Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 août 2017 5 18 /08 /août /2017 22:37

 

 

 

"Compassion pour ceux qui sont plus petits et dans la souffrance, et le respect et l'amour pour ce qui te dépasse"

 

 

Aller au-delà du "coeur étriqué"...

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes Transformation
commenter cet article
15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 22:29
James R. Eads

James R. Eads

 

 

Alors même qu’ils mettent l’amour au-dessus de tout, qu’ils espèrent trouver « le grand amour » et le vivre pour l’éternité, pourquoi les hommes et les femmes ont-ils tellement de difficultés à le conserver pendant quelques années ou même, parfois, seulement quelques mois ? Parce qu’au moment où ils se sentent attirés par un être, ils s’arrêtent à lui ou à elle. Ils ne savent pas que cette créature est comme le canal par où passent la beauté, la richesse, les qualités d’un autre monde, et que c’est de cet autre monde que leur âme a soif. Alors, ils se concentrent sur cette créature et ils attendent tout d’elle. Voilà l’erreur, et c’est là l’origine de leurs désillusions et de leurs chagrins.
 

 

L’homme et la femme doivent apprendre à se considérer comme des points de départ sur le chemin qui les conduira à la source de l’amour, et là, la joie ne les quittera plus. Car, à la source, l’eau de l’amour est toujours limpide, pure, vivifiante, mais aussi inépuisable, et c’est de cette eau qu’ils ne cesseront de boire à travers l’être qu’ils aiment.

 

 

Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
14 août 2017 1 14 /08 /août /2017 22:36

 

 

A partir de l'acceptation chaleureuse de tout, seulement à partir de cet état on peut faire évoluer les choses....

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation Mes citations inspirantes
commenter cet article
13 août 2017 7 13 /08 /août /2017 19:06

 

 

Toute la poésie, la délicatesse, le talent et l'originalité de Luciole, pour nous inviter à suivre nos rêves, mais surtout à cesser de nous comparer pour offrir et cultiver ce que l'on a d'unique.

Merci jolie Dame de le faire de façon unique.

MT

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes Transformation
commenter cet article
11 août 2017 5 11 /08 /août /2017 17:47

Activer les sous-titres en français

 

 

Pourquoi choisir? Pourquoi se rétrécir? Pourquoi éteindre les clignotants qui s'allument dans le cerveau devant la diversité du monde et ses mystères?

 

Tout le monde n'est pas câblé pareil, et dans cette société qui incite à la spécialité (voir en médecine comment le corps est découpé en spécialités!), la multipotentialité est un peu comme un talon d'Achille, une faiblesse dont le touche-à-tout ne sait pas quoi faire, et surtout comment la transformer en une création qui se partage et serve au plus grand nombre...

 

Quel cadeau que cette jeune femme puisse témoigner de cela et mettre de la lumière là où pendant si longtemps il a pu y avoir des jugements, de la solitude, des doutes, jusqu'à la détresse de se sentir inadapté..

 

MT

 

 

 

 

 

Cette vidéo a été postée sur facebook par Isabelle Padovani, qui y a joint un texte tout aussi éclairant :

 

 

 

 

 

 

LA MULTI-POTENTIALITÉ, C'EST QUOI ?

 

 

Je crois que la phrase que j'ai le plus entendu depuis mon plus jeune âge est "Arrête de t'éparpiller, tu ne vas arriver à rien si tu continues ainsi !".
En y repensant, je peux vraiment comprendre l'inquiétude de mes parents, puis de mes enseignants, qui me voyaient me lancer simultanément corps et âme dans des tas de centres d'intérêts et de pratiques.

À l'école, pendant que mes petits camarades avaient une activité sportive le mercredi après-midi, j'enchainais mes entraînements de tennis, d'escrime et de basket.
Le soir, après l'école, mon intérêt était aussi grand pour l'histoire de la création du monde et l'archéologie que pour la science-fiction ou l'ésotérisme.

Des années plus tard, je revois mon premier guide spirituel me dire qu'il faut vraiment que je choisisse une voie, une seule, parmi tous mes centres d'intérêt : je garde encore le sentiment de désespoir et l'impression d'arrachement intérieur à l'idée de devoir choisir entre astrologie, tarologie, runologie, angélologie, kabbale et tradition druidique.
Je me revois tenter de négocier "Et si j'en gardais seulement trois, ça irait ?" tout en sentant que seulement trois, cela ne m'irait pas, car chaque approche me passionnait tout autant.
Je me souviens également de mon inquiétude en voyant mes camarades de pratique de ces différentes voies progresser toujours plus dans l'approfondissement de leur voie unique, tandis que je me voyais avancer plus lentement qu'eux dans chaque pratique, puisque, pendant qu'ils faisaient six pas dans la même direction, j'en faisais un dans chacune de mes six pratiques.
Et puis cette douleur intime, lorsque l'on me demandait "Tu fais quoi ?", de ne savoir que répondre, là où mes camarades répondaient avec assurance "De l'astrologie !", "De la kabbale !"...

Je me souviens l'inconfort de ne pas savoir où me mènerait ma manière de fonctionner, tout en étant incapable de fonctionner autrement, toutes mes pratiques me passionnant...
Après mes années ésotérisme, il en fut de même avec mes années "développement personnel et thérapie" : là où mes camarades s'engageaient avec la force de la maturité dans une seule voie, je me suis vu m'engager successivement et avec autant de conviction dans des cursus de PNL, Dialogue Intérieur, Constellations Familiales, Maieusthésie, CNV, Focusing, IFS, etc.

Finalement, après toutes ces années, j'ai compris que "ma voie" était justement celle d'en suivre plusieurs et de bâtir des ponts entre elles : c'est de là qu'est née ma vision de la Communification.
Je mesure aujourd'hui combien ce chemin a souvent été solitaire et empli de doutes, car je n'avais pas l'exemple de quelqu'un d'autre fonctionnant comme moi.
Je me dis que si j'avais pu dès mon plus jeune âge entendre cette conférence de douze minutes d'Emilie Wapnick sur le thème de la multi-potentialité, ma vie en aurait été changée : non parce que j'aurais agi différemment, mais parce que je l'aurai vécue avec la tranquillité intérieure de comprendre mon fonctionnement et d'en voir la beauté et le sens.

J'ai beaucoup de gratitude pour ce qu'Emilie Wapnick partage dans cette conférence, car cela m'a offert des tonnes d'empathie pour tout ce que j'ai vécu depuis ma plus tendre enfance. De plus, j'ai vraiment été touchée par l'émotion perceptible dans sa voix pendant toute la conférence, car je la ressens comme étant à la mesure de combien ce sujet lui tient à coeur et combien elle aimerait contribuer pour toutes celles et ceux qui, comme elle, sont des multi-potentialistes.
Enfin, j'apprécie énormément qu'elle conclue la conférence en rappelant l'importance d'être et d'incarner exactement ce que l'on est, que l'on soit un spécialiste ou un multi-potentialiste, et les vertus complémentaires de ces deux modes de fonctionnement : cela rejoint mon aspiration à vivre dans un monde où chaque être a les moyens de voir l'unique et le précieux de son être et de le mettre en œuvre en synergie avec l'unique et le précieux de chacun...

De tout cœur, je fais le vœu que cette vidéo contribue à donner de la clarté et de la détente intérieure à toutes celles et ceux qui se reconnaîtront dans ce mode de fonctionnement et je vous invite à la partager autour de vous si vous connaissez des personnes pour lesquelles elle pourrait être utile.

 

 

 

Isabelle Padovani - www.communification.eu

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
10 août 2017 4 10 /08 /août /2017 19:52
Illustration Christian Schloe

Illustration Christian Schloe

 

 

"J'aimerais tant pouvoir une fois m'abandonner complètement dans les bras de quelqu'un qui me soutient de sa force aimante : cela me permettrait de goûter une fois la détente complète de tout mon être... Mais je n'ai jamais trouvé ces bras-là..." me dit-elle, les yeux emplis de la tristesse d'une vie en laquelle son aspiration n'a jamais pu se vivre.


Avec douceur, je lui dis qu'il est possible qu'elle se dépose dans les bras du Vivant, si aucun être ne peut lui offrir les siens.
Elle me demande alors "Mais où sont-ils ?"

Comme elle, d'autres interrogent :

"Où sont les bras du Vivant ?"
demande celle qui n'a jamais reçu
le tendre soutien de la mère.

"Où sont les bras du Vivant ?"
demande celui qui n'a jamais reçu
la force soutenante du père.

"Où sont les bras du Vivant ?"
demande celle qui n'a jamais reçu
le regard aimant de son compagnon.

"Où sont les bras du Vivant ?"
demande celui qu n'a jamais reçu
l'accueil bienveillant de sa compagne.

Moi-même, j'ai longtemps cru
que je ne pouvais me laisser aller, m'abandonner,
parce que je ne trouvais pas en face de moi,
celui ou celle qui avait la force, l'amour, la capacité,
de me tenir, de me soutenir, de me contenir,
de m'offrir cet espace où je pourrais
en toute sécurité,
me poser,
me déposer,
me reposer,
enfin...

Puis, un jour, allongée sur le sol,
dans un champ,
regardant le ciel,
j'ai vu passer toutes mes pensées,
et j'ai choisi, juste là,
de lâcher toute idée que
je dois faire,
je dois gérer,
je dois porter,
je dois tenir bon...

À l'instant même
de tout mon corps,
de tout mon coeur,
de tout mon être,
je me suis laissée aller,
je me suis abandonnée sur le sol...
De chaque fibre de mes muscles,
de chaque cellule de mon corps,
je me suis donné le droit
de ne plus me soutenir moi-même,
de ne plus rien porter de moi...

Là, pour la première fois de ma vie,
j'ai senti les bras du Vivant qui m'entouraient,
qui me portaient, me soutenaient, me câlinaient
et j'ai entendu la voix du Vivant qui murmurait à mon oreille :
"Tu ne peux sentir mon soutien
que lorsque tu cesses de te tenir.
Tu ne peux sentir que je te porte
que lorsque tu cesses de vouloir porter.
Tu ne peux sentir que je t'entoure
que lorsque tu cesses de me chercher ailleurs
qu'en la sensation globale de tout ton corps.
Je suis toujours là.
Tu es toujours dans mes bras.
Depuis toujours.
Pour toujours.
Pour un instant,
perçois-le..."

 

Isabelle Padovani

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
9 août 2017 3 09 /08 /août /2017 17:57
Sea-Reine - Michèle Théron

 

 

Ma Reine
Couronnée de coquillages
Bénie par l’océan
Auréolée de ta lumière
Qui nage et plonge
Dans les eaux de mon cœur

Tu me fais voyager
En dehors des eaux troubles
Tu m’invites aux origines
Vers la source pure
Où tout commença.

MT
©

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans NUIT
commenter cet article
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 14:42

 

Sortir des concepts, et au coeur de l'expérience pouvoir tisser des liens avec ce qui fait sens.

 

" Ce qui est juste, c'est ce qui est ajusté pour moi en ce moment".

 

Une phrase clé, qui fait la peau à toutes les injonctions du style : oh, mais tout est juste ! Injonction qui par conséquence, n'est que le déni de ce qui est ajusté ou pas ajusté pour l'autre, et donc d'une grande violence. 

 

MT

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes Transformation
commenter cet article
7 août 2017 1 07 /08 /août /2017 23:48

 

Délicieux petit garçon avec une voix magnifique... et très beau texte

 

 

 

 

 

Et si la vie
Si la vie n'était qu'un jardin d'éden
Si les prisons n'existaient pas
Est-ce que l'humain serait le même
Est-ce qu'il serait en paix, dis-moi
Est-ce que je t'aimerais
Autant que mon cœur qui bat
Si la vie... fleurissait sous nos pas

Et si la vie
Si la vie n'était qu'une île
S'il n'y avait qu'une seule route
Comment nos chemins se croiseraient-ils
Comment nous retrouverions-nous
Au carrefour de l'amour
Au coin de quelle avenue
Si la vie... si la vie n'avait pas de but

Et si la vie
Si la vie n'était qu'un ciel d'orage
Si elle n'était que de cœurs gris
Comment aurions-nous le courage
De traverser chaque nuit
De s'aimer encore au matin
Et d'ouvrir encore les yeux
Si la vie... si la vie n'avait pas de feu

Si la vie
Si la vie n'était pas faite de toi
Si elle ne me tendait pas ta main
De quel rivage et de quelle voix
Pourrais-je apprendre à voir plus loin
Que la vague de mon cœur
À voir avec mes yeux d'enfant
Si la vie... si la vie n'était pas d'océan

Si la vie n'avait pas de feu
Si le ciel n'entendait pas nos vœux
Si l'amour ne donnait pas le temps
Si la vie

Et si la vie
Si la vie n'était pas d'océan
Pourrais-je rêver autant
Pourrais-je aimer longtemps
Si dans ma vie... il n'y avait pas tous ces gens
Il n'y avait pas tous ces gens
Il n'y avait pas tous ces gens

 

Auteur : Sophie Nault
Compositeur : Sylvain Michel

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
6 août 2017 7 06 /08 /août /2017 14:28

 

 

Mettre l'humour au coeur de la vie et de la spiritualité, pour ne pas trop se prendre au sérieux...

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Mes citations inspirantes
commenter cet article
3 août 2017 4 03 /08 /août /2017 12:35

 

 

Des années de luttes pour défendre les p'tites graines et sauvegarder la diversité ! Merci de toute cette énergie et cette passion au service de la Vie. (1)

 

MT

 

 

(1) je rappelle que les graines aujourd'hui proposées aux agriculteurs sont stériles... mais elles sont officiellement répertoriées dans un catalogue officiel reconnu par d'officielles institutions......

 

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans SANTE-NATUROPATHIE Gaïa NIOUZES
commenter cet article
2 août 2017 3 02 /08 /août /2017 12:09
The Embrace - Egon Schiele

The Embrace - Egon Schiele

 

 

 

Dès le matin, se faire crucifier par le chagrin. Les bras en croix, recevoir ton corps en perdition qui suinte ses gouttes salées pendant que, collés à mon dos, les draps absorbent ma détresse. Elle coule à la vitesse d’une pierre pesante, elle s’enfonce comme un pieu qui tranche le matin en lames grises. Le corps s’électrise, devient ce lieu où rien n’est au repos, où chaque cellule recrache sa mémoire séquestrée. Les miroirs se retournent, ils affichent les images que nous avions occultées, les vérités jusque-là invisibles, les ombres que nous avons fuies ventre à terre. Où nous fallait-il courir, si vite et si loin, pour ne pas nous regarder, pour ne pas nous faire face et oser la rencontre, silencieux, immobiles et pleins, oser les tremblements, la foudre, les guerres salutaires, celles qui laissent au champ de bataille les fantômes assassins. Ces spectres-là volent nos vies, défigurent l’amour avec tant d’assiduité que les rêves s’effacent.

Nos rêves rêvaient-ils seulement ensemble ? Dans les mondes obscurs, les parallèles finissent probablement par se toucher un jour, mais si loin, si loin après l’éclat des désirs consumés par la vie. D’autres vies et d’autres mondes parlent peut-être de nous, de ce chemin qu’il nous fallait traverser main dans la main, sans pouvoir nous rejoindre vraiment. L’infinitésimal nous sépare, comme la dernière goutte d’une savante alchimie, à moins que ce ne soit le contraire. Tout nous séparait et l’infinitésimal nous lia éperdument, masquant nos différences, tenant hors d’atteinte nos flous et nos à-peu-près. L’amour n’est qu’un hasard sauvage qui nous tient au bord d’un gouffre vertigineux. Tout peut basculer, se retourner avec la vitesse d’un éclair, sombrer dans l’envers des choses. Le tain du miroir est épais, il cache en lui l’imperfection et l’impermanence, il séquestre les illusions que le temps largue comme un poison qui défait nos vies. La vérité est pourtant toute proche, invisible à nos yeux d’enfants, intolérable à nos cœurs imparfaits qui battent pour un demain qu’ils ignorent.  

 

Dans des temps lointains, me souviendrais-je que je t’ai aimé, que j’ai porté en moi ton amour et ton cœur qui battait largement, que j’ai enfilé chaque matin cette étoffe fine dont tu couvrais mes épaules, que j’ai bu tes mots qui coulaient pour moi comme une onde claire, que j’ai passé à mes doigts tout tes serments et que, dès lors que la nuit venait, tes bras devenaient un havre tranquille où s’assoupir était possible ? Demain m’effraie, je l’imagine parfois comme un éther lourd qui s’incruste dans la mémoire, recouvre l’or de nos vies, efface les souvenirs et les images qui nous tenaient debout, beaux et lumineux, dans un amour que nous cherchions désespérément. Nous le voulions grand, suffisamment large et entier pour panser les blessures oubliées, suffisamment inconscient pour couvrir le tumulte qui grondait. Nos âmes vulnérables s’effilochent sans le savoir dans la pesanteur des jours. Les enfers attendent. Ils veillent à défaire ce qui n’est pas fertile, à reprendre les serments chuchotés trop bas. Que reste-t-il lorsque tout craque, lorsque le ciment se fendille et autorise la crue. Cette déferlante ramène des limons saumâtres qui rongent la langue, laissent dans la bouche ce goût amer que rien ne défait.

 

Mais je connais ta peau. Quand ma joue l’effleure, je pourrais rester là longtemps, immobile, ne plus rien sentir de l’appel du dehors, ne plus rien attendre, sinon ce chemin offert, m’enfoncer dans l’appel qu’elle me lance. Je connais son grain qui parle d’une douceur inconnue à toi-même.

 

MT © 2009

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans NUIT
commenter cet article
1 août 2017 2 01 /08 /août /2017 22:15

 

 

Apprentissages / intégration, tels une série d'inspire / expire, pour prendre le temps de rencontrer au coeur de soi les parts sollicitées par nos expériences.

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans Transformation
commenter cet article
1 août 2017 2 01 /08 /août /2017 10:24
Une aube rouge

 

 

Une aube rouge s’avançait comme un fleuve

Charriant les rêves tourmentés

Que la nuit laissait tomber

Comme une pluie harassante

 

Le ciel s’embrasait

La terre encore froide dormait

Recouvrant d’un voile tremblant

Toutes les morts venues me visiter

 

Elles secouaient encore mon corps

Le mettaient en pièces et en larmes

 

Tant de choses jetées en offrande dans ce fleuve

Tant d’adieux irrémédiables brûlés au feu de la vie

 

Les mains jointes et fébriles

J’attendais les bénédictions

Au premier rayon de lumière

Que le matin offrirait.

 

 

MT ©

 

 

 

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans NUIT
commenter cet article
28 juillet 2017 5 28 /07 /juillet /2017 14:38
Arcturus

 

 

Toi, femme gardienne qui vient des étoiles, tu brilles de ta lumière rouge, de ton feu qui éclaire et réchauffe.

Tu gardes au chaud les rêves, comme on garde des braises qui ne doivent pas mourir.

Et les Ourses sont tes sœurs stellaires qui t’escortent et gardent en sécurité l’entrée de ta caverne, afin que dans tes nuits les plus sombres, tu puisses voyager vers les étoiles.

 

MT

 

 

 

 

 

Arcturus est une étoile rouge, la plus brillante de la constellation du Bouvier.

Le nom Arcturus vient du grec ancien Ἀρκτοῦρος / Arktoûros qui signifie « le gardien des ours » en raison de sa proximité avec la Grande Ourse et la Petite Ourse.

Repost 0
Published by Michèle Théron lejour-et-lanuit.over-blog.com - dans NUIT chamanisme
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • : Un lieu où pourraient se cotoyer le jour et la nuit, les univers différents de la pensée logique, rationnelle, structurée à partir des informations émanant de toute part, et de la pensée vagabonde, celle qui erre la nuit, mais aussi le jour, dans l'envers des choses, à la recherche de l'impalpable, de la beauté et de la magie. Michèle Théron
  • Contact

  • lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. 
Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...

Auteur - Photographe

Michèle Théron, praticienne de santé naturopathe, femme en chemin, je vous partage sur ce blog des articles, de la poésie, des photos créés par moi, et les citations, articles, vidéos qui nourrissent mon chemin et m'inspirent.

Recherche