Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 juillet 2017 5 21 /07 /juillet /2017 11:54

 

Qu'est-ce qui tout à coup motive les autorités à passer de 3 vaccins obligatoires, à 11 vaccins, alors que déjà bon nombre de conséquences dramatiques sont imputées à la vaccination sur des très jeunes enfants dont le système immunitaire est en cours de maturation.... ???

 

A chacun de s'interroger sur ses croyances, ses peurs, ses soumissions et de s'ouvrir vers une littérature qui ne va pas dans le sens du discours officiel, bien trop consensuel pour être honnête.

 

MT

 

 

 

 

 

 

 

"Les vaccins sont inefficaces,inutiles et dangereux". Démonstration du Dr Schaller

 

 

Avec ici une question éthique cruciale : l'homme est-il autorisé à consommer de l'homme (extraits d'embryons humains) pour se prémunir d'éventuelles maladies?

 

 

 

 

"Chaque vaccin laisse une trace sur le corps énergétique" Dr Elmiger

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE
commenter cet article
20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 18:19

 

 

Une découverte trop tardive, d'une femme vibrante qui vient de s'envoler...

 

A mes flancs, j'ai un rêve,

Mais ça c'est moi qui le tiens

Je lâche pas, je lâche pas

Ça doit vouloir dire ça, vivre, j'en sais rien

Ça fait peur, mais j'lâche rien... 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 13:36
Les avares - Michel Audiard

 

 

J'ai horreur des avares. Je crois que l'avarice est le pire défaut qui existe, car si on compte ses sous, on compte également ses sentiments. On est mesquin en tout.

 

Michel AUDIARD

 

 

 

 

 

 

 

Petites avarices de la vie quotidienne

(authentiques, de témoignages entre amies…)

 

 

 

 

* Premier resto quelques semaines après le début de la relation. C’est une crêperie, ce n’est pas la Tour d’Argent, faut pas rêver et il n’y a pas mort d’homme au niveau du budget…

Elle : une crêpe œuf gruyère à 5 euros

Lui : deux crêpes, une complète et une en dessert et du cidre.

Au moment de payer, lui : désolée ma chérie, je ne peux pas te la payer.

 

 

 

* Promenade en bord de mer. Température hivernal et cabanon à frites. 2 euros la portion. Chacun paye sa part.

 

 

 

* Dîner à la maison. Les courses ont été faites par Madame. Monsieur achète un pot de tarama à 2-3 euros qui ne sera pas terminé pendant le dîner. Mais embarqué par Monsieur le lendemain matin pour le ramener chez lui.

 

 

 

* Au resto, Madame est patraque et demande si elle pourra juste prendre une cuillère à soupe du plat de pâtes commandé par Monsieur. Monsieur est d’accord. Entre temps, Madame discute avec sa voisine, qui attend sa commande. Quand Madame se retourne vers l’assiette de Monsieur pour goûter à la seule portion qui devait lui servir de repas, l’assiette est vide, il ne reste pas le quart d’une demie-pâte dans l’assiette.

Elle : bin tu ne m’as pas laissé ma part ?

Lui : bin tu parlais…

 

 

 

* Au resto, Madame et Monsieur prennent une entrée, à se partager à deux.

L’assiette arrive et est placée -d'office- devant Monsieur (dommage!). Tiens, vas-y dit Monsieur sans déplacer l’assiette d’un millimètre et en attaquant sans attendre la dégustation de « son » entrée.

 

 

 

* Lors d’un week-end champêtre avec l’organisation d’un jeu où il faut répondre à des tas de questions de culture générale, Madame et Monsieur font feuille commune, même s’ils font habitation séparée, et planchent sur le questionnaire. Madame donne les bonnes réponses pour au moins les ¾ des questions ce qui permettra un super score et de recevoir en lot une tablette électronique. Monsieur se l’accapare en disant : super, j’en rêvais depuis longtemps. A cet instant Madame n’est même plus dans le champ relationnel et il va de soi, de facto, que la tablette appartient à Monsieur.

 

 

* Monsieur est parti en voyage dans un pays lointain dont il a ramené du thé en cadeau à Madame. Madame a déjà beaucoup de thés chez elle dont les boites sont entamées, et elle n’ouvre pas tout de suite celui-ci pour le déguster. Monsieur a l’habitude de prendre du thé quand il vient à la maison avant de partir travailler, et ce n’est pas le choix qui lui manque avec toutes les variétés qui s’empilent sur les étagères.

Quelques semaines plus tard, Madame ouvre la belle boite en bois censée contenir le thé lointain… mais plus une feuille de thé à l’intérieur. Monsieur a sifflé tout son contenu quand il prenait ses petits déjeuners en solitaire à l’aube. Monsieur s’est fait un joli cadeau… !

 

 

 

* Madame et Monsieur sont au restaurant. Monsieur a pris un plat avec des frites. Madame adooorrre prendre une frite par ci par là dans l’assiette de Monsieur. Mais Monsieur fait une telle tronche et son corps est tellement crispé, que la frite reste un peu coincée dans le gosier de Madame.

 

 

 

* Monsieur vient chez Madame au minimum trois fois par semaine et Madame seulement une à deux fois par mois chez Monsieur où elle partage parfois à la caisse le montant des courses. Chez elle, Madame a l’habitude de faire les courses pour assurer les repas, mais au bout de deux ans, elle dit quand même : on ne pourrait pas partager les frais de nourriture ? (sans parler du lave-vaisselle qui tourne plus souvent, sans parler des douches plus nombreuses, sans parler de la recharge systématique du téléphone portable et de l’ordinateur sur les prises)

Regard effaré de Monsieur qui ne comprend pas et qui répond, sérieux : dans ce cas il faudrait que je te fasse payer l’entretien et l’usure de la voiture…. (il va sans dire que Madame partage déjà les frais d'essence)

 

 

 

* Monsieur et Madame sont au restaurant. Madame n’a pas très faim et décide de ne prendre qu’une petite entrée, tout ce qu’il y a de moins cher, une ridicule petite terrine perdue au milieu de l’assiette. Quand Monsieur entend ça, dans un grand élan de générosité, il dit à Madame : je t’offre le resto !

 

 

 

Vous remarquerez à quel point tout commence parfois à des niveaux assez basiques : la nourriture, comme le conditionnement d’un vieux réflexe de survie. Pas une survie où l’on partagerait entre nous le peu que la nature nous offre, mais une survie où l’autre devient un concurrent qui vous empêche d’avoir plus, ou d’avoir tout.

 

Mais lorsqu'on commence à être radin au resto, comme le dit Audiard, on est radin en sentiment et radin au lit. La générosité ne se découpe pas en tranches, c'est un élan du coeur qui s'épanche dans tous les domaines.

 

 

Bon, il n’y a pas que les Messieurs qui sont radins, vous avez bien, vous aussi, vos anecdotes succulentes que vous pourrez partager dans les commentaires !

 

 

MT

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
18 juillet 2017 2 18 /07 /juillet /2017 11:48
Grimper à l’échelle du succès - Krishnamurti

 

 

Voyez-vous, la réalité est un problème très complexe. C’est la société qui est coupable. Les ambitieux et les malins exploitent les autres et parviennent au sommet. Le désir de chacun est de gravir les échelons, de monter aussi haut que possible, et alors que se produit-il ? On se piétine les uns les autres et celui qui est écrasé demande « pourquoi la vie est-elle si injuste ? Vous avez tout et je suis un incapable, je n’ai rien ».

 

Tant que nous continuerons à grimper à l’échelle du succès, il y aura toujours des malheureux et des affamés. C’est notre désir de réussir qui doit être compris, et non la raison pour laquelle certains sont riches et d’autres pauvres, pourquoi les uns ont du talent et les autres non.

 

C’est notre désir de grimper, d’être importants, qui doit changer. Nous aspirons tous au succès, n’est-ce pas ?

 

C’est là qu’il faut chercher la faute, pas dans un karma ou dans quelque autre explication. La réalité est que nous voulons tous “grimper”: peut-être pas jusqu’au sommet, mais aussi haut que possible. Tant qu’existera ce désir d’être « quelqu’un » dans le monde, nous aurons des riches et des pauvres, des exploiteurs et des exploités.

 

 

J. Krishnamurti

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 10:08

 

 

Le couple comme générateur d'énergie lumineuse, voilà une vision qui remet au centre de nos vies la quête spirituelle. Fabrice Palmer nous dit : la quête amoureuse et la quête spirituelle, c'est la même chose. Et le couple est comme un accélérateur de particules.

 

Celles et ceux qui a un moment donné ont fait l'expérience du célibat après une vie de couple, comprendront sûrement cela, car la puissance que l'on pouvait dégager au sein du couple, se trouve ralentie lorsque l'on est seul(e).

 

Et par ailleurs, il n'est pas inutile de prendre un temps de recul pour faire le point de là où l'on en est.
 

Cinq plans vont être sollicités dans le couple, il faudra trouver une harmonisation physique, intellectuelle, émotionnelle, sexuelle et spirituelle.

 

Maîtrisons nous suffisamment ces cinq plans ?

 

Quel est le plan qui nous a fait entrer en relation avec quelqu'un?

 

Avions-nous réellement une attraction profonde?

 

C'est en purifiant nos structures et en remettant le sacré au coeur de chacune de nos actions que nous pourrons exprimer ce qu'est réellement l'amour.

 

 

 

MT

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
17 juillet 2017 1 17 /07 /juillet /2017 02:44

 

 

Merci pour ce langage authentique, cette vulnérabilité qui vient toucher au coeur, cet enseignement partagé dans l'intime, au plus profond de l'expérience.

Instant rare, dans ce monde de clichés et de paroles toutes faites.

Ouverture d'un chemin qui invite à retrouver sa propre authenticité, à descendre en soi pour être et livrer sa vérité.

Merci pour tout cet amour offert en partage  et cette vibration qui laisse sa trace délicate.

 

MT

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 18:10
Illustration Christian Schloe

Illustration Christian Schloe

 

 

La chasse aux sorcières n'est pas qu'une anecdote historique.

 

Elle marque un tournant dans la structure de la société, qui est passée d'une activité païenne, ancrée dans les forces de vie et où le tissu social s'organisait autour d'une certaine transmission, à une nouvelle société dominée par le patriarcat et la diabolisation des connaissances, de la sexualité, des dons, des soins et de la connexion directe au divin.

Tout ce qui permettait d'avoir accès au savoir, à la liberté, à la spiritualité authentique, a été mis sous contrôle par l'Eglise et les hommes, pour ne laisser aux femmes qu'une image salie, directement issue des projections et des peurs portées par les hommes de l’époque.

 

Lors de cet holocauste qui dura plus de 300 ans, évalué à peut-être 9 millions de morts, 95 % étaient des femmes qui ont été exécutées par des méthodes de la plus haute violence. Noyades, enfermements, suspension dans des cages, bûchers, pieux plantés dans le cœur, pendaisons et tortures les plus infâmes pour les faire avouer des crimes suggérés par un manuel (1) commandé de toute pièce par un pape, dont le nom, Innocent, ne met qu’en lumière le décalage entre les velléités d’une institution et ses actions de défoulement et de projections les plus noires.

 

A partir de là, c’est toute la société qui a changé, le rôle de la femme, la spiritualité, le lien à la terre, la liberté, la connaissance, ont été transférés sous contrôle masculin et attribués à des instances de pouvoir qui ont fait en sorte de pervertir toute la mémoire de ce passé, en changeant la signification des rituels, en enterrant la vivacité du savoir, en retirant aux femmes leur pouvoir matériel autant que spirituel (leurs pratiques, que l’on peut qualifier de chamaniques, sont aujourd’hui beaucoup détenues par des hommes), en diabolisant (c’est-à-dire en divisant) (2), en mettant la compétition au cœur des échanges, en contrôlant les corps et la sexualité, en imposant la science au détriment de l’intuition (et en s’appuyant comme le précise ce documentaire « sur les méthodes de l’inquisition, pour extraire de la terre l’équivalent de ce que l’on obtenait des femmes sous la torture », c’est-à-dire la force et la contrainte), et finalement en transformant la lumière en ombre.

 

« En Europe, l’ordre du monde avait été renversé ».

 

Nous sommes toujours prisonniers de ce retournement majeur qui s’effectua au temps de l’inquisition et la perversion (3) gouverne le monde, en divisant, contrôlant, muselant le vivant et nous commençons difficilement et lentement à sortir de cette nuit imposée dans une violence inouïe.

 

Si les hommes doivent sortir de la compétition et pacifier les mémoires de violence et de crimes dont ils sont porteurs, les femmes doivent sortir de la soumission dans laquelle ces événements les ont asservies et de la culpabilité qu’on leur a fait porter tant au niveau de leur pouvoir que de leur sexualité. En leur faisant porter la responsabilité de tout ce qui « ne va pas », elles ont appris au fil des siècles à compenser les erreurs, les manques, les immaturités, les humiliations, pour faire marcher le monde des hommes, mais au détriment de leur monde à elles, et sans avoir bien sûr retiré aucun avantage, sinon celui de continuer à être diabolisées.

 

« Le diable était descendu sur terre et les femmes conduisaient ces démons ».

 

Chaque femme porte en elle la mémoire de ces exécutions infligées à ses ancêtres et chaque femme sait intimement le coût du silence imposé et connaît dans sa chair le prix d’avoir renoncé, sous la torture ou par la mort, à son essence et à son pouvoir.

 

De cette amnésie, elle se réveille petit à petit et retrouve le chemin de la sororité et panse ses blessures.

 

Le chemin des retrouvailles n’est pas terminé, l’empreinte des mémoires et le carcan sociétal peuvent être puissants et il se peut même, que dans cette vie-ci, certaines fassent l’expérience de rencontres, de relations qui viennent réactiver un passé à guérir. Dénonciation, torture, enfermement, reniement d’une activité de guérisseuse, mort violente dans une autre vie, tout cela peut trouver écho dans la maltraitance relationnelle, la maladie, l’interruption forcée d’une activité, l’abandon d’une voie spirituelle, l’isolement, les pertes financières, la perte de ses capacités dont le bénéfice revient à autrui avec un sentiment de dépossession.

Parfois un tableau se dessine qui montre tout ce à quoi les femmes durent renoncer par le passé, tout ce qui fut spolié, détourné, volé, usurpé.

Les cœurs transpercés de lances gardent la mémoire de la blessure ultime qui leur a été faite : celle d’être atteinte au plus profond d’elles-mêmes, dans leur capacité à aimer, à donner et à vibrer.

 

Il est temps que les malédictions prennent fin, que chaque femme puisse reconnecter à son essence sans avoir peur. Dans certains pays, cela est encore très difficile et la mort, la lapidation, la défiguration à l’acide, sont au bout de l’expérience pour simplement avoir été une femme.

Dans nos pays occidentaux, le chemin devient plus aisé, même s’il ne faut pas nier la dure réalité des violences encore faites aux femmes qui payent sans cesse le prix de leur liberté, car en voulant être libres elles réveillent les peurs et les frustrations des hommes. Le temps des bouc-émissaires est toujours présent et il est si facile de jeter au bûcher, même symbolique, une partie de l’humanité pour ne pas voir ses peurs et ses ombres.

 

Comme aucun monument n’a été élevé à la mémoire des sorcières décimées pendant si longtemps, peut-être qu’en tant que femmes, nous pouvons, à l’intérieur de nous-mêmes, faire un autel symbolique de guérison et honorer toutes ces femmes qui d’une façon ou d’une autre vivent à travers nous et que nous portons en nous.

Si « l’histoire est toujours écrite par les vainqueurs », faisons en sorte petit à petit de réécrire l’histoire, de remettre les choses dans le bon ordre, de réécrire l’histoire de la femme, de redéfinir ses contours, de lui ôter ses oripeaux civilisés trop étroits pour elle, afin de retrouver sa liberté, sa connexion et sa sauvagerie.

 

Et comment ne pas remercier ici toutes les femmes qui ont déjà ouvert la voie sur ce chemin de retrouvailles et de guérison, et qui ont traversé leurs peurs, leurs inhibitions pour incarner ce qui autrefois pouvait les conduire au bûcher.

 

 

MT

 

 

(1) Malleus Maleficarum, le maillet des sorcières, manuel de l’art de brûler les sorcières écrit par deux Dominicains et commandé par le pape Innocent VIII

(2) Le Diable (en latin : diabolus, du grec διάβολος / diábolos, issu du verbe διαβάλλω / diabállô, signifiant « celui qui divise » ou « qui désunit » ou encore « qui détruit »). Wikipédia

(3) perversion : mis à l’envers, détourné

 

Long métrage documentaire rendant hommage… aux sorcières. Celles d'hier, contre qui l'Église et l'État se sont acharnés, d'un commun accord; celles d'aujourd'hui, qui professent un retour à la connaissance de la déesse primitive, harmonie pacifique de toutes les formes de vie.

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 22:13
Continuer à aimer - Paulo Coelho

 

 

Pour que nous entendions les mots de l’Amour, il faut le laisser s’approcher.
 

Mais quand il arrive près de nous, nous avons peur de ce qu’il a à nous dire. Parce que l’Amour est libre et que sa voix n’est pas régie par notre volonté ou par nos efforts. Tous les amants le savent, mais ils ne se résignent pas. Ils pensent qu’ils peuvent le séduire par la soumission, le pouvoir, la beauté, la richesse, des larmes et des sourires.
 

Mais le véritable Amour est celui qui séduit et ne se laisse jamais séduire.
 

L’amour transforme, l’amour soigne. Mais quelquefois, il construit des pièges mortels et finit par détruire la personne qui a décidé de s’y abandonner totalement. Comment la force qui fait bouger le monde et tient les étoiles à leur place peut-elle être aussi constructive et aussi dévastatrice en même temps ?...
 

Nous ne nous habituons pas à l’idée que ce que nous donnons est égal à ce que nous recevons. Mais les personnes qui aiment en espérant être aimées en retour perdent leur temps.
 

L’amour est un acte de foi, et non un échange.
 

Ce sont les contradictions qui font grandir l’amour. Ce sont les conflits qui permettent que l’amour reste à nos côtés.
La vie est trop courte pour que nous cachions dans notre cœur des mots importants.
Par exemple, « Je t’aime ».

 

Mais ne t’attends pas toujours à entendre la même phrase en échange. Nous aimons parce que nous avons besoin d’aimer. Sans cela, la vie perd tout son sens et le soleil cesse de briller.
 

Une rose rêve de la compagnie des abeilles, mais aucune n’apparaît. Le soleil demande :
 

« N’es-tu pas fatiguée d’attendre ?
 

— Si, répond la rose. Mais si je ferme mes pétales, je me fane. »
Alors, même quand l’Amour ne vient pas, nous restons ouverts à sa présence. Dans les moments où la solitude semble tout écraser, la seule manière de résister est de continuer à aimer.


 

Paulo Coelho,  Le Manuscrit retrouvé

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 21:49
L'amère potion de la douleur - Khalil Gibran

 

Et une femme prit la parole, disant, Parle-nous de la Douleur.

 

Et il dit :

 

"C'est d'avoir brisé la coquille où votre entendement est enfermé que vient votre douleur.
Comme le noyau du fruit doit se briser pour offrir son cœur au soleil, ainsi devez-vous connaître la douleur.
Si votre coeur pouvait s'émerveiller sans trêve des miracles quotidiens de votre vie, votre douleur vous paraîtrait pas moins étonnante que votre joie ;
Et vous consentiriez aux saisons de votre cœur, de même que vous avez toujours consenti aux saisons qui passent sur vos champs.
Et vous contempleriez avec sérénité vos hivers de chagrins.
Une grande part de votre douleur a été choisie par vous.
C'est l'amère potion avec laquelle le médecin qui est en vous guérit votre moi malade.
Faites donc confiance au médecin et buvez son remède en paix et en silence ;
Car sa main, bien qu'elle soit rude et lourde, est guidée par la main affectueuse de l'Invisible,
Et la coupe qu'il vous tend, bien qu'elle vous brûle les lèvres, a été faite de l'argile que le Potier a mouillée de Ses larmes sacrées".

 

 

Khalil Gibran

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 21:13
Illustration : Chagall; lovers in the lilacs

Illustration : Chagall; lovers in the lilacs

 

L’Amour et le doute ne se parlent jamais.

 


Khalil GIBRAN

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 21:05
Illustration Christian Schloe

Illustration Christian Schloe

 

L'amour est tel un oiseau: il n'y a point de rameau sur lequel il ne se pose pas.

 

 

Auteur inconnu (de moi...)

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
18 juin 2017 7 18 /06 /juin /2017 23:36

 

 

Un cheminement incroyable qui témoigne d'une force intérieure, d'une grande humanité et d'un pouvoir de compassion que Robert Savoie transmet aujourd'hui autour de lui.

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
17 juin 2017 6 17 /06 /juin /2017 21:25
Photo : Ludovic Florent

Photo : Ludovic Florent

 

 

Plus je vieillis et plus je trouve qu'on ne peut vivre qu'avec les êtres qui vous libèrent, et qui vous aiment d'une affection aussi légère à porter que forte à éprouver.

 

 

Albert CAMUS

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
14 juin 2017 3 14 /06 /juin /2017 21:17
Illustration Christian Schloe

Illustration Christian Schloe

 

J’ai trois préférences : le parfum parce qu’il renferme le secret des femmes, les femmes parce qu’elles renferment le secret de l’amour, l’amour parce qu’il est la seule prière de l’univers.



Mahomet

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
13 juin 2017 2 13 /06 /juin /2017 21:00

 

 

Ces mots toujours d'une grande sagesse, de Etty Hellisum (lisez "Une vie bouleversée"), sont pris sur le blog de Zoher, un blog tout aussi empreint de sagesse avec ses nombreuses citations spirituelles, et des photos qui témoignent de son oeil curieux qui capte tous les instants de la vie, avec une vraie présence aux gens et à la beauté des lieux. Merci ! 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • : Un lieu où pourraient se cotoyer le jour et la nuit, les univers différents de la pensée logique, rationnelle, structurée à partir des informations émanant de toute part, et de la pensée vagabonde, celle qui erre la nuit, mais aussi le jour, dans l'envers des choses, à la recherche de l'impalpable, de la beauté et de la magie. Michèle Théron
  • Contact

  • lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. 
Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...

Auteur - Photographe

Michèle Théron, praticienne de santé naturopathe, femme en chemin, je vous partage sur ce blog des articles, de la poésie, des photos créés par moi, et les citations, articles, vidéos qui nourrissent mon chemin et m'inspirent.

Recherche