Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 23:14

 

 

Voici une video très particulière.

 

Qui raconte les derniers mois de Zach, jeune adolescent qui apprend à 14 ans qu’il est atteint d’une forme rare de cancer et qui en mourra à 18 ans.

 

L’émotion est forte à l’écouter, à écouter ses proches. Les témoignages sont beaux, calmes, aimants. Ils témoignent de tout ce qui nous traverse dans une vie, de tout ce qui se croise, s’entrecroise avec les gens que nous rencontrons, avec qui nous tissons des liens d’amour.

 

Mais Zach, malgré le trou noir dans lequel il tombe à l’annonce de sa maladie et de sa mort prochaine, a quelque chose à nous transmettre.

 

Un cadeau.

 

Une lueur.

 

Une étoile filante qu’il dépose en terre pour nous éclairer.

 

Le temps est compté. Mais les étoiles filantes ont leur temps à elles, elles traversent le ciel pour exhausser les vœux.

 

Le vœu de Zach est qu’il laissera le souvenir « d’un enfant qui s’est battu au mieux et qui n’a pas réellement perdu »…

 

Ce serait dommage qu’il y ait une confusion à penser que la mort soit un échec… Elle est considérée ainsi dans notre société où la pensée dominante est de vouloir la contrôler, la bannir, la repousser. Mais la mort est un passage. Il est universel et l’illusion serait de croire que nous pourrions la faire disparaitre.

 

Et dans ce passage ultime qui s’ouvre devant lui, Zach y fait entrer la Vie et la Joie comme des soleils permanents. Ce qu’il EST rend chacun plus fort autour de lui, il distille sa joie et répand la lumière partout où il passe.

 

Comme dit le technicien de la vidéo, l’élan qu’il suscite n’est pas « parce qu’il va mourir » mais grâce à « comment il vit ».

 

La force de Zach, c’est d’être très entouré, accompagné d’une vraie tribu, avec une parole libre, où chacun exprime son amour, son ressenti et sa vérité.

 

Tout devient alors plus intense pour chacun. Tout prend du relief. Le relief précieux de la vie.

 

Non pas que tout cela soit facile. L’épreuve reste effrayante. « La mort est juste un autre truc au programme »….

 

Et Zach cherche simplement à aller plus haut, comme il le chante dans sa chanson « Clouds ».

 

« Nous irons vers le haut dans les nuages où la vue est plus agréable ». 

 

 

MT

 

 

 

 

 

 

 
 

CLOUDS

 

Well I fell down, down, down

Into this dark and lonely hole

There was no one there to care about me anymore

And I needed a way to climb and grab a hold of the edge

You were sitting there holding a rope

 

And we'll go up, up, up

But I'll fly a little higher

We'll go up in the clouds because the view is a little nicer

Up here my dear

It won't be long now, it won't be long now

 

When I get back on land

Well I'll never get my chance

Be ready to live and it'll be ripped right out of my hands

Maybe someday we'll take a little ride

We'll go up, up, up and everything will be just fine

 

And we'll go up, up, up

But I'll fly a little higher

We'll go up in the clouds because the view is a little nicer

Up here my dear

 

It won't be long now, it won't be long now

If only I had a little bit more time

If only I had a little bit more time with you

 

We could go up, up, up

And take that little ride

And sit there holding hands

And everything would be just right

And maybe someday I'll see you again

We'll float up in the clouds and we'll never see the end

 

And we'll go up, up, up

But I'll fly a little higher

We'll go up in the clouds because the view is a little nicer

Up here my dear

It won't be long now, it won't be long now

 
 
  
  
  
  
  
Repost0
23 novembre 2013 6 23 /11 /novembre /2013 16:09




Voici une interview de Satprem où il revient sur l'expérience passée dans les camps de concentration.

Une "démolition si totale"... alors "détruire ça veut dire qu'on meurt pour de bon ou que l'on naît à autre chose"...

C'est tout l'enseignement des épreuves de la vie...

MT


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Repost0
7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 22:35

 

 

 

Voici la belle énergie de Christiane Singer pour nous raconter l’histoire d’un vieux rabbin revenu dans sa ville natale après la guerre.

 

J’aime entendre le feu qui monte en elle et habite ses paroles, j’aime sentir sa force de conviction, j’aime voir sa beauté et la grâce de ses gestes.

 

Cela fait longtemps que j’ai vu cette vidéo, mais je ne me lasse pas de l’enseignement donné par cette histoire.

 

Il nous reste parfois tellement d’enfants-intérieurs à aller prendre par la main, sur les différents lieux de notre histoire, pour les consoler et transmuter la souffrance dont ils sont encore porteurs…

 

Un voyage en nous-mêmes à entreprendre à chaque instant, pour libérer la terre de sa souffrance et de ses vieilles mémoires grises...

 

MT

 

 

 

 




 

 

 

 

Repost0
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 23:16

 

Voilà encore un de mes petits moments de délectation.


L’autodérision et la distance pratiquées au même niveau que les techniques d’éveil…


Dans cet exercice qui pourrait paraître simple et dérisoire pour les parties de nous en quête de perfection et de sérieux comme gage d'authentique spiritualité, Isabelle Padovani nous permet d’accueillir la totalité de qui nous sommes avec une relaxation totale, bienveillante et libératrice par le rire, et de ce fait, nous permet d’accueillir notre nature divine qui est la somme de toutes ces parties qui s’expriment en nous.


Cette pratique est la voie véritable de la non-violence. Car dès que l’on exclue ou que l’on juge quelque chose en nous, nous sommes d’une violence inouïe envers nous-mêmes et ne respectons pas ce qui s’exprime au moment où cela s’exprime.


Il est vraiment l’heure d’être authentique avec soi, autant qu’avec les autres, dans une transparence qui met fin à toute mystification. La mystification n’est que l’imposture qui nous garde dans l’illusion de notre ego et nous éloigne de la réalité de ce qui est.

 

MT









Repost0
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 16:40



Un petit montage photo de Elodie Sueur-Monsenert dédié à toutes les femmes en mal avec leur corps.

L’ultime violence, pourtant séculaire, qui est faite aux femmes et que la femme perpétue souvent « à l’insu de son plein gré » est la violence qui concerne son apparence physique et son obligation implicite autant qu’explicite à coller aux critères de beauté imposés par la société. Celle-ci y gagne avantages commerciaux et financiers, quand celle-là s’y perd en dépendance et asservissement, cherchant dans une quête sans fin à s’identifier à des dictats inatteignables ou des fantasmes pervertis.

 

Mais…. « La nature sauvage ne cautionnera jamais la torture du corps, elle n’acceptera jamais que l’on martyrise la forme pour prouver que l’on vaut quelque chose. » dit Chloé....

 

MT

 


http://www.elodiesueur-monsenert.com/chloe-take-off/











Repost0
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 18:37


Voici une vidéo extraite d’un séminaire d’Isabelle Padovani, qui est à mon sens capitale pour clarifier des thèmes importants et pouvoir visualiser des aspects différents de nous-mêmes. Encore un coup de cœur, où j’apprécie de plus en plus la justesse de cette enseignante et sa capacité à nous mettre en amour avec nous-mêmes.

 

L’Enfant-Moi, la personnalité, le Soi, le Père, le Un, l’éveil, tous ces termes sont remis en ordre, avec humour et tendresse, dans une vision large intégrant toutes les parties de qui nous sommes, sans en valoriser une au détriment de l’autre.

 

La vision d’Isabelle Padovani, est vraiment une vision d’unité, qui ne rejette rien, ni les émotions, ni l’ego, ni la douleur, ni la souffrance, mais au contraire cherche à nous les faire intégrer, ensembles, avec le plus de tendresse possible.

 

« Aller vers le Père ce n’est pas pour moins souffrir, mais pour moins haïr les autres Enfants-Moi et pour accueillir la souffrance au lieu de la rejeter ».

 

C’est une invitation à une profonde réconciliation avec nous-mêmes et les autres, et cette délicatesse qui est proposée par cette vision aimante, est tout ce dont nous avons besoin, pour justement relâcher nos peurs, nos tensions, nos attentes et nos jugements.

Il est vraiment temps de vivre avec tendresse... 

 

MT






Repost0
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 00:41


Notre condition humaine fait que nous sommes identifiés à notre corps, nos émotions, à nos pensées et au monde. Aller vers l’éveil, c’est retourner vers notre innocence.

 

Pour Darpan, il peut y avoir plusieurs états de l’éveil.

On peut être traversé d’un instant de révélation, qui nous montre notre vraie nature.

 

Mais l’éveil, en soi, est un état permanent et irréversible, qui nous fait percevoir la réalité de façon radicalement différente.

 

Néanmoins, il n’y a pas un modèle d’éveil, et ce serait encore une illusion de croire qu’il nous faut atteindre des objectifs, des conditions ou des buts pour être réalisés et ressembler à tel « éveillé » qui le vit de telle façon.

 

Il n'y a pas d'effort à faire pour se "défaire" du superflu, les choses viennent spontanément, naturellement, grâce à ce que l'on sent en soi-même.

 

"Ce qui doit nous quitter, nous quitte". 

 

C’est la vérité de ce que nous traversons qui peut nous guider, cette « aventure intérieure » à laquelle Darpan nous invite.

 

MT

 

 

Darpan interviewé par Ana Sandrea ½

 

http://www.youtube.com/watch?v=dfCED4LsOjI



Repost0
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 23:33

Ne manquer pas d’écouter les cinq parties de cette conférence de Darpan, où il explique à merveille, avec des mots simples, ce que nous avons à faire pour aller vers notre vraie nature.

 

Il ne nous promet rien de facile sur ce chemin de retrouvailles, et parle, non pas de « développement personnel », mais de « dépouillement personnel », car il s’agit bien d’ôter quelque chose : les couches que l’ego a construites pour nous protéger. Cette protection était nécessaire, mais elle a occasionné des fermetures à ce qui était douloureux, mais aussi au meilleur de nous-mêmes.

 

A nous désormais de refaire le chemin en sens inverse, de s’ouvrir pour sentir, ressentir, éprouver à nouveau, et aller ainsi vers notre essence.

 

MT


DARPAN - Conférence Paris 1/5

 

http://www.youtube.com/watch?v=DnZGnGqtXMQ

 

 

DARPAN - conférence Paris 2/5

 

http://www.youtube.com/watch?v=4RPVPgyUR5Y

 

 

DARPAN - conférence Paris 3/5

 

http://www.youtube.com/watch?v=82xsSwZRILs

 

 

DARPAN -- Conférence Paris 4/5

 

http://www.youtube.com/watch?v=t3YD4jpCLyc

 

 

DARPAN -- Conférence Paris 5/5

 

http://www.youtube.com/watch?v=2HNNYN5i6Yc







Repost0
30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 20:42
Voici une belle découverte que je vous fais partager.
Des mots comme je les aime, hauts et perçants, qui viennent toucher l'âme et invitent à la transcendance.
MT 



tu es le corps, tu n'es pas le corps

tu es l'esprit, tu n'es pas l'esprit
on t'arrache une dent, on te berce le coeur
des humains, des humains encore...


tu peux continuer de dire, mais que dis-tu vraiment ?
tu peux continuer d'entendre, mais qu'écoutes-tu vraiment ?
au milieu de l'océan, l'océan se sait de lui-même
au milieu de l'océan, il n'y a personne qui puisse le nommer


c'est un seul et unique regard, c 'est la seule et unique conscience du monde
dieu et son absence est un jeu si populaire, dieu et sa présence aussi
à quoi te consacres-tu déjà ?
excuses-moi , j'oublie, j'oublie que tu as ce corps

ce corps et ses pensées qui te font dire je
qui te font dire que tu existes seule dans ce corps, je suis triste pour toi
je suis triste que tu ne te souviennes pas,
que le temps sans âge est ton sang
et que c'est à la verticale de l'être que le soleil s'étire


que pourrais-je te raconter, dis moi ?
éviter tous les dangers du monde ? Non,
inventer tous les paradis de l'univers ? Non,
dire que la souffrance existe ou qu'elle n'existe pas
non, je vais prendre un peu d'eau et la faire glisser sur ta peau
et tu la gouteras de ta bouche, tu délaisseras l'instruction.


John Sammut @ Copyright




Repost0
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 16:19



Il m'a fallu longtemps pour comprendre qu'avant de se risquer à parler, il fallait d'abord rendre les autres capables d'entendre.

 

 

Boris Cyrulnik, Sauve-toi la Vie t’appelle

 

 


Voici une phrase extraite du dernier livre de Boris Cyrulnik, un livre qui m'a profondément touchée.
 

Dès les premières pages, nous sommes plongés dans cette souffrance sans nom de l'enfance, quand celle-ci a été meurtrie, et ici, il s'agit de cette époque terrible de la guerre, de la gestapo et des camps. Mais ce qui domine rapidement, c'est surtout cette sensation lourde de voile, qui semble pourtant si fin, qui sépare la réalité intérieure de la réalité quotidienne mais se trouve être l'essence même de la souffrance. 

 

Comment survivre à 6 ans dans un tel chaos, avec la mort qui menace et la disparition des siens et des messages contradictoires pour apprendre à vivre ?

 


"Il ne s'agit pas d'une souffrance; on ne souffre pas dans le désert, on meurt, c'est tout".

 


Et on se tait. On garde secret, dans une crypte (1), l'origine de cette souffrance, à laquelle on n'a plus accès.

 


« Quand ma mère a disparu après m’avoir placé à l’Assistance pour que je ne sois pas arrêté avec elle, je crois en pas avoir souffert puisque ma vie mentale s’est éteinte. On ne souffre pas quand on est en coma. On ne souffre que si on vit. »

 


L'histoire de cette enfance est extrême mais elle n'est pas unique. Et dans sa singularité, elle résonne de milles histoires. Elle fait écho à chacune de nos histoires et de nos blessures d’enfance.

 

Pour les traumatismes importants et anciens qui ont altéré le lien à la vie, à l'amour, à la confiance, la trame reste identique. Ce qui est enfoui devient inaccessible mais continue à provoquer des interférences dans notre présent et ses ondes de chocs atteignent toujours notre vie et notre entourage. 

 


« La mémoire traumatique est une empreinte figée qui n’évolue pas

 


Et si un jour, nous sommes à nouveau prêts à parler, à exprimer cette souffrance, un écueil nous attend. 

 

L'autre est rarement prêt à entendre. 

 

La souffrance, profonde, celle que l’on rencontre lorsqu’on a remonté le fleuve de son histoire, est difficilement « entendable », à qui ne la connait pas ou à qui n'a pas contacté la sienne. Le déni est donc le dernier rempart qui permet de ne pas écouter celui ou celle qui souffre, afin de ne pas risquer d'être en résonnance avec cette souffrance.

 

Aussi, avant de se confier, avant de parler, comme le dit si justement cette phrase de Cyrulnik, il faut « d'abord rendre les autres capables d'entendre ».

 

Il s’agit de prendre conscience de la capacité – ou non- de l’autre, à pouvoir entendre et accueillir ce que l’on souhaite partager.

 

Cela signifie éventuellement accepter de se taire encore avec certaines personnes dont on reconnait les limites d’écoute (du moins provisoires, on peut le souhaiter), et de ne pas porter le poids du rejet que cette non écoute opère sur nous. Ne pas être accueilli dans sa souffrance génère souvent beaucoup de honte, de sentiment de rejet ou d’imperfection, avec le sentiment d’être des « vilains petits canards » (autre titre bien connu de Boris Cyrulnik).

 

Et à cet instant où l’autre ne peut nous entendre et nous recevoir, faisant éventuellement flamber de plus belle la souffrance, nous serons alors invités à nous accueillir nous-mêmes, avec cette infinie tendresse qui a manqué au moment où cela aurait dû être, sans se sentir coupable d’avoir l’émotionnel de cette souffrance qui remonte.

 

C’est justement parce que nous avons commencé à nous ouvrir, que cela est à nouveau accessible. Alors inutile de saborder ce travail d’ouverture par de la culpabilité « d’en être encore là ». C’est l’heure au contraire d’honorer le chemin accompli et d’avoir beaucoup d’amour pour l’enfant ou cette partie de nous qui a enduré si longtemps l’épreuve.

 

C’est dans cet accueil de soi-même, avec douceur, que nous trouvons la clarté pour savoir comment et vers qui nous ouvrir et que nous sommes capables d’éprouver et de sentir la vie à nouveau.

 


MT

 

 

(1) Abraham N., Törok M., L’écorce et le noyau, ce livre constitue la meilleure théorisation psychanalytique de la notion de « crypte ».




Repost0
23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 17:58

 

 

 

 

Dans cette société si encline au jeunisme, au temps arrêté et suspendu dans le monde de l’éternelle adolescence, il est facile d’oublier les autres temps de la vie.

 

 

Pourtant, dans ce que l’on nomme maintenant pudiquement « le 3ème âge », quand ce n’est pas le « 4ème », il est des personnes qui détiennent une inestimable richesse : celle d’avoir conservé le goût de vivre, de faire des choses qui leur plaisent, en dehors de tout jugement, limitation ou croyance qui viendraient s’interposer pour dire que « c’est trop tard », « ça ne se fait pas », « ce n’est plus de mon âge », « qu’est-ce que mes vieilles rides pourraient bien apporter au monde »…

 

 

A travers ces quelques vidéos du net venues jusqu’à moi, je rassemble ici comme un hommage aux Anciens, à ceux qui nous devancent et ont fait des expériences que nous n’avons peut-être pas encore faites, qui ont traversé ce long fleuve de la vie, en rencontrant bien des courrants.

 

 

A ce titre, ils sont nos professeurs, ceux qui nous montrent comment vieillir, ou en tous cas, une façon de vieillir, chacun trouvant la sienne. Ils nous apprennent à ne pas renoncer, à ne pas se laisser couler, ou engloutir par le prosaïque, quels que soient les épreuves de la vie ou les dictats de la société. Ils nous montrent que tout est possible lorsque l’on reste connecté à soi, à ses désirs, à son feu intérieur.

 

 

Puissions-nous, grâce à nos neurones miroirs (voir ici et ici), être en mesure d’imiter leur confiance en la vie et les ressources qui leur ont permis de rester toujours vivants et vibrants.

 

 

Puissions-nous, dans la rue, dans nos familles, partout où nous nous trouvons, regarder avec bienveillance et gratitude ces Anciens qui ont, si nous savons prendre le temps de les écouter, toujours quelque chose à nous transmettre, à travers une histoire, une anecdote, leur façon d’être ou de voir le monde et l’étincelle qui brille encore dans leurs yeux.

 

 

Car s’il existe des modèles forts (et oh combien contraignants) pour être un homme ou une femme jeunes ou dans la fleur de l’âge, il y a par contre un désert représentatif concernant la vieillesse vécue de façon positive et gratifiante.

 

 

Il existe probablement une majorité de personnes qui a renoncé, qui s’est mise « sur une voie de garage ». Il est parfois si difficile d’incarner tous ses rêves et de ne pas baisser les bras dans la tempête… Il y a toutes ces personnes âgées que l’on nous montre à la télé, dans les maisons de retraites, les hôpitaux, malades, déclinantes, etc. Ce qui domine n’est pas une image vraiment encourageante, elle aurait même tendance à donner raison au Général De Gaulle qui disait : « la vieillesse est un naufrage ».

 

 

Pourtant nous pouvons en faire autre chose. Nos désirs sont des barques permettant de ne pas être un naufragé à cet endroit de notre voyage sur terre.

 

 

Et tous ces petits et grands exemples contenus dans ces vidéos nous montrent que c’est possible, que nous pouvons aller vers notre liberté d’être, sans redouter le déclin.

 

 

Cette liberté d’être, c'est elle qui constitue finalement notre réelle jeunesse éternelle…

 

 

 

MT  

 

 

 

 

Danser sur un tube à la radio à 88 ans

Voici la vidéo que je préfère, celle qui me redonne le moral quand je suis flagada, qui me fait me lever et danser, même si j’ai mal partout… Cette mamie est un modèle de joie de vivre et d’éternelle jeunesse ! Ce qu’elle aime, elle le vibre. Et j’adore la dernière seconde de la vidéo, quand elle rouvre la porte de la voiture, prête à danser à nouveau !

 

http://www.youtube.com/watch?v=nDlHEWglH2c

 

 

Etre femme gymnaste à 86 ans

N’est-ce pas un bel enseignement de rigueur et de persévérance, pour que, malgré les aléas de l’âge, la discipline du corps soit toujours au rendez-vous ?

 

http://safeshare.tv/w/cdaBSBkGKr

 

 

Enseigner et pratiquer le yoga à 93 ans

Cette femme est superbe ! Ne donne-t-elle pas envie de vieillir ?

 

https://www.youtube.com/watch?v=1n1GtOaL7XU

 

 

Swinger à 88 ans

Et garder tout son punch !  

 

http://www.youtube.com/watch?v=SRlhfUvq8hQ

 

 

Sauter à l’élastique à 102 ans

Repousser ses peurs, toujours, quel enseignement !

 

https://www.youtube.com/watch?v=HwbXSf6o7mU

 

 

Sauter en parachute à 80 ans

Quelle jeunesse dans ce corps, ce regard et ce sourire !

 

https://www.youtube.com/watch?v=tGN5teobegs

 


Il y a aussi la tantine de mon amie Marie-Victoire qui, maintenant 98 ans, a sauté à 94 ans :
  

http://www.laprovence.com/article/actualites/26594/a-94-ans-elle-fait-un-saut-en-parachute-de-4000-metres.html

 



Continuer à être bobybuilder à 86 ans

S’occuper de son corps, même lorsqu’il ne correspond plus tout à fait aux dictats de la société

 

https://www.youtube.com/watch?v=t9baGr99bvA

 

 

A 64 ans rallier La Havane à la Floride, à la nage...

170 kilomètres en 52 heures et 54 minutes!

 « J'ai trois messages, a lancé la nageuse sur la plage de Key West à son arrivée. Le premier, c'est qu'il ne faut jamais, jamais abandonner. Le deuxième, c'est qu'on n'est jamais trop vieux pour poursuivre ses rêves. Et le troisième, c'est que ça ressemble à un sport individuel, mais c'est un travail d'équipe ».

 

http://news.fr.msn.com/m6-actualite/monde/a-64-ans-elle-veut-encore-tenter-de-rallier-la-floride-a-cuba-a-la-nage

 



Olga Kotelko, 94 ans et athlète de haut niveau !

Avec plus de 600 médailles d’or et 23 records mondiaux, Olga Kotelko rafle tout sur son passage. Une prouesse unique en son genre quand on sait que cette athlète vient de fêter son… 94ème printemps.

 

http://www.athlenergy.com/olga-kotelko-94-ans-et-athlete-de-haut-niveau/1791/?xtor=AD-402

 

 

Jouer de la guitare dans la rue

…et recycler ses ampoules !!!

 

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=dAobIpnkCNw

 

 

Devenir papa à 96 ans …

Cet homme est loin de manquer de présence pour son jeune enfant ! Et pour ceux qui voudraient connaître son secret pour une telle "vitalité", Ramjeet Raghav a accepté de le partager : se nourrir exclusivement de lait, de beurre et d'amande. Comme quoi, rien ne sert de compter les calories.

 

http://www.huffingtonpost.fr/2012/10/17/96-ans-ramjeet-raghav-plus-vieux-papa-monde_n_1979971.html

 

 

Lu Zijian maître tai chi à 118 ans

La maîtrise en action

 

http://www.youtube.com/watch?v=4PeZsHQaFQE&feature=player_embedded

 

 

Magda Hollander-Lafon : faire appel à notre puissance de vie... magnifique !

Etre en vie et pouvoir témoigner, quel cadeau pour nous, n’est-ce pas ?

 

http://www.youtube.com/watch?v=SG40sPvvkBY&feature=share

 

 

Et pour finir, cette femme dont j’ai lu le livre qui retrace sa vie « Un siècle de sagesse » et qui me touche beaucoup par sa grande âme :


Alice Herz Sommer 108 ans et la confiance dans le bien 

Transmettre l’amour de la vie et de la musique avec Joie (son sourire !!) en ayant pourtant traversé l’horreur. Quel enseignement de force de vie et de passion –la musique- et quelle belle invitation à la gratitude !

 

http://www.youtube.com/watch?v=OB-lUg_TshU&feature=share

 

 

 

Ces êtres merveilleux sont nos miroirs… et nous pouvons faire en sorte de le devenir à notre tour pour les générations qui nous suivent….

Commençons aujourd’hui….!

 

MT
 

Allez aujourd'hui 26.5.14 je rajoute deux autres liens : 

 

cette femme de 80ans, Janey Cutler, qui chante : je ne regrette rien !

http://www.youtube.com/watch?v=JAwOZvvGsRs

 

et cette autre, Paddy, 80 ans aussi, qui danse divinement bien la salsa acrobatique avec des gambettes bas-résille de jeune fille :

http://www.youtube.com/watch?v=hjHnWz3EyHs

 

Et son partenaire Nico de conclure : "elle peut, vous pouvez, si elle peut, tout le monde le peut"... magnifique message d'espoir n'est-ce pas ? !

 

 

Ce jour, 8 septembre 14, un nouveau lien tout aussi merveilleux :

Aimer les terrains de jeux jusqu'à 73 ans

 

https://www.youtube.com/watch?v=kaoY6gumdYg

 

 


 

 

 

 


 

 

 


 

Repost0
30 juillet 2013 2 30 /07 /juillet /2013 11:24




Nous avons tant de choses dans notre corps... tant de choses à écouter pour retrouver tout ce qui a été perdu et mettre au monde tout ce qui attend de naître...
MT









Il semblerait que la vidéo que je souhaitais vous partager ne s'affiche pas, je mets donc ici le lien pour aller l'écouter :

http://www.ted.com/talks/lang/fr/eve_ensler.html







Repost0
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 22:03


Quelles que soient les circonstances, apprenons à rire, même dans la tourmente, même quand l'ego demande à se protéger, même quand rire risquerait d'apparaître comme une trahison aux blessures non guéries....


Pourtant, c'est justement lorsque nous nous autorisons à ouvrir un peu plus et à être au diapason de la vibration de la vie, que la guérison peut commencer....


Accepter de se laisser contaminer de plus en plus par la Joie !


MT










Repost0
16 juin 2013 7 16 /06 /juin /2013 19:43



Voici une belle métaphore, courte, inspirée, joliment dite par Mimi Barthélémy, conteuse Haïtienne, transformée en papillon de la Saint-Jean le 27 avril dernier.


 



Sur un bout de terre du bout du monde, une branche d'un ylang-ylang parfumé, s
ur la branche, deux chenilles.
Quelques temps après, à la Saint-Jean,
Sur la même branche du ylang-ylang parfumé, deux chrysalides.
L'une des deux rompt son cocon de soie et se métamorphose en papillon d'or.
Le papillon d'or prend son envol.
Il s'envole en toute liberté,
Émerveillé de s'être libéré du cocon de soie où il s'était enfermé,
Émerveillé d'être un papillon d'or de la Saint-Jean.
Soudain, un sanglot altère son émerveillement.
Sur la branche du ylang-ylang parfumé,
L'autre chrysalide esseulée pleure la disparition de son compagnon.
– Je ne suis pas mort, je me suis libéré de mon carcan de soie, dit le papillon d'or de la Saint-Jean, je vole en toute liberté. Je t'ai devancée. Bientôt tu connaîtras le même bonheur que moi.










Repost0
26 mai 2013 7 26 /05 /mai /2013 14:08



...Alors vous changerez votre regard.
 
L’idée que l’on se fait de quelque chose, n’est qu’une idée qui attend d’être validée ou invalidée par la réalité.
 
Connaissons-nous vraiment la nature des choses ?
 
En se donnant un peu de temps pour regarder la vie, en observant sans a priori ce qui se déroule sous nos yeux, il est possible que nous soyons surpris par ce qui nous sera révélé.
 
Voyez cette expression si commune : « comme un éléphant dans un magasin de porcelaine ». Elle projette l’idée que l'éléphant représente naturellement la lourdeur et la maladresse.


Cette petite vidéo vous montrera au contraire à quel point l’éléphant est délicat et adroit.
 
Alors combien d’expressions similaires ou d’idées toutes faites avons-nous en tête, sans nous rendre compte qu’elles limitent notre vision du monde ?
 
Laissons-nous surprendre.
 
 
 
MT








Repost0

Présentation

  • : Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Le blog de lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • : Un lieu où pourraient se cotoyer le jour et la nuit, les univers différents de la pensée logique, rationnelle, structurée à partir des informations émanant de toute part, et de la pensée vagabonde, celle qui erre la nuit, mais aussi le jour, dans l'envers des choses, à la recherche de l'impalpable, de la beauté et de la magie. Michèle Théron
  • Contact

  • lejour-et-lanuit.over-blog.com
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. 
Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...
  • Passionnée par l'âme humaine, je cherche sans cesse du sens et le sens de notre chemin d'humain. Mon propre chemin n'est qu'un zig-zag en dehors des autoroutes et je n'ai pas encore épuisé tous les chemins de traverse...

Auteur - Photographe

Michèle Théron, praticienne de santé naturopathe, femme en chemin, je vous partage sur ce blog des articles, de la poésie, des photos créés par moi, et les citations, articles, vidéos qui nourrissent mon chemin et m'inspirent.

Recherche