent le cap et continuent de s'exprimer sur les incohérences de cette crise gérée par l'ingénierie sociale ("campagne" de communication) et qui nous emmène, non pas où nous souhaiterions aller, la santé ou la sécurité, mais là où quelques individus contrôlant voudraient nous emmener.

J'ai déjà parlé de ces informateurs et professionnels, comme Pr Perronne, Dr Toubiana, Pr Toussaint qui ont le courage d'élever leur voix pour faire entendre une autre réalité.

 

 

 

Ici la psychiatre et députée du Bas-Rhin Martine Wonner :

 

 

 

 

Il est intéressant d'écouter aussi la dernière vidéo "L'info en question #32", avec J.J. Crèvecoeur, et particulièrement l'intervention de Marie Lyn, très documentée et de Chloé, sur les vaccins, le transhumanisme. On apprend par exemple qu'un robot a obtenu des droits humains, on suit les projets de transhumanisme en cours, (pas de la science fiction mais déjà à l'oeuvre), on comprend que la mort de l'agriculture est quasiment programmée par l'utilisation de robots et de mini-drones pour remplacer les abeilles qu'on extermine avec les produits chimiques. On découvre aussi que ce que nous, nous appelons "transition écologique", n'est pas du tout, mais alors pas du tout la même chose pour ceux qui veulent la mettre en place et qu'elle concerne à la fois la transition démographique, économique et virtuelle et le passage à la dématérialisation monétaire. Sauf que tous ces projets, eux, ne sont pas virtuels...

 

(au passage, je vous invite à écouter la vidéo de Chloé, https://youtu.be/QbRPvqcmdgs , victime d'attaques, comme beaucoup d'informateurs, et de la soutenir si cela vous touche)

 

 

 

Ici, une fois encore, le Dr Louis Fouché, qui sans relâche s'exprime avec cette intelligence de la pensée avec des objectifs simples, comme être transparents, sans conflit d'intérêts, sortir de la peur, proposer des informations et des questionnements issus d'un collectifs de professionnels d'horizons divers, et surtout sortir de la pensée unique qui est entrain de nous amener tout droit vers le monde de 1984 de George Orwel...

 

Il alerte sur ce qui est entrain de se passer avec les vaccinations sur les aînés ou d'autres personnes, ce qu'il considère comme de la recherche sans consentement ou sans consentement éclairé sur des individus et des actes médicaux dont on a du mal à trouver la justification (vacciner en urgence des personnes très âgées en Ehpad et qui sont vulnérables, pas seulement à la maladie, mais aux chocs, et l'on sait que toute intervention médicale invasive est un choc pour l'organisme).

 

Soulignons encore et encore, que ce ne sera pas la première fois où l'on laisse faire ce que quelques années plus tard certains nommerons un scandale. Il y a déjà eu le scandale du sang contaminé, les scandales sur des médicaments qui ont tué ou détruit la santé des gens. Donc les laboratoires savent parfaitement ce qu'ils font, ils testent ces molécules depuis des décennies et d'une façon dont nous ne sommes probablement pas au courant. Le Dr Louis Fouché rappelle au passage le scandale des sacrifiés d'Alabama, personnes ayant contracté la syphilis, mais que l'on n'a pas soignés pour "voir" la maladie se dérouler.

 

Ou rappelons ici le scandale des opioïdes aux Etats-Unis : https://www.franceinter.fr/societe/les-etats-unis-ce-pays-ou-l-on-meurt-de-plus-en-plus-sur-ordonnance

 

40 % des morts par overdose avaient une ordonnance... L’addiction aux opioïdes a causé la mort de près de 300 000 personnes en vingt ans aux Etats-Unis, dont 72 000 pour la seule année 2017. Pas de campagne médiatique chaque soir à la télévision pour ces décès là....

Regardez impérativement le documentaire d'Envoyé Spécial, et vous verrez que rien n'arrête ces firmes pharmaceutiques qui tuent, même pas la loi.

 

https://www.youtube.com/watch?v=Kp6Y5rMhuVQ

 

Vous apprécierez certainement les techniques d’appât utilisées pour inciter les jeunes à se faire vacciner. Edifiant....

 

https://cv19.fr/2021/01/21/un-sachet-dherbe-gratuit-avec-votre-vaccin-covid-a-washington

 

Tant qu'à faire, je propose que l'on mette la planète entière sous cannabis, ça nous détendrait un peu, non ?

 

Jamais nous n'avons été les témoins avec autant d'insistance de matraquage pour nous amener à quelque chose. Je vous rappelle au passage, que tout ce foin est fait en réponse à un virus qui laisse vivant plus de 99 % de la population...

 

Lorsque nous comprendrons que nous sommes les rats de laboratoires des trusts pharmaceutiques, nous rangerons nos illusions au placard et commencerons à nous réveiller.  
 

 

 

 

Ici  encore, Alexandra Henrion-Caude qui ne cesse de se mobiliser pour mettre en garde à partir de son expertise de généticienne.

Alexandra Henrion-Caude : « Utiliser de l’ARN sur des gens sains est une pure folie » "« Je travaille depuis 12 ans sur l’ARN. Je suis une amoureuse de l’ARN… une adepte de ses capacités immenses… Je suis très malheureuse de ce qui se passe… Administrer de l’ARN à des individus sains me paraît de l’ordre de la folie… C’est inconcevable compte tenu de la versatilité de cette molécule, sa capacité à interagir avec une multitude de molécules… Et d’ailleurs on a essayé ce genre de thérapie sur des malades… Si on n’y arrive même pas encore sur des malades, alors le mettre en oeuvre sur une population saine… Ce n’est pas de la folie dans l’absolu, c’est de la folie dans les circonstances actuelles d’une dizaine d’années de développement et de connaissances qui s’accumulent. » « L’essai de Pfizer se terminera en 2022… D’ici là, toute personne qui se fera vacciner sera un sujet de protocole biomédical… Un cobaye."

 

C'est en effet une guerre de l'information, et elle n'a pas commencé aujourd'hui, mais il y a des dizaines d'années, avec la création de stratégies de communication et de propagande pour amener le peuple au consentement volontaire. Noam Chomsky en a parlé dans "La fabrique du consentement", Naomi Klein l'a évoqué avec son livre et ses interventions sur La stratégie du choc. Tout est étudié pour orienter l'esprit humain là où l'on veut l'emmener.

La  publicité, les pétitions, les enquêtes, les statistiques, tout est prétexte à détourner la réflexion et la souveraineté des citoyens. Pourquoi un gouvernement fait-il appel à une société privée et internationale, pour mener une campagne de vaccination??

Je remets ici un lien que j'avais mis il y a quelques années, Sylvie Simon nous mettait en garde contre "qui" est derrière Avaaz (et d'autres pétitions aussi certainement).

 

http://sylviesimonrevelations.over-blog.com/article-savez-vous-qui-est-avaaz-119536006.html

 

Bon nombre signent encore des pétitions, comme si après cela notre travail de citoyen était accompli.
Cette ingénierie sociale a très bien étudié comment contrôler l'opposition citoyenne. Cela s'appelle "l'opposition contrôlée", par la mise en place de stratégies déguisées en outils démocratiques et d'expression citoyenne. Les pétitions, les "votes" sur les sites ou les pages internet des médias, certaines vidéos, qui nous expliquent que tout va bien, etc. permettent à notre pensée et à notre énergie d'être détournées de la révolte et de notre pouvoir de création et d'organisation. C'est un grand parasitage organisé, à l'échelle mondiale, cela s'appelle l'ingénierie sociale et des sociétés sont spécialisées dans ces techniques.

Le cerveau humain a été très étudié, ainsi que les comportements sociaux (voir les programmes de la CIA MK Ultra dans les années 50, où à peu près tout a été testé sur des humains, noirs et prisonniers de préférence, et pour lesquels le gouvernement de Clinton a fait des excuses publiques...) , donc il faut juste ne pas être naïf et croire que nous avons en face de nous des structures empathiques, humaines et sensibles. Nous sommes des êtres sensibles, et par contre nous ne devons pas abandonner nos qualités pour nous protéger, nous devons être plus forts par le discernement, la connaissance et la capacité retrouvée d'action.
 

 

C'est pourquoi il est important d'écouter la vidéo de Philippe Bobola sur l'inhibition d'action, afin de bien comprendre les effets du stress et des injonctions paradoxales.

 

 

 

 
Philippe Bobola, physicien, anthropologue, psychanalyste. A partir des travaux d'Henri Laborit sur le stress.
 
Seule la situation de l'inhibition de l'action génère une somatisation.
L'inhibition de l'action est une solution courte et ponctuelle prévue par la physiologie pour faire face à un danger. Jamais une solution à moyen ou long terme. Quand les capacités d'adaptation sont dépassées, la physiologie se dégrade et c'est l'un des facteurs de la chronicité des pathologies. Quand on ne peut plus ni attaquer, ni agir, ni fuir, alors le corps "fait le mort", se met en survie et épuise ses surrénales. Une "mort provisoire " qui peut conduire à la mort définitive.
Indispensable pour comprendre la mise en inhibition de l'action d'une population, afin de faire passer l'ingénierie sociale (stratégie pour guider les actions et pensées des citoyens) , on comprend d'autant plus lorsque l'on sait que le (les?) gouvernement(s) s'entourent de sociétés privées de communication pour gérer la crise, la campagne de vaccination et les confinements...
Les entreprises de communication/manipulation/propagande savent parfaitement comment influencer les foules, c'est la base même de la publicité qui invente images et concepts pour faire vendre ce dont on n'a pas besoin ou vanter les vertus d'un produit médiocre voire nuisible..
C'est du marketing et nous sommes le produit ou le client, c'est selon...
 
 
 

 

Tout ce qui se passe en ce moment est vraiment grave, du point de vu sanitaire, du point de vue politique, au niveau de l'information manipulée et au niveau des pertes de liberté qui ne s'annoncent pas provisoires puisque même le "vaccin qui n'en est pas un", ne dispensera pas des gestes barrières, des masques, du fichage et autres joyeusetés.

Mais devant ces abus et ces scandales, tout est une question de temps. Un temps viendra où ces responsables devront rendre des comptes. Déjà des choses se mettent en place, les citoyens vont de moins en moins accepter ce qui leur est imposé et ce qui est révélé jour après jour, et la justice prendra, je l'espère massivement, le relais pour traiter ces dysfonctionnements et ces abus de pouvoir, voire ces crimes, si l'on fait référence à la vaccination forcée sans consentement éclairé sur des personnes vulnérables en Ehpad par exemple.

 

Pour sortir de l'inhibition, il va falloir repasser par l'action, l'organisation, la création, et des innovations pour décider du futur que l'on souhaite vraiment.


Un futur qui dépend des milliardaires qui nous gouvernent et imposent leur tyrannie politique et financière ou un futur dont nous serons les co-créateurs.

 

A nous de saisir l'opportunité qui nous est proposée avec cette crise. Elle nous montre les ombres gigantesques que nous avons laissées se répandre sur la terre, mais aussi la lumière dont nous sommes les dépositaires et avec laquelle nous pouvons éclairer notre avenir.

 

 

MT

 

 

 
 
 
"Le Dr Drosten, conseiller virologue de Angela Merkel est aujourd’hui poursuivi par la justice allemande pour avoir faussé le protocole des tests PCR qui a amené tous les gouvernements occidentaux à prendre toutes ces décisions de distanciations sociales, de port du masque obligatoire et de confinement ravageuses. En effet, en préconisant des valeurs de réglage CT jusqu’à 45, les résultats des tests devenaient positifs, même avec des traces infimes de virus dans la plupart des cas, dans le but de continuer à alimenter la peur généralisée.
 
Aujourd’hui, dans ce désastre sanitaire mondial planifié de toutes pièces, c’est un deuxième tribunal de Nuremberg qui se prépare, avec la mise en place d’une « Class Action » sous l’égide de milliers d’avocats mondiaux derrière l’avocat américano-allemand Reiner Fuellmich qui poursuit le Dr Drosten en justice."
 
 

 

 

Même à Cnews, on commence à s'indigner du discours tenu par les autorités et leur malhonnêteté intellectuelle !

 

Repost0
12 janvier 2021 2 12 /01 /janvier /2021 19:56
 
Christian Vélot, qui depuis des années a alerté sur les OGM, décrit ici les techniques de v... d'immunisation...
 
 
Il est temps de réfléchir aux conséquences de ces OGM introduits dans nos corps, dont on dit qu'ils vont nous protéger "collectivement", à moins qu'ils nous infectent, au contraire, collectivement (lire le texte de Jacques Testart sous la vidéo).
 
 
Etes-vous prêts à jouer à pile ou face ?
 
 
 
Technologies immunisantes, par le Dr Louis Fouché, indispensable à écouter, pour l'aspect technique (pas trop rébarbatif) et pour la pensée élargie et intelligente, qui fait des liens et fait réfléchir...
 
Ne pas céder à la peur, et pour cela avoir une vision large, pédagogique, en osant sortir du silence...
 
Affronter le réel et en discuter...
 

 

Maintenant, allons voir du coté de cette thérapie génique, appelée "vaccin" à l'heure actuelle, et comment elle fonctionne et quelles sont les possibles effets.

 

Un passage de l'entretien avec le Dr Louis Fouché, concerne la syncytine, une protéine impliquée dans la reproduction.


Syncytine : Les syncytines sont des protéines qui jouent un rôle important dans le développement du placenta et dont la présence a été mise en évidence chez les mammifères.

Les gènes à l'origine de cette exaptation sont les gènes viraux : ils sont l’apanage des rétrovirus, ou virus à ARN. Après l'étape de rétrotranscription de l'ARN viral en ADN pour s'insérer dans celui de la cellule hôte, s'il s'agit d'une cellule sexuelle (spermatozoïde ou ovocyte), les séquences rétrovirales nouvellement acquises seront transmises aux générations suivantes comme n’importe quelle autre séquence, devenant des éléments permanents du génome hôte. Elles sont alors considérées comme « endogènes » et appelées pour cette raison ERV pour Endogenous RetroVirus. (wikipédia)

 
Déjà là, ce qu'il faut retenir, c'est que c'est en lien avec des VIRUS...
Et comme beaucoup de virus (comme les bactéries) font partie de notre corps et se sont transformés dans des fonctions précises, c'est vraiment un jeu d'apprenti sorcier, que d'introduire un OGM dont la structure est proche de gènes viraux...
 
 
 
 
Ensuite, écoutons ce que dit Fouché :
 
""Spike, la protéine qui est produite par l'ARN, est la protéine d'enveloppe du virus qu'on vous injecte pour que vous fassiez des anti-corps contre spike... sauf que spike a beaucoup d'homologie de séquences avec la syncytine...
 
Donc si vous faites des anti-corps contre spike, et que vous faites au passage des anticorps contre la syncitine, vous risqueriez d'être infertiles.
ça, vous allez le voir au bout de combien de temps??? Parce que vous n'allez pas le voir dans les 3 semaines hein ! il va falloir un petit moment avant de se rendre compte que les gens sont infertiles et pourquoi ils sont infertiles, et de le relier à la vaccination etc.
 
Ce risque là, vous allez le faire courrir à des femmes en âge de procréer, à des hommes en âge de procréer, car ça va agir aussi sur le sperme et la rencontre entre les gamètes. ""
 
 

 

Et si vous pensez que c'est un hasard, réécouter cette vidéo, où les propos tenus ne sont pas ceux d'un complotiste, mais de B. Gates lui-même, mine de rien dans une conférence, devant un parterre de spectateurs visiblement pas choqués...

Vaccination : ""si c'est un succès, les bénéfices c'est une réduction de la maladie, une réduction de la croissance de la population"....


https://youtu.be/EGn-BF0B_4Q  (vidéo disparue...)

autre lien accessible : https://youtu.be/AC0wcNHUzYM

 

 
Comme si nous n'étions déjà pas assez prolétarisés comme ça, voici que notre corps est encore sollicité pour fabriquer ce que les laboratoires considèrent comme trop couteux et trop long  à fabriquer par eux-mêmes...
Ainsi, non seulement ces technologies mortifères nous allons les choisir (pour certains, voire les demander) ou elles vont nous être imposées, et c'est notre corps qui va faire le boulot...
 
L'exploitation, jusqu'au coeur de nos cellules....
Vous aimez le principe  ?
 
 

 

 

Intéressant aussi de voir comment un médecin, le Dr L. Fouché encore, invité sur un plateau télé comme représentant des "soignants qui refusent le vaccin", se voit écourté et coupé lorsqu'il répond à la question qu'on lui pose mais que la réponse n'est pas ce que l'on aimerait entendre...

Les médias n'ont donc pas d'autre alternative? oubliés les autres points de vue? oubliés les débats? oubliés les échanges d'arguments ? Décidément, ce virus aura généré beaucoup plus d'effets qu'on ne le pense...

 

https://twitter.com/Infirmier0/status/1348724596263047169

 

 

 

En Israël, où la vaccination a commencé, les effets se font déjà connaitre.
Ce vaccin censé nous protéger... ne semble pas très protecteur...

Et comme le disent plusieurs intervenants sur les plateaux télé, ce n'est pas parce que nous serons vaccinés, que les gestes barrières cesseront, que nous ne transmettrons pas le virus, ou que nous ne tomberons pas malades...

Avez-vous déjà vu la promotion d'un tel produit, à l'échelle mondiale, avec si peu d'avantages ???

 

 

 

 

.

 

 

 

Catherine Austin Fitts, sur les nouveaux systèmes monétaires (en fait la  fin de l'argent et le début des monnaies électroniques) en lien avec la santé, les technologies immunisantes et les nanoparticules qui feront de notre corps des OGM connectés au cloud....

 

http://videos.files.wordpress.com/mQo5RcpM/avoiravantcensure_hd.mp4

 

 

 

 

Le Professeur Dolores Cahill, biologiste moléculaire et immunologiste, enseigne à l’Institut Conway de Dublin. https://dolorescahill.com

Elle est membre du collectif https://acu2020.org/version-francaise qui réunit plus de 2000 médecins du monde entier pour dénoncer cette PLANdémie.

 

Le Pr Cahill explique les effets tardifs, différés des vaccins à ARNm : les gens vont mourir des effets des vaccins ARNm et seront étiquetés « décès Covid ».

 

Avec l’Intervention d’Alexandra Henrion-Caude, Généticienne, spécialiste de l’épigénétique, ancien directeur de recherche à l’INSERM actuellement directeur de l’institut de recherche Simplissima https://www.simplissima.org/about également membre du comité éthique IDF qui a été montée dans le cadre de la révision de la loi de bioéthique. https://www.linkedin.com/in/alexandracaude

 

 

J'aime beaucoup comment le Pr Joyeux fait face à cet interview, où l'on ne l'interroge que sur ce qui entache sa réputation. Mais son intégrité et sa cohérence donnent de la force à ces mots et à son positionnement. Il est pour les vaccins, mais il ne se fera pas vacciner en l'état actuel des choses.

 

 

 

Repost0
13 novembre 2020 5 13 /11 /novembre /2020 21:48
 
 
Pour celles et ceux qui sont un peu sur les réseaux sociaux ou qui suivent l'actualité autour de la sortie d'un film dont on parle beaucoup...
 
 
Je ne sais pas si cela vous a échappé, mais il y a comme un petit furet sur le net qui court partout, qui est là, puis plus là, là bas, puis plus là bas, ici et puis plus ici, caché, visible, chassé, re-caché, et hop un petit lien le fait réapparaitre, et hop un sombre magicien le fait disparaître à nouveau...
 
 
D'abord sur vimeo, puis odysée, puis you toube, puis fasse bouc, sur la page de l'un, puis d'un autre, en commentaire, sur une page, dans un groupe, à télécharger... on a l'impression de chercher à tenir une savonnette mouillée 😃
Qui l'eut cru, qu'un petit furet créerait autant de mouvement 🤔
Haut les mains ! qu'on leur a dit, mais ils ne veulent rien lâcher....
Pourtant le furet court et il ne lâchera rien non plus.... 🐾
 
 
La presse a sorti toutes ses attaques pour disqualifier non seulement les personnes mais la qualité de ce film. Inutile de polémiquer. Chacun devrait le voir pour se faire sa propre idée en le regardant, du début jusqu'à la fin...
 
Imaginons que ce soit un navet... (ce qui n'est pas le cas de mon avis)  pourquoi autant de réactions violentes, autant de censure, autant de disqualification des auteurs qui sont des professionnels, pourquoi ne pas ouvrir un vrai débat, avec confrontation, au lieu d'avoir le même son de cloche depuis mars...
 
 
Certains ont décidé de "décortiquer" le film pour reprendre tous les mots, affirmations, etc et chercher à les mettre en défaut... On sent qu'il va y avoir comme une battue pour chercher la petite bête...
Comme par exemple dire que l'extrait sorti du contexte du Dr Laurent Alexandre lui fait dire le contraire de ce qu'il pense. (1)
 
 
Je connais cette intervention de Laurent Alexandre, en effet ce n'est qu'un passage, mais dit il vraiment le contraire de ce qu'il dit?
 
"Nous devons créer une société inclusive pour éviter qu’il y ait un gigantesque gap entre ceux qui maîtrisent la technologie et les autres".

Quand on dit aussi : vous serez les élus, les autres, ce seront les inutiles, le langage est assez éloquent me semble-t-il, et je ne vois pas de notion "inclusive" là dedans... c'est le même qui dit que l'on peut vacciner les vieux parce "qu'ils ont une espérance de vie résiduelle "... Heureusement, le journaliste relève le terme et le trouve violent, là où d'autres auraient peut-être laissé passer. J'ai écouté d'autres interventions de ce Mr, et il ne m'a nulle part convaincue...
 
 
L'ensemble du film est calme, sans mépris pour les personnes mises en causes, ce qui est loin d'être le cas du déferlement d'attaques qui pleuvent...
S'il y a des erreurs de sémantique ou d'analyse dans ce film, j'aimerais tellement qu'on ait un regard aussi pointu et critique à l'égard de tout ce qui se dit dans la bouche des politiques, des journalistes et des tous les reportages qui ont pourtant montré des tas d'inexactitudes et de manipulations. Il n'est pas possible que l'on puisse faire le procès de ce film sur cet extrait, qui à mon sens, malheureusement, traduit bien la pensée de ce médecin.
Cela n'empêche pas de faire un effort de vigilance, de quelque bord qu'on soit, pour présenter ses arguments...
 
On peut seulement regretter que l'on n'en fasse pas de même avec toutes les parutions de la télé qui nous vend un sacré charabia depuis des mois, à l'unisson d'une parole unique.
 
 
Petite récap :
Le film était programmé pour être présenté à la location sur viméo. Viméo a supprimé le compte de Hold up et le film a donc été censuré.
Les auteurs ont décidé de le laisser en visionnage public, gratuit et illimité sur Odysee. Il y est resté quelque temps, pour disparaître à son tour, il semblerait que Odysee ait eu des menaces de procès, et a donc retiré le film. Sur youtube, je crois que la bande annonce est encore visible...
 
Une seconde campagne de financement avait été ouverte sur Tipee. Tipee a censuré la cagnotte du film, suite "à de nombreux signalements".
 
 
tipee message censure.png
 
 
 
Sur les pages FB, les liens disparaîssent au fur et à mesure, et les personnes qui le postent sont averties parfois d'un message de mise en garde de la part de FB.
 
 
C'est une vraie chasse au "lien" pour arriver à partager ou regarder ce film qui représente un travail de synthèse fort intéressant de certains points de vue qui n'ont pas été pris en compte et mis en contre-poids des décisions prises ou des discours présentés. 
 
 
Alors si vous allez voir les news internet pour "savoir" quoi penser de ce film, vous allez découvrir que la quasi totalité de la presse et des politiques en parlent en mal, très mal même. Vous aurez tous les arguments nécessaires pour avoir peur de le voir, ou le voir avec un a-priori, et il est probable que le doute s'immiscera en vous. Ce n'est jamais facile de prendre le temps de réfléchir, de ressentir, de faire des liens, d'écouter, de sentir l'intention d'un discours et de se faire sa propre conviction, sans être influencé.
 
 
""C'est un ramassis de fakenews, ce n'est pas du journalisme, c'est une "chose", c'est une "bombe complotiste","" bref, l'alternative ne peut qu'être complotiste... Et ça c'est le mot qui tue. Même le Dr Douste-Blazy, qui a participé au film a déclaré "je n'ai pas visionné le film (sic), mais s'il est complotiste, je m'en désolidarise" (courage, fuyons... ou peut-être a-t-il reçu quelques mots doux euh d'ordre dans l'oreille ?...).
 
 
Une telle meute qui hurle ne peut qu'éveiller la suspicion pour la sortie de ce film qui fait une autre lecture de la crise et de l'enfermement dans lesquels nous sommes, ce qu'il dénonce mais qu'il faudrait taire. Une député LREM (2) est venue sur le plateau de Cnews pour disqualifier ce film qu'elle appelle "chose", et mécontente de ne pas avoir l'assentiment des journalistes du plateau, elle s'étonne que cela ne fasse pas "consensus" et se risque même à dire "qu'ils se mettent en danger" de ne pas prendre position "contre" ce film. Vive la liberté de pensée et d'expression. Et c'est bien de cela dont il est question en filigrane tout au long de ce film et d'une façon générale à l'heure d'aujourd'hui.
 
Au-delà d'être pour ou contre le film, il faut d'abord être pour la liberté.
 
 
Après avoir transféré des dizaines de liens qui au fur et à mesure sont censurés et disparaîssent des plateformes, des comptes facebouc, etc... j'ai trouvé celui-ci pour télécharger le film. je n'ai pas encore vérifié la faisabilité car il faut d'abord télécharger sur l'ordi, le téléchargeur (de film, de vidéo)
 
Bon visionnage, ayez confiance en votre ressenti, guidé par la vie et le bon sens.
 
MT
 
A nouveau sur Odysee
 
 
 
Pour téléchargement

 

Liens sur FB encore valides à l'heure où j'écris :
https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=1756144444561854&id=100004989461239

 

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=459692658351381&id=100029319529173

 

http://rutube.fr/2020/11/11/hold-up-le-film-qui-revele-les-dessous-du-covid-19/

 

Sinon, il vous restera à faire votre propre enquête et à l'heure qu'il est beaucoup l'on déjà téléchargé, donc une bonne âme pourra vous le transmettre.

 

 

(1) https://twitter.com/fmomboisse/status/1327170998421090304

Par exemple comme cette personne qui reposte l'extrait où l'on voit Laurent Alexandre parler des "Rois" et des "Inutiles" et qu'il dit que c'est sorti du contexte où il parle d'inclusion...

Vous pouvez sentir le personnage ici :

https://youtu.be/DkDCXUR2iec

https://youtu.be/R_KI4hxPR1Y

 

 

(2) Ilana Cicurel http://www.cielvoile.fr/2020/11/une-deputee-lrem-se-dechaine-sur-le-film-hold-up.html

 
Heureusement, les commentaires montrent que beaucoup ne se laissent pas hameçonner...
" "Merci madame grâce a vous j'évite un piège... En plus il n y a pas à douter de votre bonne foi et de votre conscience... Le peuple a de la chance d'avoir des gens comme vous qui ne pensent qu'à leur bien... Je me sens tellement rassuré... Allez, j'allume BFM pour une cure." (sur twitter)

 

Coralie Dubost y va aussi de sa vindicte : https://www.msn.com/fr-fr/divertissement/celebrites/coralie-dubost-d%C3%A9nonce-le-documentaire-hold-up-les-internautes-perplexes/ar-BB1aXA55#image=BB1aXA55_1|2

 

le site du film :

https://tprod.fr/project/hold-up/

 

 

Et pour remettre tout cela en perspective, il convient de se remémorer la notion de classes sociales et la façon dont "l'élite" garde son pouvoir et ses avantages, je vous conseille d'écouter cet interview de Monique Poinçon-Charlot. Cela permet aussi de comprendre cette notion de "complot", mais surtout contre qui il est vraiment.

 

 

 

Une nouvelle rubrique intéressante, la tribune REINFO, qui regroupe plus de 300 personnes qui ont l'élan d'informer autrement :

 

 

 

Les entretiens "Faut qu'on parle" de Ema

 

 

Le passage sur Cnews de Ilana Cicurel

Repost0
11 novembre 2020 3 11 /11 /novembre /2020 12:29
Hold Up le film - Sortie aujourd'hui 11 novembre 2020

 

Je vous en ai déjà parlé ici :

 
 
C'est aujourd'hui,  la sortie du film Hold up, disponible en VOD à  4.99 euros pour 2h40 de visionnage.
 
Des témoignages, des interviews, des extraits d'archives pour faire des liens entre ce que l'on veut nous faire croire, ce qu'il se passe et le futur qui se trame avec toute cette mise en place de mesures, qui répondent en apparence à l'actualité, une crise qu'on nomme "sanitaire", mais dont les répercussions vont aller bien au-delà de notre imagination...
 
Si nous ne voulons pas prêter attention à ce sujet qui occupe pourtant toute notre vie aujourd'hui.... alors que nous faut-il pour mobiliser notre attention?
 
A voir absolument,  et surtout encourager votre entourage à le visionner aussi pour avoir cette vision globale de ce qu'il se passe en ce moment.

Vous ne pourrez pas dire aux générations futures et à  vos enfants " je ne savais pas"....
 
Nous avons le devoir d'ouvrir les yeux et notre conscience...
 
MT
 
 
 
 
 

Le lien pour le visionner :

 

 

Repost0
7 novembre 2020 6 07 /11 /novembre /2020 23:53

Je vous avais parlé du film documentaire Hold Up, qui cherchait des financements pour ensuite passer toutes les étapes de la création.

 

Voici le documentaire enfin terminé. C'est un condensé d'information, condensé qui prend forme à travers une parole claire, cohérente, argumentée, de toutes les personnes qui ont été interviewées, et qui chacune dans leur domaine de connaissance apporte sa pierre à l'édifice. Des personnes dont les propos ont souvent été censurés, disqualifiés, mais qui trouvent ici, dans la juxtaposition des argumentaires, tout leur poids.

 

Dans ce magma d'informations, de manipulations, de mensonges, d'arrogance, d'incompréhension, ce travail de documentation aboutit à une vision globale claire qui donne du sens au non sens initié par certains politiques, médias, et scientifiques.

 

Non sens, mais surtout, inhumanité qui apparait derrière toutes ces mesures prises face à un virus moins terrible qu'on cherche à nous le faire croire et le confinement d'une population saine, chose jamais faite auparavant.

 

Lorsque l'on entend, cote à cote, des extraits des déclarations télévisées, c'est un infernal pilonnage pour le cerveau : mort, urgence, très grave, très dangereux, urgent, guerre, terrible, 500 000 morts, ne sortez pas, c'est une épidémie très rapide, masques, couvre-feu, la barre des 20 000 morts est franchies, lourd bilan, confinement.... un matraquage permanent qui permet de mettre le cerveau en sidération, en mode survie où il ne peut plus réfléchir ni comprendre ou contester quoi que ce soit. Un terrorisme psychologique.

 

Visionner sans faute ce film dès le 11 novembre, parlez-en autour de vous, nous ne pourrons pas dire, face aux générations futures, que nous ne savions pas.

 

Tout apparait dans sa monstruosité, dans cette dérive des profits à tout prix, dans ces dominations pour avoir et contrôler toujours plus.

 

Et nous sommes les seuls à pouvoir nous sauver. En ouvrant les yeux, en mettant de la conscience sur tout ce qui émerge en vérité, en visualisant quel futur nous souhaitons vraiment, et en imaginant comment le créer, comment le co-créer, tous ensemble.

 

Revenons à nos rêves.
 

 

MT

 

 

 

Leur page FB

https://www.facebook.com/Hold-Up-le-documentaire-112342400670916

 

HOLD-UP le film-documentaire est désormais visible depuis cette nuit pour nos co-producteurs c’est-à-dire nos contributeurs qui ont participé à la campagne ulule désormais fermée, en avant-première Premium.
À eux sans qui ce film n’eut jamais été possible - MERCI 🙏
 
 
HOLD-UP sortira officiellement ce Mercredi 11 Novembre en location VOD dans tous les pays francophones ! Nous travaillons actuellement sur le doublage afin de rendre disponible très prochainement des versions internationales : Anglais / Espagnol / Italien... etc.
Si malheureusement vous n’avez pu participer à la campagne ulule et que vous souhaitez malgré tout nous soutenir, il est possible encore de devenir coproducteur.
N’hésitez pas à nous écrire sur Facebook Messenger / en MP sur Twitter ou Instagram ou encore par e-mail : holdup.lefilm@gmail.com ou holdup.ledoc@tprod.fr
 
Merci 🙏🙏🙏 Nous sommes mobilisés pour vous
 
 
 
 
 
 

Repost0
7 novembre 2020 6 07 /11 /novembre /2020 10:26

 

 

Certains voient notre futur guidé par l'ingénierie sociale. Ces technologies, ce brevetage et cette manipulation du vivant, ce contrôle à l'extrême des pensées, des faits et gestes, notre rapport à la vie, à l'économie, à la santé, à la nourriture, tout, absolument tout devrait être sous contrôle et orienté pour des profits maximum et surtout nous asservir par le biais des technologies, machines, mais pas seulement.

 


Car les technologies aujourd'hui s'appliquent au vivant, à la nourriture par exemple qui est manipulée génétiquement, ou aux organismes, comme les bactéries et les virus, qui sont étudiés et manipulés dans leurs séquençages pour en faire la propriété de leur créateur et surtout des outils qu'ils utilisent comme bon leur semble.

 

De plus en plus de voix dénoncent ces pratiques, cette manipulation du vivant, mais aussi cette manipulation des esprits, du réel qui nous emmènent vers un monde déconnecté, fait d'esclaves au service des décideurs. (voir à titre apéritif le documentaire de Arte "Tous surveillés", qui montre l'avancée de cette société contrôlante en Chine, qui tente de vendre son système au restant du monde...)

 

Plusieurs vidéos ont énoncé un travail de recherche très précis, avec preuves à l'appui concernant les brevets existants liés aux virus, en particulier les corona, brevets servant à la mise au point de vaccins associés.
Toutes ces vidéos ont été censurée sur ioutoube ou sur faissebouc.

 

On se demande bien pourquoi...

 

L'ingénierie qui se met en place, permet ainsi de contrôler les êtres humains de l'intérieur (biologie) et de l'extérieur (lois, moyens de contrôle renforcés et légalisés comme les caméras, les drones, la prise de température, les applications "stop quelque chose", la disparition des libertés fondamentales) et cela entraine surtout la disparition les contre-pouvoirs nécessaires à une saine démocratie et à maintenir une humanité... humaine.

 

 

MT

 


 

 

 

La loi au service du contrôle.

Objectif : inscrire l'état d'urgence sanitaire dans le droit commun..... !

 

 

 

 

La loi au service de la surveillance généralisée.

 

La proposition de loi "Sécurité globale" arrive à l'Assemblée. Une loi liberticide, de surveillance généralisée. Elle prévoit notamment d'empêcher de filmer les policiers. Une attaque très grave contre la liberté de la presse et le contrôle des violences policières.

 

 

 

 

Le 20 octobre, les députés LREM ont déposé une proposition de loi "Sécurité globale". Elle sera débattue par l'Assemblée nationale le 4 novembre, dans une urgence inouïe que rien ne justifie. 

Son article 21 veut déréguler l'utilisation des caméras mobiles portées par les forces de l'ordre.

Son article 22 veut légaliser la surveillance par drone.

Son article 24 veut interdire au public de diffuser l'image des policiers, et donc d'avoir accès aux violences qu'ils pourraient perpétrer.

 

 

Repost0
3 novembre 2020 2 03 /11 /novembre /2020 00:30

 

 

Nous sommes dans une situation extrême à bien des égards, et je vois passer sur internet encore des tas de "pétitions", contre ci, contre ça....

 

Cela fait des années que j'ai remis en question ce mode de contestation, qui est une sorte de voie de garage pour notre indignation, je dirais même une confiscation de notre énergie de rébellion et de création, que nous laissons pourrir  en adressant toutes ces pétitions et ces revendications à des personnages qui ne sont absolument plus là pour écouter le peuple mais pour suivre leurs propres objectifs, quelle que soit la réalité qu'ils ont en face d'eux.

 

Si aujourd'hui certains ne peuvent voir cela, c'est dommage (1) . Nous avons pourtant la preuve avec cette "crise sanitaire", qui ne fait pas du tout l'unanimité, tant sur le plan scientifique, que politique ou citoyen, que le gouvernement ne tient absolument pas compte de l'opinion, des chiffres et suit au contraire un plan prévu à l'avance, en nous faisant croire que ça dépendra "des statistiques" et laisse croire qu'il existe une unanimité autour des données scientifiques (laissant ainsi entendre que ceux qui se sont exprimés avec un autre point de vue, sont soit inexistants, soit fous).

 

Or un certain nombre de fuites, montre que plusieurs entreprises sont au courant depuis plusieurs mois des dates de confinement (2), alors que la communication médiatique nous fait croire que les mesures imposées correspondent à des données statistiques utilisées en temps réel.

 

La froideur des gens qui nous gouvernent, comme le montrent l'enquête et le livre de Marc Endeweld, devrait nous alerter sur la nature profonde de ceux à qui nous nous adressons, sur leurs objectifs destructeurs, sur leur langage manipulateur qui exprime exactement le contraire de la réalité qu'ils produisent.

 

Le dernier discours présidentiel est un condensé de mensonges et de retournement de toute la politique qui se met en place pour la France et de la réalité sociale qui en découle.

 

Nous protégeons les plus démunis : entendez le contraire.

Nous protégeons les plus vulnérables : entendez le contraire (3).

Nous défendons la vie : entendez le contraire. (4)

 

Et surtout, constatez le, par toutes les lois et les mesures mortifères qui sont prises, les réductions budgétaires, l'état d'urgence, et les répressions sans pitié de toute manifestation ou opposition.

 

Il est impossible de demander à un geôlier, la liberté pour les prisonniers qu'il maintient sous son contrôle.

C'est le drame de l'esclave, qui demande à son maître l'amélioration de sa condition, alors que le maître, pour rester maître, a besoin justement de dégrader les conditions de vie de l'esclave pour le maintenir sous sa coupe. Tout juste accordait-il assez jusqu'à présent pour répondre à ses besoins. Mais aujourd'hui, un nouveau cap est franchi et le "nécessaire" sera déjà de trop et beaucoup attendent avec effroi l'effondrement économique et humain qui s'en vient.

 

Notre premier travail serait de comprendre que tant que nous demandons la permission d'exister à des gens dont ce n'est absolument pas la priorité, nous perdons toute l'énergie nécessaire à notre libération.

 

La fonction d'un geôlier est de garder les portes fermées voire de rajouter des verrous.

Si nous souhaitons retrouver notre condition d'être libre, il nous reviendra de trouver les moyens de faire sauter les verrous, qui s'avèrent être autant matériels que psychologiques. Les verrous psychologiques n'étant pas les moindres.

Et la conscience est le chemin qui nous permettra de regarder tout cela avec de la hauteur.

 

 

MT

 

 

 

(1) Comprendre comment fonctionnent les sites de pétitions... 

http://sylviesimonrevelations.over-blog.com/article-savez-vous-qui-est-avaaz-119536006.html

 

 

(2) Comment les grandes entreprises prévoient la crise et anticipent les événement à venir...

https://youtu.be/dr2-IFQmMCU

 

Les dates d'ouvertures et de fermetures de cette entreprise annoncées à l'avance ne sont-elles pas calquées sur les infos qu'elle possède déjà, ou bien est-ce juste une coïncidence  ?

 

 

(3) En finir plutôt que soigner

 

https://youtu.be/JRPLNU3jSAo

https://www.youtube.com/watch?v=IBNnqHgrz2I

 

4)  Peu de mesures qui soutiennent la vie, que ce soit toutes les lois qui soutiennent encore la pollution, les pesticides, les toxiques en tous genre dans notre alimentation, notre air, nos sols, et notre corps

Interruption Médicale de Grossesse... jusqu'à 9 mois

http://lejour-et-lanuit.over-blog.com/2020/08/loi-bioethique-alexandra-caude-henrion.html

 

Le gouvernement prévoit 900 millions d'euros d'économies dans les hôpitaux en 2021 (c'est vrai que c'est le moment idéal... quand par ailleurs on veut établir l'urgence sanitaire à perpétuité.... )

https://www.marianne.net/societe/sante/hopital-apres-le-segur-le-gouvernement-prevoit-un-nouveau-tour-de-vis-budgetaire?

 

 

 

 

Ecouter la voix de Mike, son histoire allégorique, et sa définition de l'intégrité, qui sera notre force.

Osons dire et partager ce que l'on sait, ce que l'on voit, ce que l'on comprend, ce que l'on veut, ce que l'on rêve....

 

 

 

Repost0
28 octobre 2020 3 28 /10 /octobre /2020 18:05

 

 

Voici quelques extraits d'un interview donné par Ariane Bilheran à la revue Néosanté.

 

 
(…)
 
Venons-en au fameux article publié sur votre site dont le décryptage et la portée ne cessent de prendre de l’ampleur au diapason de l’actualité... Quel est-il  ce « moment paranoïaque », titre de votre article ? [1]
 
Comme je l’explique dans l’article, ce que j’appelle le « moment paranoïaque » est celui de la décompensation de la folie au sein du réel, ce à quoi nous sommes en train d’assister, avec une extension de la contagion délirante fonctionnant à l’illusion collective de masse. Les psychopathes et paranoïaques qui dirigent le monde (et ne sont pas nos gouvernants mais la petite poignée qui tire les ficelles chez ces milliardaires qui, avec leurs milliards, pourraient par exemple éradiquer la faim dans le monde et ne le font pas) nous persécutent depuis longtemps « pour notre bien », parce qu’ils nous vivent, nous les peuples, comme une menace pour eux. Ce phénomène n’est pas nouveau. Platon dans La République disait déjà de nous méfier de ceux qui briguent le pouvoir, en avertissant qu’il ne faudrait surtout pas le leur donner… mais le donner aux philosophes qui, du fait de leur sagesse, n’en voudraient d’ailleurs pas ! Or, nous sommes passés cette année à un autre stade, celui du harcèlement direct des peuples, qui prend différents visages caricaturaux sans nuances, que je détaille dans l’article.



Quel est votre décodage de cette maladie de civilisation, dont la pandémie représente la face émergée de l’iceberg ?
 
Ce sujet m’anime depuis longtemps. Chez Freud, je trouve que l’une de ses œuvres les plus intéressantes est Malaise dans la Civilisation. En philosophie, j’ai également étudié la maladie de civilisation selon Nietzsche : qu’est-ce qui fait qu’à un moment donné, l’on devient une civilisation malade ? La psychopathologie m’a donné des clés supplémentaires au travers de la psychose paranoïaque et de sa contagion. Parce qu’encore une fois, un système est la somme de ses individus... plus quelque chose qui va en faire un « individu » à part entière, avec sa personnalité propre. Quand ça devient paranoïaque, comme c’est le cas aujourd’hui, ça tourne donc en psychose collective. Cela fait plusieurs années qu’on en voit les prémices...



Comment se manifeste ce processus de déliquescence ?
 
Quand une société devient malade ou décadente, elle commence à être perverse, puis cela termine en paranoïa. La paranoïa, c’est la folie du contrôle, de l’hyper-persécution, de l’intrusion permanente de l’intime, de l’incapacité à admettre une pluralité. C’est une réponse globalisante, totalisante, totalitaire même, en lieu et place du libre arbitre humain. On voit bien que ce n’est pas la première fois que l’on vit ça dans l’Histoire : tout va bien, puis à un moment donné ça commence à dégénérer, et lorsque ça dégénère, c’est sur un mode totalitaire. Il s’agit là de ce que Hegel appelait le « moment du négatif ». Il prend l’exemple de la Terreur après la Révolution française, où la vie humaine n’avait pas plus de valeur que « l’étêtage d’un chou », disait-il, en se référant aux noyades et décapitations. Dans ma conception, ces moments me paraissent inéluctables... Je crois qu’il y a une forte probabilité qu’une civilisation, après avoir atteint son apogée, s’effondre. Et, là, rien ne peut l’arrêter ! On peut certes tenter de soutenir les murs, mais des murs qui doivent s’effondrer finissent par tomber. Nous pouvons juste mettre à l’abri ce qu’il faut pendant que les murs s’effondrent...



C’est quand même d’un « très grand raffinement » ce qui se passe, pour reprendre vos mots. Avec cette crise sanitaire inédite, la situation est hallucinante et l’absurde poussé à son comble. Qu’en pensez-vous ?
 
C’est toujours pareil : pour créer du choc, il faut que ça soit énorme ! Avec un petit « truc », un micro-événement, le cerveau arrive quand même à penser et à remettre en question la situation. L’enjeu est de faire perdre tous ses repères à une population donnée. Ce que veulent ceux qui ont des privilèges, c’est manipuler la masse afin qu’elle soit contente d’être là où elle est (d’où une soumission librement consentie) et qu’elle ne se rende pas compte qu’elle est traitée comme du bétail. Pour se prémunir contre cette masse à même de se rebeller, vu son nombre, on utilise l’intimidation et la culpabilisation, afin de la réduire au silence et de maintenir chacun à sa place. En parallèle, on fera en sorte de créer des prisons dorées pour que les gens soient contents (le fameux « du pain et des jeux ») et qu’ils ne réfléchissent pas à ce qui se passe. Ce qui est nouveau, c’est le raffinement extrême dans les techniques de manipulation, en lien avec l’utilisation des nouvelles technologies et de l’image.



Quel est l’impact spécifique de l’image ? 
 
L’image va directement au cerveau, lequel a du mal à décrypter l’information en première instance. C’est pourquoi les images sont plus traumatiques que des paroles. Or, nous sommes dans une civilisation de l’image qui effracte tout le temps le psychisme. Ces images sont associées avec des paroles, lesquelles ne sont pas nécessairement en accord avec les images qui, elles-mêmes, peuvent se révéler trafiquées. Pour couronner le tout, ces paroles peuvent être contradictoires et paradoxales. L’exemple le plus célèbre est le néologisme « complotiste » qui veut dire tout et son contraire, donc ça ne veut rien dire ! Selon Lacan, on reconnaît la folie aux néologismes ; le délire tient à l’utilisation de mots qui n’existaient pas avant. Là, nous nageons en plein délire ! Ce néologisme vide de sens, qui sous-tend une menace de bannissement, paralyse toute pensée qui oserait venir questionner le péril et les dérives totalitaires auxquels l’humanité fait face. Tout ce pourrissement du langage est emblématique.



Il y a aussi le matraquage d’informations anxiogènes, répétées en boucle...
 
Oui, on voit à l’œuvre des techniques de propagande et de lavage de cerveau qui sont fondées sur la répétition. Le fait que l’on répète tous les jours inlassablement les mêmes informations finit par nous « ronger ». Surtout, ça restreint l’espace de pensée. Les phénomènes totalitaires adorent ça ! Cette année, je pense que nous avons tous été focalisés sur « virus/pas virus », « masque/pas masque », donc une vision très restreinte, alors qu’il aurait justement fallu ouvrir notre champ de pensée. Nous sommes des êtres à multiples dimensions. Dans la situation actuelle, on limite l’accès à l’imaginaire, au symbolique - tout ce qui est art et culture, tout ce qui est socialisation, tout ce qui constitue notre humanité. Et ça au nom d’un premier principe qui est : « un virus extrêmement dangereux menacerait la survie de l’espèce humaine... » J’attire votre attention sur ce point, car c’est à partir du premier principe que découle tout ce qui vient après. Or, ce premier principe n’est jamais débattu ! En d’autres termes, est-ce que vraiment un virus extrêmement dangereux menace la survie de l’espèce humaine ? A-t-on le droit de débattre scientifiquement de ce premier principe ? Manifestement non ! Ce premier principe n’étant pas questionnable et comme la situation est jugée très grave, l’on va déployer des moyens très lourds, qui ne sont même pas des moyens à proprement parler puisqu’il s’agit plutôt de maltraitance généralisée. Cela démontre aussi que dans cette civilisation de l’immédiateté, l’on n’a pas le droit d’avoir des pensées plurielles, d’en débattre, ni même d’évoluer dans sa pensée au fil du temps. Cette rigidité, c’est aussi la folie ! 

 

 

 

Extraits de l’interview publiée dans la revue Néosanté n° 105 de novembre 2020, propos recueillis par Carine Anselme

 

 

[1] Article publié sur le site d'Ariane Bilheran :

http://www.arianebilheran.com/post/le-moment-paranoiaque-vs-deferlement-totalitaire-face-a-la-dialectique-du-maitre-et-de-l-esclave

 

 

 

Retrouvez l'interview en entier, dans le n° de novembre ici :

 

 

 

 

.

 

 

Repost0
28 octobre 2020 3 28 /10 /octobre /2020 17:20

Voici une partie de l'article "Le moment paranoïaque" d'Ariane Bilheran, dont vous trouverez la fin sur son site, où il est possible de le télécharger en pdf, plus facile parfois à lire tranquillement en dehors de l'ordinateur.

 

Introduction

 

Depuis le début de cette « pandémie », je n’avais écrit qu’un bref article sur « le totalitarisme sanitaire », ayant besoin moi-même d’y voir suffisamment clair avec du recul pour me prononcer. Néanmoins, nous pouvons reconnaître, à un niveau mondial, avec quelques nuances selon les pays, la griffe d’une contagion délirante paranoïaque qui chaque jour montre davantage son visage odieux.

J’ai raccourci cet article car il y a trop à dire, et je voudrais déjà qu’il paraisse rapidement.

 

Rappelons-nous que le délire paranoïaque fonctionne sur la persécution, l’interprétation et la tyrannie de l’idéal. La persécution est au cœur de ce qui est divulgué : l’autre est en puissance mon ennemi, car il est en puissance un malade qui va me contaminer. Cet ennemi peut être invisible, et même au sein de l’intime et de la famille. Cette persécution entraîne méfiance, peur et culpabilité (ceux qui dénoncent le bien-fondé de mesures dogmatiques totalement arbitraires et parfois confinant à l’absurde sont désignés comme coupables). L’interprétation est également au cœur du processus : selon l’interprétation de vos paroles, de vos actes, vous serez considéré comme un ennemi du système et censuré (la censure bat son plein sur les réseaux sociaux). Selon l’interprétation de symptômes (très généralistes au demeurant), vous serez classés dans les pestiférés qu’il ne faut pas fréquenter. L’idéal est celui de « sauver l’humanité de la maladie », quel qu’en soit le prix à payer :

  • Effondrement économique (perte de ressources, désespoir, insécurité…)

  • Famines (des millions de personnes pour l’Amérique du sud)

  • Clivages sociaux entraînant une dégradation majeure du climat social, de l’agressivité et de l’insécurité

  • Délaissement des plus vulnérables, voire leur euthanasie (personnes âgées)

  • Etc.

Et quels qu’en soient les moyens :

  • Mensonges

  • Techniques de propagande grossières et influenceurs de masse

  • Censures du peuple, de nombreux médecins et experts scientifiques

  • Violences policières

  • Enfermement généralisé et assignation à résidence (l’individu étant traité comme un criminel en puissance)

  • Chute libre des droits humains fondamentaux

  • Éradication de la conscience humaine, du consentement

  • Maltraitances sur les familles, et en particulier les enfants

  • Etc.

Malheureusement, ce n’est pas la première fois que nous aurions à affronter une tyrannie pseudo-scientifique, où nous est dictée une idéologie visant à modeler nos comportements, nos pensées, nos paroles et nos actes, nous encourageant à devenir délateurs de nos propres voisins et organisant le fichage et le traçage des individus (voir ce poste à la CPAM).

 

Rappelons que, à supposer que le premier principe soit vrai (un virus très dangereux menace la survie de l’espèce), ce dont l’on peut partiellement ou totalement douter, il ne saurait justifier en aucun cas que la fin justifie les moyens, car comme l’avait magistralement analysé Hegel, un être humain n’est pas un moyen : il est une fin. Ainsi, les logiques quantitatives (sacrifions les vieux pour laisser place aux jeunes), les logiques divisantes (séparons les parents des enfants dans les familles) et totalitaires (mise en quarantaine, menaces, répression totalement disproportionnée…) sont des logiques déshumanisantes ôtant l’être humain de ses droits, et le transformant en numéro sans besoin, désir, ni conscience, que l’on ballotera au gré des formulations politiques (ex. : confine/confine pas) dont il est démontré qu’elles peuvent donc être brutales, mensongères, et sans aucun esprit de débat, de concertation, de dialogue et d’échanges ni avec le peuple ni avec les experts médicaux et scientifiques au sein desquels le soutien aux politiques menées semble loin de faire l’unanimité. « Dans le doute abstiens-toi », est-ce vraiment cette sagesse d’Hippocrate que nous nous voyons appliquer depuis des mois ?

 

 

Les politiques mondiales menées sur pression de l’OMS se sont permises de mettre l’humanité à l’arrêt, de stopper le mouvement de la vie du jour au lendemain, en encourageant des méthodes manipulatrices au chantage, à la culpabilité, et à la peur, qui ne sont pas des méthodes politiques convenables, et que nous ne devons pas accepter. A tout le moins pouvons-nous également rajouter que le manque d’équilibre et de mesure, de tempérance et de bienveillance a présidé à ces différentes politiques, avec des couleurs locales variées selon les pays.

 
 

I - Le moment paranoïaque

 

Ce que j’appelle le « moment paranoïaque » est celui de la décompensation de la folie au sein du réel, ce à quoi nous sommes en train d’assister, avec une extension de la contagion délirante fonctionnant à l’illusion collective de masse, et sur ce mécanisme, je renvoie à mon article spécialement consacré à la contagion délirante.

 

Les psychopathes et paranoïaques qui dirigent le monde (et ne sont pas nos gouvernants mais la petite poignée qui tire les ficelles chez ces milliardaires qui, avec leurs milliards, pourraient par exemple éradiquer la faim dans le monde et ne le font pas) nous persécutent depuis longtemps « pour notre bien », parce qu’ils nous vivent, nous les peuples, comme une menace pour eux.

Ah bon, les dirigeants comploteraient contre les peuples ?

Mais c’est vieux comme la nuit des temps !

Platon dans La République disait bien de nous méfier de ceux qui briguent le pouvoir, en avertissant qu’il ne faudrait surtout pas le leur donner… mais le donner aux philosophes qui, du fait de leur sagesse, n’en voudraient d’ailleurs pas !

 

 

Or là, nous sommes passés cette année à un autre stade, celui du harcèlement direct des peuples, qui prend différents visages caricaturaux sans nuances.

 

La paranoïa ne manie pas les nuances dans son approche du réel, rappelons-le, c’est assez binaire noir/blanc, et inversé : le noir est qualifié de blanc, et le blanc, de noir.

 

1° Les méthodes harceleuses

Ces méthodes harceleuses, je vais en énumérer quelques-unes :

 

 

1° Le choc traumatique

Ce choc a été créé par l’annonce sans aucun ménagement d’un fléau terrible s’abattant sur la planète, avec l’interdiction d’analyser ne serait-ce qu’un peu à froid ce qui se passe, l’interdiction de tout dialogue, et la transmission de messages de terreur, messages de comptabilité mortifère, martelée à chaque instant par les médias canaux des politiques, aux populations, sans aucun filtre, ni débat contradictoire, ni nuance ou mesure.

Ce choc a été majoré par le confinement, la perte des repères brutale et sans crier gare, la privation soudaine des libertés, la perte d’emplois pour beaucoup dans le monde et la famine dans de nombreux endroits de la terre.

 

Toute une propagande de masse s’est mise à l’œuvre, avec des

« influenceurs » (des acteurs de crise déclarant qu’ils avaient eu le COVID). De façon étrange, cette maladie s’est au départ curieusement transmise chez les riches, les stars et les miss beauté, des « experts » médiatiques dont il a été mis en lumière un degré de corruption et de financements pour certains… La société contractualisée pour cela par l’OMS est basée à Londres et s’appelle Hill+Knowlton Strategies. Il est dit qu’elle s’est également illustrée dans la propagande de guerre pour soutenir l’intervention militaire américaine au Vietnam, mais sans remonter jusque-là, une petite visite sur le site internet de cette société reste très instructive.

 

Il semblerait donc que toute la politique mondiale sur la « pandémie » ait été orchestrée par une communication matraquant des slogans visant à une manipulation de masse, tout en faisant taire les voix divergentes. Ceci, le Dr Pascal Sacré le mentionne dans un article visant à interroger les faits, rappelant que ces organismes mondiaux comme l’OMS ont été déjà pris la main dans le sac de divers scandales, et préconisant de :

« créer des comités composés de scientifiques renommés, compétents et honnêtes, réellement indépendant, afin de conseiller les gouvernements sans que leurs décisions ne soient influencées par l’industrie ou les divers lobbys, oui, serait possible. Ce ne serait ni inconcevable, ni naïf. C’est au peuple de l’exiger. »

Le peuple doit effectivement défendre ses intérêts !

Ce docteur conclut : « Nous devrions partir en guerre, non pas contre un virus, mais contre la malhonnêteté, la corruption, le mensonge et l’immoralité qui poussent les personnes qui devraient nous protéger à ruiner nos santés au nom de leur profit. »

Ce martelage jour et nuit des chiffres et des thèmes de mort ressemble à des méthodes clairement sectaires.

Je rappelle que « secte » signifie « couper », et c’est bien ce qui s’est passé : nous avons été « coupés » de nos proches, de notre travail pour la plupart, de la possibilité de voyager, de la possibilité de nous rassembler, de la possibilité de nous exprimer, de notre vie sociale et professionnelle, et de notre vie d’avant.

 

Car, et vous le vérifierez par vous-mêmes, cette année est entrée dans l’Histoire, il y avait un avant, que nous ne retrouverons plus en l’état. Et cela implique un processus de deuil que peu sont disposés à faire. C’est là qu’intervient la mainmise du délire paranoïaque qui, comme je l’ai déjà démontré, vient donner une réponse rassurante, englobante et dogmatique à l’incapacité de faire son deuil de sa vie d’avant, à digérer le traumatisme subi et à admettre que ceux dont nous dépendons sont en fait nos bourreaux. L’idéologie délirante a ce caractère rassurant qu’elle obstrue toute pensée; il n’est plus nécessaire de penser, l’État pense pour vous ! Il pense à quelle heure vous avez le droit de sortir, si vous avez ou non le droit de voir votre famille et vos amis et à quelles conditions, si vous avez le droit de boire de l’alcool dans la rue (loi sèche en Colombie par exemple), ce que vous avez ou non le droit de penser ; il peut vous tracer, vous ficher, intervenir sans mandat chez vous (exemple en Australie, à Melbourne), il peut vous forcer à prendre des traitements ou forcer vos enfants à en prendre sans votre consentement (toujours à Melbourne, témoignage de citoyens), il peut dicter les conduites sociales, ce que vous avez ou non le droit de lire et de voir (censure sur les réseaux sociaux), faire preuve d’ingérence dans la souveraineté médicale en interdisant les médecins de prescrire selon leur conscience pour soigner les gens ; l’État peut décider de vous mettre à genoux sur le plan économique (surtout les petits indépendants et ceux qui n’ont pas les moyens de surmonter un confinement, les pauvres, et les classes moyennes rendues vulnérables), l’État peut décider où vous allez ou non etc.

 

C’est désormais acté : l’État a les pleins pouvoirs sur vous, et vous l’a fait savoir.

Vous croyez que cette infantilisation autoritaire doublée de chantage et de violences répressives, cette division au sein du corps social pour que les personnes passent leur temps à se chamailler plutôt qu’à regarder du côté des acteurs du pouvoir est pour votre bien ? Vraiment ?

Hannah Arendt insiste sur le fait que « l’élimination parallèle de toute solidarité de groupe [est] la condition sine qua non de la domination totale » (1951, p. 17).

 

Est-ce que par exemple toutes ces décisions ont-elles fait le moins du monde l’objet d’un débat de citoyens et d’experts indépendants ? Non, évidemment, cela n’arrangeait pas du tout les plans sur l’humanité. On n’a pas besoin de votre avis, ni de celui des experts indépendants, et on vous le fait savoir. En revanche, l’on vous redirigera de façon manipulée vers des sujets clivants masques/pas masques, tandis que tout débat sur des sujets qui fâchent sera interdit (ex. : relation 5G/pandémie ?), arbre qui cache la forêt des intentions néfastes de ces passionnés du pouvoir sur l’humanité.

 

2° La confusion mentale et émotionnelle liée au langage paradoxal

L’un des symptômes des victimes de harcèlement est la confusion mentale.

Moi-même durant plusieurs semaines je me suis retrouvée dans cette confusion mentale liée à la panique, à l’enfermement brutal alors que je devais voyager, aux personnes qui autour de moi (venant de France en premier lieu) étaient paniquées et transmettaient leur panique. Il faut le dire : on n'y comprenait rien ! Du jour au lendemain arrivait un danger imminent sur l’humanité justifiant des mesures liberticides et tueuses que personne n’avait le droit de contester, au nom de la nouvelle religion d’un « virus » qui opérait une table rase totale sur toute notre vie d’avant, tous nos savoir-faire médicaux, toutes nos organisations de société, et justifiait que l’humanité soit paralysée, ce qu’elle n’a jamais vécu dans toute son Histoire.

 

Cette confusion mentale provient notamment du langage paradoxal : les sains sont en réalité malades (potentiellement porteurs donc malades), les vieux à protéger sont en réalité abandonnés, délaissés et tués (ex.: ordres de non-réanimation), les enfants à protéger sont maltraités (ex.: désocialisés du jour au lendemain, plusieurs mois sans aucune instruction dans divers pays de la planète, avec des parents fragilisés ne sachant pas s’ils vont pouvoir les nourrir).

 

 

Autres paradoxes : pour traiter une maladie qui présente des symptômes respiratoires, nous empêcher de respirer (le masque est désormais devenu le fétiche de cette « pandémie », devant lequel se prosterner, qui ne se prosterne pas fait partie des exclus, et justifie toutes les répressions possibles, même les appels au meurtre que j’ai pu lire sur les réseaux sociaux).

 

 

Le mal paranoïaque se répand : tout le monde est mon ennemi et peut me contaminer, même mon partenaire, mon mari ou mon épouse peut devenir mon ennemi et je dois m’en isoler.

 

Voici en quelques mois, dans le monde entier, l’avènement d’un monde paranoïaque où plus personne n’est prêt à assumer le danger de la maladie et de la mort et troque (de gré ou de force) sa liberté contre un pacte pervers : je te protège mais tu m’appartiens et je te mets sous tutelle, tu deviens ma chose.

 

Vivre suppose d’affronter l’insécurité des accidents, des maladies, de la mort, et de ce qu’on ne contrôle pas. Vivre, c’est apprendre à mourir.

 

Et nous retrouvons à tous les stades de cette « pandémie » du totalitarisme politique la position narcissique paradoxale, que le psychanalyste et psychiatre Jean-Pierre Caillot résume magistralement ainsi :

« Vivre ensemble nous tue, nous séparer est mortel. »

 

C’est, pour résumer, un programme de mort qui nous est infusé sans pause qui permettrait d'y voir clair. Si vous ne regardez pas les médias, vous serez contagionnés par les autres qui s’en feront le relais. Impossible d’échapper à la nouvelle religion sanitaire ! Et ce programme de mort entend nous voler ce que nous avons de plus précieux : nos attachements affectifs, notre conscience, notre intime, notre existence en tant que sujet et non objet manipulable et manipulé par des psychopathes menant le monde.

 
« La différence entre la perversion et la paranoïa peut surtout se lire dans le rapport à l’intime. La perversion intruse l’intime, le déchire, le salit, le laisse sanguinolent, tandis que la paranoïa va plus loin encore, en espionnant l’intime dans ses moindres recoins, sans plus rien lui laisser d’intime, nulle part, avant de porter le coup fatal du meurtre psychique. Or l’intime est le lieu de l’imaginaire, et du fantasme. Dans ces deux pathologies, seul le passage à l’acte prévaut. La paranoïa maximise la perversion, avec persécution, rigidité, mégalomanie, histrionisme, idolâtrie du juridique… Elle est beaucoup plus dangereuse que la perversion, et il n’est pas rare de voir des pervers décompenser ensuite en paranoïa, à la faveur d’événements déstabilisants psychiquement. »

Ariane Bilheran, 2016, Psychopathologie de la paranoïa, Paris, Armand Colin

 

 

3° La culpabilité

Cette mort de l’humanité, nous en sommes tous rendus responsables, car évidemment c’est de la faute des citoyens qui n’ont pas assez obéi ! Vous êtes tous coupables en puissance (et non en acte !) de contaminer l’autre, et en puissance, de le tuer. Si vous ne vous soumettez pas sans réfléchir aux ordres politiques d’obéissance inconditionnelle, vous êtes encore plus coupables et désignés comme les personnes à abattre, les « mauvais » citoyens.

Une petite question au passage : Qui détruit la planète depuis des décennies ? Qui détruit la nature, les ressources naturelles, le vivant ? La grande industrie et le grand capital. Et ces gens, qui sont ceux-là mêmes qui sont aux commandes pour la gestion de cette « pandémie », se seraient repentis et voudraient aujourd’hui œuvrer de façon philanthropique pour « le bien » de l’humanité ?

Le sentiment de culpabilité qui nous est injecté en permanence a pour spécificité de nous réduire au SILENCE, avec notre consentement.

 

4° Le chantage

Si vous ne vous soumettez pas sans réfléchir aux ordres politiques d’obéissance inconditionnelle, alors vous serez punis !

Si vous n’obéissez pas bien et n’acceptez pas la perte de vos libertés et de votre travail, alors si ça va mal économiquement ce sera à cause de vous !

 

Alors que la vérité est la suivante : si vous obéissez, vous allez mourir !

Parce que la cessation totale de l’économie entraîne le contrôle massif des individus rendus dépendants, contrôle opéré par la nourriture et l’arnaque des aides voire des propositions de revenus universels (qui va vous distribuer le revenu ? Celui-là même qui aura le pouvoir de le reprendre si vous n’obéissez pas).

Les actions vertueuses poussant les individus vers l’autonomie alimentaire, l’auto-organisation locale, les échanges selon le troc, la solidarité locale etc. ne sont pas du tout valorisées, au contraire, et beaucoup d’entre elles sont aujourd’hui persécutées.

 

Et vous voyez, ce que l’on a supprimé aux gens dans ces confinements c’est notamment le loisir, donc le plaisir de la socialisation, pour lui substituer l’écran (les séries débilitantes, la vie virtuelle, qui n’a eu de cesse d’être encouragée durant ces confinements). L’OMS a même prescrit, forte de ses études sur les impacts des écrans sur le psychisme des enfants (qu’elle publie par ailleurs, avec le « trouble du jeu vidéo », le jeu vidéo comportant des risques pour la santé mentale, notons qu’en termes de messages contradictoires, il est difficile de faire mieux), de faire jouer les enfants aux jeux vidéo chez eux pour les occuper ! Depuis quand l’humanité a-t-elle éduqué et fait grandir en conscience ses enfants à partir de jeux vidéo ? C’est ça, l’« organisation mondiale de la santé » ? De qui se moque-t-on ? (Enfin, quand on a étudié les « droits sexuels » des enfants, l'on a bien compris à qui l’on a affaire en matière de perversion).

La vie n’est pas virtuelle, elle est réelle, elle consiste pour l’être humain à ne pas être déconnecté, enfermé dans des prisons citadines devant un écran qui lui lobotomisera son cerveau, mais à rencontrer la nature, les autres, à partager, transmettre et apprendre à utiliser de ses mains pour être notamment capable de se nourrir et de s’autogérer.

 

5° Le conflit de loyauté

Ici en Amérique du Sud, le chantage est « mourir de maladie ou mourir de faim » (ainsi que l’ont crié de nombreuses manifestations spontanées), mais la maladie prend tout l’espace dans les médias tandis que la faim, qui elle-même est facteur de baisse d’immunité donc de maladies, n’est que peu évoquée, que le ratio dû à la crise économique est incomparable (des centaines de milliers pour la maladie versus des dizaines voire une vingtaine de millions pour la famine – on parle d’une « pandémie de faim », pandemia de hambre, tandis que l’on parle de 83,4 millions de personnes pour la pauvreté extrême).

 

Le moment paranoïaque est celui de la déferlante totalitaire, celui de la négation totale, de ce qu’Hegel appelait « le négatif absolu ». Ce n’est pas le premier dans l’Histoire, qui a été jalonnée par ces moments du négatif. Voulons-nous vivre dans un monde où nous sommes dépossédés de tout libre-arbitre, un monde régi par le contrôle, l’infantilisation, la peur, l’obéissance aveugle, le chantage, la culpabilité, l’arrachement de nos liens affectifs et notre mise sous dépendance économique, mais également un monde où nous servons de cobayes chaque jour de plus en plus ?

 

Ces philanthropes et bienfaiteurs de l’humanité (ces quelques mains qui concentrent la grande industrie et le grand capital) qui veulent tellement notre bien et notre santé nous ont-ils parlé des effets de la 5G sur notre santé ? Ont-ils entendu les mises en garde des scientifiques indépendants et vertueux ? Se préoccupent-ils de la protection des abeilles et des semences anciennes non hybrides, qui sont les deux mamelles de notre survie alimentaire ? Se préoccupent-ils de la contamination majeure des eaux, des océans, de l’exploitation des ressources de la planète ? Et tant d’autres choses encore, qui nous démontrent que non, ces politiques menées ne sont pas destinées à protéger notre santé ni pour notre bien.

 

 

Y a-t-il quelque chose qui peut faire encore plus peur à la majorité des gens que ce monde que je vous décris ? Oui. Les gens ont encore plus peur que tout de se rendre compte que ce sont des cyniques psychopathes qui jouent avec leur vie, leur mentent, les harcèlent et les manipulent. Et ils préfèrent alors justifier toutes ces mesures, et même s’inventent d’autres peurs permettant de préserver leurs illusions : le déni de voir le harcèlement en face, qui supposerait d’admettre que nous sommes manipulés et persécutés, et probablement que nous n’avons pas d’autre porte de sortie que d’affronter le problème. Alors on se bande les yeux en plus de se couvrir le visage.

C’est le problème majeur.

Ceux des ordres desquels nous dépendons dans la mesure où nous leur obéissons représentent des parents de substitution (qui nous disent si c’est bien/si c’est mal, etc.) et que faire si nos parents de substitution sont des psychopathes qui nous veulent du mal ? Automatiquement, sur le plan psychologique, lorsque nous ne voyons pas d’issue, il est très fréquent que l’on rentre dans le délire du bourreau, et qu’on le justifie.

Cela s’appelle : le syndrome de Stockholm.

Ainsi, la plupart préfère s’illusionner quand bien même nous allons directement à l’abattoir.

 

2° Diagnostic de la situation et freins

Dans la confusion actuelle, il peut être intéressant de chercher un diagnostic pertinent de la situation. Il est évident qu’il ne se trouvera pas dans les mains des médias du pouvoir qui, vous pourrez faire vos recherches, appartiennent à un tout petit nombre de ces mêmes milliardaires, ou sont financés par eux. Par exemple, Bill Gates a financé Le Monde. Le Monde, un média indépendant, c’est sûr ?

Personnellement, le diagnostic contradictoire le plus complet que j’ai trouvé sur la situation est celui-ci :

Partie 1

Partie 2

Partie 3

Le contradictoire est important car il permet de penser, c’est l’essence même de la dialectique, pour pouvoir ensuite se forger sa propre opinion, qui peut être de conforter la thèse dominante, ou encore celle du contradictoire, ou encore une thèse tierce, ceci appartient au chemin de l’esprit critique de chacun. Mais nous ne saurions être dépossédés de ce chemin dialectique nécessaire par des opérations incessantes de censure comme nous les voyons aujourd’hui sans cesse surgir sur les médias dominants évidemment, ainsi que sur internet et en particulier sur les réseaux sociaux.

 

Encore une fois, nous n’avons pas besoin d’être pour ou contre absolument, la pensée ne fonctionne pas avec des dogmes et des litanies à répéter en boucle : « Lavez-vous les mains cinq fois par jour » ou autres slogans de ce type ! La seule bonne nouvelle, c’est que le monde aura les mains plus propres qu’en 2019, enfin au sens propre car au sens figuré je crains que beaucoup ne se soient sali davantage les mains cette année. Nous avons besoin de : penser. Sans inquisitions, sans Cerbère pour nous dire « pas le droit de penser cela », sans harpies venant nous persécuter dès que nous osons sortir du dogme officiel.

 

Pour moi, il manque néanmoins dans ce diagnostic, que je trouve essentiel, un focus plus ample sur une situation que je vis dans le pays où je suis, depuis 6 mois, sur la famine et l’orchestration des chaos qui s’ensuivent selon la couleur locale des pays.

Vous savez, le fameux « diviser pour mieux régner ».

Aux États-Unis, on nous sort l’éternel clivage Blancs/Noirs, à partir duquel il faut encore désormais modifier le langage (les attaques au langage faites ces dernières années par des communautarismes sectaires délirants sont immenses), sous peine de persécutions, en France, le clivage Chrétiens/Musulmans, dans de nombreux pays, l'on ressort le clivage extrême-gauche marxiste/extrême-droite. N’avons-nous toujours pas compris qu’il s’agit de théâtres destinés à nous occuper et à nous diviser pour ne pas nous concentrer de façon solidaire sur l’ennemi des peuples, à savoir ce petit noyau d’oligarques passionnés du pouvoir qui concentre tous les pouvoirs financiers mondiaux entraînant chaque jour davantage de déséquilibres et de souffrances sur terre ? Ceux-là mêmes qui orchestrent les guerres pour faire des bénéfices, en alimentant les deux camps ? Quand les êtres humains vont-ils enfin comprendre les manipulations dont ils sont quotidiennement l’objet ! Cicéron l’avait dit : pour connaître le coupable, regardons « à qui profite le crime ? »

 

Alors appliquons la formule cicéronienne :

Qui s’est enrichi pendant le confinement ?

Qui a acquis davantage de pouvoir ?

Ni vous ni moi !

 

Mesurons également l’ampleur de la censure, qui m’a fait d’ailleurs sortir de Facebook où il n’est plus possible de partager aucune information qui critiquerait un tant soit peu les politiques menées, ni des témoignages d’honnêtes citoyens. Facebook est devenu un réseau de traçage, de profilage, de persécutions, de censures, visant à modeler les esprits vers des discours dogmatiques et monocordes. Mais youtube censure de même, alors considérons encore comme une chance immense de pouvoir avoir accès encore à un peu de contradictoire, en écoutant des entrevues comme celles-là. Et remercions tous ceux qui, d’une façon ou d’une autre, ont eu le courage de tenir un discours contradictoire qui autorise la pensée. La vérité, c’est certain, ne peut être du côté du pouvoir oppresseur.

 

A quels freins nous opposons-nous d’ailleurs pour bien diagnostiquer la situation ?

  1. La propagande de masse

  2. L’incrédulité face au cynisme et à la malveillance qui nous ciblent (nous les peuples) et la banalisation du mal

  3. Déni partiel ou total Le déni est l’impossibilité partielle ou totale de se représenter la perte du monde que nous avions connu. Tout le monde espère « le retour comme avant », en niant la réalité de ce qui se passe, et le traumatisme subi.

  4. Les clivages Avec les clivages, le corps social se divise en deux camps farouchement opposés : ces fameux clivages entraînent des discussions stériles, des brouilles au sein des familles, et sont la marque de la manipulation comme de la pathologie mentale qui circulent dans le corps social.

 

Pourquoi les gens se disputent sur le masque/pas masque ? Parce qu’on les conditionne à le faire, à coups de slogans, et non de pensée ! Parce qu’il existe des dogmes insérés (opinions érigées en vérité) qui font que, selon si vous avez été sensible à tel dogme ou tel autre, vous allez défendre telle thèse ! Par exemple, l'on nous a dit qu’il fallait nous tenir à 2 mètres de l’autre, et cela, à partir de la PEUR. Nous n’avons pas validé une pensée, mais enregistré un bon et un mauvais comportement associé à une PEUR. Donc c’est la peur qui domine la pensée ! La peur dont Platon avait pourtant dit qu’il ne faut jamais la laisser diriger l’attelage de votre carriole ! Il faut la tenir en respect sur le siège arrière, car c’est à partir de la peur que les pires horreurs se sont vues dans l’Histoire de l’humanité.

 

Comment fonctionne un virus ? Quid du terrain immunitaire ? Quid des impacts de la peur sur le système immunitaire ? Dans la nouvelle religion de la pandémie, j’ai même lu récemment un article d’un professeur d’université (combien a-t-il été payé pour dire cela ?) disant qu’augmenter ses défenses immunitaires était une fausse croyance !

 

 

Ces clivages entraînent une impossibilité de se comprendre, car les personnes tout simplement ne parlent pas avec un même niveau d’information, et non en essayant d’entendre le point de vue de l’autre et en cherchant à partir de quels arguments il peut soutenir un tel point de vue. C’est le slogan de la peur qui prime, il ne peut donc pas y avoir de discussion éclairée avec des émotions qui ont envahi le psychisme de la personne. Et je parle de la peur, mais nous pourrions tout aussi bien parler de la culpabilité.

 

La peur et le sentiment d’impuissance, doublés de l’impossibilité de comprendre les manipulations psychiques et les conflits de loyauté dans lesquels nous sommes emprisonnés par la propagande de masse, engendrent alors l’agressivité dans le corps social.

N’essayez plus donc de convaincre des émotions, c’est peine perdue !

 

Il y a, face au délire paranoïaque, et c’est toujours la même histoire, ceux qui sont convaincus par l’analyse, la démonstration (et pas forcément les intellectuels, dont les études en psychologie sociale ont malheureusement démontré la soumission majoritaire aux systèmes totalitaires), et voient le danger arriver, et ceux qui ont besoin d’expérimenter la paranoïa dans son moment totalitaire de destruction massive pour être forcés d’ouvrir leurs yeux qui seront remplis de larmes. C’est ainsi, et nous devons je crois travailler à l’accueillir avec compassion, sans engendrer davantage de frustration, de colère, ou d’agressivité.

La vague totalitaire, nous l’expérimentons, elle arrive.

 

Repost0
22 octobre 2020 4 22 /10 /octobre /2020 12:59
Le totalitarisme et le choix de la vie héroïque - Ariane Bilheran

Il existe une contagion délirante et la paranoïa de quelques uns peut se contaminer au plus grand nombre, nous dit Ariane Bilheran.

 

Les complots ont toujours fait partie de l'humanité, la nouveauté, c'est qu'aujourd'hui nous n'avons plus le droit de le penser et que toute pensée sur cette question est criminalisée.

 

Le philosophe, le penseur, le citoyen, ont naturellement l'élan d'interroger ce qu'il se passe et ce qui concerne la société qui les entoure.

 

Le tyran, lui, invoque la légitimité d'une cause plus grande pour assoir ses stratégies répressives ("Au nom de" justifie tous les mensonges, toutes les perversions, tous les crimes) et balaye toutes les questions profondément métaphysiques sur la vie humaine.

 

Un entretien avec Ariane Bilheran, qui remet la pensée à l'endroit et nous invite à rester dans notre humanité, celle qui pense sa vie et sa mort et qui se bat pour le libre-choix et le droit à sa vie héroïque.

 

 

MT

 

 

 

Repost0
22 octobre 2020 4 22 /10 /octobre /2020 12:10

 

Un dossier dans lequel l'humanité va bien devoir mettre le nez un jour, au vu de tous les scandales, certains sus, d'autres cachés, et dont certains vont, je l'espère bientôt être mis en lumière.

 

Judith Reisman a donné beaucoup d'énergie pour dénoncer les aberrations des travaux de Kinsey et toutes les lois qui en ont découlé et font le lit aujourd'hui de la pédocriminalité.

 

Déjà, rien que les études menées par Kinsey sont un véritable scandale et une horreur, quand on sait qu'il pouvait tester des tout petits enfants pour savoir combien d'orgasmes ils pouvaient avoir par jour. Je vous laisse imaginer les pratiques, pour mesurer de tels résultats...

 

Quand nous aurons compris à quel point nous avons été manipulés, bernés, sur tous les sujets, historiques, éducatifs, alimentaires, politiques, sanitaires, économiques, sexuels, etc., le réveil risque d'être douloureux et il nous faudra beaucoup de compassion envers nous-mêmes pour nous pardonner de tous ces abus.

 

 

MT

 

 

 

 

 

 

 

"Judith Reisman, Auteur et Militante, Professeur d’Université, Conférencière et Essayiste Américaine, surtout connue pour sa critique des travaux d'Alfred Kinsey, notamment dans ses ouvrages « Kinsey, Sex and Fraud: The Indoctrination of a People », « Soft Porn" Plays Hardball: Its Tragic Effects on Women, Children and the Family », « Kinsey: Crimes & Consequences: The Red Queen and the Grand Scheme », « Kinsey, la face obscure de la révolution sexuelle », « La subversion sexuelle née des rapports Kinsey »..

 

Elle est aux côtés d’Ariane Bilheran, Normalienne Française, Psychologue clinicienne, Docteur en Psychopathologie et Auteur de « L’imposture des droits sexuels », sur les «Droits sexuels » ou la loi du pédophile au service du totalitarisme mondial !

 

Cet entretien enregistré en 2017, est plus que jamais d’actualité dans ce contexte de dictature mondiale pseudo sanitaire, et d’abus en tout genre sur les humains dans leur grande majorité et les enfants en particulier. Il était consacré aux « droits sexuels » des enfants et leurs relations à l’idéologie pédocriminelle de Kinsey, promue largement par l’O.M.S. qui aura réussi à soumettre et paralyser toute la planète en quelques mois par son lobbying de toutes nos institutions, nos médias de masse et nos politiques, via sa mise en scène macabre de « plandémie » en cette année 2020! La peur n’évite pas de parler des choses qui fâchent, c’est tout le contraire, et vous allez découvrir l’idéologie profonde de ces instances criminelles qui se donnent toutes la main qui se donnent toutes la main pour transgresser les enfants et destituer les parents de leur rôle protecteur!"

 

 

 

 

 

.

Dans cette courte interview servant d'introduction au programme pour libérer les hommes de la pornographie "Conquer series" https://kingdomworks.com/films/conque..., le Pr Judith Reisman dresse un portrait clair et précis du Dr Alfred Kinsey, le père de la révolution sexuelle et nous parle du rôle crucial qu'a joué Hugh Hefner, le fondateur de Playboy pour changer les comportements sexuels humains dans le monde entier.

 

JUDITH REISMAN WEBSITE https://www.thereismaninstitute.org/

 

 

 

Repost0
20 octobre 2020 2 20 /10 /octobre /2020 21:47

 

 

Peut-être aviez-vous vibré en regardant ce film.

Peut-être nous faut-il nous y replonger et prendre le temps de vibrer encore, afin de porter cette vibration vers le futur, et que cette unité, cette connexion omniprésentes dans l'histoire, soient notre fil conducteur pour transformer ce présent sombre et le remettre dans la lumière et la beauté.

 

 

 

 

 

 

.

 

 

Repost0

Présentation

  • : Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • : Un lieu où pourraient se cotoyer le jour et la nuit, les univers différents de la pensée logique, rationnelle, structurée à partir des informations émanant de toute part, et de la pensée vagabonde, celle qui erre la nuit, mais aussi le jour, dans l'envers des choses, à la recherche de l'impalpable, de la beauté et de la magie. Michèle Théron
  • Contact

  • lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. 
Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...

Auteur - Photographe

Michèle Théron, praticienne de santé naturopathe, femme en chemin, je vous partage sur ce blog des articles, de la poésie, des photos créés par moi, et les citations, articles, vidéos qui nourrissent mon chemin et m'inspirent.

Recherche